Je suis et Conscien….

Posté par othoharmonie le 6 mai 2010

 JE SUIS

de SRI NISARGADATTA MAHARAJ

Editions Deux Océans Paris

Je suis et Conscien.... dans Librairie / vidéothèque 51BXE00FSSL._SS500_

 

Maharaj est né en Inde, dans un village de l’état du Maharashtra, en 1897, de parents très modestes.


A la mort de son père, en 1915, il quitte le village natal et devient commis à Bombay. Puis il développe un commerce de cigarettes. En 1924, il se marie et aura quatre enfants.

Il est présenté par un ami à Shri Siddharameshwar (1888-1936), maître méconnu de l’Advaita Vedanta, qui l’initie et lui apprend à méditer.

Il décide de quitter sa famille pour effectuer un pèlerinage à travers l’Inde en 1933.


 

N’ayant pas trouvé ce qu’il cherche, il revient, reprend son activité et c’est alors que l’éveil se produit. Les chercheurs spirituels commencent à affluer chez lui. Il prend le nom de Nisargadatta, provenant de Nisarga: spontané et Datta: présence.

Jusqu’à la fin de sa vie, Maharaj donne des entretiens journaliers dans son modeste salon. Il le fait uniquement en marathi, langue du Maharashtra. Il est entouré de nombreux disciples, en particulier :

 

 

  • Swami Bharatananda (1900-1976), né Maurice Frydman en Pologne, disciple de Gandhi vers 1935, proche de Ramana Maharshi et Krishnamurti, qui enregistre et traduit les entretiens que Maharaj donne vers 1970,

  • Saumitra K. Mullarpattan, traducteur indien, qui écrira « The Last Days of Nisargadatta Maharaj »,

  • Ramesh Sadashiv Balsekar (né en 1917), indien, d’abord directeur de banque, qui sera traducteur les trois dernières années (1978-1981) et deviendra à son tour instructeur spirituel dans la pure ligne de son maître (voir bibliographie).

 

Les « entretiens » deviennent un livre, « Je suis », dont la publication en 1973 rend Maharaj célèbre, mais humble il était, humble il restera. D’autres livres suivront comme « Graines de Conscience », « A la source de la Conscience », « Ni ceci ni cela », « Sois! » et « Conscience et Absolu » dernier ouvrage réalisé alors que Maharaj est très malade, et qui ne pourra pas être publié de son vivant.

 

Par le précepte et par l’exemple, Sri Nisargadatta Maharaj nous montre un raccourci, au-delà de la logique, mais empiriquement sain. Cela agit une fois qu’on l’a compris….

 

 

Maharaj décède le 8 septembre 1981.

 

  00020352 dans Librairie / vidéothèque 

 

Bibliographie

  • « Je suis » de Sri Nisargadatta Maharaj, éditions Les Deux Océans
  • « Ni ceci ni cela », « Sois! », « Conscience et Absolu » de Sri Nisargadatta Maharaj, éditions Les Deux Océans, consultables partiellement sur books.google.fr.
  • « Les Orients de l’Etre » de Ramesh S. Balsekar, éditions du Relié.

 

    Sri Nisargadatta Maharaj

    Alors qu’il est simple commerçant à Bombay, Nisargadatta Maharaj suit les enseignements de Sri Siddharameshwar. Pendant plus d’une quarantaine d’années, il guide et inspire les personnes en quête spirituelle venues du monde entier. Jusqu’à la fin de sa vie, celui que l’on considère comme l’un des plus grands Maître de l’Inde contemporaine prône le retour vers soi-même, insistant sur une recherche nécessaire de ce qu’il nomme le ‘corps-intellect’, et remontant aux origines des cinq éléments. Ce guide spirituel défend l’idée que le corps n’est que matière morte sans la conscience. Il est l’auteur de ‘A la source de la conscience’ ou encore de « Conscience et absolu » , ouvrages parus aux éditions Deux Océans.

     

     

     000204F5 

    Conscience et Absolu

    L’enseignement final de Sri Nisargadatta Maharaj-(Consciousness and the Absolute. The final talks of Sri Nisargadatta Maharaj). de  Nisargadatta Maharaj

    traduit de l’anglais par Jean-Michel Terdjman

     

     

    Conscience et absolu 

     

    Pendant plus de quarante ans Sri Nisargadatta Maharaj a guidé et inspiré tous ceux qui sont venus à lui ; doux, affectueux, patient ou abrupt, coupant, impatient selon les circonstances du moment, il a reçu des personnes en quête spirituelle venues du monde entier. Jusqu’à la fin, inlassablement, il dit et redit de ne pas se cramponner à tout ce que nous avons lu ou entendu, de chercher par nous-mêmes, de nous tourner vers l’intérieur ; d’être dans le « je suis » vrai, qui est aussi Conscience et Amour. Son style répétitif fait partie de sa sagesse et de son talent d’instructeur. Ces tout derniers entretiens représentent le meilleur de ce qu’il avait à nous offrir, la quintessence de sa sagesse. Conscience et Absolu est l’enseignement ultime de Sri Nisargadatta Maharaj.

    N° ISBN : 978.2-86681-069-4
    Année de parution : 1998
    Prix: 18 €
    Poids : 185 Grs
    Nb pages : 128

     

     87233210sacre-coeur-de-jesus-gif

     

    INTRODUCTION

    L’enseignement de Nisargadatta Maharaj a été livré au public dans plusieurs livres, publiés sous la forme question-réponse des entretiens eux-mêmes. Des entretiens précédents, publiés par Maurice Frydman ou par moi-même, ont servi à nous montrer la voie de Maharaj. Beaucoup, en Occident, se sont mis à suivre cette voie. “Conscience et Absolu” représente une nouvelle étape de cette progression.

     

    Le lecteur peut trouver dans ce livre l’enseignement ultime de Sri Nisargadatta Maharaj, les dernières conversations qu’il eut avec ceux qui étaient venus du monde entier pour l’entendre. Ces entretiens au crépuscule de sa vie représentent le meilleur de ce qu’il avait à nous offrir, la quintessence de sa sagesse.

    Ces entretiens avaient lieu dans la petite chambre du haut, qu’il avait fait construire cinquante ans auparavant, pour pouvoir y méditer. Tant de personnes en quête spirituelle étaient venues l’y voir pendant plus de quarante ans! Et maintenant, dans ces jours douloureux de son cancer, sa parole était brève, réduite à un minimum. Il était absolument clair que son corps n’était que souffrance, et qu’en même temps il n’était pas son corps. Nous savions qu’il souffrait, il nous l’avait dit; mais aucune plainte ne s’échappa jamais de ses lèvres. Ce spectacle laissa une impression profonde sur ceux qui en furent témoins.

    Maurice Frydman donne cette description de Maharaj : “chaleureux, humain, plein d’humour, ne connaît absolument pas la peur, reste toujours fidèle à lui-même; il inspire, guide, et aide tous ceux qui viennent à lui”. D’autres l’ont comparé à un tigre. Il est ce que les circonstances du moment exigent : tour à tour doux, affectueux, patient, ou abrupt, coupant, impatient. Ses sautes d’humeur, comme une brise légère, se succèdent sans laisser de trace en lui.

     

    Maharaj n’a qu’un but, et c’est ce qui donne toute sa force à son message : “Cessez de vous cramponner à tout ce que vous avez lu t entendu et, simplement, SOYEZ. Vous participez de l’Absolu, et en tant que tel vous n’êtes pas ce soi-disant “sens d’être un Je”, [cet “étant”, cet “être moi”, auquel chacun s’identifie] ; mais, pour l’instant, vous êtes coincé dans ce “sens d’être un Je” ”. Il le dit, et il le répète inlassablement. Cette détermination dans la répétition prend tout son sens, quand on comprend à quel point est rigide la carapace construite autour du soi-disant ego, pour s’épargner toute remise en question; il faut marteler, et continuer à marteler, pour briser cette carapace. Ce style répétitif fait partie de sa sagesse, et de son talent d’instructeur.

     

    Il nous a dit de chercher par nous-mêmes, de peser ses mots, et de nous demander : “Est-ce vraiment possible?”. Il nous a dit que chacun doit comprendre ce qu’est notre existence corporelle, son origine, et l’étudier sans se mettre de la partie, l’observer sans idée préconçue. Alors on peut voir qu’on n’est qu’un robot, qui a été conditionné de l’extérieur. Il faut se tourner vers l’intérieur, vers ce que nous sommes vraiment, et nous identifier à cela.


    Une fois que l’on est dans le “Je suis” vrai (qui est aussi Conscience, qui est aussi Amour), cette Conscience va nous donner toutes les réponses. Nous sommes Conscience, non pas Conscience personnelle, mais Conscience impersonnelle, universelle. Avec le temps, la Conscience va nous montrer que nous ne sommes même pas cela, mais que nous sommes cet Absolu éternel, qui ne connaît ni la naissance ni la mort
    .

     

    Toutes les nuances de cette sagesse unique sont saisies au cours de ces derniers entretiens dramatiques avec ceux qui ont eu la chance d’être face-à-face avec Maharaj. Peut-être sa bénédiction vous touchera-t-elle, vous aussi, à travers les paroles que vous allez lire.

     

     

     

     

    colombe-main

    Jean Dunn

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...