Les années Decourtray

Posté par othoharmonie le 20 mars 2011

 

Titre 

 

Les années Decourtray  

 

Auteur

 

 

Huvet Michel 

Les années Decourtray 1971-1981 : Un évêque à Dijon

Dans ces difficultés qui l’affectent, et l’on peut même dire dans ces adversités, toujours il pensait que la paix se ferait autour de l’essentiel. Et que l’accessoire serait perçu comme tel, que la polémique s’évanouirait quand on aurait bien compris ! Il le dit à propos de la foi et du témoignage : “ j’ai longtemps cru que si la croyance était si peu développée, c’est que nous manquions de témoins. Quand j’ai découvert les types de la Jeunesse ouvrière chrétienne, j’étais fasciné. Enfin des gens qui expliquaient pourquoi ils croyaient au Christ !(…) J’étais persuadé qu’il suffisait de parler. (… je me disais :) ils vont comprendre  

 

Et c’est aussi comme cela que nous l’avons connu à Dijon, lorsqu’il y est arrivé comme évêque auxiliaire en juillet 1971, puis titulaire en avril 1974 : intelligent, à l’aise, présent, courageux aussi. Et même habile. Nous l’admirions, nous l’aimions : sa simplicité désarmait. Il allait partout, se présentait là même où l’on n’espérait plus la venue d’un évêque, il écoutait, il répondait chaleureusement, il gagnait l’estime, même sans remporter à tout coup l’adhésion. L’étudiant que je fus en garde le souvenir ébloui, ainsi que le séminariste ordonné diacre par lui, en mars 1979 à Sainte Elisabeth de la Croix-Rousse, puis prêtre, en décembre, à la cathédrale de Dijon.  

 

Cardinal Albert Decourtray  

 

1923-1994 : une vie marquant de son empreinte les débats de la société française et la vie de l’Eglise. Voilà ce qu’évoque l’homélie de Mgr Laurent Ulrich, archevêque de Chambéry… 

 

Certes, il a grandi dans un monde protégé où sa vocation a pu s’épanouir, alors même que sa famille ne se signalait pas comme profondément pratiquante. Cette famille était réellement unie, et harmonieuse, habitée par des valeurs spirituelles et évangéliques ; et il parle de la foi bien ancrée de sa mère. Mais il évoquait aussi, pour parler de son milieu, la “ foi habituée ”, selon l’expression de Péguy, la foi que l’on reçoit comme un héritage sans trop se soucier de la prendre à son compte. Pour lui ce fut le terreau sur lequel il a pu faire mûrir la décision personnelle de la foi. Mais de cette atmosphère, comme de ce choix personnel, il parle toujours comme d’une évidence simple, et d’un ravissement sans ombre 

 

L’auteur :                Les années Decourtray dans E à  K 49532_1408435296_533_n 

 

Ecrivain et journaliste, 63 ans, désireux de partager opinions, écrits, goûts et valeurs. 

Habite toujours Dijon. Vous pouvez le retrouver sur le BLOG DU CURE. 

 

 

 

ISABELLISA122875426830_gros dans E à  K

si vous aussi vous voulez vous procurer ce livre, vous le trouverez ICI : http://www.amazon.co.uk/ann%C3%A9es-Decourtray-1971-1981-%C3%A9v%C3%AAque-Dijon/dp/2906594113

gif_perso_livres

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...