Mémoire cellulaire et traumas

Posté par othoharmonie le 20 octobre 2013


Mémoire cellulaire et traumas dans APPRENDS-MOI images-31Avant que notre esprit quitte l’Au-Delà pour entrer dans l’utérus, nous élaborons tous un plan de vie. Ce plan inclut les maladies et les problèmes de santé auxquels nous serons confrontés, bien qu’il soit toujours possible de modifier son contenu en cours de route – un rhume, par exemple, n’a pas forcément à dégénérer en pneumonie si nous prenons les mesures nécessaire.

Dans l’au-delà, nous avons accès à tous les souvenirs conscients de nos vies passées et élaborons notre plan de vie en conséquence. Mais ces souvenirs conscients passent dans notre subconscient au moment où nous entreprenons notre nouvelle vie sur terre.

Les cellules qui nous composent, chacune d’entre elles étant un organisme vivant, retiennent ces souvenirs provenant de nos vies passées et y réagissent comme notre esprit réagit à l’expérience familière de se retrouver à nouveau dans un corps. Pensez à ces endroits particuliers que vous avez appris à associer au cours de votre vie à des événements heureux, tristes, effrayants ou traumatisants. Chaque fois que vous retournez là-bas, ces mêmes émotions remontent à la surface, peu importe le nombre d’années qui se sont écoulées depuis les événements qui ont conduit à cette association. L’esprit expérimente la même impression de familiarité lorsqu’il intègre un nouveau corps, tandis que les cellules de ce corps absorbent les souvenirs de cet esprit et y réagissent comme elles ont été programmées à le faire, bien qu’elles soient incapables par elles-mêmes de faire la différence entre le passé et le présent, cette vie-ci et les vies passées de l’esprit.

Les enfants, eux, se souviennent en général de leurs vies passées étant donné qu’ils viennent à peine de quitter l’au-delà. […]

Dans chaque cas, on peut adresser des affirmations constantes à l’esprit spirituel logé dans le subconscient afin qu’il se libère pendant son sommeil de ces traumas passés. Que ce soit une maladie chronique ou une phobie, après avoir consulté un médecin ou psychiatre qualifié, essayez de la prière…

« Mon Dieu,

peu importe ce que mon esprit spirituel et ma mémoire cellulaire retiennent des mes vies passées, si cela peut me faire du mal, aidez-moi je vous en prie à m’en libérer dans la blanche lumière purificatrice du Saint Esprit. Amen ».

Si vous êtes sceptique ou encore si vous ne croyez pas un mot de tout cela, essayez quand même, ne serait-ce qu’une semaine. Cela ne vous fera certainement pas de mal, et peut-être allez-vous constater les mêmes effets bénéfiques de certains qui ont déjà atteint ce stade.

La mémoire cellulaire peut s’avérer une force aussi puissante chez les adultes que chez les enfants, physiquement et émotionnellement. Rappelez-vous, l’impression de familiarité inhérente au fait d’habiter à nouveau un corps peut créer un phénomène de déjà-vu qui déclenchera à son tour une réaction physiologique, le corps réagissant toujours aux signaux que lui envoie l’esprit spirituel.

Imaginons, par exemple, q’à l’âge de trente-quatre ans vous développiez du jour au lendemain, sans raison apparente, un grave problème respiratoire résistant à tous les traitements. Peut-être dans une vie passée êtes-vous mort d’une pneumonie à l’âge de trente-quatre ans, à une époque où cette maladie était presque toujours mortelle ; votre esprit spirituel, se retrouvant à nouveau dans l’environnement familial d’un corps, a pu se dire : « oh, regarde ! Je suis à nouveau dans un corps, et il a trente-quatre ans. Cela veut dire que je vais encore souffrir d’une maladie respiratoire, car je souffre toujours d’une maladie respiratoire à l’âge de trente-quatre ans ».  Ou, comme cela est arrivé à un proche, vous développez pour la première fois de votre vie, à l’âge de cinquante ans, une peur panique de l’eau. Mais si dans une vie passée vous vous êtes noyé à l’âge de cinquante ans, et que votre esprit spirituel et votre mémoire cellulaire retiennent cette information sans distinguer entre le passé et le présent, pourquoi n’auriez-vous pas soudainement peur de l’eau à cinquante ans ?

Il a été démontré grâce aux photographies Kirlian, qui captent sur la pellicule une image de l’énergie ou de l’ »aura » qui émane de tout être vivant, qu’un membre amputé continue à apparaître sous forme d’énergie comme faisant partie du corps longtemps après son amputation. Des études fascinantes ont été menées, en particulier par le Docteur Thelma Moss, avec des personnes souffrant d’un membre amputé comme s’il était toujours présent et rattaché à leur corps – ce qui correspond en fait à la perception de l’esprit spirituel et de la mémoire cellulaire. Une mort violente ou un trauma au cours d’une vie passée peut produire la même réaction et le même genre de douleurs reliées à la présence d’un « membre fantôme ».

Mais une fois que l’esprit spirituel a saisi le message « Une autre époque, un autre endroit, une autre vie, un autre corps », il peut se libérer de la douleur, de la peur, du trauma ou de la maladie qu’il retenait en lui. Et c’est beaucoup plus facile que vous ne le pensiez. Il n’est même pas nécessaire de connaître en détail le passé auquel réagissent l’esprit spirituel et la mémoire cellulaire – il suffit simplement de reconnaître qu’une vie passée est à la source du problème.

 

Extrait du livre : Aller-retour dans l’Au-delà    de Sylvia Browne aux éditions Ada 

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...