le vide n’a pas d’existence

Posté par othoharmonie le 25 août 2013

le vide n'a pas d'existence dans APPRENDS-MOI une-partie-de-mon-espace-verdure-300x225

 Tout comme il est impossible qu’un son quelconque soit sans le silence, rien ne peut exister sans le néant, sans l’espace vide permettant à toute chose d’être. Tout corps ou tout objet physique émane du néant, est entouré du néant et y retournera à un moment ou à un autre. Non seulement cela, mais même à l’intérieur de tout corps physique, il y a beaucoup plus de « rien » que de « quelque chose ». Selon les physiciens, la solidité de la matière n’est qu’une illusion. La matière prétendument solide, y compris votre corps physique, est constituée presque en totalité de vide, tellement les distances entre les atomes sont grandes comparativement à leur taille. De plus, il en est de même à l’intérieur de chaque atome. Ce qui reste ressemble plus à une fréquence vibratoire qu’à des particules de matière solide, soit davantage à une note de musique. Les bouddhistes savent cela depuis plus de deux mille cinq cents ans. « La forme, c’est le vide, et le vide, c’est la forme », dit le soutra du cœur, un des plus anciens et des plus connus recueils bouddhistes. L’essence de toute chose, c’est le vide. 

Le non-manifesté est non seulement présent dans ce monde sous la forme de silence, mais omniprésent dans l’univers physique entier sous la forme de vide, à l’intérieur comme à l’extérieur. Il est aussi facile de passer à côté du vide que du silence. Tout le monde porte attention aux choses qui se trouvent dans le vide, mais qui s’attarde au vide lui-même ?

 Question : Vous semblez sous-entendre que le « vide » ou le « rien » n’est pas rien justement, qu’il a de par lui quelque mystérieuse qualité. Qu’est-ce donc que ce rien ?

 Eckhart Tolle : Vous ne pouvez poser une telle question. Votre tête est en train d’essayer de faire quelque chose avec le rien. Dès cet instant, vous passez à côté. Le néant, le vide, est l’aspect que prend le non-manifeste en tant que phénomène extériorisé dans un monde perçu par les sens. C’est le plus que l’on puisse en dire, et même cela, c’est une sorte de paradoxe. Le néant ne peut pas devenir un objet de connaissance. Il est impossible de faire un doctorat sur le « rien », sur le néant. Lorsque les savants étudient le vide, ils en font habituellement quelque chose et en manquent ainsi complètement l’essence. Il n’est donc pas surprenant que la dernière théorie sur le vide avance que celui-ci n’est pas vide du tout, qu’il est rempli d’une certaine substance. Une fois que vous avez une théorie, il n’est pas trop difficile de trouver les preuves pour l’étayer, du moins jusqu’à ce qu’une autre théorie se présente. 

Pour vous, le « rien » peut devenir une porte d’accès au non-manifeste seulement si vous n’essayez pas de le saisir et de le comprendre.

 Question : Mais n’est-ce pas ce que nous sommes en train de faire ici ? 

Eckhart Tolle : Pas du tout. Je vous donne des indications pour vous montrer comment vous pouvez amener la dimension du non-manifeste dans votre vie. Nous n’essayons pas de le comprendre, car il n’y a rien à comprendre. 

Le vide n’a pas d’existence propre. Littéralement, « exister » veut dire « se distinguer de ». Vous ne pouvez donc pas comprendre le vide, car il ne se distingue de rien. Bien qu’il n’ait aucune existence propre, il permet à toute chose d’être. Le silence non plus n’a pas d’existence propre, pas plus que le non-manifeste.

 Alors, que se produit-il si vous détachez votre attention des objets se trouvant dans l’espace et devenez plutôt conscient de l’espace lui-même ? Quelle est l’essence de cette pièce ? Les meubles, les tableaux et le reste se trouvent dans la pièce mais ils ne sont pas la pièce. Le plancher, les murs et le plafond délimitent la pièce, mais ne sont pas non plus cette pièce. Alors, qu’est-ce que l’essence de cette pièce ? L’espace, bien sûr, le vide. Il n’y aurait pas d’endroit, pas cet « espace de pièce » sans lui. Puisque l’espace, c’est le « rien », nous pouvons affirmer que ce qui n’est pas là est plus important que ce qui est là. Prenez donc conscience de l’espace qui est là tout autour de vous. N’y pensez pas, mais sentez-le, pour ainsi dire. Prêtez attention à ce « rien ». Lorsque vous le faites, il se produit en vous un changement sur le plan de la conscience. Je vous explique pourquoi. Les objets dans l’espace (meubles, murs, etc.) trouvent leurs correspondants en vous sous la forme d’objets mentaux : pensées, émotions et sens. Et l’équivalent intérieur de l’espace, c’est la conscience qui permet aux objets mentaux d’exister, tout comme l’espace permet aux objets physiques d’être là. Donc, si vous détachez votre attention des choses, des objets dans l’espace, automatiquement vous détachez aussi votre attention des objets mentaux. Autrement dit, vous ne pouvez pas penser et être conscient du vide, ni du silence d’ailleurs. En prenant conscience du vide autour de vous, vous prenez simultanément conscience de l’espace du vide mental, de la conscience pure, du non-manifeste. De cette façon, la contemplation de l’espace, du vide, peut devenir pour vous une porte d’accès au non-manifeste.

 Le vide et le silence sont deux aspects de la même chose, de ce même rien. Ils ne sont que la manifestation extérieure du vide et du silence intérieurs, de l’immobilité intérieure, la matrice infiniment créatrice de tout ce qui est. La plupart des humains sont complètement inconscients de cette dimension. Il n’y a pas d’espace en eux, pas d’immobilité. Ils ont perdu leur équilibre. Somme toute, ils connaissent le monde, ou pensent le connaître, mais ils ne connaissent pas Dieu. Ils s’identifient exclusivement à leurs formes physique et psychologique, et sont inconscients de leur essence innée. Et du fait que toute forme est extrêmement changeante, ils vivent dans la peur. À son tour, cette peur engendre une profonde et fausse perception d’eux-mêmes et des autres humains. Elle crée une distorsion de leur vision du monde. 

Si une contraction cosmique amenait la fin du monde, le non-manifeste n’en subirait absolument aucune conséquence. Dans l’ouvrage Un cours sur les miracles, cette vérité est énoncée avec éloquence : « Rien ne menace ce qui est réel. Rien d’irréel ne peut exister. Voici ce en quoi consiste la paix divine. » 

Si vous restez consciemment en contact avec le non-manifeste, vous valorisez, aimez et respectez profondément le manifeste et chacune de ses formes comme étant l’expression de l’Un au-delà de la forme. Vous savez également que chaque forme est destinée à disparaître et que, en fin de compte, rien n’a vraiment d’importance dans la dimension du manifeste. Vous avez « dépassé le monde » comme le dit Jésus ou, selon Bouddha, « vous êtes passé sur l’autre rive ». 

Eckhart Tolle/Le pouvoir du moment présent et son guide/Chapitre sept : Diverses portes d’accès au non-manifeste/Le vide

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...