Diverses formes de méditations

http://leloom.free.fr/galerie/final/meditation.jpg Différentes formes de méditations

Le terme méditation (du latin meditatio) désigne une pratique mentale ou spirituelle. Elle consiste souvent, mais pas nécessairement, en une attention portée sur un certain objet de pensée (méditer un principe philosophique par exemple, dans le but d’en approfondir le sens) ou sur soi (dans le but de pratique méditative afin de réaliser son identité spirituelle). La méditation implique généralement que le pratiquant amène son attention de façon centripète sur un seul point de référence . 

 

Néanmoins l’utilisation d’un objet particulier ou d’une référence n’est pas nécessaire à la méditation. 

 

La méditation est au cœur de la pratique du Bouddhisme, de l’hindouisme, du Taoisme, du Yoga, de l’Islam, de la Chrétienté ainsi que d’autres formes plus récentes de spiritualité mais également médicale. C’est une pratique visant à produire la paix intérieure, la vacuité de l’esprit, des états de conscience modifiés ou l’apaisement progressif du mental voire une simple relaxation, obtenus en se « familiarisant » avec un objet d’observation : qu’il soit extérieur (comme un objet réel ou un symbole) ou intérieur (comme l’esprit ou un concept, voire l’absence de concept). 

 

 

Diverses formes de méditations dans A et B jk2 Jean Klein : la lucidité silencieuse sans support 

 

Dans la spiritualité contemporaine, comme par exemple dans les enseignements de Krishnamurti ou Jean Klein, le terme de méditation désigne un état de lucidité silencieuse sans support, une vigilance où les constructions mentales sont absentes. Ils ont dessiné quelques directions de méditation :

 

 

  • « l’attention » : Cette investigation requiert une attention vide de toute attente, de toute anticipation ; en quelque sorte, une attention innocente. Ce matin nous sommes paisiblement assis. C’est une méditation sans sujet pour méditer, et sans objet sur quoi méditer. C’est notre tranquillité naturelle. ; 

 

  • « l’observation » : L’enseignement repose principalement sur la compréhension, il s’agit plutôt d’être compréhension. Comprendre est le résultat d’une juste observation. C’est une observation ouverte, sans jugement, sans comparaison ni interprétation ; nous ne pouvons l’objectiver. Nous ne pouvons la situer dans l’espace, parce qu’elle est hors du temps. Le temps est une création de la pensée, tandis que l’observation qui émane de la totalité du corps relève, elle, de l’intemporel. ; 

 

 

  • « Le temps » : La pensée est le temps, la pensée est une fonction. Le temps est une expression de l’intemporel. Le temps doit cesser pour que puisse vivre l’intemporel. Et quand la pensée a découvert ses limites, alors nous sommes ouverts à l’intemporel, au présent éternel. ; 

 

  • « La liberté » : La liberté dont vous faites l’expérience en ces moments-là ne peut jamais être objectivée, ni définie. Vous ne pouvez jamais la formuler. La compréhension peut bien se situer dans votre tête, mais être la compréhension n’a plus rien à voir avec la tête ; c’est votre perception globale. ; 

 

 

Rudolf-Steiner dans A et B  Rudolf Steiner : la méditation comme science de l’esprit

 

 Dans d’autres enseignements modernes comme par exemple ceux de Rudolf Steiner, la vision de la méditation répond a un besoin intérieur inhérent à la nature humaine. En effet, la conscience de soi de l’être humain actuel a été gagnée au prix de la perte de la perception de notre nature spirituelle et de la nature spirituelle du monde. Les questions existentielles de l’être humain proviennent de la perte de cette perception. Leur résolution n’est complète que lorsque l’âme humaine est à nouveau abreuvée par le monde spirituel. Par la méditation basée sur la pensée, l’être humain peut rendre cette faculté, qui est la plus élevée qu’il possède, autonome et libérée du corps. C’est par la pensée que tout être humain peut à nouveau faire l’expérience objective du monde spirituel. Ce contact avec le monde spirituel s’en trouve métamorphosé car il est désormais conscient et libre, chose qui n’était pas possible dans le passé de l’humanité

 

 

 

meditation

 

Posture de méditation dans le Yoga 

 

 

Le New Age 

Le New Age a rassemblé ou mélangé toutes sortes de pratiques méditatives en un patchwork, puisant dans la religion ou les spiritualités des peuples premiers, y ajoutant plus récemment les cristaux ou des musiques spécifiques pour la relaxation composées à cet effet. Le terme et la pratique sont entrés dans le langage courant, en partie par le biais du Hatha yoga qui est globalement bien accepté en Occident. Le mouvement raélien a même développé une méthode de méditation sensuelle dont les principes sont assez éloignés des pratiques méditatives traditionnelles. 

 

 

La méditation naturelle 

 

La phénoménologie du développement moral et spirituel (dans la lignée de recherche Jean Piaget > Lawrence Kohlberg > Robert Kegan) se basant sur l’aspect inné de l’empathie confirme que la respiration naturelle (base de toute technique de méditation) permet d’intégrer l’empathie dans la résolution de conflits dans lesquels on est soi-même impliqué. Cela permet un développement moral selon la résolution des problèmes existentiels clés que chaque étape de notre vie sociale nous pose. 

 

  0002063A 0002063E ET BIEN EVIDEMMENT….

 

 

Critiques de la méditation 

 

Si la plupart des pratiques de méditation, dans leurs principes, sont généralement bien acceptées, il existe cependant deux critiques principales : 

 

  • La méditation pratiquée trop longtemps ou trop intensément peut conduire à des problèmes psychologiques ; l’apport des pratiques méditatives orientales au milieu du XXe siècle en Occident n’a pas toujours tenu compte de la différence de contexte culturel et social ; des études ont été menées afin de déterminer les effets secondaires indésirables de la pratique de la méditation ; des symptômes de l’ordre de sensations inconfortables dans le corps ou de dissociation mentale ont pu apparaître ; lors d’une étude clinique sur 27 sujets pratiquant la méditation depuis de nombreuses années, des phénomènes de désorientation, de confusion mentale, ou le sentiment de « planer » ont été identifiés chez quelques-uns des sujets ; lorsque l’objectif recherché d’une thérapie est de renforcer l’identité (l’ego), la méditation serait alors déconseillée ;

 

  • En dehors de la valeur éventuelle d’une pratique, certains groupes spirituels controversés sont parfois accusés d’utiliser la méditation comme un paravent à des activités condamnables (Aum Shinrikyo par exemple).

visuel_meditation

 

Laisser un commentaire

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...