• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 31 janvier 2015

Profiter de la neige à la belle étoile

Posté par othoharmonie le 31 janvier 2015

 

Promenade en dameuse, kart sur glace, VTT sur neige, plongée en lac d’altitude ou full moon party pour dévaler les pentes en musique sous les spotlights… Dans toutes les stations, des Vosges aux Pyrénées, l’activité nocturne renouvelle le scénario du séjour de sports d’hiver mais fait aussi évoluer, un peu, notre rapport à la vie.

Agnès Rogelet

Igloo-Village-Kakslauttanen-FinlandIl est près de 17 heures. Le ballet des remontées mécaniques s’interrompt et le crépuscule approche. Récemment encore, les vacanciers rentraient se réchauffer au village. Aujourd’hui, les trappeurs dans l’âme chaussent des raquettes pour une rando au clair de lune. Certains vont dîner en altitude, parfois sous une yourte, un tipi ou même à l’abri d’un igloo qu’ils ont bâti de leurs mains pour y passer la nuit. D’autres s’offrent une balade en traîneau ou une descente en paret, petite luge rétro à un seul patin. Les plus sportifs pratiquent le ski de randonnée avec un guide de montagne ou glissent sur les domaines skiables ouverts jusqu’à 22 heures.

Un éveil sensoriel. Certes, selon l’anthropologue Gilbert Durand, « la neige est phosphorescente » (In Champs de l’imaginaire de Gilbert Durand, Ellug, 1996) et ne nous plonge jamais dans une nuit noire et inquiétante. Pourtant, les activités nordiques à la lueur des étoiles permettent « d’étouffer les signaux parasites de la vie moderne au profit d’un développement du langage sensoriel », avance Olivier Sirost, sociologue et ethnologue, directeur d’ouvrage pour La Vie au grand air (Presses universitaires
de Nancy, 2009). Introspection, activation des cinq sens, écoute de la nature : la pénombre et le paysage lunaire, en brouillant nos repères visuels habituellement sursollicités, nous recentrent sur un territoire plus intime.

Un changement de cycle. La neige et la nuit ont un autre point commun : leur apparition est cyclique. En réexplorant des traditions folkloriques comme la soirée inuite en igloo ou le rituel du vin chaud, notre corps, soumis au froid et à l’obscurité, se resynchronise sur son horloge interne. « Expérimenter ainsi la cyclicité de la vie permet symboliquement de se redécouvrir fragile dans une société qui impose en permanence le diktat du bonheur », observe encore Olivier Sirost. Apparaître, évoluer, changer d’état, disparaître : l’homme, les journées et les saisons ont le même destin. 

Un retour au sacré. Qu’elles nous plongent dans une ambiance nomade feutrée ou festive et artificielle, ces activités ne dénotent pas une tentative inconsciente d’allonger la vie ou de combattre sa peur des ténèbres, selon le sociologue. « À l’heure où les débats sur l’euthanasie ou le gel d’ovocytes montrent que l’homme est capable de maîtriser la vie, les rituels nocturnes en plein air permettent au contraire de sacraliser et d’accepter la mort. » En effet, glisser, marcher, camper à la nuit tombée sont vécus comme des cérémonies qui, revisitant des pratiques symboliques primitives, nous reconnectent à la nature, au cosmos… et à notre part d’humanité universelle. 

A lire

Retrouvons les plaisirs de la glisse Apprendre à glisser donne de l’aisance à nos gestes et restaure la confiance en soi. Pourquoi ne pas renouer avec cette sensation grisante de notre enfance ? Laissons-nous tenter par la pente.

 

 

 

 

Publié dans Créativité, Exercices simples | Pas de Commentaire »

S’éveiller à la Conscience Christique

Posté par othoharmonie le 31 janvier 2015

christ10

 

Le CHRIST dit : Il n’est pas suffisant que vous vous préoccupiez de votre vie sur Terre. Vous devriez également vous soucier de votre vie et de votre bien-être quand vous passerez dans les dimensions suivantes. Là, plus que jamais, vous vous trouverez dans la dimension de « l’Être » qui est la manifestation extérieure de votre conscience, mais dans une mesure encore plus grande que quand vous êtes sur Terre. 

Quand vous êtes sur Terre, vous créez vraiment votre environnement unique à partir du tissu de l’ensemble de votre conscience, mais vous pouvez aussi prendre part à l’environnement de votre prochain quand vous vous rencontrez ou vivez ensemble. Cela signifie que quand vous êtes sur Terre, vous pouvez vous déplacer dans un environnement plus agréable, rencontrer des personnes plus agréables que ce que crée normalement votre conscience ou qu’elle attire à vous. Mais cette incompatibilité provoque des frictions et du malaise. 

Les gens se sentent mal à l’aise ou étouffés par la conscience plus élevée qu’ils rencontrent et ne peuvent attendre de revenir à l’environnement de conscience inférieure dans lequel ils se sentent à l’aise. Certaines personnes sont attirées et naissent dans des couches de conscience dans lesquelles elles se sentent étrangères et commencent spontanément à travailler, même dans l’enfance déjà, à se déplacer vers les strates de conscience dans lesquelles elles pourront prospérer. 

Le niveau de CONSCIENCE dans lequel vous mourrez est le niveau avec lequel vous reviendrez. Parfois, une personne possédant un haut niveau de perception spirituelle peut être attirée, à la naissance, dans une famille de niveau spirituel inférieur parce que l’environnement renforcera sa conscience et augmentera son endurance spirituelle lorsqu’elle luttera dans ses premières années pour retourner à sa « demeure » de conscience légitime, dans sa strate spirituelle sur Terre – et plus tard, dans le monde suivant. De même que vous faites l’expérience de votre conscience peu développée quand vous mourez, de même, vous accédez à des dimensions supérieures qui reflètent votre conscience quand vous vous êtes réincarnés plusieurs fois et avez travaillé à acquérir un certain discernement spirituel. Vous constatez que vous et tous ceux que vous rencontrez, avez la même conscience. 

Vous serez attirés dans des conditions qui sont compatibles et auxquelles, en raison de votre propre créativité, vous pouvez parfaitement contribuer. Si, lors du décès, la conscience est défectueuse et centrée sur l’ego, l’individu se réincarnera rapidement, puisque le sentiment de malaise sera intolérable. Une telle personne retourne volontiers sur Terre, avec une autre identité. À ce niveau d’existence, les conditions terrestres semblent préférables à celles du monde astral. Il faut de nombreuses vies avant que l’âme s’éveille au fait qu’elle ne pourra être sauvée que lorsque l’esprit humain s’emploiera à essayer d’élever ses perceptions et sa conscience à un niveau plus supportable. 

Plus la conscience d’une personne est spirituelle avant qu’elle ne meure – plus elle aura réfléchi sur sa vie, acquis du discernement dans la maîtrise égoïque de son esprit et de ses sentiments, au sujet du mal qu’elle a pu faire à d’autres personnes et de la tristesse qu’elle a causée -, plus grands seront les progrès spirituels qu’elle fera. En éprouvant des remords brûlants, la douleur du remords supprimera la domination de l’ego dans son esprit et son coeur, jusqu’à ce que, petit à petit, elle finisse par quitter cette vie, parfaitement consciente que la VOIE DE L’AMOUR INCONDITIONNEL est la seule voie à suivre. 

Une telle personne comprend parfaitement, reconnaît et est clairement consciente que toutes ses souffrances – la maladie, les privations, le manque de succès, la tristesse – vient du manque d’AMOUR dans son approche de la vie, des gens, de l’environnement. La CRITIQUE est le plus grand de tous les obstacles au bonheur intérieur, parce qu’elle est fortement destructive. Elle se reflète dans la vie de la personne parce que lorsque l’on juge, le jugement retombe sur son auteur, comme le dit le proverbe. La critique d’autrui interfère dans son bien-être et par conséquent, lorsque nous nuisons à autrui, même le plus légèrement du monde, à nouveau, le dommage nous reviendra, avec les intérêts. 

Donc, quand vous entreprenez de suivre la Voie Christique, vous devez comprendre qu’il s’agit d’un chemin d’analyse implacable du moi où il faut avoir le courage de regarder ses actions à la lumière de l’AMOUR et être disposé à voir la vérité de ses pensées et de ses émotions. En progressant sur la voie, il devient plus facile d’accéder à la perception de la vérité de l’autre, de ce qui le pousse, le motive, l’induit à commettre des erreurs dans ses relations, à son poste de travail et dans sa proche famille. Plus vous pouvez vous identifier à votre prochain, comprendre ce qui le motive, percevoir les difficultés qui le poussent à commettre des actes irréfléchis, plus votre spiritualité, votre compassion et votre amour s’élèveront vers ceux qui – vous le comprenez dès lors – font vraiment tout ce qu’ils peuvent dans l’environnement et les circonstances qu’ils se sont créés pour eux-mêmes. De ce point de vue, il devient de plus en plus facile de demander pardon, jusqu’à ce que vienne le temps où, voyant si clairement la vérité de votre prochain, vous ne pouvez plus attendre de pardonner et d’éliminer de votre pensée toute tension et toute critique. 

Quand viendra le temps, pour une personne aussi éclairée, vivant dans la paix et l’harmonie avec le monde entier, de trépasser, elle entrera dans un état de joie et de bonheur parfaits. Elle entrera dans la Lumière sans un regard pour la Terre qu’elle laisse derrière elle. Elle découvrira finalement qu’elle est arrivée dans cette dimension d’Être où elle est dans le contentement et parfaitement en paix. Après un certain temps, elle commencera à remarquer qu’il existe des dimensions d’existence encore supérieures et elle se mettra à préparer, élargir, étendre sa conscience pour absorber les vibrations encore plus hautes de Conscience Divine ; elle deviendra un canal de plus en plus créatif et rayonnant d’AMOUR INCONDITIONNEL. 

Une telle personne est vraiment la CONSCIENCE CHRISTIQUE.

Publié dans APPRENDS-MOI, Nouvelle conscience, SAGESSE, TRANSFORMATION INTERIEURE | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...