• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 3 juillet 2015

Après la mort, qu’est-ce qui m’attend?

Posté par othoharmonie le 3 juillet 2015

 

Où irai-je ? Que verrai-je ? Que ferai-je ?

Le livre :

SO_apres-la-mort-qu-est-ce-qui-m-attendLa mort nous fascine depuis toujours. Bien plus qu’une simple curiosité naturelle, il s’agit là d’un appel de notre être à chercher des réponses, car non seulement celles-ci nous aident à nous abandonner en toute confiance au processus de la mort mais aussi à mieux vivre notre quotidien et à mieux accompagner les êtres chers qui doivent faire face à la mort. Forte de sa vaste expérience et de ses recherches personnelles, l’auteure désire aujourd’hui offrir un réconfort en partageant une vision de la mort fondée sur un sens profond, remplie d’amour et de compassion pour tous ceux qui aspirent à découvrir toute la beauté de ce passage aux apparences parfois si effroyables.

Au fil des pages, nous en découvrirons les étapes. Nous comprendrons comment se prépare et se déroule le processus et ce qui survient au moment de la mort et après. Nous verrons le cheminement que nous franchissons dans l’au-delà, les êtres qui nous accompagnent et ce que nous y accomplissons.

Au moment de notre mort, qu’allons-nous vivre ? Qu’est-ce qui nous attend de l’ autre côté du voile ? Cela dépendra de ce que nous avons dans nos bagages, de notre état d’être et de ce que nous avons cultivé dans notre vie. Voilà pourquoi il est si important de comprendre ce passage avant que la mort ne survienne. 

 

Interview de Sylvie Ouellet par Lilou Macé à propos de son dernier livre :

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 

 

qui est Sylvie Ouellet

Détentrice d’un baccalauréat en droit, d’un diplôme en droit notarial et d’un certificat en enseignement, Sylvie Ouellet a pratiqué la profession de notaire durant cinq ans à Rivière-du-Loup, d’où elle est originaire. Son parcours professionnel s’est transporté à Québec où elle a été enseignante et formatrice au Collège de Limoilou et à l’ENAP.

Intéressée par la psychologie, la parapsychologie et la spiritualité, elle a suivi de nombreuses formations et elle mène une quête personnelle depuis plusieurs années. Son cheminement intérieur l’a amenée à vivre des expériences d’accompagnement d’âmes désincarnées.

Lancement-Apr+¿s-la-mort-032-273x3001Elle se spécialise dans la compréhension des divers passages de la vie du point de vue de l’âme (naissance, incarnation et mort) pour offrir des outils concrets et holistiques d’accompagnement pour les êtres en transition et trouver un mieux-être durant l’incarnation. Elle a développé ses capacités médiumniques il y a une quinzaine d’années. Ses écrits sont grandement influencés par les communications avec les défunts et avec sa guidance, mais ils proviennent aussi du fruit des recherches effectuées au fil de ces années tant du point de vue scientifique, ésotérique que spirituel.

Elle donne régulièrement des conférences et des ateliers. Ses livres précédents , ils nous parlent, entendons-nous ? et j’aimerais tant te parler sont vite devenus des best sellers.

Sylvie Ouellet

 Après la mort, qu’est-ce qui m’attend ?, éditions Le Dauphin Blanc 320 pages – format 150 x 230 mm

un site : http://www.sylvieouellet.ca/monsite/accueil.htm

 

Publié dans AUTEURS A CONNAITRE | Pas de Commentaire »

NOS DESIRS SONT DES ORDRES

Posté par othoharmonie le 3 juillet 2015

 

 

 Vous connaissez sans doute cette belle phrase qui soutient que nous pouvons créer tout ce que nous désirons. On l’a même souvent personnifiée dans des films ou dans des animations par un génie qui exécute nos ordres à la lettre.

 Vos-desirs-sont-des-ordres2

 

 Un magicien de service, cela ne se produit qu’au grand écran, me direz-vous ? Pas tout à fait. De la fiction à la réalité, il n’y a souvent qu’un pas.

D’innombrables auteurs font la démons­tration que nos désirs, même les plus fous, sont accessibles. Alors pourquoi avons-nous parfois, voire souvent, l’impression que notre Houdini est en pause-café ou qu’il s’est tout simplement tiré avec sa lampe ? Y aurait-il quelque chose qui nous échappe et qui, du coup, bousille notre élan créateur ?

Eurêka, une idée de génie !

Prenons un moment pour comprendre le mécanisme de création. À l’instar d’une semence qui, pour naitre, doit être plantée dans un terreau fertile et adéquatement arrosée pour donner vie à quelque chose, le premier ingrédient est donc une pensée issue d’un environ­nement favorable à cette création. Il ne suffit donc pas d’avoir un désir pour qu’il naisse. Il doit être ensemencé dans le terreau de la non-résistance.

 

 Par exemple, si je désire avoir une promotion en nourrissant la croyance que les gens qui obtiennent des promotions sont des manipulateurs, alors que pour moi l’intégrité est une valeur absolue, mon désir ne pourra pas se réaliser à cause de cette croyance. Elle vient tout simplement contrecarrer mon élan créateur. Alors plutôt que d’avoir ma promotion, j’aurai plutôt une lutte intérieure entre mon désir et ma croyance. Donc, avant de crier au bon génie, un temps de maturation est nécessaire pour aligner notre désir avec ce que nous sommes et ce qui nous caractérise. Car s’il est vrai que la spontanéité de l’idée nous propulse sur une piste de création impor­tante, il est tout aussi juste de dire que nous ne pouvons pas ignorer qui nous sommes pour donner vie à cette idée.

Y a-t-il vraiment un lapin dans le chapeau ?

Si grand soit mon désir, il est tout à fait justifié de nous demander s’il prendra réellement forme. Nous aimerions tous que cela se produise tel le lapin extrait du chapeau du magicien en un tournemain, mais pour cela, il faut connaitre le truc pour l’en faire sortir. En effet, malgré les apparences, il y a toute une préparation derrière ce tour de magie. Il en est de même avec notre désir.

Une fois qu’il est intégré et aligné en nous, l’étape suivante est de le nourrir adéquatement pour le faire croitre. Ici, c’est l’énergie qui soutiendra cette aspiration et qui fera en sorte qu’elle se matérialisera ou qu’elle mourra de sa belle mort. La joie lui donnera des ailes pour qu’elle prenne son envol. La peur la fera flétrir en tout ou en partie selon l’emprise qu’elle exercera sur nous. Alors, oui, il y a toujours un lapin dans le chapeau, mais sa survie dépend de la manière dont nous allons le nourrir.

Oui, maitre !

En résumé, un désir est bel et bien un ordre que l’on donne, mais sa seule émission n’est pas garante de sa réalisation. Si l’ordre constitue une action mentale qui provient de la tête, cette dernière n’a pas la capacité de créer. Son rôle est de capter les idées, de les analyser, de les structurer et de les classifier. Ce faisant, ces opéra­tions réveillent souvent les peurs et les doutes qui existent au plus profond de notre être.

 

Magazine Vivre en janvier 201 Alors, si ce n’est pas la tête qui concrétise les désirs, qui est-ce ? La baguette magique est dans le coeur. C’est lui le véritable génie. C’est lui qui possède les clés de la joie inhérente à notre vérité profonde, joie indispensable à la création de notre désir. Pour que la tête puisse véritablement dire : « Oui maitre ! », il lui faut donc tout d’abord toucher l’énergie du coeur. Ainsi, il ne suffit pas de désirer. Il est nécessaire d’éprouver la joie de la réalisation pour manifester ce désir dans la matière. Si les enfants le font spontanément, c’est qu’ils sont constamment dans la présence du coeur.

Comme par magie…

  • L’ingrédient magique de la matérialisation, c’est donc la joie du coeur. Facile à dire quand le désir ne réveille aucune peur, mais plus complexe quand les doutes, les inquiétudes et les appréhensions se mettent de la partie. Comment parvenir à ressentir de la joie lorsque nous sommes littéralement noués par l’angoisse ? Rassurez-vous ! Nul besoin d’être un pres­tidigitateur talentueux pour y arriver. Faire disparaitre les doutes comme par magie, c’est un jeu d’enfant. Oui, je vous le jure ! Il suffit d’entrer dans l’espace du coeur. Certains diront que c’est justement quand on cherche à y accéder que les choses se corsent. Évidemment, comme les désirs proviennent de la tête, une impression de tourner en rond s’installe quand on tente d’accéder au coeur.

Oui, il y a toujours un lapin dans le chapeau, mais sa survie dépend de la manière dont nous allons le nourrir.

Comment faire alors pour sortir de ce cercle vicieux ? Remémorez-vous quand vous étiez petits. Vous n’aviez pas besoin de trucs complexes pour être dans la joie. Un rien vous y plongeait ! Trouvez, dans le moment présent, ce qui vous ferait du bien, ce qui vous amuserait, que ce soit un exercice physique, une méditation, une activité créatrice, de contemplation ou encore un jeu. Au lieu de rester angoissés face à ce désir, changez-vous les idées pour retrouver votre coeur d’enfant et votre angoisse va fondre comme neige au soleil !

Sésame, ouvre-toi !

Le truc est donc de déjouer la tête par une action qui va vous propulser dans la joie. En focalisant votre attention ailleurs que sur l’objet de votre angoisse, cette diversion aura pour effet d’ouvrir instantanément la porte du coeur. C’est un peu comme si vous prononciez le fameux Sésame, ouvre-toi qui vous permettra de faire ce petit pas de plus entre la tête et le coeur afin d’accéder à l’énergie nécessaire à la concrétisation de tous vos désirs. Essayez de vous frotter à la joie. Vous verrez. C’est magique !

Extrait de VIVRE – La New letter de Par Sylvie Ouellet

Publié dans Astrologie et Esotérisme, PENSEE MAGIQUE - LEITMOTIV et RITUELS | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...