• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 5 novembre 2010

Fête des Lumières en Inde

Posté par othoharmonie le 5 novembre 2010

Fête des Lumières en Inde dans Penserie mini_bougie Une petite pensée particulière aujourd’hui 5 novembre 2010 car nos amis indiens sont en train de fêter la FETE DES LUMIERES….. (nouvel an en Inde).

Lorsque nous avons quitté le sol Indien, cette grande fête était en préparation…..

 dans VOYAGE EN INDE

Dans toute l’Inde cette fête marque le début du nouvel an Hindou. C’est la fête de lumières, partout dans le pays, les fidèles allument des petites lampes à huile et des lampes électriques. Des milliers de lampes illuminent alors les rues et les maisons, pour indiquer la route à Rama, qui rentre d’exil. Mais de nos jours la fête est également dédié à Lakshmi, la déesse de la fortune, et au Bengale à Kali. C’est certainement la fête la plus gaie du calendrier hindou, et est de tradition de se vêtir de nouveaux habits à cette occasion, de s’échanger des sucreries et… de faire exploser des pétards jusqu’à tard dans la nuit. 

La légende raconte que cette célébration hindou a pris place pour la première fois en l’honneur du retour de Rama, après sa victoire face au démon Ravana. Elle correspond au nouvel an Indien selon le calendrier hindou Vikram utilisé en Inde du Nord. Une grande fête où l’on célèbre le renouvellement de la vie et la destruction du mal. 

diwali-2f09a

 

Parmi les nombreuses fêtes hindoues qui représentent symboliquement l’ascension de l’âme individuelle vers les sommets divins, Deepavali est la plus populaire et la plus significative. Deepavali se situe pendant le Krishna Paksha ou la moitié sombre du mois de Karthik (nouvelle lune d’Octobre-Novembre). L’obscurité représente l’ignorance ou la maya qui enveloppe l’existence terrestre des mortels, mais la lumière symbolise le moi intérieur, flamboyant de pureté et de splendeur grâce à la flamme de la sadhana, ou effort constant et sacrifice de soi, allumé par la mèche de la dévotion (Bhakti) et l’huile du Jnana, c’est-à-dire, la connaissance ou la sagesse. La lumière intérieure dissipe toute obscurité et permet au moi de se voir Lui-même dans toute sa splendeur et sa gloire. Alors la vie entière devient une vie de lumière, de sagesse et de réalisation personnelle. Ceci est Deepavali – « l’alignement de lumières ».   

Il existe de nombreuses histoires et légendes qui se rattachent à Deepavali, mais toutes présentent une unique vérité de façon allégorique. Narakasura, le fils de Bhoodevi la Terre-Mère, fût annihilé par Krishna, et c’est ce jour qui est célébré comme Deepavali. Bhoodevi représente Prakriti, la Mère Nature. Tout notre attachement aux biens de ce monde ne se situe que dans un plan éphémère. Le Moi Divin de Krishna annihile le démon de l’attachement matérialiste, Narakasura, le produit de Prakriti, la nature. 

    

 Dans certains endroits de l’Inde, la fête est célébrée comme le jour de la victoire de Rama sur Ravana. Rama est le moi qui se révèle en chaque être – « sarve ramante iti raamah ». Ravana avec ses dix têtes, qui représentent les dix sens parcourant le monde, toujours à la recherche des objets et des plaisirs sensuels, est l’incarnation de la sensualité. Le Moi annihile la force obscure de la sensualité et apporte la lumière dans la vie du jeeva individuel, représenté par Seeta.
    

 Certains célèbrent Deepavali comme le mariage de la Déesse Lakshmi et de Vishnu. Lakshmi représente tous les éléments favorables et le bien-être matériel. Le dieu Vishnu symbolise la béatitude spirituelle. Le mélange harmonieux du bien-être matériel – abhyudaya – et de l’élévation spirituelle – nishreyasa – est le but de la vie, et en allumant la lampe de la connaissance ou de la sagesse, les deux se réalisent. 

Au Bengale, Deepavali est célébré en tant que fête de Durga (une des formes de la Mère) – celle qui nous permet de franchir les forteresses de l’ignorance. Certains fêtent ce jour comme celui de la destruction de Lanka, terre de sensualité, par Hanuman, qui représente symboliquement l’âme illuminée qui disperse les ténèbres. 

Les Jaïns célèbrent Deepavali pour marquer l’avènement de Mahavira Jina, celui qui conquit les forces obscures avec la lumière de la sagesse. L’application d’huile sur la tête et le bain rituel de cette journée symbolisent le rafraîchissement du cerveau pour le rendre brillant, et le lessivage des mauvaises pensées de l’esprit. 

Le festival de Deepavali unifie les éléments variés de la population par les liens de la fraternité humaine. L’explosion des pétards et l’illumination de l’espace symbolisent la diffusion de la connaissance sur la société tout entière. Le port de vêtements neufs représente l’adoption d’une nouvelle vie spirituelle, après s’être défait de la basse existence matérielle. La distribution de sucreries parmi les gens symbolise la diffusion de la joie, de la paix, de l’amour mutuel et de l’harmonie.

Nivedita et Sarojini Naidu ont souligné que, avant la partition de l’Inde, même les musulmans du Bengale se joignaient aux hindous pour allumer et déposer les petites lampes flottantes sur le fleuve sacré, le Gange, marquant symboliquement l’illumination de Jiva Ganga, ou flux de vie, avec les lumières de connaissance, d’unité et de fraternité. Deepavali est un moment où la charité atteint ses sommets. Tout le monde cherche à faire plaisir aux autres par des cadeaux, même les maîtres offrent à leurs serviteurs des vêtements, des gâteaux, soulignant ainsi leur place au sein de l’unité familiale. 

b_608095_image1

NOTA : Au Tamil Nadu, dans le Sud de l’Inde, Deepavali se situe à la même époque, mais dans le calendrier tamil, le nom du mois est « Aypassa ». C’est l’occasion de faire éclater d’innombrables pétards, d’offrir des cadeaux, et de sacrifier quelques animaux (chèvres, poules, lapins…) en l’honneur de Kali. 

Les petites lampes à huile illuminent le pays au mois tamil de Karthik, en Novembre-Décembre, pour « Karthik Deepam », la pleine lune. Pour de nombreux Tamouls, c’est également Karthik qui tua Narakasura.

 

Diwali

Publié dans Penserie, VOYAGE EN INDE | Pas de Commentaire »

Les plus de l’Inde

Posté par othoharmonie le 5 novembre 2010

LES PLUS DE L’INDE

 

Les plus de l'Inde dans VOYAGE EN INDE

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il est très facile de se « débrouiller » en Inde du Nord, tant l’accès aux divers types de communications est aisé. La langue, en premier lieu, n’est pas réellement un obstacle insurmontable comme on pourrait le croire. Même pour moi qui baragouine un anglais précaire ; on arrive toujours à se faire comprendre !

En dehors de quelques régions ou même villages très reculés où règnent différents dialectes, un peu comme le patois de certaines de nos régions françaises, nous rencontrons toujours une personne parlant anglais, ancienne colonie oblige, et prête à nous aiguiller. Ceci dit, la connaissance de quelques mots d’hindi ravit toujours nos interlocuteurs et nous ouvre des portes parfois insoupçonnées. Le dialecte le plus couramment utilisé chaque jour et le plus basique pour ma part mais pourtant il a fait le ravissement de mes rencontres ce fut :

 Bonjour = namasté

 Merci = dhanyavad ou encore Choucria

 Bien = achha

 

en complément de mon anglais très rudimentaire. Cependant, aucune inquiétude au niveau des langues, les indiens sont beaucoup plus avancés que nous pour manier toutes les langues et ceci tout simplement grâce au tourisme ; les Indiens apprennent très très vite….

 

p1010410 dans VOYAGE EN INDE

Une anecdote à ce sujet…

Dès que vous mettez un pied sur le sol indien, à la sortie du bus pour nous, tout un attroupement de marchands à la sauvette vous sautent dessus, principalement des femmes et des enfants,  pour vous vendre des babioles ; ne sachant pas encore de quelle nationalité vous êtes, ils vous parlent dans toutes les langues à la fois jusqu’à temps de tomber sur la bonne et… bien évidemment lorsqu’ils vous parlent un français bien clair, on ne peut s’empêcher de sourire ! Ils ont ainsi trouvé de quelle nationalité vous êtes !

Je vais vous dévoiler le langage typique du français dans sa représentation par les indiens :

-          Oh là là !!

-          Ras le bol !!

-          Lâche-moi les baskets !!

-          La paix !!

Comment voulez-vous ne pas sourire lorsqu’ils vous dévoilent leurs talents et leurs connaissances dans toutes les langues, celles qu’ils ont pu apprendre au seul contact des touristes de toutes origines !

Ensuite vient l’instant où ils vous demandent de quelle région de France vous venez et qu’ils se mettent à énumérer toutes les grandes villes de France… mais, lorsque l’on leur dit Dijon, finalement très peu connaissent et pour certains érudits, ils se mettent à énumérer avec fierté : oh oui !!…. moutarde, pain, beurre, saucisson…

 

Le train Indien   p1010710

 

En second lieu, les moyens de transports sont remarquablement bien développés et organisés. Que cela soit en avion, en train, en bus, ou en Jeep collective, il est bien rare de ne pas trouver assez rapidement une solution pour se rendre à l’endroit désiré, de surcroît à moindre frais. D’ailleurs durant le séjour nous avons fait l’expérience de prendre le train local en pleine journée. Certes une fameuse aventure dans cette marée humaine, mais nous avons pris tout de même le train de première classe…. mais attention, de première classe de là-bas… à ne pas s’y méprendre.

Tout d’abord, nous avons eu la surprise de constater que sur notre wagon, le nom de chaque voyageur y était inscrit sur une feuille scotchée à l’extérieur de notre compartiment. Ce sont en réalité la forme de trains que nous avions ici en France dans les années 1930.

A ce sujet d’ailleurs, notre guide Tipack nous a dit que le train que nous allions prendre était le TGV de l’Inde …. Sauf que TGV là-bas ne veut pas dire Train à Grand Vitesse comme chez nous, mais plutôt TRAIN A GRANDES VIBRATIONS !!!

 

Pour se déplacer, il faut juste un peu de patience, les trajets étant souvent très très longs. Pour un ordre d’idée, en Inde, on ne calcule pas en kms mais plutôt en temps et pour en appréhender le calcul, je peux vous dire pour l’avoir vécu, qu’en Inde, pour parcourir environ 15 kms d’ici, il faut bien compter une heure ; tout ceci en raison du mélange des circulants, car en Inde on tient également compte du déplacement des animaux comme : les chiens, les chameaux, éléphants, cochons … dans un respect mutuel avec l’être humain qui va nu pied comme celui à vélo ou véhicule motorisé ; tous circule en harmonie à faire pâlir encore plus, les gens comme nous.

dscf0023

Publié dans VOYAGE EN INDE | 1 Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...