• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 23 septembre 2010

La pensée cause la maladie

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2010

La pensée cause la maladie dans L'Esprit  Guérisseur coeurVotre esprit peut vous guérir – Le principe universel de la guérison. (Dr.Bailes) 

(si vous avez des difficultés, alors pour mieux comprendre les pouvoirs de votre esprit, reportez-vous S.V.P à mon second blog :      http://channelconscience.unblog.fr/tag/pensee/    et   catégorie : Allan Kardec

 

 

tube ailes

 

-         2 – COMMENT LA PENSEE CAUSE LA MALADIE 

  

 

LHOMME vit sa conscience intérieure, non au-dehors dans le monde extérieur. Il ignore qu’il se heurte contre un obstacle matériel jusqu’à ce que le message ait été porté par ses nerfs en sa conscience. Sous l’influence d’un anesthésique annihilant sa conscience, il ne sent pas la douleur. En certains états où son esprit est dirigé dans un sens opposé, il n’éprouve aucune souffrance ; des femmes sous influence hypnotique furent menées à travers l’accouchement sans ressentir le moindre malaise. Les choses que l’homme souffre, il les souffre en sa conscience quand ses nerfs en transmettent la sensation. 

 

 

 

tube ailes

1.     Nos états mentaux sont responsables de la maladie 

 

Comprenons la vraie relation entre l’esprit et le corps pour voir pourquoi nous affirmons que les états mentaux sont responsables de la maladie. L’homme n’est pas un corps contenant l’esprit, mais esprit opérant à travers un corps. C’est une vérité fondamentale qui doit être acceptée, pour que se réalise une guérison mentale et spirituelle. Le corps lui-même est le résultat de l’activité de l’esprit, il est moulé par l’esprit et transformé par l’esprit

 

Des changements physiques d’une nature superficielle peuvent être observés à la suite d’états mentaux qui ont changé. Il paraît à peine nécessaire de mentionner le fait qu’un sentiment subit de honte fait rougir le visage et que la peur le fait pâlir. Le savant explique cela en disant que la dilatation et la contraction des vaisseaux sanguins sont sous le contrôle des nerfs vasomoteurs, eux-mêmes sous l’influence émotionnelle. Les expériences du docteur Canon, de Harvard, démontrent que des sentiments d’amour consciemment cultivés font briller l’œil, améliorent la circulation, la digestion et provoquent un fonctionnement harmonieux du système d’élimination, alors que les émotions opposées de peur, d’envie et de haine affectent le corps entier d’une façon opposée. 

 

Le Docteur Abraham Myerson , de Boston, mit en évidence que les ulcères d’estomac, l’asthme, les maladies de la peau et les troubles cardiaques sont fréquemment causés par des bouleversements mentaux qui se prolongent un certain temps. Des états émotifs contraires réduisent la production des globules rouges du sang, menant ainsi à l’anémie, et une grande partie des indigestions prétendues nerveuses sont des indigestions émotives. 

 

C’est une chose de retracer ces états physiques consécutifs à des causes mentales, s’en est une autre lorsque se pose la question ; « des conditions physiques peuvent-elles être corrigées lorsqu’on corrige l’état mental ? ». Le docteur Myerson a vu beaucoup de cas d’éruptions de la face et du corps s’améliorer rapidement par un traitement mental approprié, après s’être montré totalement incapable de répondre à un traitement médicamenteux contre l’infection. Le docteur Léon J.Saul, de Chicago, (Résumé par: Walter Briehl Walter Briehl) affirme qu’une frustration prolongée ou sévère de désirs d’amour, d’attention ou de repos peut être un facteur important des rhumes chez certaines personnes. L’une de ses enquêtes révéla que dans un groupe d’hommes et de femmes qui souffraient fréquemment de coryzas, tous les rhumes coïncidaient avec des états de privation s’opposant à de fortes exigences, le plus souvent subconscients et plus ou moins accompagnés de rage réprimée

 

Aux désordres mentionnés ci-dessus s’ajoutent les observations du docteur Julius Haiman qui enregistre des sinusites, des polypes du nez, des colites, des désordres nerveux et beaucoup d’autres troubles physiques ayant une origine mentale. 

 

Récemment, le Physicien de New York rapportait que, sous l’influence de pensées négatives le système nerveux autonome cause un flux excessif de sécrétions aqueuses s’épanchant dans les tissus et les membranes. Opérations, médecines et régimes enlèveront l’excédent des liquides mais, par habitude, l’esprit fait un nouveau travail de remplissage et le plus souvent il n’y a pas de guérison permanente jusqu’à ce que l’état mental et émotif soit transformé en un état de foi

 

 

tube ailes

2.     Le corps pense 

 

Comment se peut-il que l’esprit ait un tel pouvoir d’influencer le corps, allant même jusqu’à développer de réels états de maladie ? C’est parce que l’homme pense non seulement avec son cerveau, mais avec son corps entier. Chaque minuscule cellule séparée est une étincelle infinitésimale de l’Intelligence. Il n’est pas un seul point dans l’univers entier qui ne soit habité par l’Intelligence, par conséquent, il n’est dans le corps pas un seul atome qui soit à aucun moment séparé de l’activité mentale. 

 

L’homme est tellement accoutumé à se représenter deux mondes – le physique et le mental – qu’il trouve difficile de concevoir les deux comme faisant Un. En réalité, le corps est intelligence condensée en une forme, comme elle-même est Esprit condensé en une forme. L’activité mentale ne peut pas être détachée de la manifestation physique, car la manifestation physique est une manifestation mentale. Dans un sens, ce que pense l’intelligence, le corps le pense ; ce que le corps pense se réalise. Tout état mental qui varie s’enregistre dans le corps, et lorsque l’esprit change, il s’opère dans le corps un changement correspondant, une réflexion exacte de la pensée modifiée

 

 

tube ailes

3.     Toute maladie est une pensée négative 

 

La maladie est quelque idée déformée ayant assumé la domination. Dans le sens le plus vrai, il n’est pas juste de dire que la maladie est « causée par «   l’esprit ; la déformation que nous appelons maladie est simplement la déformation de la pensée à l’état visible. Le problème est en premier lieu un problème de la pensée, et la solution de même. Le contrôle de la maladie est mental, parce que la maladie elle-même est mentale. De lui-même, le corps n’a aucun pouvoir d’engendrer la maladie ; il est simplement l’ombre projetée par l’esprit, et un esprit sain projettera une ombre qui sera un corps sain

 

Toute nouvelle cellule créée dans le corps est une pensée – soit négative, soit positive – devenue forme et substance. En des jours plus anciens on avait l’habitude de dire que les cellules étaient construites « sous l’influence » d’une pensée négative ou positive. En réalité, les cellules sont la pensée elle-même. Des pensées saines signifient des cellules saines, des pensées malades signifient des cellules malades. Il est nécessaire d’être convaincu de cela si l’on veut produire un état physique de santé florissante. 

 

Si nous considérons que les cellules du corps sont créées avec la rapidité de l’éclair, nous pouvons comprendre comment elles sont une pensée qui a pris forme. Par exemple, les globules rouges du sang sont formés dans la proportion approximative de 150 000 par seconde, et normalement meurent dans la même proportion. Multiplier cela par les différents autres tissus du corps, et nous verrons aisément que cet organisme que nous nommons homme est une dynamo actionnée par l’énergie de la pensée, l’intelligence prenant forme inlassablement. Cela établi, ce n’est pas aller chercher trop loin que d’affirmer que le contrôle de la maladie se trouve dans le contrôle de la pensée et que, pour changer un état physique, il faut changer la pensée. Comment, alors, changer le caractère du flux de la conscience ? 

 

Nous y arriverons dans un chapitre suivant ; il est suffisant de répéter, à cette phase de notre exposé, que la technique ne consiste pas en force de volonté, en « concentration » ou en la répétition de la formule : « de jour en jour, à tous les points de vue, je vais de mieux en mieux« . Elle consiste en l’unification de nous-mêmes avec l’Intelligence universelle qui, de son propre chef, n’a jamais une pensée de maladie et, par conséquent, ne peut jamais prendre la forme d’une maladie ; et il existe une technique très précise à l’aide de laquelle le lecteur peut se diriger lui-même vers cette unification. La maladie est l’évidence et le signe extérieur d’une perturbation intérieure. La santé est le signe extérieur d’un esprit intégré en l’Intelligence universelle

 

L’évidence d’une pensée qui a pris forme se voit dans le tour que joue à son camarade en train de réciter sur l’estrade l’écolier qui suce un bonbon en face de lui. Le flux de salive qui en résulte chez le camarades est purement mental en sa cause. 

 

Le docteur Arthur L. Bloomfield (1), de Stanfort, a fait un pas de plus. En des essais entourés de toutes les garanties nécessaires, il se servait de douze personnes pour déterminer l’effet de l’action mentale sur leurs activités digestives. Ces expériences n’avaient pas le moindre rapport avec le flux de salive dans la bouche,  fait bien démontré. Elles avaient comme objet la détermination du changement quantitatif, à supposer qu’il s’en produisit un, dans le flux des sucs digestifs de l’estomac. Afin de s’assurer que seul le facteur mental causait le changement, on ne permettait aux sujets ni de voir, ni de sentir la nourriture. Ils étaient placés dans une chambre et on leur demandait de parler de leurs mets favoris et de leur  préparation. Les sucs digestifs de l’estomac étaient recueillis et mesurés avant et après les expériences. Chez deux d’entre ces sujets, une conversation de dix minutes portant sur des plats délicieux avait augmenté les fluides digestifs de 600 % ; chez d’autres, la sécrétion accrue se classait entre 100 % et des proportions moindres. 

 

Cette expérience démontre qu’il n’est pas nécessaire de penser à la manifestation particulière pour l’obtenir. Certains objecteront qu’ils « ne pensaient pas au diabète » mais qu’ils en furent néanmoins atteints. Les sujets de l’expérience citée ne furent pas priés de penser au flux des sucs digestifs, mais seulement invités à penser à des mets délicieux et à en parler. Consciemment, ils pensèrent à une nourriture savoureuse, subconsciemment ils produisirent un effet différent, celui de l’augmentation du flux digestif, chose proche de celle à laquelle ils pensaient, mais non exactement la même. 

 

Les connaissances personnelles de ces sujets concernant le processus de la digestion étaient d’ailleurs très limitées. Ils ne savaient pas qu’à l’idée de la nourriture, les fluides digestifs se mettent à couler, et même ne connaissaient pas grand-chose de l’existence de tels fluides. Mais l’Intelligence universelle connaît le processus entier, car elle en est l’auteur, et édifie les structures nécessaires à son exécution dans tous fœtus avant la naissance. Comme l’intelligence subjective individuelle qui gouverne le processus digestif est en réalité l’Intelligence subjective universelle, il est évident qu’il n’y a qu’une seule Intelligence qui se manifeste en certaines fonctions sous l’influence de notre pensée consciente, et indépendamment de notre pensée consciente en d’autres fonctions. Cette Intelligence connaît la connexion entre nos pensées portant sur la nourriture et le flux du fluide digestif, et se met à créer conformément à cette connaissance. 

 

 

 

tube ailes

 

(1)   A lire :  http://histsoc.stanford.edu/pdfmem/BloomfieldA.pdf 

Ou encore

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://histsoc.stanford.edu/pdfmem/BloomfieldA.pdf&ei=8tCVTNeyENOQjAem7Km9BQ&sa=X&oi=translate&ct=result&resnum=1&ved=0CB8Q7gEwAA&prev=/search%3Fq%3DArthur%2BL.%2BBloomfield%26hl%3Dfr%26sa%3DG%26rls%3Dcom.microsoft:fr:IE-SearchBox%26rlz%3D1I7ADFA_fr%26prmd%3Do 

coeur dans L'Esprit  Guérisseur

Publié dans L'Esprit Guérisseur | Pas de Commentaire »

La Loi de la Pensée

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2010

 

 
La Loi de la Pensée dans L'Esprit  Guérisseur coeurVotre esprit peut vous guérir – Le principe universel de la guérison. (Dr.Bailes) 

(si vous avez des difficultés, alors pour mieux comprendre les pouvoirs de votre esprit, reportez-vous S.V.P à mon second blog :      http://channelconscience.unblog.fr/tag/pensee/    et   catégorie : Allan Kardec

 

 

tube ailes

 

4.     Rien n’existe que ce que nous avons demandé 

 

Cela nous amène à une autre étape dans notre recherche de la technique infaillible de la guérison par la pensée. Rien n’est jamais en notre vie que ce que nous avons demandé. Peut-être devrions-nous formuler cela un peu différemment, bien que le sens soit le même lorsqu’on pénètre assez profondément sous la surface. Nous pourrions dire que rien n’est jamais entré dans notre vie que ce que « nous avons attiré ». Réconcilions ces deux manières d’énoncer la même chose. 

 

Il y a quelque temps, un homme souffrant d’arthrite très grave vint me voir. En réponse à une remarque de ma part, il éleva l’objection « qu’il n’avait jamais pensé à l’arthrite, mais qu’il l’avait eue tout de même« . La discussion qui s’ensuivit révéla le fait que la sœur de sa femme vivait à quelques kilomètres, dans la même ville. Il détestait sa belle-sœur et son mari, mais sa femme insistait pour qu’ils se rendissent chez eux tous les dimanches après-midi. Il avait essayé tous les subterfuges pour s’échapper à ces visites hebdomadaires, mais elles avaient néanmoins continué pendant des années, son épouse étant dotée d’une volonté extrêmement forte. Ce conflit intérieur et sa rage cachée, additionnés de son désir très fort de trouver un moyen qui empêchât ces visites, devinrent la pensée type dominante jusqu’à devenir un facteur dirigeant. 

 

Environ douze ans plus tard, il commença à développer de l’arthrite. Ce fut une évolution très graduelle et, finalement, il ne put plus faire ses promenades hebdomadaires. Ils n’avaient pas de voiture et par conséquent le malade reste à la maison. Il se soumit à tous les traitements possibles, mais l’arthrite persistait toujours. 

 

On lui fit remarquer la possibilité que son expérience mentale pourrait bien être en connexion directe avec son état physique et que son désir inavoué de ne pas rendre visite à sa belle-sœur pourrait bien avoir été absorbé par l’Intelligence universelle, qu’ainsi il avait attiré lui-même cet état physique – et que même il l’avait demandé. On lui montrait comment il pouvait s’adapter à la situation de manière à éloigner de lui tout sentiment d’irritation la concernant, et en deux mois, l’arthrite avait disparue. 

 

tube ailes

5.     La loi de la vie est impersonnelle 

 

Quelques-uns pourraient remarquer : « Je détesterais avoir un Dieu donnant de l’arthrite à un homme simplement parce que celui-ci ne voulait pas se rendre chez une parente dont il avait horreur« . C’est une conclusion hâtive et fausse. Nous avons précédemment fait ressortir le fait que l’Intelligence universelle est entièrement neutre ; elle n’a pas de désir personnel et opère selon une Loi impersonnelle. Connaissant la connexion entre articulations enflées et incapacité de marcher, elle est poussée à l’action par notre désir exprimé ou inexprimé, si ce désir est assez fort et assez précis pour devenir dominant. 

 

L’Esprit est personnel, mais la Loi est impersonnelle. Elle est la Loi de la Pensée, juste comme il y a une loi de l’électricité. Cette loi de l’électricité, impassiblement et impersonnellement, tuera la personne qui saisira un fil dénudé en charge aussi bien qu’elle fera griller son pain, parce qu’elle ne sait rien d’autre qu’opérer selon la loi de son activité propre. 

 

Cela demande de la réflexion et un examen approfondi pour séparer en ses divers phases l’activité de l’Universel – pour se rendre compte que l’Intelligence divine opère strictement selon la Loi de son Etre, même lorsque notre ignorance nous fait attirer la souffrance sur nous-mêmes par le fonctionnement inexorable de cette Loi. Comme nous l’avons déjà fait, l’homme est sur un sentier de découverte de lui-même. C’est son affaire d’apprendre à connaître l’univers dans lequel il vit, et il souffrira jusqu’à ce qu’il l’ait appris. L’enfant subira les égratignures du chat jusqu’à ce qu’il apprenne qu’il ne doit pas lui tirer la queue. La même loi de gravitation bienfaisante qui empêche l’homme de s’envoler de cette planète dans l’espace, le tuera s’il se penche trop en dehors d’une fenêtre élevée. 

 

La Loi semble toujours cruelle à qui ne la comprend pas et, par conséquent, se heurte à elle. Toutes les lois sont nos maîtresses aussi longtemps que nous ne les comprenons pas ; lorsque nous les comprenons, elles deviennent nos servantes. 

 

tube ailes

6.     Le pouvoir de choisir 

 

Juste comme celui qui saisit le fil électrique dénudé demande ou attire à son insu la mort parce qu’il fait la chose qui, dans un univers régi par la Loi, ne peut lui apporter rien d’autre que la mort, celui qui se laisse saturer par des pensées destructives attire des manifestations physiques destructives. D’autre part, connaissant le caractère strictement impersonnel de la Loi d’Intelligence, il peut se tourner vers une coopération avec elle du côté constructif et commencer à expérimenter ce côté bienfaisant. Dieu n’est pas injuste. Il dit simplement : « J’ai placé devant vous la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction, choisissez ! » En l’homme repose le pouvoir du choix qui peut refaire son monde personnel

 

Exactement la même Loi d’Intelligence qui rend un homme malade le guérira. La maladie n’est pas un châtiment du péché. Avec Dieu, il n’est point de châtiment.  La maladie est la conséquence d’une fausse compréhension et application de la Loi d’Intelligence, tout comme une canne à pêche brisée est le résultat d’une fausse compréhension et application des lois relatives à l’attraction, ou bien la chute d’un avion est la conséquence d’une application fausse des lois de l’aérodynamique  ou de la mécanique. L’élément personnel entre Dieu et l’homme n’intervient nullement dans le sens d’une condamnation ou d’une punition. De même, l’argument que Dieu est cruel de causer la maladie en tant qu’effet de frustrations est une façon de raisonner incorrecte. 

 

Car aussi sûrement que l’observation exacte des lois de l’aérodynamique soulèvera un homme dans les airs et le portera aisément à son lieu de destination, la Loi de l’Intelligence le soulèvera et le mènera à un niveau élevé de vie, libre de maladie et jouissant de l’existence lorsqu’il la comprendra. 

 

Si n’importe quelle loi pouvait être suspendue pour un moment, le chaos en résulterait. Les éléments composant la matière conflueraient et se sépareraient sans rime ni raison, l’univers se détruirait lui-même. Que nous aimions le faire ou non, il nous faut regarder en face le fait que nous vivons en un univers régi par la Loi invariable. Le bonheur résulte d’une juste adaptation à la Loi universelle, le malheur d’une adaptation défectueuse à cette Loi. 

 

Le progrès de l’humanité depuis la caverne jusqu’à l’appartement moderne est résulté de la découverte de la loi physique ayant été le besoin le plus pressant de l’homme, les siècles furent donc consacrés à le réaliser. L’homme apprit comment se servir de la Loi afin de pallier la chaleur et le froid des saisons, afin de s’assurer un approvisionnement complet et varié d’aliments, se vêtir convenablement et pourvoir à un déplacement plus rapide que celui que pouvaient fournir ses jambes. Par les sciences de la chimie et de la physique il fouille sans cesse la structure de la matière et, incontestablement, il découvrira des lois appartenant à la matière qui rendront la vie encore plus facile et plus confortable. 

 

 

tube ailes

7.     La grande libération 

 

Mais l’homme est en premier lieu un penseur et ne pourra jamais se contenter d’un bien-être purement animal. A présent, la voix du penseur est entendue. Il a reconnu le fait que son monde mental est gouverné par la Loi aussi certainement que l’est son monde physique, et il fait des efforts sérieux pour découvrir la Loi mentale et s’en servir. De même qu’il trouvera à son grand plaisir qu’un emploi judicieux de la loi naturelle augmentait son bien-être physique, il découvre maintenant que l’emploi judicieux de la Loi mentale multiplie son bien-être mental et spirituel. Il y a loin de l’homme préhistorique grelottant dans son abri pendant les hivers glacés, à l’homme moderne dans son appartement chauffé électriquement et muni d’une aération bien conçue. Si l’on avait osé élever la voix en des temps préhistoriques pour hasarder la prédiction que le destin de l’homme était le confort et le luxe de la civilisation du XXIè siècle, on eût été hué tellement il est difficile pour une intelligence moyenne d’imaginer une liberté dont elle ne jouit pas sur le moment. Mais la maîtrise de la loi matérielle a mené l’homme à cette nouvelle liberté. 

 

La maitrise de la Loi d’Intelligence lui apportera la plus grande libération qu’il ait jamais connue. Les avantages physiques qu’il a acquis jusqu’à présent ne sont rien comparés à ceux qu’il est sur le point d’obtenir, ses recherches, fouillant de plus en plus profondément toutes les ramifications de la Loi mentale. Il extirpera la maladie, abolira la guerre et les oppressions de toutes sortes et trouvera en lui-même une paix et un bonheur qu’il n’a jamais connus ; il communiquera télépathiquement avec autrui aussi aisément qu’il le fait par des mots ; il verra des gens et des endroits éloignés comme s’ils étaient physiquement présents devant lui. Aux huées des sceptiques, incapables d’accepter quoi que ce soit sans qu’ils ne l’aient expérimenté, nous dirons volontiers ; « rappelez-vous l’homme des cavernes« . 

 

Bien que le genre humain considéré comme un tout ne sache pas encore jouir des avantages complets de la Loi mentale, des millions d’hommes trouvent, par l’emploi individuel de cette Loi, une maîtrise croissante de la vie s’appliquant aussi bien à la délivrance de la maladie qu’à leurs besoins financiers. L’indigène profondément ignorant du centre de l’Afrique peut ne pas croire qu’il existe un luxe pareil à celui dont jouissent des millions d’Occidentaux ; ce même luxe n’en est pas moins à la disposition de chacun de ces derniers, capables de l’acquérir. 

 

 

 

coeur dans L'Esprit  Guérisseur

Publié dans L'Esprit Guérisseur | Pas de Commentaire »

Guérison Spirituelle : des faits

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2010

Guérison Spirituelle : des faits dans L'Esprit  Guérisseur coeurVotre esprit peut vous guérir – Le principe universel de la guérison. (Dr.Bailes) 

(si vous avez des difficultés, alors pour mieux comprendre les pouvoirs de votre esprit, reportez-vous S.V.P à mon second blog :      http://channelconscience.unblog.fr/tag/pensee/    et   catégorie : Allan Kardec

 

 

tube ailes

 

8.     La preuve par les faits 

 

Le monde a mis beaucoup de temps à s’apercevoir du fait que la Loi mentale renferme son bonheur bien plus que ne le fait la loi physique. Qui voudrait tenter de nier les merveilleux bienfaits découlant de la découverte des lois de la physique, de la chimie et autres sciences serait de bien mauvaise foi. Mais nous répétons que ces bienfaits pâlissent d’insignifiance en présence de ceux – gigantesques – de la science mentale. 

 

Un jour nouveau se lève, en réalité, le soleil est bien au-dessus de l’horizon. Depuis les premiers temps, il y eut toujours des guérisons spirituelles et mentales, ainsi que des guérisseurs spirituels et mentaux. Longtemps avant que Moïse élevât son serpent d’airain, des guérisons spirituelles et mentales furent relatées. Depuis lors, jamais un siècle n’a passé sans qu’aient été signalés des cas sporadiques de guérison souvent accomplis par des hommes qui n’étaient pas en premier lieu des guérisseurs, mais qui apportaient un message de vie spirituelle. Combien d’hommes et de femmes, auparavant maintenus en esclavage spirituel aussi bien qu’en détresse physique, vécurent le miracle d’obtenir une guérison physique instantanée dès lors que leur état mental fut transformé par ce que l’on appelait alors « conversion ». 

 

Le mouvement guérisseur a pris maintenant des proportions énormes et s’accroît par sauts et par bonds. Partant de guérisons isolées, en apparence accidentelles, il s’est développé en des institutions bien organisées partout dans le monde. La guérison spirituelle a depuis longtemps dépassé le point où l’on en faisait dédaigneusement mention comme d’un culte ; aujourd’hui rien qu’aux Etats-Unis elle est la méthode de guérison exclusive employée par plus de dix millions de personnes. Ses principes sont connus à présent, les raisons amenant des résultats sont connues, et les raisons d’insuccès apparent dans des cas isolés sont connues également. Les choses qui entravent la guérison sont connues et les attitudes mentales qui produisent la guérison sont cataloguées, codifiées, classifiées et systématisées. La guérison spirituelle et mentale est passée d’un culte à une science, le tout en l’espace d’un siècle. Chaque année voit de plus en plus de gens qui l’acceptent pour le bonheur de toute leur vie ; comme une boule de neige gigantesque, elle roule vers l’acceptation populaire. 

 

Comment a grandi cette nouvelle science de traiter la maladie ?

 

 Par une seule chose : elle a fait ses preuves elle-même par ses résultats. 

 

Considérons qu’elle implique un changement révolutionnaire de nos idées admises sur l’origine de la maladie. Elle transporte l’origine du monde physique où elle était établie depuis les premiers temps, dans le monde mental et spirituel. Elle fait appel au courage de s’abstenir de tout soulagement par des méthodes traditionnelles et de compter uniquement sur le pouvoir intangible de la pensée. Elle ne saurait être comparée au simple changement d’une croyance en l’allopathie en l’homéopathie, ni à un passage de la rhumatologie à l’ostéopathie. Elle exige un bond d’un bort à l’autre d’un large abîme béant ; toutefois, les rares pionniers qui risquèrent ce bond obtinrent des résultats contraignant les observateurs à réfléchir. 

 

Peu à peu, d’autres, avec une certaine précaution, firent leurs propres expériences et, à leur ravissement, trouvèrent qu’après tout il y avait là quelque chose. tout ce qui fait ses preuves gagnera des adhérents et ainsi, telle une lettre faisant chaîne, chaque nouvelle guérison amènera beaucoup d’autres adeptes à l’acceptation de cette vérité nouvellement découverte. 

 

C’est une ancienne vérité, bien que découverte il y a peu de temps seulement. Elle est aussi vieille que l’univers parce qu’elle est une vérité de base de l’univers. Lorsqu’on étudie l’univers matériel avec des yeux impartiaux, on est forcé de conclure qu’il doit avoir été formé par l’action de l’esprit, parce que la matière n’a aucun pouvoir de se créer elle-même. 

 

Cette grande vérité fondamentale – dont les guérisons isolées provoquées par elle à travers l’histoire ont attesté la présence – est pareille à un continent sous-marin dont les montagnes formeraient les îles dispersées à travers l’océan. Elle n’est nouvelle qu’en sa réaffirmation et sa présentation systématique. Vaguement et empiriquement connue avant, elle est à présent définie très exactement. Sans l’ombre d’un doute, nous savons que les conditions physiques ne sont que la réflexion d’états mentaux et peuvent être changées sans l’intervention d’aucun moyen matériel, simplement par la pensée transformée. 

 

 

tube ailes

9.     Le réveil religieux 

 

Les différentes écoles de guérison mentale abordent le sujet sous des angles différents, mais toutes convergent vers ce point unique : la pensée transformée amène une activité physique transformée. Le psychologue et le psychiatre maintiennent leur travail au niveau d’une stricte performance mentale, hésitant à introduire l’élément spirituel parce qu’ils considère l’approche religieux du travail comme étant en dehors de leur ressort. Nous, de l’autre école, ayant observé que la plupart des guérisons de cette espèce mène à un intérêt nouveau pour les questions spirituelles nous abordons le sujet en admettant nous trouver devant une science religieuse. Par conséquent, nous en appelons à la nature spirituelle de l’homme, certains que son réveil spirituel est la preuve d’une perfection intérieure qui a été dévoilée et a mené à sa guérison. 

 

Cela ne signifie pas qu’il s’agisse là d’une religion nouvelle. C’est un réveil religieux, mais son un réveil confessionnel. Cette vérité peut être appliquée à n’importe quelle confession, sans contrarier aucune croyance religieuse personnelle. Il n’y a qu’un seul Dieu dans l’univers entier. Les hommes peuvent trouver leur chemin vers Lui par la voie confessionnelle de leur choix. La chose qui importe est de L’atteindre et d’établir un contact personnel. 

 

Lorsqu’un bateau quitte le port, des êtres chers s’efforcent de maintenir aussi longtemps que possible le contact avec leurs amis qui s’en vont. Les serpentins lancés du pont sur la jetée peuvent être jaunes, rouges, bleus ou de n’importe quelle autre couleur – seul le contact ainsi établi importe. Il serait ridicule pour le détenteur d’un serpentin bleu de dire que le serpentin vert de son voisin n’a pas la bonne couleur, aussi longtemps que ce serpentin vert relie l’ami à l’ami. De même, la chose importante en cette vie est d’établir le contact avec le Créateur ; la couleur confessionnelle de l’agent intermédiaire signifie peu de chose. une splendide banderole dorée qui ne réussit pas à établir la liaison de l’un ou l’autre ne vaut pas la ficelle toute simple qui atteint ce but. 

 

Le premier principe de cette science est le lien qui rend l’homme capable d’entrer en contact avec la Réalité. Ce principe peut être revêtu de n’importe quelle couleur de l’arc-en-ciel, parce qu’il peut être appliqué par n’importe quelle personne de n’importe quelle confession, n’importe quelle couleur, secte ou contrée. Le principe est universel. 

 

tube ailes

1O. Psychologie et spiritualité 

 

Nous pensons que la méthode d’approche du psychologue est bonne aussi loin qu’elle peut aller, mais plus faible que la nôtre parce que le psychologue reconnaît la présence de nombreuses intelligences individuelles alors que nous ne reconnaissons qu’une seule Intelligence qui embrasse toutes les intelligences prétendues individuelles. Une fois arrivés à une conclusion relative à la condition éternelle de cette Intelligence unique – qui est à jamais paix, tranquillité, puissance, amour, foi, harmonie, expansion, santé et plénitude – notre objectif est d’amener ce que nous appelons notre intelligence individuelle en un état d’unité avec l’Intelligence unique. 

 

Ainsi, vu que l’Intelligence universelle demeure pour toujours impassible devant toute force hostile, qu’elle ne reconnaît jamais l’existence de rien qui diffère d’elle, notre intelligence – étant issue de cette Intelligence unique – ne peut expérimenter quoi que ce soit qui ne soit déjà expérimenté par cette Intelligence. 

 

Cela n’est qu’un seul point dans la guérison spirituelle et mentale, mais il indique une différence dont l’explication est souvent cherchée par la question : « En quoi votre méthode diffère-t-elle de la méthode psychologique ? ». 

 

 

coeur dans L'Esprit  Guérisseur

Publié dans L'Esprit Guérisseur | 1 Commentaire »

Le Pendu (12)

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2010

Interprétation des cartes du Tarot de Marseille 

     

 Le Pendu (12) dans Tarots et tirages Cartes 00020260 

 

 

LE PENDU 

 

Le 12 

 

  

hanged_man dans Tarots et tirages Cartes

 

 

Signification de la carte dans un tirage du Tarot de Marseille  

 

La carte est tirée à l’endroit :  

La carte du Pendu se trouvant à l’envers et voyant les choses de façon inversée, on ressent une certaine douceur, loin des schémas conventionnels et rigides. Les perspectives sont différentes et sont peut être plus faciles à vivre dans cette position. Le Pendu est plus réceptif, ses capacités d’adaptation sont plus importantes. En raison de ses pieds et de ses mains liées, le consultant a tout le temps de réfléchir à la situation, de méditer, d’utiliser son esprit. Ainsi c’est le moment de l’attente, de la réflexion, toute action est exclue. Il faut accepter les blocages, les retards comme un signe du destin demandant d’agir avec prudence. Il faut passer par une épreuve nécessaire pour pouvoir avancer, pour gagner un avenir meilleur. Ce n’est que de cette façon que l’avenir sera positif et la régénération totale. Pour cela il faut savoir accepter un arrêt parfois long.


Toute question matérielle et physique se trouve subordonnée aux valeurs morales. Le consultant devra peut être changer son point de vue sur les choses et les décisions (posture du Pendu à l’envers). De même la situation actuelle peut sans doute s’inverser totalement par rapport à ce qui était prévu au départ. C’est une lame positive. Les changements même négatifs en apparence ne peuvent être que positifs à la longue en profondeur. Lorsque l’arcane se trouve avec des cartes positives, elle annonce des succès après une longue épreuve, un long travail, des sacrifices ou une épreuve bénéfique. Peut être le consultant doit-il sortir de son train de vie actuel et se tourner vers un autre choix de vie plus basé sur la méditation, peut être un peu en retrait du monde 

  

                                                                                                            

Résumé : Sacrifice, charité, oubli de soi-même, désintéressement de la matière, prudence, discipline morale, pardon obtenu, amour platonique 

 

La carte est tirée à l’envers

Quand la carte est entourée de cartes négatives ou qu’elle sort à l’envers, elle se retrouve accentuée dans son inertie et ses blocages. Ainsi le consultant peut s’attendre à des événements défavorables, des occasions perdues, des incertitudes paralysantes, l’incapacité de se résoudre au renoncement pour améliorer sa situation. Il risque de s’ensuivre des échecs en cascade, une perte de contact avec la réalité, la fuite dans des paradis artificiels comme les drogues ou l’alcool, des dépressions. Toutes sortes de désillusions sont possibles, l’amertume liée à l’impossibilité d’agir, la solitude, l’incompréhension. 


Il est urgent et indispensable de se remettre en question.
Il peut aussi être la victime de mensonges, de pièges, de haines et de règlements de comptes. 

 

Résumé : Pertes, désillusions, solitude, période difficile, erreurs, défaites, échecs, séparation, obstacles insurmontables

 

 Synthèse :  

 

Le consultant doit prendre en considération son passé et son présent pour prendre des décisions concernant son avenir. En l’état actuel, les choses, les actions ne sont pas suffisamment mûres pour conclure. Sur le plan mental, le consultant manque peut être de maturité ou de détermination pour faire des choix qu’ils appartiennent à la sphère sentimentale, intellectuelle ou matérielle. Il faut peut être renoncer à quelque chose  

 

 

Nous tirons les cartes en pensant à une personne en particulier

 

Dans le domaine professionnel : Le travail ne lui fait pas peur et elle assume toutes les contraintes et toutes les tâches. Elle fait passer son dévouement par dessus tout. C’est un excellent employé 

 

Dans le domaine sentimental : Il s’agit d’une personne très dévouée, capable de s’effacer et de se sacrifier pour vous. Cependant, elle peut subir des contraintes qui ne lui permettent pas de s’engager immédiatement auprès de vous. Prenez patience, elle viendra dès que ce sera possible. Vous pouvez compter sur sa parole

 

Dans le domaine financier : Les difficultés économiques ne lui font pas peur, elle est capable de faire de nombreux sacrifices pour la bonne cause 

  

  Le message général du Pendu

Un temps d’arrêt est nécessaire avant de reprendre le chemin

 

francesca

Et maintenant, pour aller un peu plus loin dans l’analyse 

 

Le Pendu est le seul personnage du tarot qui a la tête en bas. Il est pendu par le pied gauche à une poutre avec le pied droit plié sur la jambe gauche en croix (voir l’analogie avec l’Empereur qui a aussi le pied replié sur la jambe ou avec Le Monde qui a exactement la même position mais à l’endroit). 


Se retrouvant à l’envers et attaché par le pied ou plutôt le talon, le jeune homme est dans l’impossibilité d’agir, il n’est plus en contact avec la terre et le monde matériel, par contre l’intellect lui, demeure libre. Par sa posture inversée, il voit les choses différemment, sous un autre angle. 


La corde semble ne pas retenir le personnage puisque plutôt que d’entourer la cheville, elle passe autour du talon, ce qui rend suivant les lois physiques impossible une telle posture, d’ailleurs si on retourne la carte, on se rend compte que le personnage a l’air de flotter dans l’air. Le Pendu n’est donc pas contraint dans cette position, mais il affiche sa faiblesse et sa vulnérabilité il est pendu par le talon gauche (le talon d’Achille) et de plus cette posture était une torture réservée au Moyen Age aux débiteurs, dans l’Antiquité aux chrétiens. 


Cette immobilité à laquelle il est contraint correspond à la vision orientale de la recherche du savoir qui ne peut venir que par l’immobilité du corps. Son renversement est peut être le signe que les choses doivent être comprises par leur envers, il faut abandonner les schémas traditionnels ou qu’elles ne sont pas forcément comment on pourrait l’imaginer au premier abord. 


Il est attaché par une corde et ses mains se trouvent derrière son dos et elles sont probablement également attachées mais on ne peut que le supposer parce qu’on ne les voit pas. Cette position accentue l’impossibilité d’agir sur le plan matériel (les mains sont des attributs importants porteuses de sens soit par leurs actions soit par les objets qu’elles tiennent). quoiqu’il en soit ses mains étant cachées il est dans l’impossibilité d’agir, il est contraint dans cette position, il est passif comme le démontre la couleur BLEUE  de ses chaussures et de ses cheveux. 


La couleur ROUGE nous informe cependant que le personnage a en lui un potentiel d’énergie inutilisée important : bien qu’il ne puisse que méditer dans cette position, cette médiation est active, initiatique, elle constitue un apprentissage et un passage. 


Le mélange des deux couleurs donne au personnage une certaine innocence et une vitalité contre les forces du mal contre lesquelles il lutte grâce à sa force intérieure, son âme. Sa force musculaire est inutile et inefficace dans cette position. 

Autre fait surprenant, il se tient parfaitement droit et perpendiculaire aux deux arbres qui l’entourent qui font peut être référence aux colonnes du temple de Salomon, Jakin et Boaz. Cette étonnante verticalité semble montrer qu’il a trouvé un parfait équilibre entre les forces. Les arbres par leur couleur semblent plus actifs que le Pendu lui-même. Sans doute cela exprime que l’entourage du Pendu a une vitalité et une vie propre indépendante de lui. La nature vit ses propres cycles et a sa propre énergie indépendante de l’homme. Enfin le VERT  présent dans l’arcane nous montre que les forces extérieures sont importantes.

 

  

Interprétation des couleurs dominantes dans cette carte du Tarot  

 

 

 

Le bleu


Cette couleur s’oppose au rouge et crée une dualité symbolique. C’est un bleu intense, vif mais foncé. C’est la couleur de l’extérieur. Elle ne peut être dedans. Le bleu est une couleur faite de multitudes de couches, c’est une couleur collective ou impersonnelle, peu violente tout à l’inverse du rouge. Elle rappelle la couleur des profondeurs, de la mer, du ciel, c’est la couleur de l’infini, des grands espaces. C’est une couleur impalpable. On retrouve cette couleur sur les vêtements, les cheveux, les plantes, les étoiles, les chevaux… Le bleu est la couleur du plan spirituel, du pouvoir intemporel. Il exprime la stagnation mais aussi la permanence des choses. Il peut rappeler à certains égards l’inconscient collectif. 

 

 

Le rouge :   

C’est la couleur du sang, du feu. C’est une couleur pleine de vie et d’énergie, c’est la couleur de l’action, de l’oxygène nécessaire à la vie. Le rouge, qui symbolise le sang dans le jeu doit rester dans le corps (signe positif de santé) lorsqu’il s’en échappe, il change de couleur. Cette couleur est la couleur de l’intérieur dans l’ordre naturel des choses. Le rouge est la couleur du plan matériel, du désir, du pouvoir temporel mais absolu. Il s’oppose diamétralement au bleu. Le rouge sert à habiller les personnages du tarot et nous donne l’indication de leur position par rapport à son complément qui est le bleu.

Le vert 
Il apparaît dans le tarot sombre et soutenu. Il se distingue totalement des jeunes pousses vert tendre que l’on peut trouver dans la nature. Ce vert est un vert résistant des plantes qui ont su lutter contre la nature pour rester en vie, il représente la vitalité profonde, la résistance au temps. Elle rappelle l’énergie violente de la nature. C’est la couleur directrice de la vie. On le rencontre peu dans le jeu

 

 

 

 

Vous pourrez apprendre vous-même ici : http: // le-chariot.com/methodes.html  

 

 

 

Voie_du_Tarot

Publié dans Tarots et tirages Cartes | Pas de Commentaire »

L’Arcane sans Nom (13)

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2010

 Interprétation des cartes du Tarot de Marseille 

  

L'Arcane sans Nom (13) dans Tarots et tirages Cartes 00020260

 

L’ARCANE SANS NOM 

 

Le 13 

 

13-XIII-arcane_sans_nom dans Tarots et tirages Cartes

 

Signification de la carte dans un tirage du Tarot de Marseille  

 

La carte est tirée à l’endroit :  

L’Arcane Sans Nom est par essence l’arcane de la transformation, du mouvement vers l’avant, de l’abandon d’un état pour passer à un autre meilleur et plein de promesses. Le pire est passé, l’avenir ne peut être que positif.
Dans un tirage c’est souvent la carte de la revitalisation, de la libération, l’évolution est profitable. Ce passage se fait malgré tout dans la douleur, l’abandon du passé, de ses liens affectifs, des projets ou illusions, des rêves n’est pas facile mais sera toujours profitable et positif.
C’est peut être le début d’un nouvel amour, d’un nouveau métier, de nouveaux projets, désirs, d’une nouvelle vie. Tout cela comporte malheureusement toujours un prix à payer symbolisé par l’Arcane Sans Nom. La souffrance de la rupture et de la perte de tout ce à quoi on tenait avant et que l’on considérait comme indispensable. Mais cela vaut la peine car à partir de maintenant, tous les obstacles même les plus difficiles pourront être surmontés.
L’Arcane Sans Nom représente aussi tout ce qui est lié au coté obscur, à la mort, aux ténèbres et donc héritages, rites initiatiques… 

  

                                                                                                            

Résumé : Transformation, renouveau, évolution, solitude temporaire, fin bénéfique, progrès 

 

La carte est tirée à l’envers

Lorsque que L’Arcane Sans Nom sort à l’envers, c’est là que l’arcane prend son sens le plus angoissant et le plus lourd. Ainsi les changements sont mal vécus, tout est mal perçu, tout va mal. La situation doit être revue et modifiée dans la plus grande urgence. Annonce d’échecs dus à des obstacles insurmontables et indépendant de la volonté du consultant. Le consultant n’a pas la bonne attitude; il est négatif, mélancolique, dépressif. La carte peut aussi annoncer la mort lorsque les cartes voisines accentuent le sens de l’arcane. Cette mort peut être physique ou spirituelle

 

 

Résumé : Désillusion, douleur, mélancolie, dépression, obstacles, inertie, refus obstiné du changement, séparation définitive, deuil, découragement

 

 Synthèse :  

 

Cette lame concrétise le renouvellement totale et la transformation profonde. Elle peut aussi parler d’éloignement, d’arrêt, d’immobilité ou de mort. 

  

 

 

 

Nous tirons les cartes en pensant à une personne en particulier

 

Dans le domaine professionnel : Pour le travail ne comptez pas trop sur elle, elle est en pleine reconversion et va sans doute changer d’activité

 

Dans le domaine sentimental : Il s’agit d’une personne en plein bouleversement et remise en question. Elle cherche à repartir sur de nouvelles bases et à effacer son passé

 

Dans le domaine financier : Ne lui confiez pas votre argent, elle est en pleine restructuration

 

  

  Le message général de l’Arcane Sans Nom

Il faut savoir trancher et se détacher totalement du passé pour se renouveler pleinement


 

91770440logo-francesca-trans-gif

Et maintenant, pour aller un peu plus loin dans l’analyse 

 

L’Arcane sans Nom représente un squelette muni d’une faux qui semble faucher les hommes. C’est la représentation de la mort telle qu’elle a pu apparaître dans de nombreuses fresques ou peintures. Cependant si on regarde de plus près la faux on se rend compte que le manche est carré, ce qui ne doit pas être très pratique pour faucher. En fait, le squelette semble plus balayer que faucher. Ce squelette de couleur CHAIR semble représenter tout ce qui a trait à l’homme par sa couleur et en même temps la vie comme l’atteste sa colonne vertébrale en forme d’épi de blé, (symbole traditionnel de vie avec le pain), de plus il est actif, il se déplace vers la droite.  


Ainsi par la faux, le squelette ne tue pas mais annonce une transformation telle la mort dans les religions qui n’est qu’un passage vers un autre état. Le manche de la faux est JAUNE, principe divin et cosmique et qui montre qu’elle est animée par une force divine supérieure. La mort est dans l’ordre naturel des choses et elle est nécessaire pour assurer l’évolution et la progression.  


L’arcane porte le nom de l’Arcane Sans Nom, celle que l’on ne nomme pas (traditionnellement on ne nomme pas la mort) , de même elle porte un nombre inquiétant : XIII. Mais elle n’est inquiétante que pour ceux qui craignent les changements, pour les autres elle ne peut qu’être bénéfique car tout changement, toute amélioration passe forcément par une transformation nécessaire ou par une rupture. 


Les morceaux de corps présents sur le bas de l’arcane montre que le corps peut être divisé, morcelé alors que l’âme, elle, reste toujours intègre, et unique. Si on analyse d’un peu plus près les morceaux, on trouve 3 mains (les actes que l’homme accompli), un pied (le cheminement), deux têtes (la qualité des pensées). La présence des os nus montre que la transformation doit être profonde et intégrale, aller jusqu’à l’os. Il s’agit d’une remise en question jusqu’au plus profond de l’être. Quant aux têtes, la couronne sur l’une d’elle montre qu’aucun pouvoir matériel ne nous permet de nous soustraire à cette logique, qui que nous soyons nous subissons tous le même sort et sommes soumis aux mêmes lois.  


Les quelques brins d’herbe de couleur BLEUE
et jaune nous annonce que l’arcane est symbole de vie spirituelle, la mort n’est qu’un passage vers la vie et que cette vie est d’essence divine. En aucun cas la mort n’est une fin en soi. Ainsi de cette façon, L’Arcane Sans Nom représente une transformation sur le plan physique, le corps disparaît mais pas la vie qui continue sous une autre forme plus simple et plus avancée. 

Sur le plan symbolique, dans le sens ou la transformation est un changement radical, l’homme en perdant son corps, perd aussi tous ses biens et ses créations matérielles, il s’en trouve affranchi et peut enfin s’élever.

 

 

Interprétation des couleurs dominantes dans cette carte du Tarot  

 

 

La chair :  Cette couleur n’est pas éclatante, elle est un peu blafarde. C’est la couleur de la peau, elle symbolise l’humain, l’homme. On la retrouve sur les personnages mais aussi sur les objets qui deviennent alors des prolongements de l’homme. C’est aussi la couleur de la conscience, du pouvoir sur le temporel et le spirituel 

 

 

Le jaune 

Cette couleur rappelle la couleur de l’or, du miel, certaines fleurs, certains fruits murs, du soleil. Le jaune montre un travail, un processus par lequel, une chose atteint un autre stade, un fruit qui mûrit grâce à l’action du soleil. C’est ainsi que le jaune donnera l’idée de travail, de temps qui aboutit à une métamorphose après un processus de transformation. Le jaune peut aussi être interprété comme la couleur du plan divin, celle de la sagesse universelle et du pouvoir ; c’est la couleur des Dieux, qui devient sur Terre l’attribut de la puissance des Rois. La maturité associée au travail évoque l’idée de métamorphose. Le jaune est aussi la couleur de la lumière et elle possède en elle de ce fait toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. Le jaune supervise la dualité entre la couleur bleue et la couleur rouge 

 

 

Le bleu


Cette couleur s’oppose au rouge et crée une dualité symbolique. C’est un bleu intense, vif mais foncé. C’est la couleur de l’extérieur. Elle ne peut être dedans. Le bleu est une couleur faite de multitudes de couches, c’est une couleur collective ou impersonnelle, peu violente tout à l’inverse du rouge. Elle rappelle la couleur des profondeurs, de la mer, du ciel, c’est la couleur de l’infini, des grands espaces. C’est une couleur impalpable. On retrouve cette couleur sur les vêtements, les cheveux, les plantes, les étoiles, les chevaux… Le bleu est la couleur du plan spirituel, du pouvoir intemporel. Il exprime la stagnation mais aussi la permanence des choses. Il peut rappeler à certains égards l’inconscient collectif

 

 

 

 

 

 

Vous pourrez apprendre vous-même ici : http: // le-chariot.com/methodes.html   

 

 

 

tarot.

Publié dans Tarots et tirages Cartes | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...