• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 30 août 2013

Message rassurant août 2013

Posté par othoharmonie le 30 août 2013

 Message de Anne Givaudan (Août 2013)Message rassurant août 2013 dans Entre amis telechargement-6
 
Aujourd’hui je me suis réveillée avec une étrange sensation de « trop »… je me sens envahie par des mails qui parlent des portes.

Bien sûr il n’y est pas question de portes d’entrée physique mais « d’ouvertures », de « sas », de portes « inter-dimensionnelles », sans compter les mails qui demandent que l’on informe tout le monde en urgence pour ne pas oublier de se mettre en condition pour une date ou une autre afin de contribuer au sauvetage de la planète Terre. J’entends autour de moi ceux qui déplorent de ne pouvoir être au bon endroit ou et au bon moment à cause de ceci ou de cela !

C’est évident qu’à notre époque de transition, il y a des lieux qui se réveillent et des connexions qui se font entre les mondes, les autres dimensions et même avec les autres planètes… Alors, à nouveau agités par un extérieur en mutation, nous nous précipitons vers des lieux énergétiques avec l’espoir de contribuer au passage et à la transformation de la planète Terre.
Pendant ce temps, chaque mois, on nous annonce une possible catastrophe due soit à une guerre bactériologique, soit aux changements des pôles, soit à l’approche d’une planète et nous ne savons où donner de la tête.
 
Je ne voudrais pas jouer les rabat-joie mais il semble bien que, au milieu de toute cette agitation, on ait oublié l’essentiel, une porte qui ouvre sur tous les mondes, sur toutes les dimensions et qui à elle seule est la clé de la transmutation : la porte de notre cœur subtil
 
Cette porte-là est hors du temps et de l’espace mais elle demande, non pas de comprendre mentalement, mais d’agir et c’est cela qui nous est proposé aujourd’hui : agir non pas dans l’agitation mais plutôt selon ce que nous avons appris et aimé ; agir selon ce que nous croyons, et finalement redevenir ce que nous avons oublié : l’Être puissant et lumineux qui, où qu’il soit et quel que soit le moment est en contact avec « les portes  » quelles qu’elles soient.
 
C’est ce que je vous souhaite à tous et à toutes pour les temps présents : là où vous êtes est le bon lieu, là où vous priez ou méditez, c’est le bon moment et sachez que vous serez toujours là où c’est important pour vous.
 
Aller vers les portes, les sas, les autres dimensions « OUI », aller vers la porte du cœur « OUI OUI » !
 
Anne Givaudan 

 

 

Ce que nous appelons DIEU  dans DIEU jacques-vesonemessage transmis par mail, par Jacques Gérard Vésone

  

Publié dans Entre amis, Nouvelle TERRE | Pas de Commentaire »

Un dialogue avec soi-même

Posté par othoharmonie le 30 août 2013

Un dialogue avec soi-même dans APPRENDS-MOI jiddu-krishnamurti

Je me rends compte qu’il ne peut y avoir amour quand il y a jalousie, qu’il ne peut y avoir amour quand il y a attachement. Mais peut-on être libre de jalousie et d’attachement ?

Je m’aperçois que je n’aime pas. C’est là un fait. Pourquoi me moquer de moi-même ; pourquoi prétendre à ma femme que je l’aime. Je ne sais pas ce qu’est l’amour.

En revanche je sais fort bien que je suis jaloux, et je sais que je lui suis terriblement attaché et que, dans l’attachement, il y a de la crainte, il y a de la jalousie, de l’angoisse ; il y a un sentiment de dépendance. Je n’aime pas être dépendant, mais je le suis parce que je me sens solitaire. On me bouscule au bureau, à l’usine et, quand je reviens chez moi, je veux trouver du réconfort, une présence, je veux échapper à moi-même. Alors je me de­mande : comment puis-je être libre de cet attachement ? Je parle d’attachement à titre d’illustration, comme je pourrais parler d’autre chose.

Au début, je cherche à fuir la question. Je ne sais pas où tout ça pourrait me mener avec ma femme. Si je me détache vraiment d’elle, nos relations risquent de changer. Elle pourrait me rester attachée, tandis que moi je ne le serais plus, ni à elle ni à une autre femme. Néanmoins, je vais m’enquérir. C’est dire que je ne vais pas fuir ce que j’imagine pouvoir être les conséquences d’une libération totale de tout attachement. Je ne sais pas ce qu’est l’amour, mais je vois très clairement, avec une certitude absolue, que l’attachement que je porte à ma femme va de pair avec la jalousie, avec l’esprit de possession, avec la crainte et l’anxiété, et je veux être libre de tout cela. Alors je commence mon enquête ; je cherche une méthode, et je me fais piéger par un système. Un quelconque gourou dit : « je vais vous mettre sur la voie du détachement, faites ceci et cela ; adonnez-vous à tel ou tel exercice ». J’accepte ce qu’il me dit sachant combien il importe d’être libre et parce qu’il me promet qu’en suivant la ligne de conduite qu’il me fixe j’aurai ma récompense. Je constate alors, qu’en agissant ainsi, je suis en quête d’une récompense. Je découvre ma sottise : voulant être libre, je m’attache à l’espoir d’une récompense.

Je ne veux pas me lier, or, me voici, prêt à m’attacher à l’idée que quelqu’un, quelque livre ou quelque méthode me récompensera en me libérant de l’attachement. Ainsi la récompense devient une chaîne. Alors je me dis : « regarde ce que tu as fait ; fais attention ; ne te laisse pas prendre à ce piège ». Qu’il ait pour objet une femme, une méthode ou une idée, ce n’en est pas moins de l’attachement. A ce stade, je suis très attentif, car j’ai appris quelque chose ; j’ai appris à ne pas renoncer à un attachement au profit d’autre chose, qui se révèle être encore un attachement.

Je me dis : « Que dois-je faire pour être libre de tout attachement ? » A quel mobile est-ce que j’obéis quand je veux être libre de tous liens. N’est-ce pas au désir de parvenir à un état où il n’y a ni attaches, ni crainte, et ainsi de suite ? Et tout à coup je me rends compte que tout mobile dicte une orientation et que celle-ci ne pourra que peser sur ma liberté. Pourquoi avoir un mobile ? Qu’est-ce qu’un mobile ? Un mobile est un espoir, ou un désir, de réaliser quelque chose. Je constate que je tiens à un mobile. Outre ma femme, mon idée, la méthode, voici que mon mobile est lui aussi devenu objet de mon attachement !

Ainsi, je fonctionne tout le temps dans la sphère de l’attachement – à l’épouse, à la méthode et au mobile qui me pousse à atteindre un objectif ultérieur. A tous trois, je suis attaché. Je m’aperçois que j’ai abordé une question de la plus haute complexité ; je ne m’étais pas rendu compte qu’être libéré de l’attachement impliquait tout cela. Maintenant je le vois tout aussi clairement que les autoroutes, les routes communales et les villages marqués sur une carte ; rien ne m’apparaît plus évident. Alors je me dis : « M’est-il possible d’être libre de ce grand attachement que j’éprouve à l’égard de ma femme, comme à l’égard de la récompense que je pense obtenir, et à l’égard de mon mobile ? » Je tiens à tout cela. Pourquoi ? Est-ce parce que je ne trouve pas assez en moi-même ? Est-ce parce que j’ai un épouvantable sentiment de solitude, auquel je cherche à échapper en m’accrochant à une femme, à une idée, à un mobile, comme s’il me fallait me cramponner à quelque chose ?

C’est bien cela ; je suis solitaire et j’échappe à ce sentiment d’isolement extrême en m’attachant à quelque chose.

Je voudrais donc comprendre le pourquoi de mon sentiment de solitude, car c’est lui qui est cause de mon attachement. Il m’a contraint à fuir, en me raccrochant à ceci ou à cela ; et tant qu’il persistera, cette succession de réactions en chaîne se reproduira. Qu’est-ce que se sentir délaissé ? Comment en arrive-t-on là ? Le sentiment de solitude est-il instinctuel, ou héréditaire ? Ou résulte-t-il de mon activité quotidienne ? Dans les deux premiers cas, il est inscrit dans ma destinée et je n’y suis pour rien. Comme je n’accepte pas cette explication, je la mets en doute, et demeure avec mon interrogation. J’observe, sans essayer de trouver une réponse intellectuelle. Je n’essaie pas de dire au sentiment de solitude ce qu’il devrait faire, ni ce qu’il est : je l’observe pour que lui-même me le dévoile.

Un état d’attention vigilante s’instaure pour que lui se révèle. Il ne se révélera pas si je fuis ; si j’ai peur ; si je lui résiste. Alors je l’observe. Je l’observe, de sorte qu’aucune pensée ne fait irruption. L’observation est beaucoup plus importante que l’immixtion de la pensée. Et comme toute mon énergie est centrée sur l’observation de ce sentiment de solitude, la pensée n’intervient pas du tout. L’esprit est confronté à un défi, et il doit y répondre. Ce défi le met en état de crise. En situation de crise on développe une immense énergie et celle-ci se maintient sans ingérence de la pensée. Il y a là un défi qui exige une réponse.

J’ai commencé par dialoguer avec moi-même. Je me suis demandé ce qu’était cette étrange chose qu’on appelle l’amour ; tout le monde en parle, l’évoque – songez à tous les poèmes romantiques, aux films, à la sexualité et à tous ses divers autres aspects. Je me dis : l’amour existe-t-il ? et constate qu’il n’existe pas dès lors qu’il y a de la jalousie, de la haine, ou de la crainte. Alors je laisse l’amour de côté pour me préoccuper de ce « qui est », de ma crainte, de mon attachement. Pourquoi me suis-je attaché ? Une des raisons – pas nécessairement l’unique – est que je me sens désespérément seul, mis à l’écart. Plus j’avance en âge, plus ce sentiment s’amplifie. Alors je l’observe. Je suis au défi de découvrir et comme il y a défi, toute l’énergie est là pour y répondre. Cela, c’est bien simple. En effet, s’il se produit une catastrophe, un accident, que sais-je, je me trouve confronté à un défi et l’énergie requise afflue pour y faire face. Je n’ai pas besoin de demander « comment est-ce que je peux trouver l’énergie voulue ? » Quand la maison brûle, je trouve la force de réagir, j’ai une énergie extraordinaire, je ne m’abandonne pas en disant : « Eh bien ! Il faut que je trouve cette énergie », et en attendant qu’elle vienne. Si je le faisais, le feu aurait tout le temps de réduire la maison en cendres.

Jiddu Krishnamurti et son enseignement

 

 

Publié dans APPRENDS-MOI, Beaux textes, SPIRITUALITE c'est quoi ? | Pas de Commentaire »

extrait des dernières prophéties de Peter Deunov

Posté par othoharmonie le 30 août 2013

 extrait des dernières prophéties de Peter Deunov dans Chemin spirituel telechargement-11

La Terre suit maintenant un mouvement ascendant et chacun devra s’efforcer de s’harmoniser avec les courants de l’Ascension. Ceux qui refusent de se soumettre à cette orientation perdront l’avantage des bonnes conditions qui leur sont désormais offertes pour s’élever. Ils resteront en arrière de l’évolution et devront attendre des dizaines de millions d’années la venue d’une nouvelle vague ascendante.  

La Terre, le système solaire, l’Univers, tout se meut dans une nouvelle direction sous l’impulsion de l’Amour. La plupart d’entre vous considèrent encore l’Amour comme une force dérisoire, mais en réalité, c’est la plus grande de toutes les forces ! L’argent et le pouvoir continuent à être vénérés comme si le cours de votre vie en dépendait. À l’avenir, tout sera subordonné à l’Amour et tout le servira. Mais c’est à travers les souffrances et les difficultés que la conscience de l’homme va devoir s’éveiller.  

Les terribles prédictions du prophète Daniel écrites dans la Bible se rapportent à l’époque qui s’ouvre. Il se produira des inondations, des ouragans, des incendies gigantesques et des tremblements de terre qui balayeront tout. Le sang coulera en abondance. Il y aura des révolutions ; des explosions terribles retentiront en de nombreuses régions de la Terre. Là où est la terre viendra l’eau, et là où est l’eau viendra la terre… Dieu est Amour ; et pourtant il s’agit bien là d’un châtiment, d’une réponse de la Nature contre les crimes perpétrés par l’homme depuis la nuit des temps contre sa Mère, la Terre.  

Après ces souffrances, ceux qui seront sauvés – les élus – connaîtront l’Âge d’Or, l’harmonie et la beauté illimitées. Gardez donc votre paix et votre foi quand viendra le temps de la souffrance et de la terreur, car il est écrit que pas un cheveux ne tombera de la tête du juste. Ne vous découragez pas ; poursuivez simplement votre travail de perfectionnement personnel.  

Vous n’avez aucune idée de l’avenir grandiose qui vous attend. Une Nouvelle Terre verra bientôt le jour. Dans quelques décennies, le travail sera bien moins astreignant, et chacun aura du temps à consacrer à des activités spirituelles, intellectuelles et artistiques. La question des rapports entre l’homme et la femme sera enfin résolue dans l’harmonie : l’un comme l’autre auront la possibilité de suivre leurs aspirations. Les relations des couples seront fondées sur l’estime et le respect réciproques. Les humains voyageront à travers les différents plans et franchiront les espaces intergalactiques. Ils étudieront leur fonctionnement et seront rapidement en mesure de connaître le Monde Divin, de fusionner avec la Tête de l’Univers.  

La Nouvelle Ère est celle de la sixième race. Votre prédestination est de vous préparer à l’accueillir, à la vivre. La sixième race se construira autour de l’idée de Fraternité. Il n’y aura plus de conflits d’intérêts personnels ; la seule aspiration de chacun sera de se conformer à la Loi de l’Amour. La sixième race sera celle de l’Amour. Un nouveau continent sera formé pour elle. Il jaillira du Pacifique, pour que le Très Haut puisse enfin établir Sa demeure sur cette planète.  

Les fondateurs de cette nouvelle civilisation, je les appelle « Frères de l’Humanité » ou encore « Enfants de l’Amour ». Ils seront inébranlables dans le bien et ils représenteront un nouveau type d’hommes. Les hommes formeront une famille, comme un grand corps, et chaque peuple représentera un organe de ce corps. Dans la nouvelle race, l’Amour sera manifesté d’une manière tellement parfaite, que l’homme actuel ne peut encore qu’en avoir une idée très vague.  

La Terre reste un terrain propice aux luttes, mais les forces ténébreuses vont reculer et elle en sera libérée. Les humains, voyant qu’il ne reste plus d’autre chemin, s’engageront dans celui de la Nouvelle Vie, celui du salut. Dans leur orgueil insensé, quelques uns continueront jusqu’au bout à espérer continuer à mener sur la Terre une vie que l’Ordre Divin réprouve, mais chacun finira par comprendre que la direction du monde ne lui appartient pas.  

Une nouvelle culture verra le jour, qui reposera sur trois principes directeurs : l’élévation de la femme, l’élévation des humbles, des faibles, et la protection des droits de l’homme.  

La Lumière, le bien et la justice triompheront ; ce n’est qu’une question de temps. Les religions doivent être purifiées. Chacune renferme une particule de l’Enseignement des Maîtres de la Lumière, mais obscurcie par l’apport incessant des déviations humaines. Tous les croyants auront à s’unir et à se mettre d’accord sur un principe, celui de placer l’Amour comme base de toute croyance, quelle qu’elle soit. Amour et Fraternité, c’est cela la base commune !  

La Terre sera bientôt balayée par les ondes extraordinairement rapides de l’Électricité Cosmique. D’ici quelques décennies, les êtres mauvais et fourvoyés ne pourront supporter leur intensité. Ils seront alors absorbés par le Feu Cosmique qui consumera le mal qui les possède. Puis ils se repentiront, car il est écrit que « chaque chair glorifiera le Seigneur. »  

« La Terre sera bientôt balayée par les ondes extraordinairement rapides de l’Électricité Cosmique. »  

Notre mère, la Terre, se débarrassera des hommes qui n’accepteront pas la Nouvelle Vie. Elle les rejettera comme des fruits avariés. Ils ne pourront bientôt plus se réincarner sur cette planète ; les esprits criminels non plus. Seuls resteront ceux qui posséderont l’Amour en eux.  

Il n’est plus d’endroit sur la Terre qui ne soit souillé de sang humain ou animal ; il faut donc qu’elle subisse une purification. Et c’est pour cela que certains continents actuels seront immergés, alors que d’autres surgiront.  

Les hommes ne se doutent pas de quels dangers ils sont menacés. Ils continuent à poursuivre des objectifs futiles et à rechercher le plaisir. Ceux de la sixième race seront au contraire conscients de la dignité de leur rôle et respectueux de la liberté de chacun. Ils se nourriront exclusivement des produits du monde végétal. Leurs idées auront le pouvoir de circuler aussi librement que l’air et la lumière de nos jours.  

Les paroles « Si vous ne naissez de nouveau… » s’appliquent à la sixième race. Lisez le chapitre 60 d’Esaïe. Il se rapporte à la venue de la sixième race, la Race de l’Amour.  

Après les Tribulations, les hommes cesseront de pécher et retrouveront le chemin de la vertu. Le climat de notre planète sera partout modéré et les variations brutales n’existeront plus. L’air redeviendra pur, de même que les eaux. Les parasites disparaîtront. Les hommes se souviendront de leurs incarnations passées et ils éprouveront le plaisir de constater qu’ils sont enfin libérés de leur ancienne condition. 

De même que l’on débarrasse la vigne de ses parasites et de ses feuilles mortes, ainsi agissent les Êtres évolués pour préparer les hommes à servir le Dieu de l’Amour. Ils leur donnent de bonnes conditions pour croître et se développer et, à ceux qui veulent bien les entendre, ils disent : « Ne craignez rien ! Encore un peu de temps et tout va s’arranger ; vous êtes sur la bonne route. Que celui qui veut entrer dans la Nouvelle Culture étudie, travaille consciemment et se prépare. »  

Grâce à l’idée de Fraternité, la Terre deviendra un lieu béni, et cela ne tardera pas. Mais auparavant, de grandes souffrances seront envoyées pour réveiller les consciences. Les péchés accumulés durant des milliers d’années devront être rachetés. La vague ardente émanant d’En Haut contribuera à liquider le karma des peuples.  

telechargement-21 dans Nouvelle TERRELa libération ne peut être davantage remise. L’humanité doit se préparer pour les grandes épreuves inéluctables qui viennent et qui apporteront la fin de l’égoïsme.  

Sous la Terre, quelque chose d’extraordinaire se prépare. Une révolution grandiose et absolument inconcevable se manifestera bientôt dans la nature. Le Seigneur a décidé de redresser le monde, et Il va le faire !  

C’est la fin d’une époque ; un nouvel ordre va se substituer à l’ancien, un ordre dans lequel régnera l’Amour sur la Terre. »  

Peter Deunov – Propos sur l’Avenir – 1944  - Adaptation : Olivier de Rouvroy – Septembre 2003

 

Publié dans Chemin spirituel, Nouvelle TERRE | Pas de Commentaire »

VIVRE EN VILLE ET POLLUTION

Posté par othoharmonie le 30 août 2013

 Si les humains se groupent dans des centres de vie que sont les villes, ils imitent les insectes et avec le temps ne peuvent plus que vivre comme eux avec leurs avantages, mais aussi leurs inconvénients.

Un homme, une femme, ne seront jamais des insectes, ne seront jamais faits pour vivre dans des cellules empilées les unes sur les autres… même si ces cellules sont assorties de confort.

Observez pour une manifestation de rue où les gens sont nombreux. Regardez bien ce qui se passe autour du flot qui sera discipliné, vous verrez des individus s’agiter sans raison apparente, courant de ci de là ; c’est fantastique comme observation.

 La foule d’une ville, lorsqu’elle est dans le rue et guidée par une idée qui peut-être de revendication ou simplement une manifestation de joie nationale, peut être dangereuse pour les individus de cette foule, pris séparément ; surtout si pour une raison quelconque ils prétendent ne pas suivre le flot !

La ville est dangereuse pour l’homme en ce sens qu’il a tendance à y perdre, en certaines circonstances, son individualité. Il se transforme alors en cellule d’une autre individualité, qui est la grande masse : c’est de la dépersonnalisation.

A certaines époques de sa vie, une ville devient une personnalité et les individus de simples cellules du tout. L’assimilation au monde des insectes de groupes est complète.

Le discours d’un chef politique à la radio ou à la TV a peu de chance de mobiliser les foules malgré la grande portée de ces moyens. Le même devant cinquante mille personnes peut porter tous ces gens à commettre les pires erreurs. Et pourtant, si es gens avaient entendu le même discours chez eux dans le calme et leur foyer, ils n’auraient certainement pas bougé.

 Comment expliquer cela ?

Partout où un grand nombre de gens est rassemblé autour d’une idée, il se crée une forme d’égrégore ou centre d’énergie psychique puissant, qui ne laisse plus à l’individu son indépendance. Certains meneurs agissent sans le savoir comme de vrais sorciers dans le sens négatif du mot. Sans le savoir, ils sont les sorciers noirs d’un peuple.

Beaucoup d’entre-nous sommes obligés de vivre en ville pour le travail par notre civilisation, que peuvent-ils faire pour se soustraire à tout cela et demeurer les individualités indépendantes qu’ils devraient être ?

Sortir des villes le plus souvent possible avec le noyau familial et surtout, une fois en campagne, quitter la voiture qui est une autre cage de faraday comme le béton armé. Marcher, marcher … naturellement, prendre son temps, tout son temps de regarder, de rêver au dehors, respirer inconsciemment mais respirer un autre air… pourtant, ne pas respirer les odeurs de cultures traitées. 

Voir les arbres, les ruisseaux, la mer, tout ce qui n’est pas pollué physiquement, chimiquement. 

La pollution du milieu entraîne la pollution de l’esprit d’une façon non visible, mais certaine. Cela constitue un empoisonnement de l’Etre. 

L’habitude empêche les hommes de voir le vrai danger, certains volcans grondent avant d’entrer en éruption ; la nature polluée est silencieuse et nous piège si nous n’y prenons pas garde. 

A ceux qui sont forcé d‘habiter en bile ayez des plantes vertes dans vos appartements, que vous planterez dans une terre que vous aurez ramenée d’un coin de campagne encore sain. Les végétaux sont nos alliés. Ils peuvent aider l’homme à échapper à la pollution qui les entoure. Prenez des douches chaque jour, même à l’au javellisée à la seule condition de vous passer sur le corps un parfum à la lavande, eau de toilette ; éviter les bains avec cette eau qui vous imprégnerait de clore. 

VIVRE EN VILLE ET POLLUTION dans Chemin spirituel images-4Derniers conseils : cherchez vous les appartements le plus élevés possibles et soumis aux vents – laisser entrer le soleil chez vous, même s’il est pâli par les fumées.

 Signé Jacques R.

 

 

 

issu du livre de Jacques RUBINSTEIN : Le Grand Livre de la Wicca et de la Sorcellerie Bénéfique

Publié dans Chemin spirituel | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...