Manifeste pour la Liberté des Semences de Vie

Posté par othoharmonie le 11 septembre 2014

 

 

téléchargement (2)La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. La semence, la voix de nos ancêtres, est le fruit de plus de 12.000 années de co-évolution entre l’Homme, la Terre et la Plante. Ce processus a engendré un patrimoine végétal et culturel très diversifié qui est le bien commun de toute l’humanité. 

Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité. L’aliénation de la semence par l’agro-industrie constitue un danger sans précédent pour l’indépendance alimentaire et pour la santé des peuples. Les vendeurs de pesticides bricolent dans leurs laboratoires ou dans leurs champs, brûlés par la chimie, des hybrides dégénérescents ou des chimères génétiquement modifiées, qu’ils osent appeler «semences». 

Ces semences industrielles sont malades : elles ne peuvent vivre sans pesticides, sans engrais chimiques ou sans manipulations génétiques. Polluantes pour l’environnement, elles sont le point de départ de déficiences nutritionnelles, d’aliments-poisons, de cancers et autres maladies de dégénérescence chez l’Homme et chez l’animal. 

Afin d’obtenir le monopole de ce qui appartient à tous, les lobbies de la pétro-agrochimie, aidés par l’Etat, veulent supprimer le droit inaliénable de chacun de ressemer sa récolte. L’agriculture toxique est une invention récente des industriels de la guerre et de la chimie, soutenus par une caste de technocrates qui a réduit à néant les paysanneries traditionnelles. L’humanité s’est nourrie pendant plus de 12.000 ans de plantes saines et savoureuses, issues de semences de vie, de semences de terroir issues d’éco-systèmes naturels et vivants. Comme les générations qui nous ont précédés, nous avons le devoir de transmettre à nos enfants, et aux enfants de nos enfants, la possibilité d’orienter et de choisir leur avenir. 

Dans leur «Manifeste pour la Liberté des Semences de Vie», Raoul Jacquin et Dominique Guillet, de l’association Kokopelli** [cible des attaques du lobby semencier et de l’Etat français depuis des années], exigent pour tous les paysans, maraîchers, jardiniers, semenciers et associations oeuvrant à la protection de la biodiversité alimentaire : 

- la liberté de protéger les semences de vie, de terroir, de population ;

- la liberté de reproduire ces semences ;

- la liberté de refuser, pour ces semences, tout enregistrement, tout catalogue national, tout brevet, tout droit de propriété intellectuelle ;

- la liberté de donner, d’échanger et de commercialiser ces semences ;

- la liberté de créer de nouvelles variétés de semences adaptées à un terroir, adaptées à une vie culturelle, adaptées à des pratiques agro-écologiques ;

- la liberté de refuser les chimères génétiques, source de contamination ;

- la liberté de partager et d’échanger, en toute coopération et réciprocité, les savoirs et les savoir-faire issus de millénaires d’agriculture traditionnelle ;

- la liberté d’utiliser, de commercialiser, de conseiller et d’enseigner toute technique et pratique agro-écologique [purin d’ortie, extraits fermentés, etc...] respectueuse de l’Homme et des ecosystèmes.

 

En fait, dans ce Manifeste, ils exigent, tout simplement, le droit inconditionnel de transmettre la biodiversité et la fertilité aux générations futures. 

Soutenons sans réserve leurs actions ! 

Infos sur www.liberterre.fr

** Kokopelli oeuvre à la protection de la biodiversité alimentaire, à la promotion de pratiques agro-écologiques et au recouvrement par les jardiniers et les paysans du droit à produire leurs propres semences.

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...