RE-DECOUVRIR la vie instinctive

Posté par othoharmonie le 25 juin 2015

 

12-1387845228L’instinct de l’être humain, lorsqu’il n’est pas anéanti par des conditions de vie artificielles, est de vivre sainement en accord avec les lois de la nature. L’instinct nous pousse à rejeter nos habitudes nocives. Le besoin de mouvement, l’espace, le soleil et, surtout d’ai sain, celui des larges horizons, de l’altitude, des plaines verdoyantes, de la mer clame ou déchaînée, est en chacun de nous comme une réminiscence ancestrale. Mais nous résistons à la voix intérieure de notre instinct, le refoulant, tellement nos habitudes malsaines sont devenues tyranniques.

Les joies de la plénitude physique sont cependant à la portée de chacun. Il est facile d’en faire l’expérience : un dimanche matin, au lieu de rester paresseusement au lit, levez-vous très tôt et allez faire une longue randonnée. Faites ensuite une série de respirations complète puis prenez une douche et frictionnez-vous tout le corps. Si vous êtes habituellement inactif, vous vous sentirez transformé, vous mangerez avec l’appétit de la jeunesse, vous éprouverez l’euphorie morale et physique qui est la récompense de l’effort. Vous aurez retrouvé le paradis perdu de l’enfance.

Ne pas entraver la satisfaction de nos besoins organiques est nécessaire à notre équilibre. Plus l’homme est policé, plus il contrarie les desseins de la nature. L’être primitif donnait libre cours à ses instincts, courait, sautait, grimpait aux arbres, nageait quand il en avait envie, mangeait quand il avait faim, faisait l’amour quand il en éprouvait le désir sans s’occuper de l’heure qu’il était.

L’homme civilisé, au contraire, se met à table à heures fixes et mange même sans appétit. Il se couche à des heures déterminées, quelle que soit sa fatigue. Très nombreux sont ceux qui contrarient les fonctions les plus naturelles, comme uriner et déféquer. Il en résulte de graves troubles de la santé.

Il suffit d’observer le plus fidèle de nos compagnons, le chien, pour voir combien nous nous sommes éloignés de la nature. Le chien qui n’a pas faim – nous ne parlons pas du chien de boudoir – ne touche pas à sa pâtée et attend que l’appétit vienne ; s’il est fatigué ou souffrant, il reste immobile ou dort ; s’il est en bonne santé, il jappe joyeusement et court jusqu’à l’essoufflement.

Donnez à un chien des aliments nocifs, essayez de lui faire boire de l’alcool, il se détournera. Livré à lui-même, l’animal ne se retient jamais pour satisfaire un besoin naturel. En marge des disciplines pour lesquelles il est conseillé de respecter la loi du rythme, il faut dans la mesure du possible céder aux injonctions de l’instinct, cela pour libérer le cerveau et éviter le refoulement.

Vue tridimensionnelle du diencéphale (en rouge)

Ecouter la voix de l’instinct ne veut pas dire obéir aveuglent à toutes les impulsions. On connait le déchaînement aveugle des soldats en occupation qui pillent et violent en l’absence de consignes sévères. Ce qui est le plus dangereux, c’est lutter de front contre les instincts. Certes il est en chacun de nous des instincts qui doivent être dominés. Eduquer son instinct, c’est développer certaines facultés qui améliorent la personnalité et se rendre maître des mauvais instincts.

En résumé, la tendance  mépriser les exigences organiques et à se tourner entièrement vers une existence spirituelle ou contemplative est une aberration qui prépare quelque fois de terribles réveils de l’instinct, qui dans le meilleur des cas, produit le déséquilibre des instances psychiques et dégrade le somatique.

Rechercher l’équilibre entre le corps et l’esprit, telle est la loi de l’unicité de l’être humain.

L’être trop matériel évolue vers l’animalité et régresse sur l’échelle des valeurs humaines ; l’être spiritualisé à l’extrême ne peu pas, étant soumis à la loi biologique et physiologique, ne pas apercevoir le côté matériel de son individualité. Il subit nécessairement les influences de sa nature et cela donne lieu à des luttes internes incessantes qui confinent au déséquilibre, quelque fois le précipitent quand le terrain est névrosé.

Francesca du Forum « La Vie Devant Soi » sur le blog http://othoharmonie.unblog.fr/

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...