• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 3 mars 2013

La Fête des couleur en Inde

Posté par othoharmonie le 3 mars 2013

Holi : fête des couleurs en Inde

Chaque année, Holi est fêtée partout en Inde, du Nord au Sud, ainsi que par les communautés indiennes à l’étranger. Cette fête religieuse hindoue, qui marque la fin de l’hiver et le début du printemps, est célébrée au cours de la pleine lune du mois de Phâlguna (février-mars) pendant deux jours. Le jour de Holi, tout le monde se jette des poudres et de l’eau colorées dessus. En 2012, Holi aura lieu les 8 et 9 mars. Une profusion de couleurs est à prévoir !

La Fête des couleur en Inde dans VOYAGE EN INDE p1010701-640x480-300x225

:: L’origine de la fête

Comme de nombreuses célébrations en Inde, Holi tire son origine de la mythologie hindoue. La légende raconte que le roi Hiranyakashipu régnait en despote, semant le trouble autour de lui. Fier et arrogant, il exigeait que tout le monde se prosterne à ses pieds. Malheureusement pour lui, son propre fils Prahlad lui préférait le dieu Vishnull. 

Hiranyakashipu voulut alors se débarrasser de son fils. Il essaya plusieurs fois de le tuer mais en vain. Il demanda alors de l’aide à sa sœur Holika, qui avait le don particulier de ne pas craindre le feu. Le roi défia son fils de s’allonger dans les flammes avec sa tante. Prahlad accepta et triompha. Holika fut punie pour sa vanité tandis que Prahlad fut sauvé et récompensé par les dieux pour sa loyauté et sa dévotion. C’est de cette histoire que serait née Holi, symbole de la victoire du bien sur le mal, de la fertilité et de l’arrivée du printemps.

:: S’asperger de couleurs

Plusieurs jours avant Holi, les Indiens commencent à rassembler du bois pour allumer le grand feu dit Holika. La veille de la fête, d’immenses feux de joie sont allumés dans toutes les villes d’Inde. Ces feux, qui célèbrent la crémation de Holika, sœur du roi Hiranyakashipu, symbolisent la destruction du mal. Les braises sont ensuite récupérées par les habitants qui les ramènent chez eux et s’en servent pour allumer un nouveau feu. 

Le deuxième jour de festivités est appelé Dhuletti. C’est à ce moment que lefestival des couleurs prend tout son sens. Pendant les jours qui précédent, chacun s’approvisionne en munitions chromatiques – ballons remplis d’eau colorée et poudre teintée appelée gulal. Le jour J, il faut être prêt à asperger ses amis, sa famille ou bien de parfaits inconnus croisés dans la rue. 

p1010787-640x480-300x225 dans VOYAGE EN INDE

Attendez-vous à être recouvert de couleurs, car les touristes représentent une cible. Attention à ce que vous portez, car le mélange de poudre et d’eau donne une sorte de boue indélébile. Difficile de détacher ses vêtements après Holi ! Vous voilà prévenus… 

Les couleurs utilisées ont chacune une signification particulière : le vert représente l’harmonie, l’orange l’optimisme, le bleu la vitalité et le rouge la joie et l’amour. Après avoir aspergé sa victime de peinture, il est d’usage de s’exclamer « Bura Na Mano, Holi Hai ! » (« Ne soyez pas fâché, c’est la Holi »). La journée est placée sous le signe de la fête : tout le monde s’amuse, chante et danse sur les sons de Bollywood. C’est aussi l’occasion de déguster des mets délicieux spécialement préparés pour Holi et d’avaler quelques gorgées de thandaï, ce mélange de lait glacé, d’amandes, d’épices et de cannabis ! 

Le soir, lorsque le calme est revenu, les habitants rendent visite à leurs proches et à leurs amis. C’est un moment propice à l’échange de vœux et de cadeaux. Les familles partagent ensuite un copieux repas et veillent jusque tard dans la nuit. Dans certaines régions de l’Inde, les célébrations de Holi continuent pendant une semaine.

holi-179x300

:: Une fête aux multiples vertus

Du Nord au Sud de l’Inde, – et même dans les communautés indiennes à l’étranger, comme au Népal, à Maurice ou même Rotterdam –, hindous et non-hindous se retrouvent pour fêter Holi. Cette fête revêt une dimension symbolique puisque pendant quelques jours les barrières sociales tombent, et hommes et femmes sont égaux. 

Le festival des couleurs rassemble toutes les castes sociales. Holi a un puissant esprit fédérateur : l’arrivée du printemps est l’occasion de pardonner à ses ennemis et de manifester son amour à ses proches et ses amis. 

Holi est également appréciée pour ses vertus « médicales ». En effet, les Indiens, soutenus par les théories des biologistes, croient à l’action purifiante de la coloration utilisée dans la peinture, qui, une fois répandue sur le corps, pénètre dans les pores. Le contact entre la coloration et les pores aurait pour effet de renforcer les défenses naturelles du corps et de l’embellir. 

Holi est aussi l’occasion d’un grand nettoyage de printemps. Les maisons sont nettoyées, la poussière balayée et les bactéries éradiquées. Vive la vie en couleurs !

Publié dans VOYAGE EN INDE | Pas de Commentaire »

L’énergie Suprême

Posté par othoharmonie le 3 mars 2013

 

L'énergie Suprême dans VOYAGE EN INDE inde-300x225     Admettons ce fondement sous une formule ou une autre, poursuivons ce but spirituel par l’une des mille voies reconnues en Inde, ou même par n’importe quelle voie nouvelle qui en dérive, et nous voilà au cœur même de cette religion. Et nous tenons là son deuxième principe fondateur : les chemins par lesquels l’homme peut approcher l’Éternel et Infini sont innombrables. L’Infini est fait de multiples infinités et chacune de ces infinités est en soi l’Éternel.

 Et ici-bas, dans les limites du cosmos, Dieu se manifeste et s’accomplit en ce monde par des voies multiples, mais chacune est la voie de l’Éternel. Car en chaque fini nous pouvons découvrir l’Infini, et à travers toute chose, qui en est la forme et le symbole, approcher l’Infini. Toutes les puissances cosmiques sont des manifestations de l’Un, toutes les forces sont des forces de l’Un. Les dieux à l’œuvre derrière les phénomènes de la Nature doivent être perçus et adorés comme des pouvoirs, des noms, des personnalités de la Divinité unique. Une Conscience-Force infinie, une énergie, une Volonté ou une Loi exécutives, Mâyâ, Prakriti, Shakti ou Karma, se tient derrière tous les événements, que ceux-ci nous semblent bons ou mauvais, justes ou injustes, heureux ou malheureux.

 L’Infini crée, et il est Brahmâ ; il préserve, et il est Vishnou ; il détruit ou réabsorbe en lui-même, et il est Roudra ou Shiva. L’énergie suprême et bienfaisante qui préserve et protège, est la Mère du monde, Lakshmî ou Dourgâ, ou en est l’expression. Bienfaisante même sous le masque de la destruction, elle est Chandî ou Kâlî, la Mère au sombre visage. Assumant la forme de ses qualités, la Divinité unique se manifeste en des divinités et sous des noms multiples. Le Dieu de l’amour des vishnouïtes, le Dieu du pouvoir divin des shâktas, sont en apparence deux divinités différentes ; mais en vérité ils sont la Divinité unique et infinie sous divers visages.

     Il est possible d’approcher le Suprême à travers chacun de ces noms, chacune de ces formes, dans la connaissance ou dans l’ignorance ; car à travers, ou au-delà de ceux-ci, nous pouvons parvenir enfin à l’expérience suprême.

 

Chapitre tiré du livre Les fondements de la culture indienne de Sri Aurobindo publié aux Éditions Buchet Chastel

Publié dans VOYAGE EN INDE | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...