• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 25 août 2010

A la croisée des mondes

Posté par othoharmonie le 25 août 2010

Titres :  A LA CROISEE DES MONDES 
Auteur :  Philip PULLMAN 

 

                                                         A LA CROISEE DES MONDES 

A la croisée des mondes : L'intégrale

 

L’intégrale :

 1.     Les royaumes du Nord 

2.     La tour des Anges 

3.     Le miroir d’ambre 

De quoi ça parle

La jeune Lyra vit dans un monde parallèle au nôtre. Elevée dans un prestigieux collège d’Oxford, elle semble investie d’une mystérieuse mission. Un voyage périlleux vers les terres glacées du Nord la conduira aux frontières d’un autre monde, où elle retrouvera Will, qui recherche son père disparu. 

Réunis dans une quête exaltante, les deux enfants vont affronter des épreuves terrifiantes et des contrées hostiles, peuplées de daemons, d’ours en armure et de sorcières passionnées. 

Philip Pullman a créé un univers majeur et magistral, d’une beauté, d’une intensité, d’une inventivité fascinantes

AVIS

Difficile de résumer l’action des trois romans, mais on peut déjà dresser un tableau généraliste. L’idée de base tourne autour de la bonne vieille théorie des mondes parallèles, véritable multitude de réalités qu’il est possible de visiter via différents moyens (du plus simple au plus compliqué). Le monde de Lyra est un mélange étonnant et réussi entre médiévalisme et modernité très début de siècle. On y trouve des manoirs, des villes chauffées au charbon, l’électricité sous une forme curieuse, des dirigeables, des fusils et même une certaine conception de l’informatique… Paisible coexistence entre humains et autres créatures bizarres, ce monde implique pour chaque individu la présence d’un Daemon (prononcez démon), sorte d’extension de l’âme sous forme d’un animal (forme changeante pour les enfants, figée pour les adultes). L’idée est excellente et la description des liens qui unissent humains et daemons est impressionnante. Capturée par des voleurs d’enfants, Lyra est sauvée par des gitans et entreprend d’aller retrouver son père (le célèbre Lord Asriel, exilé dans le grand nord et occupé à une étrange tâche) pour échapper à sa mère (l’abominable Mme Coulter) dont les intentions ne sont pas claires. En chemin, elle fera alliance avec les terribles « ours en armure », géniale trouvaille de Pullman qui nous décrit le plus simplement du monde une société d’ours guerriers doués de parole et redoutés de tous. Au rayon bizzarerie fantastique, le personnage de Iorek (le roi des ours) relève du génie. On rencontre également des sorcières (montées sur balai, oui oui), mais dont le traitement est tellement original que l’on a du mal à croire comment Pullman peut se tirer d’un cliché aussi évident. Le lecteur comprend assez vite que Lord Asriel s’essaye à la délicate tentative d’ouvrir une brèche entre les mondes, d’où la fuite accidentelle de Lyra dans un monde parallèle à la fin du premier tome. 


La suite de la trilogie nous fait rencontrer le personnage de Will, petit mec issu du monde contemporain tel que nous le connaissons. Passé lui aussi dans un autre monde par l’intermédiaire d’une fenêtre dont on trouve quelques exemplaires disséminés çà et là, il rencontre Lyra et s’allie avec elle dans une tâche commune : retrouver le père de Will, célèbre explorateur disparu il y a quelques années. Will gagnera au passage le « poignard subtil », outil conçu pour ouvrir les fenêtres entre les mondes. Enfin, le troisième tome nous invite à visiter les enfers en compagnie de Will et Lyra (une visite dont on ne sort pas indemne) tout en concluant l’histoire avec brio

                                                                                                            ============

 

  Et Si vous voulez, vous aussi, vous procurer ce livre, vous le trouverez ici

http://www.amazon.fr/crois%C3%A9e-mondes-Lint%C3%A9grale-Philip-Pullman/dp/2070614557

 

A la croisée des mondes dans O à  R 000206AA

  

  


Publié dans O à  R | Pas de Commentaire »

La guérison intérieure

Posté par othoharmonie le 25 août 2010

Titres :  La guérison intérieure 
Auteur :  Colette PORTELANCE 

 

                                                              LA GUERISON INTERIEURE

La guérison intérieure : Un sens à la souffrance

                                                        UN SENS A LA SOUFFRANCE

 

De quoi ça parle

Le 29 octobre 1999, Colette Portelance apprend qu’elle est atteinte d’une maladie « incurable ». Ce diagnostic et surtout les souffrances physiques et psychiques causées par cette épreuve ont complètement transformé sa vie. Acharnée pendant des années à vouloir guérir son corps, c’est vers la guérison intérieure que la vie l’a conduite et qu’elle a trouvé la paix et la sérénité qu’elle recherchait

Ce livre, vibrant témoignage du vécu d’une personne qui a beaucoup souffert, répond à des questions que se posent la plupart de ceux qui sont affectés par une épreuve difficile à traverser ; maladie, dépression, épuisement professionnel, dépendance ; perte d’un être cher, d’un emploi, de capacités ; échec, impuissance, rejet, abandon, humiliation, trahison, etc… Tous ses demandent un jour ou l’autre : 

·        Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ca ? 

·        Suis-je le créateur de ce qui m’arrive ? 

·        Dieu existe-t-il ? si oui, y est-il pour quelque chose dans l’apparition de cette épreuve ?

·        Dois-je parler de mes souffrances pour m’en libérer ? 

·        Comment soulager mes douleurs et celles qui sévissent partout dans le monde ?

 ·        A quoi sert la souffrance ?

.        A-t-elle un sens ? 

Le sens, nous dit l’auteur, je l’ai trouvé, notamment, dans le sentiment profond que, par mon vécu, j’étais liée à tous ceux qui souffrent. C’est donc pour eux et pour tous ceux qui les aident que j’ai écrit ce livre avec l’espoir que mon expérience rejoigne la leur et que ce qui a favorisé et favorise encore ma guérison intérieure leur apporte la conviction qu’il est toujours possible d’espérer un soulagement. 

L’auteur : 

Colette Portelance est née en 1943 dans une petite ville québécoise d’un père cultivateur qui lui a communiqué son amour de la nature et d’une mère institutrice, influencée par l’enthousiasme de cette dernière pour sa profession, elle décide très jeune qu’elle consacrera sa vie à l’enseignement. Après avoir obtenu un Brevet A de l’Ecole Normale de Valleyfied, elle entreprend donc sa carrière dans sa ville natale où elle enseigne pendant dix-huit ans aux adolescents tout en poursuivant à temps partiel ses études à l’Université de Montréal. 

En 1982, elle quitte le Québec avec sa famille pour aller compléter un doctorat à l’Université de Paris. A son retour, trois ans plus tard, elle fonde le Centre de Relation d’Aide de Montréal (CRAM) et crée une approche humaniste de la relation d’aide ; l’Approche non directive créatrice (ANDC). 

Elle consacre les années qui suivent à la formation des thérapeutes non directifs créateurs tout en donnant conférences et séminaires au Québec et en Europ. C’est au cours de ces années qu’elle écrit ses six premiers ouvrages maintenant bien connus. 

Pour des raisons de santé, elle décide d’interrompre sa carrière au CRAM en octobre 1999. Au cours des sept années suivantes, elle partage son temps entre le Costa Rica où, au cœur de la nature, elle se dédie à l’apprentissage de la langue espagnole, la France où elle comble son besoin de vie culturelle et son très cher Québec où elle est toujours heureuse de retrouver ceux qu’elle aime ; ses quatre enfants et ses sept petits-enfants, sa famille et ses nombreux amis. 

Ce n’est qu’en 2006 que Colette Portelance décide de reprendre la plume pour écrire son plus récent ouvrage, La guérison intérieure, un sens à la souffrance, un livre dans lequel chacun pourra trouver le chemin qui mène au cœur de la vie, celui de la paix, de la sérénité et de l’amour. 

                                                                                                    ========

 Et Si vous voulez, vous aussi, vous procurer ce livre, vous le trouverez ici : 

http://www.amazon.fr/gu%C3%A9rison-int%C3%A9rieure-Un-sens-souffrance/dp/2922050769

 

 

 

 

La guérison intérieure dans O à  R 000206AC

  

 

Publié dans O à  R | Pas de Commentaire »

Mourir n’est pas mourir

Posté par othoharmonie le 25 août 2010

Titres :  Mourir n’est pas mourir 
Auteur :  Isola PISANI  

 

 Mourir n’est pas mourir

Mourir n'est pas mourir dans O à  R 13911630_L

                          Mémoires de vies antérieures 

De quoi ça parle

Thomas Orville perd sa femme et le premier enfant qu’elle attendait. D’abord foudroyé, il refuse bientôt cette rupture aveugle que chacun accepte comme inéluctable. Il veut en comprendre le sens, et la nature. 

Il entreprend une recherche exigeante. Il découvre que la mort n’est pas telle que la décrit notre héritage culturel. Elle n’est qu’un passage. Un autre moment d’une réalité qui dure. 

Près de Londres, Joan et Denys Kelsey guérissent des patients affectés de maladies et de troubles imputables à des vies antérieures. Grâce à eux, Thomas constate que le corps n’est que compagnon provisoire. Il sait désormais où est sa femme, et comment elle vit maintenant. C’est par une enquête méthodique qu’Isole Pisani reconstitue les différents moments de sa quête douloureuse, et restitue en un document bouleversant et absolument véridique, cette dimension oubliée : la mort que nous croyons n’existe pas. 

Perdant son mystère, elle peut ne plus inspirer la terreur. 

Postface de Rémy Chauvin : page 242 

La question est fantastique, et dépasse de beaucoup celles qu’un homme de science aurait le droit de poser. Soit ! Mais les Kelsey qui utilisent cette forme de régression particulière ont à leur actif des guérisons spectaculaires, et le cas d’Orville n’est nullement isolé. Et si d’autres thérapeutiques fondées sur des données plus traditionnelles ont lamentablement échoué et si seule arrive à son but la thérapeutique de la régression à d’autres existences – que faut-il donc conclure ? 

L’homme de science est alors perplexe ; il ne se sent pas tout à fait autorisé à répondre. Il pense simplement, avec une nuance de mélancolie, que les chemins de la connaissance sont décidément innombrables, et qu’il mourra en n’en ayant parcouru que bien peu…. 

==== 

Et Si vous voulez, vous aussi, vous procurer ce livre, vous le trouverez ici : 

http://www.priceminister.com/offer/buy/334315/Pisani-Isola-Mourir-N-est-Pas-Mourir-Livre.html

 

 

 

 

 

000206AB dans O à  R

  

Publié dans O à  R | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...