• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 19 décembre 2010

Les Peuples de l’Elément Air

Posté par othoharmonie le 19 décembre 2010

       ****Les Peuples de l’élément Air

            issu du livre : L’encyclopédie du merveilleux


 

Elfes, Fées, Lutins, Anges, Sirénes, Génies, Centaures, Nains, Gnomes… La terre fut-elle un jour peuplée de tous ces êtres, ou l’homme les a-t-il inventés? Notre siècle péremptoire possède déjà la réponse puisque rien de ce qui n’est avéré par la science ne peut avoir de réalité.

L’imaginaire est comme une peinture. Le paysage réel existe, mais c’est la palette du peintre qui va le sublimer et en faire une oeuvre d’art.

Contrairement au Fantastique qui suppose l’incursion d’éléments surnaturels dans un quotidien ordinaire, Le Merveilleux tient pour acquise l’existence d’éléments magiques qui constitue la trame de sa narration.

Si le Fantastique instille chez le lecteur ou le spectateur le doute et l’effroi, le Merveilleux lui procure le rêve et l’enchantement, même si le rêve peut à l’occasion tourner au cauchemar et l’enchantement au sortilège. 


Les peuples de l’air sont les plus évolués de tout les peuples invisibles. Aeriens par leurs demeures, quoique certains vivent dans le feu, ils le sont surtout par leur grâce éthérée. 


Ces peuples tendent vers la divinité, c’est pourquoi ils ont souvent été adorés et craints par les anciens, tels les ases des mythologies Scendinaves et Germaniques, mais aussi les Anges ou les Elfes. 

Généralement bienveillants et serviables, comme les Sylphes ou le génies familiers, ils peuvent parfois être extrêmement cruels ; c’est le cas des Harpies, des Erinyes ou des Djinns 

Le royaume du peuple de l’Air se trouve à mi-chemin entre le monde des hommes et celui des anges. Planète terre et planète des cieux sont indiciblement liés par cet élément vital. L’air que vous respirez forme un tout qui enveloppe chaque parcelle de vie sur la planète. Les Elfes et les Sylphes occupent tout ce auquel on n’a pas accès physiquement mais que l’esprit peut atteindre. Cet élément représente tous les côtés spirituels de votre questionnement. La nourriture de ce peuple est spirituelle. Dégagé de la matière physique l’esprit y gagne en clairvoyance et découvre ici sa vraie dimension. L’homme baigne dans le grandiose en permanence mais il n’en a que trop rarement conscience. Ça et là des anges, des esprits et des entités sont pourtant à votre écoute et ne demandent qu’à harmoniser leurs vies avec les vôtres. ou les vôtres avec les leurs, c’est selon. Voler est le plus vieux rêve de l’homme, mais la matière ne peut voler d’elle même, elle est limitée. Celle de l’esprit ne l’est pas. Laissez ce peuple vous porter peu à peu dans l’élément de l’air et il est certain que votre vie pourrait prendre un sens que vous n’imagineriez même pas.

 

  

Les Anges 


Les Peuples de l'Elément Air dans Mythologie/Légende anges

Ils apparaissent parfois sous la forme de créatures de feu, parfois comme des êtres d’aspect androgyne d’une exceptionnelle beauté, vêtus de robe d’une blancheur immaculée, les Anges sont en réalité de purs esprits, incorporels et immatériels. 


Leur noms vient du Grec Angelots « messager ». Ils sont donc des messagers divins, servant d’intermédiaires entre le Dieu créateur et ses créatures humaines. 


Selon la Cabales hébraïque, les anges sont des symbolisations des énergies divines, sans être eux-mêmes des Dieux. C’est pourquoi il est théologiquement blasphématoire d’adorer les Anges. Il est en revanche permis de les invoquer lors de prières, en leur demandant des intercessions auprès de la divinité. 


Il ne faut pas confondre invocation angélique et évocation démoniaque. La première s’identifie à la prière ou à la magie blanche, la seconde à la magie noire. 

Le pseudo-Denys l’Aéropagite à établie un ordre hiérarchique des anges dans sa Hiérarchie céleste, un classement des Anges organisé en neuf choeurs et trois triades. 

 

 

21dr577 dans Mythologie/Légende


La 1ere triade comporte les trois premiers ordres des Anges: 


- les Séraphins (ce qui signifie les « brûlants ») Anges de feu se tenant prés du trône de dieu 

 


- les Chérubins, qui dispensent la plénitude de leur science et de leur sagesse 


- les Trônes, fixés de façon immuable au pieds du trône Divin
La 2eme triade est composée des dominations, affranchies de toute entrave, des vertus et des puissances, pleines d’une calme autorité. 


La 3éme triade, enfin plus éloignée de la divinité mais plus proche des Hommes, et donc plus accessible, connaît les principautés, les Archanges et enfin les Anges. 

Enfin pour clore le chapitre des anges il reste les Anges Gardiens dont il n’est fait nulle mention dans la bible et dont le rôle s’apparente plutôt à celui des génies familiers. Ils accompagnent chaque humain de sa naissance à sa mort ou plus exactement de sa conception jusqu’à l’au-delà.

 

 

petite-encyclo-merveilleux

 

 

Publié dans Mythologie/Légende | Pas de Commentaire »

Djinns, Walkyries, Dieux Scan…

Posté par othoharmonie le 19 décembre 2010

                           ****Les Peuples de l’élément Air 

                                           

                                              issu du livre : L’encyclopédie du merveilleux 

Dieux Scandinaves et Germaniques 
Ases, Asynes(Féminin), Vanes 

Djinns, Walkyries, Dieux Scan... dans Mythologie/Légende ases_vanes

Pour commencer il ne faut pas confondre « les Dieux » avec « Dieu », ce dernier, en tant que figure monothéiste adorée par les religions révélées, est unique, et ne peut donc, à lui seul, être considéré comme un peuple. 


Les Dieux, en revanche, issus des anciens panthéons et des mythologies antiques, doivent être classés avec les peuples de l’air. 

Parmi l’infinité des mythologies, seuls les Ases possèdent une résidence dans le ciel, contrairement aux Dieux ou aux divinités Grecques et Romaines. Les Ases et les Asyes sont les dieux et les Déesses guerriers des mythologies Germaniques et Scandinaves. Leur nom vient de la rune As qui signifie « ancêtre-dieu », ils sont associés aux Vanes, divinités liées aux fonctions de fécondité de plaisir et d’amour. 

Leur chef est le dieu borgne Odin, nommé Wotan dans la version Germanique. 

Dans son royaume céleste d’Asgard, l’enclos des dieux, nommé Walhalla en allemand, régnent avec lui ses deux fils, Thor – dont le Célébre marteau et Baldr – surnomé le bon car il est considéré comme le meilleur des Ases, accompagnés des dieux Loki (dieu du feu, voleur, semeur de discorde et incarnation du mal), Freyr, Njödr, Tyr, Heimdallr, Vidar, Bragi, Vali, Hoenir, Forseti et Ullr.


Les Déesses ont pour nom Frigg, l’épouse D’odin, Freyja, la déesse de l’amour, veillant aux pommes d’éternelle jouvence, assurant l’immortalité des dieux, Sigyn, femme de Loki, Gefjon, Gerdr, Idunn, Fulla et Nanna, auxquelles on associe Syn, Vör, Var, Eir, Lofn, Ljöfn, Hlin, Gna et Snotra. 

Les Walkyries 

723d1099122786-screens-neverwinter-nights-les_walkyries_des_t_n_bres_1 dans Mythologie/Légende

Dans la mythologie Scandinave, les Walkyries, ou Valkyries sont des vierges guerrières, filles de l’Ases Odin. Grandes, belles à l’allure fière et hiératique, elles ont les yeux très bleus et de long cheveux blonds épais, elles portent des casques ailés ou cornus, se couvrent la poitrine de cuirasses de fer et chevauchent des coursiers volants. 


Les Walkyries sont envoyées sur terre lors de bataille opposant des clans rivaux ou elles choisissent le Héros qui leur semble le plus vaillant et le plus valeureux pour l’emporter, si il est mortellement blessé, au Walhalla lieu céleste où résident les dieux et les guerriers blessés. Les guerriers élus se retrouvent et se livrent à de violents combats mais leurs blessures guérissent miraculeusement et là ils se réunissent auprès d’Odin où ils mangent et boivent servis par les belles Walkyries qui de guerrières passent à servantes. 

Djinns
(Génies, Djouns, Efits, Djinniya)


Esprits de l’air dans les légendes des arabes, les Djinns sont classés selon le coran, en bons Génies, fidèles aux enseignements du prophète et en démon rebelles nommés Efrits. 

Ces esprits généralement invisibles apparaissent parfois sous la forme de vapeurs ou de flammes ou prennent l’apparence de géants hideux.Ces petits génies hantent les déserts ou les cimetières et circulent de préférence la nuit. On aperçoit leur présence par le sifflement ou un souffle qui se confond avec le vent. 


Ils sont coupables de répandre les maladies comme le choléra, les rhumatismes, l’épilepsie et le folie qui est une forme de possession des Djinns.
 

Pour conjurer les mauvais Djinns il est de tradition d’invoquer la bénédiction d’Allah avant le repas de faire attention de ne pas croiser son propre reflet dans un miroir durant la nuit. 

Les Djinns redoutent la lumière du jour, les coups de feu, la musique, les youyous perçants que poussent les femmes durant les noces. Les Djinns craignent également le henné, c’est pour cette raison que les femmes se dessinent sur la paume de la main et la plante des pieds des inscriptions con juratoires. Enfin pour finir il existe aussi des Djinns femelles  » les Djinniya » qui ressemblent assez à nos fées européennes.

petite-encyclo-merveilleux

Publié dans Mythologie/Légende | Pas de Commentaire »

Lutins, Fées, Elfes

Posté par othoharmonie le 19 décembre 2010

****Les Peuples de l’élément Air

issu du livre : L’encyclopédie du merveilleux

 

Elfes
Elven, Tylwithes(Grande bretagne), Tylwyth teg(Apys de Galles) Elfen(Ecosse) Daoine Sdhe, siths(Irlande), Elfen, nis(Allemagne) Esprits follets (Fance) 

Lutins, Fées, Elfes dans Mythologie/Légende 70410

 


Esprits élémentaires de l’air, mais aussi des forêts et des collines, ils sont aussi bien mâles que femelles; dans ce dernier cas, on dit « une Elfe ».Les Elfes sont issus de la mythologie Scandinave (Alf, Alfen) où ils incarnent les esprits des morts, mais le terme Anglo-Saxon Elf les assimiles aux fées et autres membres du petit peuple en général. Le terme « Elfe » recouvre ainsi des créatures relativement différents, qu’il s’agit d’inventorier de manière plus précise.

Fées, Démons ou seigneur? 


Dans les légendes nordiques, les Elfes se divisent en Elfe clairs et Elfes noirs, les elfes clairs qui évoluent dans l’air vêtus à la façon des seigneurs du moyen âge. Ils ne s’apparentent aux Elfes des Forets que par leurs oreilles pointues, dites « oreilles d’Elfes ». Les Elfes de Tolkien font partis de cette catégorie. 

 

Les Fées 


Fata, Fades, Fadas, Fayes, Fays, Fairies, Bonnes Dames, gentes demoiselles, Féetauds. 

fee-20des-20bois-39415757c8 dans Mythologie/Légende


Créatures merveilleuses d’apparence féminine, dotées de pouvoirs surnaturels et généralement bienveillantes, les fées ont le pouvoir d’exaucer les voeux des mortel, de protéger, voire de combler les nouveau-nés de dons en se penchant sur leurs berceaux. Mais elles peuvent aussi se révéler maléfiques et destructrices, s’apparentant dans ce cas d’avantage aux sorcières. 


Le mot fée viens du mot latin « Fata » dérivé de « Fatum » destin, une autre étymologie fait dériver fée du latin « Fari », prophétiser qui à ensuite donné « Faer », enchanter, charmer. 


Les Fées vont généralement par trois, comme jadis les fileuses du destin (Moires grecques, Parques latines ou Normes nordiques) dont chacune avait une fonction précise : la première nouait le fil de la vie des mortels en présidant à leur naissance; la deuxième le dévidait en intervertissant dans le destin des hommes; la troisième, enfin, le rompait en annonçant aux hommes leur mort prochaine, avant de les accompagner dans l’au-delà, au séjour de l’éternelle jeunesse. 


La première fonction de la fée est de prévoir les événements futurs. Mais elle ne se contente pas d’annoncer l’avenir; elle le détermine, l’influence au gré de ses caprices ou besoins de ses protégés. Elle est alors la marraine qui se penche sur les berceaux des nouveaux nés pour les combler de dons, comme en attestent de nombreux contes merveilleux. L fée est également magicienne, elle s’intéresse au sort des hommes, en accomplissant à leur profit, et parfois à leur désavantage, milles prodiges et actions surnaturelles. 


LA fée, à enfin, pour rôle d’annoncer la mort des hommes et de les accompagner dans leur trépas. C’est la « mauvaise fée » ou la « fée oubliée » des contes merveilleux. 


L’une des manifestations les plus fameuses de la présence des fées dans les forets est le rond, cercle, ou anneaux des fées, qu’elles laissent dans l’herbe après y avoir dansé des heures durant. Pénétrer à l’intérieur d’un cercle de fées peut s’avérer périlleux, car celui qui s’y risque est emporté dans une danse qui l’obligera à tourner jusqu’à l’épuisement total, voire la mort. On dit aussi que l’écoulement du temps en féerie est diffèrent du temps humain; la danse aura semblé durer quelques minutes à peine, mais en réalité elle aura duré plusieurs jours, voire plusieurs années ou plusieurs siècles. 


Les fées se nourrissent avant tout des nourritures immatérielles, telles que parfum des mets, l’essence des choses, les filaments des nuages, l’étoffe des rêves, l’air du temps, les couleurs des saisons et la rosée du matin. Mais il est également dit qu’elle raffolent de certains aliments comme les baies rouges fraîchement cueillis, le pistil des fleurs, le lait de vache, le beurre, le miel et le safran. 

 

Les Lutins
Lubins, lupins, Ludions, luitons, luprons, letiens, folleti, prites, hobgobelins, Kwuelgeert, plageert

 

Les-lutins


« Lutin » désigne des créatures de petite taille infiniment plus petites que les nains, aux mœurs joyeuses et malicieuses. Le terme « lutin » apparu en 1564, dérive de l’ancien français « luitun ». 


Il faut distinguer les lutins, vivant en liberté dans la nature, des lutins domestiques, ou lutins du foyer. Parmi les lutins sauvages, il faut encore distinguer les lutins vivant de façon grégaire, qui logent dans les lutinières souterraines aux murs de torchis composé de glaise, de mousse et d’herbe parfumée, qui vont toujours par bandes nombreuses et animées, et son vêtus de vert, et des lutins solitaires, reconnaissables à leurs habits rouges. 


La plupart des lutins sauvages se sont progressivement sédentarisés dans les maisons des hommes, notamment en Bretagne et en Grande-Bretagne, leur contrées maternelles, devenant ainsi des lutins du foyer. Ces lutins domestiques affectionnent par-dessus tout la bonne chaleur qui se dégage d’un feu de bois dans la cheminée. En Grande-Bretagne on les appelle d’ailleurs hobgoblins « lutons du foyer » désignant la plaque qui se trouve à côté de la cheminée. 


Il est avéré que les lutins font de longues siestes durant le jour; ils se tiennes alors au grenier ou dans le fenil des étables. Mais la nuit venue, lorsque tout le monde est couché, ils sortent de leurs cachettes, accourent vers la pierre du foyer pour s’y réchauffer et y manger les restes des repas qu’on oublie jamais de leur abandonner, pelures de pommes de terre, fanes de carottes, jatte de lait, crêpes de sarrasin, parfois un peu de lard. Puis ils se mettent au travail, rangent les objets en désordre, lavent la vaisselle, balayent dans les coins, récurent les chaudrons, remplissent les brocs d’eau fraiche, en un mot prennes tout le soin possible de la maisonnée. 


Si les lutins familiers résident habituellement dans les fermes et les maisonnées, ils passent le plus clair de leurs temps à l’écurie, ou ils prennent grand soin des chevaux. Ils les soignent, les pansent, les étrillent et peignent soigneusement leurs crins, qu’il leur arrive de tresser comme des chevelures. 

 

petite-encyclo-merveilleux

Publié dans Mythologie/Légende | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...