• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 21 juin 2012

Les énergies

Posté par othoharmonie le 21 juin 2012

 Toute rencontre avec une nouvelle énergie est cause de déséquilibre en soi, prise de conscience de ce qui n’est pas soi puis l’acceptation en soi pour donner un nouveau moi.

Les énergies  dans Méditation meditationVous qui souffrez et voudrait pourtant ressentir du plaisir à vivre, sachez que la douleur et le plaisir passent par les mêmes sens. Votre capacité à jouir de la vie vous donne la même capacité à souffrir. Ces deux contraires passent par les mêmes canaux sensitifs. Savez-vous ce qui fait leur différence? La douleur, la souffrance, c’est le rejet de ce qui nous touche. C’est de ne pas reconnaître que tout ce que l’on expérimente, vit, est un reflet inversé de nous-mêmes. Rien de ce qui nous arrive n’est une erreur de destinataire, une expérience imposée par un autre sans notre consentement. Nous sommes littéralement là où l’on doit être, à vivre ce que l’on doit vivre. Il est totalement impossible d’être ailleurs.

Le plaisir, la joie, c’est l’acceptation de ce qui nous touche, de reconnaître en eux une partie de soi ; que tout ce qui nous arrive est juste, même les épreuves et les souffrances, car elles servent à nous faire grandir et à développer au-delà de leurs contextes éphémères un état de bonheur constant. Si nous ne vivons pas pleinement tout ce qui nous arrive, c’est souvent à cause de l’immaturité de nos corps, de déséquilibre trop intense ou de blocage antérieur. Nous nous fermons alors à l’agression de l’extérieur en insensibilisant nos enveloppes, en cristallisant nos réactions en une armure protectrice. Cette armure nous empêche de ressentir les énergies jugées désagréables mais nous empêche aussi de ressentir celles agréables. Notre univers se fige et ne progresse plus. Certaines expériences du passé ont pu mettre en péril notre survie et c’est normal jusqu’à un certain point de les éviter.

Il est inutile de se brûler cent fois pour considérer le feu comme dangereux. Mais le feu n’est pas une menace en soi sauf si votre évolution ne vous permet pas de le côtoyer sans vous brûler. N’oubliez pas qu’un jour l’élévation de votre être vous permettra de danser dans le feu. L’amour peut être une énergie si forte qu’elle peut mettre en péril votre intégrité, votre vie même. Ne doutez pas une seconde qu’il y a des êtres si puissants qu’à leurs approches, vous voleriez en éclats, d’autres dont le feu intérieur vous consumerait. C’est pour cela que ce sont les êtres de lumière qui décident quand et comment ils vous approchent et jamais l’inverse. Vous pouvez faire une ouverture vers eux en élevant les vibrations de vos corps. Mais votre évolution en douceur est primordiale à leurs yeux. La survie du contenu de votre être est importante et non nécessairement ses enveloppes éphémères. Il n’y a rien de mauvais en soi. Il n’y a que des déséquilibres qui paraissent trop grands pour nos capacités. Mais cela est une réaction figée à une perception passée car rien de nos expériences ne peut être démesuré par rapport à soi car ce sont toutes nos propres émanations qui nous reviennent telles quelles.

Le danger est de cristalliser une forme qui deviendra à la longue insensible à d’autres stimuli. Alors, il est important de comprendre que ce ne sont pas les expériences qui sont importantes mais nos réactions à celles-ci. Comment réagissez-vous à tout ce que vous vivez ? Savez-vous à quoi vous êtes le plus sensible; à la douleur ou au plaisir? Qu’est-ce qui provoque en vous les réactions les plus fortes? Avez-vous appris à amplifier vos malaises, vos peines, vos peurs ou, au contraire, vos bien-être, vos joies, vos espoirs? Prenez-vous plus de temps qu’il faut à examiner vos déséquilibres qu’à reconstruire vos nouveaux équilibres? Le rythme primordial, expansion, contraction, repos, recommencement, pourrait se traduire à l’échelle humaine par action, réaction, constatation, recommencement.

Un arrêt trop prolongé sur un de ces trois temps amènera tôt ou tard un déséquilibre de l’ensemble qui devra être compensé par le réajustement en durée similaire des deux autres. Quand on prolonge outre mesure l’action, on se perd dans la foule jusqu’à s’oublier soi-même. Quand on prolonge outre mesure la réaction à notre action, on est bousculé par la foule jusqu’à chanceler sur soi-même. Quand on prolonge outre mesure la constatation à notre réaction, on hésite dans la foule jusqu’à figer sur soi-même. Et oui, seul le rythme harmonieux des trois est source d’évolution! L’amour respecte aussi ce rythme, un temps pour aller vers l’autre, un temps pour revenir vers soi, un temps pour apprécier ses acquis. Prenez-vous le temps qu’il faut pour jouir de ces trois étapes importantes de la vie?

 

Extraits du livre NAJA L’ILLUMINÉ – PREMIER PORTRAIT À L’ORIGINE DE TOUT CANALISÉ PAR COLIN CHABOT – retrouvez les écrits en son entier ici : http://www.music-close-to-silence.net/a_lorigine_de_tout.pdf

Publié dans Méditation | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...