• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 29 décembre 2010

Mémoires d’un enfant laid

Posté par othoharmonie le 29 décembre 2010

Titre

TOINE   

Auteur

Pascal  BASSET CHERCOT   

 

                                                                   TOINE 

 

                                            Mémoires d’un enfant laid 

 

 

 

mémoires d'un enfant laid

 

 

de quoi ça parle :

 

Dans les fragments de son enfance, Toine ne juge pas. Il se contente de raconter : Paulus, son ami, trop gros pour faire de la balançoire, trop petit pour voir une femme nue ; Joseph, le clochard, la tête dans les étoiles, les pieds dans les poubelles ; sa grand-mère ; un sculpteur ; la concierge. Il raconte : Anne, la petite soeur adorée qu’il veut revoir à tout prix ; sa mère à la dérive ; le placard, le noir et cette nuit d’épouvante où Patrice lui fait payer des mois de mauvais vin. Mais cet enfant aux souvenirs horribles et magnifiques ne pleure pas, jamais. Même sur sa laideur. 

 

Toine, c’est soi et l’Autre détestés : bref, le bouc émissaire. Pascal Basset-Chercot a réussi là, à exprimer la muette souffrance de l’enfant-martyr, telle qu’il la ressent lui-même : passivement, comme une fatalité, avec une résignation et une pitié quasi christiques. 

 

 

 

L’auteur : Mémoires d'un enfant laid dans A et B Basset_Chercot

Pascal Basset-Chercot est né en 1956 à Lyon. Tout d’abord journaliste à Paris, il s’installe en Touraine en 1993 pour se consacrer à l’écriture. Il est l’auteur de Baby Blues (Calmann-Lévy), qui a obtenu le prix Patricia Highsmith en 1988, roman mettant en scène son personnage fétiche, l’inspecteur Déveure – plus connu sous le nom du « Boiteux » - héros d’une série comprenant huit titres, dont trois ont été adaptés à la télévision avec Audrey Tautou, François Berléand, Tom Novembre, et Vincent Winterhalter dans le rôle éponyme

 

Il a également écrit La Passion du Sâr, et un roman pour la jeunesse, Morgane, paru en 2003 chez Bayard-Jeunesse. 

 

 

barre-de-separation dans A et B

 

si vous aussi vous voulez vous procurer ce livre, vous le trouverez ICI : http://www.amazon.fr/Toine-m%C3%A9moires-dun-enfant-laid/dp/2702120199/ref=sr_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1290945942&sr=1-3

 

 

 

 

                                                                             

lecture_gris

Publié dans A et B | Pas de Commentaire »

Pieds nus sur la terre rouge

Posté par othoharmonie le 29 décembre 2010

Titre

PIEDS NUS SUR LA TERRE ROUGE  
Auteur

Solenn BARDET  

 

                                  PIEDS NUS SUR LA TERRE ROUGE                                                                                          

                           Voyage chez les Himbas 

Pieds nus sur la terre rouge

De quoi ça parle

Publié en 1998, « Pieds nus sur la terre rouge » est le livre de référence sur les Himbas. Il a été réédité fin 2008,  accompagné d’une préface de Philippe Bossière, Ambassadeur de France à Windhoek (jusqu’en décembre 2008) et d’une postface de Solenn Bardet dans laquelle elle met en perspective le devenir du peuple rouge : « Quand une culture disparaît, rappelle-t-elle, c’est l’humanité qui s’appauvrit« . 

En 1993, Solenn Bardet, jeune étudiante en géographie, a tout juste dix-huit ans quand elle arrive chez les Himbas, au nord de la Namibie, dans la région aride du Kaokoland. Au hasard d’une rencontre à Windhoek, capitale de la Namibie, Solenn Bardet découvre une photo d’une femme Himba. Emue par son sourire, elle décide de gagner la région la plus reculée du pays. Acceptée par les pasteurs Himbas, elle y passera pendant trois ans six mois par an, jusqu’en 1996. Elle sera même « adoptée » selon leurs rites et présentée aux ancêtres. Ce peuple fascinant lui apprend ses traditions et ses savoirs, élargissant sa sensibilité et sa vision du monde.  


Imaginez, il y a seulement quinze ans, des hommes et des femmes qui n’ont pas encore entendu que la terre était ronde ni qu’à l’ouest de leur pays, au-delà d’un redoutable désert, un océan vient caresser ou brutaliser la terre. 

Les Himbas puisent leur identité dans les profondeurs de la terre de leurs ancêtres – d’ailleurs, les femmes s’immergent littéralement dans la terre ocre – mais ils ont aussi la tête dans le ciel. Leur imaginaire est structuré autour de cet axe vertical qui fonde leur rapport à la nature, leur transcendance au-delà du monde visible. Du fait de leur environnement difficile, les Himbas ont une pratique très pragmatique de la vie : ils sont obligés de s’adapter en permanence. Nous aurions, nous occidentaux, beaucoup à apprendre…

L’auteur :   Pieds nus sur la terre rouge dans A et B solenn_bardet

Solenn Bardet s’est battue à leurs côtés en Namibie et en Europe pour s’opposer à un projet de construction de barrage qui menaçait leur territoire. Elle a consacré ses travaux de maîtrise et de DEA aux conséquences qu’aurait la construction du barrage d’Epupa sur la société Himba
Elle a fait le récit de cette incroyable histoire dans «
Pieds nus sur la terre rouge« . 

S. B.  nous dit : Oui, les Himbas puisent d’une part leur identité dans les profondeurs de la terre de leurs ancêtres, – d’ailleurs les femmes « s’immergent » littéralement dans la terre ocre – et d’autre part ont la tête dans le ciel. Leur imaginaire est structuré autour de cet axe vertical. Nous aurions nous, occidentaux, beaucoup à apprendre de cet axe qui fonde aussi leur rapport à la nature, leur transcendance, au-delà du monde visible. Mais ils ont aussi, du fait de leur environnement difficile, une pratique très pragmatique de la vie : ils s’adaptent en permanence. 

42c03q95 dans A et B

si vous aussi vous voulez vous procurer ce livre, vous le trouverez ICI http://www.amazon.fr/Pieds-nus-sur-terre-rouge/dp/2221084268 

lecture-6

Publié dans A et B | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...