La vie de notre squelette

Posté par othoharmonie le 23 février 2014

150px-3543060175_bc2043c640_bSqueletteFoetusSerons-nous tous petits quand nous serons vieux ?

La vie de notre squelette est faite de trois étapes :

- Une phase de croissance, en moyenne de la naissance à 15 ans pour les filles et 17 ans pour les garçons.

- Une phase adulte où le corps est à sa plus grande taille, en moyenne de 20 à 40 ans.

- Une phase de décroissance progressive, de 40 ans à 100 ans et plus pour les plus optimistes !

Eh oui, le corps se tasse. Nous en sommes tous témoins. Il suffit de regarder les anciens dans la rue, nos parents, grands-parents et arrière-grands-parents pour s’en rendre compte. Il n’y a pas de « grands vieux ». Il n’y a que des « petits » vieux. C’est notre avenir commun. Le corps peut perdre 5 à 10 % de sa taille de 20 ans à 90 ans paraît-il. ll faut se faire à cette idée.

Vous êtes-vous déjà imaginé avec 10 centimètres de moins ?

Bien sûr, vous pensez aussitôt à votre taille enfant. Vous vous revoyez effleurant le sol de la pointe de vos pieds ballants sous la chaise. Eh non, vos membres vont garder sensiblement la même longueur. Ils ne perdent que l’épaisseur des cartilages. En prenant de l’âge c’est surtout la colonne vertébrale qui se tasse et s’arrondit. La colonne vertébrale est un beau «  S » majuscule quand on est jeune adulte et devient progressivement un petit « s » minuscule quand on devient vieux.

 Si vous avez entre quarante ans ou soixante ans aujourd’hui, vous allez faire le test habituel pour vérifier votre taille. Vous allez vous mettre sous la toise. Vous allez bomber le torse puis vous redresser au maximum pour mesurer votre plus grande longueur.

Mais en fait, j’en ai fait l’expérience moi-même et j’ai tout faux ! notre taille normale n’est pas celle que nous faisons sous la toise. Mais notre taille au quotidien est celle  lorsque nous marchons la tête basse dans la rue, quand nous sommes effondrés sur notre chaise de bureau, avachi dans notre canapé, ou encore assis dans notre voiture, le dos rond ; j’ai remarqué alors que là, déjà que je suis pas très grande, mais alors je devines minuscule. 

J’ai pu lire dans un quotidien qu’il existe tout plein d’attitude nocives à la perte de nos centimètres… par exemple :

Une nuit blanche et le lendemain, vous avez perdu 1 ou 2 centimètres. Bien sûr on les récupère dans notre sommeil mais quand même,

Des soirées entières avachi sur un canapé à regarder l’écran favori jusqu’à plus d’heure. Après 10 ou 20 ans à ce rythme, le corps ne se redressera plus.

A cinquante ans beaucoup sont déjà incapables de se redresser sous la toise.

Nous sommes assis le matin pour notre petit déjeuner. Nous nous déplaçons assis dans notre voiture le temps d’aller au travail. Ensuite, huit à dix heures assis au bureau avant de regagner, assis dans notre voiture, le canapé des soirées familiales.

 Ceux qui ont tiré le gros lot ont également le droit de goûter aux douleurs lombaires du matin ou du soir, douleurs dorsales du milieu de l’après-midi, sans compter les maux de tête aggravés par une position assise défectueuse au bureau ! 

Entretenir son dos et son attitude sont une recette de base pour conserver une colonne vertébrale redressée jusqu’à la fin de sa vie.

– Marcher redresse le dos. Marcher régulièrement à grande enjambée redresse la colonne vertébrale. L’idéal est de marcher deux fois vingt minutes par jour. Pour marcher à pas rapide , choisissez des chaussures à faibles talons, votre pas sera plus fluide . 

– Dormir huit heures sur vingt quatre est une nécessité pour reposer le corps. Le repos permet à la colonne vertébrale de regonfler les disques intervertébraux qui se tassent progressivement lors de tous les efforts réalisés dans la journée. Si vous travaillez beaucoup, c’est à dire à mi-temps (douze heures sur vingt quatre), faites une sieste de trente minutes en milieu de journée. Si vous avez des horaires décalés, essayez de récupérer du sommeil lors de vos jours de repos.

– Etirez-vous souvent en cours de journée. Quand vous passez des heures assis à un bureau, de temps en temps, placez votre bassin vers l’avant en décollant légèrement l’arrière des fesses, puis levez les bras au dessus de la tête en haut et en avant du corps, et étirez-vous une ou deux fois longuement et profondément

– Respirer profondément est une règle pour conserver une belle attitude. Une ou deux fois par heure, inspirez lentement et profondément par le nez. Puis, sans bloquer votre respiration, laissez l’air sortir très lentement par la bouche, comme si vous souffliez à travers une paille. Faites durer cette expiration sans reprendre d’air de vingt à quarante-cinq secondes. Et surtout, si vous avez envie de bailler, ne vous en empêchez pas. C’est pour votre corps un réflexe d’auto redressement !

Edouard Berthelot-Lebrun

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...