Pardonnez pour vous libérer

Posté par othoharmonie le 21 janvier 2011

Pardonnez pour vous libérer dans Travail sur soi ! u44hba4f        Pardonnez pour vous libérer 

« Le pardon est une option du coeur,
qui va contre l’instinct spontané de rendre le mal pour le mal. »
Pape Jean-Paul II

Exemple :


Quelqu’un vous a fait du mal et vous ressassez dans votre tête le geste qu’il a posé. Si la faute est grave, vous en venez même à imaginer de quelle façon vous allez vous venger. Sachez que cette attitude vous fait du mal; elle vous ronge de l’intérieur. Ce ressentiment vous empoisonne la vie et surtout il vous empêche de devenir ou redevenir une personne heureuse et harmonieuse. Il n’y qu’une seule véritable solution : vous devez pardonner. Voici quelques approches pour faciliter le pardon :

 

1.    La rancune ne peut vous défendre

 

 

Oubliez la croyance erronée que vous devez garder votre rancune pour éviter d’être offensé à nouveau. En fait, c’est souvent l’inverse. La rancune nous empêche de voir avec clarté. La rancune nous empêche de mettre l’évènement malheureux derrière nous et de poursuivre notre vie harmonieusement. Pardonnez ne veut pas dire qu’on ne vous a pas fait de mal. Cela signifie simplement que vous ne laisserez plus ce souvenir douloureux vous empoisonner la vie.

 

 

2.    Interprétation des gestes offensants

 

 

Essayez de donner le bénéfice du doute à la personne qui vous a offensé. Ne vous attendez pas à ce que les gens réfléchissent comme vous et soient sensibles aux mêmes choses que vous. Les divergences d’interprétation sont normales. Cette prise de conscience peut modifier radicalement votre perception de la « culpabilité » de la personne qui vous a offensé. Quand nous intégrons le fait que les autres perçoivent les choses différemment, nous augmentons significativement notre compréhension et acceptation. Si vous adoptez cette attitude, votre capacité de pardon sera décuplée.

 

 

3.    Est-ce que vous êtes tout à fait non coupable ?

 

 

Est-ce que vous avez déjà fait du mal à la personne qui vous a offensé, peut-être sans vous en rendre compte ? Est-ce que vous avez fait du mal à qui que ce soit dans le passé ? La réponse à cette deuxième question est assurément « oui ». Donc, en toute justice, c’est peut-être à votre tour de pardonner.

 

 

4.    Comprenez l’autre

 

 

Est-ce que vous connaissez toutes les circonstances qui ont poussé la personne qui vous a fait du mal à agir ainsi ? Non, nous ne connaissons jamais toute la vérité sur ces choses. Alors, pourquoi ne pas lui donner le bénéfice du doute. Qui ne s’est pas un jour retrouvé dans des circonstances tellement défavorables, qu’il a commis des gestes regrettables presque « malgré lui » ? Il n’est pas question ici d’excuser des gestes répréhensibles, mais plutôt de voir le côté humain derrière ceux-ci. Favorisez votre pardon en vous disant : « la personne qui m’a fait du mal devait réellement souffrir pour agir ainsi. Dans les mêmes conditions difficiles, peut-être que j’aurais agi de la même façon ». Ceci contribuera à transformer votre rancoeur initiale en sentiment de compréhension et peut-être même en sympathie.

 

 

5.    Faites les premiers pas

 

 

Suite à un malentendu ou une dispute, nous avons souvent tendance à nous cramponner à des rancœurs mesquines. Cette rancoeur permet à l’anarchie de s’établir en nous. Si la personne qui vous a offensé fait partie de votre environnement de travail ou de votre famille, la meilleure manière de rétablir la paix en vous est de pardonner et de faire les premiers pas vers une réconciliation.

 

 

6.    Si un proche vous a fait du mal

 

 

Si vous voulez que votre relation avec votre proche ait un avenir, vous devez pardonner. Même si cette personne a tous les torts, vous devez continuer à l’aimer. Réfléchissez aux conséquences de votre rancune. Vous constaterez alors qu’en cessant d’aimer cette personne, vous perdez une partie de votre joie de vivre, en plus de mettre en péril une relation qui vous est chère.

 

 

7.    Les gens changent avec le temps

 

 

Vous êtes peut-être devenu méfiant par rapport à la personne qui vous a fait du mal. Même si la faute a été commise il y a longtemps, vous ne voulez plus avoir aucun contact avec elle. Pourquoi condamner cette personne à perpétuité ? Ses actes répréhensibles appartiennent au passé. Cette personne a mal agi, d’accord, mais elle peut s’être améliorée et avoir complètement changé. Repartez donc à zéro comme si rien ne s’était passé, nous méritons tous une deuxième chance.

 

 

8.    Si vous êtes croyant, pardonnez pour Dieu!

 

 

Si vous n’êtes pas capable pour l’instant d’éprouver de la compassion pour celui qui vous a offensé, alors pardonnez au nom de Dieu. Dieu est toujours une bonne raison de pardonner.

 

 

« Un petit pardon demande plus d’effort,
qu’une grande vengeance. »

On vous a fait du mal, ce n’est peut-être pas de votre faute. Mais si ce mal continue à vous ronger, c’est de votre faute. Pardonnez maintenant plutôt que de continuer à nourrir en vous-même la rancune. Malgré l’intensité du désir de punir celui qui vous a fait du mal, reconnaissez que cette force n’a pour objet que d’assouvir votre instinct de vengeance. Agir selon votre pulsion de vengeance ferait de vous une plus grande victime. Au contraire, le pardon peut faire de vous une meilleure personne. Pourquoi interrompre votre cheminement vers un mieux-être sous prétexte qu’il vous est arrivé un malheur ?

Les épreuves font partie de la vie. Elles sont mêmes nécessaires à notre développement.

« Le pardon ne change pas le passé,
mais il enrichit le futur. »
(Proverbe Sanscrit)

Le-Pardon dans Travail sur soi !

Publié dans Travail sur soi ! | 2 Commentaires »

La transformation

Posté par othoharmonie le 15 août 2010

Choisir son objectif de transformation 

 Une citation pour illustrer mon propos

« En quoi consiste notre liberté dans l’existence?

Uniquement à choisir la direction que nous voulons prendre. »

 

(Omraam Mikhaël Aïvanhov) 

 

 

divers

 

 

 

Cette page présente quelques éléments pour nous aider à choisir notre objectif de transformation. Cet objectif est la cible de nos efforts de transformation à court terme. 

Voici quelques exemples d’objectifs de transformation: 

1.       Diminuer son stress

 2.       Être plus positif

3.       Améliorer ses humeurs

4.       Évitez la procrastination

5.       Sourire davantage

6.       Diminuez ses colères

Un seul objectif de transformation :

Pour chacun d’entre nous, il y a potentiellement, plusieurs choses à améliorer (à moins que vous ne soyez déjà parfait). Il est préférable de choisir initialement une seule chose à améliorer et d’en faire notre unique objectif de transformation. Ceci afin de nous concentrer le plus possible sur son application. Changez plusieurs choses en même temps correspond à disperser nos forces. Vaut mieux se concentrer sur une seule chose afin de s’y dédier entièrement pendant un moment. Une fois que nous aurons bien intégré dans notre comportement ce premier objectif de transformation, alors nous pourrons en choisir un second et ainsi recommencer le cycle de transformation.


 


Un objectif de transformation simple

Si nous en sommes à notre premier objectif de transformation, c’est-à-dire si nous sommes au tout début de notre développement personnel actif, choisissons un premier objectif de transformation simple. Ceci afin de l’atteindre avec moins de difficulté et plus rapidement. Il est risqué d’entreprendre brusquement un changement trop important, parce que cela fini trop souvent par une déception.

Optons plutôt pour un objectif initial simple, afin de débuter par un succès et ainsi prendre confiance en nous. En facilitant l’atteinte de notre premier objectif, nous favoriserons la réussite de notre deuxième objectif et ainsi de suite.


Un objectif lié à un geste fréquent :

Si nous sommes au tout début de notre développement personnel actif, choisissons un objectif de transformation simple qui se répète quotidiennement ; par exemple faire une promenade à pied tous les jours. Les habitudes quotidiennes sont généralement beaucoup plus faciles à intérioriser que les habitudes hebdomadaires ou mensuelles. 

« La victoire est à demi déjà accomplie,

lorsque nous avons choisi le bon objectif. »

divers

Publié dans Travail sur soi ! | Pas de Commentaire »

La conscience

Posté par othoharmonie le 19 juillet 2010

La conscience dans Travail sur soi ! image002 

Parfois lorsque l’on rencontre des gens non initié et que l’on raconte soi-même ses propres expériences d’ouverture de conscience (pour ma part mon OBE), notre vis-à-vis à souvent tendance à vouloir populariser la conscience comme un contenant d’idées et d’images, avec une fenêtre sur le monde pour la perception d’un côté et une porte pour l’action de l’autre. 

En quelque sorte, les non-initiés ont tendance à qualifier les spiritualistes de « réalistes naïfs » qui prennent pour réalité un simple vagabondage de l’esprit… Cela vous est peut-être arrivé à vous aussi ?? 

On peut se poser alors la question de savoir qu’est-ce que la conscience ! 

Devant ce modèle de la conscience, comme devant n’importe quel autre modèle d’ailleurs, la démarche scientifique consiste bien souvent à essayer de l’invalider, de voir si par exemple on ne pourrait pas nous prendre en défaut sur certains points, sur la présence de processus inconscients par exemple, ou encore sur un caractère graduel de la conscience… 

Faut-il tenter d’expliquer ? 

oui je crois que c’est mieux ainsi : 

 QU’EST-CE QU’UN ETRE CONSCIENT ? 

Ce qu’on perd et reprend avec la conscience, c’est le sentiment, sentiment d’une présence immédiate à soi et au monde, le sentiment confus mais fort que nous sommes, que nous existons et que nous sommes au monde, entourés de choses indépendantes de nous et ordonnées. Telle est la conscience sous sa forme la plus humble, la plus élémentaire : le sentiment d’une présence de soi, à soi, et au monde.  

Cependant, l’être doué de conscience existe doublement : déjà en lui-même, comme une chose et pour lui-même !  c’est en cela qu’il se sait exister, qu’il existe à ses propres yeux. Au lieu d’exister et de l‘ignorer, l’être doué de conscience existe et le sait. C’est ce qui le distingue des êtres qui ne sont pas doués de conscience, comme les choses, ainsi que ceux qui ne sont capables que de se sentir exister, comme les animaux. 

Mais, être doué de conscience, c’est non seulement faire l’expérience de son existence, c’est aussi se savoir doué de conscience, c’est faire l’expérience de sa propre conscience : se savoir exister et savoir qu’on le sait. C’est ce retour sur elle-même de la conscience, impossible avec le simple sentiment de soi, qui fait de l’être doué de conscience un simple sujet. Un sujet, c’est donc de ce point de vue, un être qui se sait exister et qui sait qu’il le sait.  

Il est important de souligner, je pense, que l’être conscient est totalement relié à ses états sensoriels, qu’il affine et intensifie dans leur perception, afin d’élargir le champ de sa conscience. 

En conclusion, je dirais qu’un être conscient est un ETRE PRESENT A SOI, EN SOI, ET AU MONDE

 

fleur

QU’EST-CE QUE LA CONSCIENCE ? 

La conscience est le degré de vigilance, le comportement, les données de l’introspection qui permettent de déterminer les niveaux de conscience, c’est-à-dire les états intermédiaires entre la veille et le plus profond sommeil. La méditation et la relaxation sont d’excellentes méthodes pour déterminer nos différents niveaux d’états de conscience. 

Vivre en pleine conscience, c’est se savoir ni ange, ni bête, mais les deux à la fois pour être heureux, pour vivre libéré.  La recherche de notre être spirituel pour animer et enrichir notre vie intérieure, la maîtrise et l’exaltation de toutes les ressources de notre corps pour en retirer le maximum de jouissance. Cela ne peut être obtenu que par l’épanouissement de la personnalité, en en considérant l’UNICITE et non dans le rejet des plaisirs ou dans le mépris des valeurs spirituelles. 

Savoir utiliser son subconscient qui permet d’étendre la perception intuitive et élargir le champ de la conscience par l’accession au mental cosmique, est jalonnée par les moyens dont la majeure partie sont cités sur ce blog (les posts qui suivent et méthodes d’éveil). Ces moyens participent de la synthèse culturelle. 


Nous sommes tous constitués de trois instances distinctes, que je vais expliquer, constituant la conscience de Soi, et c’est Monsieur Freud qui en a déterminé la dénomination.  Nous pouvons donc dire que

La conscience, c’est l’harmonie et l’équilibre du MOI avec les forces en contradiction voulant le freiner. C’est donc en effectuant un travail de développement personnel que l’on accède à la Conscience élargie ou évolution de la Conscience

Je m’explique encore : 

1° – Nous avons le ÇA

Il correspond aux instincts et désigne ce qu’il y a de plus primitif dans l’homme. Il se compose de pulsions innées, agressives et sexuelles, ainsi que de désirs refoulés. Le Ça est le grand réservoir de la libido, de l’énergie pulsionnelle qui peut devenir créatrice dans sa forme sublimée et désexualisée. 

Mais le Ça n’a, par son essence même, aucune organisation et ne peut procéder d’une volonté délibérée. La notion du  Ça est donc liée à celle des pulsions qui tendent à la satisfaction de nos besoins fondamentaux issus des grands impératifs de la conservation de l’espèce, donc de l’individu : la fonction de nutrition et la fonction sexuelle. On considère qu’une tension effective – la non-satisfaction tendancielle du Ça – est source d’angoisse et que la résolution de cette angoisse produit du plaisir. (mais également source de culpabilité !). 

2° – Nous avons le SURMOI

Cette autre instance psychique, inconsciente, apparaîtrait donc au moment de la liquidation du complexe d’Œdipe (attachement à la mère ou au père) ; elle se structure sous l’action des influences parentales et socio-culturelles. Le Surmoi reçoit l’empreinte de la morale conventionnelle et a pour action de s’opposer à la prise de conscience des désirs, à leur réalisation effective. Cette censure peut s’exercer en marge du conscient qui en reste ignorant, dans le rêve par exemple. 

Cette instance, qui paralyse les désirs n’étant pas en conformité avec la loi morale, n’a pas seulement un rôle de limitation de la pulsion instinctive et d’interdiction ; elle promeut et renforce l’idéal du Moi, mettant en jeu divers mécanismes de défense, dont la sublimation. 

3° – Nous avons le Moi (ou ego) : 

Il se structure progressivement sous l’effet de la maturation, des conditions de vie culturelle, sociale, professionnelle, affective et sexuelle. Il nous suffit ici de résumer le rôle que joue cette instance eu égard à l’hygiène du mental. « Le Moi a pour mission d’adapter le comportement à la réalité, de l’appréhender rationnellement. Le Moi assume la fonction arbitrale entre les instincts et la censure, autrement dit : conscient pour les décisions et les actes de la vie courante, inconscient dans la mobilisation des mécanismes de défense

Lorsque le Moi s’affaiblit, comme chez « un névrotique », le Ça l’emporte sur le Surmoi qui se trouve impuissant à exercer normalement sa censure. La conduite est alors en contradiction avec les interdits. D’où des conflits donnant lieu à des comportements jugés paradoxaux. Le psychisme se trouve alors perturbé par l’incapacité du Moi à pouvoir arbitrer ces états conflictuels qui dissocient la personnalité en lui posant des problèmes en apparence insolubles. » 

Si nous essayons de définir la conscience plus directement, le premier problème qui se pose vient du fait qu’une expérience consciente n’est accessible qu’à la personne qui l’expérimente. Sans parler de la difficulté pour une personne d’exprimer verbalement avec clarté et fiabilité le contenu d’une expérience consciente… 

fleur

L’option « idéaliste«  pose qu’il n’y a rien d’autre dans le monde que des expériences conscientes. Le monde matériel est donc considéré comme une simple illusion de notre conscience.

 Et ceux qui ne veulent rejeter ni l’existence du monde matériel, ni l’existence de l’esprit se réclament de la tradition « dualiste« . Pour eux, il existe tout simplement deux mondes, celui de la matière et celui de l’esprit. Les dualistes doivent alors expliquer comment une vie de l’esprit est possible dans un corps de chair. Se pose alors la question, très difficile pour le dualiste, de l’interaction possible entre ces deux réalités. 

D’où je pense, beaucoup de gens qui ont du mal à se comprendre…

Car malgré les nombreux sens que l’on donne au mot conscience dans le langage courant, les gens ont souvent une image qui leur vient à l’esprit lorsqu’ils entendent ce mot : celle d’un petit « moi » confortablement assis dans notre tête et qui regarde ce qui se passe dans le monde comme un spectateur regarde un film. De temps en temps, ce spectateur peut commenter ce film avec la « petite voix intérieure » que nous connaissons bien ou alors décider librement d’un comportement inspiré par le film. 

Mais non, c’est beaucoup plus profond que cela, nous vivons au sein d’une société dans laquelle nous sommes parties-prenantes et non pas dans une forme de voie médiane qui utilise les ressources fantastiques du subconscient…. 

Très souvent, lorsque l’on parle de conscience, les gens l’assimilent également à la conscience morale. 

Et bien pour ma part, je m’y refuse car je pense que beaucoup d’existences furent « gâchées » et le sont encore par des réminiscences jugées coupables d’un comportement infantile qui ne devrait rien avoir de répréhensif, car que je trouve naturel. La conscience morale s’accumulent dans le subconscient et paralyse l’individu… le conscient doit alors prendre le relais. 

La conscience, c’est aussi PARFOIS ce que l’on perd lorsque l’on s’endort… (humour) !

********

Si certains d’entres-vous ne sont pas en accord avec mes propos, j’accueillerai bien volontiers leur approche de la conscience. Merci à vous de participer !

Image_meditation_2 dans Travail sur soi !

Publié dans Travail sur soi ! | 1 Commentaire »

L’introspection

Posté par othoharmonie le 17 avril 2010

L'introspection dans Travail sur soi ! rosePOESIEPas facile de se lancer seule dans une introspection car il faut être lucide vis-à-vis de soi-même. Mais j’avais envie de me comprendre alors…  

J’vous raconte ……… 

l’introspection  l’acte par lequel nous percevons directement ce qui se passe en nous, nos pensées, nos souvenirs, nos émotions… se connaître et surtout se comprendre en toute lucidité !  Grâce à la conscience, l’homme dispose d’une faculté qui lui permet d’avoir connaissance de toute son activité intellectuelle. Si la conscience est bien une sorte de « connaissance intérieure » possible, il faut bien s’avouer que de se livrer à une psychologie à la première personne peut paraître un peu critiquable… ce  qu’on appelle introspection, à savoir : la connaissance de soi par soi, l’exploration de « l’espace du dedans » comme le disait H.Michaux ….

 

Nous vient donc ce questionnement :  Ce que je suis et ce que je crois être, d’après les informations livrées par ma conscience, coïncident-ils forcément ? 

C’est une forme de Conscience morale….  Pour obtenir cette lucidité j’avais commencé par avance à dresser la liste de mes qualités et de mes défauts,  puis j’ai vérifié auprès de mon entourage les jugements de caractère qu’ils m’attribuaient…. Afin de déterminer ce que je voulais changer, ce que je pouvais améliorer ! 

L’introspection ne consiste pas a vouloir aller quelque part. L’ introspection est le fait de regarder en soi-même car on a le désir de modifier, de changer les réactions du « moi », de devenir autre chose que ce que l’on est. Pour s’améliorer ….. par conséquent nous pouvons dire que  l’introspection est égocentrique.  Mais toutefois, introspection, pas n’importe comment. Car pour que l’introspection soit une réelle connaissance de soi, elle doit cibler La Vérité. D’ailleurs, bien souvent beaucoup confondent « introspection » et introspection lucide….  Donc, il y a un mais, car dans « introspection » il y a identification et condamnation ; le « je » examinant quelque chose dans le but de le changer…. 

Exemple : Je suis en colère … 

 je me livre à l’ »introspection », je m’examine afin de me débarrasser de la colère ou de la modifier, voire de la changer.

 Dans ce cas lorsque nous nous livrons à l’ »introspection », lorsque nous regardons en nous-mêmes en vue de nous changer, il y a toujours une sensation désagréable, une espèce de vague, une sorte de dépression, tout simplement parce que cette façon de faire nous met de mauvaise humeur et nous tombons dans le cercle vicieux de se réexaminer à nouveau afin de dominer cette humeur, et ainsi de suite…. Pourquoi vous allez me dire …

Tout simplement parce que si je suis en colère et que je m’efforce de ne pas l’être, ou fais semblant de ne pas l’être, je serai dans un état de conflit. Mais si je dis : « Je vais observer ce que c’est que cette colère, sans chercher à la fuir, ni à la raisonner  », alors j’obtiens l’énergie qu’il me faut pour la comprendre et y mettre fin ! L’introspection est un processus qui consiste à transformer ce qui « est » en quelque chose qui n’est pas. Et oblige donc à être lucide, lucide face à soi-même et par ce fait, elle nous entraîne vers une fin : celle du moi . 

C’est seulement en ayant pratiqué sérieusement avant, la relaxation et la méditation, que nous sommes alors déjà habitués à être lucide vis-à-vis de soi-même, par cette sérieuse pratique en amont, nous avons par avance élagué nos pensées parasites et sommes beaucoup plus clairvoyant. Cette  lucidité, forme de sincérité obtenue par le biais de la méditation nous permet de s’observer sans se condamner. La lucidité engendre la compréhension, car elle ne comporte ni condamnation ni identification, mais seulement une observation silencieuse. Pour comprendre, je dois observer, et pour observer il est nécessaire d’être silencieux, je veux dire sans à priori, sans jugement d’aucune nature… être lucide tout simplement…. Ceci est la réelle introspection….. notre libération vers la connaissance ! 

L’introspection en toute lucidité est une constante observation de tout, de chaque pensée, de chaque sentiment et de chaque acte, à mesure qu’ils surgissent en nous-mêmes. C’est comprendre les activités du « moi », du « je  » dans ses rapports avec les gens, avec les idées, avec les choses. 

Aucun exercice particulier ne nous fera entrer en introspection. C’est un comportement à avoir, une habitude de vie, une hygiène…. Vouloir s’améliorer en étant lucide ; cette lucidité qui exige une continuelle souplesse et pour ce faire, il convient de s’occuper de soi par le biais de la relaxation, la méditation, puis immanquablement découle l’introspection !    

Observer sans condamnation, sans identification un peu comme si on regardait un petit enfant jouer dans le bac à sable … La phrase de Socrate : «Connais-toi toi-même» n’a de sens que si l’on comprend à la fois ce que c’est que connaître et ce que c’est que soi-même. 

Et il n’y a que l’âme qui connaît ! 

S’accorder soi-même la liberté simple de regarder en soi-même chaque fois que nous en avons la possibilité…. 

Une fois ce processus enclenché, croyez-moi vous n’aurez plus à y revenir… c’est une hygiène de vie ; cela devient un état d’Etre…. l’esprit a perdu sa capacité de créer des illusions.  vous aurez alors découvert qu’essayez de faire une introspection, ne sert à rien, ce serait comme  s’éloigner une fois de plus de la vérité profonde. Chaque tentative entraine une orientation vers l’extérieur et non un regard vers l’intérieur. 

Vous ne pouvez pas  »aller » en vous car vous êtes déjà en vous.

 

Lorsque le désir ne vient plus occulter l’esprit, nous restons en nous-mêmes. C’est l’introspection.

Immanquablement nous nous retrouvons face à la vérité.
Tournez le regard vers l’intérieur, c’est simplement ne plus le tourner vers l’extérieur. 
J’avais relevé quelque part une phrase de Jiddu Krishnamurti qui m’avait beaucoup plu ; la voici :  « la responsabilité de chacun est d’opérer un changement radical en soi, parce qu’on EST le reste de l’humanité. » 

                                                                          Etre en soi, c’est faire l’expérience de soi et rien de plus !

                                    497_e8520f1766c6cd3bfa2434e17ae33496%5B1%5D dans Travail sur soi !

Publié dans Travail sur soi ! | Pas de Commentaire »

La méditation

Posté par othoharmonie le 16 avril 2010

La méditation dans Travail sur soi ! image211    Beaucoup de gens ont tendance à confondre méditation et relaxation, faut dire qu’il y a de nombreuses idées contradictoires sur la méditation et on ne sait plus faire la différence entre les deux… Je vous ai déjà parlé de la relaxation… j’ai expliqué ma technique dans la rubrique précédente ! 

Donc, lorsque l’on maîtrise très bien la relaxation, que l’on a réalisé ce nettoyage mental nécessaire, nous sommes alors prêts pour entrer en méditation. Nettoyer son mental, c’est un peu comme aérer son cerveau, faire le nettoyage de printemps en jetant tout ce qui n’est plus nécessaire

 abeill10 dans Travail sur soi !

Entrer en méditation veut dire que l’on va tenter maintenant de comprendre son propre mental…  plutôt que de continuer à se bagarrer sans cesse avec lui, à cause des pensées parasites dont nous nous sommes maintenant débarrassés. Nul besoin de se couper du monde pour méditer, nul besoin de faire partie d’une religion, ni de changer notre vie pour cela. La méditation est un espace en soi, au creux de votre plexus, espace de détachement…  qui est en quelque sorte notre conscience du moment présent ou du « je suis » ; vous pouvez l’appeler comme vous le voulez. Cet espace en soi est à l’image d’un lieu de protection, un lieu d’isolement avec soi-même. On s’y sent bien, en paix, c’est douillet et serein. Il n’y règne que l’amour !  Cet espace de détachement en soi, tout le monde le possède, il ne demande qu’à ce que vous le découvriez ! Nul besoin de dire que ce n’est pas possible ; il fait partie intégrante de vous, il suffit de se donner un peu la peine d’aller à sa rencontre.   Au début de ma recherche par exemple, je me souviens que j’avais tendance à répéter au fond de moi : « ici et maintenant » à plusieurs reprises, et c’est ainsi que je trouvais mon point de méditation…. 

Vous pouvez essayer !                        ballon10

Si vous avez réussi à vous relaxer comme je le disais précédemment, vous aurez alors plus de facilité à accéder à votre intériorité. Car pour tout vous dire, au contraire de ce que l’on peut lire un peu partout, il n’y a pas de technique particulière, ce serait plutôt une forme de compréhension, une prise de conscience de ce que nous sommes réellement. Et si on lit des techniques un peu partout sur le net c’est plus pour prendre conscience que la méditation existe, qu’elle fait partie intégrante de nous et qu’il faut également savoir se décontracter , prendre conscience de soi et de sa respiration et surtout que tout cela est accessible à tous. C’est mon avis ! 

Parce que c’est uniquement en soi que l’on peut trouver la relaxation profonde, au sein de cet espace de calme et d’amour véritable, en soi. Vous aurez beau dépenser tout l’or du monde auprès d’un quelconque thérapeute, il n’y a que vous qui pourrez trouver cet espace de sérénité en vous. Tant que vous n’aurez pas calmé votre mental grâce à la relaxation profonde, vous ne pourrez atteindre votre espace de méditation profonde ! 

La méditation est un ETAT d’ETRE, tout simplement, une expérience pure, sans interférence, ni du corps, ni du mental. Et cet état est tout ce qu’il y a de plus naturel. Sauf qu’à un moment donné de notre existence nous l’avons oublié et qu’il nous faut aujourd’hui en retrouver l’accès. Lorsque que vous aurez atteint cet espace de plénitude en vous, vous deviendrez alors le témoin de vos pensées, le témoin de vos émotions, le simple témoin de vos sensations physiques…. Et vous aurez acquis le détachement nécessaire qui fera que vous ne vous identifierez plus à eux, ils ne feront plus partie de votre personnalité ; vous en deviendrez le simple spectateur ! 

Lorsque vous aurez pratiqué cette rencontre profonde avec vous-mêmes, vous verrez que cela vous deviendra de plus en plus naturel… tant et si bien que vous finirez par atteindre cet état méditatif sans qu’il ne vous lâche plus jamais ! 

Bravo à vous !

chaton10

Publié dans Travail sur soi ! | 1 Commentaire »

La relaxation

Posté par othoharmonie le 15 avril 2010

La relaxation dans Travail sur soi ! cocci07Beaucoup de gens me disent : « tu parles très souvent de méditation, mais moi j’y arrive pas, j’suis pas doué pour ça … »

alors je dirais qu’avant de bien savoir méditer, il faut déjà bien apprendre à se relaxer !

Beaucoup trop de personnes tendues qui gaspillent parfois inutilement leur énergie vitale sans en prendre réellement conscience, tant elles ont pris pour habitude de courir. Mais savent-elles qu’en agissant ainsi, elles perdent la maîtrise de leur mental ? qui en découle à ne plus pouvoir assurer le gouvernement de leur corps ?

Avez-vous déjà pensé tout simplement à vous relaxer, une bonne relaxation qui permet de se re-mettre en symbiose avec soi-même…

Savoir qu’il existe presque autant de méthodes de relaxation que d’individus peut mettre en confiance, vous y rencontrerez très certainement la vôtre. Choisir sa méthode, la tester ; choisir sa catégorie : relaxation locale, générale ou mentale…. tout ceci est déjà un premier pas et ça ne prend pas forcément beaucoup de temps !

Nous allons donc partager ensemble quelques unes de mes méthodesinsectes-papillons-80 dans Travail sur soi !

 

Exemple d’une relaxation locale : celle  Des Yeux

Je regarde à l’horizon, je vois la prairie, les collines tout au loin, je laisse mes yeux errer dans le paysage, je ne nomme pas ce que je vois, je ne juge pas non plus, j’accueille ce spectacle avec confiance ; je souris un peu ; mes yeux se perdent dans le paysage sans attacher mon regard sur quoi que ce soi, sans percevoir, sans comparer, sans annalyser. Juste se perdre dans l’horizon et tout simplement accueillir…

Bien souvent on me dit : « oui, mais toi t’es à la campagne, c’est plus facile pour toi, moi je suis dans le bruit de la ville… »

Eh ben non, on peut se relaxer, même dans le bruit. Tout simplement en adoptant une écoute consciente, c’est-à-dire écouter, oui écouter, sans juger, sans analyser ni disséquer les divers bruits ; les globaliser… Ainsi, vous n’en obtiendrez plus que la sensation, car l’attention qui sera portée volontairement et consciemment en fera ressortir le calme et la détente qui sont en vous… car accepter, signifie que l’on admet la réalité.

Pour parfaitement se relaxer, il faut cesser de se fabriquer des chimères, ce qui Est, EST. C’est tout simple, sinon on devient prisonnier de ce que l’on refuse. Accepter l’évidence en toute conscience !

Le but réel de la relaxation n’est pas de devenir entièrement atone et de marcher dans les nuages, non, la relaxation c’est retrouver l’équilibre entre la tension et la détente, l’harmonie du corps et de l’esprit, l’attitude Juste !

Je ne vais pas passer en revue toutes les parties du corps, car je sais que vous avez compris que prendre conscience des choses les fait se fondre dans la globalité !

 

s6bu6ziqLorque l’on en arrive donc à la relaxation généralisée, comme chacun sait, nous avons le fabuleux remède à la portée de tous, c’est le RIRE. Il permet d’apaiser les douleurs, de diminuer les inflammations, il ralentit le rythme cardiaque, fait baisser la tension artérielle, régularise la digestion, favorise la bonne respiration, l’activité cérébrale, sexuelle, etc…. Le Rire rétablit l’équilibre !

Choisir le rire pour surmonter la pression sociale, en apprenant à rire de nos petits malheurs, de nos échecs ; cultiver en soi le rire ludique. C’est simple et libre d’accès !

Autre forme de relaxation généralisée, c’est la marche…. La méthode est simple, il suffit de bien respirer et de prendre conscience de cette respiration, le reste va de soi, abandonnez-vous au spectacle environnant. Fixer son attention sur notre respiration est la meilleur des méthodes pour enclencher la relaxation généralisée ; que l’on peut utiliser dans n’importe quel endroit, que ce soit dans le flux intense de la circulation, en promenade dans la forêt, que ce soit dans la salle d’attente de notre médecin, à la queue d’un magasin ; au lieu de s’énerver, relaxons-nous, concentrons-nous sur la respiration, c’est mieux que de laisser aller des pensées vagabondes…

Notre respiration est une chanson, écoutons-là !   00020579  00020579  00020579 

 

Comme certains pourraient le faire remarquer, nous ne sommes pas obligés de s’allonger pour se relaxer…. ça, ce sont dans les contes de fées.

Alors lorsque vous serez dans une file d’attente, au lieu de ronchonner, pensez-y ! Le bonheur n’est pas forcément à l’abri, dans un nid douillet, il est dans la rue, au bureau, partout autour de soi. Il suffit de presque rien pour le cueillir et le garder en soi : un corps paisible, un coeur attentif, une âme en paix.

Se servir objectivement de nos 5 sens ouvre les chemins de la conscience de soi. Devenir observateur, le témoin neutre de sa propre vie. Cesser d’être acteur pris dans le tourbillon. Savoir se retrancher du fourmillement, est source de paix et induit la relaxation. Conscience de soi nous mènera immanquablement à faire l’expérience de l’Absolu. La Rencontre !

Lorsque vous voudrez alors aborder la grande relaxation, alors là oui, il conviendra de se trouver dans un endroit calme, où vous serez certain de ne pas être dérangé ; installé le plus confortablement possible, soit allongé, soit assis sur un bon divan.

Concentration sur la respiration toujours… et vous sentirez votre corps se libérer de certaines tensions, devenant ainsi de plus en plus lourd. Ce relaxer n’est rien d’autre que de détendre successivement tous les muscles de son corps en passant en revue toutes les parties, un peu comme je l’ai déjà expliqué dans l’auto-hypnose…verre7

 

Nous allons donc passer à la relaxation mentale ……..

Notre corps est comme notre véhicule, notre maison, nous sommes tenus d’en prendre soin. Notre corps est un tout qui ne peut vivre que dans l’harmonie. Il est indispensable d’avoir une image mentale de soi stable et unifiée de son propre corps. Certes, c’est un long apprentissage, mais également une tâche qui ne cesse jamais. Bien souvent absent de notre corps, nous ne savons pas reconnaître en lui sa perfection. Il nous faut le reconnaître, l’habiter, lui parler et nouer des relaitons amicales avec lui. C’est la base de toute relaxation…. On en prend vite l’habitude vous verrez !

 

1264640873_papillon-gif-026Prendre une posture stable, prendre conscience du moment présent, « je suis là, maintenant, je respire ».

Nettoyons notre esprit : laisser les émotions, les pensées remonter à la surface ; laisser faire, sans intervenir, sans juger…. puis imaginer alors que notre conscience est un point lumineux, et ce point lumineux, laissons-le divaguer en nous, comme s’il venait pour nous protéger. Laissons se dissiper en fumée tout ce que nous avons fait remonter comme pensées et émotions précédemment, toutes les pensée et émotions partent en fumée. Laissons-les partir maintenant !

Puis, renouons amitié avec notre espace intérieur. Reconnaissons-nous, acceptons-nous, aimons-nous et la relaxation mentale est au bout de ce chemin-là …

Graduellement, on retrouve le mouvement de « l’expir, inspir ».

Recommançons ces exercices tout au long de la vie….

C’est ainsi, se rendre libre pour écouter les murmures du vent, c’est d’abord dominer son esprit et son corps pour mieux les utiliser. Cesser de se laisser balloter au gré des pensées… Mieux nous serons relaxés et plus facile il nous sera d’entrer en méditation, que nous verrons plus tard !

Nous sommes en relation étroite avec le groupe humain, avec la nature, avec le cosmos, laissons nos coeurs ouverts pour mieux se concentrer sur l’intériorité qui purifie notre conscience de soi.

Je vous souhaite « bonne intimité » à tous et toutes !

  

dyn010original368380gif25978866f97c58c6aa3e7d9d1c6f550dbdb8590

Publié dans Travail sur soi ! | 1 Commentaire »

La Loi d’économie

Posté par othoharmonie le 10 avril 2010

Comment fonctionne-t-elle ? 

Tout le monde parle de l’économie, mais le nombre de personnes qui réellement la connaissent et la pratiquent est très réduit.  Elle est en contact avec la Loi de la transformation et bien d’autres encore. Tout est en étroite relation, utilisée pour tout, en portant une économie parfaite. Nous voyons dans la nature comment de manière simple et facile, tout s’utilise. Un arbre en donnant ses fruits nourris les personnes et quelques animaux volatils. Quand ces fruits sont trop mûrs et tombent au sol, tous les petits animaux qui ne montent pas normalement à l’arbre se nourrissent. Et finalement, les résidus décomposés sont absorbés et transformés par la terre en d’autres substances comme aliment. Rien n’est perdu tout est économisé, comme l’exemple que nous venons de voir. Nous pourrions en citer beaucoup plus comme ceux-ci.Nous devons bien pratiquer cette loi.  Si toutes les personnes du monde entier pratiquaient bien la Loi de l’Économie, personne ne mourerait de faim, la misère n’existerait pas. Nous allons donc voir ce que nous faisons et ce que nous devrions faire :

- Dans la façon de parler, ne croyez-vous pas qu’on perd une grande quantité d’énergie dans des phrases ou dans des mots inutiles ?  Je crois que si nous pensons à cette Loi, en plus d’économiser beaucoup d’énergie, nous développerions beaucoup de points importants, comme le respect en général, plus de concentration, d’observation, de silence, et de profondeur, etc..

Mouvements : Ne croyez-vous pas que nous nous déplaçons trop pour faire si peu de concret ?

Il est clair qu’il y a une grande perte d’énergie qui ne nous permet pas d’avoir un petit peu de réserve.

Alimentation : Mangez-vous véritablement tout ce que vous achetez, ou les mettez vous à la poubelle ?

 Je crois que dans ce paragraphe il y a beaucoup à rectifier. Je suis sûre qu’on pourrait manger mieux avec moins d’argent. Comptons pour un moment, d’énormes quantités de choses, dans tous les aspects, qui sont gaspillés partout dans le monde ou qui sont mal utilisés ?

Nous avons ici des formes fondamentales qui expliquent le pourquoi de ce monde si pauvre et misérable.  Nous sommes responsables de tous cela, uniquement pour ne pas pratiquer les Lois d’énergies divines qui sont la direction et la sagesse de la vie de l’être humain. Pensez profondément à tout cela, réfléchissez et mettez le rapidement en pratique dans votre vie quotidienne. Ne vous laissez pas aller par la vie facile. N’entrez pas entièrement dans cette folie qu’est la société de consommation. Ne soyez pas non plus misérables, exagérés ou réprimés. Prenez simplement ce que vous avez besoin dans la juste mesure ! Sourire

La Loi d'économie dans Travail sur soi ! energie-propre-solution-planete

Publié dans Travail sur soi ! | 1 Commentaire »

Apprendre à vivre

Posté par othoharmonie le 10 avril 2010

- Apprendre à vivre devrait être la matière la plus importante que l’on devrait enseigner à l’école. Je ressens une grande déception en voyant que cette matière n’a pas sa place et que ni même elle existe dans l’enseignement scolaire.

- Les gens croient que vivre c’est comme respirer. Qu’il ne faut rien faire, que c’est comme ça. Il est nécessaire de savoir que la véritable vie se traduit seulement par la joie, l’enthousiasme, le dynamisme, l’agilité, la bonne santé, la clarté, l’entendement, la propre lumière, l’équilibre et le grand bonheur.

- Tout cela me donne l’impression que les personnes ne connaissent pas le véritable sens de la vie et c’est pour cela qu’ils ne peuvent pas apprendre à vivre.

- Quand j’observe les gens, que je les vois tellement loin d’eux-mêmes, entourés dans une série d’histoire, illusoire et parfois malsaine. Je ressens de la peine parce qu’ils sont en train de se détruire psychiquement, psychologiquement et physiologiquement. C’est comme si nous partions contre la véritable vie en faveur d’une léthargie profonde.

- Nous passons par le monde sans connaître la véritable vie, à cause de tout type de passion, d’obsession, de manque de domination en soi-même, des vices, des peurs, des complexes, des pensées négatives, des sentiments de culpabilité et de cet élan primitif. 

Si nous pouvions comprendre et mettre les choses à leur place, les dispositions du monde seraient dans un lieu et la vie dans une autre. Si nous avions une véritable logique nous verrions que tout ce qu’il y a dans le monde sert pour le monde. L’homme a besoin de lui pour se développer, se manifester et faire ses expériences. En vérité tout ce qui est sur la planète est à la disposition et au service du développement de l’homme. Pourquoi ? 

Parce que le développement, la perfection et la libération de l’homme est le plus important de l’univers. Si l’homme prend conscience et la responsabilité de lui-même, il obtient ce dont il a de plus nécessaire.

—————————————————————————————-

Aujourd’hui, Mardi 13 avril 2010, on vient de me poser une question :

Avons-nous réellement une raison d’être là ?

REPONSE Oui nous avons une raison d’être présent à cet instant précis, mais encore faut-il trouver cette raison … elle peut être variable cette raison car à l’image de chaque individu, mais le jour où l’on comprend que notre vie nous appartient alors on choisi de la vivre selon ses propres désirsSi le regard de l’autre peut en dire long, il est certain que son propre regard envers soi-même est encore plus explicite. La vie est un terrain de jeu où nous apprenons au fur et à mesure que nous grandissons à nous comporter en personne libre et responsable. L’univers est un miroir symbolique où seul l’adoration de son être permet de réussir l’acte même de la vie et s’écouter, c’est avoir un petit peu de tendresse et de respect pour soi. S’accepter, c’est initier son « petit moi » à l’acceptation de sa propre vie. Et enfin être ancrée, est la preuve de notre vocation à suivre une route spirituelle.  A partir de là, on s’engage vers une voie plus en rapport avec ce que l’on est réellement c’est à dire suivre le chemin de l’acceptation de soi.

C’est à cet instant que la route de la vie prend un sens car chaque épreuve est considérée comme une occasion de grandir et d’aller chercher au fond de soi une force et un courage qu’on ne connaissait pas encore.

 Francesca 

Apprendre à vivre dans Travail sur soi ! tennis-rouges

Publié dans Travail sur soi ! | 1 Commentaire »

La solitude

Posté par othoharmonie le 10 avril 2010


J’ai pu constater que la solitude n’existe pas. 
Nous l’avons créé nous-mêmes avec nos peurs, nos intérêts, notre égoïsme, et notre séparation avec la communication interne et infinie. L’être humain est réellement fait pour vivre en communication, avec son prochain. Il a été conçu pour ressentir perpétuellement le contact avec son Être Réel et tout ce qui l’entoure.

Où donc est la solitude, alors ? 

Pourquoi, tant de gens souffrent de solitude, et pourquoi la redoutent ils ?  Il n’y qu’une seule façon de comprendre cela, en regardant autour de nous. Auprès de mes collègues par exemple, j’ai vu que beaucoup de parents apprennent à leurs enfants à se défendre, en tirant profit de leurs camarades, en les utilisant et en se servant d’eux de manière égoïste. Ils leurs enseignent à se servir de tout et de tous, à être séduisant, manipulateur, diplomate, hypocrite…. Apprendre à se déguiser par de sophistiqués apparences, tout en conservant une image raffinée et gentille. 

On peut d’ores et déjà deviner avec grande précision le futur de cette classe de personnes. Il est absolument sûr qu’ils seront rejetés par les autres et souffriront de profonde solitude, car ils sont en train de vivre une vie qui ne correspond pas à l’être intérieur. Les gens enfermés dans un cercle vicieux, limités, jaloux et méfiants de tous, souffriront de solitude car ils leur manquent la tolérance et la richesse de la communication. Ils seront pauvres, misérables, et toujours plongés dans la monotonie, la tristesse et l’ignorance.

Les gens incapables de partager, possessifs, égoïstes, et centrées sur eux-mêmes, souffriront de solitude parce que la vie est faite pour être partagée dans toute sa gamme de valeurs et de merveilles. Les gens qui selon leurs concepts regardent les autres dédaigneusement, avec indifférence, froideur, arrogance et méfiance, vont souffrir de solitude. Une telle attitude, ne peut qu’engendrer antipathie, distances, etc.

Les gens qui ne se soucient guère du mal qu’ils créent pour leur propre intérêt, souffriront de solitude car ils leur manqueront la conscience, l’honnêteté et le respect des autres. Ils se regardent le nombril, mais ne se mettent pas à la place de l’autre pour comprendre le processus.

Les personnes qui jouent avec le mot amour en créant un sans fin d’apparence hypocrite, mais qui en réalité croient que la seule chose qui compte sont des liens d’attachements égoïstes seulement dans le but d’acquérir un bien être matériel et une sécurité personnelle se verront dans une solitude. Ils auront oubliés le véritable sens du mot amour, et vivront toujours dans la fausseté, le mensonge, en se créant eux-mêmes une grande solitude.

Les personnes sceptiques qui par l’attachement de la matière oublient la chaleur humaine, l’amitié admirable, le partage, le respect et la responsabilité à son prochain, les valeurs humaines, et l’essence à laquelle nous appartenons tous, c’est-à-dire la lumière Divine et les Lois Suprêmes seront dans la solitude, une solitude qu’ils auront créés eux-mêmes.

Nous sommes aussi les créateurs de toutes nos souffrances et de nos misères.

Il y a partout dans le monde beaucoup de gens cultivés, mais très peu connaissent l’art de vivre.

La solitude dans Travail sur soi !

Publié dans Travail sur soi ! | Pas de Commentaire »

La recherche de soi-même

Posté par othoharmonie le 10 avril 2010

Il y a des gens qui pour ne pas vouloir développer la force de volonté, la constance et le sacrifice pour eux-mêmes commettent l’erreur de se laisser séduire, fasciner et conscientiser par des moyens Ésotériques et Exotériques commerciaux.Si tu veux vraiment savoir ce que tu as été et ce que tu seras. Tu peux être absolument sûr, qu’il n’y a personne dans ce monde qui le sait mieux que toi-même. Tu peux arriver à constater cette réalité, si tu fais l’effort de travailler sur toi-même. Nous devons nous enquêter comme le ferait le détective pour les autres. Chercher partout, et s’étudier constamment, dans le plus profond de nos sentiments, de nos pensées, de notre imagination : idées, concepts, actions, réactions, états, attitudes, émotions, expériences, rêves, etc.. Il est nécessaire d’approfondir, d’observer, de comparer, d’être éveillé, ouvert et conscient pour pouvoir expérimenter tout ce qui apparaît sur notre chemin de vie, sans préjugé et étant le plus libre possible. 

La Vie donne pas à pas tout ce dont la personne a besoin pour se comprendre et pour se reconnaître de manière positive, équilibrée, harmonieuse et sûre. 

Quand l’individu arrivera à se découvrir par ses propres moyens, la valeur de la réalité qu’il aura réussi à atteindre sera incalculable et sûre. Cette découverte, lui aura porté un processus de travail constant et profond dans lequel sa conscience sera réveillée et aura développé beaucoup plus de valeurs humaines : patience, acceptation, tolérance, compréhension, émotion profonde, sensibilité correcte, discernement, Amour, altruisme et nécessité de servir autrui et d’être utile.

La recherche de soi-même dans Travail sur soi ! nature

Publié dans Travail sur soi ! | 1 Commentaire »

Les déclencheurs de pensée

Posté par othoharmonie le 10 avril 2010

1- la vue

2- l’ouïe

3- l’ambiance

4- les habitudes et tendances


Afficher l'image en taille réelle Afficher l'image en taille réelle Afficher l'image en taille réelle

1- La vue

Nous devons transformer et sélectionner systématiquement toutes les informations que nous voyons, sans jamais nous laisser aller dans la banalité et le négatif. Il est nécessaire d’appliquer rapidement la réflexion constante pour apprendre, si il y a lieu d’apprendre. Si non, nous appliquerons immédiatement la transformation des impressions.

Par exemple, si deux personnes se disputent et en arrivent à la violence, nous devons avoir un esprit méditatif pour voir avec discernement l’état psychologique des protagonistes, sans nous laisser identifier avec les événements. Dans le cas contraire nous nous exposons à ce que les impressions négatives s’infiltrent en nous, créant des images, des sentiments ou des pensées négatives.

2- L’ouïe

Nous devons savoir contrôler et choisir uniquement ce qui nous convient pour le développement et le bien être de nous mêmes dans sa totalité.

Vous rendez vous compte de la quantité de pensées qui sont générés quotidiennement par toutes les vibrations sonores?

Chaque mot, chaque expression ou chaque son provoque immédiatement une pensée. Il est urgent que la conscience fasse un tri sélectif pour que l’esprit rentre en méditation, et transforme toute cette énergie de manière positive. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser passer des habitudes négatives qui seront le moule de nos pensées mal saines, destructives et consommatrices de notre faible énergie, indépendamment du lieu et du temps qu’elles peuvent occuper dans notre esprit. Grâce à l’ouïe nous pouvons entendre la douce parole susurrée par la voix de l’Amour, écouter nôtre propre voix et celle de notre Conscience Divine, nous sentir unis et entourés par les sons de la Mère Nature englobant ses murmures, et son admirable création.

3- L’ambiance

Dans l’ambiance familiale d’un point de vue purement positif, on produit des pensées d’affections, de collaboration, d’ordre, de partage et d’utilité, etc..

Dans l’ambiance sociale, des pensées positives se produisent à travers des impressions, des événements, des changements, des manifestations et de multitude d’idées, etc..

Dans l’ambiance scolaire ce sont plutôt des pensées de comparaison, de différences, de domination, de rivalité, de grandeur etc..

Dans les lieux et ambiances de divertissement, les pensées positives se manifestent par le biais de contact avec les autres, et par les différentes manières que les gens ont, pour se divertir.

Dans le milieu que l’on a crée soi même, on peut produire des milliers de pensées. Des pensées a partir de ce que l’on croit, de ce que l’on idéalise, de ce que l’on rêve, de notre imagination, etc.. Tout a son côté positif et son côté négatif. Notre but sera de chercher la partie positive par tous les moyens afin que la pensée accomplisse sa véritable fonction. C’est à dire une création enrichie par soi-même et pour le développement et l’évolution des autres.

4- Les habitudes et les tendances

La façon de se présenter aux autres, les habitudes et les tendances laissent apparaître tout ce que vous voulez dissimuler à votre entourage, plus une série de pensées négatives qui sont en train d’empoisonner votre esprit.

Il est urgent de changer les habitudes et les tendances négatives, afin que les pensées deviennent saines et puissent en même temps soigner l’esprit. Les pensées doivent être propres, intelligentes, constructives, tranquilles, inspirées et motivées par la compréhension de ce qui est bon.

La pensée positive nous fait voir les choses d’une autre manière et nous évite les tensions, les préoccupations, les complications, la lourdeur et un mal être généralisé.

Nous devons penser que l’esprit est comme l’estomac. Si nous encombrons l’estomac d’aliments abondants et mauvais, l’esprit sera malade, sa fonction naturelle se convertira en un désordre qui mettra en péril la santé. Quand nous chargeons abondamment l’esprit de pensées négatives et inutiles, il devient malade, il est perturbé et cesse d’accomplir correctement sa fonction. Si la pensée est positive, notre attitude le sera aussi.

 

Les déclencheurs de pensée dans Travail sur soi ! reve

Publié dans Travail sur soi ! | Pas de Commentaire »

1...34567
 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...