• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 14 novembre 2015

Appel au Grand Maître de l’Ancien

Posté par othoharmonie le 14 novembre 2015

 

Entretien avec Serge Toussaint, Mystique de l’Ordre de la Rose-Croix
 
Serge Toussaint, Grand Maître de l’A.M.O.R.C., est l’auteur de plusieurs livres axés sur le bien-être, l’écologie, l’humanisme et la spiritualité. Ses lettres ouvertes à l’attention des scientifiques, des croyants, des athées, des femmes, etc. ont également éveillé notre curiosité. Elles traitent de thèmes de société qui concernent chaque individu et l’humanité en général. Il a accepté de partager avec nous sa vision du présent et du futur, et c’est avec plaisir que nous vous livrons ses propos.

humanisme-spiritualite

 
M E : Quel regard portez-vous sur le monde actuel ?     

Serge Toussaint : Comme de nombreuses personnes à travers le monde, je suis inquiet. La plupart des pays sont confrontés à une crise sociale et économique majeure : beaucoup d’entre eux sont en guerre ; la pauvreté ne cesse de croître ; l’intégrisme et le fanatisme religieux – notamment à travers l’islamisme – prend de l’ampleur ; les catastrophes naturelles se multiplient et s’intensifi ent… À moins d’être inconscient, on ne peut que s’interroger sur l’avenir de l’humanité et de la planète.

M.E : Cela signifie-t-il que vous êtes pessimiste pour le futur ?

S.T : Non. Il ne faut pas confondre inquiétude et pessimisme. En fait, j’ai foi en l’être humain, car s’il est capable du pire, il est aussi capable du meilleur. Et lorsqu’il exprime le meilleur de lui-même, il fait des choses remarquables et montre qu’il peut se transcender, non seulement dans son intérêt personnel, mais également dans celui des autres et de la société en général.

M.E : Selon vous, pourquoi le monde est-il dans cet état ?

S.T : Parce qu’il est devenu trop matérialiste.

M.E : Qu’entendez-vous par là ?

S.T : Les progrès de la science et le développement de la technologie ont été trop rapides et ont exalté l’aspect matériel de l’existence au détriment de son aspect spirituel. Ce faisant, nombre de personnes ont perdu le sens des vraies valeurs et recherchent le bonheur exclusivement dans les possessions matérielles et la satisfaction des désirs physiques. Pourtant, force est de constater que la grande majorité d’entre eux ne donnent pas le sentiment d’être heureux.

M.E : Que voulez-vous dire par « vraies valeurs » ?

S.T : Précisément, ce sont les valeurs qui font appel à ce qu’il y a de meilleur dans la nature humaine : bienveillance, non-violence, intégrité, générosité, humilité et autres vertus, sans oublier le respect – respect de soi-même, respect des autres, respect de l’environnement. Il est évident que si chacun faisait de ces valeurs le fondement de son existence, le monde irait infiniment mieux.

M.E : Le mot « vertu » n’a-t-il pas une connotation morale, voire religieuse ?

S.T : En ce qui me concerne, je lui donne un sens philosophique. Ma référence dans ce domaine reste Socrate, qui considérait que la dignité de tout être humain repose sur son aptitude à manifester dans son comportement les vertus de son âme. Rappelons également que le mot « philosophie » veut dire littéralement « amour de la sagesse » et que la sagesse est indissociable de l’éthique.

M.E :Vous croyez donc en l’existence de l’âme ?

S.T : Oui. Je pense que l’être humain ne se limite pas à son corps physique et aux processus mentaux qu’il utilise à l’état de veille. Comme tous les Rosicruciens, je suis convaincu qu’il possède une âme, et que c’est cette âme qui constitue l’essentiel de son être.

M.E : Et d’après vous, qu’est-ce que l’âme ?

S.T : C’est l’énergie spirituelle qui anime tout être humain, au sens de « donner vie et conscience ». Elle est parfaite par nature, ce qui explique pourquoi nous sommes effectivement capables d’être généreux, bienveillants, non-violents, etc. Ce que l’on appelle « la voix de la conscience » est également un attribut de l’âme.
M.E : Dans ce cas, pourquoi les êtres humains sont-ils si imparfaits ?

S.T : Parce qu’ils n’ont pas conscience de leur perfection latente et ne la manifestent pas à travers leur comportement. Mais tous évoluent graduellement vers cette prise de conscience, parfois au-delà des apparences.

M.E : Revenons-en à la situation du monde actuel. Comment le rendre meilleur ?

S.T : Il n’y a pas de “remède miracle” en la matière. Pour rendre le monde meilleur, il n’y a qu’une solution : que chacun s’évertue à devenir meilleur dans son comportement, ce qui nous ramène aux considérations précédentes. Par ailleurs, il faut faire de l’éducation une cause internationale. Celle-ci est en perdition depuis des décennies, d’où la déliquescence des moeurs : violence, irrespect, impudeur, vulgarité… Malheureusement, nombre de parents n’ont pas conscience de ce problème ou n’ont plus les repères voulus pour éduquer correctement leurs enfants.

M.E : Que faire alors ?

S.T : Réintroduire la morale à l’école, ou si vous préférez l’éthique, et en faire une matière, une discipline à part entière. En l’état actuel des choses, c’est à mon avis le meilleur moyen de bien éduquer les enfants afin que, devenus parents, ils fassent de même avec leurs propres enfants. M.E : Au début de notre entretien, vous avez fait allusion à l’état de la planète. Là aussi, êtes-vous confiant pour l’avenir ?

S.T : De toute évidence, la Terre – ou plutôt la nature – est gravement malade : pollutions diverses, déforestation excessive, écosystèmes menacés, disparition exponentielle d’espèces végétales et animales, réchauffement climatique… Autant de maux qui menacent la survie de l’humanité. Jusqu’à ce jour, aucune mesure d’ampleur internationale n’a été prise pour remédier à la situation et permettre à notre planète de se régénérer. Cela étant, de plus en plus de personnes, d’associations, de mouvements et autres groupes militent pour une transition écologique. Il faut donc rester confiant.

M.E : Certains scientifiques disent que le point de non-retour a été franchi, notamment en ce qui concerne le réchauffement climatique et l’un de ses effets majeurs : l’élévation du niveau des mers et des océans. Qu’en pensez-vous ?

Serge ToussaintS.T : J’espère qu’ils se trompent ou qu’ils dramatisent volontairement, afin de provoquer une réaction salutaire de la part des peuples et des gouvernements. Toujours est-il que la nature a un très grand pouvoir de régénération et d’adaptation. Pour s’en convaincre, il suffit de songer à l’efficacité avec laquelle elle transmute une marée noire. Si on lui laisse le temps et si on l’aide, elle peut se rétablir progressivement et redevenir un espace vital privilégié pour l’humanité. Il n’est pas trop tard, mais il y a urgence…

 Issu de la New-Letter du magazine Essentiel 

Publié dans LECTURES Inspirantes, Philosophie de la VIE | Pas de Commentaire »

Quel monde allons-nous offrir à nos enfants

Posté par othoharmonie le 14 novembre 2015

le monde

Alors que la société dans laquelle nous évoluons avance de plus en plus vers la déshumanisation et la perte des qualités de l’âme, un nombre croissant d’individus se tourne vers les traditions spirituelles. En effet, ces chercheurs de vérité ou, tout simplement, ces hommes et ces femmes désillusionnés des promesses d’un monde dans lequel ils ne peuvent pas fleurir, se sentent prêts à écouter « d’autres sons de cloches », à s’ouvrir à d’autres points de vue. Une pensée vient alors les visiter de plus en plus fréquemment et elle retentit à l’intérieur de leur tête comme la sonnerie d’un réveille-matin qui clame :

« Quel est le sens de notre vie, pourquoi sommes-nous sur Terre et quel monde allons-nous offrir à nos enfants, aux générations futures ? »

S’ils tendent suffisamment l’oreille, peut-être entendront-ils la réponse…. Nous le souhaitons en tous cas.

Dans tous les peuples du monde, l’esprit de la sagesse a déjà répondu à ces questions et a envoyé ses émissaires : Jésus, Bouddha, Lao Tseu, Manitou, Peter Deunov… Et aujourd’hui encore, cet esprit continue à parler par la bouche de ses représentants à travers le monde – représentants que de plus en plus de gens écoutent. Mais cette révolution de la conscience ne se fait pas forcément en douceur. Elle crée des remous. Elle demande du courage et du discernement.

Le pèlerin est toujours testé sur le chemin. Prendra-t-il ses jambes à son coup devant la moindre ombre inquiétante, ou continuera-t-il malgré tout à avancer en cherchant à savoir si l’ombre ne provient pas d’un simple feuillage qui borde le sentier ? Même si une certaine « culture » médiatique agite depuis longtemps l’épouvantail de la peur en s’emparant des mots « secte », « guru », « maître », pour préserver ses « parts de marché » et ses certitudes rassurantes, un nombre croissant de gens s’individualise et cultive le discernement.

Ces chercheurs commencent à voir que la vérité n’est pas forcément du côté de celui qui parle le plus fort et ils commencent également à prendre en compte cet enseignement de la nature « On reconnaît un arbre à ses fruits ».

Ainsi, ce sont des milliers de personnes qui s’éveillent et vont chaque année à la rencontre d’Amma, lors de ses programmes en France, pour recevoir une nourriture pour leur âme et leur esprit. Ce sont aussi des dizaines de milliers d’hommes et de femmes qui se tournent vers les enseignements éprouvés de la Rose+Croix, des bouddhistes ou des Esséniens et de leurs villages, pour construire leur vie avec les matériaux les plus nobles et les plus sains qui soient. C’est toujours par une poignée d’individus que le monde a été transformé.

Soyons de ceux qui feront vivre l’harmonie, la paix et l’amour sur la Terre et nous donnerons un sens merveilleux à notre existence.
 
Ecrit par Thierry-Frantz Dislaire Rédacteur en chef magazine Essentiel

Publié dans En 2012-2013 et après 2016, Nouvelle TERRE | Pas de Commentaire »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...