Technique d’intégration

Posté par othoharmonie le 29 juillet 2010

AFIN d’obtenir de meilleurs résultats d’AUTO-GUERISON ! 

 

divers

Le Grand Dictionnaire de Jacques Martel (ma bible) se veut un outil d’ouverture de conscience et de recherche pour soi-même, pour sa famille ou pour ceux qui nous entourent, ainsi qu’un complément à toute approche, qu’elle soit médicale ou en lien avec les médecines douces. Ce livre peut servir d’outil de compréhension, d’investigation et de transformation pour aider chacun dans sa démarche globale de guérison… 

 

Afin d’exploiter au mieux les données contenues dans ce livre précieux pour moi, il existe bien évidemment une technique d’intégration…. Et plus particulièrement une méthode de prononciation rythmée et séquentielle afin de bien intégrer le but à atteindre ! 

 

Et plus précisément, j’emploierais les mots de Lucie Bernier, Psychothérapeute, coordonnatrice des travaux de Monsieur Martel : 

 

Je peux me servir des informations contenues dans ce livre pour effectuer des changements au niveau de mes émotions. En procédant à l’exercice qui suit, je peux activer ma mémoire émotive et permettre que, de ma tête vers mon cœur, une partie des émotions soit guérie dans l’amour. 

 

Je dois prendre le texte d’un malaise ou d’une maladie et je le lis, syllabe par syllabe, en prenant au moins une seconde par syllabe. Par exemple, prenons la maladie suivantes : l’arthrite et le texte qui suit : 

 

ARTHRITE (en général) 

L’arthrite est définie comme étant inflammation d’une articulation. Elle peut affecter chacune des parties du système locomoteur humain : que ce soient les os, les ligaments, les tendons ou les muscles. Elle se caractérise par de l’inflammation, de la raideur musculaire et de la douleur qui correspondent sur le plan métaphysique à de la fermeture, de la critique, du chagrin, de la tristesse ou de la colère.

 

  

Ceci devient donc en prononciation monosyllabique

 

AR-THRI-TE (en-gé-né-ral) 

L’ar-thri-te-est-dé-fi-nie-com-me-é-tant-in-flam-ma-tion-d’u-ne-ar-ti-cu-la-tion. –Elle-peut-af-fec-ter-cha-cu-ne-des-par-ties-du-sys-tè-me-lo-co-mo-teur-hu-main : que-ce-soient-les-os,-les-li-ga-ments,-les-ten-dons-ou-les-mus-cles.-Elle-se-ca-rac-té-ri-se-par-de-l’in-flam-ma-tion,-de-la-rai-deur-mus-cu-laire-et-de-la-dou-leur-qui-co-rres-pon-dent-sur-le-plan-mé-ta-phy-si-que-à-de-la-fer-me-tu-re,-de-la-cri-ti-que,-du-cha-grin,-de-la-tris-tes-se-ou-de-la-colère. 

 

Et je continue la lecture avec le texte au complet que je lis dans le livre…. 

 

Il est très important d’aller très lentement, au plus, une syllabe par seconde ou plus lentement encore. Peu importe que je me demande si mon intellect comprend ou non les mots ou les phrases que je prononce. Il se peut que des émotions liées à de la peine ou de la tristesse se manifestent durant l’exercice ; il s’agit de mettre, avant tout, de l’amour dans la situation. 

 

Je peux prendre le texte d’une maladie que j’ai présentement ou d’une maladie que j’ai déjà eue ou d’une maladie que je pourrais avoir peur de contracter. 

 

Si je vis des émotions pendant l’exercice, je peux le reprendre plus tard dans la journée ou une autre journée, jusqu’à ce que je ne vive plus d’émotions et que je me sente à l’aise avec le texte. 

 

Je peux faire cet exercice, si je le désire, après une méditation ou après l’écoute d’une musique de détente ou d’une détente dirigée. 

 

Je peux faire l’exercice, aussi, en prenant le texte de la préface ou le texte d’introduction. 

 

Les informations qui suivent visent à donner davantage d’explications sur l’utilisation de cette technique. D’abord précisons que pour moi, le terme « intégration » réfère au fait de devenir conscient dans son être ; cela veut aussi dire, dans une certaine mesure « guérison » au sens que le malaise ou la maladie ne sont qu’un message que le corps m’envoie pour me permettre de faire une prise de conscience sur ce que je vis présentement. 

 

J’ai d’abord utilisé cette technique dans les ateliers « Retrouver l’Enfant en Soi« … elle est utilisée dans le cas où l’adulte écrit une lettre à son enfant intérieur et lorsque l’enfant intérieur répond à l’adulte. 

 

Que se passe-t-il lors de l’application de cette technique qui consiste à lire syllabe par syllabe le texte en prenant au moins une seconde pour chaque syllabe. Ce qu’il faut comprendre d’abord, c’est que plus vite je lis et plus ma lecture se situe au niveau de mon mental, dans ma tête. Plus je lis lentement, plus la lecture est en contact avec le centre d’énergie du cœur aussi appelé chakra du cœur

 

Tous les malaises et les malades sont des interprétations, consciences ou inconscientes, que j’ai faites par rapport à une situation ou une personne lors d’un manque d’amour. 

 

Alors, c’est comme si ce message, ou même cette blessure, pourrions-nous dire, a été enregistrée au niveau de l’amour qui correspond pour l’être humain au centre d’énergie du cœur. 

 

Mes blessures par rapport à un manque d’amour sont enregistrées dans mon cœur sous forme de rejet, d’abandon, de colère, d’incompréhension, de tristesse, de déception, etc… 

 

Pour pouvoir faire le changement de ce message enregistré à l’intérieur de moi-même je dois activer l’information au point de départ, c’est-à-dire, je dois être en contact avec la mémoire de cette blessure qui s’active lorsqu’une situation semblable se produit dans ma vie. C’est comme si la situation permettait d’activer l’émotion, car elle est mise en résonnance avec l’événement. 

 

Ainsi lorsque j’active dans mon cœur le souvenir de ce qui m’a causé de la peine, de la tristesse, de la colère, etc… j’ouvre ainsi le centre d’énergie du cœur pour laisser l’énergie d’amour entrer et apporter la guérison, par le fait même de la prise de conscience accompagnatrice. 

 

Afin que l’exercice de prononciation soit plus efficace, j’imagine que ma bouche se trouve au niveau de mon cœur et que des paroles en sortent. Je puis ressentir durant l’exercice, soit des picotements dans différentes parties de mon corps ou des courants de chaleur, de la peine, de la tristesse ou tout autres sortes d’émotions qui peuvent monter. 

 

En cas d’émotions fortes de peine ou de tristesse, il suffit de rester calme, car tout est sous contrôle et le corps sait ce qu’il est capable de gérer

 

Si pour une raison ou une autre j’avais des craintes de vivre trop d’émotion, je peux faire l’exercice en ayant une personne qui peut me soutenir dans ce que je vis, une personne responsable ou un thérapeute. 

 

 

                =========== 

 

 

Pour exemple, ce qui m’arrive parfois, ce sont des moments de stress qui s’emparent de moi sans aucune raison apparente…. Cela, même à mon réveil, sans encore avoir posé un pied parterre ! 

 

Je prends donc le livre de J.Martel, afin d’intégrer la démarche d’introspection concernant ce malaise et j’étudie mono-syllabiquement le contenu : 

 

 Le stress est une réponse d’adaptation face à un événement, une situation, un danger, réel ou imaginaire. La capacité de s’adapter dépend de différents facteurs : toute situation qui crée une demande plus grande à mon organisme m’amène à vivre du stress, qui se change en détresse si je la vis de façon extrêmement forte. 

 

Le stress peut être psychologique (la pression de l’entourage), physique (une forte demande pour mon corps liée au travail, au sport, à la chaleur, au froid etc…), chimique ou biochimique (médicaments ou changement hormonal). 

 

Le stress lui-même est en somme moins important que ma réaction face à celui-ci. 

 

Il peut être tout aussi positif, stimulant et créatif que menaçant pour mon corps. 

 

Selon ma réaction face aux situations et aux émotions sous-jacentes, l’effet stressant sera bénéfique ou nocif pour moi. Il est important de constater que même un événement heureux peut m’amener à vivre un stress important. Ainsi, je peux gagner un million de dollars à la loterie, ce qui peut avoir comme conséquence de me faire vivre une dépression parce que j’ai l’impression d’avoir tellement de choses à changer dans ma vie que j’ai peur de ne pas pouvoir y arriver : 

 

Vais-je garder mon emploi avec les gens que j’estime ? Mes amis resteront-ils les mêmes avec moi ? Vais-je devoir déménager ? Serai-je capable de m’adapter à tous ces changements ? 

 

 

 Je médite donc intensément sur ceci

 

« J’accepte de regarder à l’intérieur de moi et de questionner mes réactions, mes motifs et mes attitudes plutôt que de jeter le blâme sur les situations extérieures. J’apprends à relaxer et à considérer les bienfaits du stress. » 

 

 

            Ah ! l’ouverture de conscience soulage réellement les maux ! 

 

 

divers

 

  

Une Réponse à “Technique d’intégration”

  1. m rahal dit :

    bonjour je voulais savoir si la technique prononciation monosyllabique gueri les maladie es que vous pouvez m en dire plus merçi.

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...