• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 16 août 2011

Layla la fée des fluides

Posté par othoharmonie le 16 août 2011

 

 

La peinture montre une femme à la longue chevelure se tenant debout près du jet d'eau vertical d'une fontaine.Layla est la fée des fluides venant de la planète Andros où elle y est princesse. Elle est née le 15 juin et son signe enchanté est la Chimère. La jeune fille a eu une enfance assez dure, sans amis et entourée de servants et de précepteurs très sévères, par conséquent, elle a peur du noir, des grands espaces et de la solitude. Elle a rejoint le Winx Club à la saison 2 et se sent de trop ; plusieurs fois oubliée, elle sera finalement bien intégrée chez les Winx. C’est une grande sportive, sa seule amie, Anne, quand elle était petite, lui a appris la danse, maintenant sa passion ; elle aidera à apprendre la danse à Musa. Son vrai prénom est Aïsha et son amoureux s’appelle Nabu. Elle adore le sport surtout la course. Sa meilleure amie est Musa. 

 

 

Layla rejoint les Winx 

Les Winx doivent combattre le terrible sorcier Valtor, échappé de la dimension Oméga grâce aux Trix. Valtor sème le désastre partout dans la dimension magique, en particulier sur Andros, la planète de Layla. Lorsque la jeune fée et ses amies viennent le combattre, le sorcier lance un mauvais sort à Layla qui devient aveugle

 

Les Winx sont consternées. Alors qu’Andros est envahie par les créatures maléfiques de Valtor, la reine des sirènes de la planète propose d’utiliser les perles magiques de son sceptre pour soigner Layla. Les perles doivent être utilisées au coucher du soleil pour activer le pouvoir de guérison et ne peuvent être utilisées qu’une seule fois. Tandis que les Winx et la reine tentent de rejoindre la surface de l’océan, cette dernière est blessée par un calmar géant. Les fées parviennent à s’échapper des attaques du monstre et remontent à la surface. Layla décide d’utiliser les perles magiques pour guérir la reine plutôt que pour soigner sa cécité. S’étant sacrifiée pour elle, elle obtient ainsi son pouvoir Enchantix et retrouve la vue par la suite grâce à sa poussière de fée. 

 

À la gauche de la photo, un chevalier qui semble blessé est supporté par une femme, les deux étant assis par terre. À la droite, une fée en position debout brandit une baguette.C’est un grand choc pour Layla. La jeune fée apprend par ses parents qu’ils ont décidé de la marier à un jeune homme d’Andros issu d’une riche famille. D’ordinaire indépendante, elle supporte très mal l’idée d’être unie à quelqu’un qu’elle ne connaît pas et pense que sa vie est gâchée. D’instinct, elle se met à détester son futur époux. Lors d’une sortie à Magix avec les autres Winx, Layla rencontre un mystérieux jeune magicien disant s’appeler Ophir. Suspicieuse envers lui, elle ne lui fait pas confiance. C’est alors que les Winx surprennent Valtor à vouloir dérober une boîte magique à Magix. Lors du combat pour l’en empêcher, Valtor lance une attaque contre Layla et Ophir se met devant elle et prend toute la puissance du sort. Le sorcier parvient finalement à s’emparer de la boîte et disparaît. La jeune fée est déstabilisée par le geste du jeune homme et finit par sortir avec lui. Mais au bout de quelques rendez-vous en ville, elle s’aperçoit que des hommes étranges le recherche. Layla lui demande des explications et Ophir avoue qu’il s’appelle en réalité Nabu et qu’il est son futur mari. Nabu lui raconte qu’il avait ressenti de l’injustice en apprenant qu’il devait épouser une fille inconnue. Il s’est alors enfui de chez lui, c’est pourquoi ses parents ont envoyé des hommes pour le chercher. Il voulait se lancer à la recherche de sa future épouse mais ayant découvert qui elle était, il réalise qu’il est tombé amoureux d’elle. Layla, ayant eu les mêmes sentiments l’accepte comme il est et ensemble, ils formeront un couple très solide par leur fidélité, leur confiance et leur sincérité. 

 

Layla crée avec ses amies à visiter ici….. Winx Club

 

 

Publié dans Mythologie/Légende | Pas de Commentaire »

ANKOU

Posté par othoharmonie le 16 août 2011

 

Personnage revenant souvent dans la tradition orale et les contes bretons, l’Ankou (an Ankoù) est la personnification de la Mort en Basse-Bretagne

 

Origine 

 

ANKOU dans Mythologie/Légende 200px-FR-29237_ankou02L’Ankou semble être un héritage de la mythologie celtique, et plus précisément du Dieu-père dont la fonction est la perpétuation des cycles vitaux, comme la naissance et la mort, les saisons ou le cycle jour nuit. Bien qu’on lui attribue désormais la faux ou la pique, son arme canonique est le mell benniget ((br) maillet béni). Tout indique sa proximité avec le dieu gaulois Sucellos et le dieu irlandais Eochaid Ollathair, ou Dagda, qui tuent et donnent la vie avec leur arme, maillet ou massue. L’Ankou est une figure panbrittonique de cette fonction, et est appelé Anghau au Pays de Galles et Ancow en Cornouailles. Sa fonction a par la suite été réduite à la seule Mort. 

 

Description 

 

Il ne représente pas la Mort en elle-même, mais son serviteur : son rôle est de collecter dans sa charrette grinçante (karr an Ankoù, karrigell an Ankoù, karrik an Ankoù) les âmes des défunts récents. Remplissant ainsi un rôle de « passeur d’âmes », l’Ankou est à considérer comme une entité psychopompe. Lorsqu’un vivant entend le bruit de la charrette (wig ha wag !), c’est qu’il (ou selon une autre version, quelqu’un de son entourage) ne va pas tarder à passer de vie à trépas. On dit aussi que celui qui aperçoit l’Ankou meurt dans l’année. 

 

Voici comment le décrit Anatole Le Braz dans son recueil de légendes La Légende de la Mort : 

« L’Ankou est l’ouvrier de la mort (oberour ar maro). Le dernier mort de l’année, dans chaque paroisse, devient l’Ankou de cette paroisse pour l’année suivante. Quand il y a eu, dans l’année, plus de décès que d’habitude, on dit en parlant de l’Ankou en fonction : 

 

- War ma fé, heman zo eun Anko drouk. (Sur ma foi, celui-ci est un Ankou méchant.) 

On dépeint l’Ankou, tantôt comme un homme très grand et très maigre, les cheveux longs et blancs, la figure ombragée d’un large feutre; tantôt sous la forme d’un squelette drapé d’un linceul, et dont la tête vire sans cesse au haut de la colonne vertébrale, ainsi qu’une girouette autour de sa tige de fer, afin qu’il puisse embrasser d’un seul coup d’oeil toute la région qu’il a mission de parcourir. 

 

Dans l’un et l’autre cas, il tient à la main une faux. Celle-ci diffère des faux ordinaires, en ce qu’elle a le tranchant tourné en dehors. Aussi l’Ankou ne la ramène-t-il pas à lui, quand il fauche ; contrairement à ce que font les faucheurs de foin et les moissonneurs de blé, il la lance en avant. » 

 

Ainsi l’Ankou est un être mouvant, un relais que se passent chaque année les derniers défunts de décembre. Graphiquement il est représenté comme un être sans âge, d’aspect non distinct puisque couvert par une cape, souvent noire (ou d’un linceul). Contrairement aux représentations squelettiques de la Mort, l’Ankou est la plupart du temps représenté comme un être de chair, puisqu’il a été homme un jour. Cependant, les figurations sculptées de l’Ankou de certaines églises (La Martyre) le présentent en squelette aux orbites creuses, armé d’une flèche ou d’une faux. 

 

L’Ankou dans la culture populaire CLIC…..   

 

 

 

 

Publié dans Mythologie/Légende | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...