Le maître des illusions

Posté par othoharmonie le 12 octobre 2010

Titres

LE MAITRE DES ILLUSIONS 

Auteur

Donna TARTT  

 

                                                  Le Maître des illusions

 

 

 

Le Maître des illusions

 

 

est un roman américain de Donna Tartt publié en 1992.

 

De quoi ça parle :

Richard, un étudiant californien de 19 ans en quête de nouveaux horizons, débarque dans un petite université du Vermont avec la ferme intention d’y poursuivre des études de grec. Il parvient a intégrer le petit groupe très fermé et fascinant d’étudiants en lettres classiques, mené par le charismatique Julian, un sage mais étrange professeur (L’une de ses phrase « la beauté est la terreur » donne un aperçu de ses convictions esthétiques.) Il se lie rapidement avec les cinq étudiants, Henry, un génie ténébreux, riche à millions et qui vit dans son monde, le beau Charles et sa sœur Camilla, deux jumeaux, Francis Abernathy, riche, excentrique et gay, et Bunny, le cancre du groupe, stéréotype du brave américain bourgeois.

Les semaines passent ainsi comme dans un rêve pour Richard, entre la beauté des paysages du Vermont, les week-ends à la campagne, les soirées étudiantes, et les traductions de Platon, le tout baigné d’alcool et imbibé de drogues, sans compter son coup de foudre pour la belle et froide Camilla.

Pourtant, une tension s’installe, et Richard se rend vite compte que ses cinq nouveaux amis lui cachent quelque chose. La dévotion d’Henry pour les rites de l’Antiquité, une bacchanale qui tourne mal, un meurtre, des mensonges en série, des vacances d’hiver où tout implose et Richard va apprendre la vérité. Il décide alors de se ranger du côté de ses amis, et de les aider à garder leur secret, même quand cela implique de se débarrasser de l’un d’entre eux. Après deux meurtres, vont-ils réussir à s’en sortir libres? Comment ne pas craquer face à la pression de la culpabilité? Ont-ils réussi à orchestrer le meurtre parfait? Richard parviendra-t-il à gagner Camilla malgré la présence d’Henry?

 

EXTRAITS :

« (…) Les choses terribles et sanglantes sont parfois les plus belles. C’est une idée très grecque, et très profonde. La beauté c’est la terreur. Ce que nous appelons beau nous fait frémir. Et que pouvait-il y avoir de plus terrifiant et de plus beau, pour des âmes comme celles des Grecs ou les nôtres, que de perdre tout contrôle ? Rejeter un instant les chaînes de l’existence, briser l’accident de notre être mortel ? (…) Si nos âmes sont assez fortes, nous pouvons déchirer le voile et regarder en face cette beauté nue et terrible ; que Dieu nous consume, nous dévore, détache nos os de notre corps. Et nous recrache, nés à nouveau. »

 

 

Le maître des illusions dans S à  Z livre.tnt.gif1.

AVIS

 

Si vous êtes fan de Bret Easton Ellis en particulier de « Zombies », « Moins que zéro » et « Les lois de l’attraction », que vous aimez les pavés dans la digne tradition des story-tellers américains et les ambiances de campus US alors ce roman devenu culte est pour vous ! Souvent défini comme un roman à suspens ou un thriller, ce roman demeure avant tout un roman sur la fascination et la manipulation psychologique. Un roman sur le pêché et l’innocence perdue. C’est aussi un roman d’apprentissage « extrême » en quelque sorte, où un jeune californien quitte les bosquets d’orangers, les piscines de ses voisins et surtout la station service de ses parents modestes et négligents, pour étudier dans une prestigieuse université du Vermont (région où a étudié l’auteur au Bennington Collège et où elle s’est liée d’amitié avec l’écrivain Bret Easton Ellis) : Hampden.


Un nom « à la résonnance anglicane » (et qui rappelle celui de « Campden » imaginé par Ellis) dans une région qui lui évoque « les prairies radieuses et les montagnes vaporeuses dans un lointain frémissement », bref un échappatoire inespéré à sa morne vie et l’opportunité de prendre un nouveau départ plus exaltant.

 

Le personnage de Camilla, seule figure féminine du groupe est particulièrement réussi (et rappelle un peu celui de la sœur de Jordan dans « Les morsures de l’aube » de Tonino Benacquista) : d’un romantisme sombre presque gothique, elle dégage une forte sensualité à la fois angélique et noire qui séduira immédiatement le narrateur.

 

L’AUTEUR

 

photo_Donna_Tartt2 dans S à  Z Avec sa soeur cadette, Donna Tartt grandit dans le Mississippi et passe une partie de son enfance à combattre la maladie. A cinq ans elle écrit son premier poème et publie un sonnet, à treize ans, dans le Mississippi Literary Review. En 1981 elle entre à la Mississippi University, mais part l’année suivante au Bennington College dans le Vermont. Dans sa seconde année à Bennington, elle entame l’écriture de ‘The Secret History’, et un de ses condisciples, un certain Bret Easton Ellis, s’enthousiasme pour les premières pages du manuscrit, qu’elle ne finira que huit ans plus tard, en 1991 (Le maître des illusions, 1993), et qu’elle dédie à Ellis. Dans la guerre des éditeurs, les enchères montent et ce sera Knopf qui l’emportera, pour 450 000 dollars. Les droits d’adaptation seront vendus, avant même que le livre ne sorte, à Alan J. Pakula. Il sera traduit dans dix langues. En 2001, Donna s’installe à New York et publie son deuxième opus : ‘The Little Friend (Le petit copain, 2003), qui lui a pris dix ans d’écriture. Elle a un style extrêmement précis et descriptif dans les endroits et les personnages élaborés. Donna a également publié un essai sur le basket-ball dans un recueil de textes autour du sport ainsi que des nouvelles dans The New Yorker, Harper’s (‘A Christmas Pageant’, décembre 1993), GQ (‘ A Garter Snake, mai 1995) et dans Meurtres et Passions-Spécial Suspense (‘ Un vrai crime’, 1996). Elle partage son temps entre Manhattan et la Virginie.

 

  

000206AF

 

 

si vous aussi vous voulez vous procurer ce livre, vous le trouverez ICI : http://www.amazon.fr/Ma%C3%AEtre-illusions-Donna-Tartt/dp/2266125338

 

livre.tnt.gif1.

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...