• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 8 juillet 2011

Sciences sans frontière

Posté par othoharmonie le 8 juillet 2011

Sciences sans frontière dans Nouvelle conscience logofo10       Science sans frontières

Les nouveaux horizons énergétiques

    Si l’objet principal de ce site est principalement la quête de l’énergie libre au moyen de systèmes magnétiques, il demeure enrichissant de prendre connaissance des différentes approches de la recherche énergétique.

    L’antigravité, l’antimatière, l’éther, la fusion froide, les moteurs à eau, à hydrogène, à gaz ou à air comprimé, les piles à combustible,  les économies d’énergie, autant de sujets d’étude, entre tant d’autres, qui méritent sûrement notre attention.

    Dans cette rubrique, Science sans frontières, vous êtes ici aussi invités à soumettre des articles sur l’objet de vos recherches. Vous en ferez ainsi profiter le plus grand nombre et, qui sait, susciterez quelques vocations.

Tous les articles reçus, par ordre de publication (FIFO) : Les liftersLes Sciences secrètes d’Isaac Plotain

Les Lifters 

Ces curieux assemblages qui défient la pesanteur à visiter ici : http://www.magnetosynergie.com/ 

Publié dans Nouvelle conscience | Pas de Commentaire »

Shiva

Posté par othoharmonie le 8 juillet 2011

 

Shiva  dans Légendes Indiennes Nataraja    Shiva (transcription anglaise, sanskrit Śiva) — transcrit parfois par Siva ou Çiva, « le bon, le gentil, qui porte bonheur » — est un dieu hindou, un des membres de la Trimoûrti avec Brahmā et Vishnou

 

Shiva est un personnage complexe et contradictoire. Shiva est le dieu de la destruction des illusions et de l’ignorance. Il représente la destruction mais celle-ci a pour but la création d’un monde nouveau. L’emblème de Shiva est d’ailleurs le phallus ou lingam, symbole de la création. Il a les yeux mi-clos car il les ouvre lors de la création du monde et les ferme pour mettre fin à l’univers et amorcer un nouveau cycle. 

 

Il est représenté avec un troisième œil au milieu du front, symbole de sagesse, et avec un cobra autour du cou. Il porte un trident (trisula) et tient un petit instrument de percussion (damaru). Il est assis sur une peau de tigre, symbole de l’énergie potentielle. Shiva représente en effet la source créatrice en sommeil. De sa chevelure, dans laquelle se trouve un croissant de Lune, symbole du cycle du temps, s’écoule le Gange, fleuve sacré de l’hindouisme. Sa monture est le taureau Nandi qui fait lui-même l’objet d’un culte. 

 

Shiva est représenté sous différentes formes (l’ascète, le yogi, le mendiant, etc.) et possède, d’après les textes, 1008 noms distincts (Shambhu, Shankara, Pashupati, etc.). L’une de ses manifestations les plus célèbres est Shiva Nataraja, le danseur cosmique qui rythme la destruction et la création du monde. Il est alors représenté avec 4 bras. La main supérieure droite tient un tambour (damaru) qui rythme la création ; la main gauche supérieure tient la flamme de la destruction (samhara) ; la main inférieure droite est tenue dans un geste de protection (abhaya mudra) ; la main inférieure gauche pointe vers le pied gauche tenu en l’air, il montre ainsi son pouvoir de grâce. Sous son pied droit, il écrase un nain-démon symbolisant l’ignorance. Son immense chevelure montre son pouvoir et il est entouré d’un cercle de feu (prabhamandala). 

 

Shiva est marié à Shakti, la déesse-mère. Elle-même a plusieurs noms suivant la fonction qu’elle occupe (Parvati, Durga, Kali). Il a deux fils, nés de Parvati : Ganesh et Skanda. Ganesh a cependant la particularité d’avoir été conçu par Parvati seule, Shiva l’ayant seulement ramené à la vie en le dotant d’une tête d’éléphant. La famille vit au sommet du mont Kailasa dans l’Himalaya.

 

 

Rapports entre Vishnu et Shiva 

 

Image illustrative de l'article Shiva

Depuis le début de l’ère chrétienne au moins, sinon plus tôt, la plupart des hindous lettrés sont des adorateurs, soit de Vishnu, soit de Shiva — c’est-à-dire qu’ils considèrent soit Vishnu, soit Shiva, comme le premier des dieux, voire comme dieu unique identifié au brahma indifférencié, tous les autres ne représentant à leurs yeux qu’une expression secondaire de la divinité. Ainsi, les fidèles de Vishnu ne nient pas l’existence de Shiva, mais le placent sur un plan annexe, le considérant comme une création ou une émanation de Vishnu ou de son démiurge Brahmâ. D’une façon similaire, les shivaïtes voient en Vishnu une émanation du grand dieu Shiva. De nombreux mythes, illustrent la suprématie d’un dieu sur l’autre. Ainsi la lingodbhavamūrti, illustré abondamment sur les temples, surtout en Inde du Sud, raconte comment, alors que Vishnu et Brahmâ se disputaient la suprématie divine, Shiva apparut sous la forme d’un lingam de feu infini. Pour se mettre au défi, Brahmā décida d’en trouver le sommet sous la forme d’un hamsa (oie sauvage, véhicule de ce dieu) et Vishnu décida d’en trouver la base en prenant la forme d’un sanglier fouisseur. Tous deux échouèrent dans cette tâche et se prosternèrent devant le lingam de feu, reconnaissant sa suprématie. Shiva se révéla alors en sortant du lingam et leur expliqua que tous deux étaient nés de lui-même. 

Si ces différences de point de vue ont à l’occasion été la cause d’affrontements, dans l’ensemble, ces deux branches de l’hindouisme sont parvenues à préserver entre elles une harmonie. 

 

D’ailleurs, les textes contribuent à l’inclusion réciproque des deux dieux l’un par rapport à l’autre et soulignent leur solidarité étroite: 

 

  • « Le cœur de Vishnu est Shiva ; le cœur de Shiva est Vishnu » (Skanda Upanishad) 

  • « Vishnu est la flèche de Shiva ; Shiva est la flûte de Vishnu » (Krishna Upanishad) 

 

Dans l’iconographie, ce syncrétisme est illustré par la forme de Hari-Hara, mi-Vishnou mi-Shiva. 

 

Source, lire la suite sur wikipedia….  

Publié dans Légendes Indiennes | Pas de Commentaire »

Vishnou

Posté par othoharmonie le 8 juillet 2011

 

Image illustrative de l'article Vishnou   Vishnou ou Vichnou (en sanskrit, en tamoul, விஷ்ணு), également appelé Hari, est le deuxième dieu de la trimourti (également appelée la « trinité hindoue »), avec Brahma et Shiva. La trimourti incarne le cycle de manifestation, conservation et dissolution de l’univers dont Brahma est le créateur, Vishnou le protecteur et Shiva le destructeur. 

Vishnou est généralement représenté assis ou se reposant sur un lotus. Sa parèdre est Lakshmi, la déesse de la richesse et de la bonne fortune, sa monture Garuda, l’aigle

 

Les avatars de Vishnou 

 

Vishnou  dans Légendes Indiennes 220px-Dashaavathaaram...%E0%B4%A6%E0%B4%B6%E0%B4%BE%E0%B4%B5%E0%B4%A4%E0%B4%BE%E0%B4%B0%E0%B4%82...

Porte de temple décrivant les 10 avatars de Vishnou à Goa. 

Selon la tradition, Vishnou s’incarne régulièrement, lorsque le monde est menacé par le chaos. Ses plus célèbres incarnations (avatars) sur Terre sont Rāma et Krishna. La Bhagavad-Gita évoque dix avatars : 

 

  1. Matsya, le poisson 

  2. Kurma, la tortue 

  3. Varâha, le sanglier 

  4. Narasimha, l’homme-lion (Nara = homme, simha = lion) 

  5. Vamana, le nain 

  6. Parashurama 

  7. Râma 

  8. Krishna (signification « obscurité » ou « noir ») 

  9. Siddhartha Gautama, Bouddha (quelques versions considèrent que Balarâma est le neuvième avatar). L’intégration de Bouddha dans le panthéon hindou est apparue assez tardivement, probablement au VIIIe siècle comme une expression de la contre-réforme brahmanique au bouddhisme, entamée au IIe siècle av. J.-C.

  10. Kalkî (« temps ») est une figure apocalyptique. C’est irrémédiablement l’incarnation « à venir ». 

 

Il est difficile de dater précisément l’origine du culte de Vishnou. Dans les Vedas, Vishnou n’est encore qu’une divinité mineure, associée à Indra, alors que Varuna, Mitra et Aryaman sont les premières divinités majeures auxquelles succéderont Vayu, Agni et Surya. C’est plus tard dans l’histoire hindoue qu’il est devenu un membre de la trimurti et l’une des divinités les plus importantes de cette religion. 

 

Vishnou est le dieu principal du vaishnava. Chaitanya y est considéré comme avatar de Vishnou en tant qu’incarnation de Krishna. 

 

La Terre, Bhūmi ou Bhû Devi, est également parfois considérée comme son épouse. Vishnou la sauva en effet des eaux sous son avatar de Varâha. Ses liens matrimoniaux lient le dieu à la royauté, la Terre (Bhūmi) et la fortune (Lakshmi) étant les deux principes attachés au roi. En effet, un des termes pour désigner le roi en sanskrit est bhūpati, ce qui peut signifier « maître » ou « époux » de la Terre, le terme pati étant ambivalent. La mitre dont il est coiffé confirme cette fonction royale et démontre que dans l’hindouisme post-védique, même si Indra possède toujours le titre de roi des dieux, c’est de fait Vishnou qui opère vraiment cette fonction. Cette prééminence est d’ailleurs confirmée par de nombreux mythes où Vishnou ou un de ses avatars humilie Indra. C’est notamment le cas dans l’épisode de Krishna soulevant le mont Govardhana

 

Source Wikipedia…..

Publié dans Légendes Indiennes | Pas de Commentaire »

Brahmā

Posté par othoharmonie le 8 juillet 2011

 

Brahmā dans Légendes Indiennes 220px-Pushkar05   La mythologie indienne ou mythologie hindoue regroupe un grand nombre de récits qui détaillent l’époque ancienne où vivaient les divinités et les personnages légendaires entrecoupés de discours philosophiques et moraux. Elle est la base de la religion védique puis de l’hindouisme et a influencé la philosophie indienne et d’autres religions comme le bouddhisme et le jaïnisme

 

Les plus anciens textes mythologiques de l’Inde sont les 4 Védas, ils auraient été révélés puis transmis par oral avant d’être écrits à différentes époques durant l’Antiquité. Ces textes sont à l’origine du Védisme, la religion mère de l’hindouisme

Il est traditionnellement représenté avec quatre têtes et quatre bras. Chacune de ses têtes récite un des quatre Veda. Souvent, les bas-reliefs n’en représentent que trois, la légende disant que Shiva lui en aurait coupé une. Ses mains tiennent : 

 

  • un pot à bec utilisé pour créer la vie, 

  • un mālā pour mesurer le temps de l’univers, 

  • le texte des Veda et 

  • une fleur de lotus

 

220px-Brahma_Mus%C3%A9e_Guimet_1197_1 dans Légendes Indiennes  Ses quatre têtes s’expliquent par la légende suivante : 

 

lorsqu’il était en train de créer l’univers, Brahmā engendra une déité féminine nommée Shatarūpa, celle aux cent formes superbes. Brahmā en tomba immédiatement amoureux. Shatarûpa se déplaça alors dans de nombreuses directions pour éviter le regard insistant de Brahmā. Mais, où qu’elle allât, Brahmâ se créait une tête pour pouvoir continuer à la voir. À la fin, il en eut cinq, une pour chaque direction cardinale et une pour regarder au-dessus. 

 

Dans le but de contrôler le dieu, Shiva coupa la tête supérieure, mais lorsqu’il apprit que Shatarûpa était la fille de Brahmā, il décida que c’était inconvenant pour lui d’en être obsédé et décréta qu’il n’y aurait pas de lieu où il serait vénéré. En effet, seuls Vishnou – ou ses avatars – et Shiva continuent à être vénérés alors que Brahmā est quasiment ignoré ; il ne possède qu’un temple à lui dédié, à Pushkar. Depuis cet incident, Brahmā récite les quatre Veda en pénitence. 

 

Dans le bouddhisme, Brahmā n’est pas considéré comme le créateur du monde mais comme le roi des dieux ; il est, comme toute créature en dehors des bouddhas et des arhat, soumis au cycle du sasāra

 

Il intervient cependant à plusieurs reprises. Notamment, Shakyamuni, après avoir atteint l’illumination, l’éveil, hésite à enseigner au monde une doctrine si subtile. Brahmā intervient alors pour le convaincre d’enseigner, puisque certains seront assez sages pour comprendre un tel enseignement. 

 

Source wikipedia……

Publié dans Légendes Indiennes | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...