Rallier le mental à la Conscience

Posté par othoharmonie le 16 mai 2015

 

89bb4bccfeSi vous voulez rejoindre l’esprit, il va falloir procéder par étapes. Il faut déjà que votre mental se dégage de cette espèce d’envoûtement psychique qui s’est fait sur vous ; il faut que votre mental s’allie à la conscience et celle de servir cet automatisme du corps physique qui agit sur le psychisme, sur la gravitation mentale.

Votre mental doit méditer sur tous ces conditionnements : pénétrez dans ce qui est l’enfant en vous-même et voyez comment vous vous êtes fait « coiffer », comment vous avez dû vous protéger, comment vous vous êtes trouvées dans un environnement qui vous a conditionnées et vous a confinée dans une situaiton d’impuissance. Votre mental examine, pièce par pièce, les situaitons : cela peut être l’action de votre mère, celle de votre père, ou la mésentente de vos parents, ou alors un manque d’écoute et de compréhension de la part de votre milieu familial.

Maintenant, avec le recul, examinez si vous avez acquis de nouvelles connaissances et une nouvelle vision des choses. Vous pouvez comparer par exemple, votre éveil de conscience actuel à celui qu’il y avait dans votre environnement d’enfance et qui perdure peut-être encore. Et vous pouvez toujours vous dire : « Oh ! Bien sûr, moi je sais cela, mais je ne peux pas leur en parler, ils ne comprendraient pas » ! Mais ce que vous oubliez dans cette situation quand vous dites « Ils ne comprendraient pas » c’st qu’il y a aussi une partie de vous qui est restée en dessous de ces gens qui ne comprennent pas, une partie que vous ne touchez jamais, et à qui vous n’expliquez rien parce qu’elle est sous la coiffe et sous l’inversion. Vous pouvez constater alors qu’il y a une faiblesse dans la maîtrise de votre limite, puisque vous l’avez laissée en-dessous et qu’en plus vous englobez ces gens qui se sont débrouillés plus ou moins consciemment pour vous limiter, quelque fois vous inverser, et qui continuent à vous utiliser pour les dégager et les tirer de l’ornière dans laquelle ils sont encastrés.  (voir explications ici : réf post précédent)

Il ne faut pas oublier que tous les corps physiques sont créés aussi par les puissances. Si vous êtes incarnée dans un champ de puissance (famille) d’un niveau de conscience insuffisant, il est possible que ce soit pour une bonne polarisation conscience-puissance ; Vous vous dites : « Ma famille est d’un certain niveau de conscience, et moi je suis d’un autre, mais je ne peux rien leur dire ». Vous ne vous rendez pas compte que votre famille vous a générées comme une suite à sa propre émergence et que, en passant, elle vous a conditionnée pour que vous réalisiez l’élévation de son système de puissance précédent (lignée familiale).

Vous avez deux démarches possibles. Ou vous dite : « D’accord, je suis reliée à cette famille, mais moi je veux m’élever, donc je décide d’élever ce système de puissance ». Cela veut dire qu’il faut vous y consacrer totalement comme on élève un enfant qui est à sa suite. Et vous savez que s’occuper de quelqu’un, c’est le prendre en charge des pieds à la tête, mentalement, psychiquement, vitalement substantiellement, etc. C’est une solution, mais vous devez vous y consacrer entièrement.

Ou alors vous dites : « Non, franchement parlant, c’est tellement différent, ce n’est pas ma génération, ils sont accrochés à des champs de puissance trop lourds, vu ce que j’ai vécu et comment j’ai évolué, la différence est trop grande, non je ne peux rien faire pour eux, non, ce n’est pas possible, je ne peux rien faire ». Alors c’est là où il y a un très grave problème, car si vous dites que vous ne pouvez rien faire, votre unique démarche devrait être celle de tirer votre limite. Mais ce n’est pas ce que vous faites. Vous laissez les choses en l’état, vous ne récupérez pas le circuit que vous avez en-dessous de vous.

Il faut être lucide ; ou vous faites quelque chose et vous risquez d’y laisser votre peau, ou vous décidez de ne rien faire parce que vous pensez que la distance est trop grande et qu’il est impossible de les en sortir. Il faut réfléchir à cette situaiton ; vaut-il mieux qu’il y ait deux personnes qui meurent ou qu’il n’y en ait qu’une ? Il faut se décider car la faiblesse reste dans l’absence de prise de conscience de la situation et dans la non-décision. Alors de deux choses l’une : soit ils sont susceptibles de s’élever à votre suite et il faut que vous fassiez le maximum ; soit vous jugez que vous n’en avez pas la force, que c’est extrêmement ancré, alors là, c’est impossible, il n’y a plus rien à faire, il faut les laisser tranquilles.

Francesca du Forum « La Vie Devant Soi » : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...