• Accueil
  • > Archives pour octobre 2012

Refoulement de la mémoire

Posté par othoharmonie le 21 octobre 2012

Le principe du refoulement de la mémoire

 Lorsque nous retenons un événement en mémoire, il se passe un phénomène extraordinaire : la mémoire refoulée ressurgit naturellement pour se libérer et se déprogrammer. Ce processus s’appelle « l’abréaction », mais l’habitude réactionnelle refoule à nouveau cette mémoire dans l’inconscient.

Refoulement de la mémoire dans Nouvelle conscience 220px-Pyramide_des_memoiresEffectivement, le terme « extraordinaire » n’est pas exagéré : nous pouvons donc nous libérer de nos mémoires du passé si nous maîtrisons notre habitude réactionnelle et laissons les mémoires s’évacuer. C’est le refoulement qui nous rend prisonnier de notre passé. Lorsque l’on a atteint la maîtrise réactionnelle, le fait de rester continuellement en non réaction et de recevoir l’énergie pure va nous permettre d’arrêter le refoulement. Comme les mémoires ne sont plus retenues, l’inconscient peut alors se libérer. Après les premières mémoires déprogrammées, de nouvelles informations s’installent dans nos cellules qui se spiritualisent ; elles nous conduisent au bien-être, à la connaissance, à la neutralité face aux événements. Progressivement, toutes les situations réactionnelles se vivront avec moins d’intensité sensorielle, ce qui nous permettra d’évaluer la progression de notre travail déjà effectué en non réaction et lâcher prise. Retenez que vous êtes continuellement en réaction vis-à-vis de vos sensations physiques provoquées par vos excès d’hormones ou par les effets de la transition. En ressentant, vos sensations sans les refuser, elles vous serviront d’outil pour parfaire votre non réaction et ainsi maîtriser votre cerveau émotionnel. Rester dans la zone de l’espace libre de manière répétitive, avec des phases de plus en plus longues, sera l’objectif à atteindre pour changer votre plan de conscience en trois dimensions et évoluer vers la quatrième dimension, état ou vous canaliserez constamment l’énergie lumière.

L’esthésiologie va vous aider à préparer les voies pour passer de l’ancien, au monde nouveau. Apprendre à transmettre l’énergie pure Lorsque l’individu a réussi à maîtriser son habitude réactionnelle, il ressent que ses chakras sont ouverts et équilibrés. Il lui est alors possible de canaliser l’énergie pure pour se la transmettre et accélérer ainsi sa propre déprogrammation cellulaire. Il épure ainsi son champ magnétique. Lorsqu’il maîtrise totalement cette réception d’énergie pure, il peut alors la transmettre aux autres pour les aider à apaiser leurs souffrances physiques et morales, les aider à déprogrammer leurs mémoires émotionnelles et les aligner aux nouvelles fréquences terrestres.

Vous transmettre fréquemment l’énergie pure et pratiquer constamment la non réaction, va vous permettre d’accélérer votre processus de libération émotionnelle durant cette époque de la transition. Si vous évacuez le maximum de mémoires émotionnelles pendant cette période, il vous sera plus facile et moins pénible de vivre l’abréaction totale lorsque le moment sera venu. Par votre travail de non réaction vous devenez les bâtisseurs du nouveau monde, la conscience collective a besoin d’énergie pure pour stopper les forces dévastatrices. N’oublions pas que tout se jouera par votre libre arbitre. La transition est inévitable mais vous avez la possibilité, grâce à vos pensées positives de modifier les événements futurs.

LIRE LA SUITE SUR CHOIX REALITE.org 

Publié dans Nouvelle conscience, Travail sur soi ! | Pas de Commentaire »

La pensée du monde en 3 dimensions

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2012

Comment utilisez-vous votre pensée dans le monde en trois dimensions ? 

La pensée du monde en 3 dimensions  dans Créativité feuille-300x300La conscience universelle interpénètre toutes les choses existantes. Cet espace est subtil vibratoirement. Elle représente la manifestation de la divinité. Dans la conscience universelle il existe une infinité de pensées, d’ondes vibratoires et d’informations qui ne peuvent se perdre, c’est le fameux livre des annales akachiques dont parle la tradition. Comment s’exprime la pensée ? La conscience humaine (le subjectif) est en dualité avec la conscience émotionnelle (le mental).

La conscience humaine englobe tout, Il faut admettre l’hypothèse qu’elle serait associée à un champ de matière différente de celle que l’on connaît actuellement et que l’on pourrait nommer champ d’énergie humaine. Elle garde en mémoire les différentes expériences des incarnations antérieures. De nature divine, elle provient directement de la conscience universelle. La conscience humaine serait une association de mémoires de sensations, de pensées, d’un mental, d’un champ électromagnétique et d’un champ d’énergie subtile. C’est par la conscience que l’homme construit sa vision du monde ; la conscience est multiple, elle s’évalue à plusieurs niveaux qui correspondent à l’évolution de chaque individu.

Dans le processus d’évolution de chaque être humain, la conscience fonctionne par une ouverture à la connaissance ; à cette étape-là, nous pouvons recevoir une énergie plus subtile : l’énergie pure.

La conscience émotionnelle : c’est le mental qui, par la création des émotions, des somatisations, des mémoires à long terme, celles-ci ayant en effet acquis l’expérience animal de par l’évolution, a hérité du cerveau émotionnel. Ce qui fait de l’homme, un être capable de se comporter comme un animal lorsqu’il est sous l’emprise de ses pulsions dévastatrices. Enfin, c’est par l’ego, avec ses masques interchangeables, que l’individu adopte pour paraître en société suivant les situations.

Les deux consciences, humaine et émotionnelle, possèdent le pouvoir de créer des images mentales mais, dans le monde en trois dimensions, l’homme est trop souvent dominé par les créations aliénantes de la conscience émotionnelle.

Lorsque vous aurez réussi à acquérir la maîtrise de votre mental par la non réaction, vous commencerez à entrer dans la quatrième dimension. Vous ne devrez plus laisser votre conscience subjective accepter les suggestions de votre conscience émotionnelle. La conscience subjective, par son influence spirituelle, doit guider vos pensées et vos actes, au lieu d’être constamment l’esclave de vos peurs et de vos pulsions.

LIRE LA SUITE SUR CHOIX REALITE.org 

 

Publié dans Créativité, En 2012-2013 et après 2016, Travail sur soi ! | Pas de Commentaire »

Comment se véhiculent les pensées ?

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2012

 

Par association d’idées

Les pensées de même nature s’attirent tout comme les personnes qui ont le même mode de pensée.

Par attraction

La pensée positive attire des résultats positifs, la pensée négative amène des résultats négatifs. Nous attirons les événements suivant notre mode de pensée.

Par projection

La conscience humaine (le subjectif) envoie des pensées d’amour qui peuvent apaiser les souffrances d’autrui et aussi contrecarrer les énergies dévastatrices terrestres.

Lorsqu’elle pense négativement, la conscience émotionnelle résonne sur l’organisme par des sensations désagréables pouvant créer des maladies. On ne peut pas toujours dire ce que l’on pense vraiment mais le corps, lui, l’exprimera.

Comment se véhiculent les pensées ? dans Chemin spirituel bulles-300x225La pensée est une énergie qui véhicule des vibrations subtiles lorsqu’elles sont spirituelles, denses lorsqu’elles sont mentales et négatives. C’est pourquoi, nous baignons dans un océan de vibrations négatives car l’humanité a tendance à penser plus négativement que positivement. Une pensée d’amour sera donc en harmonie avec la conscience universelle. Profitez du changement vibratoire de la quatrième dimension qui accélère la réalisation des pensées.

Comment pouvez vous utiliser la pensée positive ? 

Lorsque vous travaillez par la non réaction pour maîtriser votre conscience émotionnelle, votre conscience subjective peut s’exprimer librement et influencer la pensée jusqu’à sa réalisation.

Penons l’exemple suivant : Une personne est atteinte d’une phobie (peur des araignées), l’araignée est le déclencheur de sa peur. La conscience émotionnelle s’exprime par la réaction et la somatisation, il y a rejet et refus de connaître l’animal dans sa réalité.

Comment transformer cette phobie ? 

La pratique de la non réaction va déconditionner la peur de cet animal par son action répétée.

Concevoir l’ignorance face au comportement de cet animal (connaître l’animal).

Découvrir que cet animal n’a rien de répugnant, mais que la peur qu’il occasionne est une création de la conscience émotionnelle, qui va transformer la vision négative de cet animal en réalité.

La pensée positive intervient

La conscience subjective va parler à la conscience émotionnelle. En la raisonnant elle lui envoie cette pensée positive : cet animal n’a rien d’abject, c’est une création de mon mental qui me le fait voir répugnant.

La répétition va soutenir cette pensée positive jusqu’à ce qu’un nouveau conditionnement s’installe : la vision consciente de cet animal dans sa réalité.

Vous pouvez employer la pensée positive à des fins thérapeutiques, mais uniquement quand la conscience émotionnelle est maîtrisée d’une manière acceptable sinon, vous projetterez vos pensées associée à toutes vos émotions et conditionnements non résolus. Dans ce cas la conscience subjective utilise la concentration pour diriger la pensée ; elle projette l’énergie subtile vers la personne désirée *

  • Dans mon livre, je relate l’expérience du lama tibétain qui avait transformé par un regard pénétrant, le doute injustifié que j’avais à son égard.

« Demandez et vous recevrez disait Jésus » C’est une vérité, mais j’ajouterai qu’elle dépend du destin, des karmas et de la conscience émotionnelle de chacun.

Dans le monde en trois dimensions, la demande peut passer par une leçon de vie pour parfaire votre évolution. Votre demande sera entendue mais c’est la parcelle divine qui est dans votre conscience subjective qui décidera ce qui est bon pour votre évolution. Ex : vous demandez intérieurement à la conscience universelle la réalisation d’un projet et à la place vous recevez une épreuve. Il ne faut pas le voir comme une erreur d’aiguillage de la part de la conscience universelle mais, accepter plutôt que quelque chose dans votre comportement entrave le projet. Une fois la leçon de vie bien comprise (qui peut parfois être pénible à vivre) l’obstacle se lèvera et la réalisation du projet se fera (je l’ai vécu personnellement).

Maintenant que nous sommes dans le monde unifié de la troisième et quatrième dimension, le temps s’accélère, tout devient plus rapide pour ceux qui ont commencé à faire le saut, consciemment, dans la quatrième dimension. Il faut moins de temps pour qu’une pensée se réalise, un projet n’a plus besoin d’être soutenu par une volonté sans faille, ceux sont les conséquences de la transition.

LIRE LA SUITE SUR CHOIX REALITE.org 

Publié dans Chemin spirituel, Etat d'être, Travail sur soi ! | Pas de Commentaire »

La pensée dans la 4è et 5è dimension

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2012

Comment s’exprimera la pensée dans la quatrième dimension, au point zéro ? 

Au point zéro le champ magnétique de la terre étant presque nul, en toute logique, ceux qui auront réussi le passage se retrouveront avec un champ électromagnétique beaucoup plus subtil. Leurs pensées ne seront plus associées aux mémoires émotionnelles, elles seront absentes de tout jugement et de projection égocentrique, elles deviendront donc claires et transparentes.

La pensée dans la 4è et 5è dimension dans APPRENDS-MOIUne image crée dans la conscience est une matrice qui relie à la représentation désirée. La conscience subjective pourra s’adresser à la grande conscience universelle, cette image sera réalisée presque instantanément car la grande conscience universelle renvoie précisément tout ce qu’il lui a été envoyé.

Et dans la cinquième dimension ? 

Ensuite quand l’être humain entrera dans la cinquième dimension les pensées se réaliseront instantanément par le pouvoir appelé < précipitation> qui constitue la plus haute forme de la création. Les différentes applications de l’esthésiologie L’esthésiologie est efficace pour remédier à toutes sortes de phobies et de troubles du comportement comme les : Phobies sociales Phobies spécifiques Agoraphobies Troubles paniques Troubles obsessionnels Troubles d’anxiété de séparation Troubles anxieux généralisés Troubles obsessionnels compulsifs etc. 

L’esthésiologie et la dépendance La dépendance est un syndrome par lequel le plaisir devient une exigence supérieure. L’état de dépendance apparaît progressivement avec la répétition de cet état. Dans sa forme extrême, il se caractérise par un besoin incontrôlable du plaisir qui pousse le sujet à sa recherche compulsive.

Par réaction, tout plaisir donne naissance à des sensations de déplaisir, qui se ressentent progressivement après l’effet euphorisant du plaisir. Ce déplaisir devient aussi intense que l’état d’amplification du plaisir. Elle pousse le sujet à rechercher de nouveau le plaisir pour interrompre l’état aversif et ainsi se crée la dépendance.

L’esthésiologie vous aidera à maîtriser vos émotions anxiogènes dominantes, lorsqu’elles auront été discernées par l’étude comportementale. Elle sera aussi efficace pour les personnes atteintes de certaines maladies, comme la dépression, la psychose maniaco-dépressive, la psychose paranoïaque.

L’insomnie et l’esthésiologie L’esthésiologie est efficace pour la personne atteinte d’insomnie. Elle a souvent pour cause principale, un état constant de réaction amplifiée. Au lieu de réagir en refusant les insomnies, on se servira de la situation comme moyen de travail intérieur. L’esthésiologie et le contrôle de la pensée L’esthésiologie est efficace pour maîtriser les pensées obsédantes.

A l’origine de chaque maladie psychosomatique, il y a l’émotion. Tout va se passer au niveau émotionnel et plus particulièrement par notre système réactionnel. La somatisation est un refus incessant d’une situation ou d’un événement. On peut arrêter une somatisation par l’acceptation de ce qui se manifeste. Nous savons que l’acceptation, c’est la non réaction. En pratiquant la non réaction, on stoppe la réaction, la multiplication et la somatisation. Par cette action, la somatisation va progressivement disparaître. Pour obtenir une guérison totale, il faudra transformer la cause de l’événement douloureux en adoptant un nouveau mode de penser.

LIRE LA SUITE SUR CHOIX REALITE.org 

 

Publié dans APPRENDS-MOI, Nouvelle conscience, Nouvelle TERRE | Pas de Commentaire »

L’énergie pure c’est quoi ?

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2012

 

L'énergie pure c'est quoi ? dans Etat d'être donner-la-main-300x188Il nous faut admettre l’hypothèse suivante : la conscience humaine serait associée à un champ de matières, différent de ce que l’on connaît actuellement et que l’on pourrait nommer champ d’énergie lumière. La conscience humaine est multiple, elle comporte plusieurs paliers qui correspondent à l’évolution de chaque individu. Dans le processus d’évolution de l’être humain, elle fonctionne par l’ouverture à la connaissance, laquelle permet de recevoir l’énergie pure par les centres énergétiques d’une manière progressive.

La vision réductrice de l’homme ne lui permet d’entrevoir qu’une réalité basée sur un monde sous lumineux dont le cerveau fait office de filtre. Ce cerveau filtre nous réduit à vivre avec des limites. Nous concevons un monde et une réalité qui ne sont que le reflet de nos propres désirs puisqu’ ils sont retenus par notre système réactionnel. Ce que nous appelons réalité, n’est en fait qu’une vision de l’extérieur, évaluée par nos organes sensoriels et notre mode de penser réducteur. Prenons comme exemple le fait de toucher un tissu de velours : la perception sensorielle va évaluer le tissu comme agréable au toucher. Elle fait abstraction de la constitution du tissu et de toutes les composantes de la structure atomique du tissu, formé de particules élémentaires en mouvement. Nous ne percevons donc qu’une information limitée (la douceur). Le reste ne suscite ni information, ni évaluation. C’est ainsi que l’homme voit la réalité et qu’il fonctionne, dans l’univers sous lumineux. Mais la réalité de la conception universelle est tout autre. Il y a trois visions différentes de l’univers et de leur espace-temps :

L’univers humain sous lumineux composé de particules élémentaires (les bradions) allant moins vite que la lumière. L’univers des luxons, particules allant à la même vitesse que la lumière comme les photons. L’univers super Iumineux composé par les tachyons, particules élémentaires dépassant la vitesse de la lumière (c’est une énergie qui est supposée être associée au champ de matière connue actuellement dans la conscience humaine). L’énergie pure est une force vitale qui vient de l’univers super lumineux, on l’appelle aussi lumière ou énergie universelle. Chez les orientaux, elle est appelée prana , ch’i, ki.

Cette force vitale maintient l’ordre et l’harmonie dans la matière. Elle vivifie les cellules et tonifie le corps physique. Associée à ce dernier et aux champs électromagnétiques, elle forme le champ d’énergie humaine.

L’ego de chaque être humain joue un rôle important dans la réception de l’énergie pure. Le système réactionnel, en produisant sa propre énergie, l’énergie mentale, bloque la réception de l’énergie pure si l’individu est constamment dans un état réactionnel, en déséquilibrant les chakras, eux-mêmes reliés directement aux glandes endocrines.

LIRE LA SUITE SUR CHOIX REALITE.org 

Publié dans Etat d'être | Pas de Commentaire »

Comment se reçoit l’énergie pure

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2012

 

 L’énergie pure emprunte plusieurs moyens pour se manifester : Les centres énergétiques (les chakras) lorsqu’ils sont ouverts et équilibrés La phase où l’on est dans l’espace libre lors de la non réaction Le champ magnétique quand il s’épure des mémoires émotionnelles le chemin de l’empathie qui se manifeste lorsque l’être réussit à maîtriser le cerveau émotionnel.

Les récepteurs d’énergie pure sont reliés aux glandes endocrines. La quantité d’énergie reçue est équivalente au degré de l’évolution de la conscience. Plus nous évoluons, plus notre champ magnétique s’épure et plus nos récepteurs d’énergie s’ouvrent et permettent à l’énergie pure de passer.

Comment peut se transmettre l’énergie pure d’être humain à être humain ?

Comment se reçoit l'énergie pure dans Etat d'être main-francesca-438x275-438x275-200x126Elle se transmet par un être humain qui la canalise par ses centres énergétiques ouverts, et que l’on appelle « Canal ». Ce peut être un guérisseur énergéticien, un thaumaturge, mais aussi toute personne ayant maîtrisé son système réactionnel et dont les chakras sont ouverts. Selon nous, l’énergie pure canalisée aurait sa propre intelligence qui puiserait dans les particules de l’univers, celles qui correspondent aux besoins physiques ou moraux, de chaque individu. Lors du contact avec l’énergie pure, la cellule reçoit les informations par de hautes vibrations supérieures. L’énergie pure tonifie, vivifie les cellules et tout le corps physique. Elle rééquilibre les zones où il y a blocage énergétique, telle une tension sur le corps due à une réaction passée. Elle relâche les tensions musculaires et rééquilibre les glandes endocrines. De plus, en inondant le champ magnétique, l’énergie pure libère les mémoires émotionnelles (c’est l’abréaction, ou la déprogrammation cellulaire émotionnelle). Lors d’une transmission massive, elle inonde le système réactionnel ainsi que tous les neurones et les cellules du corps, ce qui provoque un relâchement total et un apaisement pouvant aller jusqu’à la béatitude. C’est une sorte d’anesthésie du cerveau émotionnel.

Pendant ce passage de la transition, l’énergie lumière se vit comme une résurrection pour tous ceux qui la reçoivent. Grand nombre d’êtres humains vivant actuellement dans le monde en trois dimensions, ignorent qu’ils ont commencé à vivre dans la quatrième dimension. Ils ne peuvent imaginer le cadeau extraordinaire que nous offre la création. A nous d’en être conscient et d’en profiter pour connaître la libération. Vivre avec un champ magnétique restreint et des fréquences terrestres élevées, permet à tout être humain l’accès direct à la libération de son inconscient. Votre libre arbitre vous laisse le choix de refuser et refouler cette libération émotionnelle, de rester dans l’ancien monde avec toutes les conséquences négatives que cela entraîne, ou d’accepter cette délivrance pour y vivre l’expérience de l’unité. Vivre l’unité, c’est vivre avec une nouvelle conscience où la séparation entre le conscient et l’inconscient n’existe plus. Pendant cette résurrection (passage de l’ancien monde au nouveau), les hautes fréquences de l’énergie lumière spiritualisent votre conscience. Votre structure biochimique et votre ADN se modifient. Vous vous libérez de vos peurs et de vos pulsions. Vos pensées se réalisent presque instantanément, votre intuition se développe, vous vivez dans l’absence de jugement. Vous pratiquez le pardon, vous êtes amour et compassion, vous connaissez le ravissement et vous ne vous réincarnerez plus.

LIRE LA SUITE SUR CHOIX REALITE.org 

 

Publié dans Etat d'être | Pas de Commentaire »

S’aligner à la source

Posté par othoharmonie le 19 octobre 2012

 

Avez-vous remarqué comme le temps semble encore s’accélérer ? Difficile de tout faire ce qui est prévu en 24h, en une semaine voire en un mois… nous venons d’entrer en automne et il semble que le printemps était hier. Même la nature semble perdre sa donne et les plantes ne savent plus s’il faut fleurir ou laisser courir. L’automne est la période de la production, des récoltes. 

S'aligner à la source dans Méditation printemps-japon-l-14-300x225Pour ceux qui entrent dans ce cycle, c’est celui ou il est temps de mettre ses talents en action et de donner le meilleur de soi-même, avant un repos bien mérité. Notre perception du temps change car la terre est en train de s’aligner au coeur de la galaxie, dans le vide-plein, l’espace sacré, le point zéro comme dans l’œil du cyclone ou plus rien ne bouge alors que tout est chaotique en dehors. 

Lorsqu’elle sera totalement alignée, nous passerons en 5ème dimension où il n’y a plus de perception de temps sauf l’instant présent et la possibilité de créer instantanément. Ceci est en cours et nul ne peut donner la date exacte. 

Nous sommes dans la période d’alignement et en nous, tout s’aligne, le cœur et l’esprit s’alignent. 

La glande pinéale commence à retrouver sa fonction d’œil intérieur chez beaucoup. C’est le temps d’affirmer qui l’on est et de mettre nos dons et capacités au service du monde dans la paix. Temps de choisir ce que l’on veut vraiment faire de sa vie. Choix d’unir notre force magnétique dans un tout possible et utile.

Certaines personnes ne font « rien » de leur journée. Rien d’intéressant à dire, à faire, à lire, à vivre… et chaque jour se répète ainsi dans l’ennui le plus total. Rien pour aller mieux, pour créer, pour rire, pour aider les autres, pour guérir, pour améliorer leur sort ou celui des autres.

Et la vie se contente de leur nourrir ce « rien » qui est pourtant plein de potentialités. Ce vide intérieur provient d’une séparation d’avec l’être source, la flamme lumière. Il suffit pourtant de peu pour qu’ellejaillisse et permette de vivre avec joie. Une envie, un désir, un souhait, un merci à la vie, une autorisation d’être, un pardon, une audace et surtout une reconnexion avec soi.

Pour cela, prendre le temps de s’intérioriser, d’aller à l’écoute de cette petite voix, méditer en silence…

Nous avons une mission en choisissant de venir sur Terre : exprimer notre pouvoir de création dans la matière du mieux possible. Ce réalignement va permettre à cette étincelle de s’éveiller et de briller abondamment. Les personnes qui ont déjà allumé ce feu intérieur font plein de choses, peuvent méditer et ensuite courir, prier puis jouer, remercier puis profiter, voyager puis prendre un temps de repos bienfaiteur en conscience, penser et créer, recevoir et donner… vivre en conscience en toute responsabilité de ses choix.

C’est unir le ciel et la terre, le visible et l’invisible. C’est avoir les pieds sur terre, la tête dans les étoiles et le cœur au service de la vie. Dans quelques années, ce sera majoritairement actif sur la terre.

Osons reconnaitre cette reliance à notre véritable source et l’honorer, dans tout ce que nous faisons, avons ou sommes. Que le meilleur soit ! Joéliah

Visitez le Jardin du Bonheur et découvrez les activités de Joéliah en cliquant ici

Publié dans Méditation, SAGESSE | Pas de Commentaire »

Sagesse intérieure

Posté par othoharmonie le 19 octobre 2012

 

par Doan

La sagesse d’un sage ne se mesure pas à la somme de ses connaissances ni à sa renommée ni à ses richesses ni à son apparence… elle se mesure à la qualité de sa bonté, de sa justice, de son amour… voyez-vous, la sagesse n’est pas une somme d’idées ou de connaissances ou de règles à appliquer selon une formule mathématique ou logique; non, la sagesse est la manifestation et l’affirmation du coeur. Oui, du coeur tel qu’il est! pur amour…

Sagesse intérieure dans SAGESSE bouddha_statueLe regard neuf est nécessaire. Nous sommes trop souvent dans la tourmente de la matière et submergé par celle-ci, nous oublions de prendre du recul et de laisser parler notre sagesse intérieure, notre coeur. Il est parfois nécessaire de prendre du temps pour prendre une décision plutôt que choisir sous la pression du moment. Le temps n’est pas un luxe… le temps est une notion qui nous permet d’organiser nos vies dans la matière, pas une contrainte. Prenez le temps de méditer, de faire le vide et de vous demander : «est-ce que cela ou ceci est bon pour moi en ce moment? Est-ce la bonne chose à faire pour moi?» Vous verrez que la réponse n’est pas toujours celle que l’on croit!

Oui, la pensée… Prenez le temps de calmer vos pensées et ensuite les réponses seront visibles, un peu comme le calme après la tempête… Soyez patient, faire le calme puis percevoir une réponse peut demander du temps, parfois quelques jours… ou même très rapide et que tout soit clair en quelques minutes.

Aucune pression. Soyez dans la réceptivité et non dans l’attente. Tout vient à celui qui sait attendre. Et croyez moi, les opportunités ne s’envolent qu’en apparence car si cela est pour vous, il sera toujours temps et jamais trop tard! Parfois, c’est le moment qui n’est pas le bon et non le but ou l’opportunité… Ne cherchez pas à comprendre vos réponses, vous n’avez pas une vue complète de votre vie présente et future… votre coeur, lui, oui!

Laissez votre coeur vous guider. En cette période où le coeur est à l’honneur, prenez le temps de l’écouter…

http://posid.blogspot.com/

 

Publié dans SAGESSE | Pas de Commentaire »

Où finit l’attachement naît l’intelligence

Posté par othoharmonie le 19 octobre 2012


 

L’esprit libre est humble

Où finit l'attachement naît l'intelligence dans APPRENDS-MOI ble-contrejoursAvez-vous déjà examiné la question de la dépendance psychologique ? Si vous l’approfondissez vraiment, vous constaterez que nous sommes presque tous terriblement seuls. Nous avons le plus souvent un esprit tellement superficiel et vide ! Nous ignorons le plus souvent ce que signifie l’amour. C’est cette solitude, cette insuffisance, cette privation de vie, qui nous incite à nous attacher à quelque chose; nous sommes attachés à la famille;  nous dépendons d’elle. Et lorsque notre mari ou notre femme se détourne de nous, nous sommes jaloux. La jalousie n’est pas l’amour; mais l’amour devient respectable quand la société le légitime dans la famille. C’est encore une autre forme de défense, une nouvelle fuite face à nous-mêmes. Toute forme de résistance engendre une dépendance. Et l’esprit qui est dépendant ne peut jamais être libre.

Il faut que vous soyez libres, car vous verrez qu’un esprit qui est libre a en lui l’essence de l’humilité. Cet esprit-là, qui est libre et par conséquent plein d’humilité, est capable d’apprendre, contrairement à l’esprit qui résiste. Apprendre est une chose extraordinaire – apprendre, et non accumuler des connaissances. L’accumulation du savoir est une tout autre affaire. Ce que nous appelons le savoir est relativement facile, car c’est un mouvement qui va du connu vers le connu. Mais apprendre est un mouvement du connu vers l’inconnu – c’est seulement ainsi que l’on apprend, n’est-ce pas ?

Une dépendance jamais remise en cause

Pourquoi sommes-nous dépendants ? Psychologiquement, intérieurement, nous sommes dépendants d’une croyance, d’une philosophie; nous attendons d’autrui des directives pour notre conduite; nous cherchons des maîtres qui nous offriront un mode de vie capable de nous conduire à quelque espoir, à quelque bonheur. Nous sommes donc toujours à la recherche d’une forme de dépendance, de sécurité. Est-il possible que l’esprit puisse jamais se libérer de ce sentiment de dépendance ? Ce qui ne signifie pas que l’esprit doive atteindre à l’indépendance – qui n’est qu’une réaction par rapport à la dépendance.
Nous ne parlons pas ici d’indépendance, de liberté par rapport à un état particulier. Si nous parvenons à explorer – mais sans chercher, par manière de réflexe, à nous libérer d’un quelconque état de dépendance -, alors nous pourrons creuser la question beaucoup plus profond… Nous admettons la nécessité de la dépendance; nous la disons inéluctable. Mais jamais nous n’avons remis en cause l’ensemble du problème, jamais nous ne nous demandons pourquoi chacun d’entre nous est en quête d’une certaine forme de dépendance. N’est-ce pas parce qu’il y a au plus profond de nous cette exigence réelle de sécurité, de permanence ? Plongés dans un état de confusion, nous voulons que quelqu’un d’extérieur nous tire de cet état. Nous cherchons donc sans cesse le moyen de fuir ou d’éviter l’état dans lequel nous nous trouvons. Ce processus d’évitement nous amène immanquablement à susciter une forme de dépendance, qui devient l’autorité qui nous gouverne. Si, pour notre sécurité, notre bien-être intérieur, c’est de quelqu’un d’autre que nous dépendons, cette dépendance est source d’innombrables problèmes que nous nous efforçons alors de résoudre, et qui sont liés à l’attachement. Mais jamais nous ne remettons fondamentalement en question le problème de la dépendance en soi. Si nous parvenons à explorer le cœur de ce problème, de manière intelligente et pleinement lucide, alors peut-être découvrirons-nous que la dépendance n’est pas du tout le vrai problème – ce n’est qu’un moyen de fuir une réalité plus profonde.

Les causes profondes de la dépendance

spirales dans Beaux textesNous savons que nous sommes dépendants – de notre relation aux autres ou d’une idée, d’un système de pensée. Pourquoi cette dépendance ?

…En réalité, je ne crois pas que la dépendance soit le vrai problème : je crois que ce sont des facteurs beaucoup plus profonds qui font de nous des êtres dépendants. Et si nous savons démêler ces causes, alors la dépendance et la lutte pour s’en libérer ne compteront plus guère; alors tous les problèmes issus de cette dépendance s’évanouiront. Quel est donc le problème fondamental ? Est-ce la haine et la crainte qui hantent l’esprit à l’idée d’être seul ? Mais cet état qu’il essaye d’éviter, l’esprit le connaît-il ? Tant que la solitude n’est pas réellement comprise, ressentie, pénétrée, dissipée – peu importe le terme -, tant que persiste ce sentiment de solitude, la dépendance est inévitable, et on ne peut jamais être libre; on ne peut jamais découvrir par soi-même ce qu’est la vérité, ce qu’est la religion.

une conscience plus profonde

La dépendance déclenche un double mouvement de distance et d’attachement, un conflit perpétuel et sans issue, s’il n’est pas compris. Il faut que vous preniez conscience du processus d’attachement et de dépendance, mais sans condamnation ni jugement; alors vous percevrez la signification de ce conflit des contraires. Si vous devenez intensément perceptif, et si vous attelez consciemment votre pensée à la compréhension de la pleine signification du besoin et de la dépendance, votre esprit conscient sera ouvert et lucide à ce sujet; alors le subconscient, avec ses mobiles cachés, ses exigences et ses intentions occultes, se projettera dans le conscient. C’est alors le moment où il faut étudier et comprendre tous les messages de votre inconscient. Si vous le faites de manière assidue, si vous prenez conscience des projections du subconscient après que l’esprit conscient a élucidé le problème le plus clairement possible, alors, même si votre attention est occupée ailleurs, le conscient et le subconscient résoudront ce problème de la dépendance, ou tout autre problème. Ainsi s’installe une conscience permanente, qui, avec patience et douceur, apportera l’intégration; et pour peu que votre santé et votre alimentation soient correctes, cela vous apportera en retour la plénitude totale.

L’attachement est l’illusion du Moi

Nous sommes les choses que nous possédons, nous sommes ce à quoi nous tenons. Il n’y a aucune noblesse dans l’attachement. L’attachement au savoir ne diffère en rien de toute autre forme de dépendance agréable. Dans l’attachement, le moi s’absorbe en lui-même, que ce soit au niveau le plus bas ou le plus élevé. L’attachement est l’illusion du moi, une tentative pour fuir le vide du moi. Les choses auxquelles nous sommes attachés – biens, personnes, idées – deviennent de la plus haute importance, car, privé des multiples choses qui comblent sa vacuité, le moi n’existe pas. La peur de n’être rien incite à posséder, et la peur engendre l’illusion, l’asservissement aux conclusions. Les conclusions, matérielles ou idéologiques, font obstacle à l’épanouissement de l’intelligence, à cette liberté sans laquelle la réalité ne peut pas se faire jour; et sans cette liberté, l’habileté passe pour de l’intelligence. Les voies de l’habileté sont toujours complexes et destructrices. C’est cette habileté, protectrice du moi, qui conduit à l’attachement; et lorsque l’attachement cause la souffrance, c’est cette même habileté qui recherche le détachement et jouit de l’orgueil et de la vanité de la renonciation. La compréhension des voies de l’habileté, des voies de l’ego, est le commencement de l’intelligence.

Jiddu Krishnamurti.

Extraits saisis dans Le livre de la méditation et de la vie – Le Livre de Poche.

Publié dans APPRENDS-MOI, Beaux textes, Méditation | Pas de Commentaire »

Notre vision du Monde

Posté par othoharmonie le 18 octobre 2012

NOTRE REPRÉSENTATION DU MONDE

- Par Sophie RIEHL - 

Notre vision du Monde dans APPRENDS-MOI yes              « Le monde est tel que nous le pensons ». Combien d’entre nous ont déjà entendu cette affirmation, mais avons-nous déjà mesuré à quel point nos pensées créent notre réalité ? « Je pense que la vie est dure », « je pense qu’il faut beaucoup travailler pour mériter un bon salaire », « je pense que mon conjoint sera plus heureux si j’agis de cette manière », « je pense que mes enfants doivent être protégés de ce monde hostile »… Et ce sont ces convictions, ces croyances personnelles qui gouvernent notre vie. L’Univers, dans sa bienveillance infinie, se met à notre disposition pour confirmer tout cela.

         La vie nous montre tous les jours que nous avons raison de penser ce que nous pensons… et pourtant, l’Univers se contente de refléter notre monde intérieur. Comment s’en assurer ? Il suffit de regarder son passé, il y a cinq ans, dix ans. De quelle manière pensions-nous, que s’est-il passé quand nous avons changé notre regard ?

          Arrivés à cette compréhension (qui nous sort de la victimisation et nous amène à notre responsabilité), il est maintenant important de débusquer ses pensées, souvent inconscientes, afin d’atteindre un niveau supérieur d’épanouissement personnel. Prenons le temps de nous poser, d’inspirer profondément, et livrons-nous à une petite introspection. Par exemple, quelle représentation ai-je de la femme ? Est-elle forte, fragile, démunie, ou dans son pouvoir personnel ?

 Ensuite, quel est mon regard sur l’homme ? Est-il protecteur, autoritaire, soumis, intransigeant, communiquant ? … Et la question suivante pourrait être :  quelle impression m’ont laissé mes parents ?  En effet, nous reproduisons ce que nous connaissons, et notre première approche du monde est celle que nous recevons de notre lignée parentale.

         Alors, nous constatons que notre environnement (conjoint, enfant, collègues, patron) nous confirme cette vision du monde. Suite à ces prises de conscience, il n’y a pas à juger quoi que ce soit, car chacun fait de son mieux, mais simplement se dire : maintenant que je comprends mon mode de fonctionnement, je peux changer ce qui ne me sert plus, afin de construire plus positivement ma vie. Car est-ce que cela me rend service de considérer la femme comme une personne soumise, effacée, ou un homme égoïste, ou supérieur (et inversement) ?

        De la même manière, le monde représente t-il un univers hostile, de compétition, d’indifférence, ou est-il paisible, harmonieux, peuplé de gens à l’écoute les uns des autres ?… Débusquer la moindre de ses pensées, ses représentations les plus inconscientes, ses conditionnements sociaux et culturels est un exercice menant doucement à une plus grande maîtrise de soi, à une compréhension élargie de notre histoire personnelle. Il est aussi très intéressant de faire cet exercice à plusieurs, afin de confronter les différentes visions, et re-créer une  image collective positive de la planète et de la société.

 Et, n’oublions pas :

     Le monde extérieur n’est que le reflet de notre univers intérieur.

du site : http://www.natureetharmonie.net/default.html

Publié dans APPRENDS-MOI, Guérir en douceur, Zones erronées | Pas de Commentaire »

Que faire de nos pensées ?

Posté par othoharmonie le 18 octobre 2012

par Sophie RIEHL 

           Qu’est ce que la pensée ?

            D’après Wikipédia (encyclopédie en ligne), c’est l’activité qui se déroule au niveau du cortex cérébral et qui mobilise un ensemble de ressources mentales comme la  réflexion, la représentation et la cognition… Au sens large, c’est aussi d’activité psychique dans son ensemble, tout ce que l’intelligence éprouve, connaissance ou sentiment.

Que faire de nos pensées ? dans Etat d'être vivrelumiere            Nous allons partir du principe que les pensées sont un ensemble de réflexions et d’interprétations personnelles. Il est évident que la plupart des pensées que nous entretenons dans notre vie quotidienne proviennent de nos éducateurs, de la société dans laquelle nous avons grandi, etc… En prenant un peu de recul, il est possible de faire le tri entre ce qui nous a été inculqué, et les pensées que nous avons créées par nous même. Il est d’ailleurs très recommandé de faire ce tri, afin de déterminer ce qui influence nos décisions : ce que nous avons appris ou nos pensées propres. Cela permet de mesurer le degré de conscience de nos actions.

       Des pensées répétées et entretenues deviennent des croyances. Ces croyances sont pour nous des choses réelles, concrètes. Et pourtant … elles peuvent changer, évoluer, disparaître … Sont-elles vraiment réelles ? Elles sont simplement de l’énergie en mouvement. Quand nous pensons, nous créons une forme dans l’invisible, que nous alimentons chaque fois que notre attention se porte dessus. Nous nourrissons nos pensées, nos croyances, et nous les teintons avec nos émotions et nos jugements. Nous colorons ainsi notre monde. Et quelles couleurs utilisons-nous pour cela ? Faisons-nous comme ce petit homme, qui pleure sous le parapluie de ses pensées ? Ou portons-nous notre attention sur le splendide soleil ? Voyons-nous le verre à moitié vide, ou le verre à moitié plein ?

         Cela ne dépend que de nous. Nous entretenons ce sur quoi nous portons notre attention.

Si nous pensons que le monde est triste et gris, nous le vivrons ainsi, sans « penser »que c’est à nous d’y mettre de nouvelles couleurs. Il est vrai que ce n’est pas toujours facile, surtout lorsque ce sont des pensées présentes depuis longtemps et qui relèvent souvent de l’inconscient. Les élixirs de fleurs sont un très bon outil pour nous accompagner dans la transformation de croyances positives sur la vie, et ce que nous méritons réellement. En effet, le monde spirituel ne désire pas que nous soyons triste, mais que nous soyons pleinement nous-mêmes dans la joie et la gaieté de la vie.

        Il existe donc par exemple l’orchidée « colour orchid », qui nous fait comprendre que c’est uniquement la qualité de nos pensées qui influence la perception que nous avons du monde extérieur. Elle nous aide à nous détacher des pensées moroses, elle nous ouvre à la vie et à l’amour par l’affirmation suivante : « je reconnais l’amour que la Terre m’offre. Je laisse briller l’arc-en-ciel de mes joies et de mes sentiments. »

 Dans les fleurs de Bach, il existe « white chesnut », la fleur des pensées : du carrousel mental … au calme intérieur. Cette fleur nous permet de sortir des pensées qui tournent inlassablement dans la tête, dont on ne peut se débarrasser. Elle calme nos longs monologues intérieurs, nous apporte concentration, clarté d’esprit, nous permettant de trouver des solutions aux problèmes.

       Ces élixirs nous accompagnent dans la responsabilisation de notre vie, car il est important de comprendre que les pensées et les croyances sont des outils à notre service. C’est nous qui les créons et les alimentons. Nous sommes le maître à bord, le conducteur, c’est à nous de décider de leur orientation, et non l’inverse. Cette perspective nous offre la possibilité de réaliser que nous avons tout pouvoir dans la création de notre vie, et que nous choisissons les conditions (et conditionnements) de notre existence. 

 

Vous faire aider : http://www.natureetharmonie.net/default.html

Publié dans Etat d'être, Penserie, Travail sur soi ! | Pas de Commentaire »

Pour sortir du Ressentiment !

Posté par othoharmonie le 18 octobre 2012

Visualisation 

       Le ressentiment est une émotion qui nous maintient dans un état émotionnel difficile,  où l’on se sent constamment blessé, en position de victime. Ressasser ce qui nous a blessé réactive indéfiniment cette blessure, et nous empêche d’avancer. Je vous propose donc cet exercice, extrait du livre de Marie-Lise Labonté, « Vers l’amour vrai », afin d’en sortir.

Pour sortir du Ressentiment ! dans Travail sur soi ! morocco_africa_flickr_rosino_december_2005_84514010_edited_by_buchling-182x300        Avant de commencer la visualisation, vous devez savoir envers qui vous éprouvez du ressentiment. Vous pouvez aussi partir d’un évènement. Pour les fins de cette visualisation, nous nommerons la personne envers qui vous éprouvez du ressentiment l’objet du ressentiment. Cette personne peut changer au fur et à mesure de la visualisation ; vous pouvez ainsi débuter avec une personne et vous sentir guidé par votre inconscient vers une autre personne. Un exemple : vous éprouvez du ressentiment vis-à-vis de votre conjoint, mais au fur et à mesure, vous réalisez que l’image de l’un de vos parents vous vient spontanément. Vous devez poursuivre la visualisation avec la personne dont votre inconscient vous parle. Un tel changement indique que vous éprouvez du ressentiment envers l’un de vos parents, mais que vous l’aviez refoulé ; la figure de conjoint était donc un substitut.

       Commencez par vous imaginer en train de recevoir tout ce dont vous avez besoin sur tous les plans : plénitude amoureuse, joie au sein de la famille et au travail, solidité de votre situation financière, cela sans faire de lien avec l’objet de votre ressentiment.

       Visualisez ensuite la personne qui est l’objet de votre ressentiment en train de recevoir tout ce dont elle a besoin, cela sans votre aide ; vous voyez cette personne comblée par la vie, sans que vous soyez pour quoi que ce soit dans ce qui la comble.

       A présent, visualisez les deux scènes ensemble : la première scène dans laquelle vous recevez tout ce dont vous avez besoin, et la seconde dans laquelle l’objet de votre ressentiment reçoit tout ce dont il a besoin ; maintenez ces deux scènes côte à côte pendant deux à trois secondes.

        Pour terminer, remerciez-vous; vous pouvez également noter ce que vous ressentez dans un journal.

 A faire pendant trois semaines, une fois par jour …

Publié dans Travail sur soi ! | Pas de Commentaire »

Qu’est-ce que Etre Spirituel

Posté par othoharmonie le 18 octobre 2012


Qui suis-je ? Où vais-je ? Dans quel état j’erre ?

  par Sophie Riehl

Qu'est-ce que Etre Spirituel dans SPIRITUALITE c'est quoi ? bennett-4mai1970-fujii250              Il est évident que l’être humain a une quête : celle de comprendre, de découvrir qui il est vraiment. Quel est donc cet appel ? C’est avant tout une demande intérieure,  une exploration à s’engager sur un chemin nouveau. Et le premier réflexe, pour parcourir ce chemin, est celui de la connaissance. Alors l’être va chercher, dans les livres, dans son environnement, dans sa religion, dans ses croyances, en étudiant la vie des prophètes, tout ce qui peut l’aider à répondre à cette grande question : qui suis-je ?, et aussi quel est le but de ma vie ? Et un jour, il va pouvoir se dire :

 - « ça y est, je commence à comprendre… Je suis au plus profond de moi un être divin, un esprit incarné dans la matière pour expérimenter la création, l’énergie, les lois naturelles et divines … et pour cela j’ai différents outils à mon service, qui sont mes corps physique, émotionnel, mental.. J’ai compris, et je vais pouvoir répandre la bonne nouvelle autour de moi, expliquer aux autres qui ils sont, car moi, je sais ! »

        Et là, une grande surprise attend cet être. Car les autres ne comprennent pas, ou alors, il commence à convaincre, à se trouver des adeptes, mais les conflits commencent, ainsi que les luttes de pouvoir, l’autre cherchant aussi à lui démontrer sa vérité, car lui aussi, il sait !  Et cela peut durer longtemps, le temps de l’orgueil, le temps de l’ego, le temps des peurs et des colères … Puis vient le lâcher prise, l’humilité, la vraie rencontre intérieure, l’examen  tranquille de la conscience qui dit ceci :

 -    » Mais qui es-tu, toi ? Tu prônes la Paix, l’Amour, la Joie, le Partage, toutes ces qualités dont on parle tant dans les livres, et qui sont le fondement de l’être divin, d’accord. Mais qui es-tu dans ta vie quotidienne, quand tu te lèves en trouvant la vie difficile, en râlant contre ton voisin qui fait du bruit sous tes fenêtres, en secouant tes enfants qui sont en retard pour l’école, en insultant les autres automobilistes qui t’empêchent d’avancer, en raillant ce collègue que tu trouves mal habillé, en critiquant ce patron qui t’exploite, te semble t-il …? »

  Et c’est à cet instant que la réconciliation, le vrai retour à la maison peut commencer. C’est déposer les armes, commencer à comprendre que tout passe par nous, que l’on est victime ou bourreau uniquement si on le choisit, que l’autre ne nous fait rien et que la seule lutte qui existe est contre nous-mêmes. Et là, peu importe que cela prenne des mois, des années, des vies, mais on peut se dire :

 - « Je commence à comprendre, il n’y a pas un chemin, mais des chemins, autant qu’il peut exister d’êtres sur cette Terre. Et je suis unique, je suis une représentation unique du monde divin, et je suis le seul à m’exprimer de cette manière. Je sais ainsi que je suis important pour ce monde, dans ma note personnelle, et c’est en reconnaissant mes qualités, ma lumière, sans vouloir l’imposer aux autres, que je m’illuminerai et illuminerai ce monde. Je Suis le chemin et le but, et toutes les réponses sont en moi. Chacun a ses propres réponses et chacune est juste. L’Essence-Ciel n’est pas d’avoir raison, mais d’entretenir la Paix et l’Harmonie en moi.

 J’entretiens en moi la reconnaissance, sachant que j’ai tout ce qu’il faut sur ma route, et à compter d’aujourd’hui, si j’ai l’impression d’être en manque, je demande à la Source Infinie qui est en moi de m’apporter ce qu’il me faut, comblant ainsi tous mes besoins. En élevant ainsi ma vibration, je sais que je ne suis jamais seul, et je réalise enfin Qui Je Suis, un Être fait pour (s’)aimer inconditionnellement. »

 

Vous faire aider : http://www.natureetharmonie.net/default.html

Publié dans SPIRITUALITE c'est quoi ? | Pas de Commentaire »

Un nouveau Forum

Posté par othoharmonie le 15 octobre 2012

Un nouveau Forum dans A Francesca-otho montage1--300x173

 

 

UN NOUVEAU FORUM s’est OUVERT

 

 

montage1-38a47c1 dans Bonjour d'amitiés

 

FORCES   SACREES

 

Forum ésotérique d’échange sur le paranormal

Réflexions sur les lois qui régissent la matière,

Une autre compréhension sur  l’esprit en toutes choses

Une histoire qui s’est mal terminée … échec pour cause d’intolérance

Dans mon existence, j’ai souvent appris qu’il est malheureusement normal de temps à autre d’être victime d’indélicatesse et que quelqu’un veuille vous atteindre. Alors, depuis longtemps j’ai appris à dédramatiser la situation qui pourrait nous plonger dans une remise en cause (sauf si… biensûr), voir même en totale faiblesse. 

gifs coeur et coeur scintillant

Publié dans A Francesca-otho, Bonjour d'amitiés, Chemin spirituel | Pas de Commentaire »

Des signes gravés dans la Roche

Posté par othoharmonie le 14 octobre 2012

 Des signes gravés dans la Roche dans Connaître les PIERRES roche

Il existe divers signes gravés dans la roche, que des esprits supersitieux ont interprété à leur façon. Ces roches portent le plus souvent des entailles, des croix, des bassins, des cuvettes, des cupules, des rainures. La croix gravée, seule ou associée à des cupules, se rencontre fréquemment sur les blocs en grès du Taennchel (Pierre d’eau, rocher des Géants, etc.) orientée parfois suivant les quatre points cardinaux. À côté de la croix grecque, il n’a été constaté qu’une seule fois une croix de Saint-André, mais d’autres sont peut-être enfouies dans la mousse épaisse. On trouve une roche-borne sur le sommet du Reinolstein avec la lette U accompagnée de la croix et de l’année 1538, et 100 mètres plus loin environ, une autre roche qui indique la lette T et qui est visible sur le côté sud du sentier. On trouvera ainsi sur les 3,5 kilomètres de sentier de la crête du Taennchel d’autres signes distinctifs gravés dans la roche, le plus souvent des lettres de l’alphabet suivies d’un numéro qui représente la parcelle forestière. Certaines marques gravées sur les rochers datent de l’année 1538, année de la résolution d’un litige concrétisée par une sentence arbitrale entre Guillaume II de Ribeaupierre et la communauté de Bergheim. L’original de ce procès-verbal se trouve aux archives de Bergheim, mais aussi aux archives de Meurthe-et-Moselle, puisqu’une partie du Taennchel dépendait avant le Moyen Âge du prieuré de Lièpvre. Le Val de Lièpvre s’est fait déposséder d’une partie de la forêt du Hinterwald et du Kelblin qui englobait une partie du Taennchel par les troupes de Louis XIV qui occupaient alors la Lorraine, dont le Val de Lièpvre faisait partie à l’époque.

Les gravures sur roche, ou pétroglyphes (du grec petros -  pour pierre  – etglyphein pour gravure) se rencontrent depuis au moins 45 000 ans, mais leur plus forte concentration se situe entre le Paléolithique supérieur (-15 000) et la fin du Néolithique (- 5 000). Les symboles figurés passent pour être la pré-écriture utilisée par l’homme (avant d’être remplacé par des systèmes d’écriture plus avancés utilisant des pictogrammes et des idéogrammes). Certaines sociétés primitives ont utilisé les pétroglyphes plus longtemps, parfois même jusqu’à leur contact avec la civilisation occidentale au XXe siècle. Des pétroglyphes ont été trouvés sur tous les continents excepté l’Antarctique avec les plus grandes concentrations en Afrique, Scandinavie, Sibérie, Amérique du Nord et Australie.

  3) Bien avant l’invention du papier, avant le papyrus, avant les tablettes d’argile, le premier support utilisé par l’homme pour “écrire” ou dessiner les premiers rudiments de symbole est LA ROCHE.  

  Et la roche, même après le DVD, restera encore, dans l’avenir, un support d’expression.

Publié dans Connaître les PIERRES | Pas de Commentaire »

Le Rocher des Corbeaux

Posté par othoharmonie le 14 octobre 2012

 La Roche des Corbeaux et le col du Bon Dieu

Le rocher des Corbeaux fait partie d’un ensemble rocheux adossé au flanc de la partie de montagne dominant le fond du vallon de la Grande Verrerie (parcelle domaniale N°2, lieu-dit du Krappenfels). Cet ensemble se présente sous la forme de deux grandes murailles verticales dont l’une est composée de plusieurs étages, avec le rocher situé aux abords du chemin du Taennchel où se trouvent l’ange en grès et la source anciennement dénommée Wesserfelsen. Plus haut, à l’écart du sentier qui monte vers la crête, dans un rocher portant une cavité, se trouve scellée une statue de Vierge. Au fond de cette cavité qui visiblement laisse apparaître des traces de burins, on peut voir une mystérieuse inscription à peine visible et le millésime 1503.

Sa forme recourbée remarquable permet de reconnaître la Roche des Corbeaux dans les vallées environnantes, elle est à l’origine de son nom altéré par une incompréhension phonétique. Les deux autres lignes de faîte suivent un axe nord-est et un axe nord-ouest à partir du sommet du cône. La première rejoint le col du Bon Dieu à 562 mètres qui se situe après un parcours sinueux à l’est. La seconde descend au col de la Crenée à 550 mètres proche à moins de 300 m à vol d’oiseaux.

La roche des Corbeaux n’a aucun lien avec l’oiseau que ce soit par la tradition ou la légende ancienne. L’ancien français aide à saisir la nuance par le roc ou massif recorbeillé ou recourbé. Le lac des Corbeaux est aussi à rapprocher des courbées ou du reliefs en courbes qui caractérise les abords de sa cuvette de rétention.

Publié dans Connaître les PIERRES | Pas de Commentaire »

Nous sommes fait pour nous déployer

Posté par othoharmonie le 12 octobre 2012

Guy Corneau : Nous sommes fait pour nous déployer

Chacun a en lui des ressources et des talents qui ne demandent qu’à se manifester. C’est la thèse du psychanalyste Guy Corneau, qui explore avec nous les pistes pour libérer ces forces créatrices.

Pascale Senk

Nous sommes fait pour nous déployer dans Penserie 3669Psychanalyste, Guy Corneau a fondé les groupes de parole et d’entraideRéseau hommes Québec et Réseau femmes Québec, et anime des ateliers de développement personnel un peu partout dans le monde. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages, dont Victime des autres, bourreau de soi-même (J’ai lu, 2004). Pour en savoir plus sur ses ateliers, conférences, séminaires… : www.productionscoeur.com

Depuis plus de quinze ans, et à travers chacun de ses livres, le psychanalyste Guy Corneau s’interroge sur nos blessures et nos barrières intérieures. Nos peurs insidieuses, les rôles dans lesquels elles nous enferment, la dépression… sont autant de mécanismes psychologiques qu’il s’est plus particulièrement attaché à décrire.

Puis, au printemps dernier, changement perceptible de cap : le psychanalyste québécois donnait quelques conférences sur un thème nouveau qui nous a fait envie : « le meilleur de soi ». Nous avons assisté à l’une d’elles. Seul sur une chaise, le micro en main, il a parlé pendant plus de deux heures des « forces vives » que chacun porte en lui mais a parfois du mal à laisser s’exprimer. « C’est ce qui peut nous aider à sortir de la prison », expliquait-il. Talents, qualités, compétences et intuitions…

Autant d’atouts que nous sommes nombreux à avoir senti vibrer au fond de nous (souvent au moment de l’adolescence), mais que nous délaissons sous le coup des contraintes matérielles, familiales, professionnelles. Ce trésor intérieur, véritable ferment de notre créativité et de notre singularité, le psychanalyste nous invite à ne pas l’abandonner, mais au contraire à le faire fructifier. « Je suis conscient qu’aller vers l’expression de soi demande un certain courage », reconnaît-il. Mais si cette lutte pour libérer le meilleur de soi débouche, comme il l’assure, sur des vies qui nous ressemblent vraiment, nos efforts seront pleinement justifiés. Nous le valons bien, non ?

Psychologies : Nous vivons dans un monde qui nous invite à toujours faire mieux, à être plus… Est-ce que vos recherches sur « le meilleur de soi » s’inscrivent dans ce courant ?

Guy Corneau : En général, nous n’avons pas une idée très claire de ce que signifie « le meilleur de soi ». Nous avons tendance à l’associer aux notions de performance, de compétition, comme dans l’expression « vouloir être le meilleur ». Mais c’est alors le pire de nous-mêmes dont nous parlons. Pour moi, le meilleur de nous, c’est l’essence créatrice de notre être profond. Cet élan créateur qui nous pousse à avancer depuis toujours – depuis notre naissance – et qui cherche à s’exprimer à travers nos talents, nos habiletés. Chez beaucoup, cette puissance créatrice est inhibée, et il s’est créé un écart entre soi et son être profond.

Cet « écart entre soi et soi » est-il plus fort aujourd’hui ?

On est de plus en plus sollicités. On a de moins en moins de temps pour respirer, ou flâner, ou juste être. Or, je pense que pour toucher le meilleur de soi, il faut déjà se donner du temps pour rêver. Des pauses où l’imagination peut se mettre en marche et nous permettre de nous voir autrement. Pas dans un sens de performance, pour être le « meilleur », mais dans le sens d’être au plus près de soi, de se sentir mieux et de sentir mieux ce qui cherche à se déployer en nous.

Publié dans Penserie | Pas de Commentaire »

Avec Moi-même

Posté par othoharmonie le 12 octobre 2012

 

avec moi-même

Témoignage de Camille sur psycho.com

Avec Moi-même dans Penserie 220px-naxos_museumMercredi, après une scène de ménage plus cruelle que les autres, je me suis sentie soulevée de terre par un besoin irrépressible de changer d’air. Capter de l’oxygène, changer de cadre familier, prendre un virage, et enfin me vouloir du bien. Le soleil brille pour tout le monde. Et je voyais de plus en plus de nuages s’amonceler au-dessus de ma tête, coincée dans une relation à sens unique, où ne s’inscrit aucune alternance des influences. Je ne veux plus passer par le chas d’aiguille qu’on me destine. 

J’ai décidé de me mettre entre parenthèses. Je me réinstalle dans mon studio en célibataire. L’été m’appelle, avec le plaisir de retrouver mon corps en santé, d’arrêter de somatiser, et de me recentrer sur ma personne qui mérite toute mon attention. Sous prétexte de grappiller quelques marques d’attention, les femmes qui aiment trop s’engluent dans des compromis où elles perdent le peu d’estime de soi qu’elles conservaient, pour un but qu’elles n’atteindront jamais : se faire aimer d’hommes indisponibles. Alors, cet été pour moi sera l’été de la grosse colère. Celle qui sait dire non vous fait ramasser vos affaires, vous affirmer, en déclarant solennellement : CELA SUFFIT.

Cet été je le passe avec la personne qui compte le plus pour moi : moi-même. Que j’avais oublié, que j’ai maltraité. Sous prétexte de vouloir changer l’autre, j’ai renié mes aspirations, empiété et laisser empiéter mon espace vital. Je suis devenue étrangère à moi-même. Néfaste à moi-même. Alors me voilà devant deux mois de solitude intelligente, où je vais me parler, m’écouter, et recentrer mon énergie, pour réapprendre à me faire plaisir, à me respecter. Eté productif à l’horizon, où sera privilégié, la musique, les rencontres amicales, les baignades, toutes ces petites choses qui remplissent une journée de sensations positives. 

Et quand le calme sera revenu dans la cité balnéaire, début septembre, avec mon petit cœur réparé, je ferai le point, et prendrai des décisions, plus radicales ? De toute façon, je vais vivre autrement. Période charnière où je tourne le dos au quotidien stérile et où je me tourne avide et curieuse vers l’avenir obligatoirement plus serein.

 

Publié dans Penserie | Pas de Commentaire »

L’Hypoglycémie… Vos solutions naturelles

Posté par othoharmonie le 8 octobre 2012

L'Hypoglycémie... Vos solutions naturelles dans Guérir en douceur philo-yangUn truc d’Isadora pour péter la forme et ne plus être dépendante du sucre est de fabriquer mon lait de riz maison avec 3 cuillères à soupe de riz basmati demi-complet, 3 cuill à soupe de noix de coco râpée ou 3 cuill à soupe de noisettes moulues, le tout trempé dans un litre d’eau pendant 3 – 4 heures. Pour la cuisson je fais monter en température  tout doucement, je compte 15 mn, je laisse gonfler 15 mn et je m’autorise 2 cuill à soupe de sirop d’agave à pour  sucrer, je mixte le tout et je transvase dans des bocaux en verre que je ferme à chaud.

 Et chaque matin, je déguste  ce lait onctueux avec une cuillère à café de poudre d’herbe d’alfafa ou d’orge ou de blé ! Je secoue à la façon d’un shaker et le résultat est assuré, c’est la grande forme avec une distance rapide des produits sucrés.   (Isadora)

L’alimentation doit être riche en protéines pour prévenir les chutes de sucre trop rapides et trop marquées. Étaler sa consommation d’aliments sur 6 repas plus légers. Accorder de l’importance aux collations nutritives riches en protéines. J’ai toujours quelques amandes avec moi, elles me sont d’un grand secours !

Voici quelques trucs qui fonctionnent très bien :

 Prendre trois repas équilibrés par jour à heures fixes. Cela permet de répartir l’énergie également tout au long de la journée. Faire régulièrement de l’activité physique et se détendre. L’exercice et la relaxation sont de bons  moyens de réduire le stress qui peut parfois provoquer un épisode d’hypoglycémie.

Prendre trois petites collations :

environ deux heures à deux heures et demie après les repas permet d’éviter les fluctuations du taux de glucose sanguin. Limiter au maximum les sucres concentrés, l’alcool et les excitants.

    Ayez toujours à la porter de la main des petites collations santé pour les moments de la journée où vous seriez tenté d’aller à la machine distributrice du coin.

Découvrez  les annonceurs en visitant le site : www.terre-de-lumiere.com

 

Publié dans Guérir en douceur | Pas de Commentaire »

Des problèmes de vue….

Posté par othoharmonie le 8 octobre 2012

Est-il possible pour un myope, un presbyte ou un astigmate de se guérir les yeux ? 

Des problèmes de vue.... dans Guérir en douceur animo1309v3_337-300x195Bien sûr qu’il est possible que ces personnes ne portent plus de lunettes. La myopie, la presbytie ou l’astigmatie sont comme n’importe quelle maladie. Au début, il y a un mauvais fonctionnement, une mauvaise habitude de pensées, une programmation de l’être, de telle sorte que ce que la personne voyait ne correspondait pas à son schéma intérieur. Elle ne voulait pas voir certaines choses, par peurs inconscientes souvent. Les personnes ne voient pas clair extérieurement car elle ne voient pas clair intérieurement. Elles ont pris comme base le monde extérieur et ensuite ont transformé leur vision ou leurs yeux physiques, soit pour s’adapter à un environnement qui n’était pas le leur, soit pour se cacher ce qu’elles avaient en face d’elles. 

Tout ce processus se construit inconsciemment mais il est possible, avec la conscience de cette maladie, de transformer ce mécanisme pour voir, voir clairement les gens, les événements, l’avenir… Il faut savoir qu’une mauvaise vision extérieure est le résultat d’une mauvaise vision intérieure. C’est avoir cru au début de sa maladie, que c’est l’extérieur qui est le « chef « , le guide ou LA vérité, sans tenir compte de qui vous êtes intérieurement, sans prendre en compte votre vraie nature. La cause profonde est donc la méconnaissance de qui vous êtes. Par un travail en profondeur, vous allez découvrir de grands trésors et ce n’est qu’à partir de là qu’un processus de guérison ne peut qu’intervenir. Celui ou celle qui est persuadée, consciemment ou inconsciemment, qu’à un certain âge, on est trop vieux pour voir clair et qu’il est normal de porter des lunettes, portera alors des lunettes puisqu’il se sera programmé ainsi. Votre corps suit les instructions que vous lui donnez. Si une situation vous est trop dure à supporter, la vision des choses trop lourde pour vous, que vous en ayez peur, vous pouvez vous couper de cette vision, mettre des protections, en ne voyant plus les choses comme elles le sont. Les lunettes, remparts symboliques par rapport au monde extérieur, vous protègeront selon votre logique de fonctionnement. 

Il est possible de ne plus porter de lunettes si, d’une part, vous savez pourquoi au niveau psychologique et émotionnel votre vue a changé et si, d’autre part, par la suite, vous transformez votre façon de voir et d’appréhender ce que vous avez vécu. Il est possible pour chacun de retrouver sa vue mais une transformation intérieure est indispensable car si vous voyez mieux physiquement, cela signifie qu’intérieurement vous avez appris à voir et à vous voir autrement. Même pour la guérison, le physique n’est qu’une conséquence d’une transformation intérieure. 

Il existe des opérations qui permettent de retrouver la vue. Ces opérations ne soignent pas les blessures et les mauvais fonctionnements de l’âme. Alors même si les yeux retrouvent une vue correcte, le problème aurique est toujours là. Soit il reviendra plus tard, peut être au bout de plusieurs mois, soit il se déplacera, c’est à voir au cas par cas. Mais c’est illusoire de croire que l’opération guérit complètement la personne. Elle ne guérit qu’un temps le physique et c’est se voiler la face que de croire qu’une telle guérison vous est bénéfique. Elle ne permet pas de voir les causes profondes de votre problème de vision. C’est encore se voiler la face que de croire qu’une transformation physique peut nous permettre d’aller mieux. Voir signifie voir au-delà de ce monde physique. Voilà peut être aussi pourquoi tant de personnes ont des problèmes de vue. Voit-on toujours ce qu’il y a derrière ? 

Article 99 – source-lumiere.net – 2002-2008 

Publié dans Guérir en douceur | Pas de Commentaire »

Comment ralentir le vieillissement

Posté par othoharmonie le 6 octobre 2012

En même temps, le processus de conscientisation du corps énergétique a d’autres avantages sur le plan physique. L’un d’eux est le ralentissement significatif du vieillissement du corps humain.

Comment ralentir le vieillissement dans APPRENDS-MOI 220px-ile.des_.cygnes.paris_.arp_-216x300 Alors que le corps physique semble vieillir normalement et se flétrir assez rapidement, le corps subtil ne change pas avec le temps, sauf que vous le sentez avec plus de profondeur et que vous l’habitez plus totalement. Supposons que vous ayez vingt ans maintenant. Eh bien, votre champ énergétique vibrera de la même façon et sera aussi vivant quand vous en aurez quatre-vingts. Dès que vous passez de l’état habituel « piégé par le mental et en dehors du corps » à l’état « dans le corps et présent au moment qui est », votre corps physique se sent plus léger, plus dégagé, plus vivant. Étant donné qu’il y a plus de conscience dans le corps, sa structure moléculaire devient en fait moins dense. Un accroissement de la conscience se traduit par un amoindrissement de l’illusion de la matière. Lorsque vous vous identifiez davantage au corps énergétique intemporel qu’au corps physique, quand la présence devient votre mode habituel de conscience et que le passé et le futur n’accaparent plus votre attention, vous n’accumulez plus non plus de temps dans votre psyché et dans les cellules de votre corps. L’accumulation du temps, qui constitue le fardeau psychologique du passé et du futur, réduit grandement la capacité des cellules à se renouveler. Donc, si vous « habitez » votre corps énergétique, le corps physique vieillira à un rythme beaucoup plus lent. Et même s’il vieillit, votre essence intemporelle transparaîtra à travers lui et vous ne donnerez pas l’impression d’être une vieille personne.

 

Question : Existe-t-il des preuves scientifiques de cela ?

 

Eckhart Tolle : Essayez, et vous en serez la preuve.

 

Eckhart Tolle/Le pouvoir du moment présent et son guide/Chapitre six : Le corps subtil/Comment ralentir le vieillissement

Publié dans APPRENDS-MOI | Pas de Commentaire »

Créer en vous de profondes racines

Posté par othoharmonie le 6 octobre 2012

Créer en vous de profondes racines dans APPRENDS-MOI 319px-bambouseraie_de_prafrance_a_anduze_gard_aout_2007-300x225La clé, c’est d’être en contact permanent avec votre corps subtil, de le sentir en tout temps. Ceci approfondira et transformera rapidement votre vie. Plus vous dirigez votre conscience sur le corps énergétique, plus la fréquence de ses vibrations s’amplifie, un peu comme augmente l’intensité lumineuse d’une ampoule quand vous tournez le rhéostat. À ce niveau vibratoire plus élevé, la négativité ne peut plus vous perturber et vous tendez naturellement à vous attirer des situations nouvelles qui reflètent cette fréquence vibratoire.

Si vous maintenez le plus possible votre attention sur votre corps énergétique, vous serez ancré dans le présent et ne vous égarerez ni dans le monde extérieur ni dans le mental. Les pensées et les émotions, les peurs et les désirs, seront dans une certaine mesure encore présents, mais, du moins, ils ne prendront pas le dessus.

 

– EXERCICE –

Veuillez s’il vous plaît observer ce vers quoi est dirigée votre attention en ce moment. Vous êtes en train de m’écouter ou de me lire. C’est le point de mire de votre attention. Vous avez aussi une conscience périphérique du lieu où vous vous trouvez, des personnes qui vous entourent, etc. Il se peut en outre qu’une certaine activité mentale se joue autour de ce que vous entendez ou lisez, que votre mental émette des commentaires.

Il n’est cependant pas nécessaire que rien de ceci retienne toute votre attention. Voyez si vous pouvez en même temps être en contact avec votre corps subtil. Maintenez une partie de votre attention vers l’intérieur. Ne la laissez pas se tourner entièrement vers l’extérieur. Sentez votre corps entier de l’intérieur, comme un seul et unique champ énergétique. Comme si vous écoutiez ou lisiez avec tout votre corps. Exercez-vous à cela au cours des jours ou des semaines à venir.

N’accordez pas la totalité de votre attention au mental et au monde extérieur.
Concentrez-vous sur ce que vous faites, bien sûr, mais sentez en même temps votre corps énergétique aussi souvent que possible. Restez en contact avec vos racines intérieures. Surveillez ensuite comment ceci modifie l’état de votre conscience et la qualité de ce que vous faites.

 

[S'il vous plaît, n'acceptez pas simplement ce que je vous dis. Faites-en l'essai vous-même.]

 Chaque fois que vous devez attendre, peu importe où, utilisez ce temps-là pour sentir votre corps subtil. De cette façon, les embouteillages et les files d’attente deviennent très agréables. Au lieu de vous projeter mentalement loin du présent, enfoncez-vous plus profondément dans le présent en occupant davantage votre corps.

 L’observation du corps énergétique deviendra un art, une manière totalement nouvelle de vivre, un état de rapport intime et permanent avec l’Être. Cette observation donnera à votre vie une profondeur que vous n’aurez jamais connue auparavant.

 Lorsque vous êtes bien ancré dans votre corps, il est facile de rester présent pour observer votre mental. Peu importe ce qui se passe à l’extérieur, rien ne peut plus vous déranger.

frene-200x300 dans APPRENDS-MOI À moins de rester présent – et habiter son corps est toujours un aspect essentiel à la présence –, vous continuerez à vous faire mener par le mental. Le scénario que vous avez appris il y a bien longtemps, c’est-à-dire le conditionnement de votre mental, dictera vos pensées et vos comportements. Vous en serez peut-être libéré pendant de brefs moments, mais rarement pour très longtemps. Et ceci est particulièrement vrai quand quelque chose va de travers, que vous subissez une perte quelconque ou êtes bouleversé. Votre conditionnement active une réaction involontaire, automatique et prévisible alimentée par l’unique émotion fondamentale sous-jacente à l’état de conscience identifié au mental : la peur.

 En définitive, quand de tels défis se présentent – et ils ne manquent pas de le faire –, prenez l’habitude de revenir immédiatement à l’intérieur et de vous concentrer autant que vous le pouvez sur votre corps énergétique. Cela n’a pas besoin d’être long, juste quelques secondes. Mais vous devez le faire dès l’instant où le défi se présente. Tout délai fait surgir une réaction mentale et émotionnelle qui prend possession de vous. Lorsque votre attention est dirigée vers l’intérieur, que vous sentez votre corps énergétique et désengagez votre attention du mental, vous retrouvez immédiatement le calme et la présence. Si la situation exige une réaction, celle-ci émanera d’une source plus profonde. Tout comme le soleil brille infiniment plus que la flamme d’une bougie, il y a infiniment plus d’intelligence dans l’Être que dans votre tête.

 Aussi longtemps que vous êtes consciemment en contact avec votre corps énergétique, vous êtes comme l’arbre profondément enraciné dans la terre ou tel le bâtiment qui repose sur de solides et profondes fondations. Cette métaphore est employée par Jésus dans la parabole des deux hommes construisant une maison, parabole en général mal comprise. Le premier bâtit sa maison dans le sable, sans fondations, et celle-ci est emportée quand la tempête et l’inondation surviennent. Quant à l’autre, il creuse profondément jusqu’au roc, puis érige sa maison qui, cette fois, ne sera pas emportée par l’inondation.

Eckhart Tolle/Le pouvoir du moment présent et son guide/Chapitre six : Le corps subtil/Créez en vous de profondes racines

 

Publié dans APPRENDS-MOI | Pas de Commentaire »

Sur la Nouvelle Terre

Posté par othoharmonie le 5 octobre 2012

Nous célébrons votre arrivée sur la Nouvelle Terre - Référé par : http://www.jeshua.net/fr/                             

Pamela transmet Jeshua

Ceci est la transcription légèrement mise en forme de la transmission publique. Pour accéder à la version audio, cliquer ici.

 

Chers amis,

Sur la Nouvelle Terre dans Nouvelle TERRE eau_vivante-199x300Je suis ici. Je suis Jeshua. Je suis votre frère. Je suis si proche de vous maintenant et par « maintenant », j’entends non seulement cet instant précis, mais cette ère, cet âge du temps. Vous avez tous tellement changé. Je connais beaucoup d’entre vous depuis longtemps. Nous avons été ensemble auparavant. Au temps où j’ai vécu sur Terre, j’ai rencontré nombre d’entre vous. Et au cours des siècles suivants, beaucoup d’entre vous ont ressenti un appel à s’incarner sur Terre. Vous avez perçu une ouverture dans la conscience des hommes. Vous avez voulu apporter votre contribution à cette ouverture, à cet éveil de conscience. Une conscience nouvelle a été semée à cette époque. Comme vous le savez, elle a rencontré beaucoup de résistance. Vous avez tous vécu cette résistance dans vos vies passées et présentes. Vous avez éprouvé le sentiment d’être différents des autres et à cause de cela, vous avez ressenti de la solitude. Vous êtes les avant-coureurs, les pionniers d’une conscience nouvelle. En ce temps, en cet âge, il y a une ouverture dans la conscience humaine partout dans le monde. Je suis ici pour célébrer ce fait avec vous. Une ère nouvelle est réellement en train de naître maintenant. Peut-être ne le percevez-vous pas toujours, car il vous arrive parfois d’être inquiets. Cependant, je peux voir très clairement l’éveil dans vos âmes. Je suis ici pour vous saluer et vous honorer du fond de mon cœur.

Ma chère sœur Marie-Madeleine est ici avec moi maintenant, ainsi que d’autres âmes en affinité.

(Plusieurs personnes se mettent à pleurer…)

C’est bon de voir vos larmes. C’est le signe de votre connexion avec nous. Nous sommes ici pour célébrer ensemble. Ce que nous aimerions vraiment faire en cet instant, c’est vous laver les pieds, nous agenouiller à vos pieds et les laver. C’est un geste de respect et d’honneur à votre égard. Nous ne voulons pas que vous nous considériez comme des maîtres, nous sommes vos amis, votre frère et votre sœur. Nous vous invitons donc à vous réjouir avec nous de ce que cette ère nouvelle ait vraiment commencé. Nous savons que vous êtes encore soucieux des fardeaux du passé et du futur, mais nous vous invitons à les considérer d’un autre point de vue. C’est parce que vous êtes passés par la profondeur de la peur, du chagrin et de la tristesse, parce que vous avez traversé tout cela, qu’il y a à présent un espace pour la compassion dans vos cœurs. Une véritable compassion envers vous et envers les autres. C’est en cela que consiste la conscience christique. Comprendre vraiment ce qu’une autre personne traverse, sans juger, être simplement avec cette personne, d’âme à âme. C’est en cela que consiste la semence christique et la conscience christique. Vous êtes là, maintenant. Nul besoin de travailler dur sur vous-mêmes ni de penser que vous devez vous améliorer. Nous souhaitons que vous puissiez le voir de notre point de vue : vous êtes parfaits tels que vous êtes.

Cependant, nous réalisons que vous êtes encore en lutte avec des émotions pénibles dans votre vie quotidienne. Nous vous demandons donc de voyager avec nous dans un petit exercice d’imagination. Imaginez que vous êtes en face d’un portail. Cette porte est déjà ouverte et vous vous tenez au seuil de la Nouvelle Terre. Déjà, vous percevez l’énergie de cette Nouvelle Terre, la paix et l’harmonie. Et vous pouvez voir la beauté de la nature. En fait, cela ressemble un peu à cette région où nous sommes maintenant ( dans le Sud de la France, au sommet d’une colline), parce que la beauté sauvage de la nature d’ici ressemble à l’énergie de la Nouvelle Terre. Et tout en étant devant ce portail, cette porte, vous tenez un enfant par la main. Vous remarquez l’excitation présente chez cet enfant, son désir d’aller de l’avant vers ce nouveau lieu, mais vous percevez aussi sa peur. Quitter l’ancien pour entrer dans le nouveau monde semble un pas de géant. L’enfant a encore peur de tout ce que ses parents et la société lui ont dit. Il a peur de faire confiance et de faire ce grand bond en avant.

Ressentez à présent la main de cet enfant dans la vôtre. Cet enfant reflète la part de vous qui est inquiète et qui a peur de s’élancer. Telle est la tragédie que nous voyons parfois se jouer en vous. D’un côté, vous avez un tel désir de rentrer à la maison, de revivre la paix et l’harmonie qui sont vôtres. Et d’autre part, vous avez peur de lâcher prise de l’ancien, même s’il est très pénible de vous y accrocher. Nous vous invitons maintenant à étreindre cet enfant et à le rassurer. Sentez comme il se détend dans vos bras. Voyez maintenant s’il souhaite faire quelques pas en avant. Mais ne le jugez pas s’il est encore effrayé. Dites à cet enfant que vous êtes là pour lui en toutes circonstances et que vous êtes son guide.

Même si vous êtes encore au seuil, juste au début de ce lieu nouveau, respirez-en l’énergie. Vous êtes vraiment de retour à la maison maintenant, et la Maison est sur Terre. Vous avez souvent pensé que la maison était ailleurs, quelque part là-haut dans les cieux d’où vous venez. Mais le but de votre long voyage à travers de nombreuses vies est de faire descendre l’énergie des cieux sur Terre. Par le passé, vous avez souvent dû vous cacher à cause de ce désir. Ce temps est révolu. Votre présence est nécessaire ici et maintenant. Vous êtes encore les avant-coureurs, les pionniers de la conscience. Et nous vous demandons à présent d’affirmer votre puissance et d’être fiers de vous. Cela n’a rien à voir avec l’ego. Il s’agit d’exprimer vraiment le rayonnement de votre âme.

Aussi, nous vous encourageons à vous rassembler en tant qu’artisans de lumière et à partager vos énergies. Il est temps maintenant de vous joindre de manière très souple et ouverte. En vous ouvrant les uns aux autres, vous accélérez votre processus de guérison. Spécialement dans cette région, les énergies sont très favorables à ce processus de guérison. Nous vous invitons à le ressentir par vous-mêmes. Ressentez l’énergie de la Terre telle qu’elle se présente à vous depuis le sol sous vos pieds. Elle est ouverte et désireuse de vous recevoir. Elle veut vous soutenir et vous procurer tout ce dont a besoin un être humain. Sur le plan matériel, vous allez voir que sur la Nouvelle Terre, les gens se satisferont de choses simples, cependant, ils ne le vivront pas comme un manque, une sorte de pauvreté. Ils seront plus respectueux envers la Terre, et auront un style de vie plus en harmonie avec la nature. Au lieu de se nourrir d’objets matériels, ils se satisferont de nourriture spirituelle. Ils auront le sentiment d’être nourris par les relations qu’ils ont avec eux-mêmes, la nature et les autres.

Nous vous invitons à appliquer dans votre vie l’exemple de ce style de vie. Partager vos énergies avec d’autres artisans de lumière vous aidera à rester courageux et focalisés sur votre but. Célébrez ensemble votre arrivée sur la Nouvelle Terre ! Tel est notre message d’aujourd’hui. Nous sommes pleins d’espoir et de joie à votre égard.

 © Pamela Kribbe  www.jeshua.net/fr                                                             

  Rejoignez-nous sur le forum : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Publié dans Nouvelle TERRE | Pas de Commentaire »

Trouver la paix intérieure

Posté par othoharmonie le 5 octobre 2012

Se Bercer d’illusions par Sarah-Jane Grace

Trouver la paix intérieure dans Nouvelle conscience frne-200x300Il y a comme une bataille épique qui se passe au plus profond de nous. Il semble qu’alors que nous continuons à nous éveiller, nous touchons d’une main la clarté et la divinité et d’un autre côté nous sommes confrontés aux challenges, aux doutes et à la peur. Notre foi nous soutient (la plupart du temps!), mais il y a des moments où cette foi se dissipe, et c’est alors l’incertitude et la confusion qui font la loi.

Intuitivement, nous réalisons que cela fait partie du voyage de l’éveil, mais la réalité de le vivre peut parfois être plus difficile à intégrer. Bien sûr, même si nous voulons être serein et avancer avec grâce, ce petit murmure dans notre oreille qui est le maître du doute peut ébranler notre foi et notre confiance.

Il peut être difficile d’absorber l’amour et la lumière lorsqu’ils viennent s’écraser sur les rochers de notre réalité et il peut être très difficile d’accepter qu’il y a encore plus de changements qui nous attendent sur le chemin. Alors que nous regardons l’avenir, il nous sera pardonné d’avoir un sentiment de crainte sur le chemin rocailleux avec ces vagues qui viennent s’écraser de tout côté. Même si nous pouvons voir la beauté tranquille où nous nous dirigeons, le chemin pour y arriver semble inexorable.

Pourtant, tout ceci est peut être plutôt une question de perception qu’une réalité ? Peut-être avons-nous besoin d’arrêter d’essayer de vouloir aller où nous l’avons prévu et d’être simplement dans le maintenant, dans le moment présent ? Lorsque nous voyons la vie comme difficile, les murs peuvent se resserrer sur nous et nous avons alors de la difficulté à respirer ou à bouger, mais si nous prenons du recul et si nous réalisons que nous sommes déjà Divins, alors tout change, car nous ne sommes plus en train de nous bercer d’illusions qui semblent ne jamais arriver, et nous choisissons alors d’être pleinement et consciemment dans le moment présent.

Donc, tandis que nous pouvons nous sentir énergétiquement (émotionnellement, physiquement et même spirituellement) oppressés, confus et brassés, plus nous considérons cette question, plus nous pouvons alors commencer à fusionner consciemment avec la Totalité et réaliser que notre Divinité est la force qui nous défini. Notre lien avec le Divin nous valide et nous complète, car le Divin n’est pas une force extérieure, le Divin est au sein de notre cœur et de notre âme, il est ce que nous sommes. Chaque respiration que nous prenons est un reflet de notre Divinité et une fois que nous comprenons ceci, notre perception des vagues déferlantes commence à changer et à s’adoucir.

C’est une période de grand changement et de lâcher-prise ; et nous avons désormais atteint un stade où lorsque nous regardons la Vérité en face, nous pouvons nous éloigner des vagues qui viennent s’écraser et nous retrouvons l’équilibre du moment présent. L’Utopie lointaine peut être séduisante et belle, mais ce qui est important, c’est ce qui se passe maintenant. Plus nous nous focalisons sur notre futur et sur ce qui peut ou ne peut pas arriver, plus nous voyons l’utopie comme un rêve lointain, plus nous épuisons nos réserves et plus nous nous éloignons du Divin.

Nous avons désormais besoin de changer de scénario et de laisser partir les croyances qui nous maintiennent dans la peur, le doute et l’incertitude. Ce sont nos histoires et nos croyances qui peuvent faire ressentir que la vie est un tourbillon en folie totalement incontrôlable. Nous pouvons nous sentir isolés du monde et de notre Soi si nous perdons de vue notre force et notre Divinité et si nous laissons le doute envahir notre vie.

C’est le moment maintenant d’entrer sur le champ de bataille intérieur afin de faire face aux problèmes résiduels que nous pensions être résolus depuis longtemps. Certains d’entre eux vont inévitablement surgir dans notre conscience et dans notre ligne de vision, car le besoin de trouver la paix intérieure est désormais la force qui nous fait avancer. Cependant si nous choisissons de ne pas ‘voir’ ces problèmes, la vie trouvera bien un chemin afin que nous puissions les voir. Il n’y a plus de sable pour enterrer notre tête, car les vagues ont tout emporté en laissant les rochers exposés et les fractures très visibles.

Bien sûr, cela veut dire qu’il y a peut être quelques fissures intérieures profondes, et pour certains, il est possible que ce soit le cas. Cependant pour beaucoup d’entre nous, ces fissures sont des petits signes et rappels afin de guérir, de nous libérer et de lâcher-prise de tout ce qui ne nous sert plus dans la vie.

Rechercher la paix intérieure est un processus puissant. C’est un signe que nous ne sommes plus à la recherche de validation extérieure et que nous ne sommes plus submergés par la peur ou par le doute. Cela montre que nous nous ouvrons à la Vérité étonnante et magnifique d’une vie consciente et vibrante. Un tel chemin ne fait pas disparaître comme par enchantement les challenges, mais il nous aide à voir que chaque difficulté et chaque bataille nous aident à façonner notre Âme Divine et bienveillante que nous savons être notre vraie nature …

Sarah-Jane Grace - www.theplanetwhisperer.co.uk

Traduction Marinette Lépine
http://www.facebook.com/TransLight
Translight.ml@gmail.com

Vous êtes encouragés à partager ces articles si les droits d’auteur et les informations de contact sont toujours inclus. Je vous remercie de votre courtoisie. Sarah-Jane Grace www.theplanetwhisperer.co.uk

 

Publié dans Nouvelle conscience | Pas de Commentaire »

Manifestez votre réalité !

Posté par othoharmonie le 2 octobre 2012

 

Manifestez votre réalité ! dans Méditation ParamahamsaParamahamsa Nithyananda est un enseignant international dans les domaines du yoga, de la méditation, des sciences védiques de l’Eveil. Clairs, dynamiques et modernes dans leur approche, les enseignements de Nithyananda ont déjà transformé 15 millions de personnes dans le monde.

Il visitera la France et la Guadeloupe en Novembre pour une série de discours ouverts à tous sur le thème des mystères de la vie et de la mort, de la science et de la spiritualité en 2012 et parlera de la transformation de la conscience engendrée par 2012. Il offrira également 3 programmes de méditation en Métropole puis en Guadeloupe. 

  Paramahamsa Nithyananda, quelle est votre vision de la spiritualité ? 
Etre spirituel, c’est « vivre l’éveil », c’est vivre la vie à son maximum avec succès et abondance dans le monde extérieur, une joie et un contentement profond dans le monde intérieur. Une personne spirituelle rayonne tellement de qualités : la bonne santé, une configuration mentale claire, des centres d’énergie purs, un être « unclutched », le sentiment que tout est propice sans raison. Ces choses peuvent être vécues au quotidien. L’homme est de par sa nature, créé pour l’éveil de la conscience. A moins que vous ne vous relaxiez dans l’éveil, vous continuerez à vous sentir frustrés. Toutes vos dépressions, votre stress ne sont rien d’autre que l’appel de votre être qui cherche à retourner à sa source. 

  Qu’est-ce que la méditation pour vous ? 

Le mental n’est pas une entité solide comme nous le pensons ce n’est qu’un flot de pensées continu, chaque pensée remplaçant la précédente. Nous n’avons aucun contrôle sur la pensée qui va suivre celle que nous avons à l’instant car ces pensées s’écoulent de manière illogique et chaotique. Cependant, nous accordons tout pouvoir à ce mental chaotique ! Lorsque nous apprenons à lâcher prise sur nos pensées, nous nous libérons des petits jeux du mental. Nous sommes alors prêts à vivre dans le moment présent, sans idées préconçues. 

Alors, nous attirons des personnes et des situations nouvelles dans notre vie. La méditation c’est « être », tout simplement. C’est faire l’expérience de l’instant présent sans résistance. C’est aussi une compréhension qui vous offre un sentiment de paix solide grâce à laquelle il devient possible de résoudre vos problèmes et trouver des solutions claires à appliquer. Elle prépare votre espace intérieur à analyser objectivement les choses, à considérer et peser vos décisions, à reconsidérer vos désirs, vos peurs, vos soucis et à réévaluer tout ce que vous considérez essentiel dans votre vie. J’enseigne des techniques comme « l’unclutching » et initie des processus spirituels qui établissent une personne dans l’expérience de l’espace silencieux. 

  En quoi consistent les programmes que vous proposez ? 
Les programmes offrent une connaissance technique et l’introduction à un concept spirituel particulier. Cette connaissance technique éclaircie vos doutes et vous inspire à entrer dans la technique de kriya ou de méditation. Les programmes offrent toujours une initiation qui est un processus énergétique puissant éveillant ces dimensions en vous que vous ne connaissez pas encore ! 

L’initiation aide votre corps et votre esprit à conserver la transformation psychologique qui s’opère en vous, lorsque vous travaillez avec la connaissance technique et la technique. L’initiation éveille l’énergie Kundalini et vous donne l’expérience de l’espace silencieux en soi. Intégrer cette expérience dans votre corps de manière permanente, c’est ce que j’appelle l’initiation. 

A VOIR….. http://www.soleil-levant.org/presse/article.php3?id_article=990

Publié dans Méditation, SPIRITUALITE c'est quoi ? | Pas de Commentaire »

123
 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...