• Accueil
  • > Recherche : androgyne spiritualite

Résultats de votre recherche

LES LETTRES HÉBRAÏQUES

Posté par othoharmonie le 6 août 2014

 

En parcourant le net je suis tombée sur cette lecture, je me suis souvenue que nous avions abordés le sujet ici et donc je vous fais partager ma lecture sur le site de référence :  http://www.lalou.net/

Voici donc un langage qui vous intéressera peut-être ! 

images (2)L’alphabet hébraïque fascine par la profondeur de son symbolisme. Son histoire en fait de plus la matrice de nombreux autres alphabets. Mais en quoi ces vingt-deux signes nous interpellent-ils ? Est-ce une mémoire qui demande à révéler en nous un domaine secret de notre inconscient ? Percevons-nous en eux, outre leur beauté toute carrée, un univers sacré interdit ? Ou, pour le chrétien, une connaissance taboue qui le pousse à retrouver la chair des lettres de son Messie, Jésus ? L’auteur a choisi de présenter les lettres par couples et d’évoquer ainsi l’entre-deux des choses : « Au lieu de parler de l’Aleph, puis du Beth, ce qui me passionne, est plutôt ce qui se passe quand les deux lettres se confrontent, s’accouplent ou se disputent. « Une pensée hébraïque commune au judaïsme et au christianisme, une initiation très réussie et foisonnante de symboles… 

Et si l’alphabet hébraïque nous aidait à mieux nous connaître ? 

ALEPH

 Aleph est le symbole de l’unité. Il est présent dans toute créature. Il est l’énergie qui préexistait avant la création du monde. Il est la stabilité, la continuité. Nous avons tous la nostalgie de cette unité et désirons tous la continuité des belles choses qui nous habitent. Aleph c’est aussi l’enseignement. Aleph nous questionne sur la nécessité de la transmission.

 BETH

 Beth c’est la maison. Par extension il exprime toutes les valeurs liées à l’intimité. Par sa forme, on dit que cette lettre est enceinte et qu’elle est l’ouverture vers l’avenir. Première lettre de la Bible, elle exprime les grands commencements. Avec le mot brakha, Bénédiction, elle bénit le monde. Elle conserve avec sa petite queue une nostalgie du Un Aleph. Beth dans un degré d’abstraction supérieure : l’ésotérisme. 

GUIMEL 

Guimel, le Chameau symbolise le voyage, le déplacement, le mouvement. Il est signe de la richesse intérieure. Sans l’intimité procurée par le Beth, il n’est rien. Guimel est aussi l’exotérisme nécessaire à la diffusion de la spiritualité. Avec la racine GML il est aussi le sevrage nécessaire pour se réaliser. 

DALETH 

Daleth, la porte. Lettre initiatique. Passé son seuil, on accède à la dimension qui favorise la réalisation des oeuvres dans l’existence. Elle est la première épreuve de l’alphabet. Épreuve qui exige un retour à la pauvreté, l’humilité. Pour passer ce cap il ne faut pas avoir peur de perdre (Dal, perdre en hébreu). 

 

Hé c’est le souffle, la prière. Lettre deux fois présente dans le Tétragramme YHVH. Prière pour la réalisation des actions dans ce monde. Le Hé est aussi la force féminine créatrice. 

VAV 

Vav signifie crochet. Cette lettre est le symbole de l’Unification. Elle relie les mondes, les contraires. Elle est aussi notre coordination ET qui relie les éléments des phrases. Par extension, elle est un élément mâle qui féconde, qui crée. En grammaire elle change le passé en futur et le futur en passé. Face au Zayin des armes, elle est la pacification, la paix. 

ZAYIN 

Zayin, l’épée. 2e arme de l’alphabet après le Vav et avant le Tsadé, le harpon. Cette arme sert à tuer les humains, pour la guerre et pour se défendre. Elle est l’acier nécessaire pour maintenir le moi, l’individu. Outil de la séparation pour éviter les symbioses et les annexions. Elle est liée au Vav. Si le Vav est la paix, le Zayin est la guerre. En hébreu, Zayin signifie aussi le Phallus. Dans la tradition il évoque Zekhor, la mémoire. 

‘HETH

 2e épreuve de l’alphabet après le Daleth et avant le Qof,‘Heth, la barrière. Elle est le signe de la séparation. Elle répond au Zayin précédent. Lettre fermée, pour passer cette étape il faut reculer pour mieux sauter. Sinon on bute à jamais sur la 8e case. Elle est aussi le ‘Heth de l‘Hayim la vie. La vie ne peut s’exprimer que parce que le dehors et le dedans, le même et l’autre, sont clairement définis. Associé au Teth qui suit, il donne le mot faute. 

TETH 

Teth, le bouclier, le serpent. Son dessin originel est un disque contenant une croix. Certains y voient le serpent qui se mord la queue. Cette lettre est symbole de protection, de cercle de sécurité. Elle est aussi le signe de la Bonté de la Création, le Tov. Dans le Genèse le monde est foncièrement bon. 

YOD 

Yod, la main qui donne, qui crée. Elle est le signe de la puissance de Dieu. Plus petite lettre de l’alphabet mais présente dans toutes. Elle commence le nom sacré de Dieu, YHVH. Graine de toute manifestation. 

KHAF 

Khaf est la paume. En général, il indique toutes sortes d’objets concaves : la cassolette, le creuset, la coupe, le canal. Le Khaf est la lettre féminine des gestations, des changements, des mutations alchimiques. Il transforme la matière en esprit. Lettre gravide des projets de nos vies. 

LAMED 

Lamed est l’aiguillon et curieusement l’étude. L’étude doit être l’aiguillon qui nous tire vers la découverte des autres et du monde. Le Lamed est la plus haute lettre. Toute cette élévation pour porter le Yod divin qui nous guide dans le monde multiple. La lettre est le symbole du désir. Sans désir pas de projet, pas d’humanité. Mais un désir qui nous pousse au dépassement, dans des réalisations concrètes et spirituelles. 

MEM 

Mem est Mayim, l’eau. Comme tout ce qui est lié à l’eau est lié au féminin matriciant. Mem est le ventre de la femme gravide. Autre lettre des transformations, des mutations et des gestations lentes dans le secret et l’ombre. Mem avec Ma, Mi, quoi et qui, est la lettre du questionnement. Il ne peut y avoir de véritable méditation sur l’être sans des questions faisant naître d’autres questions. 

NOUN 

Noun est le serpent d’eau. Noun nous apprend qu’il est possible de vivre dans d’autres dimensions. Que là où il vit nous mourrions aussitôt. Noun est un secret caché au fond des eaux. Noun est le symbole du mystérieux féminin. Il est la part qui sera à jamais étrangère à l’homme. 

SAMEKH 

Samekh, le Soutien. Très vieux symbole d’origine égyptienne en forme de pilier. Samekh est la lettre des certitudes qui nous ancrent dans notre vie, sur lesquelles nous ne revenons pas. Sa forme ronde inquiète car elle nous fait comprendre que les soutiens nous enferment, nous font tourner en rond. Vav et Zayin sont des attributs sexuels mâles, Samekh féminin. 

‘AYIN

 Ayin, c’est à la fois l’oeil et la source. ‘Ayin c’est le discernement qui nous éloigne de la confusion. La lucidité qui remonte toujours à la source des choses. L’oeil par ses paupières mobiles permet le regard intérieur et la contemplation du monde extérieur. Cet oeil est le symbole de la tradition écrite en opposition à la tradition orale représentée par la lettre qui suit : Pé. 

 

Pé, la bouche, par extension, la parole, le Logos. C’est par la parole que Dieu créa le monde. Pé est composé du Khaf, récipient féminin et du Yod masculin, il est un équilibre créatif du Masculin et du Féminin. 

TSADÉ

 Tsadé, le harpon, la sagesse. Avec ses 2 Yod, cette lettre symbolise la cohabitation de 2 dimensions complémentaires : la terrienne et la céleste. De l’équilibre de ces deux pôles naîtra la sagesse. On peut y voir aussi la polarité du masculin et du féminin. Certains voient en elle la figure de l’androgyne. Le symbole du harpon exprime aussi cet équilibre de la chaîne alimentaire. Il faut savoir prélever de son biotope le nécessaire pour maintenir l’équilibre écologique, manifestation de la complexité de la vie. 

QOF 

Qof, le chas de l’aiguille. Dernière épreuve de l’alphabet qu’il faut passer presque en rampant. Cette porte étroite, ce boyau, mène à la lettre suivante le Rech, la figure humaine riche de projets. Pour accéder à cette purification il faut avoir connu l’extrême humilité. Qof est aussi une lettre sainte car initiale de Qédousha, le Sainteté. Qof veut dire aussi singe, le singe chez les Égyptiens était le dieu suprême Thot de l’écriture, la plus grande invention de l’homme. 

RECH 

Rech, la tête humaine de profil, regardant l’avenir, tournant le dos au passé. Tête ayant le courage de tous les commencements. Cette lettre affirme : Voici l’Homme, acceptant toutes ses dimensions. Associé au Shin qui suit il donne le mot pauvreté, synonyme du Daleth très proche de lui graphiquement. Accepter de vivre toute la grandeur de l’homme demande d’intérioriser la pauvreté, la fragilité de notre condition. 

SHIN

 Shin, la dent. Pénultième lettre de l’alphabet. Shin est la machine à broyer. Ses mastications et ses manducations transforment la matière en pensée, en prière, en projet, pour mener à la dernière lettre Tav, celle de l’affirmation de l’exception humaine en mouvement : le signe. La lettre est le symbole de l’unification de la matière et de l’esprit. Elle est l’initiale d’un nom sacré de Dieu : Sheddaï. 

TAV 

Tav, le signe. Ultime lettre de l’alphabet. Elle nous donne la leçon de ce vaste jeu de l’oie : le signe abstrait qui affirme l’unicité du projet de l’Homme. Elle vient comme la signature de l’artiste au bas de sa création. Préparé par la machine aux mutations du Shin, Tav est le symbole de l’absolu, du terme. Certains y voient aussi le Tav de Mavet la mort. Mais dans ce monde des dimensions, la mort n’est qu’un nouveau commencement à condition d’avoir su achever le travail commencé. 

Lecture sur http://www.lalou.net/

A SUIVRE SUR LE FORUM LA VIE DEVANT SOI

 http://devantsoi.forumgratuit.org/t1074-les-22-lettres-hebraiques?highlight=lettres

Publié dans APPRENDS-MOI | Pas de Commentaires »

Croire en l’existence des Anges parmi nous

Posté par othoharmonie le 11 septembre 2013

 Croire en l’existence des Anges parmi nous dans PENSEE MAGIQUE - LEITMOTIV et RITUELS images1Selon un récent sondage Gallup, les trois quarts des Américains croient à l’existence des Anges. Les Anges ornent nos T-shirts, nos tasses à café, nos autocollants pour voiture, etc. Des magasins entiers sont remplis de marchandises diverses sur ce thème. Un nombre incalculable d’ouvrages ont été écrits sur le sujet. Des films et des émissions de télévision populaires les mettent en scène. L’une des émissions de Montel Williams ayant obtenu les meilleures cotes d’écoute s’intitulait : « Les Anges sont-ils parmi nous ? ». Le bureau de Montel fut rapidement submergé de lettres de gens dont la vie avait été transformée à la suite d’une rencontre avec un Ange.

De toute évidence, il n’y a rien de nouveau sous le soleil – un rapide survol de la Bible montre clairement qu’ils sont parmi nous depuis aussi longtemps que nous sommes témoins de leur existence et honorés par leur présence. Alors pourquoi et intérêt soudain et cette croyance – parfaitement fondée – voulant que les Anges soient parmi nous ?

Eh bien, en plus du fait que les Anges sont suffisamment beaux et puissants pour justifier toutes les passions qu’ils suscitent, il y a deux raisons logiques qui s’expliquent pourquoi nous en entendons de plus en plus parler de nos jours. Tout d’abord, à mesure que la croyance en l’existence des Anges progresse, les gens sont de moins en moins réticents à parler de leurs rencontres avec eux. Ensuite, voyant que le monde est de plus en plus incertain et effrayant, que l’anxiété est à son comble à l’approche de nouveau millénaire, et qu’il n’y a de véritable sécurité que dans notre propre spiritualité, plus d’Anges que jamais se regroupent pour veiller sur nous et nous protéger.

Alors que toutes les entités de l’au-delà peuvent communiquer entre elles, les Anges sont dans une catégorie à part et se démarquent des Guides Spirituels sur plusieurs points importants :

I – Les Anges ne s’incarnent jamais et n’ont jamais pris forme humaine. Ils sont plutôt en rapport direct avec Dieu et vivent une vie parfaite et éternelle dans l’au-delà sauf pour quelques brefs séjours dans cette dimension pour nous venir en aide.

II – Les Anges ne révisent pas notre plan de vie avant de venir sur terre et ignorent ce que nous réserve l’avenir. Tout dépendant de la difficulté des épreuves que nous avons choisies d’affronter au cours de notre vie, nous recrutons un certain nombre d’Anges afin qu’ils supervisent notre voyage dès le début, encore que ce nombre peut augmenter durant les périodes de grand désespoir et de grand danger, et afin qu‘ils nous soutiennent dans nos efforts humanitaires et spirituel. Nous aider dans les moments difficiles et pour eux une mission instinctive, comme nous observer et célébrer lorsque nous connaissons notre heure de gloire, constituent pour eux une joie. Dans la mesure où il est possible de parler de « normalité, on constate que la plupart des gens arrivent « normalement » sur terre en compagnie de deux Anges, et que ce nombre peut grimper à quatre ou cinq au cours de leur vie. Mais certains arrivent sur terre avec quatre ou cinq Anges, et parfois même sont entourés d’une dizaine d’entre eux au moment où ils doivent affronter et surmonter certaines épreuves.

III – Les Guides Spirituels et tous les autres esprits sont soit des hommes, soit des femmes. Mais lorsqu’ils reprennent leur forme naturelle dans l’au-delà, les Anges sont androgynes et tous dotés de traits identiques d’une exquise beauté. La couleur de leurs cheveux et de leur peau peut varier, mais ils semblent tous illuminés de l’intérieur par une lumière divine.

IV – N’ayant jamais connu les affres de posséder un corps humain, leur structure moléculaire est plus « légère » et plus « fluide » que celle des entités, ce qui leur permet de passer plus facilement de leur dimension à la nôtre. Ils peuvent, sans effort, apparaître sur terre et disparaître à nouveau en un clin d’œil.

V – Tous ceux qui ont rencontré un Ange décrivent leur rencontre de la même manière : les Anges vont et viennent sans jamais dire un mot. Les Anges ne parlent pas ; ils préfèrent communiquer avec nous en nous infusant leur savoir – le même mode de transmission utilisé par l’Esprit Saint et grâce auquel Dieu communique avec toutes les entités de l’au-delà.

Comme tout ce qui concerne les créations de Dieu, il existe une hiérarchie dans le monde des Anges ; plus son grade ou son ordre est élevé, plus l’Ange est puissant. Mais aussi comme tout ce qui concerne la création de Dieu, aucun Ange – ni aucune entité vivante – n’est plus proche de Dieu ou plus important que les autres. Les Anges peuvent monter en grade en acquérant de l’expérience et en faisant de bonnes actions, un peu comme dans nos universités :

Les ANGES – je lais appellerais bien les « simples Anges », mais ils n’ont rien de simple – sont les nouvelles recrus du groupe, celles qui descendent le plus souvent dans notre dimension pour nous protéger et nous sauver.

Les ARCHANGES sont un peu comme les étudiants de deuxième année à l’université, et d’une certaine manière, ceux qui donnent le plus d’éclat au groupe, car contrairement aux Anges, ils ont des ailes. Leurs ailes, comme les coiffes et les couronnes qu’ils portent à l’occasion, sont des insignes correspondant à leurs mérites, servant à les identifier et à mesurer leur progression dans la hiérarchie. Et fait intéressant, plus ils accomplissent de tâches, plus leurs ailes prennent une teinte dorée ou argentée à mesure qu’ils se rapprochent d’un niveau supérieur. Les Archanges sont des messagers – ce fut l’Archange Gabriel, par exemple, qui annonça à Marie qu’elle avait été choisie par Dieu pour donner naissance à son fils, Jésus.

Les CHERUBINS et les SERAPHINS sont les témoins de Dieu sur terre, ses journalistes attitrés. Les Chérubins et les Séraphins se sont surtout fait remarquer lorsqu’ils se sont réunis pour célébrer dans la joie la naissance du Christ. Les plus expérimentés du groupe sont les Trônes et les Principautés, les plus puissants parmi les Anges, les « gardes du corps » et les « hommes de main » de Dieu pourrait-on dire. Les Trônes sont des êtres immobiles et inactifs, des gardiens de la sagesse qui n’entrent jamais dans notre dimension. Les Principautés y pénètrent, mais seulement dans les moments de crises graves et seulement si Dieu les envoie. Seules les Principautés, par exemple, peuvent intervenir, exclusivement sur l’ordre de Dieu, lors d’un cataclysme ou d’une catastrophe potentiellement mortelle et déroger à notre plan de vie. Et les regroupements de Principautés sont également les seuls envoyés de Dieu capables d’accomplir des miracles.

Il existe un très beau verset de la Bible qui dit : « N’oubliez pas de recevoir les étrangers, car ce faisant, peut-être allez-vous sans le savoir recevoir un Ange ». Cela ne veut pas dire que a prochaine fois qu’un étranger frappera à votre port il faille l’inviter chez vous et lui servir des hors d’œuvres. Mais si soudain un étranger apparaît, pose un geste pour vous aider, puis disparaît à nouveau sans vous donner le temps de le remercier, il y a de fortes chances que vous deviez adresser vos remerciements directement à l’au-delà.

Pas besoin d’être médium pour savoir que certains d’entre vous se sentent un peu exclus à présent et se demandent où étaient tous ces Anges lorsque certaines tragédies ou désastres se sont produits dans vos vies. C’est une question légitime. Je me la suis moi-même posée à quelques reprises dans des moments sombres, me demandant si mes Anges s’étaient assoupis ou s’ils m’avaient carrément abandonnée. Mais la réponse m’est venue de mon Guide Spirituel pour me rappeler : « Quelles leçons as-tu tirées de cette époque où la vie était facile ? » Nous avons choisi cette existence et élaboré nous-mêmes notre plan de vie, et si cela implique à l’occasion de faire face à la négativité et de la surmonter pour améliorer les connaissances de notre esprit, alors soit. Les Anges savent mieux que quiconque que se tenir à l’écart et nous laisser apprendre par nous-mêmes est parfois la meilleure aide qu’ils peuvent nous apporter – attitude que nous comprendrons parfaitement lorsque nous serons de retour à La Maison dans l’Au-delà.

 Extrait du livre : Aller-retour dans l’Au-delà de Sylvia Browne aux éditions Ada – page 43.

Publié dans PENSEE MAGIQUE - LEITMOTIV et RITUELS, SAGESSE | Pas de Commentaires »

Le couple

Posté par othoharmonie le 18 avril 2010

Le couple dans Chemin spirituel le-couple-alu    Nous avons tous désiré une relation sublime, parfaite avec un être de sexe opposé. Certains de nous ont réussi du premier coup, d’autres après de multiples échecs, et il y en a encore d’autres qui cherchent.  

Lorsque nous avons pris conscience de ce que représente la personne humaine en tant qu’expérience d’un Etre spirituel, nous dépassons le corps et le visage auxquels nous sommes liés et par lesquels nous entrons en relation habituellement. Nous aimons à nous représenter une image plus complète, plus globale de ce que nous sommes.   Nous entrons en relation avec les autres et nous communiquons dans notre intime vérité et non plus dans les apparences. Notre épanouissement n’est complet que lorsque notre être physique s’ouvre harmonieusement à notre être spirituel. Comme tout chacun, j’ai tenté de réaliser ce couple spirituel par trois tentatives sans y parvenir…. 

Pour illustrer mon propos, voici un tableau comparatif des deux types de couple, conventionnel et spirituel ; ce n’est pas un jugement, c’est une constatation de mon vécu…    

 Tableau que j’ai saisi sur le net à cette adresse :

 http://www.yogaesoteric.net/content.aspx?lang=FR&item=1716  et qui illustre assez précisément ce que j’ai vécu et ai tenté de trouver dans les 3 couples que j’ai essayé de former, sans toutefois y parvenir ! 

  

       Le couple conventionnel          Le couple spirituel 
Processus ferméLes motivations du couple ne sont pas définies. Le couple se modèle le plus souvent d’après un modèle standard établi par les autres et non d’après ses propres standards intérieurs. On préfère la sécurité, la stabilité, on évite la transformation, ainsi l’évolution individuelle est très lente. Chacun se force de correspondre à l’image de l’autre sur lui, sans se manifester librement, sans agir comme il sent.   Processus ouvert. On établit clairement le but spirituel, les objectifs communs qui fondent la relation. La reconnaissance réciproque de la liberté de l’autre. On exprime honnêtement et ouvertement ce que chacun est, ce que chacun veut et à ce que chacun aspire. Les transformations sont acceptées, il n’existe pas de jalousie, ainsi l’évolution individuelle est très rapide. Les deux ressentent de la liberté, du bonheur, qu’ils soient
ou non ensemble. 
Doute. Le processus fermé produit un manque de confiance en soi et dans l’autre. On devient attaché, dépendant. On a besoin de l’autre pour se mettre en valeur  Confiance. 

Un processus ouvert qui produit la conscience de l’indépendance de chacun des deux amoureux. On n’essaie pas de changer l’autre, mais on l’accepte tel qu’il est et on l’aide par sa présence.

Compétition (du genre « ne prends pas ma place »). Il apparaît une lutte de pouvoir (qui commande?) et d’autorité, de conflits de rôles. L’intérêt personnel prime. L’égoïsme est “au pouvoir”.   Entente. Chacun a le même rang, les mêmes responsabilités. On respecte l’espace de l’autre, le besoin d’être ensemble ou seul. Échange de rôles: on est ici pour aider l’autre à évoluer. 
Dépendance rôles fixes. Le protocole des relations extérieures est la source de conflits. Chacun a des points de vue différents qu’il veut imposer à l’autre. On se sent séparé, seul, inaccompli. On a peur d’être quitté.  Autonomie chacun se suffit à soi même, indépendamment de l’autre. L’amour confère de la sécurité. Le couple est ouvert, les relations extérieures sont indépendantes. Il existe donc une meilleure compréhension des “outils” utilisés par chacun pour évoluer (temps passé ensemble: discipline, temps libre, voyages, etc.) ce qui conduit à la spontanéité et à l’harmonie.  
Conditionnements. La dépendance produit des échanges conditionnés. Les rapports sont dirigés d’après des règles, des contrats, des impositions. La relation est basée sur l’idée d’échange: tu donnes si tu as reçu, les attitudes sont préméditées. Manipulation.  Liberté. 

L’autonomie prend naissance dans la tolérance, le détachement, l’abandon. Il ne s’agit pas de posséder. On explore ensemble, spontanément, l’aventure joyeuse de l’évolution de la conscience à deux. Bonheur, confiance réciproque, harmonie.

  

Ennui. On crée des règles parce que les deux ne s’amusent pas ensemble. On entre dans une routine qui endort la créativité et l’invention. Les ressentiments font leur apparition. Chacun commence à croire que l’autre est la cause de son malheur et que pour cela il doit l’éviter.   Créativité Il apparaît spontanément un état de jeu et de bonne disposition entre les deux. Spontanéité, inspiration, amusement. Échange spontané des rôles et de tâches. Ils inventent de nouvelles manières d’aimer. Ils s’amusent ensemble et sont heureux. 
Insécurité Ils ont l’impression que “quelque chose ne va pas”, sans savoir exactement de quoi il s’agit, ils ont des sentiments de peur ; instabilité, culpabilité. Ils veulent fonder une famille dans l’espoir de trouver une solution à l’impasse et obtenir plus de stabilité.  Sentiment de sécurité Les deux ont dépassé la peur en affrontant ce qu’elle cachait. L’amour profond conduit à l’apparition du sentiment de stabilité. Il est possible que le désir de fonder une famille apparaisse, mais parce qu’ils sont arrivés à une stabilité. La fusion spirituelle confère le sentiment supérieur de la sécurité. 

Impression d’échec du couple. L’impuissance de changer le cours des choses. Dévalorisation personnelle et de l’autre. Des ressentiments puissants apparaissent, ils peuvent même conduire à des déséquilibres psychiques. Désespoir. Ils ont le sentiment qu’il n’y a plus rien à faire. Ils n’entrevoient plus de voie pour ramener l’harmonie du couple. 

Amour parfait

 Sentiment de dévotion et de don de soi. La dévotion honore et éveille l’essence divine dans l’autre, le don de soi est le plaisir de cultiver l’état de bien dans l’autre. Ils existent pour et dans l’amour. L’amour devient cosmique, chacun ressent que Dieu l’aime à travers l’être aimé.

Séparation La seule solution qui apparaisse est la séparation, le divorce. Ils vivent le désespoir et le sentiment aigu de la solitude, qui peut être pourtant l’occasion d’une transformation, d’une découverte possible de l’autonomie et de la liberté.  Unité La relation est l’occasion d’établir la liturgie sainte qui élève et spiritualise l’union des deux amoureux. La relation accomplit l’idéal de l’amour, elle devient une occasion pour recevoir la grâce et la “bénédiction divine 

Plus de trente ans après notre première rencontre avec mon ami d’enfance Gérard, chacun de nous se rappelait encore très intensément ce premier contact, ce premier baiser de notre enfance. Cette attirance mutuelle qui se réveillait…. Sauf que… j’avais conscience d’une union spirituelle mais… pas Gérard !  Ce couple que nous avons tenté de former n’a pas été viable à la longue pour toutes les raisons évoquées dans le tableau ci-dessus. 

 Lorsqu’une telle union spirituelle peut s’approfondir, c’est que chaque personnalité s’approfondit, tournée l’une vers l’autre. Le couple grandit dans un esprit d’union, en même temps que grandit la personnalité de chacun et son être spirituel.   J’avais pourtant soif de créer un cadre où l’on va de la solitude personnelle vers des relations d’une profonde intimité dans un esprit joyeux et une disposition à l’accueil de l’autre car c’est ainsi que je conçois la spiritualité conjugale. Afin d’apprendre à se donner tout en grandissant sur son propre itinéraire spirituel et ainsi se tourner vers son conjoint dans un esprit de don, pour aider l’autre à avancer dans son épanouissement réciproquement…   Ce ne fut pas possible…. Et aujourd’hui, je me dis  : était-ce franchement nécessaire ! 

 Dans toute relation amoureuse, les deux partenaires savent intérieurement que le but essentiel de leur relation de couple est d’atteindre  l’état d’androgynie par les deux opposés, au point de vue de la polarité…

Cette relation de couple n’était finalement pas nécessaire pour moi ; lorsque l’on sait faire don de sa personne aux autres, on en arrive au même résultat de découverte, lorsque la prédominance est spirituelle et authentique, on découvre en soi et on réalise pareillement son état d’androgynie ; j’ai éveillé l’homme et la femme intérieurs qui sont en moi ! j’en ai sublimé les énergies dans les étages supérieurs de mon être, canalisé les énergies subtiles et fusionné avec l’Amour dans la sphère spirituelle. 

La suite est racontée dans l’article que j’ai intitulé « je suis androgyne » dans : développement personnel…  Si j’ai réussi à accéder à ce plan c’est également grâce à la méthode de Mantak et Maneewan Chia décrite dans leurs livres « Le  Tao de l’amour retrouvé » dont je vous parle dans mon « coin vidéo et librairie » 

Bonne chance à vous !

bluegod dans Chemin spirituel

Publié dans Chemin spirituel | Pas de Commentaires »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...