• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 10 novembre 2012

10 règles pour Etre Humain

Posté par othoharmonie le 10 novembre 2012

 

par Cherie Carter-Scott

10 règles pour Etre Humain dans Etat d'être grimoire

1. Vous recevez un corps. Que vous l’aimiez ou le détestiez, c’est à vous de le préserver pour toute la période donnée.

2. Vous allez apprendre des leçons. Vous êtes inscrit dans une école informelle à plein temps appelée «vie».

3. Il n’y a pas d’erreurs, seulement des leçons. Grandir est un processus d’essais, d’erreurs, et d’expérimentation. Les expériences « ratées » font tout autant partie du processus que les expériences qui finalement « fonctionnent ».

4. Les leçons sont répétées jusqu’à ce qu’elles sont apprises. Une leçon vous sera présentée sous diverses formes jusqu’à ce que vous l’appreniez. Lorsque vous l’avez apprise, vous passez à la leçon suivante.

5. Il n’y a pas de fin à apprendre des leçons. Aucune phase de la vie ne contient pas ses leçons. Si vous êtes vivant, cela veut dire qu’il y a toujours des leçons à apprendre.

6. « Là-bas » n’est pas un meilleur endroit « qu’ici ». Quand votre « là-bas » devient un « ici », vous aurez simplement un autre « là-bas » qui paraîtra mieux que « l’ici. »

7. Les autres sont simplement vos miroirs. Vous ne pouvez pas aimer ou haïr quelque chose sur une autre personne à moins que cela reflète en vous quelque chose que vous aimez ou haïssez de vous.

8. Ce que vous faîtes de la vie dépend de vous. Vous avez les outils et ressources dont vous avez besoin. Ce que vous en faites dépend de vous. Le choix est le votre.

9. Les réponses se trouvent en vous. Les réponses aux questions de la vie sont en vous. Tout ce dont vous avez à faire est regarder, écouter, et faire confiance.

10. Vous oublierez tout ceci.

Texte original: http://www.bluinc.com/free/human10.htm
Traduction & publication http://rustyjames.canalblog.com/

Publié dans Etat d'être, Nouvelle conscience | Pas de Commentaire »

Un Guerrier de la Lumière

Posté par othoharmonie le 10 novembre 2012

Qu’est-ce qu’un Guerrier de la Lumière ?

Par Paulo Coelho

Tu le sais. C’est celui qui est capable de comprendre le miracle de la vie, de lutter jusqu’au bout pour ce en quoi il croit, et – alors – d’entendre les cloches que la mer fait retentir dans ses profondeurs.

Un Guerrier de la Lumière dans Nouvelle conscience indienLes Guerriers de la Lumière se reconnaissent au premier regard. Ils sont au monde, ils font partie du monde. Souvent ils trouvent que leur vie n’a pas de sens. Mais ils n’ont pas renoncé à le trouver. Ils s’interrogent. Ils refusent la passivité et le fatalisme. C’est pour cela qu’ils sont des Guerriers de la Lumière. Ne pas jouer le rôle que les autres ont choisi pour soi…

Un Guerrier de la Lumière fait toujours des gestes hors du commun. Il peut danser dans la rue en se rendant à son travail. Ou regarder un inconnu dans les yeux et parler d’amour au premier coup d’oeil. Défendre une idée qui peut paraître ridicule.

Le Guerrier de la Lumière se permet ce genre de choses. Il ne craint pas de pleurer de vieux chagrins, ni de se réjouir de nouvelles découvertes. Quand il sent l’heure venue, il abandonne tout et part pour l’aventure dont il a tant rêvé. Quand il comprend qu’il est à la limite de sa résistance, il quitte le combat, sans se sentir coupable d’avoir fait une ou deux folies inattendues.

Un Guerrier de la Lumière ne passe pas ses jours à tenter de jouer le rôle que les autres ont choisi pour lui. Relier ce qu’on aime et ce qu’on aimerait faire. Parfois le Guerrier de la Lumière a l’impression de vivre deux vies en parallèle. Dans l’une, il est obligé de faire tout ce qu’il ne veut pas, de lutter pour des idées auxquelles il ne croit pas. Mais il existe une autre vie, et il la découvre dans ses rêves, ses lectures, ses rencontres avec des êtres qui pensent comme lui.

Le Guerrier permet à ses deux vies de se rapprocher. Il y a un pont qui relie ce que je fais et ce que j’aimerais faire, pense-t-il. Peu à peu, ses rêves envahissent sa routine, jusqu’au moment où il se sent prêt pour ce qu’il a toujours désiré. Alors il suffit d’un peu d’audace, et les deux vies ne font plus qu’une. Devenir ce que l’on affirme être. Un Guerrier de la Lumière est digne de confiance. Il commet certaines erreurs et se juge parfois plus important qu’il ne l’est réellement. Mais il ne ment pas.

Quand il les rejoint autour du feu, il converse avec ses compagnons et ses compagnes. Il sait que les mots qui sortent de sa bouche sont conservés dans la mémoire de l’Univers comme un témoignage de ce qu’il pense. Et le Guerrier réflechit : « Pourquoi est-ce que je parle tant, alors que bien souvent je suis incapable de faire tout ce que je dis ? » – « Les idées que tu défends publiquement, il faudra t’efforcer de vivre en accord avec elle », répond son coeur. C’est parce qu’il pense être ce qu’il dit, que le Guerrier finit par devenir ce qu’il affirme être.

Tout Guerrier de la Lumière a déjà perdu la foi en l’avenir.
Tout Guerrier de la Lumière a eu peur de s’engager dans le combat.
Tout Guerrier de la Lumière a trahi et menti par le passé.
Tout Guerrier de la Lumière a déjà perdu la foi en l’avenir.
Tout Guerrier de la Lumière a souffert pour des choses sans importance.
Tout Guerrier de la Lumière a douté d’être un Guerrier de la Lumière.
Tout Guerrier de la Lumière a manqué à ses obligations spirituelles.
Tout Guerrier de la Lumière a dit oui quand il voulait dire non.
Tout Guerrier de la Lumière a blessé quelqu’un qu’il aimait.

C’est pour cela qu’il est un Guerrier de la Lumière ; parce qu’il est passé par toutes ces expériences et n’a pas perdu l’espoir de devenir meilleur.

Pas d’amour impossible… Pour le Guerrier de la Lumière, il n’existe pas d’amour impossible. Il ne se laisse pas intimider par le silence, par l’indifférence ou par le rejet. Il sait que, derrière le masque glacé dont se servent les gens, il y a un coeur de braise. Aussi le guerrier prend-il plus de risques que les autres. Il cherche sans répit l’amour de quelqu’un – même si cela implique d’entendre souvent le mot « non », de rentrer chez soi vaincu, de se sentir rejeté corps et âme.

Un Guerrier ne se laisse pas effrayer quand il cherche ce dont il a besoin. Sans amour, il n’est rien. Alors je répète : les Guerriers de la Lumière se reconnaissent au premier regard. Ils sont au monde, ils font partie du monde, et ils ont été envoyés au monde sans besace ni sandales. Souvent ils sont lâches. Et ils n’agissent pas toujours correctement. Les Guerriers de la Lumière souffrent pour des sottises, ils se préoccupent de choses mesquines, se jugent incapables de grandir. De temps en temps, ils se croient indignes d’une bénédiction ou d’un miracle.

Les Guerriers de la Lumière se demandent fréquemment ce qu’ils font ici. Souvent ils trouvent que leur vie n’a pas de sens. C’est pour cela qu’ils sont des Guerriers de la Lumière. Parce qu’ils se trompent. Parce qu’ils s’interrogent. Parce qu’ils continuent de chercher un sens. Et ils finiront par le trouver.

Paulo Coelho – « Manuel du Guerrier de la Lumière« 

Vu sur http://lorriah.blogspot.ca/

Publié dans Nouvelle conscience | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...