Un changement encourageant

Posté par othoharmonie le 10 janvier 2016

 

Les auteurs d’Affiuenza affirment que quand nous atteignons le point où nous réalisons l’emprise de la dépendance exercée sur nous par la consommation ainsi que la futilité de la recherche de gain monétaire fondée sur le stress et destinée à financer l’acquisition compulsive de plus de « possessions », nous commençons par nous arrêter, puis nous réfléchissons à la situation, puis nous nous accordons un répit. Considérant les méthodes éprouvées de libération des dépendances, nous devrons peut-être chercher de l’aide. Comme c’est souvent le cas, les meilleurs aidants sont habituellement ceux qui ont été eux-mêmes dépendants et qui se sont guéris. Contrairement à la plupart des dépendances, l’affluenza est soutenue activement par un système économique qui promeut la consommation comme un but auquel on doit aspirer.

ondes

Nous reviendrons plus loin sur les initiatives visant à changer les tendances actuelles sur une échelle globale, politiquement et économiquement, mais, pour l’instant, concentrons-nous sur celles qui encouragement le changement au niveau personnel et au niveau de la base. Ce changement est révolutionnaire. Grâce à ces gens qui prônent une existence durable, il existe des ressources, des outils, des exemples et des contacts vers lesquels se tourner pour obtenir de l’inspiration, de l’aide pratique et du soutien. L’Internet et le nombre croissant de groupes locaux existant partout dans le monde permettent à une communauté interactive de développer ce que l’on appelle le mouvement de simplicité volontaire. Des sites Internet comme www.simpleliving.net soutiennent le choix personnel d’un style de vie simple, sain et revivifiant où chacun peut déterminer ce qui est important et ce qui est « assez ». Cecile Andrews, l’une des fondatrices américaines du mouvement visant à encourager les gens à vivre une existence de simplicité extérieure et de richesse intérieure, a dit ceci: « Les gens ne se rendent pas compte à quel point c’est radical. C’est le cheval de Troie du changement social. »

Le mouvement de simplicité volontaire célèbre surtout la vie. Il ne s’agit pas de promouvoir le sacrifice et la privation, mais plutôt l’exploration et la redécouverte de la vie en harmonie avec le monde-entier. Comme le découvrent de plus en plus de gens, la joie de cet éveil réside dans la redécouverte des plaisirs d’une vie simple et ordinaire. Nous nous rendons compte que nous n’avons pas besoin de nous isoler du monde quotidien pour atteindre l’illumination. Il y a deux millénaires, les grands maîtres Jésus, le Bouddha et Lao-tseu enseignaient que c’était là notre véritable nature et notre destinée cosmique. Plutôt que de nous faire chercher à devenir sans ego, la Transformation qui a lieu présentement nous permet d’honorer notre ego tout en dépassant le sentiment illusoire de séparation.

Cette Transformation est cruciale pour que nous résolvions les questions globales que nous affrontons en cette époque d’effondrement ou d’avancement potentiel. Si nous devions stagner à un niveau de perception fragmenté, égoïste et fondé sur l’ego, notre réaction individuelle ou collective à ces difficultés serait basée sur la peur, de sorte qu’un effondrement global serait inévitable. Cependant, il existe des signes de notre éveil. Un nombre croissant de gens se libèrent des schismes qui nous ont tous séparés et réconcilient le cœur, l’esprit et la volonté dans des entreprises de coopération et de cocréation.

Dans les derniers chapitres de cet ouvrage, nous examinerons les questions globales qui nous divisent toujours et nous verrons comment notre nouvelle conscience collective peut nous offrir – et elle commence déjà à le faire – des solutions nouvelles et révolutionnaires à des problèmes apparemment insurmontables.

La réalité intégrale

Les biologistes représentent parfois les quatre milliards et demi d’années de l’histoire terrestre sous la forme d’une horloge de 24 heures. Bien que la vie biologique soit apparue très tôt dans ce jour cosmique, ce n’est qu’à cinq heures du matin qu’elle est sortie de l’océan nourricier pour ramper sur la terre inhospitalière et incertaine. Il a ensuite fallu dix-huit heures de plus – l’équivalent de 500 millions d’années – pour que s’accomplisse l’incroyablement rapide développement de la vaste biodiversité de la Terre, appelée l’explosion cambrienne. En toute fin de soirée de notre journée terrestre, les dinosaures dominaient la planète. C’est seulement après leur disparition, vingt minutes avant minuit, que les mammifères sont apparus.

C’est dans les dernières secondes avant la fin du jour que nous, les humains modernes, avons marché sur la Terre. Au cours de cette infime période de temps, nous avons émergé de ce que les généticiens croient avoir été une minuscule population d’homo sapiens pour devenir nombreux comme nous le sommes aujourd’hui. Et maintenant, en ce dernier instant de notre jour terrestre, la cinquante-neuvième seconde de la cinquante-neuvième minute de la vingt-quatrième heure, nous sommes tristement devenus responsables d’avoir conduit au bord du désastre la biosphère et ses créatures vivantes.

La coopération

Les biologistes traditionnels évoquent souvent la nature compétitive du processus évolutif, interprétant même à l’extrême la théorie de la sélection naturelle de Charles Darwin, selon laquelle la vie est un simple processus perpétuant l’existence de gênes égoïstes dont seuls les mieux adaptés au milieu survivent. Dans ce contexte vital, le mot « adaptés » a fini par signifier « les plus gros, les plus forts et les plus compétitifs ». Nous avons vu plus haut non seulement la stérilité de cette approche, mais la preuve accablante de la fausseté de ses limitations inhérentes. Darwin lui-même ne donnait pas ce sens-là au mot « adaptation ». Par « survie des plus adaptés », il entendait les caractéristiques qui convenaient le mieux à l’environnement.

Lorsque nous observons l’ahurissante diversité de la Nature, nous y voyons beaucoup plus de coopération que de compétition. Alors qu’il existe des hiérarchies dans la chaîne alimentaire, il y a même entre les prédateurs et leurs proies des bénéfices mutuels chez les espèces impliquées. Depuis le tout début de la vie sur la Terre, la coopération à l’intérieur des espèces et entre elles, plutôt que la compétition, est très grande. En fait, plusieurs organismes monocellulaires – dont l’archéobactérie primitive – , qui furent les premières formes de vie terrestres, s’échangent des gènes à un degré remarquable. Leur coopération est si grande que les biologistes sont incapables d’identifier des frontières nettes et donc d’établir différentes espèces.

La diversité extraordinaire des espèces à l’intérieur des écosystèmes est beaucoup plus grande que si elle dépendait principalement de facteurs compétitifs. Les écosystèmes riches possèdent un éventail incroyable de créatures, à la fois végétales et animales, qui sont interdépendantes de nombreuses façons et qui exploitent des niches souvent extrêmement étroites dans leur environnement pour produire collectivement d’abondantes manifestations de la vie.

Dans un article marquant publié en 1981, le politologue Robert Axelrod a démontré comment les gens en viennent à coopérer plutôt qu’à rivaliser ou à s’offenser égoïstement les uns les autres, ce qu’il a compris au moyen de certains jeux. Il a invité des théoriciens du jeu professionnel à un tournoi où ils devaient déployer diverses stratégies de coopération ou de compétition entre deux agents, avec le défi de trouver le meilleur résultat cumulatif tel que mesuré par les bénéfices de l’harmonie et de la confiance mutuelles. L’élément capital du jeu d’Axelrod, c’était que, comme dans plusieurs scénarios de la vraie vie, les deux agents étaient incapables de communiquer entre eux et qu’ils étaient par conséquent incapables d’expliquer leurs actions ou de négocier.

Le gagnant du tournoi, le mathématicien Anatol Rapaport, était le joueur qui avait conçu la stratégie la plus simple, qu’il appelait « rétribution ». Sa seule règle était celle-ci: les agents commençaient par coopérer, puis chacun reflétait l’action de l’autre. Ainsi, tant qu’aucun des deux n’offensait l’autre, la relation demeurait harmonieuse et il en résultait un bénéfice maximal. Axelrod découvrit que chaque stratégie débutant par la coopération l’emportait sur une stratégie débutant par la compétition ou centrée sur l’intérêt personnel. Il tira de la stratégie gagnante d’importantes conclusions qui s’appliquent autant aux organisations et aux nations qu’aux individus. Ne pas être le premier à offenser, toujours réciproquer, réagir plutôt qu’anticiper, et faire de son mieux pour soi-même sans tenter de surpasser l’autre.

Axelrod a démontré clairement les bénéfices de la coopération; néanmoins, la stratégie de rétribution comporte un sérieux inconvénient pratique. Comme les agents sont incapables de communiquer entre eux, si l’un offense l’autre ou rivalise avec lui, celui-ci réciproque et déclenche alors une spirale descendante. Lorsque le geste de rivalité ou d’offense est involontaire ou dû à une erreur, il n’existe aucun moyen d’y échapper et la relation devient soumise à un cycle incessant de méfiance et de disharmonie. Cependant, comme l’ont découvert Martin Nowak et Karl Sigmund, théoriciens du jeu, une coopération plus durable peut se développer lorsque la stratégie est modifiée de façon que les agents puissent choisir de ne pas punir certaines offenses et apprendre essentiellement de leurs propres erreurs et de celles de l’autre.

Au début des années quatre-vingt-dix, Nowak et Sigmund ont utilisé la simulation informatique pour observer une grande Cosmos-–-A-Spacetime-Odyssey-bluraydiversité de stratégies impliquant divers schèmes de coopération et de compétition/offense, dans chacune desquelles le choix de rivaliser ou de coopérer était effectué en réaction à ce que l’autre agent avait fait lors de la ronde d’actions précédente. À travers des centaines de milliers d’itérations, ils ont vu le flux et le reflux des cycles de coopération et d’offense. Finalement, après deux cycles de coopération dont chacun était suivi d’une descente dans les turbulences de l’offense, une troisième vague de coopération se développait, durable cette fois.

Ce que ces chercheurs ont démontré, c’est le cul-de-sac du comportement vengeur, tant au niveau personnel que collectif. Ils ont également démontré la possibilité de paix et de réconciliation qui existe quand les agents dépassent leurs réactions habituelles qui les emprisonnaient, reconnaissent l’humanité et la faillibilité de ceux avec qui ils ont été en conflit, et consentent à reconnaître leurs propres offenses. Les étapes qui conduiront à la résolution auront presque certainement besoin d’être négociées, mais, au lieu du poids mortel du compromis, une nouvelle phase de coopération émergera.

Extraits du livre COSMOS, Sur le blog de Francesca http://othoharmonie.unblog.fr/ 
Ariane Éditions, 2008

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...