• Accueil
  • > Conversation avec Dieu Ch.8 – T.1

Conversation avec Dieu Ch.8 – T.1

Conversation avec Dieu Ch.8 - T.1 dans A et B feerique03wv7       TOME I – Chapitre 8  de  Conversation avec Dieu

Quand en aurai-je suffisamment appris sur les relations personnelles pour qu’elles se déroulent sans difficultés ? Y a-t-il moyen d’être heureux dans les relations ? Sont-elles toujours forcément des défis ? 

 gif

Tu n’as rien à apprendre sur les relations personnelles. Tu n’as qu’à faire montre de ce que tu sais déjà. Il y a une façon d’être heureux dans les relations personnelles : c’est de les utiliser dans le but pour lequel elles existent et non dans celui que tu as conçu. 

Les relations personnelles constituent un défi constant ; elles t’appellent constamment à créer, à exprimer et à vivre des visions plus grandes de toi-même, des versions de plus en plus magnifiques de toi-même. Nulle part ailleurs tu ne le feras de façon plus immédiate, avec plus d’impact et de façon plus immaculée que dans les relations personnelles. En fait, sans les relations personnelles, tu ne peux absolument pas le faire. 

Ce n’est que par ta relation avec les autres gens, endroits et événements que tu pourras même exister (en tant que quantité connaissable, identifiable) dans l’univers. Rappelle-toi : en l’absence de tout le reste, tu n’existes pas. Tu n’es ce que tu es qu’en relation avec un autre qui ne l’est pas. Il en va ainsi dans le monde du relatif, par opposition au monde de l’absolu – où Je réside. 

Lorsque tu auras clairement compris cela, lorsque tu l’auras profondément saisi, tu te sentiras intuitivement reconnaissant envers chacune de tes expériences, toutes les rencontres et surtout les relations personnelles, car tu les trouveras constructives au sens le plus élevé. Tu verras qu’elles peuvent servir, qu’elles doivent servir, qu’elles sont en train de servir (que tu le veuilles ou non) à construire Qui Tu Es Vraiment. 

Cette construction peut être une magnifique création de ton propre dessein conscient ou une configuration strictement fortuite. Tu peux choisir d’être le résultat de ce qui s’est passé, ou de ce que tu as choisi d’être et de faire à propos de ce qui s’est passé. C’est sous cette dernière forme que la création de Soi devient consciente. C’est dans cette seconde expérience que le Soi s’accomplit. 

Alors, soit reconnaissant pour chaque relation personnelle et entretiens-la comme une chose extraordinaire, comme une occasion de donner forme à Qui Tu Es – et que tu choisis d’être, à présent.

Pour l’instant, ta quête a quelque chose à voir avec les relations humaines individuelles du genre romantique, et Je comprend cela. Alors, laisse-Moi parler, avec précision et détails, des relations amoureuses humaines, ces choses qui te donnent continuellement tant de difficultés ! 

Lorsque les relations amoureuses humaines échouent (les relations n’échouent jamais vraiment, sauf au sens strictement humain qu’elle n’ont pas produit ce que tu voulais), c’est parce qu’on y était entré pour la mauvaise raison. 

(« Mauvaise », bien entendu, est un terme relatif, voulant dire ce qui se mesure à ce qui est « bon », peu importe ce que c’est ! Il serait plus précis, dans votre langage, de dire que « les relations échouent – changent – plus souvent lorsqu’on y entre pour des raisons qui ne sont pas pleinement bénéfiques ou propices à leur survie »). 

La plupart des gens entrent dans une relation en ayant à l’esprit ce qu’ils peuvent en tirer, plutôt que ce qu’ils peuvent y apporter.

Le but d’une relation est de décider quelle part de vous-même vous aimeriez voir « apparaître », et non quelle part de quelqu’un d’autre vous pouvez vous accaparer et retenir. 

Les relations (comme toute la vie) ne peuvent avoir qu’un but : être et décider Qui Tu Es Vraiment. 

Il est très romantique de dire que tu n’étais « rien » avant l’arrivée de cet être extraordinaire, mais ce n’est pas vrai. En outre, cela impose à cet être une pression incroyable pour qu’il soit toutes sortes de choses qu’il n’est pas. 

Ne voulant pas te « décevoir », l’autre fait de grands efforts pour être et faire tout cela, jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus. Il ne peut plus compléter l’image que tu te fais de lui. Il ne peut plus remplir les rôles auxquels il a été assigné. Le ressentiment monte. La colère suit. 

Finalement, afin de se sauver (et de sauver la relation), cet être extraordinaire se met à reprendre son moi véritable et agit davantage en fonction de Qui Il Est Vraiment. C’est vers ce moment que tu dis qu’il a « vraiment changé ». 

Il est très romantique de dire que, maintenant que ton être extraordinaire est entré dans ta vie, tu te sens complet. Mais le but de la relation n’est pas d’avoir quelqu’un d’autre qui pourrait te compléter, mais d’avoir quelqu’un d’autre avec qui tu pourrais partager ta complétude.

Voici le paradoxe de toutes les relatons humaines : tu n’as besoin de personne en particulier pour vraiment faire l’expérience de Qui Tu Es, et… sans quelqu’un d’autre, tu n’es rien. 

C’est à la fois le mystère et la merveille, la frustration et la joie de l’expérience humaine. Cela exige une compréhension profonde et une volonté totale de vivre d’une façon sensée au sein de ce paradoxe. J’observe que très peu de gens le font. 

Lorsque vous entamez, pour la plupart, vos années de formation aux relations personnelles, vous êtes remplis d’anticipation, pleins d’énergie sexuelle, le cœur grand ouvert et l’âme joyeuse bien qu’impatiente. 

Quelque part entre 40 et 60 ans (et pour la plupart, c’est plus tôt que tard), vous avez abandonné votre plus grand rêve, laissé de côté votre plus grand espoir et vous vous êtes contenté de votre attente la moins élevée, ou de rien du tout. 

Le problème est si fondamental, si simple et pourtant si mal compris que c’est tragique : votre plus grand rêve, votre idée la plus élevée, et votre espoir le plus cher avaient quelque chose à voir avec votre cher autre, plutôt qu’avec votre cher Soi. L’épreuve de vos relations personnelles a permis de mesurer à quel point l’autre a été à la hauteur de vos idées et à quel point vous vous êtes considéré à la hauteur des siennes. Mais la seule épreuve véritable mesure à quel point vous êtes à la hauteur des vôtres. 

Les relations personnelles sont sacrées, car elles fournissent la plus grande des occasions (en fait, la seule) de créer et de produire l’expérience de l’idée la plus élevée que vous vous faites du Soi. Les relations personnelles échouent lorsque vous les considérez comme la plus grande chance, dans la vie, de créer et de produire l’expérience de l’idée la plus élevée que vous vous faites d’un autre.

Si toute personne qui se trouve en relation se préoccupait du Soi, de ce que le Soi est en train d’être, de faire et d’avoir ; de ce que le Soi est en train de vouloir, de demander, de donner ; de ce que le Soi est en train de chercher, de créer, de ressentir ; toutes les relations personnelles rempliraient magnifiquement leur rôle – et serviraient leurs participants ! 

Que chaque personne se trouvant en relation se préoccupe, non pas de l’autre mais seulement, seulement, seulement de Soi. 

Cette stratégie paraît étrange, car on vous a dit que, dans la forme de relation la plus élevée, on ne se préoccupe que de l’autre. Mais Je vous dis ceci : le fait de vous concentrer sur l’autre (votre obsession pour l’autre), c’est ce qui fait échouer les relations personnelles. 

Qu’est-ce que l’autre est en train d’être ? Qu’est-ce que l’autre est en train de faire ? Qu’est-ce que l’autre est en train d’avoir ? Qu’est-ce que l’autre est en train de dire ? De vouloir ? D’exiger ? Qu’est-ce que l’autre est en train de penser ? D’espérer ? De planifier ? 

La Maître comprend que ce que l’autre est en train d’être, de faire, d’avoir, de dire, de vouloir, d’exiger, n’a aucune importance. Ce que l’autre est en train de penser, d’espérer, de planifier n’a aucune importance. Tout ce qui importe, c’est ce que vous êtes, en rapport avec cela. 

La personne la plus aimante est celle qui est centrée sur le Soi.  C’est un enseignement vraiment radical…. 

 gif

Pas si tu observes attentivement. Si tu ne peux aimer ton Soi, tu ne peux aimer quelqu’un d’autre. Bien des gens font l’erreur de chercher l’amour du Soi au travers l’amour d’un autre. Bien entendu, ils ne s’en aperçoivent pas. Ce n’est pas un effort conscient : cela se déroule dans le mental, au fond du mental, dans ce que vous appeler le subconscient. Ils s’imaginent : « il suffit que j’aime les autres pour qu’ils m’aiment. Alors, je serai digne d’être aimé, et je pourrai m’aimer ». 

La situation inverse, c’est qu’un grand nombre de gens se détestent eux-mêmes parce qu’ils ont l’impression que personne ne les aime. C’est une maladie – quand les gens sont vraiment « malades d’amour » – car en vérité, d’autres les aiment vraiment, mais ça n’a aucune importance. Peu importe combien de gens leur témoignent leur amour, ça ne leur suffit pas. 

D’abord, ils ne te croient pas. Ils pensent que tu essaies de les manipuler, d’obtenir quelque chose. (Comment peux-tu vouloir les aimer pour ce qu’ils sont vraiment ? Non. Il doit y avoir une erreur. Tu dois vouloir quelque chose !  Alors, qu’est-ce que tu veux ?) 

Ils restent là, à essayer de s’imaginer comment il se peut que quelqu’un les aime vraiment. Donc, ils ne te croient pas et se lancent dans une campagne pour te le faire prouver. A toi de prouver que tu les aimes. Pour cela, ils peuvent te demander de commencer à modifier ton comportement.

Deuxièmement, s’ils en viennent enfin à pouvoir croire que tu les aimes, ils commencent tout de suite à se demander combien de temps ils pourront garder ton amour. Alors, afin de s’accrocher à ton amour, ils commencent à modifier leur comportement. 

Ainsi, deux personnes se perdent littéralement dans une relation. Elles entrent en relation en espérant se trouver, mais elles se perdent. Cette perte du Soi dans une relation, c’est ce qui cause la plus grande part d’amertume au sein de telles associations. 

Deux personnes se lient dans un partenariat, en espérant que le tout soit plus grand que la somme des parties, mais elles découvrent qu’il est moindre. Elles se sentent moindre que lorsqu’elles étaient célibataires, moins compétentes, moins aptes, moins passionnantes, moins attirantes, moins joyeuses, moins contentes.

C’est parce qu’elles sont moindre. Elles ont abandonné la plus grande part d’elles-mêmes afin d’être (et de rester) en relation.

Les relations personnelles n’ont jamais été faites pour se dérouler ainsi, mais c’est ainsi que les vivent plus de gens que tu ne crois.

Pourquoi ? Pourquoi ? 

 gif

C’est parce que les gens ont perdu contact avec (s’ils ont jamais été en contact avec) le but des relations personnelles.

Quand vous perdez de vue que vous êtes des âmes sacrées, engagées dans un voyage sacré, vous ne pouvez voir le but, la raison, derrière toutes les relations personnelles. 

Si l’âme est venue au corps, et le corps à la vie, c’est dans le but d’évoluer. Tu es en train d’évoluer, tu es en train de devenir. Et tu utilises ta relation avec tout afin de déterminer ce que tu es en train de devenir.

C’est la tâche que tu es venu accomplir. C’est la joie de créer le Soi, de connaître le Soi, de devenir, consciemment, ce que tu souhaites Etre. C’est ce qu’on entend par devenir conscient de Soi. 

Tu as fait entrer ton Soi dans le monde relatif afin d’avoir les outils nécessaires pour connaître et faire l’expérience de Qui Tu Es Vraiment. Qui Tu Es, c’est tel que tu te crées, en relation avec tout le reste. 

Tes relations personnelles sont les éléments les plus importants de ce processus. Par conséquent, tes relations personnelles constituent un terrain sacré. Elles n’ont presque rien à voir avec l’autre personne mais, parce qu’elles l’engagent, elles ont tout à voir avec elle. 

C’est la divine dichotomie. C’est le cercle fermé. Alors, ce n’est pas un enseignement tellement radical que de dire : « Bénis soient ceux qui sont centrés sur le Soi, car ils connaîtront Dieu ». Ce ne serait peut-être pas un mauvais but, dans ta vie, que de connaître la part la plus élevée de ton Soi, et d’y rester centré. 

Tu dois d’abord voir toute la valeur de ton Soi avant de pouvoir voir toute la valeur de quelqu’un d’autre. Tu dois d’abord voir toute la grâce de ton Soi avant de pouvoir voir toute la grâce de quelqu’un d’autre. Tu dois d’abord connaître la sainteté de ton Soi avant de pouvoir reconnaître la sainteté de quelqu’un d’autre

Si tu mets la charrue avant les bœufs (comme la plupart des religions te demandent de le faire) et que tu reconnais la sainteté de quelqu’un d’autre avant de te reconnaître toi-même, tu en auras un jour du ressentiment. S’il y a une chose qu’aucun de vous ne peut tolérer, c’est que quelqu’un soit spirituellement supérieur à vous. Mais vos religions vous obligent à considérer les autres comme des êtres spirituellement supérieurs. C’est ce que vous faites – un certain temps. Puis, vous les crucifiez. 

Vous avez crucifié (d’une façon ou d’une autre) tous Mes Maîtres, et pas seulement Un. Et vous l’avez fait, non pas parce qu’ils étaient spirituellement supérieurs à vous, mais parce que vous avez dit qu’ils l’étaient. 

Mes Maîtres sont tous arrivés avec le même message. Non pas « Je sui spirituellement supérieur à vous », mais « Vous êtes aussi saints que moi ». 

C’est le message que vous n’avez pas été à même d’entendre ; c’est la vérité que vous n’avez pas été capables d’accepter. Et c’est pourquoi vous ne pourrez jamais vraiment, purement, tomber amoureux les uns des autres. Vous n’êtes jamais vraiment, purement tombés amoureux avec votre Soi. 

Alors, Je te dis ceci : sois maintenant, et à jamais, centré sur ton Soi. A tout moment, sois à l’affût de ce que tu es en train d’être, de faire et d’avoir, et non de ce qui se passe chez un autre. 

Ce n’est pas dans l’action d’un autre mais dans ta ré-action, que tu trouveras ton salut. […..]

Pour lire la suite cliquez ICI:

si ces écrits vous intéressent alors je vous fais un cadeau ………….

Mettez votre moteur de recherche en “traduction” pour le format en PDF :

http://www.nous-les-dieux.org/images/3/36/Conversations_avec_Dieu_-_Tome_1.pdf

  

®un dialogue hors du commun® de Neale Donald Walsh

paysage-feerique dans A et B

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...