• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 9 mai 2015

Cet Instant est le seul temps réel

Posté par othoharmonie le 9 mai 2015

 

Univers-science-fiction-sy-fy-SFLa croyance selon laquelle le passé établit la réalité es lois de la vie pénètre notre esprit d’une manière bien plus subtile qu’à travers notre effort pour contrôler directement les événements. Nous pensons constamment au futur et nous nous attendons à ce qu’il soit comme le passé. Nos fantasmes et nos pensées tentent de projeter dans le futur ce que nous nous rappelons avoir aimé dans le passé et de supprimer ce qui a été difficile et pénible.

« Hier était épouvantable, aujourd’hui est terrible et demain sera encore pire ». C’est ainsi que ma famille considérait la vie lorsque j’étais enfant. Je soupçonne qu’il y a dû y avoir  un peu de cette attitude autour de vous lorsque vous avez grandi. De génération en génération, nous avons tous baigné dans la croyance que le passé prédit le futur et qu’une personne mûre, douée d’un jugement sain, tient soigneusement compte des leçons du passé lorsqu’elle fait des projets.

Lorsque nous pensons de cette manière, nous ne regardons pas vers l’avenir de façon pratique et raisonnable, nous ne faisons que nous fabriquer un état mental constitué presque uniquement de peur. Nous croyons que nous ne devons pas avoir confiance dans la tournure générale des événements de notre vie et nous considérons donc tout et chacun comme un ennemi ou, du moins comme un danger potentiel. A son tour, cette attitude fait que nous ne nous sentons pas dignes d’amour. Cela nous procure un sentiment de culpabilité et nous rend impuissants et incertains par rapport à tout. Nous essayons donc de contrôler la réalité et ce faisant, nous développons uniquement des talents de manipulation. Bien sûr, c’est là l’erreur que nous faisons tous.

Lorsque nous nous sentons mal aimés ou indignes d’être aimés, nous faisons généralement l’erreur d’essayer de reprendre le contrôle des circonstances extérieures, car nous croyons que c’est la cause de notre tristesse. Comme nous avons besoin du futur pour atteindre notre but, nous dévaluons le moment présent. Même un avenir morne sur lequel nous avons un certain contrôle nous semble préférable au présent. Le bonheur, qui nécessite que nous portions toute notre attention sur le présent, devient effrayant.  Cependant, avec cette attitude nous ne pouvons que nous méfier de tout degré de bonheur qui nous vient. La peur stimule le désir inconscient d’être malheureux afin de pouvoir nous concentrer sur le futur pour le contrôler. Toutes les fois que nous avons peur, nous   pensons qu’il est bon d’exclure du présent tout amour et tout bien-être.

A présent, je suis convaincue que chacun de nous décide des croyances par lesquelles il vit. Nous pensons qu’il nous faut nous identifier à notre passé, mais il n’en est rien. Nous avons le choix. Ce n’est pas en nous angoissant sur notre monde que nous en maintiendrons la cohérence. Nous pouvons mener une vie libre de toute peur.

Lorsque nous sommes uniquement occupés à donner, nous n’avons pas d’angoisse….

Pour la plupart des médecins, il est évident que l’attitude peut avoir une influence sur les maladies organiques. Ils savent que la volonté de vivre ou de mourir peut changer le cours d’une maladie. Ils le savent bien qu’une telle attitude ne puisse être observée sous un microscope, ni mesurée, ni pesée ou reproduite. Les vérités relatives à l’esprit défient les critères scientifiques habituels. On peut voir les situations et les atmosphères générales produits par nos attitudes reflétées non seulement dans les cas extrêmes de maladie mortelle, mais également dans tous les aspects de notre vie.

L’expérience de l’amour et de la paix est la seule chose importante que l’on communique. C’est l’attitude du cœur et non ce qui se dit entre deux personnes qui fait le travail de guérison mutuelle. Une accumulation de connaissance verbale chez l’un ou l’autre n’a que peu d’utilité pour une guérison intérieure profonde.

Bien plus que nous le croyons, nous ne voyons finalement que le passé chez ceux que nous rencontrons. Et en fait, c’est notre passé et non le leur que nous voyons comme faisant partie d’eux. Nous n’agissons donc pas en fonction d’eux, mais en fonction de tous nos préjugés. Le désir bienveillant de voir les autres tels qu’ils sont dans l’instant présent peut purifier grandement nos attitudes. Nous aurions peu de choses à rejeter chez les autres si nous nous abstenions de leur apporter tous nos jugements et nos reproches mesquins.

Nos expériences passées ne peuvent nous parler de l’amour de l’instant présent. Se rappeler et voir ne sont pas la même chose, et c’est pourquoi les souvenirs nous sont peu utiles pour nouer des relations de sincère Amour.

Francesca du blog http://othoharmonie.unblog.fr/  

Publié dans Beaux textes, Chemin spirituel, Etat d'être, Guérir en douceur | Pas de Commentaire »

QUE LA VIE SOIT LA VIE

Posté par othoharmonie le 9 mai 2015

 

la-vie-devant-soi-La vie est une conséquence, elle est le résultat d’un processus long et complexe. La vie est un aboutissement, c’est la nature qui l’a créée et non l’humain venu de je ne sais quelle planète habitée. La vie n’a pas été importée sur terre, elle s’y est développée tout naturellement. Mais il faut comprendre que derrière la nature, il existe un Maître incontesté. Sans Lui, c’est le néant qui prévaut. Sans Lui, c’est la tristesse qui domine. Sans Lui, c’est l’incompréhension qui surgit.

Vivre sur terre est un mal nécessaire et non une finalité. La vie n’est pas un jeu, elle n’est pas davantage le fruit d’une manipulation génétique ou biologique qui se substitue à l‘accouplement indispensable des êtres vivants et de sa raison d ‘être. La vie n’est pas facile à donner, elle est même souvent une épreuve pour ceux qui la portent. La vie est constituée de nombreux séjours terrestres, en tout cas pour l’humain, car les végétaux ou les animaux n’ont pas la même évolution.

Donc, si la vie de tout humain est composée d’étapes, il convient de ne pas ajouter de difficultés supplémentaires à ces vies terrestres qui connaissent de nombreuses épreuves et souffrances parfois. Partant de ce constat, il faut se poser les bonnes questions sur la vie. Est-il dans ces cas opportun de la forcer ou de la créer presque artificiellement ?

Toute vie sur terre compote une âme ou un embryon de cette âme divine. Il est donc de la responsabilité de chacun de savoir s’il est utile ou non de donner la vie, même si la nature en a décidé autrement. Si la nature s’oppose à la naissance d’un nouvel être physique et physiologique, il y a souvent une raison profonde ignorée ou enfouie momentanément au fond de la mémoire. Ce qui veut dire qu’une étape du parcours doit ou devrait se dérouler ainsi.

Je suis dure dans mes propos, mais souvent la lumière est bien souvent éteinte pour nous alors qu’en l’au-delà elle est éclatante. L’amour est le seul mouvement spontané qui donne la vie. Toute vie créée plus ou moins artificiellement est handicapée par l’absence du souffle d’amour qui régit la vie.

Restons simple et naturel chaque fois qu’n geste d’une telle importance est réalisé. Cela signifie que seule la vie donnée naturellement mériterait de s’exprimer pleinement ; l’autre vie, la vie artificielle ; celle qui est donnée par les chimistes et par tous ces manipulateurs de cellules humaines n’est pas, vous l’aurez compris, une vie naturelle.

C’est une question de conscience humaine qui doit trouver sa réponse dans les principes élémentaires qui sont à l’origine de la vie. Les enfants conçus en éprouvette reçoivent évidemment une âme divine. Il n’est pas question de les en priver, même si leur conception n’est pas entièrement naturelle. Elle reste un moindre mal, toléré mais non encouragé.  Cela vous choc peut-être mais le seule problème qui se pose est l’embrigadement. Nous sommes sous tutelle de la science, nous sommes sous tutelle de ces savants terrestres qui sont, à nos yeux bien souvent des puissants.

Les savants de la terre sont de petites consciences, et ont de nombreuses choses à apprendre de l’expérience de gens simple et sages. Ils se croient supérieurs parce qu’ils son les maîtres du corps humain et de sa destinée. C’est en tout cas ce qu’ils imaginent parce qu’en réalité ils ne maîtrisent rien, tout juste quelques connaissances scientifiques à la portée de tout être humain curieux et passionné par ce corps du chair que nous habitons.

Le germe qui sert de base à la fécondation féminine est bien sûr habité par le souffle divin, comme le sont d’ailleurs toutes les cellules de notre corps.

L’âme est introduite dans le corps du fœtus aux tout derniers instants de sa vie intra-utérin. C’est un processus complexe et simple à la fois qui se déroule lors de l’incarnation d’un nouvel être spirituel. Sourire ou pleure à la vie ? C’est tout le constat qu’il nous est possible de faire ; Pleure-t-il ou sourit-il à cette nouvelle vie, l’être qui s’incarne ? A cette question, il existe une réponse, et dans cette réponse nous avons également d’autres réponses… Il est petit et grand celui qui nous parvient.IL est très évolué ou très peu, c’est un constat que nous ferons plus tard. Néanmoins dès sa naissance, les signes de son évolution nous apparaîtront. Ils seront plus précis au cours de sa petite enfance. C’est ainsi que certains jeunes enfants ont des facultés médiumniques très tôt dans leur vie. Les uns voient les décédés, les autres les entendent. Ils échangent avec eux et cette relation pourtant si bizarre, ne les incommode pas le moins du moins du monde. A partir de l’instant où nous ferons dans notre famille ce genre d’observation, nous ne seront pas surpris par ce degré de discussion et d’interrogation de notre enfant qui vous étonnera souvent. Tout ne peut se résumer à cet exemple, il en existe d’autres plus ou moins visibles.

L’âme qui s’incarne est angoissée avant et pendant le processus de descente sur le plan terrestre, et toute entrave au bon déroulement de ce dernier lui est préjudiciable.

Le voyage est enrichissant pour la connaissance de l’être qui s’incarne, il n’est pas toujours nécessaire. Chacun peut passer toute sa vie chez lui sans jamais découvrir d’autres pays. L’âme peut également passer toute sa vie dans l’au-delà sans jamais se réincarner. L’âme au nom de sa nature divine, éprouve tôt ou tard le besoin d ‘élargir sa connaissance et en conséquence, de revenir séjourner de nouveau sur terre. Quant aux cellules spirituelles elles vont inévitablement reconstituer un jour ou l’autre une âme qui est, un condensé complexe de l’éther ; un condensé voué à s’incarner et véhiculant avec lui la vie de chaque particule cosmique et divine ayant participé à son assemblage.

La conséquence est toujours plus ou moins douloureuse. Elle consiste en un transport au fil des ans, des siècles et des millénaires, de cette mémoire cellulaire qui se manifestera inévitablement  un jour ou l’autre chez l’humain qui aura été, à son corps défendant, destinataire d’un passé à priori non réalisé dans l’amour.

Chez un nouvel humain réincarné, les particules spirituelles restent imprégnées de souvenirs. Leur mémoire est indestructible. C’est la raison pour laquelle l’histoire de l’univers est inscrite en chacun de nous.

Nous aurons un jour accès à cette gigantesque mémoire universelle, qui nous donnera toutes les clés du mystère de la vie….

Francesca du blog http://othoharmonie.unblog.fr/  

Publié dans Beaux textes, Chemin spirituel, En 2012-2013 et après 2016 | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...