• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 3 décembre 2013

Horoscope et signes chinois

Posté par othoharmonie le 3 décembre 2013

images (28)

L’astrologie chinoise se base sur le calendrier lunaire et peut être considérée comme complémentaire de l’occidentale qui se base sur le calendrier solaire.

Grace à l’astrologie chinoise, vous découvrirez quel est votre signe de l’horoscope chinois, comme vous influence et vous caractérise t il. A que niveau le Yin et le Yang affecte t il votre signe de l’horoscope chinois et l’élément naturel qui ne domine : le bois, le feu, la terre, le métal ou l’eau ? En astrologie chinoise, et au sein d’un cycle complet de 60 ans, chacun des signes de l’horoscope chinois (qui sont tous des animaux), appelés les Branches de la Terre, se combine avec les 5 éléments : le bois sous l’égide de Jupiter, le Feu sous celle de Mars, la Terre sous celle de Saturne, le Métal ou l’or sous Vénus et l’Agua sous l’égide de Mercure.

Dans le calendrier astrologique chinois, la journée commence à 23 heures et les 24 heures du jour se divisent en 12 portions de 12 heures chacune. Chaque portion de l’horoscope chinois est gouvernée par un signe de l’horoscope animal. Comme dans l’astrologie occidentale, le signe de l’horoscope qui gouverne le moment de la naissance déterminera l’ascendant et influencera la personnalité du sujet.

De la même façon que dans l’astrologie occidentale, dans l’astrologie chinoise, les 12 branches de la terre sont distribuées en une moitie positive et une autre négative. Les signes de l’horoscope sont : rat, tigre, dragon, cheval, chien, singe qui appartiennent à la base positive tandis que dans l’horoscope chinois, les autres, c’est-à-dire, Bœuf, Lièvre, Serpent, Bouc, Coq et Sanglier sont des signes négatifs. En plus de l’élément particulier de l’année (qui change continuellement), chacune des branches de la terre est en relation avec un élément et une station fixe.

Pour l’astrologie chinoise, l’année lunaire est divisée en 12 mois de 29 jours et demi. Caque 2 ans et demi, on rajoute un mois intercalé qui sert à ajuster le calendrier. Ce mois intercalé s’ajoute successivement dans le 2 ème ou le 11ème mois de l’année lunaire. La somme de ce mois additionnel chaque 3 ans.

Les signes en général

Dans l’horoscope chinois, du fait que les 12 signes animaux sont assignés à un mois spécifique du calendrier lunaire, nous pouvons unir chaque signe chinois avec chacun des signes de l’horoscope occidental. De plus, en astrologie chinoise, chaque signe de l’horoscope se voit déterminé par un élément : métal, eau, feu, terre.

Les signes de l’horoscope chinois

On élabore un horoscope chinois par l’année de naissance. Les signes de l’horoscope chinois sont: 

1.Rat 
2.Lièvre 
3.Cheval 
4.Coq 
5.Bœuf 
6.Dragon 
7.Bouc 
8.Chien 
9.Tigre 
10.Serpent 
11.Mono 
12.Jabalí

Pour savoir quel est le votre : votre horoscope chinois et découvrez tout sur ses caractéristiques en connaissant quel est l’animal qui lui correspond.

Votre astrologue…

Le rôle de l’astrologue est de vous montrer le chemin le plus court vers un authentique développement de soi et ceci grâce à l’étude de votre horoscope. Je me sens réellement fière de pouvoir porter ce titre que seuls les connaisseurs peuvent véritablement apprécier.

Consultez le site référence http://www.oracles.ch/tirage/index.php

Publié dans Astrologie et Esotérisme | Pas de Commentaire »

Horoscope Celte

Posté par othoharmonie le 3 décembre 2013

images (27)

Le monde des druides, astrologues celtes.

Le druide est un personnage omnipotent et omniscient dans la société celte. Mais pour l’astrologie celte c’est avant tout l’intermédiaire entre les dieux et les hommes.

En plus de ses dons pour l’astrologie, le Druide était l’intermédiaire entre les Dieux et les hommes représenté par le Roi.

Comme ministre du culte, le druide opère tous les rituels culturels et el particulier les sacrifices.

Comme sage et gardien du savoir, le druide est historien, spécialiste en généalogie, toponymie, mythologie. Il est à la fois médecin, herboriste, astronome, astrologue. Ses grandes connaissances de l’horoscope, de l’astronomie et de l’astrologie lui permettent de conceptualiser le temps.

La magie, prolongation de la médecine requérait des techniques rituelles. Les plantes médicinales sont un des éléments fondamentaux de ces rites. On pourrait mentionner l’élixir de l’oubli, la musique, la Fontaine de Santé qui guérissait les blessures de guerre, la pomme, symbole celtique de l’immortalité, la cueillette du buis accompagnée du sacrifice du taureau.

Les éléments naturels jouaient un rôle important dans la religion et de ce fait dans l’horoscope celte: l’eau par son pouvoir de lustration, le feu qui servait pour les sacrifices ou la purification des cheptels, le vent qui avait comme pouvoir d’égarer et de détruire, la brume qui permettait de se mouvoir sans être vu.

Les incantations étaient des pratiques communes. La littérature de l’astrologie celte parle du glam dicim comme d’une malédiction suprême qui apportait la mort ou du imbas forosnai comme une incantation d’illumination.

L’astrologie celte

L’astrologie celte se compose de 13 signes formant un horoscope celte et représentés par différents arbres correspondants aux différentes périodes de l’année. Pour les celtes, les arbres et les éléments de la nature en générale étaient sacrés et habités par des Dieux et des créatures magiques. Dans l’horoscope celte, ils jouent un rôle fondamental. De ce fait, dans l’horoscope celte, chaque date de naissance correspond à un arbre. les 13 signes de l’horoscope celte: 

1.Beth 
2.Saille 
3.Coll 
4.Ruis 
5.Luis 
6.Uath 
7.Muin 
8.Nion 
9.Duir 
10.Gort 
11.Fearn 
12.Tinné 
13.Ngetal 

Pour savoir quel est le votre: votre horoscope celte et découvrez tout sur les caractéristiques de votre signe.

Votre astrologue…

Le rôle de l’astrologue est de vous montrer le chemin le plus court vers un authentique développement de soi et ceci grâce à l’étude de votre horoscope. Je me sens réellement fière de pouvoir porter ce titre que seuls les connaisseurs peuvent véritablement apprécier.

Consultez le site référence http://www.oracles.ch/tirage/index.php

Publié dans Astrologie et Esotérisme | Pas de Commentaire »

Que nous apprend le rêve ?

Posté par othoharmonie le 3 décembre 2013

 

Pour la philosophe et psychanalyste Anne Dufourmantelle, auteur 
d’« Intelligence du rêve », le rêve n’est pas une fantaisie du cerveau, mais un puissant outil de savoir et de transformation. Qu’a-t-il à nous apprendre ? Quels horizons dessine-t-il ? Entretien.

 Anja Photography

Quelle est l’utilité du rêve ?
Dans la vie, nous nous heurtons souvent aux mêmes problèmes, nous répétons les mêmes chagrins, les mêmes situations. Par cette répétition, nous cherchons à réparer une situation. Mais nous ne cessons de retomber, parce que notre conscient, qui aime la tranquillité, se masque les éléments perturbateurs. Le rêve, lui, les réinvite. Il se fait l’intercesseur des choses importantes que notre être a à nous dire, mais que notre conscient ne veut pas entendre. Il contourne les censures et les interdits, dévoile les faux semblants, met à jour les fantasmes… Mais inaugure aussi un chemin. Il ne fait pas seulement signe vers les blocages de notre histoire et les postures dans lesquelles nous sommes figés : il propose des pistes nouvelles pour en sortir, offre des clés pour construire une autre perception du présent et un autre avenir. C’est une sorte de signal. Comme Tobie Nathan, je considère qu’il est un réel savoir, une magnifique source d’enrichissement. En ce sens, il peut vraiment avoir un impact sur nos vies.

Le rêve, plutôt qu’un délire, serait donc une hyperacuité ? 
Il peut avoir la fulgurance d’une pleine conscience. Il nous renseigne sur nos peurs, nos compromissions, nos dénis, nos conditionnements, mais aussi sur nos capacités. En inversant les codes qui composent notre image du monde, il offre un relevé de sens inédit et parvient à révéler le désir qui secrètement nous soutient et arme nos vies. Il a le pouvoir d’annoncer ce qui arrive, et de mettre entre nos mains la possibilité d’y répondre – avant que le corps ne tombe malade, que l’accident ne survienne… 

Voilà qui interroge la « vérité » de notre réalité ordinaire !
Même les scientifiques ont aujourd’hui du mal à parler de « la » vérité. Une vérité le reste jusqu’à ce qu’une nouvelle théorie vienne affiner, déplacer, voire remettre en question la manière dont on voyait le monde jusque-là. Malgré tout, ce qui est troublant, ce que je ressens subjectivement, c’est qu’il y a parfois des moments « de vérité ». Par exemple, lorsqu’un patient parvient à traverser un épisode de son passé, tout à coup, des éléments se rejoignent et s’alignent, un changement d’axe s’opère, ressenti comme une conversion. Ces moments de révélation intime font vérité. En ce sens, le rêve n’est pas le contraire de la vérité, mais sa traduction la plus directe.

Peut-il alerter sur des événements qui dépassent l’individu ?
Il existe plusieurs registres au rêve, comme il y en existe plusieurs à la conscience. Certains puisent dans des éléments beaucoup plus vastes que le moi et touchent à l’universel, en informant de l’état du monde ou d’un événement à venir. Ils anticipent, pressentent. Un ouvrage a ainsi recensé les rêves qui avaient été faits avant la seconde guerre mondiale ; c’est fascinant de voir comme tout était déjà là, décrit… 

Ces rêves démontrent-ils l’amplitude de nos capacités de perception ?
Je les crois bien plus vastes que ce que peut en explorer notre conscience ordinaire. Dès lors qu’on se branche sur une dimension qui dépasse la lucarne très étroite du moi, nous pouvons capter des tas d’informations, qui se retranscrivent dans nos rêves. C’est ce qui lui donne sa capacité prémonitoire et de transmission de savoir. Comme cette personne réveillée en pleine nuit par la vision d’un accident, bien réel, à des kilomètres de là ; ou celle qui rêve d’un événement ayant eu lieu trois générations auparavant, dont elle ignorait tout, mais qui s’avère vrai… Ces faits troublants bousculent nos visions du monde, au même titre que les synchronicités et la télépathie. En analyse, il m’est arrivé plusieurs fois de penser la même chose que mes patients, exactement au même moment ! Nous n’avons pas fini d’explorer les facultés du cerveau, sa plasticité, ce qu’on en active ou désactive au quotidien. Nous ignorons de quoi nous sommes capables. Des expériences au MIT ont par exemple montré que notre corps peut anticiper un événement de plusieurs secondes. Notre réactivité psychique précède le conscient. 

De quoi bouleverser notre rapport au monde…
Hegel disait que nous rêvons uniquement parce que nous ne sommes pas en rapport avec le tout. Le rêve et son mystère sont des modalités du réel. Nous rêvons tous, toutes les nuits, même si nous ne nous en souvenons pas. Le rêve transcende les frontières : il n’a pas de limites, de bords, de hiérarchie. Il ignore le temps, fait aussi bien avec des éléments du présent, des événements du passé, une histoire vieille de mille ans ou de choses à venir. Il associe des souvenirs à des pensées, des émotions sédimentées à des impressions reçues d’ailleurs, des vécus personnels à des données culturelles. Les échelles de valeur, d’urgence, de grandeur n’y sont pas respectées. Le rêve rend aussi poreux le rapport entre l’intérieur et l’extérieur, le visible et l’invisible ; il essaie d’échapper à la dualité parfois un peu simpliste entre le conscient et l’inconscient, en étant ouvert aux connexions, à cette intelligence perceptive du monde qui est bien plus vaste que le moi.

Au fond, le rêve est-il un éveil ?
Il est un éveil à une autre conscience ou prise de conscience. Il est tout à la fois l’envers de la raison et le lieu où elle est le plus efficace. Beaucoup de penseurs et de scientifiques ont ainsi trouvé en songe ou en vision des pistes, des réponses ou des solutions. 

Preuve aussi de l’étonnant pouvoir de création qui est en nous…
Le rêve est fascinant. Je suis analyste depuis vingt ans, et je ne m’en lasse pas ! Il utilise tout : des lettres, des images, des métonymies, des déplacements, des répétitions, des mises en espace, des scénarisations, un détail pour désigner l’essentiel… Le réservoir à son actif semble quasiment infini. Son mode opératoire, c’est le renversement constant. Face à une frustration, il va halluciner une satisfaction. Si vous rêvez d’être poursuivi, il faudra vous demander ce que vous poursuivez, vous ! Il faut prendre soin de ce qui, en nous, est capable de rêve. Et ne pas avoir peur de nos capacités de vision. 

Est-ce un chemin vers la liberté ?
Le rêve nous invite à décaler sans cesse notre angle de vision, ainsi qu’à être ouvert à l’inconnu, à l’inattendu, à l’inexploré. C’est une forme de dissidence absolue : personne ne peut commander aux rêves, c’est le lieu où s’exprime le principe de liberté inaliénable de l’être humain. Il nous fait comprendre que la résistance à une vie plus haute, plus forte, plus intense, n’est pas dans la réalité extérieure, mais en nous. En ce sens, il est un appel à une révolution intime, au retournement de l’être. Il nous met sur cette piste… tout en nous en montrant les ambivalences : il y a toujours un prix à payer pour assumer sa liberté. Être libre, c’est sortir de l’enfance, renoncer à une certaine sécurité. Est-on prêt à cela ? Le rêve va voir dans la nuit, nous confronte à nos choix. 

Agit-il de lui-même ou faut-il l’interpréter pour qu’il prenne sa puissance ?
Je constate que les gens qui se souviennent bien de leurs rêves, qui peuvent s’y relier et les relater facilement, avancent plus vite que les autres. En analyse, c’est un turbo phénoménal. La première étape est de s’ouvrir à eux, en formulant le souhait de s’en souvenir. Un rêve que l’on se remémore agit déjà, à condition de lui donner une substance extérieure en l’écrivant ou en le racontant. Après, je trouve intéressant de voir ce qu’il a à dire plus profondément, en tout cas de se laisser interroger par lui, d’associer autour. L’imagination est une force immense, qui a des choses à nous apprendre. Pour moi, elle est tout sauf trompeuse. L’ouverture au sensible, au subtil, à l’énigmatique, permet d’être plus créateur de sa vie. 

couvmax_1269Les rêves lucides sont-ils aussi efficaces ?
Quand un patient n’a pas accès au contenu de ses nuits, je travaille avec lui en rêve éveillé, par des associations libres, qui lui permettent de se relier à son imaginaire et à des expériences passées, intuitivement migrantes du rêve. Quand je m’absente un long moment, je conseille à mes patients, s’ils ont des angoisses matinales ou font un rêve perturbant, de consacrer une demi-heure à une séance d’écriture automatique, sans censure, puis de laisser reposer une journée. En reprenant le texte, ils s’aperçoivent que sous ses airs totalement débridés, il recèle des éléments qui indiquent des issues, pointent déjà vers un après.

Intelligence du rêve, Anne Dufourmantelle
Manuels Payot (Février 2012 ; 173 pages) 

vu sur http://www.inrees.com/

Publié dans Rêves | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...