• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 24 novembre 2012

But et raison d’être ici et maintenant

Posté par othoharmonie le 24 novembre 2012

Chaque personne a un but et une raison d’être sur Terre

Sanaya Roman 

Vous n’êtes pas ici-bas que dans un seul but; chaque fois que vous accomplissez une certaine chose, celle-ci devient alors une partie d’une étape antérieure et une autre phase de votre évolution. Chaque nouvelle expérience s’intègre aux expériences précédentes. Certains d’entre vous sont marginaux, testant des nouveautés n’ayant apparemment pas de liens entre elles, pour apporter de nouvelles qualités dans ce voyage ascendant. Certains d’entre vous trouvent les formes de leur travail. D’autres sont là pour développer, et c’est leur but, une vision de paix intérieure.

But et raison d'être ici et maintenant dans En 2012-2013 et après 2016 bibliotheque-234x300Ne jugez pas les buts au travers des schémas des autres personnes, ou parce que la société vous a dit que c’est la meilleure chose à faire. Peut-être êtes-vous là pour développer cette paix intérieure et irradier cette qualité autour de vous, la rendant disponible aux autres. Vous êtes là aussi, peut-être, pour explorer les domaines de l’intellect ou le monde des affaires, afin de contribuer à l’évolution des formes-pensées sur cette planète. La compassion se situe au-delà de tout jugement. C’est l’acceptation simple, la capacité d’aimer et d’estimer le soi, quelle que soit la voie vers laquelle les buts élevés s’orientent.

De tous temps ont existé des tensions internationales, mais c’est toujours une grande opportunité pour tous ceux qui se centrent sur les aspects positifs et qui désirent prendre la pleine responsabilité de ce qu’ils créent. L’énergie est disponible pour les êtres intuitifs, disposés à la guérison et en marche sur le chemin de la joie. Habités par cette énergie, vous jouissez d’un univers d’abondance et de joie dès maintenant.

Beaucoup d’entre vous progressent très rapidement. Votre développement s’est effectué en accéléré, afin d’enseigner et d’aider vos successeurs. Certains parmi vous, auteurs ou écrivains entre autres, peuvent avoir des années d’avance sur les formes-pensées de la majorité des gens, parce qu’il est nécessaire que vous soyez dans le courant du moment lorsque vos écrits paraissent. Chacun n’expérimente pas la même transition au même moment.

Vous tous, lecteurs, vous êtes des pionniers

parce que vous n’auriez pas été attirés vers ces informations

si vous n’étiez pas en avance sur votre temps

Vous pouvez ressentir un changement dans l’énergie de cette planète. Ceux d’entre vous qui désirent partir à la recherche de leur but observeront que leur vie s’accélère encore plus. Si vous pensez que vous êtes déjà très occupés, soyez prêt ! Les choses iront encore plus vite et alors, sagesse et discernement seront de rigueur ! C’est pourquoi vous apprécierez de visualiser chaque journée en détails et de la comparer à vos buts les plus élevés.

Il peut arriver que la chose la plus difficile soit de dire  » non  » à une personne dans le besoin. Si vous donnez constamment votre attention aux personnes en état de crise, vous affirmez qu’elles peuvent obtenir votre attention en créant des crises. Si vous désirez que les gens respectent et honorent votre temps, apprenez-leur en les remerciant lorsqu’ils font ainsi.

Le monde traverse une période de changement où tout s’accélère. vous le ressentez peut-être déjà. Ceux qui ne sont pas centrés sur leur but élevé et sur leur être supérieur auront davantage de problèmes. Certaines personnes, autour de vous, parlent de cette époque comme de la période la plus belle et la plus joyeuse, alors que pour d’autres, c’est la plus difficile. Si cette période est la plus joyeuse de votre vie, regardez les gens autour de vous. Plutôt que de les juger ou de cous sentir séparé de ceux qui sont en difficulté, envoyez-leur tout simplement de la lumière, et ensuite, laissez faire.

Si des luttes de pouvoir vous opposent à d’autres personnes – des étrangers comme des gens que vous aimez bien ou des amis – entrez en contact avec votre être supérieur. Arrêtez quelques instants, prenez une bonne inspiration et ne vous laissez pas piéger par leur désir de confrontation. Souvenez-vous qu’il s’agit de leur désir et non du vôtre.

Au rythme de cette vibration qui s’accélère sur la planète, vous désirerez apprendre à ne pas vous laisser entraîner dans l’énergie des autres personnes par leur troisième chakra, le plexus solaire. La plus grande partie de l’énergie que les gens reçoivent des autres vient du plexus solaire, centre du pouvoir et de l’émotion. une grande part des défis sur le chemin de la joie consiste à sortir de ces luttes de pouvoir et à vous tenir à un niveau plus profond de compassion. Si un ami vous agresse ou se montre hostile, prenez de la distance et, avec compassion, essayez de voir la vie de son point de vue. Vous pourrez vous rendre compte de sa fatigue ou de son attitude défensive, qui n’ont rien à voir avec vous-même, parce que vous représentez simplement un caractère différent dans son jeu. Plus vous pourrez rester libre et hors de toutes ces luttes de pouvoir, plus votre vie sera paisible et riche et plus vous serez en position favorable pour guérir les autres, tout en vivant dans votre cœur, plein de compassion.

Plongez en vous-même pendant quelques instants et cherchez à savoir ce que vous pouvez faire dès demain, très spécifiquement, pour amener plus de joie dans votre vie. Questionnez-vous afin de savoir comment vous débarrasser d’une lutte de pouvoir ou d’un désaccord qui absorbe votre énergie. Que pouvez-vous faire, dès demain, pour libérer un peu plus de votre temps afin de trouver la paix intérieure?

Vous avez tant de gratitude à exprimer, ne serait-ce que pour votre bel esprit et vos potentialités illimitées. Vous avez la capacité de créer tout ce que vous désirez; les seules limites sont celles que vous vous mettez. Dès votre réveil, affirmez votre liberté. Gardez en vous vos visions les plus élevées et vivez la vie la plus joyeuse que vous puissiez imaginer.

Tiré du livre : Choisir la Joie de Sanaya Roman

© Tous droits réservés LaPresseGalactique.orgTitre: Chaque personne a un but et une raison d’être sur Terre

Vous pouvez partager ce texte à la condition d’en respecter l’intégralité et d’en citer la source et l’auteur.

© 2012, LaPresseGalactique.org. All rights reserved.

Publié dans En 2012-2013 et après 2016 | Pas de Commentaire »

Parler à votre Guide

Posté par othoharmonie le 24 novembre 2012

 

Parler à son guide : dépasser ses premières peurs et ses préjugés. 

L’idée de parler à son guide peut plaire à plus d’une personne car elle évoque le soutien d’une personne qui nous aime.

Mais avant d’arriver à ce résultat, de nombreux préjugés et de nombreuses peurs vous bloquent. On les remarque par ces questions : « comment fait-on ? » ou « comment concevoir de parler à quelqu’un qu’on ne voit pas ? » ou encore ce doute qui dit : « arrête de croire à ça, si ça existait, on le saurait, ça se dirait et le Monde ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui. » Voilà les barrages difficiles à franchir. Il pourra être franchi avec le temps. A la question « comment fait-on ? », c’est très simple : dans votre tête ou à voix haute, parlez-nous comme vous parleriez à votre meilleur ami. De tout façon, nous n’avons pas besoin de vos questions pour savoir ce que vous voulez puisque votre aura nous a déjà transmis les informations. Le fait de poser la question ou de nous parler directement n’est utile que pour vous, pour que vous preniez l’habitude d’instaurer un dialogue avec nous. 

Parler à votre Guide dans Chemin spirituel porte2-163x300A la question « comment concevoir de parler à quelqu’un qu’on ne voit pas ? », je peux vous inviter à lire quelques ouvrages concernant les énergies ainsi que l’aura humaine et tout ce qui se fait de nos jours pour les esprits septiques en la matière. Ainsi votre vision des choses va s’élargir et vous pourrez concevoir qu’on peut voir l’aura humaine donc des énergies subtiles. A partir de là, si certaines personnes peuvent percevoir les énergies subtiles alors elles peuvent nous voir puisque nous sommes énergies subtiles ou Lumière, c’est pareil. Mais faut-il voir pour croire ? N’avez-vous pas de ressenti pour vous guider ? Laissez vos préjugés de côté si vous souhaitez avancer dans ce domaine car les préjugés vous limitent dans votre avancée. Au contraire, préparez-vous à vivre des choses qui dépassent tout ce que vous auriez pu imaginer. Ainsi vous élargirez vous propres limites et vous vous autoriserez par là à de nouvelles expériences.

Enfin à ce doute qui vous dit que cela se saurait si certaines personnes pouvaient communiquer, prenez conscience que ce doute est à l’origine de peurs collectives sur la mort. Les guides sont des évocations d’aide et d’Amour mais aussi la représentation de la mort et vous renvoient à votre propre mort. Rejeter ce monde et ne pas voir ce qui se passe avec lui, c’est nourrir la peur de la mort, de votre propre mort. L’origine de ce doute peut aussi être un manque de confiance et d’estime de soi-même : « je n’en suis pas capable. » Un travail sur l’Amour et la confiance en soi est donc nécessaire.

Quel est l’intérêt à parler à son guide ?

Dans « parler à son guide », il faut entendre la notion de communication au sens large qui va de la télépathie à l’intuition en passant par des visions ou des rêves. L’essentiel est d’être conscient qu’un contact se fait. Par cette prise de conscience, vos vibrations vont s’élever car, à vouloir entrer en communication avec nous, vous vous élevez vers la Lumière. Je fais ici référence bien sûr à une communication sincère qui n’est pas guidée par l’orgueil ou l’égo en général. Donc pour votre évolution il est important pour votre âme de prendre l’habitude de ces hautes énergies. Vous gagnerez en sagesse et en Amour. Outre le fait que vous aurez des clés pour avancer dans la vie, la communication avec votre guide vous aidera à aller vers Dieu dans la douceur et l’Amour et sûrement de façon plus rapide que si vous entrepreniez le chemin tout seul. En effet, il vous manque souvent le recul nécessaire et la sagesse pour savoir comment avancer.

Les guides peuvent-ils aider des personnes qui ne sont intéressées que par leur gloire personnelle ?

Oui. La communication n’est pas à ce moment-là à l’image de l’Amour mais cela ne veut pas dire que les énergies entre les deux Mondes ne passent pas. Alors si le fond de la personne est « mauvais » c’est-à-dire qui ne rentre pas dans l’ordre divin, elle entrera en communication avec un guide qui sera à son image. Les guides de Lumière suivent les lois divines ainsi tout ce qui se produit ou se dit en conversation est juste mais cela signifie que la personne qui a le message a un fond intérieur en accord avec les lois divines. Si une personne n’est pas en accord avec les lois divines, elle aura un guide qui ne sera pas non plus complètement en accord avec ces lois. Si elle veut faire le « mal », elle trouvera quelqu’un qui peut l’aider. Ce n’est pas parce qu’une âme est désincarnée qu’elle est forcément dans la Lumière. Dans la majorité des cas, les âmes vont vers la Lumière mais certaines en sont tellement éloignées qu’elles ne trouvent plus le chemin ou ne veulent plus le prendre. Ainsi, si elles veulent aider des gens de façon non harmonieuse selon le plan divin, elles peuvent le faire. Et la personne guidée aura, à ce moment-là, un guide en accord avec son évolution. C’est pour cette raison que tous ceux qui parlent à leurs guides ne sont pas à prendre pour des gens plus élevés ou autre car parler à son guide est une faculté mais la sagesse et l’Amour sont les qualités essentielles dans l’évolution et dans les communications.

Article 95 © GDL – source-lumiere.net – 2002-2007 http://www.source-lumiere.net/serendipity/archives/30-Parler-a-son-guide.html

Publié dans Chemin spirituel | Pas de Commentaire »

Se libérer de la culpabilité

Posté par othoharmonie le 24 novembre 2012

Se libérer de la culpabilité dans Chemin spirituel page-189x300Un des outils les plus puissants utilisés par les forces de l’ombre et par le système pour contrôler la population, c’est la culpabilité.  Elle a été encodée dans les religions et dans l’appareil judiciaire, transmise par les familles et l’éducation à l’école dès le plus jeune âge.  Son corollaire est une éducation basée sur la récompense et la punition.  Notre besoin de trouver un coupable à tous les problèmes que nous rencontrons dans la vie illustre bien ce conditionnement.  Peu importe le problème, la tendance populaire est de trouver un coupable afin de justifier le désagrément que nous ressentons.  Certaines personnes aujourd’hui vont même attribuer au temps qu’il fait dehors leur mauvaise humeur au lieu de regarder en eux pour trouver une solution à leur difficulté.  Ainsi, les problèmes s’autoperpétuent puisqu’il n’y a jamais de solution, les coupables étant toujours à l’extérieur de nous, là où nous avons peu ou pas de moyens d’action. 

Il est juste et bien de reconnaître nos erreurs et d’éprouver du remords.  Nous pouvons alors les corriger et/ou chercher de l’aide pour les résoudre. Mais la culpabilité est une émotion négative qui paralyse l’être. Elle appelle la punition qui n’apporte aucune solution au problème.  Ayant travaillé plusieurs années dans le système carcéral canadien comme conseiller spirituel pour les détenus amérindiens dans une institution à sécurité maximale, j’ai pu constater de visu que ce système ne corrige rien. En fait, les prisons sont les meilleures écoles de criminalité qui existent.  Elles perpétuent ce qu’elles sont censées corriger.

La culpabilité est un soc qui laboure les sillons où croissent la révolte, la haine, la manipulation et le racisme.  Le non-respect de l’ordre établi par le système amène la réprimande et la punition.  Nous apprenons également à attendre une récompense pour les bonnes actions ou le travail que nous effectuons.  La récompense et la punition sont supposées nous maintenir dans le droit chemin, celui tracé par d’autres que nous. Dans un tel système, ceux qui ne réussissent pas à s’adapter sont rejetés par la société.  Pour nous donner bonne conscience, nous leur donnons des étiquettes de criminels, fous ou malades. Notre système d’éducation est bâti sur la peur, celle de la punition ou de l’absence de récompense.  Et la peur engendre la culpabilité.

Dans la culture des Premières Nations d’origine, les enfants ne sont jamais punis.  Chaque personne est considérée comme une entité unique à tout point de vue et donc susceptible de se conduire différemment des autres.  Tous sont aimés et acceptés pour ce qu’ils sont.  Dans la prise de décisions communautaires ou nationales, tous et toutes sont consultés.  Chacun se voit libre de conduire sa vie comme bon lui semble et il le fait tout naturellement dans le plus grand respect pour l’ensemble de la communauté.  Les Premières Nations ont été amenées à réfléchir sur leur nature profonde et sur les liens qui les unissent à la communauté et au monde.  Grâce à cette réflexion, la liberté individuelle dans le respect de la communauté est une des valeurs intrinsèques de leur vie.  Les autochtones n’ont besoin d’aucune récompense pour motiver leur générosité et leur don de soi.  Ils trouvent leur motivation dans le geste même de donner ou de servir, grâce à la joie, au bonheur ou à la difficulté qu’il suscite (puisque la difficulté provoque la croissance et l’évolution).  Ainsi, les motivations surgissent de l’intérieur et non de l’extérieur de l’être. C’est pourquoi les polices et les prisons n’existaient pas dans les communautés autochtones du monde entier. Elles ne sont pas nécessaires puisque tous et toutes savent se conduire selon leur conscience et savent intérieurement ce qui est bien et ce qui est mal.

La société technocratique alloue plus d’importance aux lois, aux documents et aux règlements qu’à la personne.  Par exemple, nous pouvons nous montrer durs et cruels envers un autre être humain au nom d’une loi ou d’un règlement qu’il n’aurait pas respecté.  Les punitions peuvent créer des marques presque indélébiles sur la personnalité d’une personne sensible (un enfant par exemple), incapable de comprendre pourquoi tant d’importance est attribuée à des principes, des lois ou des règlements souvent très arbitraires ou culturels.  Elles suscitent la révolte et transmettent un message qui déforme de manière permanente l’utilisation de la conscience pour évaluer le bien et le mal, le mensonge et la vérité.  En effet, la personne outrée par une punition va aussitôt remarquer que celle-ci n’est attribuée que si une autre personne précise en est témoin : l’important est d’éviter de se faire prendre plutôt que le comportement en lui-même.  La révolte suscitée par la punition trouve ainsi un exécutoire. C’est pourquoi la criminalité et l’injustice sont tellement répandues dans les civilisations actuelles. Le problème est que la société cherche à conditionner la personne par des moyens extérieurs : la récompense ou la punition.  Pour susciter une véritable éducation qui permet à la personne d’avoir la bonne attitude, le bon comportement et accomplir sans coercition ce qui est juste et bien, l’apprentissage doit susciter la compréhension interne de ce qui est bien ou mal.  Cette compréhension doit venir de l’intérieur, de soi-même et non pas de l’extérieur d’une autorité quelconque, peu importe laquelle, qui décide pour nous ce qui est bien ou mal. 

C’est pourquoi il y a tant d’injustices dans les sociétés technocratiques.  Personne ne prend ses responsabilités d’être humain, d’Homme.  C’est le système, le gouvernement, la justice ou des autorités extérieures qui sont responsables.  Nous trouvons une excellente parodie de cela dans la bande dessinée « Astérix ».  Dans une maison de fous où les bureaucrates, pour des raisons administratives compliquées, se lavent les mains de toute responsabilité, nos héros doivent courir d’un bureau à l’autre sans jamais trouver ce qu’ils cherchent.  Ainsi, la personne ne sait plus porter son propre jugement d’Homme sur les situations qu’elle doit gérer, que ce soit dans la bureaucratie gouvernementale, le commerce, l’utilisation des technologies nuisibles, les décisions qui affectent beaucoup d’Hommes et la nature, etc.  Il y a effectivement un manque de maturité, de réflexion, de responsabilité et de capacité pour évaluer ce qui est juste de ce qui est erroné.  Ceci affecte l’ensemble des hommes et des femmes conditionnés et programmés par la société technocratique mondiale actuelle (ce que j’appelle « le système » pour simplifier).

 Comment corriger cela?  Premièrement, il faut que chaque personne comprenne bien sa condition d’Homme, de Femme. Nous sommes les mains et les yeux du Grand Esprit au sein du monde. Sans besoin d’aucune croyance, de connaissance ou de religion, nous pouvons sans peine observer qu’il existe au sein du monde et des univers une Intelligence primordiale à l’œuvre qui ordonne les lois naturelles, qui préside à la création des fleurs et des animaux.  Nous faisons partie de cette Intelligence naturelle, elle est au cœur de ce que nous sommes.  Nous pouvons comprendre la nature et cocréer avec cette Intelligence pour améliorer la beauté et l’utilité de la nature.  Nous avons donc la capacité de comprendre le monde et de l’influencer. C’est cela notre responsabilité et notre rôle en temps qu’Humains.  Il faut donc assumer ce que j’appelle notre souveraineté spirituelle.  Je dois comprendre que je suis libre et maître de ma destinée.  Ce qui m’arrive, c’est moi qui l’ai décidé de manière consciente ou inconsciente. La trame de ma vie, ce qui se passe au quotidien a été programmé par mes pensées, mes paroles et mes actions.  Nous avons donc à assumer et réfléchir.  Nous sommes tous et toutes responsables de la situation mondiale dans lequel nous nous trouvons et responsables des circonstances de vie dans lesquelles nous nous trouvons.  Nous avons, en tant qu’Hommes, un pouvoir de cocréation qui est presque illimité!  Nous pouvons réaliser la paix, l’abondance, l’intelligence et la logique d’une vie naturelle et en santé.  Personne ne peut nous enlever notre esprit, notre capacité à être Hommes!!!

C’est très difficile de changer toute une vie de conditionnements et de programmations pour assumer nos responsabilités d’Hommes aujourd’hui.  C’est pourquoi les écoles que nous offrons à nos enfants deviennent si importantes.  J’ai déjà écrit sur ce sujet (voir L’ÉDUCATION).  Par contre, nous pouvons dès aujourd’hui choisir d’éviter de répondre à l’émotion négative qui règlemente tant de nos comportements, la culpabilité.  Nous sommes libres de choisir la vie que nous désirons.  C’est le propre de l’Homme, de la Femme.  Nous pouvons préférer être heureux de réussir ; choisir ce qui est logique plutôt que ce qui est communément accepté ; franchir la ligne prédéterminée par d’autres pour mieux voir ce qui s’en vient sur le chemin et qui était caché par cette ligne arbitraire.  Soyons heureux et fiers d’opter pour la vérité plutôt que pour les erreurs qui sont la norme des sociétés technocratiques.  Il est bon d’utiliser le système pour augmenter notre pouvoir de cocréation des jardins et des communautés du Nouveau Monde que nous bâtissons.  Nous sommes libres!  Nous sommes les agents de l’Intelligence primordiale au sein du monde, nous sommes les créateurs du monde dont vont hériter nos enfants et leurs enfants. 

Les Premières Nations connaissent tout cela.  Les conseils d’origine des Premières Nations ont comme mandat de prendre des décisions qui tiennent compte des besoins des 7 générations à venir.  Ils prennent le temps de réfléchir et de prendre les décisions qui sont saines, logiques et qui assurent la pérennité des ressources pour l’avenir des communautés humaines et naturelles du monde. Chacun de nous a la même responsabilité.  Nous sommes tous et toutes des Hommes-Femmes, co-créateurs avec le Grand Esprit du paradis terrestre.  Notre souveraineté d’Hommes-Femmes implique qu’il n’y a personne qui peut nous dicter notre conduite et notre comportement.  C’est à nous d’être ce que nous sommes en toute conscience.  Il est alors vain de geindre ou de se plaindre.  Le temps est venu d’être co-responsable du monde que nous créons pour nous et nos enfants.

bouquets-00033 dans Chemin spirituelIl y a une différence fondamentale entre ces deux mentalités, ces manières de voir et d’agir : celle où les circonstances extérieures conditionnent nos vies et celle où nous sommes maîtres de nos destinés.  Le système ne veut pas de maîtres, il veut des esclaves. Les agents du système, soit les gouvernements et leurs institutions, ont effectivement réussi à contrôler nos communautés jusque dans notre alimentation et nos habitudes de vie, que ce soit dans notre sexualité comme dans notre culture. Mais l’esprit de l’Homme ne peut être enchainé.  Nous sommes libres puisque nous sommes Hommes et Femmes.  À nous donc de commencer le travail de libération, non pas en contestant l’ordre établi, ce qui est un geste extérieur facile à manipuler, mais en transformant intérieurement la culpabilité en liberté.  Aucune action n’est nécessaire pour accomplir la liberté. Notre conscience fait automatiquement tout le travail de transformation.  La seule chose qui est requise, c’est d’être conscient.  Soyons vigilants, attentifs et observons nos pensées et nos actions.  Nous distinguerons celles qui sont dictées par la culpabilité et celles qui sont l’expression de notre condition de cocréateurs du monde.  Lorsque nous aurons réussi, il sera possible de réaliser cette démarche avec nos enfants qui pourront alors grandir dans la liberté et devenir les artisans du paradis terrestre, du monde nouveau qui est l’expression de la perfection de la création.  Nous pouvons revenir dans le paradis terrestre (pour reprendre une image biblique) puisque nous ne l’avons jamais quitté.  C’est nous qui avons écouté les voix des manipulateurs du système (pour une description complète des forces de l’ombre voir RÉFLEXIONS SUR LE MONDE) et créé au sein même de la nature ces cancers planétaires que sont les sociétés technocratiques.  Nous sommes libres maintenant de redevenir des cellules saines de la Terre mère, libres de redevenir maîtres de nos vies et de recréer petit à petit, au quotidien, dans la tranquillité et le calme, le paradis de nos bonheurs et béatitudes.

 

Dans l’amour pour chacun de vous…

 

Paix et lumière -   Aigle Bleu : Le BLOG D’AIGLE BLEU 

Publié dans Chemin spirituel | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...