• Accueil
  • > Archives pour septembre 2011

Pour 2012

Posté par othoharmonie le 30 septembre 2011

Annales Akashiques sur l’année 2012
Jen Eramith – Traduction Anne Duquesne

  

À quels changements physiques peut-on s’attendre en 2012 ? 

Point d'exclamationLes changements physiques qui se produiront pour vous au cours de l’année 2012 sont tout à fait dans la même veine que les changements physiques qui se produisent pour les personnes engagées dans le processus de l’Illumination. Il vous suffit de jeter simplement un coup d’œil à toute l’information que vous recevez sur l’Illumination ou le processus de l’Ascension pour savoir qu’une grande partie de ces réponses seront les mêmes que celles qui concernent l’année 2012. Plus précisément, ici et maintenant, ce qui va se produire pour beaucoup d’entre vous dans l’année 2012 sur le plan physique, c’est que vous aurez réalisé un ajustement dans la manière dont vous approchez vos corps physiques. Bien que les changements continueront à se produire, cela signifie que vous allez travailler différemment avec eux, de sorte que vous les vivrez différemment. Je vais lister certains de ces changements, puis vous expliquer comment vous aurez changé en harmonie avec eux. 

Certains des changements physiques qui surviennent dans le processus de l’Illumination sont des changements dans la régulation de la température. Vous aurez traversé des périodes de difficulté à avoir assez chaud, ou à rester assez frais, ou simplement à stabiliser votre température corporelle. Beaucoup d’entre vous auront connu des fluctuations de poids. Pour certains assez faibles, pour d’autres plus conséquentes et plus drastiques. Il pourra se faire également que nombre d’entre vous seront devenus beaucoup plus sensibles à certains types d’aliments. Cela pourrait être diagnostiqué comme une allergie alimentaire, mais en fait c’est simplement un changement de sensibilité. Du point de vue immunologique, cela ne fonctionne pas de la même manière que les allergies. En pratique, pour traiter ce changement vous pourriez l’appeler une allergie et le soigner parfaitement de cette manière. Vous développez ces sensibilités alimentaires parce que vous êtes en train de modifier la manière dont vous puisez dans la nourriture et rejetez ce qui ne vous appartient pas. Vos processus gastro-intestinaux sont en train de changer leur manière d’absorber les substances nutritives et d’expulser ce qui n’est plus nécessaire. Certains d’entre vous seront amenés à traverser des périodes de sensibilité à certains types de fruits, de céréales, aux produits laitiers, au sucre et à certains types d’aliments puissants. Les aliments puissants sont ceux qui renferment certaines substances chimiques, le chocolat en est un exemple. Les solanacées, comme l’aubergine et la tomate, en sont un autre. 

Pour chacun de vous ça sera une histoire particulière. L’essentiel, la règle générale concernant le changement que la plupart d’entre vous auront fait d’ici l’année 2012, c’est qu’il est d’une importance capitale que vous appreniez à reconnaître vos symptômes personnels, vos réactions ou vos réponses personnelles à ce que vous introduisez dans votre organisme, et que vous respectiez ce qui est juste pour votre corps. Si vous remarquez quelque chose chaque fois que vous manger des fraises, eh bien arrêtez de manger des fraises. Si vous remarquez que vous abstenir de produits laitiers vous amène à vous sentir plus heureux ou plus énergiques, alors évitez les produits laitiers. Il est important pour chacun d’entre vous de définir ceci pour lui-même. C’est un chemin que prennent vos corps pour vous conduire dans le processus physique de l’Illumination au moyen des outils émotionnel et psychologique de l’Illumination, qui consistent à tout observer, à tout voir avec des yeux neufs et à y répondre. Soyez responsables de ce que vous voyez et de ce que vous savez. Assumez pleinement ce que vous voyez et ce que vous savez, et par conséquent basez vos choix et vos comportements sur ce que vous voyez et ce que vous savez. Votre système gastro-intestinal donne cette opportunité à beaucoup d’entre vous. 

EcritureUn autre changement qui est en train de se produire, c’est l’arrivée de maux de tête. Ceci vient d’une modification de votre système circulatoire et des changements dans votre température. Les substances chimiques du sang qui vous aident à réguler votre température et à faire circuler le sang, chaud ou froid, par le biais du système nerveux central, sont en train de se transformer. Les maux de tête, en particulier la migraine, augmentent à mesure que vous développez votre propre stratégie personnelle sur la manière de réguler la température de votre corps et la manière dont votre sang régule les niveaux des substances chimiques lorsque celles-ci pénètrent dans votre cerveau et votre moelle épinière. Des douleurs articulaires constituent encore un autre symptôme, des douleurs articulaires généralisées. Certains parmi vous découvriront que certaines articulations sont plus douloureuses que d’autres, mais des douleurs articulaires généralisées ou une impression de douleur osseuse sont des symptômes très communs mêlés au processus de l’Illumination, et vous devrez par conséquent travailler avec eux avant, pendant et après l’année 2012. Le principal changement relatif à votre corps pour l’année 2012 est qu’à cette époque la plupart d’entre vous aurez compris que vous devez faire attention à vous et suivre vos propres rythmes, voir sans cesse les choses d’un œil neuf et répondre en permanence à ce qui vous arrive. Vous ne pouvez pas ignorer votre corps, ou le laisser fonctionner en pilotage automatique comme vous en aviez l’habitude. Le fait est qu’en réalité, même si cela peut sembler beaucoup de travail au début, cela devient réellement très amusant. Les petits enfants qui sont nouveaux dans leur corps remarquent tout. Ils sont conscients de chaque petite douleur, de chaque petit étirement. C’est la raison pour laquelle ils s’étirent et se roulent beaucoup par terre. Ils sont en permanence conscients de ce que ressent leur corps. C’est pour eux un immense sentiment de joie. C’est dans cela que vous vous réengagez quand vous traversez l’Illumination. Avoir en permanence la capacité d’être éveillés et conscients de tout, vous amène à vous sentir plus vivants et plus joyeux dans la plus petite chose que vous ressentez. C’est le principal changement qui se produira dans toute la période autour de 2012. 

Barre scintillante

Page d’origine : http://www.anneduquesne.com/article-annales-akashiques-sur-l-annee-2012-70947524.html 

Publié dans En 2012-2013 et après 2016 | Pas de Commentaire »

Origine et cause de l’Etre

Posté par othoharmonie le 28 septembre 2011

ORIGINE ET CAUSE DE L’ETRE
A PARTIR DU NEANT
DANS L’INSTANT


Origine Causale de la Conscience. de l’Esprit et de l’Energie universelle.

Cette découverte date de 1985 mais est restée ignorée depuis.
 


par FRANK HATEM, Dr en Ontologie (Montréal), diplômé de l’IEP Paris, auteur du site sur l’HYPERSCIENCE

 

 

Origine et cause de l'Etre dans Etat d'être 64318_debat-philo-peut-on-etre-librePour comprendre l’univers, ou l’esprit, ou quoi que ce soit, il faut partir de son ABSENCE. Donc du NEANT dans le cas de l’Etre. Partir de quelque chose c’est renoncer à comprendre car ce quelque chose doit être expliqué.

 

Comprendre l’univers, c’est d’abord comprendre l’esprit puisque tout est intérieur à la conscience. Je ne peux avoir conscience de quelque chose qui ne soit pas DANS ma conscience.

La cause de l’esprit est dans l’IMPOSSIBILITE du néant pourtant NECESSAIRE (seul le NEANT n’a pas besoin de cause pour le justifier, c’est ce qui fait sa supériorité sur toute autre éventualité). 

Le néant est nullité infinie et infinité nulle. S’il n’est pas infini, il y a autre chose. S’il n’est pas nul, il y a quelque chose. Ces deux principes sont donc nécessaires au même titre que le néant, et doivent être confondus. 

L’infini est nécessairement nul. Penser que l’infini puisse être quelque chose est absurde, c’est la négation de toute logique, l’affirmation d’une substance sans commencement ni fin et sans cause. Autant dire « Dieu ». La Logique commence à partir du moment où on reconnaît que si infini il y a, il est nul. Il ne peut avoir la moindre caractéristique car cela le limiterait. 

Donc il n’y a pas de conscience infinie ni d’univers infini. Il n’y a qu’une NECESSITE que l’infini soit, puisque le néant est nécessaire en tant que Tout. Cela est la source de toute énergie. Toute éventualité tend nécessairement vers l’infini. L’infini est irréalisable : il n’y a pas de nombre infini. Il n’y a qu’une tendance, et cette tendance est l’évolution universelle de toutes les potentialités. 

 

Par ailleurs, si l’infini serait forcément nul, rien n’implique au contraire que la nullité soit infinie. La nullité c’est simplement l’absence de valeur. Il n’y a pas de nombre nul. Ce n’est pas un nombre pas plus que l’infini. Toute valeur peut être absente. Donc la nullité est-elle nécessairement infinie ? Non. La nullité peut s’appliquer à toute éventualité mais pas forcément. Elle ne s’applique d’ailleurs pas à la question de l’Etre puisqu’on la constate irrévocablement : Je Suis. Il est donc clair que la nullité n’est pas forcément infinie même si le néant est nécessaire. Alors que l’infini, lui, est forcément nul. Ces deux principes ne peuvent donc pas être confondus.. 

Ainsi, l’unité des deux principes nécessaires au néant est impossible du « point de vue » de la nullité (du « point de vue » de l’infinité, elle est). LA CONSCIENCE EN EST LA CONSEQUENCE, qui consiste à ce que l’infinité se place « à l’extérieur » de tout « centre ». Le maintien perpétuel de cette distinction est le principe de conscience non situé, donc situé « en tout centre ». 

La conscience est donc un phénomène de REPULSION par rapport à l’infini, qui engendre l’effet d’ESPACE. Mais comme la réalité effective de la nullité a pour objectif le néant, elle ne peut faire autrement que tendre vers l’infini sans jamais l’atteindre. C’est le TEMPS, qui est ATTRACTION, ou AMOUR, également du « point de vue » du zéro cherchant à intégrer l’infini. Ensemble conscience et amour constituent la dualité de l’esprit qui, vu de l’extérieur, est appelé ENERGIE MAGNETIQUE et constitue le TOUT. 

 

 

Visitez le site   http://www.humani-terre.net/  et visionnez les VIDEOS en cliquant ici… VIDEOS METAPHYSIQUES pour en savoir beaucoup plus

barre bijou fleur

Publié dans Etat d'être | Pas de Commentaire »

Les Didier

Posté par othoharmonie le 27 septembre 2011

 

Les Didier dans Etude de Prénoms prenoms-garcon-didier-1

 

Etymologie : 

Désiré, attendu (latin). 

Fête :  23 mai 

 

 

 prenoms-garcon-didier-1 dans Etude de Prénoms Qui sont ils ? 

 

Didier et Dietrich sont secrets, timides, inquiets, réservés, au point de pouvoir paraître distants et hautains. Ce n’est pas qu’ils le soient en réalité, mais ils adoptent une attitude prudente et méfiante lorsqu’ils abordent une situation inconnue. Aussi donnent-ils l’impression de posséder une grande maîtrise de leurs émotions, parfois même un certain flegme. Ils sont en fait nerveux, mais intériorisent beaucoup. Ils ont horreur des manifestations débordantes, des artifices et de la superficialité. Ils ont tendance à être sur la défensive et leur manque de spontanéité est compensé par des qualités de sérieux, d’honnêteté, et de stabilité, sur un fond de conservatisme, de routine et de rigidité. Enfants, Didier et Dietrich se montrent disciplinés, calmes et en quête de sécurité. Ils sont hypersensibles mais cachent leurs émotions derrière une carapace. Pudiques et mal à l’aise, ils peuvent se réfugier dans les livres ou les études. 

 

Il conviendra donc, pour les parents, d’adopter une attitude tout à la fois stimulante et sécurisante et de favoriser leur sociabilité qui n’est pas très développée. Malgré tout, ils sont plus complexes qu’ils n’en donnent l’air car ils sont caractérisés par des tendances opposées le 4  et le 5  , l’une patiente et ordonnée, recherchant la sécurité et ayant les pieds sur terre, l’autre impatiente et désordonnée, tentée par l’aventure, la nouveauté, les changements… La première tendance sera dominante surtout s’ils sont nés un 4, 13, 22, 31 ou s’ils possèdent un chemin de vie 4. 

 


Qu’aiment-ils ? 


Didier et Dietrich sont épris de liberté et s’ils apprécient le changement, c’est cependant dans la continuité. Ils ne sont pas indifférents au côté matériel de la vie, et aiment l’argent, sont plutôt intéressés, économes et conservateurs. Ils sont aussi maniaques dans certains domaines, aussi font-ils preuve de méticulosité et n’apprécient-ils pas que l’on touche à leurs affaires. Ils sont très possessifs. En amour, comme en amitié d’ailleurs, ils sont entiers et sélectifs : il leur faudra un certain temps d’observation avant d’accorder leur confiance. On pourra leur reprocher de manquer parfois de fantaisie, de n’être pas très démonstratifs dans leurs sentiments, mais certainement pas de fuir leurs responsabilités. 

 


Que font-ils ? 

 

Les professions liées à la terre (horticulteur, agriculteur, mineur, potier…) peuvent leur convenir. Leur esprit prosaïque, concret et plutôt rationnel peut les pousser à s’orienter vers les carrières scientifiques ou techniques. Le domaine des affaires, de la finance, de la gestion, de la comptabilité, le secteur bancaire conviennent également à leur profil. 

 

 

Extrait de choisir son prénom, choisir son destin de Martine Barbault  

 

cp9gkni1

 

Publié dans Etude de Prénoms | Pas de Commentaire »

Tout est autoguérison !

Posté par othoharmonie le 25 septembre 2011

Il n’y a pas de guérison en tant que telle, tout est autoguérison !
 

Voici un rappel dont chacun de nous peut bénéficier encore et encore.

Tout est autoguérison ! dans Auto-Guérison confiance-en-soi-150x150Les médecins et leurs médicaments, les thérapeutes et leurs techniques, les suppléments alimentaires et vitaminiques, tout cela a pour véritable effet de stimuler nos propres mécanismes de survie, ceux qui sont intérieurs à chaque cellule et qui font partie du patrimoine organique de l’être. La chimie, le repos, la psychothérapie, la fantaisie, la beauté, l’amitié, l’amour, la nature et l’expression servent tous à animer et à stimuler ces mécanismes si précieux. Ces éléments agissent comme autant d’environnements bénéfiques vis-à-vis d’une guérison qui vient de l’intérieur. 

 

Voilà pourquoi il ne saurait y avoir de formule magique émanant de l’extérieur. Une fois que l’on a mis en place le cadre guérisseur qui nous convient, il faut par la suite compter sur ses propres ressources, cultiver ses états intimes, activer le plus de joie possible et faire confiance à la vie.

Nous cherchons à l’extérieur le coup de baguette magique. Mais il vient de l’intérieur.
La maladie sert justement à éveiller le magicien de la vie dont les ressources dorment, négligées.   

Je ne sais pas pourquoi il est si difficile de se convaincre d’une telle chose.

Sans cesse, je dois me le rappeler à moi-même. Sans cesse. Le mécanisme consistant à chercher de l’aide  à l’extérieur est si fort que l’on oublie avec la plus grande facilité du monde que les sensations d’amour, de paix et de liberté intérieure constituent les agents de guérison les plus puissants.
 

Barre de séparation

Extrait de l’excellent livre Revivre ! de Guy Corneau-  issu du site annonceur : www.terre-de-lumiere.com

Publié dans Auto-Guérison | Pas de Commentaire »

Tout est une question d’attitude

Posté par othoharmonie le 25 septembre 2011

   Propos recueillis de Diane Leblanc, alias : www.biancagaia.com 



Je me plais à raconter autour de moi que le bonheur et la réussite, c’est 99% d’attitude et 1% d’effort. 
Partant du principe que la vie nous traite comme nous nous traitons nous-mêmes, nous aurons beau déployer tous  les efforts inimaginables, utiliser tous les moyens et toutes les ressources connues, si nous n’avons pas d’abord foi en la vie et confiance en nous-mêmes, il y a fort à parier que les résultats extérieurs seront seulement  proportionnels aux limites que nous nous sommes imposés.

 

Voici, à ce sujet, un exemple fort convaincant. Durant les premières années de notre mariage, mon mari nourrissait  beaucoup d’insécurité sur le plan matériel. Avec quatre enfants en bas-âge et un seul salaire pour assumer toutes les dépenses, chaque fin de mois prenait, à ses yeux, l’allure d’une course à obstacles. Il faut dire qu’il ne supportait  pas d’avoir un découvert sur son unique carte de crédit.

 

Aussi, lorsque nous avons envisagé la possibilité d’emménager à la campagne pour que nos enfants puissent grandir dans un environnement favorable, Serge s’est empressé d’aller consulter son banquier pour évaluer son potentiel de crédit … Bien entendu, il s’est laissé dire que nous n’avions pas les moyens de nous acheter une nouvelle maison ce qui,  en soit, était totalement absurde : nous avions déjà un bon capital investi dans notre maison de l’époque, notre voiture était déjà payée et nous n’avions aucun autre emprunt figurant à notre dossier. De plus, les prix des maisons sont beaucoup moins élevés à la campagne qu’en banlieue, près d’un grand centre.

 

Il n’y avait donc, à mon avis, aucune raison de voir le prêt hypothécaire refusé, mis à part que les craintes de mon mari se soient communiquées à son gérant de banque. Je lui ai alors proposé un défi : changer son attitude !

 

Je lui ai suggéré de modifier son mode de fonctionnement : plutôt que d’aller demander un prêt à une banque en particulier, pourquoi ne pas aller négocier son prochain emprunt ? Nous avons convenu ensemble de prendre rendez-vous dans au moins deux institutions bancaires différentes, en expliquant à chaque conseiller rencontré que nous évaluions de faire affaire avec  celui qui nous offrirait les meilleures conditions hypothécaires …

 

Vous auriez dû voir le comportement des banquiers : tout sucre, tout miel, chacun nous vantait les mérites de son institution, allant même jusqu’à nous proposer de diminuer le taux d’intérêt afin de concurrencer son compétiteur. Aucun d’entre eux,
ne remit en question notre capacité à rembourser le prêt, au contraire, ils se montraient disposés à nous fournir un  montant 20% plus élevé que notre emprunt d’origine.

 

Preuve que l’attitude fait toute une différence dans la façon dont les autres réagissent autour de nous ….

Source : Bienvenue dans la 5e dimension de Diane Leblanc   www.biancagaia.com 

Tout est une question d’attitude  dans Expériences ttc

Publié dans Expériences | Pas de Commentaire »

LE POUVOIR DE CHOISIR

Posté par othoharmonie le 24 septembre 2011

 

 

LE POUVOIR DE CHOISIR dans Guérir en douceur 2616820820_1_3_wz15UXNOL’Institut du Développement de la personne,  offre des ateliers, des formations, des conférences et des événements spéciaux à caractère éducatif dans le champ du développement personnel et spirituel. L’ensemble des cours et ateliers, dont les principaux sont animés par la directrice Annie Marquier et sa fille Véronique Dumont,  constitue un programme riche, varié et cohérent permettant une étude et une expérience approfondie de l’être humain aux trois niveaux de la conscience (conscient, inconscient et supraconscient)… Pour en savoir plus… 

 

 

pouvoirdechoisir dans Guérir en douceur

 

Annie Marquier, écrivain et conférencière, auteure de plusieurs livres dont  » Le Pouvoir de choisir « ,  » La Liberté d’Être  » et son plus récent ouvrage  » Le Maître dans le Coeur  » dirige l’Institut du Développement de la Personne où elle anime les principaux ateliers, cours et formations. Sa formation approfondie dans plusieurs domaines de la connaissance humaine – sciences (mathématiques,  Université de Paris), art (musique), spiritualité (différentes disciplines) et psychologie holistique et  transpersonnelle auprès des plus grands noms dans ce domaine en Amérique du Nord, donne à ses présentations une grande rigueur et une réelle profondeur.   

 

16flecDLe site à visiter :  www.idp.qc.ca

logo-liberte-etre-soi

Publié dans Guérir en douceur | Pas de Commentaire »

Les Secrets de la Loi de l’Amour

Posté par othoharmonie le 24 septembre 2011


Par Pascale Arcan et Hilaïhi : arcangel@wanadoo.fr    


Où en sommes-nous dans notre transformation spirituelle? Les temps sont venus de lâcher prise à ce que vous n’êtes pas pour vivre enfin ce que vous êtes vraiment. Dans cet atelier, vous apprendrez à réinvestir votre liberté d’être dans la conscience. A déterminer vos choix de croyances. A activer la Flamme sacrée de l’Amour. A utiliser les trois clés de la Loi de L’Amour pour une manifestation positive et agréable dans votre quotidien.
 

 

Cliquez et Visualiser le vidéo 

 

Les Secrets de la Loi de l'Amour dans Guérir en douceur 027

Publié dans Guérir en douceur | 1 Commentaire »

Tout dire mais sans violence

Posté par othoharmonie le 23 septembre 2011

  

Grâce au Love Lab de Seattle, on a réussi à comprendre avec un niveau de détail sans précédent ce qui se passe dans la tête et Tout dire mais sans violence dans Travail sur soi ! familledans le cœur des gens qui sont en conflit. Et comment ils vont souvent droit dans le mur. Naturellement, on a toutes les raisons de croire que ce sont les mêmes réflexes, les mêmes erreurs qui minent la gestion des conflits non conjugaux, qu’il s’agisse de nos enfants, de nos parents, de notre belle-famille, et surtout de nos supérieurs et de nos collègues de bureau. Mais quels sont donc les principes de la communication efficace, celle qui fait passer le message sans aliéner son destinataire, celle qui, au contraire, lui inspire du respect et lui donne envie de nous aider? 

 

Un des maîtres de la communication non violente est le psychologue Marshall Rosenberg… passionné très jeune pour les façons intelligentes de résoudre les différends sans passer par la violence… 

 

Le premier principe de la communication non violente est de remplacer tout jugement – c’est-à-dire toute critique – par une observation objective. Au lieu de dire « vous avez fait preuve d’incompétence « , ou même « ce rapport n’est pas bon » – ce qui met immédiatement la personne à qui nous parlons sur la défensive -, il vaut mieux tout simplement être objectif et précis:  » Dans ce rapport, il y a trois idées qui me semblent manquer pour communiquer notre message. » Plus l’on est précis et objectif, plus ce que l’on dit est interprété par l’autre comme une tentative légitime de communication plutôt que comme une critique potentielle… 

 

Le deuxième principe est d’éviter tout jugement sur l’autre pour se concentrer entièrement sur ce que l’on ressent. C’est la clé absolue de la communication émotionnelle. Si je parle de ce que je ressens, personne ne peut en débattre avec moi. Si je dis : « Tu es en retard, c’est ton égoïsme habituel… », l’autre ne peut que contester ce que j’avance. Par contre, si je dis : « Nous avions rendez-vous à huit heures et il est huit heures et demie. C’est la seconde fois en un mois; quand tu fais cela, je me sens frustrée et même parfois humiliée », il ne pourra remettre en cause mes sentiments. Ceux-ci m’appartiennent entièrement! Tout l’effort consiste à décrire la situation avec des phrases qui commencent par « je » plutôt que par « tu » ou par « vous ». En parlant de moi, et seulement de moi, je ne critique plus mon interlocuteur, je ne l’attaque pas, je suis dans l’émotion, donc dans l’authenticité et l’ouverture. Si je m’y prends bien et si je suis vraiment honnête avec moi-même, j’irai même jusqu’à me rendre vulnérable en lui indiquant comment il m’a fait mal. Vulnérable parce que je lui aurai dévoilé une de mes faiblesses. Mais, le plus souvent, c’est justement cette candeur qui va désarmer l’adversaire et lui donner envie de coopérer – dans la mesure où lui aussi souhaite préserver notre relation… 

 

Selon Rosenberg, il est encore plus efficace non seulement de dire ce que l’on ressent, mais aussi de faire part à l’autre de l’espoir partagé qui a été déçu. « Quand tu arrives en retard, alors que nous avons rendez-vous pour aller au cinéma, je me sens frustrée parce j’aime beaucoup voir le début d’un film. C’est important pour moi pour pouvoir profiter de toute la séance. » Ou encore : « Quand tu ne m’appelles pas pour donner de tes nouvelles pendant une semaine, j’ai peur qu’il ne soit arrivé quelque chose. J’ai besoin d’être rassurée que tout va bien. » Ou, dans le contexte du travail : « Quand vous laissez circuler un document avec des fautes d’orthographe, je me sens personnellement embarrassé parce que c’est mon image et celle de toute l’équipe qui sont affectées. Je tiens beaucoup à notre image et à notre réputation, surtout après que nous ayons travaillé aussi dur pour nous faire respecter. » … 

 

Je sais parfaitement que cette démarche a quelque chose de surréaliste, surtout quand il existe si peu de modèles dans notre entourage dont nous inspirer. On se dit: « Oui, ce serait formidable si je pouvais parler comme ça, si j’osais parler comme ça. Mais c’est impossible. Pas avec mon patron » (ou « pas avec mon mari »; « pas avec mes enfants »; « pas avec ma belle-mère », etc.). Le problème est pourtant simple: il n’y a que trois manières de réagir dans une situation de conflit : la passivité (ou la passivité-agressivité), la réaction la plus courante et la moins satisfaisante ; l’agressivité, pas vraiment plus efficace et bien plus dangereuse ; ou bien 1′ »assertivité »: c’est-à-dire la communication émotionnelle non violente. 

 

Il existe tout de même des circonstances où il vaut mieux être passif ou agressif que de se lancer dans le processus complexe de la communication assertive. Lorsque l’enjeu est tellement mineur, par exemple, qu’il ne mérite ni notre temps ni notre attention, il est parfaitement légitime d’être « passif » et d’accepter une insulte, ou de se faire manipuler sans réagir. C’est souvent plus économique. À l’inverse, dans les situations d’urgence ou de danger, il est normal d’être « agressif » et de donner des ordres sans explication. C’est le mode sur lequel fonctionne l’armée, justement parce que sa raison d’être est de faire face au danger. Mais, quelle que soit la situation, il n’y a que trois façons de réagir. Et c’est à nous, chaque fois, de choisir. À nous de relever, ou non, le défi émotionnel. 

 

Heureusement, les relations ne sont pas toutes conflictuelles. L’autre aspect généralement délaissé de la communication, alors qu’il est presque aussi important, est de savoir profiter des occasions d’approfondir notre relation avec autrui. Une des manières les plus simples d’y parvenir est de savoir être totalement présent lorsqu’il (ou elle) souffre et a besoin de notre aide. Là encore, l’important c’est de connaître les mots qui permettent de faire passer le courant émotionnel d’un cerveau à l’autre, efficacement, sans que cela prenne trop de temps. Pour cela, il existe une autre technique. Elle est plus facile à utiliser; sans doute parce qu’elle comporte moins de risques pour nous. 

 

barre bijou fleur

 





LA COMMUNICATION ÉMOTIONNELLE  par  DAVID SERVAN-SCHREIBER

 

 

Publié dans Travail sur soi ! | Pas de Commentaire »

Ne cherchez pas votre moi dans le mental

Posté par othoharmonie le 21 septembre 2011

 

Question : J’ai l’impression que j’en ai encore beaucoup à apprendre sur les rouages du mental avant de pouvoir me rapprocher de la conscience totale ou de l’éveil spirituel

 

gifs bulles Eckhart Tolle : En fait, non. Les problèmes du mental ne peuvent pas se résoudre sur le plan du mental. Lorsque vous avez saisi la base de ce dysfonctionnement, il n’y a pas vraiment grand-chose d’autre que vous ayez besoin d’apprendre ou de comprendre. L’étude des complexités du mental fera peut-être de vous un bon psychologue, mais cela ne vous amènera sûrement pas au-delà du mental. Tout comme l’étude de la folie ne suffit pas à instaurer la santé mentale. Vous avez déjà compris le mécanisme de base de l’état d’inconscience, c’est-à-dire l’identification au mental, qui crée un faux moi, l’ego, et le substitue à votre véritable moi, qui irradie de l’Être. Et comme Jésus l’a dit, vous devenez « un rameau coupé de la vigne ». 

 

Les besoins de l’ego sont infinis. Comme celui-ci se sent vulnérable et menacé, il vit dans un état de peur et de besoin. Du moment que vous en connaissez le dysfonctionnement fondamental, vous n’avez pas besoin d’en explorer les innombrables aspects. Pas besoin d’en faire une problématique personnelle complexe. Il va sans dire que l’ego adore ça. Il cherche constamment à s’accrocher à quelque chose pour maintenir et renforcer son sens illusoire de soi. Il s’accrochera donc facilement et volontiers à vos problèmes. Voilà pourquoi, chez un grand nombre de gens, le sens du moi est en grande partie intimement lié à leurs problèmes. Une fois le sens du moi établi, la dernière chose qu’ils veulent, c’est se débarrasser des problèmes. Car les perdre reviendrait à perdre leur moi. L’ego peut inconsciemment investir beaucoup dans la douleur et la souffrance. 

 

Ainsi, une fois que vous avez reconnu que le fondement de l’inconscience repose sur l’identification au mental, qui inclut bien sûr les émotions, vous en sortez. Vous devenez présent. Et quand vous êtes présent, vous pouvez permettre au mental d’être tel qu’il est sans vous laisser empêtrer dans ses rouages. Le mental n’est pas dysfonctionnel en lui-même, c’est un outil merveilleux. Le dysfonctionnement s’installe quand vous y cherchez votre moi et que vous le prenez pour vous. Il devient alors l’ego et prend totalement le contrôle de votre vie. 

 

gifs étoiles

 

Eckhart Tolle/Le pouvoir du moment présent et son guide/Chapitre trois : Plonger dans le moment présent/Ne cherchez pas votre moi dans le mental 

Publié dans APPRENDS-MOI | Pas de Commentaire »

Le vide mental

Posté par othoharmonie le 21 septembre 2011

  

gifs papillonsAtteindre l’illumination signifie s’élever au-delà de la pensée, ne pas retomber à un niveau situé en dessous de la pensée, soit celui du règne végétal ou animal. Quand vous avez atteint ce degré d’éveil, vous continuez à vous servir de votre pensée au besoin. La seule différence, c’est que vous le faites de façon beaucoup plus efficace et pénétrante qu’avant. Vous vous servez de votre mental principalement pour des questions d’ordre pratique. Vous n’êtes plus sous l’emprise du dialogue intérieur involontaire, et une paix profonde s’est installée

 

Lorsque vous employez le mental, en particulier quand vous devez trouver une solution créative à quelque chose, vous oscillez toutes les quelques minutes entre la pensée et le calme, entre le vide mental et le mental. Le vide mental, c’est la conscience sans la pensée. C’est uniquement de cette façon qu’il est possible de penser de manière créative parce que c’est seulement ainsi que la pensée acquiert vraiment un pouvoir. Lorsqu’elle n’est plus reliée au très grand royaume de la conscience, la pensée seule devient stérile, insensée, destructrice. 

 

Essentiellement, le mental est une machine à survie. Attaque et défense face à ses « congénères », collecte, entreposage et analyse de l’information, voilà ce à quoi le mental excelle, mais il n’est pas du tout créatif. Tous les véritables artistes, qu’ils le sachent ou pas, créent à partir d’un état de vide mental, d’une immobilité intérieure. Puis, c’est le mental qui donne forme à l’impulsion ou à l’intuition créative. Même les plus grands savants ont rapporté que leurs percées créatives s’étaient produites dans des moments de quiétude mentale. Une enquête effectuée à l’échelle nationale auprès des plus éminents mathématiciens américains, Einstein y compris, a donné des résultats surprenants. Questionnés au sujet de leurs méthodes de travail, ils ont répondu que la pensée ne « jouait qu’un rôle secondaire à l’étape brève et déterminante de l’acte créatif lui-même». Je dirais donc que la simple raison pour laquelle la majorité des scientifiques ne sont pas des gens créatifs, c’est qu’ils ne savent pas s’arrêter de penser et non pas qu’ils ne savent pas comment penser ! 

 

Ce n’est pas la pensée, le mental, qui est à l’origine du miracle de la vie sur terre ou de votre corps. Et ce n’est pas cela non plus qui les sustente. De toute évidence, il y a à l’œuvre une intelligence qui est bien plus grande que le mental. Comment une seule cellule humaine mesurant 1/2500 de centimètre de diamètre peut-elle contenir dans son ADN des informations qui rempliraient un millier de livres de six cents pages chacun ? Plus nous en apprenons au sujet du fonctionnement du corps, plus nous réalisons le caractère grandiose de l’intelligence qui est à l’œuvre en lui et la petitesse de notre savoir. Lorsque le mental se remet en contact avec cette réalité, il devient le plus merveilleux des outils et sert alors une cause bien plus grande que lui. 

 

gifs bulles

Eckhart Tolle/Le pouvoir du moment présent et son guide/Chapitre un : Vous n’êtes pas votre mental/L’illumination, c’est s’élever au-delà de la pensée   

Publié dans APPRENDS-MOI | Pas de Commentaire »

Sourire !

Posté par othoharmonie le 19 septembre 2011

Gif cloche  Quelqu’un vient un jour trouver le grand philosophe Socrate et lui dit : 

- Sais-tu ce que je viens d’apprendre sur ton ami ?
- Un instant, répondit Socrate. Avant que tu me racontes, j’aimerais te faire passer un test, celui des trois passoires. 

 

- Les trois passoires ?  

- Mais oui, reprit Socrate. Avant de me raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l’on aimerait dire. C’est ce que j’appelle le test des trois passoires. La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ? 

- Non. J’en ai simplement entendu parler… 

- Très bien. Tu ne sais donc pas si c’est la vérité. Essayons de filtrer autrement en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ? 

- Ah non ! Au contraire. 

- Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n’es même pas certain qu’elles soient vraies. Tu peux peut-être encore passer le test car il reste une passoire, celle de l’utilité. Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ? 

- Non. Pas vraiment. 

- Alors, conclut Socrate, si ce que tu as à me raconter n’est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ?

 

 Lecture conseillée : ici 

 

La sérénité de Socrate, qui le rend étonnamment libre face aux circonstances, inspire tous ceux qui cherchent un chemin vers l’essentiel.

Gif ouragans

Publié dans Sourire au rire | Pas de Commentaire »

Pour rire !

Posté par othoharmonie le 19 septembre 2011

Une rousse et une blonde discutent. La rousse dit :

- J’en ai assez d’être seule… D’après toi, je devrais chercher quelle sorte de mari ?

La blonde répond :

- D’après moi, tu ferais surtout mieux de laisser les maris et de chercher un célibataire…

Gif fleurs autre

Un homme de 75 ans se fait examiner par son médecin. Tout est Ok,
mais avant de partir, le médecin lui demande : 


- Et la sexualité, monsieur Marcel ? 


- Ben ça va, mais quand je fais l’amour la deuxième fois, je suis tout en sueur. 


- Allons monsieur Marcel, vous savez, c’est normal !
C’est même extraordinaire que vous puissiez le faire deux fois.
Monsieur Marcel : 

- À bien y penser, oui, c’est vrai qu’il fait plutôt frais en janvier
et plutôt chaud en juillet !

Gif divers

Publié dans Sourire au rire | Pas de Commentaire »

Cure de Rajeunissement

Posté par othoharmonie le 17 septembre 2011

Cure de Rajeunissement dans Guérir en douceur cannabis_marihuana_herbeNettoyage Saisonnier : une Cure de Rajeunissement 

Le printemps et l’automne sont deux moments propices pour faire des cures. Celles-ci permettent de nettoyer le corps, de le tonifier et de le nourrir en profondeur. Venez apprendre comment utiliser les plantes médicinales ainsi que les fruits et légumes en cure. Ceux-ci aident votre corps à se renouveler et vous gardent un air de jeunesse accompagné d’une énergie renouvelée. 

mini_fleche_i_004 dans Guérir en douceurSherbrooke, 24 septembre 2011, de 9h à 17h. Piedmont, 1er octobre 2011, de 9h à 17h. Natacha Imbeault – Directrice de l’Herbothèque du site : www.herbotheque.com

 

Terre de Vie est notre journal et notre outil de liaison. Il est publié quatre fois par année. 

Vous y retrouverez de multiples articles d’herboristes, d’ici et d’ailleurs, ainsi que diverses chroniques, des nouvelles, des activités de l’école et plus encore. En dehors des annonces concernant les ateliers offerts par l’école, Terre de Vie est un journal sans publicité. 

Les parutions du journal sont envoyées gratuitement à tous les étudiants inscrits aux cours  

Vous pouvez également vous y abonner même si vous n’êtes pas étudiant. 

Votre abonnement, vous donne droit à une carte des ami(e)s de L’Herbothèque qui vous permet d’obtenir des rabais chez divers commercants québécois liés à l’herboristerie


mini_fleche_i_004.
Natacha Imbeault – Directrice de l’Herbothèque du site : www.herbotheque.com

dividers_364

Publié dans Guérir en douceur | Pas de Commentaire »

Le Soleil

Posté par othoharmonie le 16 septembre 2011

 

Le soleil est l’image sacrée de ce que Dieu nous appelle à devenir

 

La recherche de notre propre centre – Pensée du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov 

 

Soleil apparaitNotre soleil est le centre de tout un système planétaire qu’il soutient, organise et vivifie. Si le mouvement des planètes autour du soleil est considéré comme l’image même de l’harmonie universelle, c’est justement parce que les planètes tournent autour d’un centre qui maintient cet équilibre merveilleux. Le soleil disparaîtrait de la place qui est la sienne, au centre, ce serait le chaos. Et il en est de même pour notre vie intérieure: tant que nous n’avons pas un centre qui maintient, qui équilibre et coordonne les mouvements de la périphérie, c’est-à-dire nos pensées, nos sentiments, nos actes, nous ne pouvons pas avoir une vie et une activité harmonieuses, constructives. Alors pourquoi allons-nous le matin contempler le soleil qui se lève? Pour faire un exercice d’une grande importance. En regardant le soleil, en nous efforçant de nous identifier à lui, nous trouvons peu à peu notre propre centre. 

 

  

Le soleil nous enseigne la religion et la fraternité universelle
Extrait des Oeuvres Complètes – Volume 22 – Omraam Mikhaël Aïvanhov 

 

La véritable religion enseigne que les humains doivent se rapprocher de la lumière, de la chaleur et de la vie du soleil, c’est-à-dire rechercher la sagesse qui éclaire et résout les problèmes, l’amour désintéressé qui embellit, encourage et console, la vie subtile et spirituelle qui rend actif, dynamique et audacieux, afin de réaliser sur la terre le Royaume de Dieu et sa Justice. Voilà pourquoi personne ne peut combattre cette religion; si on essaie de la détruire, on se détruit soi-même, parce qu’on se limite. 

 

Quand cette compréhension d’une religion universelle pénétrera les esprits, c’est toute l’organisation de la vie qui deviendra universelle: il n’y aura plus de séparations entre les humains, plus de frontières, plus de guerres. Il faut que tous acceptent la religion et la fraternité universelles que nous enseigne le soleil. En connaissant le soleil dans ses manifestations sublimes de lumière, de chaleur et de vie, les humains s’approcheront de plus en plus de la Divinité, et la terre deviendra un jardin de paradis où tous les hommes vivront en frères. 

 

 

  

le soleil est la meilleure illustration de l’amour divin – Pensée du Maître  Omraam Mikhaël Aïvanhov 

 

Le soleil brille, et il brille sans se préoccuper de savoir si les créatures auxquelles il envoie ses rayons sont intelligentes ou stupides, bonnes ou criminelles, si elles méritent ou ne méritent pas ses bienfaits: il les éclaire toutes sans distinction. C’est pourquoi on peut dire que le soleil est la meilleure illustration de l’amour divin. Prenez même les êtres les plus extraordinaires qui ont existé sur la terre: tous ont eu quelques partis pris, quelques préférences et même quelques animosités. Oui, même les plus grands prophètes, même les plus grands Maîtres n’ont pas pu se libérer tout à fait du besoin d’appliquer la loi de justice et de punir les méchants, car rien n’est plus difficile. Seul le soleil porte sur les humains le même regard que Dieu Lui-même. Il sait qu’ils sont des étincelles divines qui retourneront un jour dans le sein de l’Éternel. C’est pourquoi depuis des milliers d’années il a la patience de continuer à les chauffer, à les éclairer, à les vivifier. Cet exemple ne suffit-il pas pour nous stimuler ? 

 

  

 

L’image de la perfection, c’est le soleil – Pensée du Maître  Omraam Mikhaël Aïvanhov 

 

… L’image de la perfection, c’est le soleil ; et si vous le prenez pour modèle, dans ce désir d’éclairer, de chauffer et de vivifier comme lui les créatures, vous allez vous transformer. Vous n’obtiendrez jamais cette lumière, cette chaleur et cette vie du soleil, c’est évident, mais le désir seulement de les acquérir vous projettera dans les régions célestes où vous ferez des merveilles. C’est le désir de donner la lumière, la chaleur et la vie qui vous rendra plus lumineux, plus chaleureux, plus vivant. 

 

c9d1e20a9c.gif

 

Vous pouvez vous procurer les livres d’Omraam aux Editions PROSVETA lien http://www.prosveta.com/  

Publié dans APPRENDS-MOI | 1 Commentaire »

Loi de la Réincarnation

Posté par othoharmonie le 16 septembre 2011

 

La loi de la réincarnation explique toutes les injustices apparentes de la vie – Extrait de la Collection Izvor n° 202 – Omraam Mikhaël Aïvanhov 

 

Flammes violettesOn rencontre dans la vie des êtres en bonne santé, beaux, intelligents, riches, qui bénéficient des meilleures conditions et réussissent tout ce qu’ils entreprennent, et d’autres au contraire tellement déshérités que, quoi qu’ils fassent, ils vont d’échec en échec. Quelle est l’origine de cette inégalité de conditions? Beaucoup de gens sont choqués souvent par ce qui semble être véritablement une injustice du destin. 


Si vous interrogez les scientifiques sur la raison de ces inégalités, la majorité vous dira qu’elles sont le fait du hasard. 


Et si vous allez trouver des prêtres, des pasteurs, ils vous répondront que c’est la volonté de Dieu. 

Quelquefois ils vous parleront de la prédestination et de la grâce, mais cela n’ajoute qu’une injustice de plus. De toute façon, dire « c’est la volonté de Dieu », n’est pas très différent de dire que « c’est le hasard »…

 

 … Non, en réalité, il y a une explication à toutes les injustices apparentes de la vie : c’est la loi de la réincarnation. Et l’Eglise ne s’est pas rendu compte qu’en niant cette loi, elle a présenté le Seigneur comme un véritable monstre. 

 

L’explication, c’est qu’à l’origine Dieu nous a tout donné, mais Il nous a donné aussi la liberté, et c’est de cette liberté que nous nous sommes servis pour faire des expériences coûteuses. Alors, le Seigneur qui est généreux, patient, nous laisse faire, en disant: 


 » Ce sont mes enfants. Les pauvres, ils souffriront, ils se casseront la tête, mais cela ne fait rien, car je leur donnerai encore mes richesses et mon amour. Ils ont de nombreuses réincarnations devant eux… Ils apprendront et ils s’assagiront. » 


Donc, Il nous a laissés libres, et maintenant tout ce qui nous arrive de mauvais est de notre faute, nous l’avons mérité. Et tout ce qui nous arrive de bon, nous l’avons aussi mérité, c’est le résultat de nos efforts dans les incarnations antérieures… 

 

Flammes violettes… La connaissance de cette loi de la réincarnation est aussi un des fondements de la morale. Tant qu’on n’a pas éclairé les humains sur cette loi des causes et des conséquences qui continue à agir d’une existence sur les suivantes, on peut essayer de les assagir en leur faisant tous les sermons que l’on veut, cela ne sert pas à grand-chose, ils ne changent pas. Et non seulement ils ne changent pas, mais ils se révoltent en s’estimant victimes de l’injustice sociale, ils jalousent et combattent ceux qu’ils trouvent plus privilégiés qu’eux, et ils ne font ainsi que compliquer la situation. Mais celui qui sait que les difficultés et les épreuves qu’il rencontre dans cette existence sont le résultat de ses transgressions passées, non seulement accepte ces difficultés, mais il se décide à travailler pour le bien, afin d’améliorer ses incarnations futures.

Gif barre fleurs

 

Vous pouvez vous procurer les livres d’Omraam aux Editions PROSVETA lien http://www.prosveta.com/ … 

Publié dans APPRENDS-MOI | Pas de Commentaire »

REALISATION DE SOI

Posté par othoharmonie le 13 septembre 2011

PILGRIM sagesse antique pour se réaliser : http://www.realisation-de-soi.fr/2.cfm?p=199-realisation-soi 

QUELQUES DEFINITIONS

 Nous devons en préambule nous accorder sur le sens que nous donnerons à quelques mots. Chacun de nous a en effet, selon ses auteurs de référence (Freud, Jung, Guénon…) son propre registre et ses propres définitions pour des mots tels que « moi », « soi », « personnalité »… il s’agit de s’accorder sur le sens que nous donnerons à ces mots. 

Le mot « PILGRIM » signifie « pèlerin » en anglais. Ici, il signifie surtout : « Processus Illustré dans les LéGendes, les RItes et les Mythes ». 

REALISATION DE SOI  dans Chemin spirituel 21118817_1Parmi ces termes, le mot « processus » peut surprendre ou choquer. J’ai souvent essuyé le refus de la simple idée que la réalisation de soi puisse passer par une « recette ». Que l’on n’aille pas une seule seconde déduire du mot « processus » qu’il pourrait s’agir d’une recette, d’un chemin obligatoire et unique. D’une part vous verrez dans ce site que la succession de huit symboles trouvée dans les mythes de tous les continents peut s’exprimer de mille manières. D’autre part, vous constaterez que l’un de ces symboles contient précisément l’idée de voyage, de quête de soi, de libération et même la possibilité d’égarement. Vous conviendrez dès lors qu’un « processus » qui incite à faire son propre chemin, à être soi-même au risque de s’égarer, n’a pas une nature contraignante mais plutôt libératoire. Suivre ce processus ne peut se concevoir que par une démarche résolument personnelle. 

Puisqu’il s’agit d’un processus de réalisation, évoquons maintenant le terme « réalisation ». Le terme « réalisation » provient de la racine de l’ancien français « real », qui signifie « réel », venue elle-même du latin res, la chose. Francisé au XIV° siècle en « roial », il n’a pas pu se maintenir face au terme équivoque « royal ». Ce dernier provient de rex, regis : le roi, lui-même lié à regimen : le gouvernement, la direction. La similarité des deux racines de « réel » et « royal » atteint un tel point que dans certaines langues latines ils sont désignés par le même mot : « real ». Nous adopterons volontairement cette ambiguïté, qui n’est peut-être pas si innocente : elle fait partie des clins d’œil convenus de certaines philosophies et du vocabulaire usuel en la matière, selon l’usage que l’on appelle « la langue des oiseaux ». Se réaliser, c’est être le roi de son propre territoire –de sa « réalité » ou de son « royaume ». Autrement dit, chacun de nous vit dans un monde que les autres ne peuvent pas connaître et qui est SA réalité. Dans cette réalité, chacun, pour se « réaliser », doit « régner » (c’est-à-dire en être le roi). Qu’entendons-nous par « régner » ? Cela signifie, tout simplement, mettre le Soi (j’entends pas là : le noyau de l’être) sur le trône du pouvoir. Cela implique éventuellement de chasser de ce trône des usurpateurs, des imposteurs qui auraient pris le pouvoir. 

Une telle définition de la « réalisation » amène à distinguer le « soi » de la « personnalité ». Nous entendrons « personnalité » au sens dérivé du mot latin persona, qui désigne le masque porté par les acteurs de tragédie grecque. La personnalité n’est donc pas l’être lui-même mais ce qui le dissimule, ce dont il s’est recouvert du fait du rôle qu’il joue dans le monde extérieur. La personnalité, comprise au sens de masque et de résultante d’influences extérieures, n’existe pas par l’être lui-même mais par son interaction avec ceux qui l’entourent –pourquoi, en effet, revêtir le masque de la tragédie si l’on n’a pas de spectateurs ? 

Cette définition amène donc à une conception de la réalisation centrée sur soi-même. Cela peut venir totalement à l’encontre d’approches modernes telles que la fameuse « Pyramide de Maslow », outil matérialiste s’il en fut, qui situe l’accomplissement personnel au sommet de la hiérarchie des valeurs matérielles, comme si l’on commençait à se soucier de sa réalisation spirituelle une fois sa carrière réussie et le portefeuille garni : demandez aux grands sages s’ils ont éprouvé le besoin de se réaliser une fois seulement leurs crédits remboursés. Que l’on ne se méprenne donc pas sur le propos de cette méthode, la réalisation qu’elle propose n’est pas une réalisation aux yeux des autres. Nous devons au contraire avertir formellement le lecteur : cette réalisation, voulue par lui seul, peut l’amener à aller dans la direction opposée à ce qu’attend de lui son entourage, une option qu’il exercera du fait de sa seule volonté et sous sa responsabilité pleine et entière. Car cet entourage, qui inclut évidemment les individus qui exercent sur lui une autorité acceptée –les parents, le conjoint, l’employeur, les amis- constitue par définition une partie des « usurpateurs » qui exercent le pouvoir, qui occupent le trône de la volonté. Le processus que nous avons identifié dans le plus vieux livre de la Chine et que nous avons retrouvé dans plus d’une vingtaine de mythes, de légendes et de rites sur toute la planète, n’admet pour l’individu aucun autre maître que lui-même –mais encore faut-il que cet individu ait fait le ménage en lui, car les ennemis les plus redoutables sont intérieurs. 

krishnamurti dans Chemin spirituelC’est donc une démarche qui peut secouer et amener un changement profond. Rien d’étonnant à cela, puisqu’elle est issue de la Tradition transmise par les mythes de réalisation. Relisez le Tao Te King, que vous auriez pu, comme la plupart des gens, acheter pour ses illustrations puis ranger soigneusement dans votre bibliothèque sans vraiment l’ouvrir : vous y trouverez un message radical et des incitations que l’on pourrait qualifier d’anarchistes. Que l’on ne s’y trompe pas, l’objet d’un tel ouvrage n’est pas la révolution du monde extérieur, il s’agit de la reconquête du territoire intérieur. 

Les termes choisis pour désigner les récits : « légendes » et « mythes » doivent également être explicités. « Légendes » et « mythes » reçoivent diverses définitions selon les spécialistes. Le « mythe » est souvent associé à une transmission orale –mais pas toujours- alors que la « légende », étymologiquement, est « ce qui doit être lu ». Selon Hélène Clastres, du Centre d’Etudes des Langues Indigènes du CNRS, le mythe « pense la société dans son essence, dans ses fondements » alors que les légendes s’inscrivent « dans les accidents de son histoire, d’une histoire venue du dehors ». Dans tous les cas, malheureusement, le dictionnaire Larousse les présente comme des récits influencés par l’imagination, ce que je regrette car ce mot, à mon sens, ramène le langage symbolique à l’idée de fantaisie dépourvue de sens, alors qu’il nous relie à la réalité intelligible. Il faut entendre « imagination » dans son sens fondamental : la formation d’images. Peu importe, car l’objet principal de ce site n’est pas seulement les mythes et les légendes mais, de manière plus générale, les histoires anciennes, qu’elles procèdent de l’écrit, de l’image ou de l’oral, mais pourquoi pas aussi du geste. Ainsi, le PILGRIM pourrait très bien être trouvé dans une danse traditionnelle, dans une forme d’art martial, dans une pièce de théâtre sacré comme il a pu être trouvé dans des textes, des récits oraux ou un jeu de cartes. Que l’on ne soit pas choqué de me voir classer la Genèse ou l’Evangile de Jean parmi les mythes et les légendes : s’il est évident que l’on ne doive pas prendre ces deux termes au sens réducteur d’ « histoires sorties de l’imaginaire », il faut au contraire leur donner leur pleine dimension d’héritage collectif, de récits dotés de sens, d’éternels présents. 

L’auteur : Jean-Louis Brun, si cela vous intéresse alors rejoignez son site :

http://www.realisation-de-soi.fr/2.cfm?p=199-realisation-soi 

 Voir l’accueil : http://www.realisation-de-soi.fr/6.cfm?p=10-lux-orientalis-initiation-legendes-mythes-accueil

Publié dans Chemin spirituel | Pas de Commentaire »

La Persévérance

Posté par othoharmonie le 13 septembre 2011

 

La Persévérance dans Chemin spirituel def-thumbPersévérance & réalisation de soi

 

 Psychothérapeute, auteure et formatrice, Marie Lise Labonté a vaincu une maladie dite incurable par un processus d’auto-guérison. La persévérance fut sa fidèle compagne sur le chemin qui la mena au plus profond d’elle-même. Analyse… 

 

Intégralité de l’interview par J.C Genel qui se trouve ICI ….. http://www.gproductions.fr/presse_detail.php?id_art=8 

 

  

Quelle serait ta définition de cette valeur ? 

 

La persévérance vient d’un état intérieur que j’appelle le « Je sais ! » Cet état fait que, face à des événements de la vie et à des choix essentiels, on a l’impression qu’il est possible d’accomplir de grandes choses en maintenant toujours une présence à cette sensation du  » Je sais !  » (je sais que c’est ça ma voie, que c’est ça, mon expérience). Trop de gens sont conditionnés par des croyances, des fausses valeurs et des schémas de vie stéréotypés. Ils sont alors dans un volontarisme qu’ils confondent avec la persévérance. Je rencontre beaucoup de ces gens malades qui avaient persévéré dans ce genre de démarche et s’étaient abîmés à la tâche. 

 

Pour toi, la persévérance est donc reliée à la foi. 

 

Oui, elle est reliée à cette foi qui n’est pas alimentée par un système de croyances extérieures. Croire en Dieu est une chose, vivre l’expérience de Dieu en est une autre. Cet état intuitif très profond génère, malgré des expériences difficiles ou en contact avec ses élans très profonds et ses rêves, la certitude que cela va s’accomplir. Il faut simplement se maintenir dans un état de persévérance et non s’acharner à contre courant de sa vie ou de son destin. 

 

Conclusion de Jean-Claude Genel 

 

La persévérance est essentielle dans toute démarche d’accomplissement. Elle permet la consolidation du but poursuivi et nous entraîne vers la réalisation de ce que nous nous sommes fixés. La motivation nous met en mouvement, l’honnêteté détermine la qualité de notre action, le courage nous propulse et la persévérance nous permet de perpétuer l’intention et de garder le cap. Elle est active tant que nous restons centrés sur nos ressources. Elle s’évanouit si nous donnons la préférence à l’entêtement de l’ego ou au fanatisme intolérant. Elle est le lien subtil entre l’énergie du commencement et le but à atteindre. C’est ainsi que notre parcours, même semé d’obstacles, reste éclairé, la persévérance agissant comme une lumière dans la nuit. Cette valeur, septième facette du joyau de l’amour inconditionnel, nous fait progresser en  » terrain connu « . En effet, elle nous maintient connectés au « guide intérieur » ou à la « petite voix  » qui nous montre les solutions à mesure qu’en nous-mêmes, nous les acceptons 

 

 Issu du site : http://www.gproductions.fr 

 

Publié dans Chemin spirituel | Pas de Commentaire »

Etre pleinement vivant

Posté par othoharmonie le 11 septembre 2011

 

SAVIEZ-VOUS QUE «ÊTRE» PLEINEMENT VIVANT EST LE PRINCIPAL OBJECTIF À ATTEINDRE DANS NOTRE VIE ? 

par Agathe Raymond 

Ecouter ses entrevues sur son site : http://www.agatheraymond.com/web/page.asp?code=ACCUEIL

BARRE DE SEPARATION

Nous nous donnons mille et un objectifs tout aussi importants les uns que les autres. Nous cherchons à réussir, à s’améliorer, à bâtir autour de nous un environnement agréable et harmonieux mais, trop souvent, nous oublions d’être pleinement vivants et de vivre notre vie en harmonie avec nos besoins et nos valeurs.

 

 Etre pleinement vivant dans Etat d'être dyn004_original_360_324_gif_2604017_44472117c8f4e7f694c1218030053605Saviez-vous que «être» pleinement vivant c’est être d’abord conscient de son propre potentiel, de ses qualités, de ses ressources, et de vivre avec plaisir les situations qui se présentent à nous? 

Saviez-vous que «être» pleinement conscient de l’être que nous sommes et qui vit en nous, nous permet d’accomplir des expériences extraordinaires? 

Saviez-vous que «être» motivés et dynamiques à être pleinement vivant, attire les occasions, les personnes, les opportunités d’affaires, de relations et de partenariat qui nous sont favorables? 

Saviez-vous que lorsque tout notre être intérieur est habité par notre désir d’être pleinement vivant même dans des situations difficiles à vivre, l’énergie que nous dégageons repousse les sensations que la tristesse et l’abattement nous apportent? Cet état d’être pleinement vivants nous éloigne des combats que nous devons livrer pour éloigner les malheurs. 

Lorsque nous prenons le temps à tous les jours de nous nourrir de joie de vivre, de fierté de soi et de nos possibilités, de satisfaction pour les actions que nous posons même si celles-ci ne nous ont pas conduits au résultat escompté, c’est alors que nous vivons pleinement notre vie. 

Avoir le goût de se créer une belle qualité de vie qui nous comble dans tous les domaines, c’est aussi être pleinement vivant. 

Lorsque nous prenons notre pouvoir décisionnel, que nous décidons de placer toutes nos énergies à construire en nous et autour de nous notre bonheur tout en transformant certaines de nos pensées, de nos croyances et de nos attitudes, c’est être pleinement vivant.
Saviez-vous que… lorsque nous prenons le temps d’aimer et d’apprécier la vie à sa juste valeur, même dans les situations désagréables qui se présentent à nous, cela est «être» pleinement présent dans notre vie? 

Il y a plein d’avantages à être pleinement vivant dans chacune des expériences que la vie nous présente. Nous trouvons en nous une source de plaisir et de contentement à découvrir les extraordinaires transformations d’attitudes, de sensations ou d’interprétations qui nous limitaient dans notre joie de vivre. 

Nous attirons par notre dynamisme et notre amour pour la vie, des amitiés enrichissantes et des opportunités pour vivre une vie de qualité qui nous comble de bonheur. Nous vivons avec satisfaction chaque expérience qui renforce en nous une fierté de soi et nous donne une très belle image intérieure. Nous construisons notre vie à partir de nos ressources et de nos talents en vivant pleinement conscients que nous investissons sur notre potentiel avec plaisir et à partir de nos décisions personnelles. 

Voici quelques suggestions afin de savoir «être» pleinement vivant dans sa vie

  1. Installer l’habitude de nourrir nos pensées d’attitudes, de gratitude et de reconnaissance pour ce que nous sommes et pour les efforts que nous faisons afin d’améliorer notre vie. La gratitude envers nous-mêmes et les qualités que nous développons afin d’être pleinement vivant dans notre vie est un pas important vers la joie d’exister. 

  2. Regarder avec satisfaction les actions accomplies plutôt que de se reprocher ce qui n’a pas encore été réalisé est aussi un engagement avec la vie, À tous les jours, cultiver la satisfaction et le contentement des actions posées afin d’augmenter l’énergie qui nous motive à vouloir aller plus loin. 

  3. Développer à tous les jours une discipline de vie qui entretient des attitudes énergisantes. Surveiller nos pensées, nos sentiments, notre façon de réagir devant certaines situations en s’observant penser et agir. L’épanouissement de notre joie de vivre doit prendre une place importante dans notre quotidien. 

Ces quelques suggestions peuvent transformer notre vie : 

Agathe Raymond 

Rendez-vous ici : http://www.agatheraymond.com/web/page.asp?code=egregore-de-guerison

BARRE DE SEPARATION

 

 

Publié dans Etat d'être | 3 Commentaires »

L’aventure intérieure

Posté par othoharmonie le 9 septembre 2011

- par Jacques Brosse : Article paru dans le hors-série n° 28 du Nouvel Observateur : La soif de Dieu : voyage au coeur des religions: Propos recueillis par Jean-Philippe de Tonnac et Catherine David

L'aventure intérieure  dans Expériences Hetre-9d439En 1987, Jacques Brosse a reçu le grand prix de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre. Essayiste, naturaliste, psychanalyste, encyclopédiste… Autant de cages qui n’ont jamais su retenir cet étrange oiseau. Le parcours intérieur de cet intime de Michaux, de Cocteau, de Bachelard, de Lévi-Strauss, du maître zen Deshimaru, est plus surprenant encore. Doué d’une curiosité insatiable, Jacques Brosse est passé par la psychanalyse et l’expérience scientifique des drogues, il a interrogé ses rêves et son enfance avec le scalpel du chirurgien, pratiqué le raja yoga, vécu auprès des Indiens d’Amérique latine et reçu d’un moine japonais la mission d’enseigner le zen depuis près de vingt ans. Pour parler de l’expérience spirituelle commune à tous les enseignements traditionnels, Jacques Brosse est irremplaçable. 

Le Nouvel Observateur. – Qu’y a-t-il de commun à toutes les expériences spirituelles?

Jacques Brosse. – Il n’existe qu’une expérience spirituelle : se mettre en face de soi-même. C’est le fameux Qui suis-je? Une question à laquelle chacun doit répondre pour soi… Il vient un moment dans la vie où l’on doit se poser cette question. Mais pas trop tôt. Souvent, la question se pose après la trentaine. On se dit: Bien, j’ai déjà un peu construit ma vie, mais qu’est-ce que je fais vraiment? L’expérience spirituelle prend donc l’aspect du « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux  » inscrit au fronton du temple de Delphes. C’est pour moi une définition de la quête spirituelle.  

N. O. – En quoi le fait de se connaître soi-même permet-il de connaître l’univers?

J. Brosse. – Pour un Occidental, l’expérience revient à mettre en doute ses certitudes: l’individu d’un côté, le monde de l’autre; l’âme d’un côté, le corps de l’autre. Des positions que nous appelons dualistes et qu’inspire le combat du bien et du mal.

 

N. O. – Vous refusez les notions de bien et de mal ?

J. Brosse. – Dans l’absolu il n’y a ni bien ni mal puisque ce qui est bien devient mal et réciproquement. A un autre niveau, il faut bien prendre parti mais sans oublier que dans ce bien il y a peut-être un peu de mal, que dans le criminelle plus endurci il y a du bien.  

N. O. – Qu’est-ce que la mystique par rapport à l’expérience spirituelle?

J. Brosse. – Toute expérience spirituelle est mystique et initiatique. On peut distinguer dans toutes les voies une expérience immédiate, à travers laquelle le mystique entre directement en relation avec la divinité; s’il s’agit de méditation zen, on parle de sa tari ou d’illumination. Il existe une autre voie, qui vous permet de vous élever graduellement. La grâce n’est pas l’objet d’un calcul, elle est donnée indépendamment des fins que l’on s’est assignées. Cependant, si l’on n’est pas préparé à la grâce, on peut la recevoir et ne pas s’en apercevoir. Les enfants aussi peuvent avoir des éveils, mais les adultes sont souvent incapables de comprendre de quoi il s’agit.  

N. O. – Que cherche-t-on à connaître? Le « moi » social, le « moi » familial, ou s’agit-il d’autre chose ?

J. Brosse. – Les bouddhistes répondent que c’est la nature de Bouddha. Nous sommes des éveillés et nous ne le savons pas. L’éveil peut être comparé au fait de recouvrer la vue pour un aveugle de naissance. C’est se connaître, non plus en tant qu’individu séparé mais participant àl’univers et relié aux autres.

N. O. – Est-ce connaître son inconscient ?

 

J. Brosse. – Ce serait réducteur, parce que l’inconscient est un concept plutôt négatif. Pour les psychanalystes, le moi n’est pas quelque chose à quoi l’on puisse se raccrocher. Il naît du conflit entre le « ça » et le « surmoi », il est une force de résistance à l’un et à l’autre, c’est tout. La question est de savoir ce qui reste lorsqu’on réalise que le moi est une fiction.  

N. O. – Vous avez fait une psychanalyse. Dans quel contexte?

J. Brosse. – Le plus classique possible: une analyse freudienne. C’est très bien de remettre le moi en marche, mais ce n’est pas suffisant. A l’origine, la psychanalyse a été conçue pour soigner des névrosés, non pour guérir des gens normaux. A la fin de sa vie, Jung disait que si on lui trouvait quelqu’un de normal, il le guérirait.
 

 

N. O. – La psychanalyse est-elle un préalable nécessaire à l’expérience spirituelle? 

J. Brosse. – Ce n’est pas indispensable. Un maître idéal serait celui qui connaîtrait la psychanalyse de l’intérieur, pour distinguer ce qui est psychique de ce qui est spirituel. 

N. O. – Pouvez-vous définir ces termes?

J. Brosse. – Dans le langage des mystiques, on dit psychique et pneumatique, de pneuma en grec, le souffle, l’esprit. Ce qui est psychique est de l’ordre de l’âme, ce qui est spirituel est de l’ordre de l’esprit. Ce qui fait l’unité de l’individu, c’est le corps, lui-même changeant, impermanent. 

N. O. – Comment peut-on situer l’inconscient dans le bouddhisme?

J. Brosse. – Il n’y a pas d’inconscient dans le bouddhisme, en ce sens qu’il est seulement l’une des consciences. Le bouddhisme distingue de six à huit consciences. Il y a une conscience pour chacun des sens qui sont au nombre de six, le sixième étant le mental qui cherche à faire la synthèse des cinq premiers. La septième est une autre forme du mental qui tend vers l’universel. La huitième est la conscience fondamentale, âlaya, qui correspond à peu près à l’inconscient collectif de Jung, mais beaucoup plus étendu. L’analyse de la conscience évite la fracture du conscient et de l’inconscient. La conscience âlaya est composée de l’expérience personnelle de l’individu, de son expérience actuelle, de son karma, du karma de ses parents, du karma de l’humanité, de l’univers tout entier. Au moment de l’éveil, c’est cette conscience qui est purifiée.  

Lire la suite… »

Publié dans Expériences | Pas de Commentaire »

GUERIR PAR LE SON

Posté par othoharmonie le 8 septembre 2011

GUERIR PAR LE SON dans Guérir en douceur gongLe GONG…..

 

Vidéo :  Image de prévisualisation YouTube

 

Dans cet atelier dirigé par Shabad Saroop Singh, vous apprendrez comment explorer et incorporer les sons et les vibrations apaisantes du gong lors de vos pratiques de yoga ainsi que comment jouer du gong pour la relaxation, la méditation ainsi qu’à des fins thérapeutiques ou de guérison. 

 

L’atelier s’adresse autant aux professeurs de yoga qu’aux étudiants, aux guérisseurs et aux thérapeutes. Le magnifique son vibrant du gong, avec ses riches compléments d’harmoniques, crée une énergie où les splendeurs des temps anciens de l’Orient reproduisent une ambiance sacrée. La vibrante résonance du gong contribue à réharmoniser les énergies de la personne qui est en sa présence. Le son du gong est reconnu pour amener la joie et la force. Il peut aussi évoquer un temps sans temps archaïque, comme un retour à un silence où espace et temps ont été abolis

 

temoignage_exemple_fleches dans Guérir en douceur Info@equlibriumyoga.ca          +             www.equlibriumyoga.ca 

 

La façon la plus efficace de guérir dans le Kundalini yoga, c’est la technique de guérison par le son en utilisant un «gong».  La guérison par le son est en soi une méthode unique où le gong est utilisé de façon appropriée au cours de la séance de relaxation profonde. 

 

On dit que le gong est un véritable moteur de puissance, plus puissant que n’importe quel autre instrument de musique. L’énergie qu’il génère n’est pas seulement un simple ton fondamental mais elle est aussi censée être une onde exceptionnelle. 

 

Quand il est joué correctement, le gong produit toute une gamme d’harmoniques qui sont fondées sur des ondes de pression sonores qui font vibrer les méridiens énergétiques dans le corps et les rééquilibrent. 

 

gongLe son du gong réétalonne le corps physique, émotionnel et spirituel et augmente la fréquence du champ électromagnétique de l’individu (l’aura).  C’est une excellente thérapie pour tous les problèmes liés au stress: la dépression, la fatigue, le sentiment de séparation, la solitude, la colère, la peur, l’hostilité et également de nombreuses pathologies causées par un manque d’équilibre et d’harmonie dans le corps et dans l’esprit. De plus, cette thérapie a un effet revitalisant sur le système immunitaire et nerveux. 

 

Les gongs sont considérés comme les instruments musicaux les plus anciens et les plus importants du Sud-est asiatique et leur origine remonte au deuxième millénaire avant Jésus-Christ mais on pense que cet instrument est beaucoup plus ancien.  Dans l’histoire chinoise, les gongs sont mentionnés vers l’an 500 après Jésus-Christ. Et seules quelques familles connaissaient la tradition du gong et ont permis de transmettre la façon d’en faire usage. 

 

De génération en génération, l’art d’utiliser les gongs était dissimulé dans un sens magique. Ainsi ceux qui savaient l’utiliser ont estimé que le gong ne pouvait être efficace qu’à l’aide des puissances supérieures, et qu’ils étaient exposés à des forces surhumaines. De ce fait, le gong a été un élément important dans la vie des gens de l’Extrême-Orient et il l’est encore aujourd’hui dans certains pays. 

 

 

gongDans les familles asiatiques, le gong était un signe de richesse et servait comme symbole pour avoir un statut social distingué. De plus, dans les rites, cet instrument a été utilisé pour l’évocation des fantômes, pour bannir les démons et pour apporter la fortune et la force à la personne qui le touchait. 

 

Et dans les rituels de l’Extrême-Orient, il a conservé son importance particulière à ce jour. 

« Le gong est le son de la créativité elle-même. Celui qui joue le gong joue l’univers. C’est une magnifique et forte vibration et c’est le seul outil avec lequel vous pouvez produire cette combinaison de vibrations spatiales. » Le yogi Bhajan 

 

« La thérapie du gong soulage également le stress et a un profond effet revitalisant sur les systèmes immunitaires et nerveux. Lorsque vous vous plongez dans le son de la guérison du gong sacré, aucun élément ne pourra perturber votre esprit. Toute l’onde sonore est entendue avec les oreilles et ressentie comme une vibration puissante purifiant et pénétrant profondément dans le corps pour la détente, le guérir et l’harmoniser à tous les niveaux. » Guru Ram Kaur 

 

temoignage_exemple_flechesSource : http://guideyoga.org/kundalini/therapie-gong.html 

 

 

BONNE VISITE A TOUS… 

 

9_34_76Gong

Publié dans Guérir en douceur | 1 Commentaire »

S’ouvrir aux autres pour être heureux

Posté par othoharmonie le 7 septembre 2011

 

« Tout geste motivé pour un pur désintéressement
possède une étincelle de magie. » 

  

S’ouvrir aux autres pour être heureux dans Exercices simples 1403-Nous%20vous%20apportons%20le%20bonheur_maxiL’idée que nous nous faisons du bonheur est souvent plus ou moins liée à des possessions (argent, maison, voiture …) ou au succès social (métier reconnu, accomplissement notoire, bonne réputation professionnel …). Tant qu’on ne peut atteindre ces objectifs prosaïques, nous pensons ne pas pouvoir être pleinement heureux. Conséquemment, bon nombre de gens passent leur vie à rechercher une illusion car le vrai bonheur n’est pas associé aux possessions ou au statut social. Le véritable bonheur est plutôt un état de conscience.

Mais comment accéder à cet état de conscience? 

 

La réponse est simple, il suffit de s’ouvrir aux autres et de devenir un donneur et non pas un demandeur d’amour. L’égoïste ne peut pas être heureux, car il ferme son cœur aux autres. Pour être heureux, il faut s’ouvrir jusqu’à embrasser le monde entier. Celui qui a beaucoup d’amour se dilate et il a l’impression que tout s’ouvre à lui.

Débarrassez-vous de cette habitude de constamment prendre et faites l’expérience de la générosité sincère. Si vous hésitez à donner des biens matériels alors faites des dons non tangibles simplement par votre attitude envers les autres. 

 

Voici quelques exemples : 

 

1.      Écouter les autres avec bonté 

2.      Saluer avec sincérité les gens de votre entourage 

3.      Encourager les gens qui vous entourent 

4.      S’intéresser sincèrement à la vie des gens de votre entourage 

5.      Sourire 

6.      Faire des compliments sincères 

7.      Remercier tous ceux qui vous rendent service 

8.      Éviter les conflits inutiles 

9.      Être serviable 

10.  Démontrer du respect à tous, particulièrement à « ceux qui ne le méritent pas » 

11.  Orienter volontairement les conversations vers des sujets d’intérêts pour vos interlocuteurs 

12.  Pardonner 

 

« On accumule des richesses milles fois plus vite
par le désintéressement que par l’égoïsme. »
 

Publié dans Exercices simples | 1 Commentaire »

Message d’Adama de Telos

Posté par othoharmonie le 5 septembre 2011

 Canalisé par Aurélia Louise Jones 

 

Message d'Adama de Telos dans Channeling SeaSkyTSalutations les plus chaleureuses du coeur de la Lémurie et de tous les membres de la Fraternité  Lémurienne de la cité de Telos et du réseau de l’Agartha. Se joignent aussi à moi, le roi et la reine de Telos, Ra et Rana Mu, tous les membres du Haut Conseil lémurien de Telos, ainsi que votre grand maître et ami si bien-aimé de vous tous en France, Omraam Mikhaël Aïvanhov, qui depuis son départ de votre dimension en 1986, en tant que maître ascensionné du réseau de l’Agartha, a continué à oeuvrer avec nous sans relâche, et à vous assister personnellement, ainsi que votre pays, avec un amour et un dévouement extraordinaire.  

 

C’est avec une immense joie dans notre dimension que nous nous joignons tous à vous maintenant, de coeur à coeur, pour célébrer notre partenariat avec vous, ambassadeurs de lumière et d’amour que vous êtes, pour continuer notre travail et notre marche « ensemble » vers la plus grande victoire d’amour et de libération que notre planète expérimentera d’ici peu. La France a un rôle important à jouer dans ce développement, et c’est pour cela que nous sommes disposés à vous apporter une assistance prodigieuse.  

 

Nous félicitons tous les membres fondateurs de l’association Telos-France ainsi que notre président et ambassadeur pour la France, Gaston, pour l’initiative de lumière et d’amour que vous avez entrepris avec un si grand dévouement et enthousiasme, et pour le travail merveilleux que vous avez accompli ensemble en si peu de temps. Nous exprimons notre immense gratitude pour l’engagement que vous avez pris d’oeuvrer avec nous pour assister cette grande mission de résurgence de la conscience Lémurienne dans votre pays et sur notre planète. Soyez assurés de notre collaboration intime et assidue avec vous tous. Notre présence et celle des Maîtres ascensionnés faisant partie de la Hiérarchie Spirituelle de votre planète sera avec vous, tous les jours, pour supporter et énergiser vos projets d’expansion de la Lumière. En vérité, votre initiative et association deviendra un phare lumineux et d’inspiration, non seulement pour la France, mais pour toute l’Europe et au-delà.  

 

Éventuellement, cette nouvelle conscience de divinité qui grandira rapidement donnera naissance à un nouveau monde, un cycle d’âge d’or sur votre terre, où tous ceux qui choisiront de s’identifier avec leur divinité et la manifester, jouiront de nouveau de tous les privilèges et bénéfices d’une civilisation galactique, du paradis magnifique que vous avez quitté, il y a si longtemps, et pour lequel vous ressentez maintenant une si grande nostalgie.  

 

ArenePyramid dans ChannelingMain dans la main, nous vous guiderons vers le niveau de conscience auquel vous devez accéder et évoluer pour recréer avec nous ce paradis qui comblera tous vos désirs et aspirations. Ce qui est requis de vous maintenant pour recréer ce paradis, nous l’avons expérimenté et créé nous-mêmes quand notre continent a été détruit, et cela dans des conditions beaucoup plus ardues et pénibles que vous devez le faire maintenant. Parce que nous avons préparé et adouci le chemin pour vous, le cheminement que vous devez accomplir dans les prochaines années sera beaucoup plus facile pour vous qu’il n’a été pour nous. Soyez assurés, que tous ceux qui demanderont guidance et assistance seront entourés, et nous vous accompagnons à chaque pas, même si vous n’en êtes pas toujours conscient.  

 

Bientôt, mes chers frères et soeurs, mes enfants bien aimés, la possibilité de collaborer face à face avec nous vous sera offerte, et nos deux civilisations deviendront de nouveau UNE dans l’unité d’un amour infini et perpétuel.  

 

Je suis Adama de Telos, premier patriarche de cette planète, et votre père éternel qui vous aime tous très profondément.  

 

2005-2010 © Telos France 

Publié dans Channeling | Pas de Commentaire »

Découragé de progrès trop lents ….

Posté par othoharmonie le 4 septembre 2011

 

« Dieu n’a pas créé le monde en une seule journée, Pourquoi pensez-vous être capable de le faire ? » 

(citation de Boris Cyrulnik) 

 

Découragé de progrès trop lents …. dans APPRENDS-MOI paixVous faites des efforts pour vous transformer intérieurement, mais vous ne voyez pas d’effets significatifs à court terme ? Par exemple, vous avez tenté à plusieurs reprises de vous débarrasser d’une mauvaise habitude ; mais malgré tous vos efforts, vous n’y arrivez pas. Et ceci vous donne le goût d’abandonner. Ne vous découragez pas. En réalité, rien n’est plus efficace que de se transformer intérieurement ; mais ce travail donne rarement des résultats frappants à court terme. Vous trouverez ci-dessous des approches qui vous aiderons à gérer cette situation.

 


Commencer par de petits pas : 


Il est préférable de débuter par de petits changements. Une fois que vous aurez acquis une certaine confiance en réalisant avec succès des changements moins difficiles, vous pourrez alors augmenter graduellement le niveau de difficulté. Nous pouvons tous réaliser de grandes choses, mais nous devons commencer modestement. 

decomauve dans APPRENDS-MOIFaire des efforts : 


Rien n’échappe à la loi de l’effort. Le travail que nous devons effectuer sur nous-mêmes est un cheminement à long terme. Celui qui est pressé rencontrera assurément des difficultés qui peuvent le décourager. Et ce découragement est évidemment très néfaste. Il faut garder en tête que l’effort peut être difficile, surtout au début ; mais une fois l’habitude bien acquise il devient moins ardu. Et après un certain temps, on peut même atteindre le niveau ou l’on exécute certaines activités de cheminement sans se poser de question, sans avoir l’impression de faire des efforts ou presque. Mais, pour atteindre ce niveau d’automatisme, il faut évidemment beaucoup de persévérance et de sagesse. 

decomauveImaginer les résultats à venir : 


Il peut être utile de visualiser les résultats que l’on souhaite obtenir, c’est-à-dire de les imaginer comme si nous les avions déjà. Ceci a pour effet de stimuler notre motivation. Evidemment, pour que cette approche fonctionne il est absolument nécessaire que le changement visé soit de nature altruiste. Si c’est le cas, alors la visualisation devient non seulement une source de motivation mais aussi une source d’inspiration.

decomauveEchecs ou opportunités : 


Pour s’améliorer il faut absolument essayer de nouvelles approches. Celles-ci ne sont jamais parfaites du premier coup. Il est donc tout à fait normal de vivre des échecs de temps à autre. Ces échecs sont parfois des occasions uniques d’apprendre et de progresser. Ils peuvent même être la fondation d’un niveau supérieur de compréhension. Les gens sages réfléchissent et utilisent tout pour le bien, incluant les revers. Je sais, il faut du courage pour changer notre attitude face aux échecs et aux déceptions. Mais puisqu’on doit nécessairement faire face à la défaite de temps à autre, pourquoi de pas l’utiliser pour mieux cheminer ? 

decomauveDévelopper notre patience : 


Lorsque j’espère des résultats trop rapides, je démontre que je manque de sagesse. En effet, je devrais plutôt focaliser le bénéfice que m’apportera la transformation visée, sans me soucier du temps que ça pourrait prendre. En somme, la gestion de mes attentes est une opportunité d’apprendre à mieux me connaître et surtout une occasion de développer ma patience. 

decomauveFatigue ou maladie : 


Parfois nous sommes fatigué ou même malade. Si vous n’êtes pas bien, prenez au besoin du repos et soignez-vous. Mais faites-le sans abandonner vos efforts d’amélioration. Pour ce faire, au lieu d’interrompre temporairement votre cheminement, essayez plutôt de diminuer vos efforts (significativement au besoin) mais sans les arrêter complètement. Par exemple, si vous aviez l’habitude de faire une promenade quotidienne à pied en silence de 30 minutes ; vous pouvez alors simplement diminuer à 10 ou même 5 minutes. Le principe est de garder l’habitude quotidienne, et donc d’encrer davantage l’idée de progresser au moins un peu chaque jour. C’est cette idée de progrès continue qui vous fera ultimement triompher.

Title-Conclusion


Se transformer intérieurement demande du temps. Par exemple, si vous débutez un programme de conditionnement physique, vous ne vous attendez pas à des résultats immédiats. Il en va de même pour la transformation personnelle. Mais contrairement à la condition physique, les acquis intérieurs sont à vous pour toujours. La vie peut nous enlever tous nos biens matériels, mais elle n’a aucune emprise sur ce que nous sommes à l’intérieur. En effet, nos acquis intérieurs nous appartiennent vraiment, et ce pour toujours. 

 

« Celui qui a entrepris un véritable travail intérieur se sent de plus en plus soutenu par la conviction que personne ne peut le priver des découvertes qu’il est en train de faire ni des réalisations qu’il a obtenues. «  


(citation de Omramm Mikhaël Aïvanhov) 

Publié dans APPRENDS-MOI | Pas de Commentaire »

Auto-guéris-toi !

Posté par othoharmonie le 3 septembre 2011

 

gifs coeurTrès belle découverte de capsules vidéo offertes gratuitement par http://www.terre-de-lumiere.com/.

Je vous les recommande vivement ! Tout cela en un clic :
          

La Joie qui guérit Guy Corneau

Les quatre accords toltèques : Jacques Languirand

La crise nous ressemble : Guy Corneau

Cancer, quête de soi et guérison : Ghislain Devroede

Médecine: pour une approche globale de la santé : Christine Angelard

 

 

gifs coeurEt puis je souhaite aussi vous faire partager ce témoignage en vidéo : http://www.toslog.com/guycorneau/59/video/bloc

Publié dans Auto-Guérison | 1 Commentaire »

Economisez votre carburant

Posté par othoharmonie le 3 septembre 2011

Bonjour les Amis, j’ai un truc à partager avec vous aujourd’hui !

gifs coeur

Conseils pour économiser du carburant à la pompe. 

Economisez votre carburant dans Entre amis h-20-1047990-1211293612Savez-vous qu’il existe des petits moyens techniques pour économiser de l’essence, lors de son remplissage à la pompe ? Un employé d’une raffinerie américaine donne des trucs simples, facile a appliquer qui, multipliés par le nombre de plein annuels permet de faire de substantielles économies et de plus, de minimiser les pertes et de contribuer, à petite échelle, à réduire la pollution. 

Truc 1:

Faites le plein de votre auto tôt le matin, quand la température de la terre est plus froide.
Toutes les stations d’essences ont leurs cuves enfouies dans le sol. La terre étant plus froide, la densité de l’essence ou du gazole est moins grande. Par contre, durant la journée, la terre se réchauffe, donc les carburants se dilatent.
Si vous faites le plein l’après midi ou en soirée, votre litre n’équivaut donc pas à un litre exact.
Dans l’industrie du pétrole, la masse spécifique (densité volumique) et la température jouent un rôle très important. 

Truc 2:
Lorsque vous faites le plein, n’engagez pas la manette de pistolet au mode maximum.
La manette ayant trois positions de vitesses (lente, moyenne et rapide), toujours choisir le mode le plus lent, vous en aurez plus pour votre argent. Si nous appliquons cette règle lorsque l’on fait le plein, nous minimisons les vapeurs créées pendant le remplissage.
Tous les tuyaux de raccordement aux pompes ont un retour de vapeur dans la cuve enterrée. Si vous faites le plein et que la manette soit à sa plus haute vitesse, un certain pourcentage du précieux liquide qui entre dans le réservoir de l’auto se vaporisera: les vapeurs ainsi formées retourneront vers la cuve enterrée, avec comme conséquence que vous en aurez moins pour votre argent. 

  

Truc 3:
Un truc très important, c’est de faire le plein de votre réservoir lorsqu’il est encore à moitié plein.
Explication : plus le réservoir est plein, moins il reste d’air. Le carburant s’évapore plus vite que vous ne le pensez. Les grands réservoirs des citernes en raffinerie ont des plafonds flottants à l’intérieur. Il n’y a donc pas d’air entre le carburant et l’atmosphère.
L’évaporation est ainsi minimisée.
Là où je travaille, chaque chargement d’essence dans les camions est soigneusement contrôlé en température de façon que chaque gallon chargé à bord du camion soit exact. 

  

Truc 4:
Si vous arrivez à la station pour faire le plein et qu’il y ait un camion-citerne en train de remplir les réservoirs du poste d’essence, ne faites pas le plein à cette station car l’action de remplir les gros réservoirs provoque un brassage dans ceux-ci : si vous le faites, vous risquez de ramasser des saletés dans le carburant

J’espère que vous en aurez pour votre argent avec ces trucs. 

Offert par un employé depuis 31 ans ( anonyme  et sympa) d’une raffinerie de pétrole la Kinder Morgan Pipeline (San José, Californie). Nous acheminons plus de 15 141 648 litres de pétrole par jour dans des pipelines. Un jour on achemine du gazole, le lendemain c’est du kérosène pour les avions et aussi de l’essence. Nous avons 34 réservoirs d’une capacité de 16 millions de gallons américains (= 60 566 592 litres). 

Bonnes économies pour votre porte feuille et pour la terre…

barre de séparation

Transmis par Joeliah le 31 – août – 2011 http://lejardindejoeliah.com/2011/08/31/conseils-pour-economiser-du-carburant-a-la-pompe/   © 2011, Le Jardin de Joeliah. Nétiquette : Vous pouvez partager en toute liberté en citant la source lejardindejoeliah.com      

Publié dans Entre amis | 2 Commentaires »

12
 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...