Ramtha 2

Posté par othoharmonie le 28 mai 2010

RAMTHA 

 UNE REFLEXION DU MAITRE SUR L’HISTOIRE DE L’HUMANITE  

 

 

Ramtha 2 dans Librairie / vidéothèque RamthalaredecouverteTome2 

 

Deuxième partie 

La redécouverte de la perle de sagesse ancienne 

Editions AdA 

 

« Radical, oui. Eh bien, qui pensez-vous que je suis ? Je comprends la guerre et je comprends ce que c’est que de marcher. Et je comprends les ennemis au-delà du romantisme qui pousse à être placide ; il s’agit simplement là d’une excuse pour ne pas vouloir aller au combat. Je comprends tout cela. » 

« Je vous ai dit ceci : découvrez ce qu’on appelle votre propre relation avec Dieu et, votre propre relation avec Dieu, définissez-la individuellement. Une fois qu’elle sera définie, vous serez le vrai étudiant confirmé que ce Grand Œuvre. Durant de longues années, j’ai consacré un temps considérable lors de chaque session à aborder le sujet de l’état d’esprit de chacun d’entre vous. J’ai magnifiquement bien traité le sujet. Comment écrire cela dans un livre ? Comment dire ce que sont les enseignements de Ram ? » 

« Voici ce que l’on peut dire : je fus attiré vers un professeur qui, au travers de ma propre guerre et de ma lutte intérieure, m’autorisa à combattre le message le plus important que j’aie jamais entendu, à savoir que je suis Dieu, que Dieu vit en moi, que mon humanité est miséricorde, qu’elle est une bénédiction et que Dieu n’exigea jamais de moi que de faire connaître l’inconnu, d’être meilleur, de rendre la vie meilleure du fait de ce que je suis. Que mon karma est l’unique chemin que j’aie jamais suivi car Dieu n’a pas besoin de dépendre de gourous pour définir le karma, demandant seulement que je vive l’épreuve même de ma vie, mon propre préjugé, ma culture elle-même, mon milieu social, ma sexualité. » 

 

« Dieu m’a donné le chemin parfait pour que je puisse me trouver. Et ce professeur m’a enseigné que ce Dieu n’est pas extérieur à moi-même, que le royaume des cieux n’est pas il y a deux mille ans, ni cinq mille ans ou mille cinq cents ans, mais aujourd’hui. Ceci me montre que Dieu est un Dieu en évolution. Je suis une personne d’aujourd’hui qui aime mon Dieu d’aujourd’hui et célèbre ma vie d’aujourd’hui. Qu’il en soit ainsi ».

 2j9rnuey dans Librairie / vidéothèque

 

 

Extrait du livre : page 73

 

Les femmes devinrent des ornements destinés au plaisir des hommes. Elles étaient rassemblées comme du bétail dans des harems. Elles étaient vendues au marché sous des auvents de soie d’un orange éclatant et d’un jaune citron ; elles se tenaient sur l’étal des enchères au milieu de l’odeur de l’ail, du vieux fromage, du vin pourri, de l’urine de chameau et des cris des oies. Tous ces sens vous pénètrent alors qu’une femme nue se tient soumise à l’examen de tous, peinte de ce qu’on appelle le khôl et le henné afin d’être vendue au plus offrant. Cela se produisait tout le temps. 

Les femmes commencèrent à être fécondées. Elles ne désiraient pas avoir une fille comme enfant. Leur survie était exaltée si elles produisaient un fils ; la demande allait aux fils. Ils alimentaient la machine de guerre. Il arrivait fréquemment que, souffrant en silence, une petite fille de 13 ans seulement donnât naissance à un enfant qui se révélait être ce qu’on appelle une malédiction pour elle car il s’agissait d’une petite fille. Pour assurer sa propre survie, elle jetait l’enfant sur le tas de merde à l’extérieur des murs de la cité afin que les bêtes nocturnes qui ressemblaient à des hyènes et à des coyotes puissent venir le déchiqueter – mort impitoyable en vérité. 

Souvenez-vous, chacune de ces émotions est enregistrée dans l’âme. C’est là que l’on ressent les émotions. […] 

 

2j9rnuey

 

 

Extrait du livre : page 157

 

Maître, rien n’existe sans champ énergétique et, par conséquent, tous les endroits sont divins. Dans ce que vous appelez une communauté spirituelle, il serait bon que vous achetiez en vérité une petite parcelle de terrain et y érigiez en vérité vous-même une pyramide. Je vous assure qu’elle deviendra divine, où qu’elle soit. 

Maître, si vous habitez dans une structure de ce type, vous découvrirez que vous êtes remarquablement conservé et que vos pensées sont amplifiées. Vos aliments deviendraient en vérité purs et emplis d’énergie. En vérité, les vêtements que vous porteriez émaneraient de la lumière. Toute chose placée sous la grande forme ardente est en vérité amplifiée. 

Tout ce que l’on contemple sous une chose d’une telle magnificence, autant l’avoir fait parce qu’elle sera. De plus, toute personne qui contemple quoi que ce soit pendant un temps suffisamment prolongé découvrira que la chose la plus sage qu’elle aurait pu faire est d’avoir, sous cette structure, contemplé l’épanouissement de son soi illimité ; le faire, c’est en effet ouvrir la porte du royaume des cieux d’où sont issues toutes choses merveilleuses, n’est-ce pas ? 

 

2j9rnuey

 

 

Extrait du livre : page 197

 

Rien n’est plus personnel que la souffrance personnelle. Pouvons-nous à la fois analogiquement reconnaître la souffrance et la maîtriser en vérité ? Si être analogique, c’est être un avec ce que nous sommes, parlons-nous d’être un sans guérison ou parlons-nous d’être un avec la guérison ? Comment parler, étant à la fois blessés et guéris, et à quelle voix du désert, peut-on dire, engageons-nous la grande question du travail du Corps Bleu  (Blue Body ) ? Suis-je guéri et de quoi suis-je guéri ? La réponse est la souffrance de mon corps, la difformité de mon corps, le manque de progression de mon corps. Pourquoi mon ADN ne me donnerait-il pas un renouvellement absolu de mes facultés corporelles ? La réponse est aussi simple que ceci : vous ne pensez pas comme un Dieu. Vous pensez comme un humain qui est une victime créée pour servir Dieu plutôt que pour penser comme un Dieu. Tournez-vous vers votre voisin et expliquez cela, s’il vous plaît. 

 

Ramtha Foreshadows Recent Scientific Discovery

 

 

 

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...