• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 20 décembre 2013

L’héritage spirituel d’Arouna Lipschitz

Posté par othoharmonie le 20 décembre 2013

 

            Mon héritage…

logoPour Arouna Lipschitz l’Holocauste marque notre héritage du sceau de l’impensable, elle montre aussi que l’éveil de la conscience poursuit sans relâche sa courbe ascendante. Propos recueillis lors du symposium Quel héritage spirituel pour le XXIe siècle.

 

La, il y a eu une bascule dans l’impensable. Non pas un crime contre un homme, un pays, un peuple, mais contre l’humanité, contre l’humain dans l’homme. En ce sens, nous sommes tous personnellement concernés par l’holocauste. Pour moi, il n’y a pas d’autre sens à chercher à l’holocauste que l’insensé absolu qu’il a révélé et l’atroce qu’il a engrammé dans nos cellules. Le karma ou la quête de sens ont souvent bon dos pour éviter d’être affecté ou concerné, ici et maintenant, par le mal et la souffrance des autres. Pour ce qui est de la part karmique de cet événement, laissons là donc à la justice divine. Et nous, si en tant qu’humain responsable, nous voulons transformer ce triste élément de notre héritage du XXe siècle, il nous faut avoir le courage de prendre acte de ce noir absolu qui n’a rien à voir avec la part d’ombre qu’on amène chez son psy. Cette énergie fait aujourd’hui partir de nos gènes spirituels. Il faut en prendre conscience si nous ne voulons pas que cela devienne le refoulé de l’inconscient collectif du prochain millénaire. Le bilan du siècle commence donc, pour moi, avec la question : comment entrer dans le XXIe siècle avec des cellules engrammées par l’atroce à un point tel que nous avons perdu la capacité de nous étonner devant les horreurs quotidiennes qui nous entourent encore : l’Afrique qui se meurt du sida, le Rwanda, le Kossovo, et à l’heure même ou nous parlons, Grozny ?

Il y a un vieil aphorisme spirituel qui dit que « Dieu plante le remède à côté du poison. » Le remède se trouve donc probablement dans les autres éléments de l’héritage du XXe. Siècle : la révolution féministe, psychanalytique et spirituelle.

Différents héritages

Depuis Freud, Jung et compagnie, l’héritage psychanalytique a été une grande opportunité pour mieux se connaître, mieux comprendre ses blessures narcissiques et analyser ses traumatismes psychologiques personnels. Le développement personnel a quasiment envahi toutes les couches de la population, mais dans tout ce travail intérieur, l’approche de l’autre s’est un peu perdue dans une inflation individualiste. Si ce travail psy. ne débouche pas sur notre responsabilité pour autrui, nous aurons accompli bien peu de choses avec élément psy. de notre héritage.

Venu de l’Orient : le yoga, la sagesse de l’Inde ont envahi l’Occident dans les années 70. L’éveil à la conscience non-duelle, l’illumination, via l’extase, la méditation, et l’ascèse a bouleversé notre rapport au monde et a bousculé quelque peu la psychanalyse, en nous faisant découvrir que nous avions non seulement un inconscient mais une super conscience, – une conscience des choses célestes. Et qu’en plus de nos cinq sens, il existait des sens spirituels prêts à s’éveiller. Bref, que nous n’étions pas limité à notre moi souffrant, mais que notre véritable identité est celle d’un moi souverain. Honorer cet héritage d’éveil de la conscience introduite en Occident par l’Inde et le bouddhisme, c’est s’appuyer sur lui pour aller vers les autres.

Nous passons d’un millénaire marque par le 1, c’est-à-dire par l’émergence de l’individualisme, pour le meilleur et pour le pire, au chiffre 2. Gilberte disait qu’un des messages astrologiques du XXIe siècle est la nécessite d’éveil d’une conscience collective, de ce qu’elle appelle la grande famille. Nous entrons dans l’ère dite du Verseau, eh ! bien, la grande famille, cela commence à 2, c’est-à-dire dans le couple. Et qui dit couple parle de la relation amoureuse, de l’amitié, des relation avec ses proches, ses frères et sœurs, globalement de la compétence à s’approcher de l’autre.

Une troisième voie

Pour moi le grand challenge spirituel du XXe siècle est la poursuite de la quête de la conscience non-duelle dans la dualité. Cela oblige à inventer une nouvelle mathématique spirituelle pour additionner deux plus un. Quelqu’un comme Yvan Amar, et je voudrais au passage dire qu’il manque dans un débat comme celui-là, a été jusqu’au bout de sa vie pour explorer ce défi de vivre la non-dualité dans le quotidien de la matière et de la relation. C’est aussi l’honorer que de poursuivre, ce que j’appelle, la troisième voie, une voie spirituelle dans laquelle deux ne sera plus égale à un, mais à trois : moi, le divin…. et l’autre. Ce qui revient à dire que tout en communiant avec le Tout pour devenir une présence d’esprit pour la terre, il s’agira de tenir compte de l’autre bien concrètement. C’est l’apprentissage conscient d’un penser a l’autre fraternel qui nous permettra de devenir des spiritualistes naturels, des gens biens tout simplement, très mangeables dans la société moderne, et que personne n’aura envie de manger justement.

De toutes les façons, très bientôt, grâce a la science, on comprendra qu’il n’y a rien de plus naturel que la spiritualité. « Les prophètes de demain seront les scientifiques » dit Bahram Elahi, un sage Iranien. Le troisième millénaire sera, j’en suis sûre, celui d’un dialogue entre science et spiritualité, qui éclairera la connaissance ésotérique, la rendra exotérique. La dimension spirituelle de l’homme s’en trouvera alors reconnue plus facilement comme sa nature même. A partir de la, le boulot consistera à établir une science des rencontres, de l’échange, car demain, c’est dans le relationnel que se vérifiera notre développement personnel, aussi bien que notre évolution. Et là, je crois qu’on a encore beaucoup à apprendre pour manifester nos éveils de conscience dans le corps-à-corps, le face-à-face et le tête-à-tête.

L’éthique

Pour moi, le maillon manquant entre le travail sur soi et la transformation de la cellule engrammée par l’holocauste est l’éveil du sens fraternel. La fraternité est la condition de survie de l’humanité. Le maillon manquant entre le spirituel et le monde, entre le monde et un RMI de dignité humaine. C’est l’éthique, non seulement comme la compréhension de nos droits et devoirs, mais aussi comme un nouvel éveil de conscience, une « secousse qui ordonne à dire le bien. » (Levinas). Sur la route de cet éveil qui caractérisera une « spiritualité naturelle », pour reprendre le concept de Bahram Elahi, l’exercice de valeurs qui peuvent éveiller la « pulsion du bien » (Marek Halter) est un solide bâton de pèlerin. Mais en dernière analyse je tiens à souligner que sans un nouveau rapport à la femme, toute parole du bien restera lettre morte ou fausse.

L’héritage féministe

Si éveil de la conscience aux jeux de l’inconscient, – notre part d’ombre –, et à notre identité spirituelle, – notre part lumineuse –, est le double cadeau psychanalytique et la spiritualiste offert par le XXe siècle au troisième millénaire, ils ne seront efficaces comme remède a l’atrocité qu’à la condition d’avoir transformé notre rapport a la femme. Il ne suffit pas de travailler sur soi en « psy ». – développement personnel etc. Ou en « spi ». – retraites dans le désert, méditations etc. Il faut confronter, à tout instant, le gène de persécuteur et de victime en nous. Et le rapport a la femme, que ce soit dans la relation homme-femme ou de manière plus générale, dans notre relation au féminin, en est un indicateur privilégie, dans la mesure où la femme reste encore le lieu ou la haine et la peur, l’humiliation, l’offense fondamentale faite à la différence, à l’étranger se vit au quotidien. Sans un respect minimum, voire une reconnaissance fondamentale de la femme, nous maintenons le risque d’un retour du refoulé holocaustique dans notre rapport personnel à autrui.

Publié dans Chemin spirituel, En 2012-2013 et après 2016, SPIRITUALITE c'est quoi ? | Pas de Commentaire »

la crise – crise – crise

Posté par othoharmonie le 20 décembre 2013

 

 téléchargement (3)

_ « N’attendons pas celui qui ne viendra pas sauver l’humanité,
Il viendra sonner dans l’intimité d’un coeur imparfait et réveiller l’appelé au royaume des sens,
C’est en chacun qu’il existera »
 

Carole Aliya (1) 

Crise sociale, crise financière, crise climatique, crise démocratique, crise de sens, bref la crise de civilisation est une réalité incontestable. Le modèle de société dans lequel nous évoluons échoue lamentablement, il apparaît comme une personne au bout du rouleau, maintenue en vie par toutes sortes d’artifices. 

Ce modèle a tout misé sur les valeurs de l’argent, l’ultralibéralisme fait des ravages en organisant le pillage en règle des ressources de la planète, tout en soumettant les secteurs d’activité tels que la culture, santé, sport, éducation…, au diktat de son l’économie. La croissance étant en berne, les budgets se restreignent, les taxes de toutes natures pleuvent et le peuple souffre, la nature se désole. Ce modèle creuse sa propre tombe. 

Mais « Chacun de nous peut changer le monde, même s’il n’a aucun pouvoir, même s’il n’a pas la moindre importance, chacun de nous peut changer le monde. » (2) 
L’aspiration pour faire émerger un autre monde est en marche. De simples citoyens, des personnalités, des associations, des réseaux, des revues, des philosophes, des scientifiques, des artistes… oeuvrent pour un changement radical, basé sur des valeurs humanistes, d’amour, de partage, de solidarité. Nous avons à réenchanter le monde ! 
Pierre Rabhi nous montre l’exemple, grâce à sa vision de la nature et l’amour de son prochain, il a créé « Terre et Humanisme » qui se développe même à l’international notamment en Afrique, puis le réseau des Colibris qui devient au fil du temps force de propositions. Saluons aussi la détermination de Feu Stéphane Hessel qui aura résisté toute sa vie et laissé derrière lui le mouvement des Indignés ainsi que le comité Roosevelt (3). 
Je ne passerai pas sous silence Edgard Morin qui du haut de ces 94 ans sillonne encore la planète en exposant ses changements de paradigme. 

Je remercie chaleureusement Clémentine Célarié qui témoigne et montre son courage de femme, c’est une invitation pour d’autres artistes connus ou inconnus à se positionner pour faire advenir un monde meilleur. 

Même dans l’imperfection de notre coeur, même si l’on balbutie, vivons les nouvelles valeurs auxquelles l’humanité aspire. 

Chaleureusement Jacques Durand 

1- http://carolealiya.free.fr 
2- Vàclav Havel : auteur, dramaturge, homme d’état 
3- www.roosevelt2012.fr

 

Publié dans En 2012-2013 et après 2016 | Pas de Commentaire »

A l’aude d’un ciel nouveau

Posté par othoharmonie le 20 décembre 2013

 

 

            par Jean-Claude Genel

téléchargement (2)Même si nous portons en nous la trace des génocides perpétrés au cours du XXe siècle, ce n’est pas un devoir de mémoire qu’il faut entretenir mais un devoir d’intelligence, celui de tourner la page et de se libérer du fardeau du passé. Allons voir comment !

L’époque nous amène à comprendre qu’il en est fini de vivre la spiritualité cinq minutes par jour et la plupart du temps avant de se coucher. Il en est fini d’assimiler spiritualité et bondieuserie et de porter cette croix. Nous avons besoin de vivre, de respirer librement et pour donner une image, il est tant de desserrer le corset psychique des limitations dans lesquelles nous nous complaisons depuis si longtemps.

Nous ressentons ce besoin d’être libres dans nos sentiments, dans nos émotions, afin de devenir responsables des mots qui les expriment. Nous devenons responsables de nous-mêmes à force de sentir vivre les choses vraies en nous. C’est comme si cela nous nettoyait des envies et des manques hérités du passé. Le monde invisible est en train de nous adombrer d’une force supérieure. Il nous équilibre également dans ce que nous sommes. C’est pourquoi les besoins qui nous limitaient jusqu’à présent, changent, laissant émerger le besoin d’être en contact direct avec la vie, avec nous-mêmes. C’est de cette vérité dont nous avons soif et faim.

Découvrir nos possibilités

Nous vivons libres et responsables parce que nous comprenons progressivement qui nous sommes, ce qui nous touche, nous parle intérieurement et qui nous élève. Cela s’appelle être intelligent. L’époque nous conduit à avoir de plus en plus confiance en cette intelligence et à nous abandonner davantage au meilleur de nous-mêmes. C’est ce meilleur qui nous aide paisiblement, à rectifier, à avancer ou à ne pas bouger, à réorganiser, à savoir dire les choses et surtout à les faire en accord avec ce qui nous entoure.

Nous sommes en train de découvrir un monde meilleur et nouveau parce que nous découvrons nos propres possibilités. Nous quittons le temps où nous vivions seulement sur ce que l’on nous avait appris. Nous nous autorisons à aller vers quelque chose de plus vaste. Cette ouverture nous ne la devons qu’à nous-mêmes, elle se fait parce que nous avons appris à créer selon notre ressenti, avec juste ce qu’il faut d’ego pour être à notre place.

Le ciel est ouvert pour que nous puissions avoir des idées, pour penser différemment et prendre conscience que notre force vient de l’intérieur. Les échafaudages et autres béquilles n’ont plus lieu d’être.

La vie devient merveilleuse… quand on la regarde sous l’angle de sa divinité. C’est ce qu’elle aurait dû toujours rester à nos yeux mais l’être humain, en devenant de plus en plus ignorant, a construit autour de lui une forteresse d’illusion dont il peine à se libérer. La clé de la libération tient dans cette idée précieuse que nous sommes des êtres spirituels venus vivre une expérience humaine. Cette idée nous permet de vivre plus solidement l’incarnation, elle nous engage au renversement de conscience. Beaucoup d’entre nous voudraient que cela se produise plus rapidement. Ce n’est pas une question de temps mais de lucidité. Être lucide nous rend efficaces et si, de surcroît nous connaissons les lois spirituelles qui vivent en nous, si nous identifions clairement ce que nous voulons et si nous apprécions ce que nous vivons et que nous le fortifions, alors nous nous élevons. Et le temps s’écoule sans prise sur nous. Mieux que cela, puisque nous l’organisons, sa fonction n’est plus d’emprisonner ou de limiter, nous le rendons éternel et devenons son partenaire.

Lucidité et intelligence

Nous sommes en train de découvrir les lois éternelles de la transformation, les lois spirituelles. Nous sommes en train de les vivre dans nos cellules et cela nous permet de mettre de l’ordre, de ne plus ressasser le passé. Même si nous portons dans nos gènes la trace des génocides perpétrés au cours du XXe siècle, ce n’est pas un devoir de mémoire qu’il faut entretenir mais un devoir d’intelligence. Nous devons avoir l’intelligence de tourner la page au sens où il est possible de se libérer du fardeau du passé. On ne nous demande pas de devenir amnésiques mais de comprendre que c’est en progressant que nous transformons ce que nous vivons dans l’instant. Retourner en arrière ne change pas les images ni les abominations commises. Le souvenir est là, en soi, puissant, parce que nous nous rappelons les moments où cela s’est produit. C’est ce que nous ressentons, ce que nous vivons et ce que nous sommes présentement que nous pouvons transformer en en prenant conscience.

Nous sommes en vie pour être efficaces, pour nous-mêmes et pour les autres. Nous devons œuvrer pour le futur en abandonnant le passé. L’œuvre alchimique de transmutation se fait ici et maintenant car nous nous sommes incarnés avec les solutions et les réponses adaptés aux itinéraires que nous pourrions avoir envie d’emprunter. Nous avons fait les choix en bénéficiant de toute la lucidité et l’intelligence dont nous sommes capables de l’autre côté. Ces choix nous guident et font de nous à la fois le disciple et le gourou. Le temps de la dépendance se termine avec tous ces systèmes de croyances, de superstitions, de peurs qui hantaient nos rêves. Nous n’avons pas vocation à devenir des esclaves modernes, ni d’une religion ni d’une quelconque mondialisation.

Le monde intérieur réel

Les forces divines qui nous adombrent, touchent le meilleur de nous-mêmes. Et si cela nous apporte une force merveilleuse, alors nous aurons envie de laisser et d’oublier tout ce qui nous empêche… et nous arrange bien souvent ! Ce que l’on est en soi est infiniment plus fort et plus riche que tous les blocages psychologiques et tous les traumatismes. Il y a tant de problèmes qui n’existent pas, qui servent simplement le pouvoir et ceux qui veulent nous enfermer. Nous avançons vers des choses essentielles, merveilleuses, pures, douces et fortes à la fois ; des choses qui nous engagent à l’avenir, qui nous réveillent de ce que nous sommes et qui vont corriger ce qui nous a limités jusqu’à présent. L’intelligence est aussi dans nos cellules et le renversement de conscience s’opère donc dans tout notre être. C’est toute une trame d’intelligences subtiles qui s’harmonisent, s’imbriquent et dont l’interaction produit un renversement de conscience. Il nous est demandé d’accompagner ce processus.

Un monde intérieur devient réel, c’est une loi qui se manifeste et qui nous surprend parce qu’il est invisible. Nous prenons conscience du lien intelligent qui nous unit à lui.

Nous avons le pouvoir et donc le devoir de nous libérer des mensonges de l’histoire qui encombrent nos consciences. C’est maintenant que nous devons le faire car si nous n’en avons pas le courage, ce sont nos enfants qui subiront ces mensonges. Cette période capitale que nous vivons, qu’en retiendra l’histoire ? Sans doute qu’entre les années 1980 et 2000, les sectes violaient les consciences et lavaient les cerveaux, qu’elles ont mis en péril la démocratie ! Je ne veux pas d’une histoire fausse dont j’ai dû moi-même me nourrir. Vivre sur un mensonge en croyant que c’est une vérité ne peut engendrer que désordre, guerre et souffrance. Ceux qui sont en quête d’eux-mêmes ne veulent pas vibrer du mensonge, ils deviennent lucides parce qu’ils travaillent et se sentent adombrés de forces supérieures. Et personne ne peut empêcher l’influence vibratoire d’atteindre son but.

 

Publié dans En 2012-2013 et après 2016 | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...