• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 12 août 2011

Légende des Amazones

Posté par othoharmonie le 12 août 2011

 

 

Légende des Amazones dans Mythologie/Légende 220px-Dahomey_amazon1Dans la mythologie grecque, les Amazones (en grec ancien μαζόνες / Amazónes ou μαζονίδες / Amazonides) sont un peuple de femmes guerrières résidant sur les rives de la mer Noire. Les Amazones possèderaient une origine historique : elles correspondraient aux femmes guerrières des peuples scythes et sarmates

 

L’étymologie populaire admise pendant l’Antiquité décompose le mot en un - privatif et μαζός / mázos, « sein » en ionien : « celles qui n’ont pas de sein ». Elle ne repose en fait sur rien. On a proposé de faire provenir le terme du nom d’une tribu iranienne, *ha-mazan, « les guerriers », ou encore du persan ha mashyai, « les Peuplades [des steppes] ». 

 

 

 

La légende des Amazones 

 

Selon la légende, les Amazones habitent les rives du fleuve Thermodon, en Cappadoce dans l’actuelle Turquie. Elles tuent leurs enfants mâles ou les rendent aveugles ou boiteux, pour ensuite les utiliser comme serviteurs. Quant aux femmes, elles coupent leur sein droit pour faciliter le tir à l’arc. Pour assurer la perpétuation de leur civilisation, elles s’unissent une fois par an avec les hommes des peuplades voisines dont elles choisissent les plus beaux. 

 

Les attributs des Amazones sont le πέλτη / péltê, un bouclier léger en forme de demi-lune, la lance, l’arc et les flèches propres aux cavaliers des steppes, le cheval et la hache — σάγαρις / ságaris d’abord, puis double hache à partir de l’époque hellénistique, par exemple chez Quintus de Smyrne. Le signal avant la bataille est donné par le sistre (sorte de grelot) généralement de bronze. 

 

De nombreux héros grecsBellérophon, Achille, Héraclès, Thésée ou encore Priam — ont eu affaire à elles. Curieusement, chacun eut sa reine à aimer et, finalement, à tuer. Achille affronte Penthésilée venue secourir les Troyens, s’en éprend et la tue dans le même temps. Priam, le vieux roi troyen, a lui-même repoussé une invasion amazone. Héraclès doit s’emparer de la ceinture d’Hippolyte et finit par massacrer cette dernière, ainsi que ses compagnes. 

 

Selon une tradition que Plutarque attribue à l’atthidographe Philochore, Thésée se joint à l’expédition d’Héraclès après avoir mené à bien le synœcisme d’Athènes. Il reçoit Antiope comme part du butin. Selon une autre tradition que Plutarque rapporte notamment à Hellanicos, Thésée part seul et capture lui-même Antiope. Les Amazones répliquent en envahissant l’Attique — après avoir passé le Bosphore pris dans les glaces, selon Hellanicos. Le combat devant Athènes se déroule au mois de Boédromion, d’où la fête des Boédromies. Thésée a un fils d’Antiope (également appelée Hippolyte par certains auteurs), Hippolyte. Bellérophon, enfin, après avoir tué la Chimère, affronte et vainc les Amazones. 

 

origine_amazone6 dans Mythologie/LégendeLes Amazones voient leur continuité au féminin ; la légende dit qu’elles tuent les enfants mâles – garçons – et n’élèvent que les enfants femelles – filles- , ce qui paraît difficile pour assurer leur perpétuation. Il est donc plus probable qu’après le sevrage, les garçons soient confiés aux hommes avec lesquels elles ont enfanté. Cela présuppose davantage un type de société matriarcale, ce dont les Grecs avaient horreur, raison pour laquelle ils blâment tant cette population. La légende rapporte également que les Amazones ne gardent auprès d’elles que des hommes mutilés, estropiés, prétendant que cela augmenterait leur capacité sexuelle, supputant que l’infirmité empêcherait les hommes d’être violents et d’abuser du pouvoir. Il paraîtrait à ce propos que la reine Antianeira ait répondu à une délégation d’hommes scythes qui s’étaient proposés comme amants exempts de défauts physiques que « l’estropié est le meilleur amant ». 

 

Alexandre et les Amazones CLIC ici……

 

Publié dans Mythologie/Légende | 1 Commentaire »

Le DAHU

Posté par othoharmonie le 12 août 2011

 

Le dahu (parfois orthographié dahut) est un animal sauvage imaginaire vivant dans les zones montagneuses, biotope qui a influé sur son évolution physique au fil des générations. Le dahu est également connu sous les noms de dairi dans le Jura, darou dans les Vosges, darhut en Bourgogne, tamarou dans l’Aubrac et l’Aveyron, tamarro en Catalogne et Andorre, ou encore rülbi (prononcer ruèlbi) dans la partie germanophone du Valais.

L’existence du dahu est généralement évoquée en milieu rural et par plaisanterie auprès de personnes particulièrement naïves et de citadins peu au fait, par exemple, de la faune montagnarde (comme dans les Pyrénées ou les Alpes), ou simplement forestière, comme en Bourgogne. De fait, un peu partout en France et en Suisse, des récits variables, de tradition orale, fournissent une description de ce qui se rapporte à cet animal et au rituel « initiatique » de sa chasse, tel que transmis dans certaines communautés villageoises.

La légende

Le DAHU dans Mythologie/Légende 220px-Dahu_by_Philippe_SemeriaCet animal aurait comme principale caractéristique le fait que deux de ses quatre pattes seraient plus courtes que les autres : la différence s’observerait non pas entre les pattes antérieures et les pattes postérieures (comme chez le kangourou), mais entre celles de gauche et celles de droite.

L’explication de cette différence de longueur tiendrait à ce que l’animal ne vivrait que sur des pentes. Sa morphologie spéciale, résultat de l’évolution, faciliterait ses déplacements à flanc de colline ou de montagne mais l’obligerait cependant à se déplacer toujours dans la même direction et sur un même côté, sans pouvoir faire demi-tour.

La description imaginaire offre parfois des détails « logiques » sur les deux sous-espèces supposées de l’animal :

  • le dahu possédant des pattes gauches plus courtes se rencontrerait sur le versant droit, tandis que le dahu dont les pattes seraient plus courtes du côté droit fréquenterait et brouterait le versant gauche.
  • les deux espèces ne s’hybrideraient que très rarement dans la nature (ce qui « se comprend » sans peine lorsque l’on visualise leur parcours opposé : ne pouvant se trouver que tête à tête ou cul à cul, toute tentative de reproduction serait impossible ou pour le moins très périlleuse).

Dans une autre version tout aussi « pseudo-scientifique », les deux sous-espèces sont nommées dextrogyre et lévogyre d’après le sens obligé de leurs pérégrinations autour de la montagne ; il existe des développements sur les stratégies de l’animal lorsqu’il tombe nez à nez avec un représentant de l’autre sous-espèce ou lorsqu’un mâle cherche à rejoindre une femelle.

La princesse Dahut de Bretagne, au nom homonyme de celui de l’animal, est parfois liée à celui-ci dans le folklore moderne, comme en témoigne la légende suivante : elle donna un jour les clefs des écluses de sa ville, Ys, au Diable. En pénitence, Dieu la transforma en un animal à la forme bizarre et poilue et aux pattes plus longues d’un côté que de l’autre.

Les traditions locales rapportent que cette chasse se pratique en battue, dans une forêt si possible épaisse et sombre, et même de nuit. Pour chasser le dahu, il faut un sac et des bâtons. En tapant régulièrement du bâton contre les arbres, les chasseurs effaroucheraient l’animal et parviendraient à lui faire perdre l’équilibre. C’est alors qu’interviendrait le « niais du village », posté en contrebas avec le sac ouvert, et investi (par les « initiés » meilleurs connaisseurs du terrain ou meilleurs marcheurs) de la mission très valorisante de capturer l’animal.

Le groupe de « rabatteurs », censé diriger l’animal vers le porteur du sac, s’éclipse en fait en abandonnant le naïf de service. Celui-ci, après s’être inquiété de ne plus entendre ses compagnons et s’être convaincu de l’inutilité de prolonger plus longtemps son attente solitaire, n’a plus qu’à rentrer seul en cherchant son chemin dans un environnement qu’il maîtrise mal.

220px-Dahu dans Mythologie/LégendeUne méthode alternative, présentée comme beaucoup plus simple car ne nécessitant pas d’accessoires, serait la suivante : il suffit de se tenir derrière le dahu et de l’appeler. Comme c’est un animal de nature sociable, il se réjouit que quelqu’un s’intéresse à lui, et se retourne. Il perd alors l’équilibre et l’on peut ainsi facilement l’attraper. Le « bêta » est donc initié par les « rieurs » à imiter l’appel ou le sifflement du dahu. Cet « apprentissage » terminé, ce sont les modulations de sa voix ou de son sifflet, perdant de l’assurance au fur et à mesure de la chasse, qui divertissent ses compagnons.

Il existe dans le Jura suisse une autre méthode de chasse : il suffit de repérer l’endroit où le dahu a l’habitude de venir boire et d’attendre son passage en se munissant d’un sac de jute. Lorsque le dahu vient, on le capture en le mettant dans le sac d’un mouvement vif.

Mais comme le dahu a un odorat particulièrement développé, on peut le tromper en se déchaussant et en se tenant les pieds dans l’eau; pour camoufler l’odeur des mains, il faut également les mettre sous l’eau. Cette chasse au dahu a lieu uniquement de nuit et les mois de novembre à février sont les plus indiqués.

On recommande aussi de disposer du poivre sur de grosses pierres plates : quand le dahu, en broutant, viendrait à renifler le poivre, ceci le ferait éternuer et s’assommer lui-même contre la pierre. (Une variante de cette « méthode » est connue dans certaines régions pour sensé capturer certains oiseaux ou petits rongeurs).

voir la suite sur la source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dahu

Publié dans Mythologie/Légende | 2 Commentaires »

Séminaire Web Kaya

Posté par othoharmonie le 12 août 2011

Séminaire interactif sur internet sur l’interprétation
des rêves, signes et symboles avec Kaya
 

 

 

Séminaire Web Kaya dans Rêves 50332_141580832554650_3039665_nParticipez à un séminaire international en direct avec Kaya pour mieux interpréter vos rêves, signes et symboles. Vous le voyez sur votre écran, l’entendez et simultanément il sera possible (pour ceux qui le souhaitent) de poser des questions par « chat » et de demander des interprétations de rêves, signes et symboles. Vous trouverez toutes les informations pour vous inscrire, les dates et les horaires sur le site 

 

 

 FAITES UNE PETITE VISITE DU SITE : http://www.ucm.ca/fr/seminaireweb/seminaires-web.html 

 

Une fois par semaine de 19h30 à 21h (à l’heure de l’Europe centrale – Paris/Genève/Bruxelles, 13h30 à 15h heure du Québec). Vous pouvez assister à un seul SéminaireWeb ou vous inscrire à un forfait mensuel, comme vous le souhaitez. 

  

UN RENDEZ-VOUS À NE PAS MANQUER Rencontrez Kaya en direct sur internet et discutez avec lui par ‘chat’ lors des SéminaireWeb : Vous pouvez poser des questions, demander des interprétations de rêves, signes ou symboles en direct… des événements uniques au monde pour l’apprentissage des rêves et symboles… partagez un témoignage ou écoutez tout simplement, de façon anonyme en simultané avec des personnes de plusieurs pays.  

  

Pour plus d’informations, veuillez suivre les liens : téléchargez le dépliant…  

 

 

187881_210267052327694_1631796_n dans Rêves

 

Publié dans Rêves | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...