Sexualité et vieillissement

Posté par othoharmonie le 28 juillet 2011

Sexualité et vieillissement dans La Sexualité Sacrée fleur-coeur-rougeVous n’êtes jamais trop jeune pour vous renseigner au sujet de la sexualité et du vieillissement, et donc pour lire ceci. En Occident, nous avons tendance à considérer le vieillissement comme un événement qui n’a lieu que plus tard dans la vie, mais en fait il s’agit d’un processus qui commence dès la naissance, et notre sexualité change souvent, en quelques années seulement. Comme Kinsey l’exprime, « Le sexagénaire, ou l’octogénaire, qui commence tout d’un coup à s’intéresser aux problèmes de vieillissement a presque une vie de retard par rapport au moment où ce processus a commencé à se mettre en mouvement dans son corps ». C’est pourquoi vous avez tout intérêt à lire ce passage le plus tôt possible.

Mais sachez que vous ne serez jamais non plus trop vieux pour lire ce chapitre, car si l’on en croit le Tao, la sexualité est une activité sui dure toute la vie, elle est possible et même désirable jusqu’au dernier jour. En Occident, les hommes plus âgés qui s’intéressent encore au sexe sont considérés comme  de « vieux obsédés » lubriques. Le Tao n’a jamais souffert de ce préjugé ; tout au contraire, le sexe y est considéré comme d’autant plus important pour les hommes et les femmes du troisième âge, appartenant à ce que nous appelons de nos jours « l’âge adulte avancé », car il constitue dans leur existence un facteur essentiel de santé et de longévité. Les Chinois ne sont pas les seuls à considérer la question de la sorte. Une étude trans-culturelle a démontré que le sexe a une importance vitale pour les hommes âgés dans 79 pour cent des civilisations et pour les femmes du troisième âge dans 80 pour cent d’entre elles.

Plus proche de chez nous, une étude des « Consumer Reports » (revus de défense des consommateurs, NT) a prouvé jusqu’à quel point les réalités de la sexualité parmi les personnes âgées diffèrent des stéréotypes culturels les plus répandus à leur égard ; parmi les personnes interrogées, plus de 80 pour cent des hommes mariés et 75 pour cent des célibataires de plus de soixante-dix ans demeurent sexuellement actifs. Cinquante-huit pour cent d’entre eux ont des rapports sexuels au moins une fois par semaine, 75 pour cent rapportent « trouver du plaisir dans les activités sexuelle » et 43 pour cent continuent à se masturber. Ne supposez pas non plus que l’appétit sexuel de votre compagne diminue après la ménopause. De nombreuses femmes se rendent compte que leur intérêt pour la sexualité a tendance au contraire à augmenter après la ménopause, peut-être à cause de variations des niveaux hormonaux dans le sang.

En Occident, nous glorifions la sexualité adolescente masculine et nous considérons que la puissance sexuelle de l’homme atteint son apogée à l’âge de dix-huit ans, et qu’elle décline régulièrement par la suite ; pour reprendre les termes d’un sexologue, « Le pénis adolescent manifeste l’ultime puissance. A partir de là, et jusqu’à la fin de sa vie, une régression graduelle se produit ». Le problème provient d’une incompréhension générale en Occident de ce qui constitue véritablement la puissance sexuelle. En termes de virilité, il est vrai que la capacité de l’homme à produire du sperme est à son apogée pendant la jeunesse, le début de la période adulte, mais cela n’a d’importance que si nous nous préoccupons exclusivement de procréation. La fertilité d’une femme et sa capacité à porter un enfant atteint aussi son niveau maximum plus tôt dans sa vie d’adulte. rhodiola-rosea dans La Sexualité Sacrée

Mais, si l’on pense en termes de plaisir et non plus seulement en termes de fertilité, la capacité d’un homme à satisfaire sa partenaire et à se satisfaire lui-même ne fait qu’augmenter, plus il possède d’expérience et de maîtrise. Même si son sexe ne durcit plus instantanément ou que son éjaculation ne jaillit plus aussi loin et aussi fort qu’autrefois pendant sa période adolescente, son savoir-faire d’amant n’est pratiquement pas affecté par ces changements physiologiques. Les Taoïstes savent très bien que plus un homme se libère de la fièvre de son adolescence et de l’éjaculation rapide qui la caractérise, sa pratique du Kung Fu Sexuel s’approfondit et donc le plaisir de sa partenaire ne peut qu’augmenter.

Extrait du livre de Mantak Chia : Le TAO DE L’AMOUR RETROUVE – l’énergie sexuelle féminine – page 271 .  

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...