• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 6 juillet 2013

SIGNES EXTÉRIEURS DE SAGESSE

Posté par othoharmonie le 6 juillet 2013

Dialogue entre STEPHEN JOURDAIN -GILLES FARCET

 SIGNES EXTÉRIEURS DE SAGESSE dans LECTURES Inspirantes images-et-

Gilles :A seize ans, donc, l’éveil! Et les autres ? Tu n’en as parlé à personne ?

Steve : A personne. Enfin, disons que j’ai essayé deux ou trois fois d’en parler à mon père, à mon grand-père, à ma mère… Comme cela s’est très mal passé, J’ai décidé de fermer ma gueule. Honnêtement, pendant dix ans, j’ai cru que je ne l’ouvrirais plus. L’éveil s’est produit à seize ans et ce n’est que vers trente ans que j’ai dû commencer a en parler.

Personne n’a rien remarqué ?

Non. Le propre de cette chose, c’est de n’être pas remarquée. Tu comprends, l’éveil ne produit aucun effet. Comme on dit : tout est changé, rien n est changé…

Ouais… Je crois avoir l’intuition de ce que cela signifie, mais cette proposition ne me satisfait pas vraiment…

Ce en quoi tu as raison ! En général, les gens sont ravis de cette formule, ils ont l’impression d’avoir fait le tour de tout, d’avoir tout compris : tout est changé, rien n’est changé, tout est dans tout et réciproquement, et bla bla bla… Moyennant quoi, personne n’a rien compris et on sombre dans la confusion. Reste que cette proposition recouvre quelque chose de profondément vrai, à savoir que cet événement qui est le seul événement réel d’une existence humaine est en même temps un non-événement absolu, ainsi que nous l’avons dit. Un non-événement ne saurait produire d’effets.

Tout de même…

Non ! L’éveil perçoit tout comme une extension de lui-même, une marionnette dont il tire les fils. Si je fais une brillante réflexion à propos de la nature de l’éveil, je la perçois comme irréelle, comme une marionnette que je suis en train d’agiter. Ne pouvant oublier que c’est ma propre main qui fait bouger la poupée, je ne puis croire à sa réalité. Je ne puis donc croire à cette philosophie que j’aurais tendance à bâtir au sujet de l’éveil, si bien que ladite philosophie ne saurait en quoi que ce soit modifier mon comportement.

Tu as cependant nettement senti que cette expérience te différenciait des autres ?

Lorsque cela s’est produit, j’ai parfaitement ressenti l’abîme qui me séparait des autres. Un abîme sans appel, soyons francs. Si cela jaillit en toi, tu auras l’impression qu’il existe entre toi et les autres, plongés dans l’état de conscience courant, une différence telle qu’on ne saurait même envisager l’idée de jeter une passerelle. La distance est énorme… Aujourd’hui, après quarante ans, c’est un peu différent. Je veux dire par là que, par une sorte de phénomène de projection, je ressens tout le monde comme éveillé même si, intellectuellement, je sais très bien qu’il n’en est rien. Mais à l’époque, la distance m’était perceptible, sensible.

Et pourtant, à t’en croire, il serait impossible de remarquer quoi que ce soit de différent chez un éveillé…

En fait, un observateur intelligent et très attentif pourrait remarquer certaines choses. Mais je me suis toujours attaché à n’en rien laisser paraître. De même qu’on ne va pas baiser devant tout le monde, à moins d’être exhibitionniste, il ne saurait être question d’étaler au grand jour cette réalité si intime qu’est l’éveil.

Soyons précis : que pourrait-on remarquer ?

Eh bien, prenons par exemple l’attention multidirectionnelle qui est un corollaire de l’éveil…

Oui, la nature même de l’attention change. Auparavant, l’attention était comparable à un trait de métal rigide. Ce trait avait une cible tout à fait ponctuelle : chaque acte d’attention dirigé sur une cible projetait tout le reste dans l’ombre de l’inattention. Avec l’éveil, cette loi change et le trait se déploie en éventail, si bien qu’on en arrive à l’attention multidirectionnelle, ce qui constitue un choc. On se met à voir tout en même temps, un milliard de choses sont perçues simultanément, si bien que la richesse du paysage terrestre devient proprement inouïe. Il est évident qu’un observateur un tant soit peu attentif décèlerait des transformations d’ordre physique chez la bienheureuse victime de cette extraordinaire panoramisation de l’attention, ne serait-ce que parce qu’on entre alors en extase… Bref il se passe quelque chose, c’est sûr ! On pourrait repérer d’autres signes, mais ce sont des signes discrets…

Extraits de L’IRRÉVÉRENCE DE L’ÉVEIL – Rencontres avec un franc-tireur de la sagesse – les Éditions du Relié 

Publié dans LECTURES Inspirantes, SAGESSE | Pas de Commentaire »

Notre potentiel oublié

Posté par othoharmonie le 6 juillet 2013

Notre potentiel oublié dans LECTURES Inspirantes cat_animation

Les peuples qui nous ont précédés et qui eurent au moins le grand mérite de nous léguer une planète habitable, n’étaient pas, quant à eux, des obsédés de la croissance et du pouvoir d’achat. Leurs centres d’intérêts étaient d’une toute autre nature : ils se passionnaient pour des questions mystiques et métaphysiques et entreprirent, par de multiples voies, de connaître et développer les aptitudes et potentiels de la conscience et de l’esprit. Aussi, sur tous les continents et dans toutes les cultures, peut-on trouver le récit ou le témoignage d’êtres s’étant affranchis des limitations de la conscience ordinaire et faisant montre de qualités et capacités exceptionnelles : une joie et un amour constants et sans limite, une totale sérénité et un niveau élevé de discernement et de sagesse.

Cet état résultant d’un changement intérieur radical, se trouve qualifié par des mots très variés : ainsi en Orient, on parle dans le bouddhisme d’éveil ou d’illumination, dans l’hindouisme : de libération ou de réalisation, et dans d’autres traditions (soufisme, taoïsme et même chamanisme) on trouvera des termes équivalents ; en Occident, on recourt aux concepts quelque peu différents de sagesse ou de sainteté, mais les états que ces divers mots tentent de traduire, s’avèrent proches ou similaires, car ils constituent une réalité universelle, un potentiel offert à tout être humain, quels que soient sa culture, son origine ou son parcours. 

Le véritable bonheur serait-il donc l’Éveil ?
En quoi consiste-t-il exactement et comment en faire l’expérience ?
Comment reconnaître les « éveillés » ? Passent-ils devant une commission chargée de les évaluer, les authentifier et leur délivrer une certification ou une autorisation d’exercer ?

Il n’existe heureusement pas de bureaucratie de l’Éveil. Le rayonnement, la bonté et l’amour qui émanent des éveillés sont les seules sources de la fascination qu’il suscitent. Pour qui a eu la chance de les rencontrer ou même de les voir en photo ou en vidéo (notamment par les livres et films d’Arnaud Desjardins), ce qui frappe est d’abord la profondeur et l’intensité de leur regard, à la fois doux et puissant, aimant et conscient.

L’amour que manifestent les éveillés a ceci de remarquable et d’inhabituel, qu’il touche chacun intimement et parfois de façon bouleversante, tout en étant parfaitement impersonnel, offert également à tous les êtres qu’ils rencontrent. Cette manière d’aimer nous est la plupart du temps inconnue, tant elle diffère de ce que nous nommons généralement « amour », sentiment possessif, exclusif et jaloux, accordé à certains et pas à d’autres, susceptible de se muer, s’il est contrarié, en haine, mépris ou même indifférence. L’amour ressenti par un être éveillé est au contraire patient, immuable, paisible et inconditionnel (accordé sans condition), parce qu’il ne dépend pas de l’autre mais de soi et résulte simplement de la joie d’être, de la reconnexion à la source intérieure et éternelle de sagesse et de bonté.

N’étant plus sujets aux projections, illusions et fantasmes qui altèrent généralement le mental humain, ayant atteint un plan de conscience situé au-delà des émotions aliénantes, ils perçoivent le réel avec clarté et précision, et s’y adaptent d’instant en instant, avec aisance, naturel, grâce et fluidité. Autrement dit, ils improvisent constamment, ce qui ne manque pas de décontenancer ceux qui ne s’autorisent pas pareille liberté. Leurs paroles, actes et décisions ne se fondent pas sur l’application de principes, règles ou commandements, mais sur la perception directe et immédiate de chaque situation et sur l’appréciation intuitive de la meilleure conduite à tenir, pour le plus grand bénéfice de chacun.

En raison de la joie, l’énergie et la sérénité qu’ils émanent, les éveillés sont souvent l’objet d’un immense respect, voire même d’une intense vénération, pouvant aller jusqu’au culte de la personnalité. Or l’adulation ou l’idolâtrie n’aide en rien à progresser sur la voie de l’Éveil. C’est même le contraire car, aussi longtemps que l’on mettra un autre être sur un piédestal en chantant ses louanges, on niera sa propre beauté et sa propre lumière, en les projetant sur son gourou de prédilection.

Pourtant, l’Éveil ne nous est pas inconnu : nous en avons tous eu des aperçus, ne serait-ce que fugitivement, durant quelques minutes, heures ou semaines dans des circonstances particulières, au cours d’un voyage, au plus fort d’une relation amoureuse, pendant un intense épisode de création artistique ou durant un séjour au cœur de la nature…

Il nous est ainsi tous arrivé de ressentir soudain et sans savoir pourquoi, une immense joie et une profonde paix, éprouvant le sentiment de la perfection de l’instant présent et d’être un avec le monde, l’univers et la vie, puis de perdre cette connexion, de refermer les portes du sublime et de retomber dans les illusions et limitations de la conscience ordinaire. C’est pourquoi l’Éveil nous appartient et nous concerne tous : il existe en chacun à l’état latent ; il est notre nature véritable, notre identité ultime, essentielle et ineffaçable, qui ne peut nous être retirée, quels que soient nos torts, erreurs, défauts ou insuffisances.

L’Éveil n’est donc pas l’apanage, ni la propriété exclusive de quelques ermites en lévitation dans une grotte de l’Himalaya ou de gourous fameux, entourés de leurs nombreux disciples dans de vastes ashrams. L’Éveil est le devenir et la vocation de l’humanité toute entière, notre rêve perdu, notre mission oubliée et la raison d’être de notre présence sur Terre.

Dans les milieux dits spirituels, l’Éveil est généralement conçu comme un évènement grandiose, impressionnant,  spectaculaire, réservé à quelques êtres prédestinés et quasiment inaccessible au commun des mortels. Cette conception élitiste et hiérarchique de l’Éveil, qui conduit à le placer en-dehors de l’existence quotidienne de chacun, hors de portée de la majorité des humains, ne correspond pourtant pas à la réalité : pour qui en a fait l’expérience concrète et effective, le processus d’Éveil revêt de multiples formes, différentes pour chacun : il peut être immédiat ou graduel, comporter des avancées et des reculs, des ombres et des lumières ; il est mystérieux, progressif, incontrôlable et imprévisible. Le temps est venu, sans doute, de démythifier, désacraliser et démocratiser l’Éveil et de comprendre qu’il s’agit d’une possibilité universelle, chacun d’entre nous pouvant dès lors être légitimement qualifié d’éveillé en puissance ou en devenir, d’intermittent de l’Éveil comme il est des intermittents du spectacle.

MANIFESTE POUR UNE NOUVELLE SPIRITUALITÉ par Yann Thibaud extraits de « L’Éveil de l’humanité (L’Écologie intérieure 3) »

Publié dans LECTURES Inspirantes | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...