• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 1 février 2013

Racines dentaires, racines de vie

Posté par othoharmonie le 1 février 2013

 

Oui, vous êtes en lien avec vos racines familiales jusque dans vos racines dentaires. 

Racines dentaires, racines de vie dans Tests de personnalité dentitionAvec qui ? Vos parents, votre famille, vos ascendants. Chacun de nous est en lien avec les siens proches ou lointains. Des liens qui interagissent dans le quotidien de notre vie. 
Comment le savoir, le reconnaître ?

C’est ce qu’offre la méthode des constellations familiales. D’observer, de mettre à jour les liens qui nous relient à notre système familial. 
Certains de ces liens nous attachent, freinent, ou contraignent jusque dans nos mouvements ou nos choix de vie. Alors…, que faire ? Apprendre à se réorienter pour reprendre sa véritable place au sein de son système familial, retrouver sa force en rétablissant en conscience l’harmonie manquante. Une réparation qui se savoure, car elle porte ses fruits rapidement pour soi, et son entourage sans que celui-ci ait à intervenir, un bénéfice très précieux pour nos enfants. 

Les constellations familiales, appelées systémiques, sont aujourd’hui largement utilisées comme outil de développement personnel, en groupe ou en individuel, et aussi dans les entreprises lorsqu’une volonté d’acquérir des relations saines et efficaces est choisie. Leur originalité est de réparer les troubles relationnels autant que physiques à partir de leur origine. 

Issue de cette méthode, la constellation dentaire, vous informe sur l’origine des symptômes liés aux dents, leurs facteurs déclenchant ou aggravant. Chaque dent peut être vue, appréhendée comme le site ou le relais privilégié d’une ligne de force ou de vie. Le processus de la constellation dentaire permet d’entrer en résonance avec le champ d’informations ou de mémoires perceptibles depuis les canaux dentaires. 

La constellation familiale rend visibles, lisibles et perceptibles, les liens externes, de soi, vers les autres. La constellation dentaire rend visible, les liens internes, de soi à soi, de soi à sa dent, de soi à ses dents, de soi à son articulation, de soi à son maxillaire.

A partir des dents, le praticien peut se placer dans l’état d’écoute intérieure pour exprimer le contenu emprisonné et empoisonnant qui obstrue le passage de l’énergie et de la vitalité dans les racines dentaires, qui sont nos racines de vie ! Les émotions, les conflits latents présents ont un effet potentiel destructeur sur soi, à effet immédiat ou retard.
Ecouter ce qui se joue au plus profond de l’être, puis l’exprimer a un effet libératoire, semblable au dégagement d’un canal de fermentation. Ainsi, l’énergie peut à nouveau circuler dans le réseau dentaire, et l’irriguer librement. Le réseau dentaire est un véritable poste de pilotage ou guidage pour la personne.

La pratique des constellations dentaires est un mode d’observation et de réparation innovant qui nécessite de la part du thérapeute une écoute intérieure fine. L’outil est puissant, et agit sur les mémoires, de façon rapide et profonde, tel un faisceau laser. 

Deux actions clés pour un changement d’attitude salutaire entrent en jeu : le nettoyage des mémoires résiduelles engrammées et la reconnaissance des mécanismes acquis, générés par l’héritage passé.

Que me disent mes dents…, que je n’écoute pas ?

Question fondamentale et personnelle, elle est une invitation à l’ouverture de son attention, de sa présence à soi, en toute circonstance et en toute bienveillance. Prendre soin de soi, commence par se donner une attention bonne pour soi, se reconnaître et s’aimer tel que l’on est, clé de base de sa propre voûte…, et joie de vivre !

Nos racines familiales nous alimentent, elles nous nourrissent, elles vivent en nous, œuvrent en nous, nous investissent. L’énergie de notre généalogie ou de certains de nos ascendants en particulier, s’écoule en nous…, et parfois nous écroule ! Qu’en faire ? Ne pas s’y opposer, on ne s’oppose pas au flux de la vie, on est pris par elle ! Juste le reconnaître, le rencontrer, pour se rencontrer. Tout est en soi, le problème, le conflit, sa source et sa résolution, comme si côte à côte, en soi la solution attendait notre regard, de l’égard enfin.

De nos racines familiales à nos racines dentaires coule la vie, les dents sont les témoins lumineux de nos zones d’ombre, non vues, non reconnues. Notre passé, notre héritage, notre réseau familial et ses quatre premières branches révélées par nos dents de sagesse, celles de nos grands-parents. Ils et, elles sont nos ressources et nos richesses, à la fois. A nous de nous organiser, éclairer, de mettre en ordre et en action en soi nos propres liens. Un travail de jardinier et d’artiste créatif.

Quel sens donner à mes dents ?

Les dents révèlent notre monde intérieur. Nos quatre premières molaires sont nos fondements, telles les quatre premières pierres de notre propre maison. Le quatre pattes, avant les premiers pas sur ses deux jambes, l’entrée debout. Pour être bien installé en soi, en possession de ses capacités et potentialités, il importe que nos quatre dents fondamentales soient bien arrimées, non encombrées comme un grenier irrespirable, envahi. Apporter de l’air et de la clarté, dans sa maison comme en-soi. D’où l’importance de nettoyer extérieurement et préliminairement intérieurement l’histoire enclavée, pour véritablement rénover, rétablir la pleine fonction : pour que l’énergie passe, ce qui signifie que l’impulsion électrique puisse être perçue et reçue, que le muscle et l’articulation agissent et que la parole devienne libre et véritablement expressive. Un nettoyage des conduits intérieurs bienfaisant et éclairant. Lorsqu’une dent est extraite ou absente, sa voisine va assumer sa fonction, son rôle, à ses risques et périls. Ne prenons pas de risques aveugles, apprenons à éclairer notre intérieur.

Observer, aller à la rencontre de soi pour une réparation réelle et s’ouvrir à sa vie, la voie des dents est une voie à emprunter pour le rayonnement de soi.

 

 

Isabelle Desclèves
Docteur en chirurgie dentaire
www.energiedentaire.fr

Publié dans Tests de personnalité | Pas de Commentaire »

Dentisterie holistique

Posté par othoharmonie le 1 février 2013

 

Petite définition de la dentisterie holistique : soins naturels, matériaux biocompatibles et décodage psychosomatique dentaire pour une dentisterie d’avenir

La dentisterie holistique, parfois appelée dentisterie énergétique, soigne la dent, non comme un organe isolé du corps, mais dans une perspective globale.

 

Dentisterie holistique dans Tests de personnalité dent-gif-219x300Pendant longtemps, la tolérance biologique des matériaux ne fut pas une préoccupation parce que les dentistes n’en n’avaient pas les moyens. Métaux allergisants, plombages au mercure (et même par le passé plomb véritable !) furent employés à des époques où la technologie n’avait rien de mieux à proposer. Aujourd’hui, grâce à la mise au point de nouveaux matériaux, une dentisterie véritablement holistique émerge. Aperçu en trois points de cette “nouvelle dentisterie”. 

Traiter les dents pour améliorer la santé 
Soigner le corps à travers la dent, tel est le principe fondamental de la dentisterie holistique. L’étendue des problèmes  induits ou aggravés par les dents est largement sous-estimée. De nombreux organes (cœur, poumons, yeux, peau, reins) peuvent être atteints par des bactéries d’origine dentaire. Les toxines générées par l’inflammation chronique liée au déchaussement peuvent causer cancer du pancréas et maladies cadiovasculaires. Bien d’autres troubles tels qu’otites à répétition, strabisme, fibromyalgie, insuffisance respiratoire, apnée du sommeil, scoliose, arthrite, atteintes musculo-tendineuses, entorses ou foulures à répétition, accidents ou baisse des performances sportives sont imputables aux dents. Prendre soin du carrefour essentiel qu’est la bouche est vital. Santé et bien-être dépendent de la manière dont on traite ses dents. 

Privilégier les matériaux les plus biocompatibles 
Nombre de matériaux insérés en bouche génèrent une insidieuse pollution. Les controverses sur l’amalgame ou plombage n’ont mis en lumière qu’une partie du problème. L’intoxication chronique par les matériaux dentaires est largement sous-estimée, ainsi que ses conséquences. Trop de métaux allergisants (nickel, chrome, cobalt, béryllium) entrent aujourd’hui encore dans la composition d’alliages dentaires dont la multiplication génère un plurimétallisme aux conséquences redoutables. Même des matériaux dits biocompatibles comme le titane peuvent déclencher des allergies chez les personnes sensibles. Il faut en outre éviter absolument certaines spécialités contenant des substances toxiques ou irritantes comme celles qui entrent (à l’insu du patient) dans la composition d’un grand nombre de pâtes d’obturation canalaire. Introduites dans le canal après dévitalisation, ces pâtes sont de véritables implants médicamenteux qui relarguent des années durant (et parfois à vie) des composés irritants, allergisants ou franchement toxiques qui minent la santé au moins autant que le mercure des plombages. Au fil des ans, cette pollution invisible altère la santé. Les processus vitaux s’épuisent à lutter contre une pollution interne active 24 heures sur 24. La fatigue s’installe. Les forces mobilisées pour tenter de juguler l’intoxication permanente font défaut sur d’autres fronts. Empoisonné par l’intérieur, le corps se défend moins bien contre les infections, devient plus vulnérable au stress. Le terrain s’affaiblit, faisant le lit des maladies dégénératives. 

Inclure décodage et psychosomatique dentaire 
Enfin, pour être véritablement holistique, la dentisterie moderne ne doit pas oublier la dimension psychosomatique. Chez l’être humain, doué de conscience, le psychisme est au cœur de la pathologie aussi bien que de la guérison. Une dentisterie holistique digne de ce nom doit inclure la dimension psychosomatique. Comprendre le sens du problème dentaire évite sa récidive (voir à ce sujet les autres articles de l’auteur sur le langage des dents et le décodage symbolique dentaire). 

Une dentisterie nouvelle pour un patient responsable 
L’approche holistique ou globale va bien au-delà  du remplacement des plombages au mercure mais surtout, elle sonne le glas de la passivité du patient. Elle s’adresse à un patient responsable, conscient des enjeux de santé associés aux problèmes et soins dentaires, un patient impliqué dans sa propre guérison et qui fait ses choix en conséquence. La multiplication des techniques et des matériaux employés en dentisterie oblige aujourd’hui chacun à s’informer. Ouvrir la bouche en attendant que le dentiste y insère matériaux ou produits de nature inconnue est une attitude révolue. Trop d’enjeux de santé sont liés à des techniques, dont certaines séduisantes ou spectaculaires, pour qu’on se permette de rester dans l’ignorance. Il est essentiel de savoir ce qu’implique en terme de santé globale la pose d’un implant, d’un bridge, d’une couronne ou de toute autre prothèse, de même que la réalisation d’un soin, quelle que soit sa nature. Dans l’environnement de plus en plus pollué où nous sommes contraints de vivre, il est vital d’éviter toute pollution supplémentaire d’origine dentaire, de loin la plus redoutable car présente et active à demeure dans le corps. Grâce aux progrès technologiques, la dentisterie moderne peut nous réserver le meilleur ou le pire. À chacun de savoir choisir le meilleur.

Estelle Vereeck
http://www.holodent.com/ 

Publié dans Tests de personnalité | Pas de Commentaire »

Décodage dentaire

Posté par othoharmonie le 1 février 2013

Décodage dentaire : l’implant, solution miracle ou échec thérapeutique ?

Décodage dentaire dans Tests de personnalité dentaire1-228x300L’implant est une révolution technologique sans précédent en art dentaire. Parvenir à ancrer une dent artificielle dans l’os de la mâchoire pour remplacer l’organe dentaire détruit est un vieux rêve de l’humanité, rêve devenu réalité.

L’implant séduit parce qu’il donne l’illusion d’avoir à nouveau sa dent (ou ses dents). Si l’opération réussit et que l’implant s’ancre solidement dans l’os maxillaire, le problème paraît résolu. Mais l’est-il vraiment ?

Si le problème paraît réglé du point de vue mécanique, qu’en est-il du point de vue du décodage dentaire ? L’implant est-il une solution miracle ou un échec thérapeutique ?

Autrement dit, si l’implant tient, la problématique psychologique associée, cause de la perte de la dent, l’est-elle nécessairement?

Le ligament qui fait la différence

Contrairement aux idées reçues, l’implant n’est en aucun cas l’équivalent d’une dent naturelle. En effet, il lui manque pour cela un élément essentiel : le ligament. Présent uniquement sur une dent naturelle, qu’elle soit vivante ou dévitalisée, le ligament est une structure fibro-élastique qui relie la racine à l’os. Le ligament permet d’amortir les chocs et contraintes liées à la mastication. Intermédiaire entre la dent et l’os, le ligament permet à la dent naturelle de dialoguer avec le reste du corps qui est ainsi informé de sa présence.

Implant dentaire en ankylose

Au contraire d’une dent naturelle, l’implant est dépourvu de ligament. La surface de l’implant est directement au contact de l’os auquel il adhère par un phénomène connu sous le terme d’ostéo-intégration. L’ostéo-intégration est en réalité une ankylose. L’implant adhère à l’os de manière rigide (rigidité qui n’est pas sans poser d’autres problèmes d’ordre mécanique, lire à ce sujet Le pratikadent, rubrique Ligament). L’implant est donc posé ou plutôt imposé au corps sans que celui-ci ait la possibilité de le reconnaître comme une structure lui appartenant.

Sans prise de conscience ni travail de préparation spécifique, l’implant reste donc un corps étranger, plus ou moins toléré mais non intégré au corps. Le fait que l’implant tienne ne signifie donc pas que la problématique psychologique associée à la dent perdue, a été résolue.

Rejet de l’implant

Un implant qui est rejeté, doit donc être pris au sérieux. Les échecs implantaires s’expliquent par le fait que le terrain osseux où on implante n’est pas neutre mais chargé de toutes les émotions négatives et du vécu lié à la dent que l’implant est censé remplacer. Au-delà de la mémoire dentaire, perdure donc une mémoire osseuse qui, si elle reste silencieuse dans de nombreux cas (ce qui explique l’intégration apparente de l’implant), peut parfois se manifester avec violence. Ainsi s’expliquent certains problèmes implantaires : douleurs post-opératoires anormales, cicatrisation difficile avec évolution vers la fibrose, inflammation et infection ou péri-implantite, mobilité et perte de l’implant…

Avant la pose d’un implant dentaire

Pour anticiper ou résoudre les somatisations survenant lors de la pose d’un implant, il est utile de se préparer pour aborder l’intervention en conscience des enjeux émotionnels associés à la dent. Dans ce but, il est nécessaire de comprendre le sens de la dent à remplacer et également de s’intéresser aux causes profondes qui ont motivé sa perte (abcès, déchaussement, carie…). Par exemple, si l’implant fait suite à une dent extraite pour cause d’abcès, il est nécessaire de prendre conscience qu’on a refoulé une violente colère qui s’est traduite par un abcès et que cette charge émotionnelle perdure au sein de la structure osseuse. Un travail libératoire par prise de conscience est donc nécessaire avant d’aborder la pose de l’implant. À cette condition, l’implant peut représenter une réhabilitation de l’organe dentaire détruit dans ses dimensions physique et psychologique.

Estelle Vereeck

http://www.holodent.com/

Publié dans Tests de personnalité | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...