Rencontre du troisième type

Posté par othoharmonie le 17 novembre 2012

 

Extrait du livre : LA GRANDE REVELATION – L’arrêt du moteur de souffrance planétaire

L’inséparable cordon maternel : CHAPITRE 3 – TRANSMISSION MATERNELLE PIEUSE ET COPIEUSE – avec l’aimable autorisation de JG.VESONE http://www.la-grande-revelation.com/

Rencontre du troisième type dans Expériences barreseparation8

Rencontre du troisième type 

Au fil des années qui ont suivi j’ai eu des occasions bien surprenantes de rencontrer maman à nouveau post mortem et de comprendre aussi encore mieux qui j’étais. Ma maman n’avait aucune confiance dans la médecine officielle qu’elle jugeait barbare, mais elle avait par contre une très grande admiration pour tout ce qui était médecine parallèle et en particulier ce qu’on appelait autrefois les guérisseurs. C’est donc probablement guidé par elle que dans les années 90 j’ai visité le salon du GNOMA, le Groupement National de l’Organisation des Médecines Alternatives. Il se tenait dans les salons de l’hôtel Hilton-Tour Eiffel. C’était un rassemblement important de tout ce qui se faisait de mieux au niveau des médecines douces. Durant la visite des stands je fus captivé par une praticienne qui utilisait une antenne de détection des champs électromagnétiques du corps. Elle établissait ainsi un diagnostic sur l’état de santé.

Ma femme et moi l’avons attentivement observée. Nous nous sommes ensuite entretenus longuement avec celle qui est devenue par la suite notre amie Janette. Elle nous a permis de comprendre sa technique et nous y a même formés. Ma recherche sur mon fonctionnement personnel en a été grandement stimulée avec un effet d’ouverture et d’allègement au niveau des somatisations accumulées dans mes corps dits subtils. J’ai grâce à ces soins développé des capacités accrues pour la médiumnité. Par contre ce que j’ai vu beaucoup trop tard c’est que la très dévouée Janette représentait idéalement pour mon inconscient cette très ancienne ‘‘ nounou enchantée ‘‘ qui n’avait fait que passer telle une comète au début de ma vie et qui avait été mon tout premier amour de bébé. C’est avec Janette devenue magnétiseur-nounou que j’ai opéré par un processus bien connu de transfert une réparation sur le traumatisme de cette rupture affective au sortir de mon incubateur.

Une fois découverte cette stratégie nous a demandé de prendre une distance de sécurité devenue indispensable car il n’est pas possible de réinstaller réellement le passé dans le présent. Cette période coïncidait avec mes études sur le psychisme et j’ai pris cette expérience comme des travaux pratiques. C’est dans ce cadre là que j’ai choisi un exercice formel appelé « isolement bénéfique ». Il dure une semaine complète. Le sujet est coupé de toute relation dans une maison à la campagne. Il est sans activité et sans aucun moyen de communication. La vie devient alors très simple et demande un minimum d’énergie. Dans ces conditions le sujet se retrouve avec lui-même et peut à loisir orienter son exploration intérieure au plus profond de sa problématique personnelle. C’est un moment intense qui amène à un état d’illumination. Je bénéficiais d’une piscine en eau chaude dans laquelle une bonne partie des mémoires somatisées remonte. C’est là que j’ai eu une expérience merveilleuse concernant ma relation avec maman. Alors que j’étais en éveil à toutes mes sensations, intuitions et ressentis, j’ai eu spontanément la vision que ma mère m’attendait non loin de là, dans le champ voisin à quelques centaines de mètres de la maison où j’étais reclus. Me voilà donc courant au dehors et appelant ma maman comme si j’avais cinq ans. Je criais son nom tout en allant à sa rencontre.

Mon cerveau se demandait ce qui était en train de se jouer là. Quelle ne fut pas ma surprise de sentir que maman prenait ma main droite. Nous sommes partis aussitôt en courant sur le chemin, au milieu des blés, la main dans la main. Lorsque subitement j’ai senti qu’elle se détachait et partait. Je continuais à courir et à l’appeler quand, à un détour du chemin, je vois un paysan à vélo avec une fourche.

cropcircle- dans ExpériencesJe dépasse le paysan surpris de me voir crier tout seul et quelques dizaines de mètres après, je ressens ma mère me toucher à nouveau la main. Comme elle n’était pas dans ma dimension, la présence du paysan lui avait fait peur. Je reprends donc le parcours vers la maison maman. Je sens qu’elle veut visiter le pavillon où je loge. Elle m’entraîne curieusement vers la cuisine, lieu où je n’allais quasiment pas, sauf pour prendre mes plateaux-repas. Une force m’a fait stopper devant le grand frigo que j’ai ouvert. Maman n’avait jamais pu avoir de réfrigérateur, elle n’avait connu que des glacières avec des morceaux de glace. Elle voulait examiner cet appareil et que je lui montre comment il fonctionnait. Ce que je fis de mon mieux. Je ne vous cache pas que j’étais très surpris parce que cela voulait dire que ce contact, plus qu’imaginaire ou intuitif, était bien réel. Donc ayant réalisé qu’elle était tout heureuse de voir le frigidaire fonctionner, je voulais quitter la cuisine lorsqu’elle me ramène vivement vers un gros matou qui vient du sellier. Maman adorait les chats et elle voulait que je le caresse pour elle. Ce que je fis de mon mieux aussi. Le chat me regardait fixement le dos rond et le poil hérissé, comme sur la défensive face à une présence invisible. Là aussi j’ai été très étonné par son comportement étrange.

Alors qu’il était 13h et que mon repas était arrivé, j’installais ma mère dans l’un des fauteuils en rotin du salon où j’avais l’habitude de séjourner. J’avais maintenant bien rodé à notre mode de communication télépathique et nous avons alors plaisanté sur la situation bien particulière où nous étions tous les deux. Je lui ai proposée par exemple de partager mon repas et j’ai senti qu’elle riait beaucoup. J’ai ensuite entrepris plus sérieusement une longue série de questions-réponses avec maman où nous avons pu faire enfin la paix. J’ai pu lui expliquer les raisons objectives de mes recherches théologiques sur les textes anciens concernant toutes les religions. Son absence totale de contestation et même comme une sorte de satisfaction m’indiquèrent qu’elle avait complètement changé d’opinion. Cerise sur le gâteau elle me confirma que c’était pour mon bien qu’elle avait téléguidé, elle-même, ma rencontre avec Jeannette, la guérisseuse. Elle pensait indispensable que je résorbe les tensions de mon traumatisme postnatal avant de me lancer dans un travail énergétique important. Selon elle le blindage protecteur du pansement appliqué était un objet de souffrance et de déséquilibre comme le sont toutes les prothèses que les accidents de la vie nous imposent.

Pour finir cet entretien hors norme ma mère est ressortie en douceur de ma sphère de vie. Elle n’était plus la femme souffrante que j’avais connue. Elle était devenue merveilleuse et me prodiguait un amour aussi merveilleux. Elle n’était pas venue les mains vides et ce n’est qu’à la fin de cette semaine là que je l’ai à nouveau rencontrée. Le coach qui me suivait dans ce cycle de sept jours était venu me faire une séance de rebirthing assorti d’une technique qu’on appelle le drap humide. Voilà en bref le principe de cet exercice. Pour simuler les conditions de naissance, le sujet est mis en léger état d’hypnose par hyperventilation. Il est ensuite emmailloté dans un drap tiède et serré. Le praticien, pesant de tout son corps avec ses genoux sur la poitrine du sujet, simule la pression matricielle. J’ai aussitôt manifesté une pulsion puissante de dégagement.

Ne pouvant absolument pas m’extraire du drap, je suis parti dans un véritable voyage astral, sortant par le haut de mon corps et me trouvant flottant et allongé dans une barque initiatique que je savais être égyptienne. Dans un tunnel obscur mais aussi dans une douceur réconfortante je sentais la barque se balancer au rythme des pas d’une escorte composée de deux rangées de six porteurs munis de flambeaux. Ils portaient les uniformes des prêtres égyptiens. J’avançais dans une marche lente, progressive, chantant moi-même gravement avec ma gorge une psalmodie rythmée, sorte de mantras. Je sors du tunnel lentement pour apparaître soudain dans une lumière solaire aveuglante. Regardant au-delà de la barque et des deux rangées de porteurs qui me déposaient, je réalise qu’une foule immense assiste à mon arrivée. Au premier rang ma mère fait faire silence à la foule et proclame solennellement à voix haute : « voici mon fils ressuscité « . L’émotion de cette dernière expérience reste gravée en moi d’une façon qui semble ineffaçable. Ma mère avait conduit pour moi ce processus de résurrection et m’avait à nouveau enfanté. Je vous ai exposé ici toute une série d’évènements qui montrent combien la relation maternelle est fondamentale dans la maturité d’un être même si en apparence les relations semblent catastrophiques.

 

Lire la suite sur le site  

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...