• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 11 février 2015

Se placer sous les bons auspices de Ganesh-Oghme-Hermès

Posté par othoharmonie le 11 février 2015

 

Précision importante : ce texte ne vise pas à définir la Wicca. Il vise à proposer un cadre de communication quand on parle de la Wicca. Quand on pose une question à quatre wiccans, on a cinq réponses (et demi) différentes voire contradictoires. D’où un problème : comment faire pour communiquer avec des personnes non wicca dans ce contexte (qui est le contexte que je recherche : celui d’une liberté religieuse complète !). 

téléchargement (3)A travers ce texte, on ne cherche pas un consensus sur une définition de la Wicca, on veut juste écrire comment je il faut axer une quelconque communication. Cela fait plusieurs fois que le milieu Wicca (et le milieu païen en général) me semble démontrer, par des actes et des paroles, l’existence d’un problème de communication avec l’extérieur « moldu ». Souvent le média de communication «intra-sociale» est représenté par les journalistes et force est de constater que les milieux wiccan et païen ne rendent pas toujours une image « correcte » : en clair, les discours, pris sans recul, évoquent plus une secte (– Je ne veux pas communiquer – Tu n’as pas le droit de dire ça – Tu n’y connais rien – etc. Cf. l’incident Alison sur Madmoizelle*) qu’un mouvement religieux nondogmatique, ouvert au dialogue et à la critique. A terme, cela peut poser problème, vous ne croyez pas ? 

Il y a encore peu de temps, une journaliste qui s’est présentée sur un groupe Wicca Facebook a du avoir une surprise en lisant certaines réactions un peu outrancières. (Nous savons pourquoi ces réactions existent, mais quelqu’un qui « débarque » ne le sait pas…). 

Il me semble donc que ces réactions, toutes légitimes qu’elles soient, gagneraient à être canalisées. Le but n’étant ni de faire du prosélytisme (je suis contre soit dit en passant), ni d’avoir une communication centralisée par une autorité centrale (ce qui va contre le Rede Wicca : fais ce que tu veux…), mais plus d’avoir un mode de communication avec l’extérieur « moldu » qui même s’il est décentralisé peut servir de conseil/guide de communication à toutes/tous les wiccanes/wiccans. 

Pour moi, c’est un « retour » important : je n’apprécie pas (en général, hein !) le milieu ésoterico/occultiste et c’est un article dans un journal qui m’a branché initialement sur la Wicca. Je pense important de redonner le « don » qui m’a été fait à ce moment-là. J’ai appelé pense-bête de Ganesh-Oghme-Hermès les points qu’il me semble  important de garder en tête quand on parle à quelqu’un qui ne connaît ni la Wicca, ni le milieu « païen » (journaliste ou simple particulier « moldu »). 

J’ai essayé de faire court (quatre idées principales en partant de la plus importante) et j’ai développé un peu  chacun de ces points pour préciser ma pensée…

 

1 – La Wicca est une religion non dogmatique: en parlant de la Wicca je n’engage que moi et éventuellement mon cercle, mon coven ou mon courant SI j’ai reçu une délégation de parole. 

Il n’y a pas de cadre figé sur ce que l’on «vénère»: certains sont polythéistes, d’autres panthéistes, d’autres encore monothéistes, enfin certains sont plus dans une optique symbolique (ex : la Nature). Il n’y a pas une autorité centrale : personne ne peut définir LA pratique orthodoxe de la Wicca ou parler au nom de la Wicca. Tous les points de vues sont donc personnels (ou ceux d’un cercle/coven/courant éventuellement si l’orateur en est le porte-parole) avant d’être des points de vue wiccans. 

C’est également la raison pour laquelle il existe plusieurs courants wiccans, tous sont légitimes puisque rien n’est défini a priori. Le principe du secret complet et total existe pour certains wiccans et leur silence ne doit pas être pris pour une acceptation d’une communication ou de « révélations » sur la Wicca. Le « non dogme » implique qu’il ne peut y avoir « révélation », ni « secret ultime et monnayable ».

 

2 – Le seul cadre dans la Wicca est donné par le « Rede » (= le Conseil) – « Si nul n’est lésé, fais ce que tu veux » – et la loi du triple retour – « Tu recevras trois fois ce que tu as fait ». 

C’est donc plus un cadre faisant appel à la responsabilité et à une réflexion sur les conséquences de ces actes  qu’un dogme « éthique ». Plus qu’un principe moral rigide (faire ci ou ça, sinon…), c’est un principe de responsabilité personnelle très générique et soumis à de multiples interprétations qui fait appel à une réflexion sur nos actions, leur impact et sur le contexte. Ceci donne un aspect « vénération/respect de la nature » et « non-violence » à la Wicca. Mais là encore plusieurs interprétations sont possibles sur le « nul n’est lésé ». 

3 – Une conséquence du « Rede » est la séparation entre la Politique/la Religion/la Science pour une wiccane/un wiccan. 

Pourquoi une conséquence du Rede ? Si des gens ont des croyances différentes voire opposées comment ne léser personne en interagissant ? La réponse est : en ne tenant pas compte des croyances dès que l’on sort du cadre religieux. Il ne peut donc y avoir d’approche sectaire, fondamentaliste ou intégriste au vu du Rede. Les approches laïque et scientifique viennent d’ailleurs de la Grèce antique polythéiste : la Wicca, religion moderne, ne fait que reprendre une ancienne tradition 

La politique n’est évidemment pas interdite aux wiccanes/wiccans mais, dans ce cas, c’est en respectant le principe de séparation entre la religion et la politique… comme dans la Grèce antique (idem pour l’approche santé et psychologique). Certains courants de la Wicca veulent influencer la politique de leur pays (par exemple, le Reclaiming) mais ils suivent le cadre politique sans demander un changement de système politique (pas de mise en place d’une théocratie ou de faveur spéciale pour la Wicca). En clair, ces courants suivent les règles politiques démocratiques comme n’importe quel groupe (écologistes, socialistes, féministes, NRA, etc.) souhaitant  promouvoir ses idéaux de manière pacifique. 

Certains d’entre nous s’affichent comme wiccanes/ wiccans et affichent publiquement la Wicca (site internet, etc.) mais le prosélytisme n’est pas une valeur encouragée au vu du Rede. Par contre, on peut faire un effort pour que la communication de la Wicca soit claire et non parasitée par des intérêts particuliers (d’où ce pense-bête).

 

4 – La Wicca fait partie du mouvement global du paganisme (néo ou pas) mais elle n’est pas la seule représentante de ce mouvement et si elle reconnaît les mouvements avec des approches proches du « Rede », elle se désolidarise complément des mouvements à visé identitaire ou communautaire intégriste. 

Notamment la Wicca n’a rien à voir avec le satanisme, l’extrême droite, l’extrême gauche. A partir d’un rappel de ces points AVANT chaque communication (via internet ou en direct) et en insistant sur leur importance auprès de tout interlocuteur chacun peut développer ensuite son point de vue wiccan (approche plus spirituelle/ symbolique/philosophique que religieuse, gardnerien/éclectique/faery/reclaiming, etc.) auprès d’un tiers sans encourir des reproches du reste de la communauté wiccane ou païenne. A vous de voir si cela peut servir de base pour avoir une communication décentralisée mais structurée.

 

* http://www.madmoizelle.com/sorcierewiccane-248658

Retrouvez les articles de Onrique sur son blog : http://wicca-monde.over-blog.com

 

 

Publié dans Astrologie et Esotérisme, Chemin spirituel | Pas de Commentaire »

Initiation, Coven et Wicca

Posté par othoharmonie le 11 février 2015

 

 

Man climbs to heavensCet article naît de la nécessité profonde de mettre les choses au clair, car Valentina Voxifera Ferracioli s’est souvent retrouvée impliquée dans de folles discussions sur les réseaux sociaux et en général sur les plateformes de partage (forum etc). Et, lors de ces entretiens virtuels, elle s’est aperçue du manque absolu d’information quand on parle de certains sujets, en particulier quand on touche les concepts d’initiation, de Coven et de Wicca dite « traditionnelle » (donc en général Wicca gardnerienne et/ou alexandrienne) qui semblent mystérieusement être la première préoccupation de beaucoup d’éclectiques et les ennemis de certains. Vous pouvez donc imaginer ma souffrance, étant gardnerienne/alexandrienne, en voyant défiler devant ses yeux une série de fantasmes, de clichés et de mythes infondés. Ses raisons expliquées, elle commencera par le concept d’initiation qui semble être le plus controversé.

 

Mode d’emploi : INITIATION Wicca… CETTE INCONNUE

 

Dans l’ère des sorcières virtuelles, je ne peux pas m’empêcher de remarquer l’utilisation toujours plus fréquente de mots grandiloquents souvent accompagnés par des titres assez discutables : prétendus Grands Magiciens et Sorcières ou Prêtres et Prêtresses avec un tas d’initiations, et qui changent leur tradition comme ils changent leurs vêtements ; Initiés réincarnés d’Isis qui passent au mysticisme christo-païen pour ensuite arriver à mêler traditions religieuses et mouvements politiques (ça existe je vous le jure !), et qui se sentent de grands élus. Donc, initiés, initiés, initiés partout. C’est bien facile de se cacher derrière un pseudo et de se faire passer pour quelqu’un d’autre. 

Comme d’habitude la vie réelle  est bien différente. Je reste assez perplexe devant l’abus du mot « initiation », un terme qui est utilisé abusivement par certains non-initiés et même par certains initiés, quelle ironie ! J’ai eu l’occasion de parler avec des gens qui disaient chercher désespérément une initiation wiccane, quand je leur ai posé la question « dans quelle tradition ? » la réponse a été « je ne sais pas, je cherche simplement une initiation », et là j’ai compris qu’à la base il n’y avait pas une véritable recherche d’un chemin ni une véritable conscience, mais un simple désir de broder en or « le canevas banal » de leur existence, atteints par une fièvre initiatique. Quand on leur donne ce qu’ils cherchent, souvent ils deviennent des « accumulateurs compulsifs d’initiations », donc l’important c’est d’accumuler et on cherche partout et n’importe où pour en avoir d’autres. Il y a une véritable course à l’initiation. 

De l’autre côté il y a chez certains initiés (heureusement pas beaucoup) la tendance à considérer l’initiation comme un titre honorifique, quelque chose qui les détache de la « plèbe », une occasion pour essayer de donner un sens à leur vie. Je suis désolée de vous contredire, mais l’initiation n’est pas un titre glorieux ni un titre à collectionner, c’est avant tout une question de responsabilité, au début envers nous puis quand on passe les autres degrés c’est aussi une responsabilité plus « large », envers nos initiés. 

Et donc, vous ne vous êtes jamais demandés qu’est-ce que c’est l’initiation? Avant tout il faut un prémisse : en rentrant dans le cadre des expériences humaines subjectives on ne pourra jamais être exhaustif au sujet de l’initiation, donc je ne prétends pas vous donner une image complète d’une expérience si vaste mais juste un aperçu général. L’initiation, au sens large et selon le dictionnaire de l’Académie française, est l’ « Admission à la connaissance de mystères religieux et à la participation au culte sacré. » en tout premier résultat, et puis encore : « Action de délivrer ou d’acquérir les premiers éléments d’un art, d’une technique, d’une science, les rudiments d’une discipline ». Parfait, comme définition de base c’est assez satisfaisant, mais l’initiation est bien plus qu’une admission officielle. L’initiation peut se passer sur deux niveaux : le niveau personnel/intérieur et le niveau collectif. Quand on parle au niveau personnel il s’agit d’un réveil intérieur, « un réveil de l’âme à une conscience supérieure » comme défini par R. Steiner dans La Science de l’Occulte2, c’est la rencontre entre le Soi et le Divin, notre expérience personnelle et intime avec les Dieux.

 

Cette rencontre peut arriver de manière spontanée sans qu’il y ait une cérémonie

et sans nous introduire dans une tradition religieuse précise, ce sera donc un auto-réveil pendant lequel on découvre notre côté divin, même si une initiation traditionnelle peut aider à accélérer le processus bien sûr. Ce phénomène est à la base de toute expérience mystique (qu’elle soit chrétienne, juive, islamique, païenne, etc.). Si l’on pense par exemple aux expériences des grands mystiques on pourra sûrement retrouver une base commune : l’étincelle divine, le contact et l’union avec Dieu. 

L’initiation collective appartient plus spécifiquement à des traditions religieuses, pour comprendre ce point il faut introduire un concept très cher à l’ésotérisme occidental : le concept d’ « esprit du groupe ». L’origine du mot « religion » est latine et dérive du verbe religo, religare qui signifie « lier, connecter, unir », donc on peut dire qu’une religion unit principalement l’homme à dieu et sur un niveau plus humain, elle unit les gens. Selon le concept « d’esprit du groupe » qui est à la base de toute religion, quand un certain nombre de personnes se    regroupent en partageant une même idée, une même croyance, un même but, il se crée une entité ou égrégore qui s’alimente au fur et à mesure que les gens pratiquent ensemble, et dans le temps cette entité devient toujours plus forte et identitaire (pensez seulement au Judaïsme). 

Pour avoir accès à cet égrégore et pour rentrer dans l’esprit du groupe d’une religion il faut passer par une cérémonie de passage, d’initiation qui change selon la tradition de référence et qui réveille dans la conscience du postulant le sens d’appartenance et la volonté d’entreprendre un nouveau cheminement. Dans la Wicca cela s’applique au concept de Coven qui est plus petit en terme numérique mais également puissant. 

images (4)Chaque Coven a son « esprit du groupe »

qui se construit avec la pratique constante, le partage et la transmission des connaissances, traditions et croyances entre les membres. Pour avoir accès à ce corpus il faut être initié, donc être admis à ce grand esprit commun, qui marche comme un grand moteur dans lequel chaque membre met une partie de ses énergies. 

En magie l’union fait la force et quand dans un Coven l’harmonie et la Volonté règnent, tous les travaux magiques deviennent effectifs et donnent de grands résultats sans trop d’efforts.

Bien sûr on n’atteint pas un tel niveau tout de suite, mais après une longue période de pratique et de travail en groupe.

 

LE COVEN

Dans le dernier paragraphe on a introduit le concept de Coven, pour ceux qui ne s’y connaissent pas bien en terminologie, au sens large ce mot désigne des sorcières qui se regroupent pour fêter et pour célébrer des rituels, mais tout comme pour l’initiation, c’est plus que cela. 

Le Coven est assimilable à une famille, une famille spirituelle dans laquelle on a été adopté et qui appartient elle-même à une plus grande famille qui est la tradition d’appartenance, et dans laquelle les membres ont construit un rapport très fort entre eux au-delà du degré d’initiation de chacun et dont l’intensité peut être comprise seulement en la ressentant (donc croyez-moi sur parole). Je vois qu’il y a une tendance, alimentée par la désinformation, à considérer le Coven comme quelque chose de sectaire où la liberté de chacun est constamment menacée par la présence des deux Grands Prêtres qui semblent assumer dans ce cas toutes les caractéristiques d’un couple de tyrans. Rien de plus faux, chaque Coven est autonome donc cela pourrait bien se passer, il faut être réaliste, mais ce n’est pas la norme. Les Grands Prêtres sont comme des « parents » spirituels, ce sont des guides et ils nous montrent un des chemins possibles mais au final c’est à nous de marcher, chaque membre a sa démarche et on la respecte. 

D’habitude on préfère avoir un Coven bien assorti avec différents points de vue et différentes habilités afin que chacun puisse enrichir le groupe en apportant sa propre expérience et en la partageant. Le mot clé est vraiment « partager », seulement en partageant on peut alimenter l’égrégore ou esprit du groupe dont on parlait auparavant. Le fait de rentrer dans l’esprit du groupe implique déjà le partage de quelque chose : à l’intérieur du Cercle chaque membre enlève ses barrières psychiques et instaure un rapport d’union et de coopération avec la psyché des autres en un acte extrême de confiance, c’est pour cela qu’au premier degré d’initiation on rentre pour la première fois dans le Cercle avec deux mots parfaits « Parfait Amour et Parfaite Confiance », et quand on s’engage longtemps en ce sens, cela peut se passer de manière tout à fait spontanée même à l’extérieur du Cercle sous la forme de petits phénomènes de télépathie, de synchronicité, de rêves synchronisés, etc. 

Comme le dit si bien Vivianne Crowley dans son livre Wicca, The Old Religion in the New Millennium : « Il est plus facile que tout cela se passe dans un groupe coopératif que dans un groupe compétitif, quand le groupe n’est pas autoritaire et quand les gens s’aiment bien ». C’est aussi pour cette simple raison qu’il y a une sélection plus ou moins stricte pour entrer dans un Coven. 

SEXUALITÉ, SKYCLAD ET AUTRES FANTASMES

Il n’y a pas longtemps, je me suis retrouvée au sein d’une discussion très animée sur un groupe virtuel français dédié à la Wicca, dans laquelle quelqu’un disait que les gardneriens et les alexandriens étaient des pervers sexuels parce qu’ils pratiquent skyclad. Étant gardnerienne et alexandrienne à la fois je me suis sentie doublement impliquée. Encore une fois je vais expliquer pour ceux qui ne connaissent pas la terminologie: skyclad est un terme anglais qui signifie « vêtu de ciel », une manière poétique et très british de désigner la nudité rituelle. À l’intérieur de la Wicca presque tout le monde sait que dans les branches traditionnelles (mais ce n’est pas exclusif à ces branches) la nudité rituelle est très pratiquée, et c’est problématique pour certains païens d’abandonner la vieille forma mentis qui lui a été inculquée dans l’enfance et pendant la jeunesse selon laquelle un corps nu est nécessairement un instrument sexuel, et donc il faut le cacher à tout prix. Pour comprendre à fond cette pratique il faut abandonner les préjugés et comprendre qu’il n’y a aucune implication sexuelle à la base de la nudité et surtout à l’ère de la pornographie virtuelle et des clubs privés je ne vois pas pourquoi il faudrait avoir recours à la religion et à la spiritualité:  si on veut « s’amuser » il n’y a pas de soucis, on peut toujours organiser une soirée informelle chez soi tranquillement sans honte, et donc on n’a pas besoin de se justifier en ce sens.

 

La pratique skyclad donc sert principalement à rapprocher les membres d’un Coven en créant une intimité profondeon montre aux autres notre vraie nature en Parfaite Confiance, en laissant derrière nous notre quotidien, notre condition sociale dont les vêtements sont un symbole et nos soucis par rapport à notre corps, puisqu’à l’intérieur du Cercle tous les membres sont égaux. En même temps, être familiarisé avec son corps nous aide à avoir un rapport meilleur avec nous-mêmes et à considérer notre corps dans sa beauté puisque « belles sont pour les Dieux toutes les choses ». La pratique skyclad fut introduite par Gerald Gardner qui avait longtemps fréquenté les milieux intellectuels naturistes anglais, dans les années 1940 donc bien avant la révolution des années 1960 (pour ceux qui nous prennent pour des hippies), et qui a tout simplement décidé d’insérer cet aspect dans la liturgie wiccane : selon sa théorie les sorcières ont toujours pratiqué nues parce que les vêtements empêcheraient les énergies dégagées par les corps lors des rituels de se répandre à l’intérieur du cercle. 

téléchargement (2)En tout cas, qu’elle soit une pratique attestée ou non, il y a ceux qui utilisent une robe rituelle et il y a ceux qui se déshabillent mais le but principal est le même: abandonner le quotidien pour se plonger dans le sacré. 

Un autre grand souci sur lequel je vois le plus souvent fantasmer c’est la question du Grand Rite, en effet il y a des rituels sexuels à l’intérieur de la Wicca mais c’est normal dans une religion qui célèbre la nature et le Divin dans la nature : la sexualité ne fait-elle pas partie de la nature ? L’énergie qui se produit lors d’un rapport sexuel peut être utilisée pour des finalités magiques bien sûr, mais le Grand Rite qui est un rituel d’une beauté étonnante peut être effectif ou symbolique et surtout n’est pas un rituel que l’on fait en légèreté quand on n’a rien à faire ou simplement pour s’amuser. Bien que de nos jours le Rite symbolique, le geste de plonger l’athamé dans la coupe, soit le plus utilisé, s’il y un couple déjà uni dans la vie qui est proprement préparé, au bon degré et donc conscient de ce que cela implique, le Rite effectif peut bien être effectué. 

INITIÉS VS. ÉCLECTIQUES

Quand on discute sur les plateformes virtuelles de partage, j’ai souvent l’impression qu’il y a idéalement deux grandes factions : les éclectiques et les initiés. 

J’avoue que je n’aime pas trop cette impression, ayant été éclectique pendant 5-6 ans de ma vie, je ne comprends pas cette « guerre virtuelle ». D’un côté il faut dire qu’il y a certains éclectiques qui n’ont pas encore une idée précise de la Wicca mais qui s’élèvent déjà au degré de maître, et il n’y a rien de plus dangereux qu’un maître inconscient surtout pour ceux qui commencent à s’approcher de ce chemin. De l’autre côté il y a chez certains initiés un esprit « identitaire » trop fort qui empêche l’ouverture vers les non-initiés, et pour la Wicca initiatique il n’y a rien de plus dangereux que la fermeture. Entre ces deux extrêmes, comme je le dis souvent, la bonne route passe au milieu. Il faut se rappeler que l’on est tous des êtres humains, l’initiation ne nous rend pas plus grands, plus forts ou plus savants que les autres, mais en même temps il faut se rappeler que cette spiritualité n’est pas un jeu où il faut démontrer qui sont les plus grandes et puissantes sorcières comme celles des séries télévisés. Ce qui est important c’est de ne pas tomber dans la vision « je-m’en-foutiste » qui considère un parcours éclectique sérieux et un parcours initiatique comme équivalents, ce sont deux chemins différents et ils doivent le rester. Chacun a sa démarche. 

La Wicca est un parcours expérimental, même si l’on est en « compagnie » chacun marche de ses propres pieds, chacun construit son rapport personnel avec le Divin, pour arriver à un même but commun par des chemins très différents. Ce n’est pas une compétition à qui arrive le premier, en tout cas courir sur une route en amont ce n’est pas sage.

 

Références:

Butler, W. E. – Magic: Its Ritual, Power and Purpose, Thoth publications Crowley, Vivianne – Wicca: A Comprehensive Guide to the Old Religion in the Modern World, Element Books Ltd Fortune, Dion – Applied Magic, RedWheelWeiser

Steiner, Rudolf – La Science de l’Occulte, Triades

1. v. 27 “Au lecteur” Les Fleurs du mal, Charles Baudelaire (1857)

2. Rudolf Steiner (1861-1925), membre et conférencier de la Société Théosophique et puis fondateur de l’anthroposophie.

Publié dans Astrologie et Esotérisme, LECTURES Inspirantes, UNE TERRE D'ALLIANCE | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...