* Nisargadatta Maharaj

* Nisargadatta Maharaj Hindu_Nisargadatta_Maharaj_standing_outside_smaller      Sri Nisargadatta Maharaj 

LA CONSCIENCE BASE DE TOUTE LA MANIFESTATION : extrait 

La relation entre le corps physique et la conscience, dit Maharaj, doit être clairement perçue. La conscience nepeut être consciente d’elle-même que tant qu’elle se manifeste dans une forme manifestée, un corps — que ce soit celui d’un insecte, d’un ver de terre, d’un animal ou d’un être humain. Sans corps, dans son état d’Absolu, la conscience n’est pas consciente d’elle-même. Sans conscience, le corps n’est qu’un matériau inerte. Le corps, par conséquent, est la nourriture qui entretient la conscience et l’instrument par lequel elle fonctionne. En fait, dit Maharaj, la conscience est la « nature », ou «identité », ou « essence » du corps physique, comme la douceur est l’essence du sucre.

Une fois que nous avons compris cette relation intime entre le corps et la conscience, Maharaj nous demande de découvrir la source de ce corps-conscience.

Qui donc agit dans le monde sous la forme du corps ?

A cela, Maharaj répond : Tout, dans la manifestation, est la conscience; c’est la conscience qui agit au travers des millions de corps, conformément à la nature innée de ce qui compose chaque corps. Il existe des millions de formes psychosomatiques mais aucune n’est, à tous égards, exactement semblable à une autre, car chacune présente une combinaison distincte des cinq éléments, plus les trois attributs. Chaque élément possède ses propres caractéristiques, et chaque attribut de même. Imaginez les millions de nuances que peut prendre chacun de ces huit aspects, et les milliards et trilliards de permutations et combinaisons possibles ! La conscience agit au travers des corps physiques, chacun doté d’une nature et d’un tempérament qui lui sont propres, fondés en partie sur sa constitution physique et en partie sur le conditionnement reçu. Si cela est clairement compris, il devrait aussi être clair comme de l’eau de roche qu’aucun individu ne détient l’autonomie d’une action individuelle. Mais l’individu, dans son ignorance, est convaincu que c’est lui qui agit; il « prend livraison », comme dit Maharaj, des actions qui ont lieu, il s’emprisonne lui-même dans un attachement illusoire, et éprouve de la souffrance et du plaisir. Voilà comment apparaît «l’attachement ».

L’homme se considère comme une créature spéciale, différente de tout le reste de la création ; mais — et Maharaj tient à ce que nous comprenions parfaitement cela — en ce qui concerne les ingrédients de la constitution physique, il n’existe aucune différence entre les divers types de créatures douées de perception. Seul le processus de création diffère.

  ramesh Balsekar, « Les Orients de l’être, Ed. du relié. 

Source :  sages wikia

mini2-52289368untitled-gif

nisargadatta   JE SUIS


       Édité par Maurice Frydman – Traduit par Sylvain Josquin
 » J’ai fait ce que m’a dit de faire mon Maître. Tout temps gagné, je le consacrai à m’observer en silence. Cela opéra en moi un changement rapide et profond. Il ne me fallut pas plus de trois années pour réaliser ma véritable nature. « 

Dans ce célèbre recueil d’entretiens, Nisargadatta Maharaj, par le précepte et par l’exemple, nous montre un raccourci, au-delà de la logique, mais empiriquement sain. Ce recueil regroupe plus de cent entretiens avec de nombreuses personnes venues le consulter pour résoudre leurs problèmes religieux, psychologiques ou tout simplement affectifs.

 » En réalité, rien arrive. La destinée projette éternellement, sur le mental, ses images, souvenirs d’anciennes projections ; l’illusion, ainsi, se renouvelle constamment. Les images vont et viennent – lumière interceptée par l’ignorance. Voyez la lumière et négligez le film.

Tant que vous attacherez de l’importance aux idées, les vôtres et celles des autres, vous connaîtrez le trouble. Mais si vous rejetez tous les enseignements, tous les livres, tout ce qui s’exprime en mots, si vous plongez profondément en vous-même et que vous vous y trouviez, rien que cela résoudra tous vos problèmes et vous laissera la pleine maîtrise de toutes les situations parce que vous ne serez plus dominé par les idées que vous avez de la situation. « 

575 pages  - dépôt légal en juin 1995

mini2-52289368untitled-gif

NM-sitting72          GRAINES DE CONSCIENCE


        Entretiens recueillis par Jean Dunn entre juin 1979 et avril 1980
      Traduit par Marie-Béatrice Jehl
 » Tu n’es pas ce que tu crois être – Trouve ce que tu es – Observe le sens de ‘Je suis’, découvre ton véritable Soi. « 

L’un des plus grands Maîtres de l’Inde contemporaine : Sri Nisargadatta Maharaj [1897-1981] poursuit ici une nouvelle série d’entretiens avec des chercheurs, qui venus à la suite de la publication en 1974 du livre Je Suis viennent lui rendre hommage dans son modeste logement de Bombay.

Graines de Conscience regroupe des dialogues échangés entre Maharaj et divers interlocuteurs sur une période s’échelonnant de juin 1979 à avril 1980. À l’aide de mots coups de poing, pour lesquels il est bien connu, Sri Nisargadatta transmet un enseignement limpide : les racines de la souffrance sont dans le mental qui doit être libéré de ses habitudes déformantes et destructives. Ces entretiens ont été recueillis par Jean Dunn, une des auditrices les plus fidèles de Maharaj, et collaboratrice du journal de l’ashram de Ramana Maharshi, The Mountain Path.

204 pages  

 mini2-52289368untitled-gif

          NI CECI NI CELA

       24 entretiens du décembre 1978 au novembre 1980
      Traduit par Paul Vervisch

Chacun s’efforce de protéger le facteur temps, c’est-à-dire la conscience. Ils veulent le préserver, le conserver. Aussi longtemps que le temps est là, la conscience est là et la conscience est là aussi longtemps que le corps est là. Lorsque l’existence humaine s’achève, le temps n’existe plus. Tant que l’être est là les activités se poursuivent, mais dès que vous avez pris conscience que vous n’êtes pas ce corps, la manifestation n’a plus pour vous aucun attrait.
Quand un boucher atteint la compréhension ultime il poursuit sa vocation d’abattre les animaux, parce qu’il sait qu’il s’agit d’une des fonctions du corps et qu’il n’est pas plus le corps que l’intellect. Il n’a même pas besoin d’un Dieu ou de Brahman !

215 pages                                                               

mini2-52289368untitled-gif

                                         nisargadattaA LA SOURCE DE LA CONSCIENCE

        Entretiens avec Sri Nisargadatta Maharaj  [avril 1980 - juillet 1981]
      Traduit par Paul Vervisch – Réunis par Jean Dunn

Le succès de Nisargadatta Maharaj, maintenant traduit dans de nombreuses langues, tient à la simplicité de son langage et à sa force qui nous empêchent de fuir dans les dédales de raisonnements complaisants. Il nous mène directement à l’essentiel, à la source de la conscience. Nous sommes pour la plupart identifiés au corps-intellect, Maharaj insistait donc pour que nous cherchions ce qu’est ce corps-intellect. Il nous fait remonter à l’origine… jusqu’aux cinq éléments. Il nous montre que sans la conscience le corps n’est que matière morte, il nous fait remonter à la source de la conscience, à ce que nous sommes.

 » L’essentiel de l’enseignement de Sri Nisargadatta Maharaj est, d’un côté, facile à comprendre et d’un autre extrêmement difficile. Si je suis décidée à être parfaitement honnête avec moi même je peux reconnaître chez les autres les concepts avec lesquels j’ai construit ma propre prison. Mais une fois dirigée vers moi, cette investigation peut s’avérer extrêmement difficile … « 

                                                       - Jean Dunn
205 pages  

mini2-52289368untitled-gif

MZ2projects_Maharaj_beach  CONSCIENCE ET ABSOLU

       Traduit par Jean-Michel Terdjman – Recueillis par Jean Dunn en 1980 et 1981

Maharaj : Il n’y a personne ici qui soit âgé de 100 ans. Est-ce qu’il en découle que vous n’existiez pas il y a 100 ans ?

Question : Je n’en sais rien.Maharaj : Celui qui dit « je n’en sais rien » doit forcément avoir été là; vous n’étiez pas ce que vous êtes maintenant, mais vous étiez forcément quelque chose. Comprenez-moi bien. Il y a cent ans je n’existais pas sous ma forme présente; celui qui dit ça doit avoir existé. Vous existez dans l’éternité, avant, pendant, et pour toujours.Pendant plus de quarante ans Sri Nisargadatta Maharaj a guidé et inspiré tous ceux qui sont venus à lui ; doux, affectueux, patient ou abrupt, coupant, impatient selon les circonstances du moment, il a reçu des personnes en quête spirituelle venues du monde entier. Jusqu’à la fin, inlassablement, il dit et redit de ne pas se cramponner à tout ce que nous avons lu ou entendu, de chercher par nous-mêmes, de nous tourner vers l’intérieur ; d’être dans le ‘je suis’ vrai, qui est aussi Conscience et Amour. Son style répétitif fait partie de sa sagesse et de son talent d’instructeur. Ces tout derniers entretiens représentent le meilleur de ce qu’il avait à nous offrir, la quintessence de sa sagesse. Conscience et Absolu est l’enseignement ultime de Sri Nisargadatta Maharaj.

128 pages -  

mini2-52289368untitled-gif

 

nisargadatta_mini           SOIS !

        Entretiens avec Sri Nisargadatta Maharaj [1978 - 1980]
      Traduit par Paul Vervisch

 » Vous êtes l’ensemble de tout ce qui existe mais votre orgueil conditionne cette splendeur aux dimensions de votre corps et vos convictions vous limitent à des formes illusoires. « 

Cet ouvrage, où sont exposés les points essentiels de l’enseignement de Maharaj, est composé de vingt-sept entretiens ayant eu lieu entre 1978 et début 1980. Son enseignement est direct et il nous fait accepter le paradoxe de l’existence en nous amenant à l’essentiel sans détours inutiles.

 » Il faut que vous compreniez ce qu’est cette conscience, elle ne comporte pas ces catégories, établies par les psychologues : ego, anima, subconscient, supra-conscient. Ils s’efforcent de construire un système afin de justifier leurs concepts. Orientez-vous vers ce qui précède les concepts.
Lorsque vous réussirez malgré tout à comprendre et à vous établir dans cette pure observation, de nombreuses choses vont surgir en vous, c’est-a-dire dans votre conscience et vous allez penser ‘je suis ceci, je suis cela’. Des miracles même peuvent se produire mais ne vous y associez surtout pas parce que tout cela se maintient au niveau de la conscience et la conscience n’est pas la réalité. Ce que vous pouvez accepter n’est pas la réalité. « 

281 pages     

    avatar1010_3

Ses citations 

«Celui qui connaît les obstacles les renverse.»
Extrait d’un Entretien – 31 Août 1979

 «Toutes vos idées vous enchaînent. Une fois que vous aurez compris que la connaissance n’existe pas, qu’elle n’est qu’ignorance, vous serez au niveau qu’il faut.»Extrait d’un Entretien – 31 Août 1979
  «A moins de savoir ce que vous êtes, comment y arriverez-vous ?»
 Extrait d’un Entretien – 31 Août 1979 

Zen-Attitude

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...