Rire de tout pour ne pas pleurer d’un rien

Posté par othoharmonie le 6 mai 2015

 

« Rire de tout pour ne pas pleurer d’un rien« 

Cette phrase a été citée par Charlotte de TURCKHEIM dans l’émission 7 à 8 du dimanche 3 mai 2015

 theatre concept

Cette réflexion m’a fait réfléchir, car il est vrai qu’il y a beaucoup de choses que nous ne comprenons pas, simplement parce que nous ne sommes pas encore à même de le comprendre. La compréhension passe par-dessus les différences car notre cœur  remarque quelque chose de beaucoup plus important ; nous sommes tous très semblables les uns aux autres car nous sommes très semblables à ce qui est à l’intérieur de chacun d’entre-nous. Une fois que nous voyons cela honnêtement, nous perdons vite la peur que nous avons des autres, tandis que nous regagnons confiance dans le potentiel de notre innocence. Plus nous enveloppons les autres dans cette innocence, en libérant notre esprit de toute défense et de tout soupçon, plus nous commençons à entrevoir l’innocence de l’Univers et pourquoi il est impossible à tout être vivant de souffrir très longtemps au vrai sens du mot partage.

Il y a une fin à la douleur. Il y a un stade au-delà duquel la peine ne peut aller. Nous ne sommes jamais abandonnés. Ce n’est qu’avec une vision sereine que nous pouvons voir ce que nous sommes réellement.

Nous avons tous connu des moments où nous étions pris dans nos problèmes personnels, physiques, émotionnels ou financiers et où nous avons brusquement été appelés à aider quelqu’un dans le besoin. Ce n’est qu’après la crise que nous avons constaté que nos propres problèmes avaient disparus de notre conscience, tant que nous étions occupés à venir en aide. Ils ont disparu de  notre conscience et cependant il est important de remarquer qu’ils n’ont pourtant pas disparu de notre vie.

Lorsque nous sommes occupés à donner, nous recevons également, car nos soucis personnels disparaissent de notre pensée. Lorsque nous nous rendons alors compte que l’intérêt des autres est également tout à notre bénéfice, par ce biais nous obtenons le calme intérieur, ne serait-ce que brièvement mais nous laissons derrière nous notre propre enfer. Même si les apparences demeurent, il est impossible à l’esprit de se focaliser sur elles lorsqu’il est envahi par le désir de rendre heureux quelqu’un d’autre que soi.

Nous pouvons faire beaucoup pour les autres et c’est précisément la raison pour laquelle nous pouvons faire beaucoup pour nous-mêmes.

Dans la bienveillance et la tranquillité, rappelons-nous souvent que notre esprit réel ne contient que les pensées de Dieu, d’amour et de paix. S’il y a d’autres pensées, c’est que nous les y avons fabriquées et nous pouvons décider de les laisser disparaître. Il ne nous est pas demandé de lutter contre quoi que ce soit mais simplement de préférer être heureux plutôt que mal en point. Choisissons de vivre à la lumière qui nous illumine de l’intérieur et faisons que ce qui est sans importance soit à jamais sans importance.

Nous sommes de plus en plus nombreux à désirer nous rapprocher de la nature, donner une part plus grande à la créativité personnelle et vivre pleinement dans un monde en changement constant et pour cela, il nous faut découvrir les principes de santé et d’harmonie nous permettant d’améliorer notre relation avec nous-mêmes, nos proches et le monde dont nous faisons partie.

Francesca du blog http://othoharmonie.unblog.fr/ 

 

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...