• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 22 octobre 2012

La perversion de l’Esprit

Posté par othoharmonie le 22 octobre 2012

 

La perversion de l'Esprit dans Méditation coton-duvets-300x195La plupart des gens sont, je pense, conscients qu’il y a un certain disfonctionnement en eux, que tout n’est pas parfait en ce qui les concerne. Certaines personnes – sous l’effet de la colère, ou d’autres émotions négatives, par exemple –  peuvent dire des choses qu’elles ne pensent pas vraiment, et le regretter ensuite.

Pour la plupart des gens, le bonheur, c’est de ne plus être esclave des émotions négatives : la peur, la colère, la tristesse, l’ennui, le doute, etc. Ils pensent que leur cœur sera en paix quand ces émotions négatives ne surgiront plus en eux. Et pour que leur cœur soit enfin en paix et que ces émotions douloureuses ne se manifestent plus, il faut détruire les causes qui les font se manifester.

 Si par exemple j’ai peur pour mon avenir, car ma situation financière est précaire, alors j’imagine que d’une manière ou d’une autre je gagne une grosse somme d’argent, et que quand j’aurais enfin cette grosse somme d’argent, je n’aurai plus peur, je ne souffrirais plus. Bref, ce qui résume cette façon de voir, c’est quand j’aurais enfin les causes du bonheur (une bonne situation financière, une relation sans nuage avec les membres de ma famille, les amis, etc, une santé excellente, un corps de rêve, un conjoint qui me comprend parfaitement, etc, etc) je ne souffrirais plus.

 Cette attitude, cette manière de fonctionner, nous paraît non seulement normale, mais légitime. Ce que nous ne réalisons pas, c’est que nous sommes victimes d’une sorte d’hallucination collective. Il est vrai que les émotions négatives pervertissent l’esprit à un certain niveau ; mais il existe une autre perversion de l’esprit, un autre type de malfonctionnement qui agit à un niveau beaucoup plus profond et fondamental.

 Les émotions négatives nuisent à « l’écorce » de l’âme, et encore, c’est seulement à certains moments, car les émotions n’ont pas pouvoir sur nous constamment (Dieu merci !). Par contre, il y a un type de perversion qui agit de manière constante en nous, depuis notre naissance, et qui à chaque instant altère et rend malade, non pas la partie la plus superficielle de notre âme, mais son intérieure, sa moelle, son essence. Cette perversion c’est l’ignorance de ce que nous sommes, l’ignorance de la nature de notre propre esprit.

 Quelle est votre vie ? Si on pose cette question aux gens ordinaires, ils répondent un truc du genre « J’ai tel âge. Je suis né dans tel pays. J’ai quitté mes parents à tel âge… j’ai eu mon bac avec tel note… etc. » Mais en disant cela, les gens disent ce qui est arrivé à leur corps, ils racontent l’histoire de leur corps… ils ne parlent pas du tout de leur esprit ! Bref, chacun sur cette terre se comporte comme si l’esprit n’existait pas et que seul le corps existe, comme si l’être n’existait pas et que seul l’avoir existe !

Parlons des émotions. Depuis notre naissance, nous avons continuellement des pensées, des émotions, des sensations, etc. Depuis notre naissance, nous avons expérimenté une multitude d’émotions : le désir, la peur, la colère, le doute, le contentement, le courage, l’ennui, la joie, etc. En fait c’est comme si nous étions un paquet d’émotions, « une boule d’émotions ». Eh oui, c’est la vérité, notre cœur et notre esprit s’identifient complètement à cette boule faite d’émotions, de sensations et de pensées. Nous croyons que nous sommes cette boule, que cette boule c’est notre vie !

 Le but de la religion et de la psychologie, c’est que les gens soient heureux et qu’ils ne souffrent pas. Pour atteindre ce but, c’est très simple ! Il suffit d’abandonner les projections (donc les pensées) négatives et de ne garder que les positives, et ainsi je n’aurais que des impressions positives, ma vie sera une boule d’impressions positives, une « bonne » boule, par opposition à une « mauvaise » boule composée de ressentis négatifs (peur, découragement, frustration, etc). Ce serait super ! Et pour y arriver, les religions et les thérapeutes ont développés au cours des siècles des tonnes de méthodes diverses et variées pour arriver à ce résultat : méditation, visualisation, thérapie par les plantes, par les pierres, par les sons, par les couleurs…

 Mais la grande question que tout le monde devrait se poser et que personne ne se pose, c’est « qu’est-ce qui se passerait si je regardais la réalité sans rien projeter dessus ? Quelle impression ressentirais-je ? ».

 Depuis le matin jusqu’au soir et même en dormant, je suis dans le cycle projection-impression. Dès le réveil, j’ai une impression… cette impression engendre une projection… qui va engendrer une nouvelle impression, qui va engendrer une nouvelle projection, etc, etc. Si nous regardons notre vie, nous pouvons voir que jamais nous ne sortons de ce cycle projection-impression.

 La question essentielle, c’est donc de savoir ce qui se passerait si j’arrêtais ce mécanisme projection-impression, un peu comme on arrête un ordinateur fou en débranchant simplement la prise… Que ce passerait-il, comment apparaîtrait la réalité ?

 En effet tout le monde sait très bien la nature de ce qu’il expérimente sur cette terre ; mais personne n’a aucune idée sur la nature de « celui » qui fait tel ou tel expérience. Nous savons que nous avons fait l’expérience du bonheur et de la souffrance, du désir et du manque, du chaud et du froid, etc. Mais  pas la moindre idée de la nature de celui qui fait ces expériences, autrement dit de la nature de notre propre esprit ?

 Et en vérité la situation est encore pire, puisque non seulement nous ne savons rien sur nous-même, sur notre esprit, mais surtout nous n’essayons pas de le savoir – peut-être même cette question nous paraît bizarre et insensée – tellement nous sommes identifiés à ce que nous ne sommes pas. Nous croyons que nous sommes notre corps, que nous sommes le mécanisme projection-impression, que nous sommes une boule d’émotions, que nous sommes notre passé. Bref, notre malheureux esprit s’identifie tellement aux phénomènes, qu’il croit fermement être un phénomène. Pour prouver que l’esprit n’est pas un phénomène, c’est très simple : aucune pensée, aucune projection, aucune impression, aucune peur, aucun espoir, n’est conscient d’exister ; seul notre esprit qui fait l’expérience de tout ça est conscient d’exister, ce qui prouve que notre esprit n’est pas un phénomène…

 barre de separation

 

EXTRAIT ISSU de : LE POUVOIR DE L’ESPRIT :  Vers une nouvelle perception du réel – La vie est un jeu ; un jeu dont le but est précisément de découvrir ce qui est en train de se jouer ici et maintenant !

A retrouver sur le site : http://www.terre-inconnue.ch/

Publié dans Méditation | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...