- Naissance esprit d’éveil

- Naissance esprit d'éveil a12    - Chapitre 10 : « La voie de la lumière »     

                                                                      

La naissance de l’esprit d’éveil

[…..] Tous les êtres souffrent de la même façon que nous et certains sont même plongés bien plus profondément encore dans la douleur. Pourtant, chacun ne souhaite connaître que le bonheur et éviter la souffrance, la frustration ou la douleur. Ils veulent un bonheur durable, mais ne savent pas comment en cultiver les causes ; ils veulent éviter la misère, mais ne font qu’accumuler les causes de plus de misère. Comme le disait Shantideva : « Bien que recherchant le bonheur, ils en détruisent les causes comme ils détruiraient un ennemi. Et, bien que cherchant à éviter la misère, ils en traitent les causes comme ils traiteraient un ami proche ». 

Si nous n’étions pas liés à l’infinité des êtres sensibles, ou si leur souffrance ne les gênait pas, peut-être ne serait-il pas nécessaire de nous soucier de leur bien-être. Mais, en vérité, tous sont liés à  nous et aucun d’eux ne souhaite souffrir. Sur les milliards de vie que nous avons vécues depuis des temps sans commencement, nous avons connu chacun des  êtres vivant de nombreuses fois. Ils ont été tantôt nos parents, tantôt nos amis, nos époux ou nos ennemis. Chacun d’eux sans exception a même maintes fois été notre mère, démontrant toutes les formes que peut prendre la bonté maternelle. Comment pouvons-nous leur être indifférents ? Souhaitant qu’ils n’aient que le bonheur et ses causes, et qu’ils puissent être libres de la souffrance et de ses causes, nous devrions développer un sens de responsabilité envers leur bien-être. Et, puisque seul un être illuminé omniscient peut réellement aider les êtres de façon profonde, durable et ultime, nous devrions rapidement atteindre l’état d’éveil. C’est l’aspect « aspiration » de l’esprit d’éveil, la base interne de la pratique du Mahayana. 

L’une des principales méthodes pour produire cet esprit est la technique dite des « six causes et en effet ». Je vais la présenter brièvement puis l’expliquer en détail.

UNE COURTE PRESENTATION DES « SIX CAUSES ET UN EFFET »

 La première cause est la prise de conscience que tous les êtres sensibles ont été notre mère. De celle-ci découle la deuxième cause : la conscience de l’immense et éternelle générosité de chacun d’entre eux. Cela donne naissance à la troisième cause : le désir de pouvoir retourner leur générosité. Ce souhait se transforme en l’esprit merveilleux qui engendre la quatrième cause : l’amour ; puis la cinquième : le compassion. L’amour et la compassion sont les forces desquelles jaillit la sixième cause : l’attitude exceptionnelle caractérisée par un sens de responsabilité universelle, la cause qui mûrit enfin en l’effet de l’esprit altruiste d’éveil. C’est la roue à sept rayons qui mène jusqu’à l’état omniscient de parfait illumination. 

Les « six causes et un effet » constituent l’une des méthodes les plus efficaces pour engendrer la Bodhicitta, l’esprit altruiste d’éveil ; mais, pour pouvoir l’employer, nous devons d’abord développer l’esprit lisse de l’équanimité (Qualité d’une âme dont l’humeur reste égale). Nos attitudes présentes envers les autres sont chaotiques et inconsistantes ; nous avons de l’affection pour certains et souhaitons leur bonheur ; nous restons indifférents devant les joies et les souffrances de certains autres ; et nous détestons d’autres encore au point de désirer leur malheur. Un esprit aussi sélectif n’est pas en mesure de pouvoir méditer correctement sur l’amour, la passion, etc., sans les projeter dans une perspective discriminante. Tout sentiment qui se formera dans ces conditions sera déséquilibré et facilement perturbé. Par conséquent, préalablement à la méthode des « six causes et un effet », nous devons d’abord entraîner l’esprit aux méditations qui développent l’équanimitéCependant, comme préliminaire à ces sept méditations, il faut d’abord aplanir l’esprit grâce à la méditation sur l’équanimité envers l’ensemble des êtres sensibles. Si l’esprit voit certains comme chers, d’autres comme indésirables, et d’autre encore comme neutres, il n’est pas suffisamment mûr pour pouvoir méditer sur tous les êtres avec l’idée qu’ils ont été sa propre mère. Si l’esprit n’a pas d’équanimité, l’amour ou la compassion qu’il engendrera sera partial et déséquilibré. Il est par conséquent nécessaire de pratiquer d’abord la méditation sur l’équanimité. 

Commencez en visualisant différentes personnes neutres – celles qui ne vous ont ni nui ni été bénéfiques dans cette vie. Pour leur part, chacune d’entre elles ne veut que le bonheur et ne veut pas de souffrance. Pour vous, chacune d’elles est comme un membre de votre famille ; elle a té votre père et votre mère dans de nombreuses vie passées. Pensez : « dans certaines vies, je les ai chéries et je les ai aidées, alors que dans d’autres, je les ai tenues pour indésirables et leur ai nui. Cela n’est pas vraiment correct. Je devrais maintenant méditer afin de produire une attitude équanime envers elles toutes ». Une fois que vous avez médité ainsi sur les personnes neutres, considérez alors celles qui vous ont aidé dans cette vie et que vous considérez par conséquent comme chères, puis celles qui vous ont nui et que vous considérez par conséquent comme indésirables. Développez de l’équanimité envers ces deux sortes de personnes et engendrez pour finir de l’équanimité envers tous les êtres des six royaumes.

Pourquoi aimons-nous certains êtres, avons-nous de l’aversion pour d’autres et sommes-nous indifférents à d’autres encore ? A cause des actions accomplies ou non accomplies dans cette vie. Nous aimons les êtres qui nous ont aidés et soutenus, nous n’aimons pas ceux qui nous ont fait du mal ou qui menacent notre existence d’une manière ou d ‘une autre, et nous nous sentons indifférents à l’égard de ceux avec lesquels nous n’avons pas de lien, et qui ne nous ont fait ni bien ni mal. Si nous méditons sur les personnes que nous n’aimons pas, l’aspect superficiel des raisons que nous avons de ne pas les aimer deviendra évident. Certaines nous ont simplement souri bizarrement, nous ont regardé une fois avec réprobation ou ont dit quelque chose contre nous. d’autres se trouvent avoir des rôles funestes dans notre existence. De plus, les motifs pour lesquels nous aimons les personnes que nous avons choisies comme amies sont en général tout aussi ineptes. La plupart des gens changent de sentiment à l’égard d’autrui aussi vite que change le temps. Un tel esprit est risible. Il l’est déjà selon des critères ordinaires et combien plus eu égard au chemin spirituel. 

Il serait raisonnable de dire de telle personne qu’elle est une « amie », telle autres une « ennemie », et une troisième une « étrangère », si elles avaient conservé ce statut out au long des milliards de vies que nous avons vécues depuis des temps sans commencement. Mais tel n’est pas le cas. Tous les êtres ont été nos amis, nos frères, et même nos parents, encore et encore. Chaque fois, ils nous ont abreuvés de leur gentillesse, nous protégeant du mal et nous donnant beaucoup de bonheur. Voilà pour le passé. En ce qui concerne le futur, jusqu’à ce que nous atteignions la liberté ou l’illumination, nous allons continuer de tourner dans la roue de la vie avec eux, les retrouvant encore et encore, tantôt comme amis, tantôt comme parents, et ainsi de suite. Ainsi, les gens que nous apprécions et aimons dans cette vie n’ont pas toujours été nos amis. Dans beaucoup de vies précédentes, ils nous ont tués, volés et nous ont fait toutes sortes de torts. Quant au futur, jusqu’à ce que nous atteignions l’illumination, nous allons continuer de les rencontrer, vie après vie, chaque fois dans une situation spectaculairement transformée. Il n’y a personne qui ait toujours joué le rôle d’un allié dans nos vies et personne qui nous ait toujours été opposé. Pas plus qu’il n’y a de personne qui nous ait toujours été étrangère. Au fur et à mesure qu’elle tourne, la roue du karma nous fait prendre toutes ces positons les uns par rapport aux autres.  En méditant sur ces faits et en appliquant les expériences de nos méditations dans nos échanges quotidiens avec autrui, l’esprit aplani qui pose sur tous les êtres un regard équanime apparaîtra rapidement. Il sera la fondation pour la pratique véritable des « six causes et un effet ».  

[…..] 

UNE EXPLICATION DETAILLEE

 Première cause : le développement de la conscience que tous les êtres ont été notre mère. Parce que l’on ne peut trouver de début à la vie sensible et à l’existence cyclique, on doit avoir eu un nombre infini de vies passées ; il en est de même pour tous les autres êtres. Cela signifie donc qu’il n’y a pas de lieu dont on puisse dire que l’on n’y soit pas né et qu’il n’y a pas d’être sensible dont on puisse dire qu’il n’ait été notre parent. En fait, chaque être a été notre parent une infinité de fois. Si nous cherchons à travers la ronde sans fin de nos naissances, de nos morts et de nos renaissances, nous ne pourrons trouver d’être qui n’ait été notre mère. Tous les êtres nous ont témoigné une bonté semblable à celle de notre mère dans cette vie-ci. Nous devrions donc ne voir que de la bonté en nous. 

[…..] 

Deuxième cause : la conscience de la gentillesse de l’infinité des êtres. Comment votre mère de cette vie-ci vous a-t-elle manifesté de la gentillesse ? Quand vous étiez dans la matrice, elle ne pensait qu’au moyen de vous protéger et de prendre soin de vous. Après votre naissance, elle vous a pris et enveloppés dans des vêtements doux, nous a tenus dans ses bras, a posé sur vous des regards plein d’amour, vous a souri affectueusement….. en fait, elle a protégé de toutes les manières possibles votre vie et votre personne. Vous devriez ainsi contempler régulièrement la manière dont votre mère vous a grandement aidés et l’immense gentillesse qu’elle vous a manifesté.

 Visualisez ensuite simultanément les 3 catégories de personnes : celles qui vous sont proches, telles que votre famille et vos amis de cette vie ; les personnes neutres, avec lesquelles vous n’avez pas eu de contact réel ; et vos ennemis, ou ceux qui vous ont fait du mal dans cette vie. Considérez comment chacun d’entre eux a été votre mère un nombre incalculable de fois dans le passé. D’innombrables fois, ils vous ont même donné une renaissance humaine, vous protégeant autant que l’a fait votre mère dans cette vie, ayant pour vous une bonté sans bornes et vous apportant encore et encore une aide sans limites. 

[…..] 

La troisième cause : le souhait de leur rendre leur bonté. Toutefois, ces êtres sensibles qui ont été notre mère et qui nous ont nourris de leur bonté tant de fois sont tourmentés par les démons de la distorsion mentale et des émotions négatives. Leur esprit est incontrôlé et ils sont comme fous. Ils ont l’œil de la sagesse aveuglé par la fumée de l’ignorance et n’ont aucun moyen de voir les chemins menant aux renaissances supérieures, à la libération individuelle ou à l’omniscience. La plupart d’entre eux, n’ayant pas de maître spirituel qui puisse les mener vers la cité de la liberté, sont comme des mendiants aveugles sans personne pour les guider. Chaque jour, ils s’éloignent du bonheur à cause des maladresses des actions qu’ils commettent au travers de leur corps, de leur parole et de leur esprit. Comme les membres d’une procession d’ivrognent titubant en direction d’une falaise, ils trébuchent dans le précipice et plongent dans la souffrance de l’existence cyclique et des royaumes inférieurs.

 Pensez : « si je ne fais pas quelque chose pour ces êtres faibles et pathétiques, qui le fera ? Si la responsabilité de ces personnes ne tombe pas sur mes épaules, sur celles de qui tombera-t-elle ? Si je venais à ignorer ces êtres bienveillants et à ne m’occuper que de ma seule libération quel manque de conscience et de considération ce serait !………

A partir de maintenant, je dois donc penser moins à moi-même et davantage à atténuer les souffrances de l’étendue aussi vaste que l’espace des êtres vivants, et par tous les moyens possibles, me consacrer à atteindre l’éveil afin de pouvoir les introduire à la joie de la libération suprême. […..] 

Les quatrième et cinquième causes : l’amour et la compassion. Pensez : « Pourquoi ces êtres qui ont été ma mère et qui sont privés du bonheur ne seraient-ils pas heureux ? Puissent-ils connaître le bonheur ! Puissé-je par tous les moyens, y contribuer ! Et aussi, pourquoi ces êtres qui ont été ma mère et qui sont rongés par la misère ne seraient-ils pas séparés de cette misère ? Puissent-ils en être séparés ! Puissé-je contribuer à ce qu’ils en soient séparés ! »

 […..] 

Sixième cause : l’attitude exceptionnelle et son effet, l’esprit altruiste d’éveil. Pensez : « Ai-je toutefois la force de réaliser ces deux vœux ? Sans même parler de l’ensemble des êtres sensibles, je n’ai même pas la force de libérer ne serait-ce qu’un seul d’entre eux ni de l’introduire au bonheur transcendantal. C’est pour cette raison précise que j’ai pris la résolution d’atteindre la bouddhéité parfaite, et si j’abandonne maintenant cette résolution, je tomberai certainement dans les royaumes inférieurs. Je ne pourrai cependant rien faire pour libérer les êtres de la souffrance et les placer dans l’incomparable bonheur tant que je n’aurai pas moi-même atteint l’entière bouddhéité. C’est pourquoi je dois commencer immédiatement à m’employer de toutes les manières possibles à réaliser l’état de parfaite et complète illumination, en me fondant sur le souhait de libérer les êtres sensibles des souffrances même les plus profondes et de les mener à la joie ultime. »

Extrait de « La voie de la lumière » pages 153 à 162

   PAIX ET AMOUR

Une Réponse à “- Naissance esprit d’éveil”

  1. sébastian dit :

    Superbe matin; tous les lecteurs de ce blog ,

    En premier lieu , permettez-moi de vous ;montrer mon appréciation pour toutes les très pertinentes connaissances que j’ai découvertes sur cet excellent blog .

    Je ne suis pas convaincu d’être au meilleur endroit mais je n’en ai pas trouvé; de meilleure .

    Je proviens de Campbellton, us . J’ai 39 ans et j’ai 6 très gentils enfants qui sont tous entre 6 ou 16 ans (1 est adopté ). J’aime beaucoup les animaux et je tempte de leur offrir les accessoires pour animaux qui leur rendent l’existance plus festive .

    Je vous remercie dors et déja; pour toutes les formidables débats dans le futur et je vous remercie de votre compassion pour mon français moins que parfait: ma langue maternelle est le vietnamien et je tente d’éviter les erreurs mais c’est très difficile!

    Au plaisir!

    Sebastian

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...