• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 29 octobre 2015

Laissez rayonner la Lumière en Vous

Posté par othoharmonie le 29 octobre 2015

prends-main-lache-pasjecouterai-veux-dire-si--L-CwA2lPÀ ce moment-là vous verrez votre Calice de la Vie s’emplir, et lorsqu’il sera plein, vous pourrez de nouveau « ouvrir vos fenêtres », vous ouvrir sur l’extérieur, afin de laisser rayonner la Lumière en vous, sur l’extérieur.

En prenant totalement le contrôle de votre vie, celle résidant dans le calice qui vous a été confié lors de l’élaboration de votre projet d’incarnation, vous mènerez à bien l’expérience de vie que vous avez choisie, et aiderez par cela même, par votre exemple, les Autres autour de vous à s’ouvrir à la vie eux aussi et à rayonner. C’est ensemble, que telles des bougies exprimant la vie, que vous illuminerez la planète, cette planète, la Terre, qui vous a accueillis et qui se prépare à achever son ascension.

La Terre, que certains appellent Gaïa, à besoin de vous pour cela, tout comme vous avez besoin d’elle pour vivre cette deuxième partie de votre expérience, qui débute et qui va vous permettre de découvrir ce qu’est réellement la Vie telle qu’elle doit être exprimant l’amour, la joie, le bonheur, la paix… la Lumière.

Puisque vous avez choisi de vivre cela dans l’expérience de vie actuelle, et bien : ouvrez-vous à la Vie et Rayonnez. Vous seul devez tenir entre vos mains le Calice de la Vie, de Votre Vie. Par contre, je dois attirer votre attention sur quelque chose d’important, de primordial, dans la conduite de votre vie : responsable ne veut pas dire coupable ! Que nenni !

Les choix de vie que vous pouvez faire sont votre responsabilité et vous devez les assumer… mais ne culpabilisez pas si vous croyez vous être « trompé » ? Ne soyez pas dans le jugement de vous-même, sur les choix que vous avez pu faire.

Soyez simplement dans la compréhension qu’une route choisie peut s’avérer plus abrupte qu’une autre. Mais pensez-vous que la plus large, la plus facile, est aussi celle qui enseigne le plus ? Que Nenni ! Choisissez donc la route la plus difficile, la plus étroite, si vous vous sentez le courage de l’affronter, et vous en retirerez bien davantage !

Aujourd’hui vous êtes pourrait-on dire « à la croisée des chemins »… à ne pas savoir dans quelle partie du Calice de la Vie, vous souhaitez évoluer… Et bien, ouvrez simplement votre cœur, ouvrez-vous à vous-même, bien à l’intérieur de vous, et vous aurez la réponse !

Dites-vous bien que tout ce qui se passe actuellement dans votre vie, je dis bien TOUT, fait partie de votre plan de vie, choisi lors de son élaboration, pour l’expérience de vie actuelle. Aussi, inutile de demander à l’extérieur, car l’extérieur ne sait rien de vous. Par contre, l’Être de Lumière en vous, sait tout cela et ne souhaite qu’une chose : vous aider à progresser.

Donc, permettez-lui de s’exprimer en lui ouvrent la porte de votre cœur et en lui permettant de rayonner en vous, puis à l’extérieur de vous. Ce faisant, vous aurez les réponses à tous vos questionnements concernant la conduite de votre vie.

Comme vous le voyez, c’est bien vous qui tenez le Calice de votre Vie entre vos mains. Alors conservez-le précieusement et ouvrez-vous à la vie et non au vide.

Soyez et Rayonnez, mes chers Enfants de la Terre.

Je vous aime
Hilarion

Message du Maître Hilarion, reçu le 7 octobre 2015 par
Jean-Paul Thouny

Publié dans Channeling, LECTURES Inspirantes | 1 Commentaire »

La méditation est psychothérapique à elle seule

Posté par othoharmonie le 29 octobre 2015

 

arbre MEDITATIOND’après la spiritualité bouddhiste, toutes les souffrances humaines puisent leur origine dans notre ignorance. Avoir conscience des limitations que celle-ci nous impose est un soin, puisque c’est tendre à se libérer de la souffrance et se diriger vers le chemin de l’illumination.

L’in des moyens pour acquérir un tel savoir sur soi, c’est l’étude du mental par la contemplation. Plus il est observé avec finesse, e t mieux on en comprend les tournures, en particulier celles qui nous font souffrir. C’est à ce titre que les techniques de méditation sont un excellent outil pour développer la connaissance de soi, en tant que préalable indispensable aux changements. On peut comparer le méditant à un photographe en train de régler son appareil pour prendre un paysage : Il dirige son objectif sur un paysage intérieur, et non sur le monde qui l’environne : il s’auto-observe. Ce n’est jamais facile car ce n’est pas une attitude spontanée.

Il se met en format « grand angle » : il élargit le champ de sa vision intérieure à tous les phénomènes qui s’y déroulent (pensée, images mentales, souvenirs, sensations, émotions…). Il effectue une mise au point de l’image la plus nette possible. Quand le brouillard du mental se dissipe, il discerne avec plus de netteté la réalité des objets qui composent le paysage….

Du coup, méditer développe les capacités de discerner avec lucidité nos habitudes nocives ; et même de les déraciner pour certains auteurs. Comment cela est-ce possible ? Ces habitudes qui nous maintiennent sous leur emprise sont désignées d’un même terme par le bouddhisme et les thérapies cognitives : ce sont des conditionnements.

Ils sont comme un tourbillon marin qui happe le sujet dans son mouvement circulaire. Plus il s’en éloigne, plus il se donne les chances de l’observer globalement et de se soustraire à son influence. Pour faire le parallèle avec les psychothérapies, l’observation du mental est une qualité que les thérapeutes cherchent à développer chez leurs patients. Cet atout, l’insight (compréhension – discernement) permet d’affiner la connaissance de notre moi et de ses tourments. S’observer, c’est commencer d’aller mieux.

Ensuite, tout comme en médiation, mieux s’observer permet de cerner nos faiblesses, dans l’intention d’apprendre de nouvelles façons d’agir ou de penser, plus épanouissantes pour l’individu.

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles : méditer garantit de trouver ce qui ne va pas et de le déraciner pour être mieux. Mais en affinant simplement la définition « d’être mieux », bien des auteurs sont en désaccord, en particulier ceux qui sont à la fois psychologues et enseignants en médiation bouddhiste. Sans manière, l’un d’entre eux soutient dans un article au titre parlant « Même les meilleurs méditants ont de vieilles plaies à penser » – qu’en dépit des nombreux potentiels de la méditation, elle est moins efficace, voire sans effet dans plusieurs troubles du bien-être où les thérapies classiques s’avèrent indiquées : phobies, troubles sexuels, deuil, affirmation de soi, développement des habiletés et communiquer, épanouissement professionnel, etc. Dans la même veine, une autre enquête a recherché chez des méditants zen de longue date les causes de résistances à leur avancée spirituelle. C’est la colère qui fut évoquée en premier lieu.

Cette idée n’est peut-être pas en accord avec certaines pratiques spirituelles dont le but est justement de prendre conscience que le « moi » n’est qu’une illusion. Cette prise de conscience perturbante est d’ailleurs l’une des raisons des montées d’angoisse des débutants, quelle que soit la solidité de leur moi d’origine.

Francesca du blog http://othoharmonie.unblog.fr/

Publié dans Guérir en douceur, Méditation | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...