La révolte du Maître Peter Deunov

Posté par othoharmonie le 27 août 2013

 La révolte du Maître Peter Deunov dans Nouvelle conscience v

Lecture de la pensée du Maître Peter Deunov :

« Les hommes actuels se laissent séduire par de petites choses.

Si quelqu’un voit que son voisin mange une poule, une dinde, un porcelet, il est tenté et dit: « N’est-ce pas que je suis pauvre! Je ne peux manger ni poule, ni porcelet. » Il ne soupçonne pas combien impure est la viande du cochon. C’est l’animal le plus impur. L’homme croit qu’en jetant les intestins du cochon toutes les impuretés disparaissent. Il n’en est pas ainsi. L’impureté est dans les cellules du porcelet et en général, dans la viande de porc. La nourriture végétarienne est plus pure que la nourriture carnée. La nourriture la plus pure est le blé, ou comme il est dit dans l’Evangile « Notre pain céleste ». En sortant d’Egypte, les juifs furent contraints de manger une nourriture végétarienne par nécessité, mais une révolte s’éleva contre Moïse, ils voulaient de la viande. Ils disaient: « Désormais, nous sommes dégoûtés de la manne ! »

Ce que je dis aujourd’hui s’applique aux disciples. Voulez ­vous être des disciples? Les juifs étaient des disciples de Moïse. Longtemps il les instruisit, mais malgré cela ils se révoltèrent parfois contre lui. Ils n’étaient pas satisfaits de leur vie. Moïse disait: « Ces disciples me lapideront. » Ils étaient adultes et souffraient de l’idée qu’il connaissait beaucoup de choses. Parfois aussi ils ne croyaient pas même que Moïse fût un prophète et ils murmuraient contre lui. »

                             ………………………….

Les Anges eux-mêmes se sont révoltés, comment les juifs, dans le désert, ne l’auraient-ils pas fait! Moïse voulait les nourrir d’une nourriture végétarienne et céleste. Il les fit sortir d’Egypte pour qu’ils aient la liberté, mais après ils se sont révoltés, disant: nous ne voulons pas manger la manne ! Comme une femme qui veut se marier et qui ensuite quitte son mari; mais après, elle veut qu’il revienne !

Ces hommes voulaient la liberté. Dans le désert ils l’avaient, mais où voulez-vous qu’elle les mène? Dans les cabarets? Dans le désert, ils étaient libres et mouraient comme des mouches. Pourquoi ? Parce qu’ils voulaient retourner en arrière et ils furent punis quarante ans ! Ils sont restés dans le désert et beaucoup y sont morts, afin que ne restent que ceux qui voulaient être végétariens. Moïse voulait former un noyau sérieux, mais ils étaient vieux et voulaient encore manger de la viande, s’amuser, symboliquement. C’est pourquoi pendant quarante ans, il ne les a pas menés en Terre promise.

Que représente la viande? Tout le vieux qui n’est pas pur. La manne c’était le nouvel Enseignement; c’était les graines, une végétation, mais aussi le symbole de l’Enseignement nouveau. Moïse les a forgés, instruits; mais les juifs pensaient, disaient que c’était mieux avant ! Partout il en est ainsi. Tous les Instructeurs de l’humanité ont constaté que lorsqu’on est dans un Enseignement et qu’on réalise qu’on ne peut pas manger comme avant, être coléreux comme avant, etc., on est furieux. On vous empêche… et qui empêche ? L’Instructeur. Alors c’est sur lui qu’on se jette … Mais laisser les élèves retourner en arrière, c’est très dangereux. Si vous sentez souffler à nouveau le vent de la révolte, que ceux qui comprennent que c’est mauvais et dangereux, se protègent!

Dans le désert, pourquoi des maladies et la mort sont-elles venues? Parce qu’ils avaient détruit la vie d’harmonie que Moïse leur avait apprise. Quand ils ont transgressé cette loi de l’harmonie, ils ont été balayés. Donc, si de nouveau la nature humaine se révolte contre ce que l’on mange, si elle veut un peu de viande et désire retourner à la vie ancienne, alors qu’on se protège. Ne retournez pas aux défauts de l’art ancien!

Ceux qui comprennent ne marcheront pas du côté de la révolte. Quand on ne réfléchit pas, on peut s’associer au souffle de la révo1te. Ceux qui ne comprennent pas perdront ainsi la nouvelle vie … Ce sera leur punition. Vous direz que cette punition n’est pas grande. Mais au contraire, rien n’est pire que d’être privé de la nouvelle vie; tout le corps sera intoxiqué et toutes sortes de choses pourront se produire. La nouvelle vie purifie les organes, le coeur, le cerveau. Pour ceux qui comprennent, tout est là : vivre la nouvelle vie.

Vous direz: « N’y a-t-il pas des exceptions, des Maîtres sur terre contre lesquels on ne s’est jamais révolté 7″ Je n’en trouve pas, quand je cherche. Du moment qu’on s’est révo1té contre Dieu, pourquoi pas contre les humains ? Que dire de Peter Deunov? Contre lui, beaucoup se révo1taient. Tout le monde le sait là-bas. Il n’y a pas d’exceptions. Et Jésus? Pourquoi l’a-t-on crucifié? On s’est révolté contre lui. La révo1te existe partout, même dans l’organisme de chacun. Vous connaissez ces révo1tes ; quelquefois vous avez des coliques ou autre chose, un abcès … Il y a toujours une révo1te quelque part. Ceux qui sont révo1tés sont chassés. Si on doit se révo1ter, c’est contre soi-même. C’est la révolte la plus préconisée. On doit se révo1ter contre sa personnalité, dire: « Je suis têtu, coléreux, etc., je ferai des réformes, mais laissons les autres tranquilles. » Tous sont d’accord pour faire les réformes au-dehors avant d’avoir accompli les réformes au-dedans. Ce n’est pas sage, et c’est pourquoi la révo1te ne mène à rien, elle vous fait toujours perdre les bons amis, le Bon Dieu.

Cette page est riche d’enseignement mais c’est une question tellement délicate que je fi1tre chaque parole pour ne rien dire que je regretterais ensuite. Voulez-vous être des disciples, dit le Maître? En tant que disciple, vous ne vous révo1terez ni contre Dieu, ni contre les autres, ni contre le soleil, ni contre la nature. Révoltez-vous contre votre intellect, si vous ne comprenez pas. Révoltez-vous contre vos faiblesses, si vous ne savez pas réaliser un travail; mais au lieu de vous révolter même contre vous, il vaut mieux étudier la question. Quelqu’un rouspète, tous sont avec lui, mais il faudrait d’abord réfléchir. On dit:

« Nous ferons la révolution », mais les autres voient que ce n’est pas intelligent, et quand la révolution commence, tous sont partis. Laissons les autres se révolter dans le monde, ils se fatigueront, .mais nous, unissons-nous et travaillons. La révolte, la désharmonie, amènent toujours les désordres, tous les malheurs.

J’ai vu des gens qui sont toujours révoltés. Il y a très peu de gens méchants, mais ils sont toujours furieux contre tout, sauf contre eux; ils se croient impeccables. Je leur ai conseillé de se révolter contre eux-mêmes. Rien à faire! Leur philosophie ne mène nulle part. On ne doit jamais se révolter contre la sagesse, la justice, Dieu, ni contre notre ordre humain. Avant de se révolter contre l’ordre des autres humains, il y a tout un chemin à parcourir. Quand Dieu nous mettra à la place où il faut pour transformer l’humanité, nous avancerons, mais nous ne devons pas nous en occuper avant. .. Même les enfants comprennent cela; mais parfois on galope, on ne s’arrête pas pour réfléchir. Quand on est tranquille, on comprend ce qui est bête ou laid, ou injuste, mais prenez une épingle, piquez quelqu’un et vous verrez s’il comprend. Agitez un peu les gens, ils ne comprennent plus. Jamais les gens ne comprennent quand ils sont excités, ils voient rouge. Il faut les calmer d’abord et alors ils réalisent qu’ils n’ont pas raison de faire ce qu’ils font. Donc il faut tout d’abord calmer ceux qui viennent vous inciter à partager leur révolte.

C’est l’histoire de la femme qui, en Bulgarie, avait un mari ivrogne et qui, durant trente ans, le prêcha des heures entières pendant qu’il était ivre. Contente d’avoir fait son devoir, elle se couchait, mais c’était toujours la même histoire. Un jour j’ai parlé avec elle. Je lui ai demandé pourquoi avec une telle sagesse son mari n’avait jamais changé? Elle m’a dit: « Je ne sais pas pourquoi. » Je lui ai expliqué qu’il fallait lui parler quand il était dégrisé … Elle n’avait jamais pensé à cela! Cette femme était loin de penser qu’il y avait un moment pour chaque chose. Il en est de même pour les coléreux, il faut d’abord les calmer et si on n’a pas de temps pour cela, on les laissera tels qu’ils sont.

Ce que je viens de vous dire, ce ne sont que des miettes.

Comment arriver à se maîtriser, se dominer, conserver l’harmonie? C’est très difficile. La majorité marche dans n’importe quel courant, quelqu’un leur dit quelque chose, ils sont embarqués !

Pourquoi est-ce que je parle ainsi ? Parce que dans toutes les fraternités, l’esprit de révolte existe. Toujours il y a eu des révoltes, toujours il y en aura, c’est tout à fait naturel. Quel est le remède? Réfléchir. On doit se dire: la révolte, je l’aime, mais où conduit-elle? Après une bonne réflexion, on comprend. C’est très facile de détruire. Rien n’est plus facile que de se faire fermer une porte; mais que gagne-­t-on à cela? Il ne faut pas se faire fermer toutes les portes, c’est le contraire. Il faut savoir comment se faire ouvrir les cinquante portes de Binah. Chaque porte s’ouvre sur une parole déterminée. Donc, c’est la langue, le Verbe qui ouvrira toutes les portes. Quand on n’a pas étudié la question de la langue et qu’on parle à tort et à travers, toutes les portes se ferment. Je peux vous donner beaucoup d’exemples, je ne le veux pas. Je pourrais vous dire comment les portes se ferment et s’ouvrent. Les paroles sont transmises n’importe comment; on déforme tout et les gens ne se demandent jamais comment ils transmettent les choses! Les cinquante portes de Binah ! Il faut savoir toujours dire de bonnes choses. Ceux qui ne savent pas garder leur langue perdront tout.

J’avais des amis dans la Fraternité; j’ai tout fait pour les sortir de cette habitude de toujours se révolter, mais comme je né veux pas que ma petite famille soit contaminée, j’ai dû m’en séparer. Je continue à les aimer, mais j’ai dépensé tant de temps, de santé pour cette petite famille que je ne veux pas que l’esprit de révolte se cultive en elle. Pas moyen de les assagir, ils sont nés avec ces courants et ne pensent qu’à l’esprit anarchique. Et les frères et soeurs marchent dans leur voiture parce qu’ils sont aimables et les invitent. .. Les frères et soeurs ne doivent pas se laisser acheter ainsi. Ils ne doivent pas entrer dans des combinaisons, se jeter dans la bagarre et perdre tout. Vous ne devez pas tolérer l’esprit de critique. Quand vous entendez de tels esprits, vous devez les calmer, leur présenter les choses autrement, sinon vous savez que s’ils sont battus, vous le serez également, s’ils sont chassés, vous le serez aussi.

Devons-nous servir le bon Dieu ou l’esprit de révolte? Si tous tirent la couverture à eux, alors c’est moi qui devrai me révolter … Mais jamais je ne me révolte; un jour seulement, en 1942, alors qu’on ne pouvait obtenir le silence, je me suis levé et je suis sorti de la salle, et depuis ce jour-là, on a eu le silence! Mais on me donne des coups! Ceux que je transporte sur l’autre rive, me donnent des coups de pied. Si je les rejette, ils se noient; si je continue, je serai esquinté. Je dis:

« Patience, on arrivera, j’ai tant patienté! » Quand je partirai, soyez prudents. J’ai toujours remarqué que si quelque part vous faites quelque chose de bon, il y a une réaction, et je redoute qu’à mon départ il y ait de nouveau des fermentations. Mais vous n’êtes plus des bébés; il faut savoir marcher, vous êtes des adultes maintenant. Après mon départ, veillez à ce que rien ne s’effrite. Je dois avoir en vous des collaborateurs qui veilleront, surveilleront, seront attentifs. S’il y a de nouveaux trous, comment les combler? Je serai loin! C’est très difficile sur la terre de faire une fraternité … Ne nous attristons pas. Il y a quelques milliers d’années, les juifs se sont révoltés; oublions cette histoire, cela nous est égal du moment qu’il n’y a pas de révolte chez nous … Il n’yen a pas d’ailleurs et il n’yen aura jamais!

Chez certains, et c’est naturel, il y aura toujours des révoltes.

Et quand il y en a au-dedans, elles apparaissent aussi au-dehors. Dieu nous a donné· une sagesse qui doit veiller. Le plus grand danger, c’est quand l’intelligence s’assombrit et ne dirige plus le caractère de quelqu’un. La révolte prouve au moins qu’on est vivant; c’est déjà quelque chose … Il est préférable d’être vivant que mort; c’est pourquoi tous les vivants se révoltent. Même le bébé qui vient de naître, quelle révolte ! Il pousse des cris, il dit: « Dans quel pétrin je suis entré ! » La vie commence par la révolte. Il ne faut pas tellement s’en alarmer, mais il faut être comme les sages-femmes et remédier. Elles ne peuvent empêcher cette révolte mais elles prennent la précaution de bien envelopper l’enfant. .. Heureusement il n’a pas de dents! Pourquoi l’enfant est-il révolté? Il me l’a dit ; les enfants m’ont dit: « On vous le dira à vous, mais ne le dites pas aux autres ! » L’enfant était bien en haut, c’est la descente qui l’a révolté. Quand il était dans l’eau (la mère), il se sentait bien, très bien, dans la paix, dans une harmonie, bercé ! Mais quand on l’a fait sortir, il s’est révolté contre la lumière (bien qu’il ne voie pas),. contre l’air; c’étaient des conditions très bizarres, et maintenant il doit faire fonctionner ses poumons. Spirituellement, c’est aussi un peu vrai; quand on plonge les êtres dans la lumière, ils se révoltent. Après un temps, ils sont bien. Ne vous effrayez pas d’être révoltés mais dirigez votre révolte.

Quand un enfant se heurte contre une pierre, il commence à la battre. Les humains sont ainsi : au lieu de chercher la cause dans leur maladresse, leur inattention, leur façon de marcher, ils se jettent sans réfléchir sur la pierre. Il y a une profondeur dans cet exemple. Plus on réfléchit, plus on voit que la révolte est un manque de quelque chose, pas de nourriture ou d’argent, mais de compréhension, de lumière. On se révolte parce qu’on ne voit pas clair … Si on voyait clair on ne serait, sans doute, pas aussi révolté. Souvent, certains sont révoltés parce qu’on les empêche de se manifester dans la volonté; mais si on les laissait faire ils détruiraient tout. Laissons de côté cette question délicate.

Lisons quelques pages du Maître où il est question de grands hommes. Pour les Initiés il n’y a pas d’ennemis, mais des amis qui ignorent qu’ils sont des amis … Ils sont poussés par une force et ils vous poursuivent; vous fuyez et enfin vous vous faufilez quelque part où vous trouvez beaucoup de richesses. Si vous n’avez pas d’ennemis, c’est que vous ne représentez rien, personne ne s’occupe de vous! N’allez pas au lever de soleil si vous n’avez pas décidé de pardonner à vos ennemis, car le soleil vous apprendra à distribuer la lumière, la chaleur à tous, bons ou mauvais, amis ou ennemis.

Méditons longuement. Concentrons-nous sur ces grands Etres ; en réalité ce sont des divinités réincarnées.

Vous ne songez pas à ces wagons de nourriture et de richesses qui vous sont envoyés chaque jour du monde invisible, seulement pour que vos cheveux restent sur votre tête et ne tombent pas ! Vous ignorez tout ce qui est passé à travers moi pour vous nourrir. Que durant quelques secondes cette alimentation invisible cesse et vous seriez détruits. La vie est une chose perpétuelle, un échange continu. Pensez- vous un peu à cela? Plus on pense à ces choses, plus on s’éloigne des petites choses de la vie. On pense constamment à la manière dont les autres vous ont parlé, vous ont regardé ; mais il faut penser à ces grandes lois, à tout ce qui vient à vous de l’invisible … C’est grand et magnifique! J’oriente toutes vos pensées vers des régions inexplorées.

Mes chers frères et soeurs, pensez un peu au Bonfin et permettez-moi d’aller tout mettre au point. 

DENEV Peter – Omraam Mikhaël Aïvanhov (Conférence du 4 mars 1956)

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...