• Accueil
  • > Recherche : chiffre spirituel

Résultats de votre recherche

Arcanes divins des pierres de la destinée

Posté par othoharmonie le 27 mars 2016

 

 

Une nouveauté sur le marché, un jeu de cartes composé de 48 mystérieux arcanes portant sur les pierres et les cristaux qui, en toute simplicité, divulgue ses secrets. Les mots et les symboles sciemment disposés sur chacun des arcanes facilitent l’apprentissage du jeu et le rendent efficace. À portée de main, le potentiel énergétique du monde minéral, si essentiel à notre bien-être physique, émotionnel et spirituel, est-il ainsi mis à contribution. Nous savons que la magie des pierres transmet continûment ses bienfaits à l’être humain; alors, pourquoi ne pas les utiliser, sous forme de jeu, et nous laisser guider par le dévoilement de notre destinée?

D (2)

Que sont les arcanes ?

Les arcanes sont des cartes à jouer, employées comme celles du tarot, qui inspirent grâce à leurs mots clés et symboles aisément décodables. Ce jeu ne contient toutefois aucune des figures traditionnellement associées au tarot, mais présente plutôt des pierres accompagnées de symboles associés, entre autres, aux alliances géométriques. Les 48 cartes de ce jeu sont ainsi réparties en huit alliances géométriques comprenant chacune six cartes distinctes. Inspiré du livre L’influence des pierres – Une approche psychologique…, du Groupe des 5, paru en 2010 aux Éditions Paume de Saint-Germain, et fidèle aux principes qui y sont décrits, le jeu Arcanes divins des pierres de la destinée favorise une meilleure connaissance de soi, préalable à toute transformation profonde et véritable. Il a été conçu pour offrir une guidance permettant de découvrir la juste attitude à adopter lors de situations ambiguës, troubles ou importantes de la vie.

Comment utiliser ce jeu ?

Différentes façons d’utiliser ce jeu sont possibles, et il n’est pas nécessaire d’être un fin connaisseur du monde minéral pour y jouer. Il suffit de faire appel à votre intuition et de désirer apprendre de ces arcanes propres à dévoiler leurs secrets. La plus simple façon d’y jouer consiste à mêler les cartes sur une table et d’en tirer une, ou plusieurs, selon le « tirage » souhaité, en adoptant une attitude d’ouverture à l’aide potentielle qui est générée par l’énergie des pierres. C’est alors que tout devient possible !

Les mots et les symboles figurant sur chacun des arcanes contribuent à une reconnaissance rapide de l’essentiel du message véhiculé. Aussi, pour vous permettre de déchiffrer adéquatement les symboles, et ainsi approfondir « votre lecture », nous vous suggérons de lire les courts textes du livret explicatif qui accompagne le jeu.

Quel tirage choisir ?

Le tirage à une carte consiste à prendre une seule carte qui devient votre guide pour la journée ou votre inspiration en vue d’une décision importante. Les divers symboles et mots clés vous permettent d’effectuer des choix plus éclairés. Le tirage à cinq ou à sept cartes propose une guidance accrue, se révélant alors un outil fort intéressant. En tout temps, une lecture attentive des passages en lien avec les composants des arcanes selon la ou les cartes tirées est ce qui vous aide à en comprendre les subtilités.

Que contient le livret ?

Différents modèles de tirages, leur utilité et déroulement, ainsi que des explications sur les symboles, les mots clés et les alliances géométriques sont trouvés dans le livret. Sous forme de textes courts et simples, ces explications visent à vous aider à mieux vous comprendre et à saisir les facettes de toute situation dans laquelle vous vous trouvez et sur laquelle vous vous questionnez.

Solutions possibles…
Vous serez agréablement étonnés des réponses qui surgiront de ces cartes. Nous-mêmes en sommes fort ravies ! Des solutions inattendues, qui vous guideront et vous aideront à évoluer efficacement dans les diverses sphères de votre vie, vous seront dévoilées par l’entremise de ces arcanes.

Une véritable joie nous a accompagnées lors de la conception de ce jeu. Nous sommes convaincues que ces arcanes divins des pierres de la destinée vous feront aussi sourire et qu’ils sauront vous éclairer lors des prises de décision qui soutiendront vos choix de vie.

Sans titre

Klaire D. Roy et Jacqueline D. Sylvain

Klaire D. Roy est directrice de l’Institut Mandala du Bouddha de la Médecine, infirmière, auteure et conférencière recherchée.
Jacqueline D. Sylvain est auteure – conférencière – formatrice – lithothérapeute

 

ARCANFR_Arcanes-divins-boîtier_cover_250x330_web

Le Groupe des 5

 

- Livre Arcanes Divins des pierres de la destinée
- L’influence des pierres

Ces auteures sont publiées par :
Éditions Paume de Saint-Germain
Enseignements universels pour l’évolution de la Conscience moderne.
Lauréates de prix littéraires, les Éditions Paume de Saint-Germain traitent, de façon moderne et innovatrice, de sagesse universelle, de lithothérapie, de bien-être et de transformation intérieure à travers des œuvres se révélant des sources d’inspiration et de réflexion.
www.palmpublications.com

Arcanes divins des pierres de la destinée
Le Groupe des 5 – Éditions Paume de Saint-Germain

Cartes… pierres et cristaux… quelle curieuse alliance ! L’étonnant monde minéral nous convie à soulever le voile de notre destin et à découvrir la juste attitude à adopter lors des périodes troubles ou importantes de notre vie. Composé de 48 cartes, ces arcanes divins, impressionnantes de simplicité et de facilité d’utilisation, sauront vous surprendre et vous intriguer par le dévoilement de leur jeu. Elles sont accompagnées d’un livret explicatif concret, simple et précis.
Les arcanes ont été inspirés par le livre l’Influence des pierres – Une approche psychologique, par le Groupe des 5.
Commentaires de lecteurs :
« 48 cartes de qualité, visuellement attrayantes ! »
« Sujet novateur et intriguant pour tout amateur de cartes »

Par Klaire D. Roy et Jacqueline D. Sylvain
Éditions Paume de Saint-Germain

Publié dans Astrologie et Esotérisme, Connaître les PIERRES, LIVRES de Travail, PENSEE MAGIQUE - LEITMOTIV et RITUELS | Pas de Commentaires »

Le retour de Dieu vers le nouveau Dieu

Posté par othoharmonie le 28 octobre 2015

 

 

nouveau dieuToutes sortes de légendes courent déjà sur le compte de l’être à venir, tout un folklore se constitue, qui fait couler l’encre et l’argent, comme tant d’autres manifestations qui, aujourd’hui, se veulent spirituelles. Mais il est dou­teux que cette foire aux hommes-dieux donne une idée juste de l’évolution et du temps qu’il faudra pour que se manifeste une autre race. Ni les opaques dissertations des uns ni les slogans des autres n’apporteront beaucoup de lumière. Car il s’agit d’autre chose qui, au fond, ne prend aucun chemin précis, n’épouse aucune pensée particulière, ne se reconnaît aucun maître, aucun messie, aucune déesse, mais se donne entièrement à ce qui est devant nous et que l’esprit humain n’a jamais supposé et donc encore moins défini.

Ainsi parler de Dieu, et prétendre que nous marchons vers lui, ne veut-il pas dire grand-chose. De même vouloir mettre des noms sur les formes futures de la manifestation n’a-t-il guère de valeur. Ce qui doit se produire nous étant totalement inconnu, n’appartenant à aucune de nos caté­gories, comment voudrions-nous en faire le récit des siècles ou des millénaires avant que rien ne se soit effec­tivement passé ? Un australopithèque aurait-il pu prévoir Praxitèle ou Mozart ? Comment pourrions-nous décrire l’apparence et le comportement d’une future race hypo­thétique alors que nous sommes incapables de déterminer ce qui se passera dans dix ans et s’il n’est pas des inven­tions ou des systèmes de philosophie qui, dans un temps aussi court, ne mettront pas en question tout ce que nous tenons aujourd’hui pour normal ou pour essentiel ?

Cependant, il est des lignes que nous pouvons tenter de dégager en considérant la physionomie du passé qui s’étend derrière nous et dont nous sommes l’aboutissement provisoire. Au gré des mutations qui démontrent d’emblée que rien n’est impossible à l’Énergie créatrice (qu’elle soit purement mécanique, comme le veulent certains, ou qu’on l’appelle Dieu, comme d’autres le demandent), la Vie, d’abord absente pendant un milliard d’années, a proliféré lentement, puis de plus en plus vite : pendant plus de deux milliards et demi d’années, des algues unicellulaires et des bactéries ont constitué ses seuls vaisseaux — et aujourd’hui nous régnons, entourés d’un peuple d’animaux divers et environnés de forêts, de jardins et de champs. Tous nés d’une même matrice, et l’oubliant tous. Tous frères — non pas seulement entre nous, les hommes, mais entre les règnes variés, puisque issus d’une même substance ori­ginelle, enfantés par l’unique Magna Mater, et l’ayant oublié. Unité perdue? Ou bien jamais connue encore, seu­lement pressentie et devant appartenir à la psyché de demain?

À chaque pas, s’est accompli un miracle qu’aucun cal­cul des probabilités n’aurait évidemment pu prévoir, car un nouvel élément s’ajoutait, venu, semble-t-il, de nulle part et commandé, peut-être, par un déterminisme omni­scient. En sorte que nous ne pouvons guère déduire ce que demain sera de ce que nous sommes et savons aujourd’hui. Ce qu’il y aura, nous le portons sans doute en nous, mais ce que cela sera nous ne saurions le dire, puisque cela sera différent de tout ce que nous offre le monde et que nous ne pouvons le déduire des apparences actuelles. Et même si nous pouvions d’avance en avoir la vision, nous ne sau­rions l’interpréter, car elle ne correspondrait à aucun de nos archétypes.

Nul langage au monde ne peut évoquer ce qui échappe à sa fonction. Nos mots désignent un ordre de réalité pure­ment humaine. Depuis les sons les plus primitifs de l’homo erectus jusqu’aux équations des scientifiques, un même courant tend à décrire une réalité qui, pour être unique, n’en varie pas moins dans la façon qu’elle a de se proposer aux regards : toujours plus précise, elle devient aussi plus subtile, et il est clair que ce que nous voyons et nommons aujourd’hui aurait échappé à la vision de nos ancêtres génétiques.

D’une certaine manière, les premiers balbutiements des races d’avant l’homo sapiens correspondent, sur le plan de l’espèce, au langage imitatif et non réfléchi du petit enfant. Et de même que l’enfant grandit et devient conscient, de même l’espèce a-t-elle grandi, est-elle deve­nue consciente quand sont apparus les néandertaliens, avec qui, sans que nous puissions savoir comment, le langage a dû se charger d’un sens original, acquérir le pou­voir qu’il revêt chez l’enfant qui s’interroge d’une façon personnelle et commence d’organiser ses souvenirs et ses rêves. Âge qui n’est pas encore de raison, mais où se profile ce que la raison forgera plus tard, âge de l’intuition fulgurante et inexplicable qu’il faut ensuite une vie pour déchiffrer. Un choc, à ce moment-là, se produit, une secousse dans l’être, où est renversée l’enceinte de l’inconscience protectrice. Que ce soit pour l’enfant humain ou pour l’espèce humaine en son enfance, le choc a lieu comme un cataclysme libérateur.

Pour l’homme de Neandertal, on l’a vu, le choc a été la découverte de la Mort qui avait toujours existé autour de lui et dont, brusquement, la signification lui est appa­rue. Et de ce choc imparable, notre race est née peu à peu, comme l’adolescent naît de l’enfant, et l’homme de l’ado­lescent.

La Mort ! La Mort ! Ç’avait été comme un cri jeté au visage de nos ancêtres, qui vivaient sans se douter de rien. Et ce viol de leur conscience — ou cette fracture de leur inconscience —, c’est ce qu’ils nous ont transmis et qu’aveuglément nous tentons d’élucider. C’est ce qui nous aiguillonne à notre tour et que nous voulons à toute force dépasser. Cela qui a donné un sens à leurs grognements obscurs, c’est ce qui, aujourd’hui, illumine nos hymnes, fait parler nos ordinateurs et se volatilise en des abstrac­tions où l’esprit se dépasse lui-même.

Toute notre histoire est en fait l’histoire de la Mort. Est l’histoire de sa découverte et de son dépassement par un être que métamorphosent les rapports qu’il entretient avec elle. L’éveil de l’intelligence entraîne la révélation stupé­fiante de la Mort qui, à son tour, fournit l’aliment dont l’intelligence se nourrira. Parce que les perceptions se sont affinées chez l’homo erectus, un sens nouveau a été donné à ce qu’il n’avait jamais cessé de voir autour de lui, à ce à quoi il avait même participé dans la chasse et les crimes anthropophagiques. La Mort a brutalement pris un autre visage, plus subjectif, plus mystérieux, plus insondable. Jusque-là naturelle et non suspecte, elle n’entraînait aucune interrogation. Les moyens de s’interroger n’exis­taient pas encore. Mais à présent, la question était là, comme une blessure perpétuelle qui ne se refermerait qu’à la fin, sur un silence qui serait la seule réponse.

La question nous ronge à notre tour, ayant traversé les dizaines de millénaires, en dessinant la généalogie de la douleur, homme après homme, dans l’éploiement de l’espace et du temps terrestres. Est-il vrai que moi aussi je vais mourir ? Mais pourquoi ? Pourquoi ? Et pourquoi suis-je seulement né ?

Intolérable question qui nous courbe vers le sol où nous devons nous écrouler demain, ou peut-être aujourd’hui. Intolérable, intolérable question greffée sur notre cœur et qui nous oblige, pour respirer un peu à redresser la tête et à regarder le ciel, à espérer, à croire, à affirmer qu’il y a autre chose. Oui, oui, là-bas, là-haut, plus loin, toujours plus loin — au-delà —, s’étend le pays où l’on ne meurt pas, le soleil y brille toujours, la nuit n’existe pas, le Temps n’existe pas, tout est éternel là-bas.

 

(Extrait de Le Dieu de Dieu de Alexandre Kalda aux éditions Flammarion 1989)

Publié dans Chemin spirituel, DIEU, UNE TERRE D'ALLIANCE | Pas de Commentaires »

La marelle, LE JEU entre le Ciel et la Terre

Posté par othoharmonie le 1 mai 2015

 

Marelle 2Le jeu de la marelle,  qui renvoie à des souvenirs d’enfance, est utilisé depuis la haute antiquité sous diverses formes. En effet, la marelle apparaît en Egypte,  gravée sur les pierres du Temple de Kurna à Thèbes dans certaines tombes comme celle de la Reine Hatshepsout, en Grèce sur les marches de l’Acropole d’Athènes, et sur divers édifices de par le monde. On retrouve sa trace en Inde et d’anciens textes chinois mentionnent son existence. Elle porte autant de noms qu’il existe de peuples, se décompose en de multiples variantes : debout ou assise ; carrée, droite ou en colimaçon et s’intègre à certains rites initiatiques.
 
La marelle, un jeu qui défie le temps
Si la marelle semble défier le temps c’est que sa structure archétypale est « Uni-vers-el ». Il fut des époques où ce n’était pas les enfants, mais les adultes qui jouaient à la marelle, de façon à se rappeler que leur passage sur Terre, est un voyage initiatique. Et, qu’à chaque étape de sa vie, l’être humain est  invité à se transformer vers la dimension la plus haute de son âme qui n’aspire qu’à déployer ses ailes pour rejoindre sa source unitaire.
 
Le jeu de la marelle symbolise un parcours initiatique
Dans la cour d’école, les enfants  dessinent le jeu de la marelle à la craie sur le sol. Chaque enfant part de la Terre pour atteindre le Ciel en passant à cloche-pied par 7 cases chiffrées, en utilisant un caillou qu’il lance dans chaque case. Les règles sont précises et il faut absolument éviter de tomber en cours de route dans le puits, en enfer ou dans tout autre piège.
 
Au-delà d’être ludique et de favoriser l’équilibre, le jeu de la marelle symbolise un itinéraire initiatique entre Terre et Ciel, avec des étapes à franchir, qui sont autant d’expérimentations sur le chemin de l’alchimie spirituelle (de l’illumination, de l’ascension, de l’évolution…selon votre philosophie).
 
La mérelle : mère de la Lumière
Le caillou qui permet de progresser dans ce jeu initiatique était appelé en ancien français « merel » signifiant « petit caillou » ou « palet » qui est devenu progressivement « marelle ». Il peut être rapproché de la pierre philosophale des alchimistes qui sert de support à la transmutation. Mais aussi de la Mérelle de Compostelle,  nom donné à la coquille Saint-Jacques symboliquement portée par les pèlerins en quête de l’intériorité sur cette voie initiatique. Mérelle signifie mère de la Lumière…une initiation qui vient de la « mer-elle »…
 

« Quand le joueur peut poser chaque pied dans des cases adjacentes,
l’être est bientôt appelé à quitter la dualité,
caractéristique du monde terrestre,
pour rejoindre l’axe, l’unité propre au monde céleste. » 
 René Guénon :  “Symboles de la Science sacrée”.

L’axe vertical du jeu de la marelle
En tant que praticienne en thérapies énergétiques, les 7 étapes de la marelle me font penser aux sept  chakras principaux, ces centres énergétiques vitaux au travers desquels chacun peut expérimenter et intégrer les différents états de l’être afin de retrouver son unité intérieure. Quant au caillou qui dans le jeu représente le mouvement de montée et de descente le long de l’axe vertical unissant le Ciel et la Terre, je le rapproche des Minéraux que nous pouvons poser sur ces 7 vortex d’énergie, afin d’élever les vibrations de l’axe vertical de notre corps physique jusqu’à être au diapason de l’UNIvers.

Et  vous que vous inspire le jeu de la marelle ?

Voici quelques chansons qui pourront réveiller des souvenirs…Peut-être que votre enfant intérieur a très enVie de  jouer à la marelle cette semaine !!!

Joyeuse semaine à vous.

- Patricia Dieghi - 

« Le jeu de la Marelle
Va de la terre jusqu’au ciel
Entre la chance et le puits
Tu reviens et c’est fini
Petite, petite fille
Tu es là pour t’amuser
Lance bien la pierre
Prends garde où tu mets tes pieds »
Nazaré Pereira

 

http://www.dailymotion.com/video/xbt6sp

« Lorsque j’ai le cœur tiraillé de toutes parts
Que je ne sais plus très bien où j’en suis
J’embrasse mon fils et puis je repars
Sur la marelle de la vie »
Enrico Macias

Image de prévisualisation YouTube

source : www.aquarienne

Publié dans Beaux textes, Exercices simples, Librairie / vidéothèque, PENSEE MAGIQUE - LEITMOTIV et RITUELS | Pas de Commentaires »

Nos mains dressent notre portrait

Posté par othoharmonie le 7 avril 2015

 

On peut représenter une main comme on représente un visage car elle reflète, elle aussi, le portrait d’une personne ; elles t tout aussi surprenante que les lignes minces qui la sillonnent, semblables aux rides du visage, ou les lignes qu’elle peut tracer sur le papier, symboles d’un état d’âme, comme les expressions peintes sur le visage. La main peut exprimer tous les sentiments ; humanité, intelligence, esprit d’observation, générosité, égoïsme, cruauté .. La forme, la consistance et le mouvement d’une main suffissent à révéler un caractère.

Si une personne nous plaît à première vue, ou si nous nous méfions d’elle, c’est que les traits de son visage nous attirent ou nous repoussent. Si nous observons la main de notre prochain, nous éprouvons également à première vue, de l’attraction ou de la répulsion, mais nous ne restons jamais indifférents. Pour plus de commodité, nous pouvons classer la forme des mains en sept catégories qui, en réalité, l’une sur l’autre, comme il arrive pour le caractère de chaque individu. Nous aurons donc :

-          la main commune (paume développées, doigts et ongles courts et carrés)

-          la main nécessaire (doigts spatulés)

-          la main utile (doigts carrés et durs)

-          la main artistique (élégants doigts fuselé)

-          la main philosophique (doigts noueux)

-          la main physique (main idéale, en théorie)

-          la main mixte, de loin la plus commune, qui possède certaines caractéristiques des autres mains, par conséquent la plus difficile à déchiffrer.

peinture-animaux-main-05

Voyons cela en détail :

MAIN COMMUNE

La paume est très développée et plutôt charnue, les doigts sont courts et ronds, les ongles sont courts et le pouce particulièrement court. C’est la main des individus peu sensibles, plutôt grossiers, qui ont des désirs élémentaires. En général l’individu qui possède ce type demain n’est pas très intelligent, n’a pas d’idéals et ne poursuit que son bien-être terre à terre. Il est destiné à faire des travaux grossiers. Toutefois la longueur des doigts corrige la disproportion de l’ensemble, et réduit ou accentue les caractéristiques qu’on vient de décrire.

MAIN NECESSAIRE

Elle est spatulée ; les doigts sont plats e t en spatule. La paume est large, le pouce développé ; Ce type de main appartient aux sujets doués d’une grande activité, d’esprit d’initiative et d’une intelligence instinctive ; Ils sont expansifs, résolus et audacieux, mais souvent trop orgueilleux ; Ils sont revêches et impulsifs et n’ont aucun sens artistique. Il s’agit de personnes tenaces et fidèles en amour et en amitié. C’est la main des commerçants, des navigateurs et des explorateurs. Ce sont des personnes très douées pour les sciences exactes et les mathématiques en particulier et, dans une moindre mesure, pour la mécanique. Lorsque la forme est moins marquée et que les doigts sont plus lisses, les qualités et les défauts s’avèrent atténués.

MAIN UTILE

En général, il s’agit d’une main de dimension moyenne. La paume est carrée et plate, les doits se terminent brusquement comme s’ils étaient tranchés, les ongles sont courts et carrés. C’est la main des individus pratiques, ponctuels, ordonnés et persévérants, qui ne se laissent guider que par la raison et ont un pôle d’intérêts limités et matériels. C’est une des formes plus communes ; en général elle appartient à des administrateurs d’entreprise, dirigeants de banque, cadres, militaires de carrière, instructeurs. Il s’agit de personnes très honnêtes dans toutes leurs manifestations, d’excellents pères et des maris fidèles. Si les doigts sont cours et carrés, le scepticisme et le calcul l’emportent. Si au contraire, les doits sont longs mais toujours carrés, le raisonnement et la capacité de déduction sont développés au maximum. Les doigts en spatule appartiennent aux sujets doués d’esprit créateur, qui ont un penchant pour la mécanique de précision. Les doigts noueux indiquent au contraire les sciences exactes, l’amour pour le détail et un perfectionnisme manique ; Les doigts effilés dénotent de l’imagination et de persévérance, mais s’ils sont attachés à une paume carrée et s’ils ont des ongles longs et parfaits, ils peuvent indiquer soit un sens inné pour l’art et le raffinement, soit l’inconstance, le caprice et l’illogique ; le type le plus commun de cette main a la paume carrée et les doigts mixtes. C’est là sans doute la main la plus positive du groupe ; elle dénote une intelligence vive, de l’équilibre entre l’instinct et la raison, des buts bien clairs à atteindre, de l’assurance.

MAIN ARTISTIQUE

La forme est conique bien proportionnée, d’une taille moyenne, les doigts se terminent en pointe, la paume se rétrécit à l’attache du poignet. Il ne faut pas confondre ce type de main avec la main physique. La main artistique est la main typique des impulsifs, dotés d’un tempérament artistique, d’imagination, de goût pour le beau. Cependant, les sujets qui possèdent ce type de main sont dominés par l’indolence, la luxure, le cœur. En général les sujets qui possèdent cette main ne font jamais rien de bon, car tout en ayant des qualités remarquables et des dispositions positives, ils sont imprévoyants et incohérents. Il s’agit d’amants passionnés mais inconstants, quine sont pas faits pour la famille. Ce sont des artistes, des poètes, des inventeurs. Les qualités et les défauts sont atténués par la longueur des phalanges, la nodosité des jointures et les lignes de la paume.

MAIN PHILOSOPHIQUE

C’est la main des grands penseurs, symbole de la logique, de l’équité, du penchant pour les sciences expérimentales et le raisonnement ; La forme est longue, anguleuse ; les doigts sont osseux, les phalanges grossies à la jointure, les ongles sont longs et ronds. Les nœuds entre la première et la deuxième phalange (point du doigt) dénotent une priorité psychique ; les noeuds entre la deuxième et la troisième phalange révèlent au contraire des priorités physiques et matérielles.

MAIN PHYSIQUE

C’est la main parfait au point de vue esthétique. La paume est petite et ovale, les doigts fragiles et lisses tendent à se rencontrer à une pointe idéale, les ongles sont longs et ronds à la base et au bout, le pouce est petit et élégant. Cette main, qui indique une nature toute spirituelle, sensible et élevée, ouverte à toute forme de beauté, n’est pas commune. Elle appartient à des sujets impressionnables, qui n’arrivent pas à affronter les batailles de la vie et à s’occuper de choses matérielles. Elle dénote le manque de toute idée d’ordre, de ponctualité et de discipline. Les sujets qui possèdent cette main sont des rêveurs, des idéalistes, prédestinés à la vie contemplative.  Ils sont rarement heureux.

MAIN MIXTE

C’est la main la plus complexe, donc la plus difficile à décrire et à interpréter. Elle présente certaines des caractéristiques déjà décrites et peut être facilement confondue. Une observation attentive seulement peut faire ressortir ces caractéristiques. Les mains mixtes appartiennent à des sujets qui ont des dispositions et des aptitudes diverses, des idées claires et précises, un esprit large et de la constance. Les sujets qui possèdent ce type de main ont facilement du succès. Toutes les  qualités et tous les défauts que nous venons de décrire subissent des modifications même considérables selon d’autres caractéristiques et détails qui modifient les lignes générales. Nous avons parlé de la forme de la main dans son ensemble. Reprenons le sujet plus en détail, en observant soigneusement toute la main, y compris la paume et les doigts. Même si deux mains peuvent paraître identique sou presque, une analyse plus soignée nous en montrera les différences.

Le sujet à la main dure sera attiré par le mouvement, la vie active et laborieuse ; Le sujet dont la main est flasque sera enclin à la paresse et se sentira mieux au lit qu’au travail. Cela arrive parce que le fluide énergétique traverse sans difficultés la  main sèche et dure, tandis qu’il s’attarde et se disperse dans la main flasque. Sans aucun doute, si une personne a plus de tendance à une activité intense, elle sera moins portée à l’extase, à la poésie et à la vie contemplative. D’ailleurs toutes les mains dures, de n’importe quelle forme, dénotent une personnalité non sédentaire. Toutefois, une main trop dure est le signe de  peu d’intelligence, alors qu’une main trop mole est propre aux personnes portées sur l’ésotérisme, l’étude et la pratique des sciences occultes puisqu’elles sont plus sensibles, plus impressionnables et plus enclines aux  rêveries.

Il y a aussi la main grassouillette t souple, presque en caoutchouc. Cette main exprime le désir et la volonté du plaisir. La main lisse, aux doigts presque pointus, avec des fossettes, à la paume charnue et ferme, au pouce court et au mont de Vénus (à la base du pouce) particulièrement développée est propre à celui qui est facilement induit en erreur et conditionné par la sexualité.

La personne dominée par le sexe ne peut pas être sensible  la charité, à l’amour et à la spiritualité. Ce sont les mains des matérialistes, de ceux qui ne se sentent aucunement attirés par les choses divines ; la vanité et le plaisir dominent les propriétaires de ces mains.

Ce sont des mains d’une couleur particulière ; elles sont nacrées et, comme nous l’avons déjà dit, elles dénotent un tempérament voluptueux, désireux de plaisirs matériels, peu affectueux. Peut-être parce que la nature veut faire ressortir le contraste, la personne qui possède une main souple mais rugueuse est sans doute franche, droite et juste.

Au contraire, une main dure t rugueuse, surtout si les ongles sont couverts à moitié de chair, met en évidence un caractère difficile, plutôt porté à tourmenter son prochain. Si la main voluptueuse appartient à une femme, et si les phalanges de la volonté et de la logique sont assez développées, on aura la certitude qu’il s’agit d’une femme dangereuse, car avec ces caractéristiques elle ne dégage pas d’énergie, mais en absorbe autour d’elle. Le sujet qui possède ce type de main sera porté à prendre sans jamais donner et à jeter ce qui ne sert plus. Mais il y a beaucoup d’autres types de mains, que nous avons appelées « mixtes » qui n’appartiennent pas à une seule catégorie ; elles ne sont pas complètement carrées ou complètement pointues ou spatulées, à la différence des mains à caractéristiques précises qu’on peut définir « authentiques ».

En ce qui concerne la main « simple » ou « commune », à première vue, elle a l’aspect d’une main forte, aux doigts très gros et apparemment souples, à la paume trop large ; C’est la main de ceux qui veulent exceller dans le domaine matériel, en courage, en force physique. L’intelligence et l’imagination sont très peu développées. Les doigts de cette main, y compris le pouce, sont très courts ; cela signifie qu’ils ne sauront pas affronter les malheurs de la vie. Le sujet qui possède cette main et un pouce très court est dominé par l’instinct animal, ce qui arrive – en partie – pour toutes lez mains à la paume large et aux doigts cours. Les doigts longs donnent une impression de souplesse te de délicatesse. Dans un certains sens, ils sont l’image de l’action, tandis que les doigts courts donnent l’image de la pondération, de la gêne, de la soumission.

Les doigts longs et effilés reçoivent plus facilement l’inspiration divine, guidée par la raison et contrôlée par la logique qui, avec le temps, se traduit en actes du plus grand intérêt. Dans les doigts cours ce passage  se fait trop vite, donc moins minutieusement. Les mains longues appartiennent, pour la plupart, à un inventeur ou à une personne qui se consacre avec passion aux arts, à la poésie  et aux oeuvres de fantaisie. Les secondes sont les mains d’une personne qui préfère les succès matériel à la fantaisie et à l’imagination.

Résumons les grands traits des différentes caractéristiques de la main.

Mains dures : activité

Mains molles : paresse

Mains molles et légèrement plates : amour pour les évasions spirituelles

Doigts courts : tendance à la synthèse

Doigts pointus : amour pour la poésie et l’art

Doigts trop pointus : tendance au mensonge

Doigts carrés : amour pour l’ordre et la réflexion

Doigts trop carrés : véritable manie de l’ordre

Doigts lisses : inspiration

Doigts trop lisses : distraction

Doigts noueux : personne calculatrice, qui raisonne trop

Doigts très noueux : personne égoïste. 

Premières phalanges de chaque doigt plates : intérêt pour tous les types de sport

La dernière phalange de chaque doigt représente le monde divin, le mysticisme.

La deuxième l’intelligence, la troisième l’instinct.

Dans le pouce la première phalange indique la volonté.

La deuxième le raisonnement.

La troisième (sur le mont de Vénus) l’amour sensuel.

Publié dans Astrologie et Esotérisme, Etat d'être | Pas de Commentaires »

ANATOMIE DE L’ESPRIT

Posté par othoharmonie le 5 mars 2015

 

ob_9cd2f5_anatomie 

Imaginez un instant que vous pénétrez dans une pièce bondée et que vous vous sentez très mal à l’aise dès le premier instant. Imaginez que vous pouvez lire dans le subconscient de chaque personne présente, que vous «captez» l’énergie et l’état de santé de chacune d’entre elles. Qui plus est, vous vous connaissez en profondeur et vous avez identifié les facteurs qui drainent votre énergie et votre potentiel intellectuel, physique et affectif. De même, les sages enseignements contenus dans cet ouvrage vous offrent la possibilité d’acquérir les outils permettant de percevoir votre propre énergie et celle d’autrui. Les physiciens en mécanique quantique ont confirmé l’existence d’une essence vibratoire fondamentale et vitale, laquelle peut être perçue par les personnes intuitives. 

L’ADN humain vibre à une fréquence allant de 52 à 78 gigahertz (milliards de cycles par seconde). Il n’existe encore aucun instrument scientifique capable de mesurer la fréquence spécifique émise par un individu ou les blocages qui pourraient entraver le flux de cette énergie. 

Cependant deux faits sont incontournables : d’une part, l’énergie vitale n’est pas un phénomène statique mais cinétique; d’autre part, les intuitifs doués tels que Caroline Myss peuvent témoigner de l’existence de ce phénomène, alors qu’il n’est pas encore possible de mesurer physiquement et avec précision ni l’intelligence humaine ni le système énergétique. En vingt cinq ans de collaboration avec des intuitifs un peu partout dans le monde, jamais je n’ai rencontré quelqu’un qui puisse faire des bilans intuitifs de manière aussi claire et précise. 

Caroline Myss sait se mettre à l’écoute du système énergétique des individus et déchiffrer le langage de leur être électromagnétique. Ses diagnostics relèvent de manière systématique les effets cumulatifs de l’énergie affective sur la santé physique. Elle sait déceler les expériences marquantes ou traumatisantes, les croyances et les attitudes qui altèrent la fréquence des cellules et créent un déséquilibre au sein du système énergétique. Elle peut sonder notre âme, source ultime du pouvoir véritable. Vous trouverez dans ce livre des renseignements détaillés sur les foyers de pouvoir localisés dans votre corps. Ces centres jouent un rôle critique dans la fonction de régulation du flux de l’énergie vitale. Ce sont des piles biologiques dont la charge est fonction du vécu affectif de l’individu. «Votre biographie devient votre biologie ». Si vous ne deviez retenir qu’une notion à la lecture de cet ouvrage, ce devrait être celle-là, parce qu’elle saura vous être utile. Vous apprendrez également à éviter que les fixations et l’énergie négative des autres ne sapent votre propre énergie et à vous doter d’une conception du moi et de l’honneur qui pourra servir à vous protéger de faux symboles de pouvoir comme l’argent, le sexe et l’autorité extérieure; enfin, vous pourrez apprendre à développer vos capacités d’intuition. 

Anatomie de l’Esprit propose au lecteur une nouvelle façon d’aborder la compréhension des sept centres de l’énergie du corps humain grâce à une approche oecuménique stimulante. Les conceptions du pouvoir élaborées au sein du judaïsme, du christianisme, de l’hindouisme et du bouddhisme sont intégrées dans un système unique, duquel découlent sept grandes vérités universelles. «La vérité universelle qui se retrouve dans chacune des quatre grandes religions, c’est que le Divin s’inscrit dans le système biologique au fil des sept étapes vers le pouvoir, chacune d’elles nous rapprochant d’une notion de plus en plus raffinée et transcendantale du pouvoir individuel.» Vos conceptions seront à jamais transformées par la vision unifiée que présente l’auteur des univers métaphysiques qui sous-tendent les sacrements chrétiens, la Kabbale et les chakras. La connaissance mène au pouvoir et vous accéderez, grâce à ces pages, à la connaissance vous permettant de cultiver votre propre pouvoir individuel. 

L’essence de la médecine alternative est exposée dans cet ouvrage de manière si limpide que vous y puiserez l’inspiration nécessaire pour mettre en pratique vos idéaux spirituels et vous éveiller aux miracles de la guérison de soi. Je suis ravi d’avoir pu suivre de près les étapes de la longue gestation que représente cette contribution originale. Les enseignements qui sont ici offerts ont été pour moi la source d’un enrichissement inespéré. J’ose souhaiter que vous vous sentirez à votre tour honoré d’accueillir ce don de sagesse que nous fait Caroline Myss.

 

 

 

Publié dans LECTURES Inspirantes | Pas de Commentaires »

L’Homme dans l’Univers

Posté par othoharmonie le 9 septembre 2014

images (9)Lorsque l’on arrive pour la première fois dans un lieu où l’on va séjourner, on fait le tour de ce lieu. On entre dans les pièces, on furète, on va au jardin. Bref, on se rend compte de ses caractéristiques. Quelle est sa composition ? Est-il aéré ? Chaud ? Frais ? Lumineux ? Facile d’accès ? Puis, on fait le tour du voisinage. De façon quasi-instinctive comme les animaux, nous délimitons et prenons connaissance de notre territoire. 

En tant qu’être humain, notre territoire commun est la Terre. Cette notion est maintenant revendiquée par tout un chacun. Ne parlons-nous pas de «village global» ? Nous habitons ce magnifique village, la Terre. Les images des plus lointaines contrées sont devenues accessibles et nous pouvons même, si nous le souhaitons, chatter avec leurs habitants. Par ailleurs, cette Terre fait partie d’un ensemble plus vaste qui est l’univers. L’expression «planète Terre» fait d’ailleurs partie du langage courant des médias. 

Nous savons – pour la plupart, vaguement – que notre planète est l’une des millions de planètes qui peuplent l’univers. Nous savons cela, mais nous ne l’intégrons pas. Notre regard reste braqué sur notre quotidien terrestre, nos préoccupations, nos émotions, notre famille, notre travail, nos intérêts. 

Nous donnons à ces choses matérielles ou psychologiques un statut essentiel dans nos vies. L’univers n’entre pas, ou peu, ou mal intégré, dans notre conception de nous-mêmes en relation avec un environnement plus vaste que nos seules préoccupations.

 

images (8)Les voiles du réel

Pourtant, penser le cosmos, ses immensités, ses paradoxes, ses inconnues, aboutit inévitablement à changer notre représentation des choses. Nous nous agrandissons de notre pensée du cosmos. Nous agrandissons notre représentation de l’être humain. Nous agrandissons notre représentation du réel. Car c’est le réel que nous questionnons encore et toujours lorsque nous questionnons le cosmos. Quelles sont ces lois ? Qu’est-ce qui anime tout cela ? Pourquoi la connaissance de son fonctionnement ne nous est-elle pas donnée d’emblée, de façon limpide, avec évidence ? Nous devons chercher. 

Nous ne pouvons pas -pas encore- appréhender directement le réel : il se cache derrière d’innombrables voiles. Ainsi en est-il de la matière dont est fait l’univers, cette matière dont on sait maintenant qu’elle n’a de solide que son apparence…

 

L’invisible en question

La science questionne, autant que la philosophie ou la religion, l’invisible des choses. Les planètes lointaines ne se voient pas à l’oeil nu, et la masse noire n’émet aucun rayonnement. Dieu, quant à lui, est tout aussi invisible. Dieu ou la Matière, sont-ce d’ailleurs vraiment, à l’heure actuelle, deux langages incompatibles ?

Déjà, début XX è, Teilhard de Chardin ne conjuguait-il pas d’admirables intuitions scientifiques et spirituelles dans sa recherche : «Quand je pense à Vous, Seigneur, je ne puis dire si je vous trouve davantage ici que là, si vous êtes plutôt pour moi Ami, Force ou Matière…» ? C’est en tous cas toutes les modalités de l’invisible qui sont questionnées de toutes parts à notre époque, invisible qui se décline du plus petit au plus grand, dans des approches multiples de plus en plus foisonnantes et riches.

 

D’une idée…à une quête 

Ceci dit, l’espace intersidéral a toujours fait rêver autant les poètes que les scientifiques. Les uns ont chanté ses énigmes, les autres ont tenté de les déchiffrer. D’innombrables mythes expliquant l’origine de la Terre et de l’univers ont été écrits. Quant aux premières tentatives de description de la Terre dans l’espace, elles montrent celle-ci comme étant une surface plane. On est bien loin de la description d’une terre plate actuellement. Nous sommes peu outillés si nous voulons réellement avancer dans le savoir de ce territoire cosmique dont nous faisons partie. Car pour  se situer quelque part, dans la culture dont nous sommes, il est nécessaire de se faire une idée du lieu. 

Outre le fait que nous puissions regarder le ciel, le contempler, nous laisser imprégner de sa mystérieuse beauté, nous allons élaborer mentalement une représentation de l’univers. Elle va se construire de façon quasi-inconsciente par les apports de la culture et du monde audiovisuel dans lequel nous baignons, ou par le biais d’une démarche plus consciente. Cette représentation de l’univers, et donc de la matière et espace de l’énergie, va donner naissance à des croyances. Les croyances ayant trait à l’univers sont directement reliées à des questions métaphysiques aussi importantes que : 

«Qui suis-je ? De quoi suis-je fait ? Quelle est mon origine ? Où est-ce que je vais ? Pourquoi est-ce que je vis ?».

 La question du sens posée par la philosophie et la spiritualité, se nourrit de la question du «comment» à laquelle la science et les astrophysiciens tentent de répondre. Il est terminé le temps où on laissait aux seules religions ces questions qui font partie de la destinée même de l’espèce humaine et de chacun individuellement. C’est à travers la chimie, la biologie, la physique, l’astrophysique, mais aussi l’anthropologie, l’archéologie,  l’histoire, l’esthétique qu’elles se posent. A cela, on peut ajouter toutes les approches qui questionnent nos systèmes de représentations, nos niveaux de langage, nos productions artistiques et intellectuelles. Et, last but not least, tout ce qui a trait à l’intériorité et à l’étude de la conscience : la psychologie personnelle et transpersonnelle, et les neurosciences. Le monde extérieur et le monde intérieur se rencontrent…

 

Comprendre l’espace

Il y a quelque chose d’admirable dans la quête scientifique. Quête de la science ?

Oui, car elle est d’abord une aventure de l’esprit pour comprendre le monde. Les astrophysiciens vont d’abord tenter de comprendre l’espace. Et cette tentative, le mot le dit bien, est composé d’erreurs, de révisions, de corrections. 

Le modèle élaboré par Ptolémée, selon lequel la Terre était le centre de l’univers autour de laquelle tournaient les planètes et les astres, a duré plus d’un millier d’années. On a cru pendant plus de 1500 ans que la Terre était le centre de l’univers ! C’est beaucoup, 1500 ans. Puis la révolution de Copernic au 16ème siècle eut lieu et renversa totalement les rôles : ce n’est plus la Terre qui est au centre, mais le Soleil. 

Et un nouveau modèle eut lieu et est encore actuel. Tout le monde connaît ces grands tournants scientifiques qui élaborent un nouveau paradigme, un nouveau socle de croyances pour une période plus ou moins longue, ici plus d’un millier d’années.

 

Un casse-tête mathématique

Sachant cela, il nous appartient de chercher quels sont les grands paradigmes scientifiques qui sous-tendent notre siècle. Pour élaborer cette recherche, nous disposons, entre autres approches, de la pensée scientifique. La pensée scientifique, mais vulgarisée. Il est évident que nous ne pouvons pas avoir accès à la source même des recherches en astrophysique, vu que les symboles mathématiques en font intégralement partie. Qui peut se targuer de comprendre ce que sont les opérateurs hermitiens, les matrices densité, les espaces de Hilbert, les vecteurs d’état ? Qui sait ce qu’est exactement l’équation

de Maxwell, faisant partie de la théorie dite de «jauge», forme élaborée de la théorie quantique des champs ? C’est à s’y perdre, et cela d’autant plus quand on sait que le prix Nobel de physique en 1965, le pédagogue Richard Feynman, avoua qu’il lui était impossible d’expliquer à quiconque la loi quantique relativiste des champs…

D’un savoir multidisciplinaire à une connaissance transdisciplinaire…

On entre ici dans la difficulté qui consiste à produire de la bonne vulgarisation, difficulté que Valéry, cité par Etienne Klein(3), a très bien énoncée : «Tout ce qui est simple est faux, tout ce qui est complexe est inutilisable» ! Nous devons donc bien nous rendre compte que les informations scientifiques dont nous disposons pour nous faire une idée de l’univers sont, dès le départ, sujettes à des interprétations et des transformations. Songeons aussi que chaque théorie va se modifier en fonction de nouvelles données. 

Bref, sachons que l’idée que nous allons nous faire de l’univers via les informations scientifiques que nous aurons peu ou prou intégrées sera nécessairement subjective. La synthèse de toutes ces données peut cependant s’effectuer à partir d’un espace de pensée autre, qui résout les contradictions, une sorte d’espace où les savoirs multidisciplinaires se résolvent dans une connaissance transdisciplinaire, espace  intérieur où des formes de révélations ont lieu [Eurêka !] et des certitudes métaphysiques éclosent. Sachant la relativité mais aussi la beauté de cette démarche, avançons…

 

Des milliards de fois plus petit qu’un atome…

Car il existe de superbes écrits destinés au grand public. Ce sont, par exemple, les écrits de l’astrophysicien Hubert Reeves, ou encore ceux de Trinh Xuan Thuan, astrophysicien et professeur à l’université de Virginie. Dans ces écrits, on peut retracer une aventure qui va du plus élémentaire au plus complexe. Aventure qui commence avec le Big Bang, déflagration cosmique à l’origine de l’univers qui fait actuellement l’unanimité des scientifiques. Et on s’émerveille lorsque l’on pense que tout a commencé dans un espace minuscule, des milliards de fois plus petit qu’un atome, et que cet espace minuscule a commencé à s’étendre. 

Car l’univers n’est pas immuable, mais en expansion, selon l’hypothèse émise début des années 1920 par Friedmann et Lemaire. 

Le minuscule espace des débuts a continué à s’accroître pour atteindre les gigantesques proportions du cosmos actuel. L’histoire n’est pas finie, bien évidemment. L’univers continue à grandir et en même temps, il refroidit. 

Ce refroidissement est nécessaire pour que la complexité continue à voir le jour. En effet, la chaleur donne lieu au mouvement. Dans un univers trop chaud, les formes structurées en mouvement entrent en collision les unes avec les autres et se détruisent. Dans un univers plus froid, tout se stabilise. 

Ce «Un» qui fait la différence

Par ailleurs, l’univers est composé d’énergie et de lumière. L’Univers est né d’un vide quantique, donc baratté d’énergie et rempli de particules qui naissent et meurent à des cadences infernales. Cette énergie du vide est essentielle puisqu’elle donne lieu à la matière. C’est ici que la formule bien connue d’Einstein prend tout son sens : E = mc2. 

On parle souvent de la « soupe primordiale », expression parlante entre toutes qui illustre bien la constante et bouillonnante activité du vide d’où particules et antiparticules ont surgi. Celles-ci entrent en collision, se rencontrent et s’annihilent pour se transformer en lumière qui elle-même se transforme en matière et antimatière. Mais, au cours de l’évolution, l’antimatière a disparu. C’est assez fascinant. Il y a, selon  l’explication du physicien russe renommé Andreï Sakharov mort en 1989,(1) «une minuscule partialité» de l’univers en faveur de la matière. 

Cette minuscule partialité fait qu’il y a un milliard et UN électrons face à un milliard d’antiélectrons. Ce «un» a fait toute la différence. On ne peut que poser ici la question du hasard et de la nécessité… 

Ce «un» est-il seulement effet de hasard ou fait-il partie d’un inexorable processus de développement ?

 

Big Crunch

On n’en a pas fini avec la question de la matière et de l’énergie. Les scientifiques se heurtent jusqu’à maintenant à des énigmes concernant la matière dit «noire». Qu’est-ce ? Il faut d’abord comprendre qu’une gigantesque lutte est à l’oeuvre entre la gravité qu’exerce toute la matière de l’univers, gravité qui arrête l’expansion de celui-ci, et la force du Big Bang initial qui continue à diluer l’univers. Si la gravité gagne, c’est très simple : il y aura ce qu’on appelle un «Big Crunch», à savoir une fermeture de l’univers sur lui-même qui, ne pouvant croître, mourra.

 

Matière noire et énergie sombre

images (7)Or, il se fait que la matière ordinaire, que nous pouvons recenser, est minoritaire, l’autre partie étant constituée de ce que les astrophysiciens appellent la matière noire, ou encore «la masse noire». Celle-ci a un rôle important car sa gravitation permet de faire tenir les amas de galaxies ensemble. Mais les astrophysiciens ne savent pas sous quelle forme se dissimule cette matière noire. 

Pour corser le tout, il apparaît que la matière, qu’elle soit noire ou ordinaire, ne constitue elle-même que 30% du contenu de l’univers, les 70% restants étant une autre forme d’énergie que les savants ont appelée «énergie sombre». L’existence de cette énergie sombre, nommée ainsi en 1998, a été établie grâce au fait que l’on s’est aperçu que l’expansion de l’univers ne ralentissait pas, mais au contraire s’accélérait, ce qui fait qu’on a bien dû admettre l’existence d’une force anti-gravité. Une force inimaginable, totalement noire qui n’émet ni n’absorbe aucun rayonnement. 

Immenses énigmes que celles-là, qui montrent les limites de la science actuelle, en dépit des apparences.

 

Le principe de complémentarité

Par ailleurs, les données de la physique quantique posent question quant aux «outils de mesure» utilisés pour percevoir et comprendre les mystères de l’univers. En effet, la physique quantique a révolutionné la manière dont les scientifiques appréhendaient la réalité. 

La physique quantique qui, rappelons-le, s’exerce dans un univers infiniment petit, le monde des atomes subatomiques, montre qu’un électron dans un atome prend l’aspect d’une onde. Dès que le scientifique observe cet électron avec des instruments de mesure, l’électron quitte son habit d’onde et devient particule. Ce phénomène, que le physicien Niels Bohr, un des pères de la physique quantique, a appelé «principe de complémentarité» explique une interaction évidente entre la réalité et l’observateur. 

Autrement dit, le réel est façonné par l’observation que nous en avons. On ne peut pas parler d’une réalité en dehors de l’observation, vu que cette réalité ne sera jamais appréhendée.

 

Ondes porteuses d’infos

Par ailleurs, dans le monde quantique, les ondes sont porteuses et codeuses d’informations et, se cognant les unes aux autres, elles emmagasinent des informations de façon quasi infinie. Il y constamment échange et interconnectivité… même si les particules ne se touchent pas ! Cela pose évidemment question, d’où le postulat de l’existence du champ du point zéro, «où les informations sur tous les aspects de la vie, allant de la communication cellulaire aux processus de l’ADN, sont transmises au niveau quantique»(2), ce champ étant par ailleurs défini par certains scientifiques à tendance spiritualiste comme «une sorte de gigantesque état fondamental auto-régénérateur de l’univers» (ibid).

 

Univers parallèle ? Je donne ma langue aux deux chats…

Ce que l’on peut remarquer, c’est que dans la culture scientifique d’aujourd’hui, l’imaginaire est roi. Les modèles et les hypothèses se multiplient, et l’on avance, médusé, dans des propositions toutes plus désarçonnantes les unes que les autres. La physique quantique n’est pas facile à intégrer, elle donne lieu à beaucoup de débats, de controverses et de variantes dans le discours scientifique. Ainsi, un groupe de physiciens, relativement restreint, propose la théorie des univers parallèles, dont la première version, que l’on doit à l’américain Hugh Everett, date de 1957. Cette théorie s’est établie à partir d’une expérience de pensée où un chat est enfermé dans une boîte et meurt,[cette expérience qui produit différentes interprétations complexes est appelée le «paradoxe du chat de Schrödinger», du nom d’Erwin Schrödinger, l’inventeur de l’équation de base de la mécanique quantique]. Dans la théorie des «univers parallèles» existeraient, le cas échéant, deux univers : l’un où le chat est vivant et l’autre où le chat est mort…

 

Des propriétés un rien différentes : vous n’existeriez pas

Il importe, pour notre croissance, de laisser émerger de façon tout à fait personnelle, sans avoir recours aux innombrables «prêt-à-penser » qui jalonnent notre route, il importe, oui, de laisser émerger une intuition de réponse face à la question qui ne manque pas de se poser, à un moment ou l’autre : l’évolution de l’univers est elle fortuite ? 

Cette magnifique odyssée d’un univers jalonné d’étapes de plus en plus précises serait-elle l’effet seulement du hasard ? Si certaines propriétés de l’univers avaient été un tout petit peu différentes, je ne serais pas là, écrivant cet article et il n’y aurait ni éditeur pour l’éditer, ni lecteur pour le lire, vu que l’être humain n’existerait tout simplement pas.

 

«L’omniprésent levainde la complexité croissante»

Sur des centaines de milliers d’années, après le Big Bang, des objets de plus en plus complexes sont apparus : la voie lactée et les planètes, les premières cellules de vie, le sexe, les organismes pluricellulaires, l’oxygène, puis les espèces avec les premiers poissons, les reptiles, les insectes, les plantes et les fleurs. Il y eut ensuite la catastrophe de la percussion de la Terre par un astéroïde géant, la disparition des dinosaures, l’apparition des primates, le singe, l’homme. 

Puis, de plus en plus complexe, le développement du cerveau… De paliers en paliers, l’évolution du vivant a eu lieu, comme poussée de l’intérieur par «l’omniprésent levain de la complexité croissante» dit Hubert Reeves. Cette poussée vers un «plus» de vie tire parti des hasards. Quoiqu’imprévisibles, les événements issus du hasard entrent dans une progression comme si le programme d’une complexité croissante était déjà là, en germe, au tout début de l’univers, ce qui fait dire au physicien F. Dyson : «L’univers savait quelque part que l’homme allait venir» [Les dérangeurs d’univers, Payot, 1987].

 

Espace intérieur et extérieur 

Alors, l’univers est-il un «hasard ou une nécessité» ? L’expression de Monod pèche par trop de dualisme. Et si la logique de l’univers ne se conjuguait pas en «ou», mais en «et» ? Et si on disait hasard ET nécessité ? Si on disait hasard ET nécessité, on se trouverait tout simplement dans une vision non-duelle des choses. Au même titre qu’une voie spirituelle, il peut y avoir une voie scientifique, pourvu qu’elle nous mène vers un changement. Cela peut être un élargissement du cadre de notre représentation de la réalité. 

Cela peut aussi être un changement de croyances et de vision.

Ainsi, dans la physique quantique, il existe à la fois une chose et son contraire [puisque l’électron est à la fois onde et particule]. Ce sont deux possibilités en apparence inconciliables : comment peut-on être à la fois une chose ET son contraire ? Il n’y a pas de comment. C’est comme cela. 

Une chose Et son contraire peuvent exister simultanément. Le Tao l’avait déjà admirablement énoncé. Mais

pour que cette vison soit rendue possible, et que le réel devienne un peu moins opaque, il est nécessaire que le regard reçoive le réel d’un autre niveau que celui où il se situe habituellement. 

images (6)Cet autre niveau fait le lien entre l’information «un électron est une onde» et l’information «un électron est une particule», il va au-delà d’une vision qui choisit l’une ou l’autre proposition. Nous ne sommes  évidemment pas habitués à ce type de vision qui demande de se déplacer intérieurement quelque part où les contradictions ne sont pas un problème… Où est donc ce quelque part ? L’espace, s’il est cosmique et extérieur, n’est pas moins vaste à l’intérieur. Quelquefois, l’être humain peut faire une expérience d’ouverture intérieure. 

Elle se produit lorsque tout s’ouvre de plus en plus profondément en lui, par exemple grâce à l’amour, la création, la méditation, la concentration dans un travail, la pratique d’un sport, ou de toute autre chose, pourvu que la personne soit unie à ce qu’elle fait, sent, ressent et pense. Cette expérience de l’espace intérieur a lieu lorsque le coeur, le corps, l’esprit font un et que la coupure entre le «je» et le monde s’abolit. Elle peut se produire parfois à la faveur d’un hasard : une feuille qui tombe, un caillou qui roule, une étoile filante, le reflet d’un rayon de soleil dans l’eau, un chien qui aboie… 

Il se peut alors que l’espace intérieur et extérieur soit non-séparé, et que l’un ou l’autre devienne soudainement, avec l’évidence d’un changement de point de vue radical : l’un EST l’autre… 

Marie-Andrée Delhamende

(1) reprise dans «Origines»

(2) Cfr Lynne Mc Taggart

(3) in «Conversations avec le Sphynx»,Albin Michel, 1991. 

LIVRES

- Lynne Mc Taggart, «Le Champ», Editions Ariane.

- Trinh Xuan thuan, «Origines», Folio Essais.

- Hubert Reeves, «Intimes convictions»,

Editions Paroles d’aube.

Publié dans Philosophie de la VIE, UNE TERRE D'ALLIANCE | Pas de Commentaires »

La nourriture Pranique

Posté par othoharmonie le 18 juillet 2014

 

Selon Henry Monfort, trente mille personnes dans le monde auraient cessé de prendre de la nourriture solide. Lui-même pratiquant, il nous livre son témoignage. Selon lui, il n’a pas arrêté de manger, il se nourrit autrement, nuance importante !

193x108-GmC

Comment vous est venue cette idée étrange de cesser de manger ?

Henri Montfort : Tout d’abord, détrompez-vous, je n’ai pas arrêté de manger. Il faut vous enlever cette croyance de la tête. On ne peut pas vivre sans manger. Je me nourris de prana. La nourriture pranique est une NOURRITURE, mais différente. Cela n’a rien à voir avec l’expérience du jeûne. Dans la nourriture pranique, on ne se prive de rien, car le prana est partout, c’est l’énergie universelle, illimitée.

J’ai commencé la nourriture pranique le 22 novembre 2002. Cela va faire plus de huit ans. Deux ans auparavant, c’est-à-dire en 2000, je pesais 120 kilos, je mangeais et buvais énormément. Un jour, après avoir grimpé un escalier, j’ai constaté qu’il me fallait dix minutes pour récupérer. Mon cœur battais à 160, ma respiration était haletante… Je me suis rendu compte que je ne pouvais pas continuer comme cela. J’ai essayé de perdre du poids grâce au jeûne et je suis descendu à 90 kilos.

SP : Vous vous êtes habitué petit à petit à ne pas manger, cela a dû être difficile au début ?

HM : Oui, surtout quand on a comme objectif de perdre du poids. Mais je sentais que je déployais une très grave problématique de santé. Je suis allé voir un ami à Lyon qui m’a proposé un livre, pensant qu’il m’intéresserait. C’était le livre de Jasmuheen « Vivre de Lumière« . Je l’ai lu dans la nuit, et le lendemain matin j’ai commencé la nourriture pranique. Depuis je n’ai jamais arrêté.

SP : Peut-on parler de déclic ?

HM : Tout à fait, une sorte de révélation. C’est ce que je raconte dans mon livre. Je suis chaman, et depuis que je suis tout petit, je vois le prana dans l’atmosphère, ces petites particules blanches qui se déplacent très vite. Je me suis dit que si l’on pouvait soigner avec le prana, il était évident que l’on pouvait aussi s’en nourrir.

SP : Vous n’aviez pas fait de préparation mentale ou psychique ?

HM : Non, c’était une évidence. Il est bien certain que, grâce aux jeûnes que j’avais faits pendant les deux années précédentes, mon corps s’était déjà bien nettoyé et que j’étais prêt à le faire.

SP : Se nourrir de prana est-il accessible à tout le monde ?

HM : Oui, c’est accessible à tous parce que c’est une technique. Il y a plusieurs phases dans la mise en place de ce changement de nourriture : la préparation, puis la phase d’installation du processus.

La phase de préparation doit se faire pendant un ou deux ans. Pendant cette période on travaille à réduire la quantité de nourriture que l’on absorbe et à en améliorer la qualité. On intercalera aussi de petits jeûnes d’un, deux ou trois jours pour voir comment le corps réagit. Ceci va participer à nettoyer notre corps aux niveaux physique, émotionnel, mental et spirituel. Lorsque ces quatre niveaux sont en harmonie, on peut commencer véritablement le processus qui dure 21 jours. Après cette période, on peut soit continuer la nourriture pranique, soit arrêter et reprendre l’alimentation solide, chacun peut décider.

SP : L’installation consiste, en fait, à donner au corps l’information qu’il va être alimenté autrement ?

HM : Tout à fait. « L’installation dure 21 jours – Vingt-et-un est un chiffre sacré. C’est aussi trois semaines, chacune correspond à un stade. La première semaine est axée sur le nettoyage du corps physique. Au cours de la deuxième semaine on va nettoyer plus en profondeur ce qu’on appelle les mémoires cellulaires. La troisième semaine est celle de l’installation elle-même c’est-à-dire le passage en mode pranique.

SP : Comment cela se passe-t-il ?

HM : On va utiliser ce que le corps connaît, c’es tà dire le système neuro-végétatif. En temps normal, lorsque vous avez faim, il se passe beaucoup de choses dans votre cors (sensation de vide, gargouillis, etc…) Nous allons associer ces moments à la nourriture pranique en nous aidant, au début de la visualisation.

SP : Quels sont les principaux critères pour différencier le jeûne de la nourriture pranique ?

HM : Il y a trois critères absolus à surveiller :

  1. Le poids. Lorsque l’on jeûne, on perd du poids et on arrive à un poids limite qu’il  ne faut pas dépasser. Au-dessous de ce seuil, même si on remange le corps ne peut plus récupérer. C’est ce qui arrive pour les gens qui meurent de faim, même si on leur redonne à manger, ils ne peuvent pas remonter. Avec la nourriture pranique, la perte de poids s’arrêt, le poids se stabilise. 
  1. L’énergie. Au cours d’un jeûne, on perd son énergie, au bout de 45 jours on a des vertige s, on e peut plus tenir debout. Avec la nourriture pranique, on a de l’énergie à ne plus savoir qu’en faire, on est branché sur l’énergie universelle, on peut conduire, marcher, courir pendant des heures.  
  1. Le sommeil. Pendant un jeûne on dort toute la journée, avec la nourriture pranique les besoins de sommeil sont réduits de moitié.

 

SP : A votre avis, qu’est-ce qui nous attache tant à l’alimentation solide ?

HM : Ce sont des mémoires cellulaires, des blocages physiques et émotionnels. Certaines personne sont un rapport vicié avec la nourriture ; au lieu de manger pour se nourrir par exemple, elles mangent pour se remplir, combler des manques. Il faut être ouvert à l’éventualité que tout est possible, il faut avoir une confiance absolue. Il ya des blocages spirituels aussi : son on n’écoute pas son intuition, et que l’on met en œuvre une volonté égotique, on se heurte à des notions de défi. C’est alors voué à l’échec…

PS : Cette méthode peut-elle être utilisée pour les personnes qui meurent de faim ?

HM : Je ne le pense pas.. ; de toute façon, il faudrait qu’elles ne soient pas descendues au-delà du poids limite. Je ne pense pas qu’elles soient dans des conditions qui permettent de passer à la nourriture pranique.

Je crois plus à ce que mes cellules vivent au quotidien au niveau du champ quantique unifié pour transmettre, interpeller les gens, faire exploser leur cadres mentaux… Lorsque l’on sait que nous n’utilisons que 20 % de notre potentiel, comment peut-on dire que quelque chose est impossible ?

SP : N’est-ce pas difficile à vivre au niveau social ?

HM : Personnellement, pas du tout. C’et un processus intime et privé qui ne regarde que la personne concernée. Elle doit affirmer sn pouvoir personnel, sinon cela signifie qu’elle a d’autres maîtres qu’elle-même. Tant qu’elle est tributaire de ce que les autres pensent, elle ne peut pas réussir. Si vous êtes en unité avec tout ce qui existe, cela ne pose pas de problème.

J’ai fini le processus au moment du réveillon. J’ai assisté aux festivités en expliquant ce que je faisais sans honte, sans peur et cela s’est très bien passé. Cela ne me dérange pas d’être en compagnie de gens qui mangent, je vais au restaurant avec les autres, je fais à manger pour mes enfants. En préparant la nourriture, on peut y mettre du prana et élever son niveau vibratoire.

SP : N’estes-vous jamais tenté de manger ?

HM : Il n’y a plus de tentation. On est nourri, on ne peut pas être plus nourri. Il n’y a pas de manque….

SP : Lorsqu’on pratique la nourriture pranique, peut-on continuer à faire du sport ?

HM : Non seulement on peut faire du sport, mais puisque l’on est branché sur l’énergie universelle, on a beaucoup plus d’énergie. Vous pouvez visionner plusieurs vidéos sur You Tube concernant Jericho Sunfire, un ancien joueur de rugby. 41wlpw9cJ-L._SY300_Celui-ci déclare qu’l a d’abord vécu dix ans en se nourrissant de fruits, puis il a cessé complètement de s’alimenter. Il enseigne aujourd’hui l’éducation physique et n’a rien perdu de ses muscles.

 

Conseil de lecture : La nourriture Pranique de Henri Monfort 

Publié dans APPRENDS-MOI, AUTEURS A CONNAITRE, Expériences | Pas de Commentaires »

La tentation du déni

Posté par othoharmonie le 18 mai 2014

 

 

images (13)Nous nous trouvons dans l’ashram interreligieux de Pipal Tree, à vingt kilomètres de Bangalore, triomphante cité informatique de l’Inde du XXIe siècle. Quelques semaines avant la conférence écologique mondiale Rio + 20 qui doit s’ouvrir le 20 juin sur le thème de « l’économie verte », une centaine d’experts et de militants sont venus du monde entier échanger leurs visions, à l’invitation de l’association Fireflies présidée par le journaliste indien Siddhartha, et des Dialogues en humanité * animés par le philosophe français Patrick Viveret et par Geneviève Ancel, chargée du développement durable à la mairie de Lyon. Il y a là des Australiens, des Népalais, des Italiens, des Sri-Lankais, des Suisses, des Américains… Les trois délégations les plus importantes sont indienne, française et brésilienne, et leurs chiffres convergent vers ce que tout le monde redoute : nous nous dirigerions vers l’hypothèse « forte » du réchauffement global. Commentaire du biochimiste brésilien Emerson Sales (lire l’encadré ci-contre) : « Nous savons que la capacité d’autorégulation de la biosphère s’est enrayée en 1984, du fait des activités humaines. Treize ans après, à Kyoto, les Etats s’étaient engagés à faire baisser leurs émissions de CO2 de 5 % d’ici 2020. Ils n’y parviendront pas alors qu’il faudrait faire passer ce chiffre à 85 % d’ici 2050 ! Préparons-nous donc au pire. » 

Toute l’humanité est concernée, mais à court terme, les premiers à souffrir, ou à mourir, seront évidemment les plus défavorisés. Le problème est si énorme que le déni est une forte tentation. Le très pince-sans-rire John Clammer, chargé d’explorer les effets culturels du chaos climatique pour l’Institut de la soutenabilité et de la paix de l’université des Nations unies, nous invite à lire « Effondrements », de Jared Diamond (Folio, 2009). Ce biologiste évolutionniste américain a plongé dans l’histoire pour comprendre comment des sociétés humaines avaient déjà pu « décider de disparaître ». Comment ? Dans une inhibition fébrile, face aux dangers qu’elles voyaient pourtant arriver de loin…

 Pays du sud et durs à cuire 

La fresque est sombre. Qu’est-ce qui explique alors que je sois revenu de ces Dialogues de Bangalore plutôt regonflé d’espoir ? Trois raisons. La première est la confirmation d’une incroyable floraison d’initiatives locales, écologiquement intelligentes, que prennent les sociétés civiles, dans le monde entier, parfois au sein de populations très défavorisées. Comme les participants aux forums sociaux mondiaux depuis 2001, ceux des Dialogues voient là un « localisme » dont la force contrebalancerait celle de la mondialisation capitaliste (lire p. 68). Que ce phénomène se produise surtout dans les pays du Sud change la donne planétaire.

La seconde raison d’espérer est que les acteurs de ces initiatives sont plutôt des durs à cuire – beaucoup d’ex-révolutionnaires marxistes – qui ont traversé de nombreuses épreuves et désillusions et parlent aujourd’hui à partir, non pas de projets, mais de dix, vingt, trente ans de pratique, souvent réussie. 

Quant à la troisième raison, elle aurait plu aux prophètes visionnaires de l’écologie, de Henry D. Thoreau à Ivan Illich, d’Elisée Reclus à Rachel Carson, de Gandhi à Ernst Schumacher : bien que venus d’horizons philosophiques variés, la quasi-totalité des participants à ces Dialogues affirme que le cœur de la crise n’est ni écologique, ni économique, ni politique, mais spirituel. Ce sont nos valeurs profondes qui sont en jeu, nos raisons et façons de vivre. Dire que la terre est sacrée n’est pas une parole en l’air. Sans elle, nous n’existerions pas. Cela implique de notre part une conversion de vie radicale que, pour la plupart, nous n’avons pas encore accomplie – dans le sens d’une plus grande frugalité, cela va de soi. Et donc de plus de temps de vivre, de plaisir, de solidarité, de joie. 

* La suite, du 6 au 8 juillet, à Lyon : www.dialoguesenhumanite.org

 

Publié dans APPRENDS-MOI | Pas de Commentaires »

la 12ème prophétie avec James Redfield

Posté par othoharmonie le 6 mai 2014

 

 

« Nous ne nous dirigeons pas vers la fin du monde, mais bien vers le début d’une nouvelle étape c’est-à-dire l’émergence d’une conscience plus grande alors que de plus en plus de gens intègrent dans leur vie les valeurs telles que l’authenticité et l’intégrité. Il s’agit d’un mouvement global qui se produit actuellement sur la planète, de façon quotidienne. C’est le début de la vie spirituelle dont nous parlons depuis plus d’une centaine d’années. » 

James Redfield Interview par Gilles Bédard, 

téléchargement (2)La 12e prophétie de James Redfield est le dernier d’une série de livres parus depuis 1994. Tout a commencé avec La Prophétie des Andes, pour ensuite se poursuivre avec La 10e prophétie, puis Le secret de Shambhala  la 11e prophétie et nous voilà maintenant à la douzième prophétie, où nous sont présentées les différentes étapes du développement de la conscience humaine. 

En d’autres mots, nous voilà rendus aux portes de la douzième étape, ce chiffre représentant la finalité, la complétude. En terme d’évolution, selon James Redfield, c’est ce que les Mayas nous indiquaient dans leur calendrier. Nous arrivons à la fin d’une étape et à l’aube d’une autre. 

Mais comment bien comprendre d’où nous venons et surtout comment relever avec brio le défi qui nous est maintenant présenté? C’est avec un immense plaisir que j’ai à nouveau rencontré James Redfield pour en discuter avec lui. Je vous invite donc à entrer avec nous dans l’avènement d’un nouveau monde…

À la lumière des évènements du printemps arabe survenu en 2011, comment voyez-vous les changements qui se produisent dans la société depuis quelque temps?
Nous vivons l’émergence d’une nouvelle conscience. Le printemps arabe n’est pas nécessairement spirituel, mais plutôt une révolte sociale, une nouvelle force commune, un grand désir de créer un monde meilleur et de dénoncer la corruption qu’on retrouve partout! Ce mouvement était prévisible. Les Mayas avaient aussi prédit, à la date près, l’émergence de cette nouvelle conscience sur la planète. Ainsi, les enjeux du printemps arabe nous invitent à réfléchir sur la façon dont nous pouvons affecter le monde autour de nous de façon positive.

Comme vous le constatez, tous ces mouvements populaires sont souvent matés par les forces religieuses ou militaires. Une des leçons du printemps arabe nous apprend que pour que surgissent de véritables changements, nous devons être alignés avec les lois de l’univers spirituel. Nous devons agir avec une intégrité absolue. Ce retour à l’intégrité doit soutenir tous les mouvements de réforme. Les gens sont aujourd’hui plus ouverts à parler de leur spiritualité non plus comme une idéologie, mais plutôt comme une évidence. Nous assistons à l’émergence d’une nouvelle conscience plus ancrée et plus responsable.

Comment percevez-vous l’évolution des gens depuis la toute première parution de la Prophétie des Andes?
Je crois que mon premier livre parlait de la réalité et des évidences du monde spirituel dans lequel nous vivons. Il affirmait que nous pouvions les observer principalement à travers les coïncidences, mystérieuses parfois, qui se produisent dans notre vie, et aussi par le biais de nos intuitions qui se développent au fur et à mesure que nous devenons plus conscients. Ainsi, nous découvrons un sens plus profond à notre vie, la sensation de trouver notre mission sur Terre. Ce livre nous a donc ouvert à l’idée qu’il était possible de croire à une conscience spirituelle. 

La Prophétie des Andes était ma première tentative pour décrire ce processus d’éveil à cette conscience. Évidemment, à travers la série de livres, nous sommes partis d’une compréhension intellectuelle de cet univers spirituel et aujourd’hui nous vivons l’intégration de cette réalité dans notre vie de tous les jours. Ainsi, on peut maintenant la mettre en pratique et en tirer tous les bénéfices non seulement pour nous, mais aussi pour les gens qui nous entourent. C’est cette clarté de pensée et d’action que nous découvrons et activons toujours plus dans notre vie.

Qu’est-ce que nous savons aujourd’hui que nous ne savions pas avant?

L’ingrédient manquant était de nous assurer de toujours être dans la Vérité absolue, que chacun de nos gestes, chaque parole, en soit le reflet. Je crois que la Vérité active les synchronicités. L’intention va vous attirer quelques synchronicités; la prière va vous attirer quelques synchronicités, mais jusqu’à ce que l’assise de votre vie ne soit que Vérité et transparence, vous ne serez jamais suffisamment centrés pour entendre toutes vos intuitions, agir sur elles, reconnaître les synchronicités et les interpréter avec justesse. On doit être centré dans notre Vérité et être prêt à voir évoluer cette Vérité dans nos échanges avec les autres de façon toujours plus consciente. Ça, c’est le courant de la Vie!

Comment voyez-vous l’intégration de cette nouvelle conscience dans nos vies?
La première étape de l’intégration est de comprendre réellement que la synchronicité existe et que l’attention que nous lui accordons, notre capacité de nous mettre en résonance avec cette énergie, détermine la fréquence et l’intensité avec laquelle elle se produit dans notre vie. Nous devons cultiver cette présence, réaffirmer quotidiennement notre intention d’être attentif à ces synchronicités. L’intégration complète facilite leurs manifestations quotidiennes. Vous ne pouvez pas intégrer pleinement une conscience spirituelle sans faire ces exercices d’intention. Ainsi, plus nous nous ouvrons à cette réalité des synchronicités, plus nous apprenons à développer une nouvelle vision du monde.

Nous devons aussi comprendre que ces synchronicités coulent en nous selon notre compréhension du karma, qu’il soit « bon » ou « mauvais ». Le karma n’est pas quelque chose qui nous vient d’une vie précédente et que nous traînons tel un boulet. Le karma, c’est la loi de cause à effet que nous vivons dans notre vie, ici et maintenant. C’est essentiellement nos pensées et nos actions qui déterminent le genre de personnes et d’évènements que nous attirons dans notre vie. Nous créons notre réalité en récoltant ce que nous avons semé.

Personnellement, avez-vous vécu une « percée » ou si votre intégration s’est faite au fil des années?
Toutes les synchronicités sont venues à moi, au fil des ans, sans que je les aie planifiées. Le fait d’être en lien avec tous ces évènements a fait en sorte que j’ai développé une attention et une conscience accrue qui n’a pu faire autrement que de me téléchargement (3)transformer, de me placer directement dans le courant de la Vie, de la créativité! Telle est l’émergence de cette nouvelle conscience à laquelle nous sommes tous invités. Nous pouvons, ensemble, participer à l’éclosion des valeurs essentielles que sont l’intégrité, l’honnêteté, l’authenticité, la compassion afin de faire de notre planète un véritable paradis!

Intégrale de cet article dans le DOSSIER de la parution actuellement en kiosque http://www.magazinevivre.com.

Publié dans Prophétie Des Andes | Pas de Commentaires »

La Foi Qui Déplace Les Montagnes

Posté par othoharmonie le 12 avril 2014

images (15)

 



 « Toutes les pensées qui sont implantées volontairement dans le subconscient doivent passer par l’imagination et être valorisées par la foi pour être transformées en leur équivalent physique ».  - Napoléon Hill


 En tout connaissance de cause! La foi est confiance, conviction et certitude. La foi n’est pas aveugle, car cela implique un doute, une méfiance. Si l’on ne croit pas à quelque chose  — on ne peut y penser et encore moins la réaliser.

La foi n’est pas quelque chose que l’on a, ou pas. La foi doit être véritable – c’est-à-dire, qu’elle doit être basé sur l’exactitude et sur la compréhension totale de ce que l’on croit pour vrai.

La foi implique la sincérité et l’honnêteté. ‘’La foi déplace les montagnes’’, car elle est une certitude que ce que l’on pense et croit – peut et va se réaliser, avec les bonnes méthodes et les bons outils pour concrétiser ce que l’on veut.

Croire c’est voir – en ce sens, que voir, c’est d’être conscient de sa possibilité comme dans l’expression : ‘’Je vois ce que tu veux dire’’. L’on voit mentalement – on comprend, on saisit le sens.

La foi n’est qu’un mot qui dénote un sens de véracité. Cela doit être vrai. Pour être vrai cela doit être vérifié et prouvé. Il doit y avoir une ‘’cause’’ et une ‘’conséquence’’. On reconnait la véracité par les bons fruits que cela apporte. Ces fruits doivent être d’ordre spirituel et matériel.

Seulement croire pour croire – est vide de sens. C’est une coquille vide. Il faut croire, car cela est une certitude, un fait, une loi de la nature physique et de la nature psychique.

La foi c’est être fidèle à ses convictions. C’est penser et agir. C’est de démontrer dans notre vie que ‘’l’on fait ce que l’on dit’’. Je vous déclare, foi d’honnête homme que cela est véridique.

Il faut déchiffrer ce que l’on croit pour vrai, pour être sur, que cela est véridique. Cela implique de l’humilité et une grande ouverture d’esprit.

Il faut certifier notre foi. La certification se fait dans son authenticité, dans sa véracité, dans un acte de ‘’foi’’, de confiance, de certitude.

On dit de la foi que cela est un ‘’sentiment’’ que la foi n’est pas le fruit d’une vigueur intellectuelle ou encore de la raison. Quelle grave erreur, qu’elle interprétation. La foi véritable se doit d’être le fruit de l’esprit mental et du corps émotionnel.

Le sentiment suit ce que l’on croit pour vrai. On ne peut ressentir sans cause. Tout ce que l’on pense ou croit implique un sentiment, une émotion a divers degré bien sur. Tout fonctionne dans la dualité – en duo. On pense et ressent en même temps.

Ce genre de raisonnement est ce qui tue la vraie foi. La foi n’est qu’un mot que l’on interprète a sa guise. Il est donc important d’en comprendre le vrai sens caché et d’en découvrir la source. L’origine dut mot foi veut dire : ‘’faire confiance’’. Comme dans fidélité.

Pour faire confiance à quelqu’un – il faut le connaitre. Pour faire confiance ou croire à quelque chose – il faut avoir la connaissance et la certitude que cela est vrai.

Je ne vois pas le vent, mais je vois ses effets, je ne vois pas l’esprit en toute chose mais je vois ses causes et ses effets.

La foi dite religieuse est bien ‘’de croire, à ce que l’on ne voit pas’’, mais ne pas voir avec ses yeux, ne veut pas dire, ne pas voir dans son esprit.

On ne voit pas les ondes radios et pourtant on sait qu’ils existent. On ne voit pas l’électricité dans les murs et pourtant on voit son effet. On ne voit pas la source énergétique de cet univers, mais on sait qu’elle est la. On ne voit pas les atomes qui composent chaque cellule de notre corps, mais on sait qu’ils existent.  On sait, car on connait, on comprend la ‘’source’’ et ses ‘’effets’’.

Je crois, car je connais. Je connais, donc je fais confiance. Je fais confiance, car j’ai la certitude, la conviction, l’expérimentation exacte de ma croyance. Et ma croyance est le fruit de ma pensée fusionné dans mon ressenti.

Copyright © 2011 – 2012  Tout Droits Réservés Dans Tous Les Pays

P.S. Vous pouvez copier ou distribuer ce texte en autant que vous citez l’auteur et mettez un lien vers cette page. 
Lien : Messager Spirituel – La Foi Qui Déplace Les Montagnes

Publié dans Nouvelle TERRE | Pas de Commentaires »

La numérologie et la signification des chiffres dans les rêves

Posté par othoharmonie le 27 mars 2014

 

téléchargement (4)Les numéros dans les rêves ont la même signification et les explications qui sont données par la numérologie. Mais, selon ceux qui rêvent, leur interprétation peut être très personnelle, que ce soit en matière de finances, les dates importantes et ou leurs événements. Il n’y a pas d’interprétation universelle des chiffres qui ont le même sens pour le rêve de chaque personne, mais celui qui rêve doit d’abord déterminer quels numéros sont importantes pour lui dans la vie privée, et si possible de se livrer à une analyse peu plus du nombre. Mais la numérologie dans ce cas, fournit des renseignements généraux pour l’analyse des nombres dans les rêves de sa science ésotérique d’importance, et interprétées conformément à la vie personnelle et des caractéristiques dont chaque homme porte en lui.

Les chiffres

NUMÉRO 1:
Il vous apporte de la satisfaction personnelle. Signifie aussi la nécessitée pour le développement individuel et la créativité. Signifie une chiffre mâle et symbolise le principe mâle.

NUMÉRO 2:
Symbolise la résolution  d’un long et difficile problèmes. C’est un symbole de la femme et le dualisme. Symbolise un développement psychologique.

NUMÉRO 3:
Ce nombre représente une tâche ou une conférence. Signifie la manque de confiance et de courage, concernant la vie professionnelle.

NUMÉRO 4:
Indique la limite de la vie par des actions et des pensées. Peut être représentée par une chambre avec quatre murs, ce qui signifie la limitation.

NUMÉRO 5:
Ce numéro mâle est associée avec les cinq sens humains, la sexualité et la sensualité. À travers les rêves peut être un signe de la grande aventure.

NUMERO 6:
Ce numéro féminin est associée avec le foi en amour, le pardon et la compassion.

NUMÉRO 7:
Le nombre sacré de la chrétienté et le judaïsme, c’est un signe de la spiritualité. Celui qui rêve du nombre sept cela signifie qui a le destin dans ses mains.

NUMÉRO 8:
Le symbole de l’équilibre parfait, parce que dans une position horizontale correspond au signe de l’infini. Dans les rêves, il symbolise la solution du problème.

NUMÉRO 9:
Il est estimé que ce nombre est très rare dans les rêves. Toute personne qui rêve de ce numéro, signifie qu’il a des capacités extraordinaires dans la forme de l’intuition ou exprimé une vision forte. En tant que tel, en suivant le chemin spirituel et sont conscients des leçons de vie importantes.

NUMÉRO 11:
Similaire au nombre neuf, représente la vision, l’illumination, et la capacité de réalisation. Le symbole est une vision créatrice qui ce réalise.

NUMÉRO 22:
Indique la force mentale et la connaissance. Représente aussi pratique et l’orientation pour atteindre les objectifs.

 http://eloviawp-live.nth.ch/

Publié dans Rêves | Pas de Commentaires »

L’héritage spirituel d’Arouna Lipschitz

Posté par othoharmonie le 20 décembre 2013

 

            Mon héritage…

logoPour Arouna Lipschitz l’Holocauste marque notre héritage du sceau de l’impensable, elle montre aussi que l’éveil de la conscience poursuit sans relâche sa courbe ascendante. Propos recueillis lors du symposium Quel héritage spirituel pour le XXIe siècle.

 

La, il y a eu une bascule dans l’impensable. Non pas un crime contre un homme, un pays, un peuple, mais contre l’humanité, contre l’humain dans l’homme. En ce sens, nous sommes tous personnellement concernés par l’holocauste. Pour moi, il n’y a pas d’autre sens à chercher à l’holocauste que l’insensé absolu qu’il a révélé et l’atroce qu’il a engrammé dans nos cellules. Le karma ou la quête de sens ont souvent bon dos pour éviter d’être affecté ou concerné, ici et maintenant, par le mal et la souffrance des autres. Pour ce qui est de la part karmique de cet événement, laissons là donc à la justice divine. Et nous, si en tant qu’humain responsable, nous voulons transformer ce triste élément de notre héritage du XXe siècle, il nous faut avoir le courage de prendre acte de ce noir absolu qui n’a rien à voir avec la part d’ombre qu’on amène chez son psy. Cette énergie fait aujourd’hui partir de nos gènes spirituels. Il faut en prendre conscience si nous ne voulons pas que cela devienne le refoulé de l’inconscient collectif du prochain millénaire. Le bilan du siècle commence donc, pour moi, avec la question : comment entrer dans le XXIe siècle avec des cellules engrammées par l’atroce à un point tel que nous avons perdu la capacité de nous étonner devant les horreurs quotidiennes qui nous entourent encore : l’Afrique qui se meurt du sida, le Rwanda, le Kossovo, et à l’heure même ou nous parlons, Grozny ?

Il y a un vieil aphorisme spirituel qui dit que « Dieu plante le remède à côté du poison. » Le remède se trouve donc probablement dans les autres éléments de l’héritage du XXe. Siècle : la révolution féministe, psychanalytique et spirituelle.

Différents héritages

Depuis Freud, Jung et compagnie, l’héritage psychanalytique a été une grande opportunité pour mieux se connaître, mieux comprendre ses blessures narcissiques et analyser ses traumatismes psychologiques personnels. Le développement personnel a quasiment envahi toutes les couches de la population, mais dans tout ce travail intérieur, l’approche de l’autre s’est un peu perdue dans une inflation individualiste. Si ce travail psy. ne débouche pas sur notre responsabilité pour autrui, nous aurons accompli bien peu de choses avec élément psy. de notre héritage.

Venu de l’Orient : le yoga, la sagesse de l’Inde ont envahi l’Occident dans les années 70. L’éveil à la conscience non-duelle, l’illumination, via l’extase, la méditation, et l’ascèse a bouleversé notre rapport au monde et a bousculé quelque peu la psychanalyse, en nous faisant découvrir que nous avions non seulement un inconscient mais une super conscience, – une conscience des choses célestes. Et qu’en plus de nos cinq sens, il existait des sens spirituels prêts à s’éveiller. Bref, que nous n’étions pas limité à notre moi souffrant, mais que notre véritable identité est celle d’un moi souverain. Honorer cet héritage d’éveil de la conscience introduite en Occident par l’Inde et le bouddhisme, c’est s’appuyer sur lui pour aller vers les autres.

Nous passons d’un millénaire marque par le 1, c’est-à-dire par l’émergence de l’individualisme, pour le meilleur et pour le pire, au chiffre 2. Gilberte disait qu’un des messages astrologiques du XXIe siècle est la nécessite d’éveil d’une conscience collective, de ce qu’elle appelle la grande famille. Nous entrons dans l’ère dite du Verseau, eh ! bien, la grande famille, cela commence à 2, c’est-à-dire dans le couple. Et qui dit couple parle de la relation amoureuse, de l’amitié, des relation avec ses proches, ses frères et sœurs, globalement de la compétence à s’approcher de l’autre.

Une troisième voie

Pour moi le grand challenge spirituel du XXe siècle est la poursuite de la quête de la conscience non-duelle dans la dualité. Cela oblige à inventer une nouvelle mathématique spirituelle pour additionner deux plus un. Quelqu’un comme Yvan Amar, et je voudrais au passage dire qu’il manque dans un débat comme celui-là, a été jusqu’au bout de sa vie pour explorer ce défi de vivre la non-dualité dans le quotidien de la matière et de la relation. C’est aussi l’honorer que de poursuivre, ce que j’appelle, la troisième voie, une voie spirituelle dans laquelle deux ne sera plus égale à un, mais à trois : moi, le divin…. et l’autre. Ce qui revient à dire que tout en communiant avec le Tout pour devenir une présence d’esprit pour la terre, il s’agira de tenir compte de l’autre bien concrètement. C’est l’apprentissage conscient d’un penser a l’autre fraternel qui nous permettra de devenir des spiritualistes naturels, des gens biens tout simplement, très mangeables dans la société moderne, et que personne n’aura envie de manger justement.

De toutes les façons, très bientôt, grâce a la science, on comprendra qu’il n’y a rien de plus naturel que la spiritualité. « Les prophètes de demain seront les scientifiques » dit Bahram Elahi, un sage Iranien. Le troisième millénaire sera, j’en suis sûre, celui d’un dialogue entre science et spiritualité, qui éclairera la connaissance ésotérique, la rendra exotérique. La dimension spirituelle de l’homme s’en trouvera alors reconnue plus facilement comme sa nature même. A partir de la, le boulot consistera à établir une science des rencontres, de l’échange, car demain, c’est dans le relationnel que se vérifiera notre développement personnel, aussi bien que notre évolution. Et là, je crois qu’on a encore beaucoup à apprendre pour manifester nos éveils de conscience dans le corps-à-corps, le face-à-face et le tête-à-tête.

L’éthique

Pour moi, le maillon manquant entre le travail sur soi et la transformation de la cellule engrammée par l’holocauste est l’éveil du sens fraternel. La fraternité est la condition de survie de l’humanité. Le maillon manquant entre le spirituel et le monde, entre le monde et un RMI de dignité humaine. C’est l’éthique, non seulement comme la compréhension de nos droits et devoirs, mais aussi comme un nouvel éveil de conscience, une « secousse qui ordonne à dire le bien. » (Levinas). Sur la route de cet éveil qui caractérisera une « spiritualité naturelle », pour reprendre le concept de Bahram Elahi, l’exercice de valeurs qui peuvent éveiller la « pulsion du bien » (Marek Halter) est un solide bâton de pèlerin. Mais en dernière analyse je tiens à souligner que sans un nouveau rapport à la femme, toute parole du bien restera lettre morte ou fausse.

L’héritage féministe

Si éveil de la conscience aux jeux de l’inconscient, – notre part d’ombre –, et à notre identité spirituelle, – notre part lumineuse –, est le double cadeau psychanalytique et la spiritualiste offert par le XXe siècle au troisième millénaire, ils ne seront efficaces comme remède a l’atrocité qu’à la condition d’avoir transformé notre rapport a la femme. Il ne suffit pas de travailler sur soi en « psy ». – développement personnel etc. Ou en « spi ». – retraites dans le désert, méditations etc. Il faut confronter, à tout instant, le gène de persécuteur et de victime en nous. Et le rapport a la femme, que ce soit dans la relation homme-femme ou de manière plus générale, dans notre relation au féminin, en est un indicateur privilégie, dans la mesure où la femme reste encore le lieu ou la haine et la peur, l’humiliation, l’offense fondamentale faite à la différence, à l’étranger se vit au quotidien. Sans un respect minimum, voire une reconnaissance fondamentale de la femme, nous maintenons le risque d’un retour du refoulé holocaustique dans notre rapport personnel à autrui.

Publié dans Chemin spirituel, En 2012-2013 et après 2016, SPIRITUALITE c'est quoi ? | Pas de Commentaires »

Le Viol d’Europe ou le féminin bafoué

Posté par othoharmonie le 8 juillet 2013

 

Aux fondements de la culture européenne : un déséquilibre masculin/féminin.

par Françoise Gange

Le Viol d’Europe ou le féminin bafoué dans AUTEURS A CONNAITRE livre1Le mythe d’Europe est, comme tous les grands mythes fondateurs, constitué par la superposition de deux strates reflétant les deux cultures qui se sont universellement succédées : l’antique culture de la Grande Mère et de son consort symbolisé sous les traits du grand Taureau fécondant, puis celle du Dieu Père qui est venue la supplanter par les armes (premières guerres de l’histoire) en se présentant comme le Commencement. Ce mythe d’Europe n’a été lu jusqu’ici que dans sa dernière strate, la plus récente, qui exprime la perspective grecque patriarcale ; la première strate ou strate originelle, concernant la culture de la Déesse, ayant été effacée.

C’est ainsi que le cœur du mythe, à savoir les tribulations d’Europe enlevée sur le rivage de Tyr et violée par Zeus en Crète où il l’a emmenée, s’avère mettre en scène, originellement, non pas la plaisante « histoire d’amour » que l’on a présentée traditionnellement, mais la grande révolution historique qu’a connue l’humanité aux âges du Bronze : d’une culture du féminin sacralisé dans la « première Histoire », l’humanité est passée à la culture du féminin déchu et livré à l’homme, devenu le guerrier conquérant de cette « deuxième histoire » qui est encore la nôtre.

Le « dépoussiérage » de ce mythe permet de saisir les causes de la violence contemporaine, issue de la désacralisation conjointe du féminin de l’humain et de la Nature, intervenue voici plus ou moins 5000 ans, c’est-à-dire hier au regard d’une aventure humaine vieille peu ou prou de 2 millions d’années. Si, abandonnant l’optique patriarcale univoque, on perçoit le viol d’Europe comme l’équivalent de la chute de l’Ame, et le triomphe de Zeus comme le triomphe de la Matière et de la force brute, on est alors à même de comprendre l’essence des sociétés modernes où l’équilibre féminin/masculin a été détruit et où la violence est allée de pair avec un matérialisme porteur de mort. Une trilogie d’exploration de la culture universelle

« Jésus et les Femmes » « Avant les Dieux, la Mère Universelle » « Le Viol d’Europe ou le féminin bafoué » forment une œuvre de redécouverte de la culture néolithique qui a précédé l’émergence de l’ordre patriarcal. Cette trilogie qui commence en Mésopotamie, sur le territoire de Sumer (correspondant en gros à l’Irak contemporain) d’où sont originaires les mythes les plus anciens déchiffrés à ce jour, pour se poursuivre en Grèce, en Egypte, au Moyen Orient, en Inde, sans oublier l’Europe. On y découvre que la culture patriarcale conquérante, c’est-à-dire guerrière, étayée sur les valeurs matérielles d’extension des territoires, d’accumulation des biens et de compétitivité, n’a pas toujours existé mais qu’elle est au contraire récente au regard de la longue culture qui l’a universellement précédée, organisée autour de la notion de divin féminin, et qu’elle a fini par submerger après une suite de revers.

Il est traditionnel de présenter cette culture patriarcale, dernière en date, comme la seule digne d’attention car elle représenterait le « progrès » accompli sur des temps antérieurs de « chaos ». Ce que révèlent ces trois livres, c’est que bien au contraire, l’émergence de l’ordre patriarcal conquérant, venu s’installer militairement (premières guerres de l’histoire) par-dessus la culture structurée autour de la Grande Déesse, Mère divine universelle, s’est accompagnée, dans toutes les zones géographiques confondues, de temps de chaos guerrier, véritable régression culturelle à différents niveaux. Les mythes de Sumer témoignent du fait que cette « première culture », aux temps du divin féminin, loin de limiter les actions et comportements humains à la seule matérialité, évoluait dans un monde symbolique qui prenait en compte la dimension spirituelle de l’humain et du monde. On découvre que l’amour, envisagé comme l’union entre les deux grands principes féminin et masculin, était sacralisé comme l’étaient aussi les arts -chants, danses, musique, représentations symboliques dessinées ou sculptées…- qui tenaient une place d’importance dans la vie sociale. On y apprend pourquoi et comment la culture guerrière postérieure, qui est toujours la nôtre et qui a démonisé le féminin et chassé le spirituel (l’être et l’âme) de ses préoccupations, pour se consacrer au monde matériel de l’avoir, a progressivement réussi, presque partout, à effacer cette « première culture » ou culture du féminin divin, en se faisant alors passer pour le Commencement.

Cette trilogie met en lumière le fait révolutionnaire que tous les grands mythes fondateurs universels, premiers écrits organisés que nous a laissés l’humanité, loin de n’être que des œuvres de pure imagination comme on l’a cru trop souvent, représentent en réalité la voie royale vers la totalité de notre Histoire, totalité de notre mémoire, car ils restituent dans leurs strates originelles non aperçues jusqu’ici, l’histoire des temps anciens enfouis, c’est à dire cette culture de la Déesse, dont l’histoire « officielle » désireuse de promouvoir la culture patriarcale conquérante, a effacé la trace. On découvre ainsi que le mythe n’est pas synonyme de « fable », mais qu’il se révèle au contraire comme l’ultime gardien de notre première histoire enfouie, histoire à laquelle la culture patriarcale s’avère avoir fait tant d’emprunts… elle qui se présentait comme seul vecteur de « civilisation ».

Dernière découverte d’importance : ces trois livres mettent en lumière le fait que l’œuvre de démonisation et d’occultation du rôle historique du « Grand féminin » <-féminin divinisé qui constituait le pivot de la culture au néolithique- entreprise par les premières religions patriarcales, a été reprise et parachevée par la religion du Dieu biblique, premier Dieu sans parèdre féminine de toute l’histoire ; puis par le judéo-christianisme qui a fait dégénérer le message du Jésus de la gnose, message dont le cœur était la réhabilitation du féminin démonisé, dans un but de réconciliation de l’humain avec ses deux moitiés, féminine masculine.

Françoise Gange, philosophe et ethno-sociologue, se consacre depuis un quart de siècle à l’exploration des mythes, faisant ressortir leur rapport étroit avec l’histoire vécue par l’humanité. Elle a publié autour de ce thème divers essais et romans, et participé à des œuvres collectives. Par ce nouveau livre intitulé Le Viol d’Europe ou le féminin bafoué, elle poursuit l’œuvre de découverte ou plus exactement de désoccultation, de notre première mémoire, première culture, des temps où le divin était féminin, commencée avec Avant les Dieux, la mère universelle et Jésus et les Femmes. Aux Editions Alphée.

A lire : le viol d’Europe ou le féminin bafoué. Françoise Gange. Editions Alphée. 

 

Publié dans AUTEURS A CONNAITRE, LECTURES Inspirantes, LIVRES de Travail | Pas de Commentaires »

Le processus de l’évolution

Posté par othoharmonie le 23 mars 2013

Le processus de l’évolution

Dépliants « online » de The Rosicrucian Fellowship


 Le processus de l'évolution dans APPRENDS-MOI forerie-dindret-44-225x300  Le savoir appliqué est le salut de l’ignorance. Même le plus savant parmi nous a beaucoup à apprendre, et nul n’a jamais atteint la perfection jusqu’à présent, et on ne peut l’atteindre en une seule et courte vie. Nous voyons partout dans la Nature qu’un épanouissement lent et continu travaille en faveur du développement plus élevé de toutes choses. Mieux nous connaissons les méthodes d’opérer de la Nature, symbole visible du Dieu invisible, mieux nous serons capable de tirer profit des occasions qu’elle offre pour la croissance et le pouvoir, pour nous émanciper de l’esclavage et nous élever jusqu’à la maîtrise de soi. Ce processus s’appelle l’Evolution.

   Au début de son évolution, l’homme était constitué d’un Esprit et d’un corps; il était sans âme. Mais depuis lors, chaque vie vécue sur la Terre dans la grande école de l’expérience, lui a procuré la croissance de l’âme, selon l’usage qu’il faisait des occasions qui se présentaient et des leçons qu’il en tirait. Ceci se remarque dans les différentes gradations qui existent entre le sauvage et le saint, et que nous voyons tout autour de nous. Toutes les races sont le produit de l’évolution, dont le seul but est la perfection finale. L’expression la plus élevée dans une vie, devient la plus basse dans la vie suivante, et ainsi nous gravissons graduellement l’échelle de l’évolution vers la Divinité. L’humanité en tant que tout, progresse lentement sur ce sentier et atteint lentement aussi des états de conscience plus élevés.

   Une des principales caractéristiques de l’évolution réside dans le fait qu’elle se manifeste par des périodes alternées d’activité et de repos. L’été actif est suivi par le repos et l’inactivité de l’hiver, et chaque saison progresse sur le sentier du temps. L’activité du jour alterne avec la tranquillité de la nuit. Le flux de l’océan fait place au reflux.

   Ainsi, puisque tout se meut par cycles, la vie qui s’exprime sur Terre pendant quelques années, ne peut être considérée comme terminée lorsque la mort se présente. La naissance de ce corps n’est pas une fin en soi. Notre Esprit est immortel et notre corps physique est l’instrument que nous utilisons durant cette vie terrestre pour aider à notre évolution. Nous pouvons être certains que, quelle que soit la situation où nous sommes placés, monarque ou mendiant, riche ou pauvre, elle comporte les leçons et les expériences nécessaires à notre évolution et nous donne le meilleur avantage possible pour notre développement. Aussi sûrement que le soleil se lève le matin après s’être couché le soir, la vie qui se termine par la mort d’un corps renaîtra dans un autre corps, et dans un milieu différent. L’évolution est l’histoire de la progression de l’Esprit dans le temps. Partout dans les cieux et sur la Terre toutes les choses s’avancent, vont de l’avant toujours plus haut et, lorsque nous observons autour de nous les phénomènes variés de l’univers, nous réalisons que le chemin de l’évolution est une spirale. Chaque boucle de la spirale est un cycle. Chaque cycle se joint au suivant, et comme les boucles de la spirale sont continues, chaque cycle est le produit amélioré de ceux qui l’ont précédé, et le créateur d’états plus développés qui sont à venir.

   Si on ne le considère que du point de vue physique, le cycle de l’évolution a la forme d’une spirale. Mais vu dans ses phases physiques et spirituelles, c’est un lemniscate, ou chiffre Huit. Les deux cercles du lemniscate convergeant vers un point central, symbolisent l’Esprit Immortel, l’Ego en évolution. Un des cercles représente sa vie dans le monde physique, de la naissance à mort. Dans ce court espace de temps il sème, par chaque acte, les graines dont il devra récolter une certaine expérience s’il tire des leçons de ses occasions; à la fin de cette vie, l’Ego se trouvera aux portes de la mort, chargé des riches fruits de la vie. L’autre cercle du lemniscate symbolise le séjour de l’Ego dans les mondes invisibles qu’il traverse durant la période allant de la mort à la nouvelle naissance. Au moment où l’Ego arrive au point central du lemniscate qui sépare le monde physique des mondes spirituels, il apporte avec lui une moisson de facultés, ou de talents, acquis durant toutes ses vies antérieures, qu’il peut utiliser ou inexploiter durant la prochaine vie. Mais, de l’usage qu’il fait de ses facultés acquises dépendra la croissance de l’âme qu’il engrangera dans sa vie suivante. Nous sommes déjà passés par une existence analogue au minéral, au végétal et à l’animal avant de devenir humains, et avons devant nous d’autres évolutions où nous nous approcherons de plus en plus de Dieu.

   L’homme n’avance que par le sacrifice. Peu d’entre nous se rendent compte qu’en nous élevant sur l’échelle de l’évolution, nous piétinons les corps de nos frères plus faibles. Consciemment ou inconsciemment nous les écrasons, et nous nous servons d’eux pour parvenir à nos propres fins. Cette règle s’applique à tous les règnes de la Nature. Lorsqu’une vague de vie est arrivée au nadir de l’involution et qu’elle s’est incrustée dans la forme minérale, elle est immédiatement saisie par une autre vague de vie légèrement plus élevée qui s’empare du minéral cristallisé en désagrégation, l’adapte à ses propres besoins comme cristalloïde et l’assimile comme partie d’une plante.

   Dans l’initiation Chrétienne Mystique, quand le Christ a lavé les pieds de ses disciples, la nuit de la Cène, l’explication qui en est donnée est que nous n’aurions pas de végétation si les minéraux n’étaient pas décomposés et offerts comme matériaux de construction au règne végétal; s’il n’y avait pas de plantes pour fournir de la nourriture aux animaux, les êtres du règne animal ne trouveraient pas d’expression, et ainsi de suite-le supérieur se nourrit toujours de l’inférieur, et lorsque le Maître a lavé les pieds de ses disciples, il leur a symboliquement rendu cet humble service en reconnaissance de lui avoir servi de marchepied pour s’élever un peu plus haut.

   Le même principe s’applique à l’évolution spirituelle, car s’il n’y avait point d’élèves sur les échelons inférieurs de la connaissance à avoir besoin d’instructions, il n’y aurait point besoin d’un Instructeur. Mais il y a ici une différence essentielle. Le Maître progresse en se donnant à ses élèves et en les servant; car chaque être, quelle que soit sa position dans la vie, croît par le service. Sur leurs épaules, le Maître gravit le degré supérieur sur l’échelle de la connaissance et contracte envers eux une dette de gratitude reconnue symboliquement et payée par le lavement des pieds-acte de service humble rendu à ceux qui l’ont servi.

   Sous la direction bienfaisante de grandes Intelligences, nous progressons constamment de vie en vie dans des conditions exactement adaptées à chaque individu, jusqu’au moment où nous arriverons à une évolution supérieure et deviendrons des surhommes. L’occultiste croit que le but de l’évolution est le développement de l’homme d’un état de Dieu statique à celui d’un Dieu dynamique-d’un créateur. Pour qu’il puisse devenir un Créateur indépendant et original, il est nécessaire que son éducation lui laisse une liberté suffisante pour exercer l’originalité individuelle qui distingue la création de l’imitation. Tant que certaines caractéristiques de l’ancienne forme répondent aux exigences du progrès, elles sont retenues; mais à chaque renaissance, la vie en évolution y ajoute tels perfectionnements originaux qui sont nécessaires à son expression future. Les retardataires, qui n’ont pas réussi à atteindre le niveau nécessaire pour se tenir en ligne sur le haut de la vague de l’évolution, ont été laissés en route. Dans le cours de l’évolution il n’y a pas de halte. La loi est le progrès ou la régression. La forme devenue incapable de progresser plus avant doit dégénérer.

   L’impulsion évolutionnaire opère en vue d’amener tous les êtres à la perfection finale. Il est donc raisonnable de supposer que les grandes Intelligences qui ont en charge notre évolution, utilisent tous les moyens disponibles pour y conduire en sécurité le plus grand nombre d’entités dont elles sont responsables. Toute vibration dans l’univers est vie, et toute vie émane d’un seul Dieu. D’où notre unicité, bien que certains restent constamment en arrière.

   Pendant cette phase actuelle d’individualisme, point culminant de notre illusoire séparativité, toute l’humanité a besoin d’une aide additionnelle, mais pour ce qui concerne les retardataires, une aide spéciale supplémentaire est indispensable. Donner cette aide spéciale fut la mission du Christ. Il est venu, dit-Il, pour chercher et sauver ce qui était perdu. Il a ouvert l’Initiation à tous ceux qui veulent la rechercher.

   L’évolution dépend de la croissance de l’âme, de la transmutation des corps en âme qui doit être accomplie par les efforts individuels de l’Ego, l’Esprit dans l’homme; à la fin de l’évolution, il possédera le pouvoir de l’âme comme fruit de son pèlerinage à travers la matière. Il sera une Intelligence Créatrice.

   Si nous nous comportons au mieux de nos possibilités durant toute notre vie, nous serons sûrs d’avancer dans un âge futur. Nous verrons plus clairement à travers le voile de l’égoïsme lorsque nous vivrons de bon gré la vie dans laquelle nous avons été placés, car les Anges de Justice ne font pas d’erreurs. Ils nous ont placés dans l’environnement où il nous sera donné les leçons nécessaires pour nous préparer à une sphère de plus grande d’utilité.

   Si nous avons en nous suffisamment d’amour pour toutes choses, nous ne pouvons faire de mal, car l’amour retiendra notre main dans toute action, et notre intellect dans toute pensée qui pourraient nuire à autrui. Jusqu’à présent nous n’avons pas encore atteint ce stade avancé de conscience. Si nous l’avions atteint, notre existence ne serait pas nécessaire ici, mais tous parmi nous tendent et avancent vers cet état de gloire et de perfection. Il est surprenant de constater avec quelle rapidité un individu peut avancer selon ces données, s’il est réellement sérieux dans son effort, ne se fiant pas seulement à sa pauvre personnalité, mais ayant implicitement foi dans sa capacité de s’unir à son Dieu intérieur, par l’exemple et les enseignements du Christ.

   L’évolution dépend de la dissolution des corps et de l’amalgame alchimique de l’âme avec l’Esprit. L’âme est la quintessence, le pouvoir ou la force du corps, et quand le corps a été amené à la perfection en passant par les diverses phases, l’âme en est entièrement extraite pour être absorbée par celui des trois aspects de l’Esprit qui, en premier, a généré le corps.

   L’Ame Consciente sera absorbée par l’Esprit Divin, dans la septième Révolution de la Période de Jupiter .

   L’Ame Intellectuelle sera absorbée par l’Esprit Vital dans la sixième Révolution de la Période de Vénus.

   L’Ame Emotionnelle sera absorbée par l’Esprit Humain dans la cinquième Révolution de la Période de Vulcain.

   En développant en nous cet amour universel, nous en venons à comprendre de plus en plus que chaque être humain est un fils du Créateur et qu’en temps voulu nous avancerons tous vers la perfection, juste comme nous l’espérons tous. Peu importe combien une personne ou une créature puisse paraître indigne, il faut nous rappeler qu’il y a en elle une étincelle divine qui lentement, mais sûrement, croîtra jusqu’à ce que la gloire du Créateur illumine cet être.

   Les Hiérarchies Divines, qui ont guidé l’humanité sur le sentier de l’évolution depuis le commencement de notre carrière, sont encore actives et travaillent avec nous depuis leurs mondes et, avec leur aide, nous pourrons finalement arriver à élever l’humanité dans son ensemble, et atteindre une réalisation individuelle de gloire et d’immortalité. Ayant en nous ce grand espoir et cette grande mission dans le monde, travaillons comme jamais auparavant pour être de meilleurs hommes et de meilleures femmes, de sorte que par notre exemple, nous puissions éveiller dans les autres le désir de mener une vie qui apporte la libération.

Publié dans APPRENDS-MOI, Chemin spirituel, Etat d'être | Pas de Commentaires »

Lire les codes à travers les temps

Posté par othoharmonie le 22 décembre 2012

La Torah : distillateur de codes à travers les temps.

Par Rose-May Norouty

 

Lire les codes à travers les temps dans L'Esprit  Guérisseur 3Plus l’humanité élève sa conscience, plus l’homme est capable de transmuter et d’actualiser le Sacré dans son quotidien. La Torah fait bien sûr partie de cette mémoire du Sacré.

Les grands érudits de la tradition hébraïque ont toujours travaillé la Torah en essayant de la traverser pour découvrir des sens de plus en plus profonds. 

Aujourd’hui à l’aire du quantique elle peut être étudiée fréquentiellement et soniquement
Une lettre hébraïque est une onde de forme, une vibration, un son ; c’est aussi un chiffre et une fréquence. Mes 12 années de recherche sur la puissance vibratoire des lettres hébraïques m’ont amenée à travailler sur les 27 premiers versets de la Torah. Chaque verset libère un sens littéral, symbolique mais aussi un son qui relève du préverbal. Verset 1 de la genèse : « Béréchit bara Elohim êt hachamaym ve-êt ha harets » se traduit par : « Dans le principe Dieu créa le ciel et la terre » pourtant l’oreille spirituelle est entrée en résonance avec la quintessence vibratoire sonique de la lettre 1 de l’alphabet. La quintessence sonique est créée à partir d’une juxtaposition précise de lettres, donc de chiffres, donc de sons qui permet un rabattement à la matière première à savoir le Logo créateur. J’utilise ces 27 versets en inversant les sens de lecture : de droite à gauche, de gauche à droite de bas en haut et de haut en bas ; grâce à toutes ces inversions de nouveaux sons se libèrent.* 

  Objectif : aider mon semblable à se libérer
Se libérer des mémoires de nos généalogies respectives mais aussi des mémoires de l’histoire de l’humanité (de son début à nos jours). Quelles meilleures portes d’entrée pour accéder à ces mémoires que nos noms de famille, ceux transmis par le principe masculin : le père et par le principe féminin : la mère. 

Ces noms retranscrits en lettres hébraïques vont gagner en puissance vibratoire, en profondeur d’être
Par la lecture de ses propres versets (liés à ces noms) la personne atteint un niveau vibratoire tel que le mental est relégué au ban de touche. Toutes ces résonances dites par la personne avec sa propre voix, libèrent le corps de chair jusqu’aux tréfonds des cavernes non encore découvertes. Pas de compréhension intellectuelle de cette approche, le pourquoi, quand, comment, ne sont plus d’actualité, seul l’éveil vibratoire du corps et de l’âme dans la reliance demeure. 

Il est aujourd’hui possible, grâce aux changements vibratoires cosmo-telluriques, de se délester de nos chapes de plomb avec rapidité, légèreté, dans la joie. A travers cette approche de la Torah et sa lecture phonétique il est aujourd’hui possible de connaître son nom premier lors de notre première incarnation, qui est une lettre de l’alphabet = un chiffre = une fréquence. Quel intérêt de connaître ce nom que j’appelle primal ? Tout simplement de se dégraver de notre empreinte première, qui est le moule de ce que nous avons été, de ce que nous sommes et de ce que nous serons. Nous avons assez labouré nos vieilles terres intérieures pour être en droit de jouir de notre capacité à nous innover : à nous nommer. 

Pour moi il est là le véritable passage du pont de l’abîme. Et de l’autre côté de ce pont enfin la terre promise, la nouvelle terre vierge, non foulée, sans empreinte. Et de l’autre côté de ce pont plus de langage usuel, émotionnel mais le langage de la résonance du cœur à cœur…

*Il existe un logiciel qui permet cette lecture innovante de la Torah. 
Contact auteur : Rose-May Norouty 06 76 04 44 26 
ronouty.rose-may@orange.fr

A lire « Notre Corps cet ultime Prophète » en vente sur www.makom.fr

Publié dans L'Esprit Guérisseur | Pas de Commentaires »

Le nombre Personnel

Posté par othoharmonie le 10 décembre 2012

Interprétation du nombre personnel

UN EXEMPLE Le 2:

Caractère :
Le nombre Personnel dans Numérologie boules-300x224Solide et confiant, votre caractère tourne autour d’un petit nombre d’idées forces; vous n’entendez pas vous disperser et vous agiter. Empli d’une grande conviction, vous êtes un organisateur né, doué d’un sentiment du beau, limité seulement par votre appétit de jouissance, l’ardeur de vos sens, votre gourmandise ou votre sensualité. Très travailleur, vous pouvez rétablir n’importe quelle situation du fait de votre ténacité et de votre emprise sur le réel. Ce n’est pas à vous qu’il faut dire que le monde extérieur est un rêve ou une illusion! La foi peut être l’un de vos éléments de force, mais vous pensez qu’avant tout le désir mène le monde. Vous entendez tirer parti de cette constatation avec lucidité et opiniâtreté. Capable de vous donner un but et d’y parvenir, vous avez donc tous les atouts pour réussir. Naturellement il faut ne pas vous tromper sur ce but, d’où l’importance chez vous du jugement et la nécessité d’y recourir de façon constante.

Votre forme d’intelligence :
Votre intelligence est essentiellement concrète, en prise avec le réel, voire sensuelle ou adhérant à la vie quotidienne, une intelligence capable de construire, de compter et de réaliser. Vous ne méprisez ni les chiffres, ni les faits. Tous deux peuvent inspirer votre action. Certains vous accuseront d’être un peu fermé ou intéressé; laissez dire et allez votre chemin! A l’heure des bilans, vous savez qu’ils se seront éclipsés. Vous ne manquez pas de finesse et vous avez le don des langues et le goût des formes.

Réalisations et Travail:
Travailleur né, même si votre ardeur sensuelle vous pousse à aimer la nature, la campagne ou les sports ainsi qu’à partager avec autrui les plaisirs de la table, vous pouvez faire fleurir vos réalisations professionnelles dans divers domaines, la terre, l’agriculture, la restauration, la cuisine, les fruits et légumes, etc. l’architecture, le bâtiment, la chirurgie, la dentisterie, les arts vocaux et musicaux, la peinture, etc. Votre carrière est progressive et régulière. Vous aimez aussi qu’un métier vous accorde une sécurité financière, d’où votre intérêt pour tout ce qui est commercial où votre esprit pratique vous assure le succès. Argent :

Nier le pouvoir de l’argent dans le monde moderne est chose hypocrite pensez-vous. Le reconnaître n’est nullement être intéressé. Votre esprit est réaliste. Manquer d’argent serait pour vous une forme d’insécurité; vous ne l’admettez pas. Etre propriétaire – même d’un simple « studio » est pour vous une façon de vous affirmer et contribue à développer votre personnalité.

Amour:
Une idée force domine votre vie (que ce soit la politique, la médecine, l’argent, une conquête quelconque, financière ou artistique). Vous êtes un conquérant; cette idée dominante, qui façonne toute votre personnalité, peut être l’amour, d’autant plus que vous êtes sensuel, concentré et d’une remarquable persistance dans vos desseins, vos buts ou vos désirs.
Le mariage, comme la plupart des contrats, tend à augmenter votre patrimoine. Vous êtes fécond, vous aimez vous voir entouré d’une vaste famille, à condition que les éléments de confort et d’espace, de sécurité financière, soient également au rendez-vous. Assez exclusif et jaloux, vous êtes fidèle si les mêmes témoignages d’amour et de constance vous sont donnés. On vous reprochera quelquefois ce « donnant-donnant ». Vous y voyez, vous, des conceptions naturelles et simples, qui facilitent et assurent vos rapports, les affectifs et les autres.

Le Spirituel:
Le Spirituel peut vous tenter. Pourquoi pas ? Vous viendrez à ce domaine avec des conceptions solides et un intense besoin de sécurité. Certes, vous ne voyez pas Dieu comme un propriétaire, mais vous comprenez parfaitement les paraboles de la vigne, de la moisson, de leurs ouvriers, et des talents qu’on y fait fructifier. Au service d’une idée, vous apporterez chaleur et conviction. Concentration et méditation donneront alors, entre autres fruits, la paix à vos sens.

 choisis ton chiffre :

le 1

le 2

le 3

le 4

le 5

le 6

le 7

le 8

le 9

 

 

Publié dans Numérologie | Pas de Commentaires »

Spiritualiser la matière

Posté par othoharmonie le 30 juin 2012

 Spiritualiser la matière dans SPIRITUALITE c'est quoi ?Il est évident que la vie est précieuse, qu’elle contient quelque chose de sacré. Il est évident qu’une forme d’intelligence maintient le monde en équilibre, selon une géométrie sacré obéissant au chiffre d’or, sur la plume d’un oiseau, sur les pétales d’une fleur. Il est évident que nous appartenons à cet ensemble, que nous sommes un être vivant parmi d’autres êtres vivants, et que tout est en relation avec le grand tout.

Certain ont trouvé un nom à ce phénomène, ils l’appellent Dieu (ou D.). Dieu n’est pas un personnage, c’est un souffle, une énergie. En extrême orient, on parle de l’énergie Tchi, et en Amerique on parle du souffle de Woniya Wakan.

Cette énergie, les hommes lui ont parfois trouvé un nom, Allah, Hachem, Brahama, il s’agit d’une même source. Les hommes ont voulu lui donner une dimension humaine, allant jusqu’à dire qu’il s’est incarné sous le nom de Jesus, et que l’homme était à son image. D’où tant de croyances différentes, de religions différentes, et parfois hélas, de guerres de religions. Or ce Dieu, cette énergie, est en toute chose, en toute forme de vie, dans la matière même. Car la matière est spirituelle, et le monde etherique est la passerelle qui permet de relier le spirituel et la matière, certains nomme cela la prière. 

Le monde se compose d’un plan physique lourd, d’un plan etherique intermédiaire et d’un plan Spirituel fluide. Il s’agit de trois vibrations tout à fait imbriqués, où les plans se superposent sans se diviser. Tout, en ce monde, est composé de vibrations, les sons, les couleurs, la matière.

Le cerveau, traduit ces vibrations en sons dans les tympans, en matière par les nerfs tactiles, le corps fait sa propre traduction du monde qui n’est à la base que vibration, on appelle cela la physique quantique. Ques-ce que la matière sinon des atomes, et que sont les atomes sinon une simple vibration. Ceux qui ont tenté de percer le secret du noyau d’un atome n’ont pas réussi, ils se sont retrouvés en face d’un vide. Sur un plan scientifique, on parle de « structure lacunaire ». L’atome vibre, et cette vibration, c’est l’énergie sacré qui vibre en toute chose, dans le minéral, le végétal et l’homme. Cette vibration qui maintient les molécules de la matière entre elles est une vibration lourde appartenant au plan physique, et cependant réceptive à la pensé ou aux autres vibrations comme le son ou la couleur. Les molécules de l’eau changent en fonction de la musique ambiante ou tout bonnement des pensés, voir des prières.

Nous entrons alors dans le domaine de l’étherique, celui des pensés, des peurs, de la magie, des prières. Une pensé est très puissante, il ne faut jamais la sous-estimer et toujours s’en servir à bon escient.

L’etherique est en lien avec le monde spirituel, celui des esprits, des ancêtres, et du soleil. Ces êtres vivent sur les plans différents, mais sur un même palier. 

Ce soleil est cette énergie que les hommes appellent Dieu, mais sous sa forme d’unité. Ce soleil est une énergie d’amour et de joie, celle qui diffuse, nous faisons tous partie de ce soleil et ce soleil est en chacun de nous. Nous sommes parti de ce soleil pour évoluer à notre manière dans le but de rejoindre ce soleil et cette unité.
Les hommes regardent les nuages lorsqu’ils prient. Mais il est bon aussi de prier le sol, cette terre qui est vivante. Son énergie, sa vibration, est la même que la notre. L’énergie qui donne la vibration aux atomes, qui maintient les molécules entre elles,  est la même qui compose notre corps, qui compose un arbre, qui compose la roche.

L’énergie sacrée est présente en toute chose.

extrait choisi, relevé sur le site : http://odeurdelaterre.centerblog.net/6452415-spiritualiser-la-matiere

Publié dans SPIRITUALITE c'est quoi ? | Pas de Commentaires »

Transcender la matière

Posté par othoharmonie le 9 juin 2012

 

Transcender la matière dans Channeling 220px-Chablis_cassé_en_hêtraie_de_Bethmale_AriègeLe savoir spirituel ou ésotérique se sert de la métaphore et du symbole pour transmettre des faits subtils de l’existence, qui transcendent l’univers matériel et qui exercent sur lui un effet puissant. Nous nageons dans un océan de symboles, auxquels l’esprit humain réagit spontanément. Ils s’impriment facilement dans notre ADN, qui les conserve, ainsi que dans notre mémoire profonde, dans le mental inconscient et subconscient. En l’absence de symboles, comment parviendrions-nous à nous exprimer ? La langue dépend d’accords télépathiques où le sens inhérent est attribué à des symboles sonores. Cependant, les gens considèrent la parole comme allant de soi et s’interrogent rarement sur la provenance des mots qu’ils s’apprêtent à prononcer. Ils ne s’aperçoivent pas non plus qu’ils traduisent leurs pensées en mots et qu’ils jouent avec le pouvoir de nommer, de qualifier, d’identifier et de créer l’existence. Les mots sont porteurs d’information, mais celle-ci n’est pas les mots. Ils évoquent des significations se fondant sur des accords collectifs sur a réalité consensuelle, tout en la façonnant.

 Pour exercer l’art de l’écriture, il suffit de deux lignes et de quelques gribouillis bidimensionnels utilisant un code, l’alphabet. Les mots qu’ils forment fabriquent littéralement quelque chose à partir de rien, parce que le geste physique d’écrire produit et oriente l’énergie. L’écriture est une forme de magie que l’on acceptait spontanément et qui fut élaborée comme méthode pour influer sur la réalité. A fil du temps, la signification des symboles dans chaque langue s’est modifiée, s’adaptant aux exigences, à l’intelligence et à la curiosité des divers peuples ; parfois cependant, on altéra délibérément certains mots, on les réinventa ou on les bannit même de la langue orale, parce qu’ils étaient doués d’une puissance spéciale. Pour finir, on les interdit.

 Il y a fort longtemps, l’aptitude à identifier et à nommer les mystères de la vie et leurs forces naturelles était considérée comme un acte de pouvoir permettant de se prévaloir de leurs propriétés magiques. On concevait la nature comme une scène où se manifestaient dans une dimension spécifique les lois spirituelles et cosmique et leurs forces, ce qui permettait à la conscience d’explorer la réalité depuis ce point de vue particulier. Toutes les formes de conscience sont dotées d’une curiosité innée, et les gens cherchaient autrefois à comprendre l’interaction et le rapport entre ces lois et ces forces cosmiques. Ils aspiraient à des connaissances qui leur permettraient d’employer les propriétés mystiques de la nature et de l’atmosphère pour influencer la vaste sphère de l’existence.

 Nos ancêtres faisaient appel à cette tradition consistant à noter la position du Soleil dans les cieux afin de localiser la leur dans l’existence et pour marquer le temps. Ils comprenaient que les cycles célestes contenaient la clef de leur identité supérieure ; les gens d’aujourd’hui ont une curiosité déformée et peu d’entre eux reconnaissent et admettent spontanément les forces de la nature. Dans l’hémisphère nord, bien avant l’avènement du christianisme, le 25 décembre étaient consacré à la célébration du retour de la lumière qui délivrerait le monde nordique des longues nuits obscures. Naissant de nouveau à l’horizon, le soleil commençait à s’élever dans le ciel après avoir atteint son point culminant dans les latitudes méridionales au solstice d’hiver, en décembre.

 Lorsque la Terre achève sa rotation de vingt-quatre heures sur son axe incliné, elle franchit l’espace, complètement synchronisée avec le système solaire, parcourant son orbite autour du Soleil et 365 jours. En raison de l’inclinaison de l’axe polaire, le Soleil paraît changer de position dans l’azur, semblant migrer à chaque saison vers le nord ou vers le sud tout en jetant de nouvelle sombres et reflets par une transmission continue d’informations encodées dans la lumière ; le Soleil est notre première source d’énergie. En tant que maître de notre système solaire, il fournit sans faillir la lumière qui anime la vie telle que nous la connaissons. Le signe de la croix, ces deux lignes qui se coupent, est un symbole archaïque multicouche qui était utilisé dans les temps anciens comme point localisateur et aussi pour représenter les étoiles et le Soleil. La croix signifiait également : « là où l’esprit rencontre la matière ». Le ciel semblait s’unir à la Terre à l’horizon pour former une croix cosmique. Jadis, l’atmosphère, ou éther, était toujours figurativement placée au milieu de la croix ; l’éther déborde de force vitale cosmique et, à la jonction des lignes, une vitalité abondante ouvre des portails sur d’autres dimensions de la réalité.

 Il y a longtemps, les gens se servaient du soleil pour situer leur positon dans l’existence et ils plaçaient des marqueurs de pierre en des endroits spécifiques de la surface terrestre afin de découvrir le schème des mouvements des rayons solaires. Ils observaient les positions des autres – la Lune, les planètes, les comètes et les étoiles – pour déchiffrer les  symboles et les schèmes célestes définissant et marquant le paysage existentiel. Comme marqueur et point de localisation, la croix en vint aussi à représenter les quatre points cardinaux – le nord, l’est, le sud et l’ouest – ainsi que les quatre points intermédiaires, les quatre saisons et les quatre éléments : la terre, l’air, le feu et l’eau. Ceux qui comprenaient respectaient la puissance des énergies de la déesse ont toujours considéré que les carrefours représentaient ses sites sacrés. Jadis, il était bien connu que les activités exécutées au centre précis de deux lignes qui se croisent possédaient le pouvoir d’influer sur plusieurs versions de la réalité. Les deux lignes se rencontrent et forment un point de pouvoir qui réfère invariablement à l’éther, à la force vitale de l’existence.

 Le motif de l’échiquier est une version plus complexe de la croix, une extension qui a évolué naturellement à partir d’une série de croix entrecroisées. Il s’agit d’un motif en grille composé de soixante-quatre carrés, huit par côté suivant une alternance de carrés blancs et de carrés noirs. Ce motif symbolique familier se retrouve partout dans le monde, ainsi que dans plusieurs lignes temporelles. Dissimulé tout en demeurant parfaitement visible, ce dessin noir et blanc formé de carrés est un moyen de conception archaïque simple, mais puissant, pour rappeler à l’humanité l’étendue infinie de la sphère de l’existence et surtout la manière d’y naviguer. Ce symbole s’inscrivait aisément sur les couches plus profondes de la psyché humaine ; il faut transmis dans les schèmes innés de perception d’une génération à l’autre. Le motif entrelacé représentait les complexités encodées du multivers. Chaque point de croisement sur la grille est un vortex et un portail d’énergie où s’unissent des réalités, et chaque carré symbolise une propriété spécifique de l’énergie, noir pour les propriétés négatives, blanc pour celles qui sont positives, tout comme les charges électriques positives et négatives.

 En synthétisant cette information cruciale en une forme bidimensionnelle appartenant à la réalité tridimensionnelle, on cherchait à illustrer métaphoriquement la prépondérance de la polarité dans l’ordre naturel du multivers. L’échiquier est un symbole qui traduit l’ultime complexité de la sphère de l’existence grâce à son motif à significations symboliques en dégradé. Malgré tout, il présente une absolue simplicité, la présence innocente d’un damier aux yeux du monde. Les peuples anciens savaient que, dans le vaste jeu de l’existence, ils auraient à revivre encore et encore. Ils savaient également que la manière de percevoir et d’interpréter la réalité déterminait la qualité d e leur expérience de vie, ici-bas et au-delà. Par ailleurs, ils comprenaient que l’échiquier avait été conçu comme symbole pour imprimer leurs banque mnémoniques, afin qu’ils se souviennent et soient en mesure d’évoquer ce qu’ils avaient appris d’une incarnation à l’autre…

 023afc3a dans SPIRITUALITE c'est quoi ?

Extrait du livre : SAGESSE DES PLÉIADES, BARBARA MARCINIAK – Ariane Éditions page 208.

Publié dans Channeling, SPIRITUALITE c'est quoi ? | Pas de Commentaires »

Signe Vierge

Posté par othoharmonie le 17 février 2012

 leur devise : « je sers »
23 août – 22 septembre
2ième signe de Terre – 2ième signe Mutable – Féminin

Fichier:Virgo.svgEn analogie avec Mercure son maître et la Maison 6

La Vierge maîtrise les intestins.

Sa couleur est le vert ou le jaune, son minéral l’agate, son jour le mercredi, son style discret, passe-partout, neutre, pratique, ses métiers, comptable, secrétaire, écrivain, informaticien, infirmier, médecin…

 

Si vous êtes du signe de la Vierge, ou Ascendant Vierge :

Psychologiquement, vous êtes d’une nature nerveuse, secondaire, qui privilégie la réflexion comme préalable à l’action, qui passe au crible de la sélection toutes les éventualités et réactions possibles dès qu’un évènement se présente, qui essaie systématiquement d’adapter à la situation la meilleure réponse : perfectionniste avant tout, vous n’avez de cesse dans tous les domaines d’optimiser les choses, que ce soit dans le domaine professionnel et pratique, dans les domaines de l’esthétique et même du plaisir, refusant la spontanéité en considérant que l’exigence du mieux est la moindre des choses pour profiter pleinement de la vie et aller plus loin, même si cela est au détriment de l’instinct et de la force brutale qui y est associée. L’esprit intervient avant le physique, avant les sentiments : c’est une des clefs essentielles pour vous comprendre.

Vous êtes cérébral, perspicace, amoureux du détail et des chiffres, analytique, sérieux, compétent, pointilleux, raisonnable, pudique, plein de bon sens, ordonné, organisé, propre, appliqué, prévoyant, honnête, fidèle, réservé, timide, serviable, désireux de progresser, parfois bavard, perfectionniste, logique, travailleur, discret, patient, précis, concret, spirituel, mais vous pouvez être aussi étroit d’esprit, calculateur, agaçant, mesquin, tatillon, coincé, angoissé, froid, refoulé ou caustique.

Voici quelques associations traditionnelles avec le signe de la Vierge : Pays : Brésil, Grèce, Turquie, Indes occidentales, Etats-Unis (comme les Gémeaux), Yougoslavie, Crète, Mésopotamie, basse Silésie, Etat de Virginie. V

illes : Paris, Boston, Athènes, Lyon, Corinthe, Heidelberg, la plupart des villes d’eaux.

Image illustrative de l'article Vierge (constellation)Animaux : Chiens, chats et tous les animaux domestiques.

Aliments : Légumes qui poussent sous la terre : carottes, céleri-rave, chou-rave, pommes de terre etc. Egalement les fruits secs, les châtaignes comme pour le signe des Gémeaux.

Herbes et aromates : Tout comme les Gémeaux dont le maître est également Mercure, muguet, lavande, myrte, fougère, cheveu-de-Vénus, douce-amère, trèfle.

Fleurs et plantes : Petites fleurs de couleurs vives, surtout bleues et jaunes, comme le pissenlit, le bouton-d’or, l’ortie jaune, la buglosse, le myosotis. Cardamone, feuilles de chêne, glands.

Arbres : Tous les arbres portant des fruits secs comme le noisetier, de la même façon que pour les Gémeaux maîtrisés par Mercure.

Pierres Métaux et Sels : Sardoine (agate rougeâtre), mercure et nickel, sulfate de potassium et phosphate de fer.

Publié dans Astrologie et Esotérisme | Pas de Commentaires »

Bernard Werber 6 titres

Posté par othoharmonie le 15 août 2011

 6 Titres 

 Le papillon des étoiles  L’ultime secret  

Nous les Dieux  Le souffle des Dieux  

Le mystère des Dieux  Les Fourmis ETC….. 

 Auteur

              Bernard  Werber 

Bernard Werber 6 titres dans S à  Z 1262125873258

 

Voilà le résultat de 7 ans de réflexion et de gestation pour créer un livre-univers qui vit presque tout seul. Quand j’ai commencé à écrire Nous les Dieux j’avais juste envie de faire un bouquin sans limites que ce soit dans ses décors, le nombre de ses personnages, ou l’ambition du projet: expliquer l’au-delà. A l’écriture c’est devenu une sorte de gageure. Inventer une rencontre avec le créateur Suprême, donner du sens aux mythologies antiques, construire une histoire d’amour avec la femme fatale par excellence: Aphrodite, déesse de l’amour. Maintenant après ce deuxième volume je sors comme épuisé après un accouchement de jumeaux. Je ne vais pas écrire le troisième (Le Mystère des Dieux) tout de suite. Même si j’ai déjà le squelette de l’histoire. Trop fatigué. J’ai envie de créer quelque chose de différent pour me changer les idées, peut-être un recueil de nouvelles. C’est ensuite seulement que je reviendrais pour clore la trilogie des Dieux dans un ou deux ans. Parenthèses: j’ai commencé l’écriture de cette trilogie par la chute, donc j’ai en réserve au réfrigérateur la grande scène finale. Elle est sensée expliquer non seulement tout, depuis les thanatonautes, mais proposer une nouvelle cosmogonie de la naissance de l’univers et de notre place dans la nature. Evidemment l’une des clefs de cet édifice est la forme symbolique des chiffres. Pour rappel :

1 le minéral


2 le végétal
3 l’animal
4 l’homme (apparu par accident? voir… Le père de nos pères)


5 l’homme spirituel (voir …. Les thanatonautes)


6 l’ange (voir…. L’empire des Anges)


7 l’élève dieu. (Nous les Dieux)


8… vous le découvrirez dans le Souffle des Dieux
9… vous comprendrez tout dans le Mystère des Dieux.

L’auteur : rencontre-bernard-werber-2008-portrait dans S à  Z 

 Son site official : http://www.bernardwerber.com/intro_fr.html 

 

Nouveau site : le blog de l’Arbre des Possibles 

« Bernard Werber, le conteur du futur »
Un film documentaire de Stéphane Krausz 

A travers ses voyages en Corée, en Chine, en Ukraine, en Russie mais aussi chez lui, à Paris, lors de dédicaces, de conférences, au salon du livre, il nous dévoile quelques facettes de son intimité, sa technique de création et sa vision du monde de demain.
 

mini-86064783fleche-droite-004-gif 
Voir la bande-annonce


 

Le film a été produit et réalisé par Stéphane Krausz, à l’occasion des 20 ans des « Fourmis ». 

En bonus sur le DVD: « Bernard Werber, l’atelier d’écriture » (40′), le court-métrage « Nos amis les humains » (8′), la bande-annonce du film, et… une surprise ! Avec également dans le livret, une nouvelle inédite, « C’était mieux avant »…

 Commander le DVD

 Egalement disponible chez Virgin et à la FNAC

 

 Vidéo de la rencontre qui a eu lieu à la FNAC le 26 mai 2011

Achetez ici :   http://www.bernardwerber.com/intro_fr.html 

barre de séparation

Publié dans S à  Z | Pas de Commentaires »

Contrats Sacrés

Posté par othoharmonie le 23 juin 2011

 

Titre 

 

Contrats Sacrés  

 

Auteur

 

 

Caroline Myss  

Contrats sacres

De quoi ça parle 

 

Présentation de l’éditeur 

Lorsque les gens ne comprennent pas leur mission dans la vie, cela peut les amener à souffrir de dépression, d’angoisse, d’épuisement, ou même d’une maladie psychique. L’expérience de Caroline Myss l’a incitée à développer un processus perceptif et ingénieux pour déchiffrer notre propre « Contrat Sacré » – ou mission supérieure – à l’aide d’une nouvelle théorie sur les archétypes basée sur les travaux de Jung, Platon et autres penseurs contemporains. C’est là un outil puissant de guérison et de transformation qui répondra enfin à la question suivante : Quelle est ma vraie mission dans la vie ? À la fois visionnaire, spirituel et pratique, « Contrats Sacrés » est un procédé unique pour arriver à se connaître en profondeur. Dans ce livre, l’auteur étudie la vie de maîtres spirituels et prophètes dont les odyssées archétypales illustrent les quatre étapes d’un « Contrat sacré » et fournit des indices pour dévoiler le vôtre. Caroline Myss est une pionnière de réputation internationale en médecine énergétique. Elle est l’auteur de « Anatomie de l’Esprit », l’un des best-sellers du New York Times. 

 

l’auteur    Contrats Sacrés dans L à  N your%20power%20to%20create 

Caroline Myss est une pionnière de réputation internationale en médecine énergétique et l’auteure d’Anatomie de l’esprit et de Wliy People Don’t Heal and Hou, Tltey Cnn, deux best-sellers du New York Times. Elle vit à Chicago en Illinois. Caroline Myss est une  » intuitive médicale « . Elle est capable de faire des diagnostics très précis sur votre état de santé sans vous ausculter, ni voir vos radios ou entendre vos symptômes. Elle peut le faire même si vous n’êtes pas dans la pièce, simplement avec vos nom et date de naissance. L’air de rien, elle vous énonce les impressions intuitives qu’elle  » reçoit « . Cancer du foie, du pancréas, diabète, elle est capable de « voir » une maladie que la médecine traditionnelle ne pourra déceler que des mois plus tard.  » Son pourcentage d’exactitude est de 93 % « , avance Norman Shealy, un médecin traditionnel avec qui, parfois, Caroline fait équipe. En moyenne, son diagnostic serait de 10 % plus exact que celui de la médecine classique ! 

 

Drag and drop me

 

 

si vous aussi vous voulez vous procurer ce livre, vous le trouverez ICI :   

http://www.amazon.fr/Contrats-sacres-Caroline-Myss/dp/2896670327 

 

 

2n24gx dans L à  N

 

Publié dans L à  N | Pas de Commentaires »

Interview 1 de Kishori AIRD

Posté par othoharmonie le 3 juin 2011

 

Interview 1 de Kishori  AIRD dans ADN Démystifiée hercolubus    Interview  avec  KISHORI  AIRD 

Le nouveau modèle de l’ADN 

pour le magazine espagnol REVISTA  ATHANOR, mars 2011 

 

 

-      Que savons nous grâce aux dernières découvertes scientifiques sur l’ADN ? 

 

Nous avons la possibilité de nous transformer et d’utiliser l’énergie photonique de l’activité accrue du soleil et de ses tempêtes pour réveiller en nous l’activation des brins d’ADN inactifs, c’est-à-dire dix de plus que maintenant et un treizième qui lui permet d’être au point zéro. 

 

Selon le livre les messagers de l’aube de Barbara Marciniak, les codes pour l’ADN à douze hélices étaient déjà là mais avaient été désactivés.  Au début de mes recherches je me suis basée sur cette hypothèse comme porte d’entrée. Nos biologistes qui n’ont pu jusqu’à présent que partiellement déchiffrer les fonctions de la double hélice de l’ADN et de notre matériel génétique dans son ensemble l’ont qualifié après avoir défini le génome humain ( 3% de l’ADN) d’ADN ( 97%) superflu ou ADN poubelle et dernièrement ADN non codé. 

http://www.athanor.es/ 

 

Cette ADN non codé est un réservoir d’information extraordinaire qui nous influence et nous informe mais auquel nous contribuons également, tout comme le champ morphogénique autour de nous.  Certains scientifiques croient qu’il referme l’histoire de l’humanité. 

 

Notre ADN possède une sorte de conscience, elle réagit à l’intention, communique par réseau et peut se modifier selon les émotions.  Nous pouvons donc, par le pouvoir de l’intention au point zéro reprogrammer notre ADN. 

 

 

-      Que signifie et qu’implique le fait de passer à un modèle binaire de l’ADN (2 hélices) à un modèle basé sur 13 hélices ? 

 

Cela signifie que nous allons pouvoir enfin comprendre la loi de la complémentarité des opposés et se libérer des restrictions de la dualité. C’est l’accès au point zéro. 

 

-      Que signifie le fait que le modèle à 13 hélices est circulaire ? 

 

La troisième hélice n’est pas circulaire elle est convergente.  C’est l’hélice qui ouvre la conscience sur le nouveau paradigme du point zéro. Le point zéro  est une spirale convergente formée de deux côtés dont l’un est positif et l’autre négatif. Chaque fois que nous l’alimentons par une sensation positive ou négative, l’espace convergent à l’intérieur du vortex s’amplifie. Son centre devient de plus en plus accessible et nous conduit directement à l’intérieur vers l’état d’amour et l’Essence qui permet à l’ombre de coexister avec la lumière. 

 

Le point zéro, qui permet la coexistence de l’ombre et de la lumière, est identique à l’espace dynamique convergent à l’intérieur de la double hélice d’ADN. Chacune des torsades représente des forces opposées négatives et positives. Cet enchaînement se fait dans un sens déterminé, opposé à celui de l’autre, formant une spirale qui s’enroule autour d’un axe d’énergie. En périphérie, l’énergie se dissipe, mais lorsqu’elle converge vers le centre, comme dans le cas des tornades ou des vortex, elle s’amplifie. La force négative et la force positive se déplacent constamment le long de cet axe de rotation du point zéro. C’est un enroulement énergétique tendant vers l’infini et l’éternel, puisqu’il est sans naissance et sans fin. Il est la manifestation de l’amour non polarisé dans le bien et le mal, et résulte de la coexistence de ces deux courants

 

-         Quelles sont les répercussions du fait que les gènes influent les uns sur les autres et fonctionnent en réseau ? 

 

Après la théorie des supercordes, qui redéfinit la nature de la matière en fonction de son taux vibratoire, voilà que la génétique modifie à son tour son paradigme de base. En effet, cinquante ans après sa découverte, l’ADN nous apparaît maintenant comme un réseau de réactions dynamiques séquentielles, animées et influencées par son environnement. L’article « Sur la piste du code secret de l’ADN », paru dans la revue Science et Vie de décembre 2004, remet en question tous nos a priori sur le sujet

 

L’auteur déclare que « le cadre théorique qui permettait jusqu’ici de peser le vivant ne tient plus. » Dans le modèle standard, chaque molécule d’ADN correspond à une molécule d’ARN spécifique qui produit une protéine spécifique. Or, les scientifiques ont découvert que le modèle actuel ressemblerait plutôt à celui de la physique quantique. Une même molécule d’ARN peut produire différentes protéines; les parties de l’ADN dit “superflu” qui ne comportent pas de gènes ou ne sont pas encore codées, et qu’on appelle aussi « ADN débarras », joueraient un rôle dans l’équation. Mais le plus intéressant, c’est que les gènes peuvent s’influencer mutuellement et fonctionnent en réseau. Dans ce nouveau modèle biologique, l’origine de la réponse génétique résultant d’un signal donné par l’environnement cellulaire n’est pas à sens unique. 

 

Qu’est-ce qui régit ce processus ? Après quinze ans de recherches sur le génome humain, la science commence à concevoir que notre code génétique n’est pas une structure figée. En fait, la dynamique du vivant est interrelationnelle

 

La matière n’est pas figée et les découvertes en biologie continuent de corroborer ce nouveau schéma. « Ce pourrait bien-être un principe de désordre qui régit le déploiement de la vie, entre la microstructure ordonnée des gènes sur l’ADN et la macrostructure ordonnée des organismes vivants. Et ce ne sont pas sur quelques milliers de gènes mais sur les milliards de milliards d’interactions moléculaire » Sur la piste du code secret de l’ADN », Science et vie, décembre 2004, 

 

 

Ce qui me fascine le plus dans ce nouveau schéma, c’est le concept du réseau et de l’interaction des composantes au sein de ce réseau. Plus j’évolue, plus je perçois la réalité comme un réseau de mailles qui peuvent interagir, ou non, en fonction d’un taux vibratoire précis. À l’instar de la physique quantique qui, grâce à la loi des supercordes, a démontré que la matière ne se définit plus en fonction de ses composantes chimiques mais plutôt en fonction de la fréquence et de l’intensité du taux vibratoire de ses éléments, je perçois l’existence en fonction du taux vibratoire (de la fréquence) d’un réseau de probabilités, qui s’entrecroisent et interagissent entre elles. Les fréquences des uns et des autres se repoussent et s’attirent, et nous vibrons simultanément dans un réseau qui se modifie continuellement au gré des fréquences émises

 

Au cours de mes quelques trente années de pratique spirituelle, j’ai senti un changement de fréquence s’opérer sur la planète. J’ai la conviction que l’heure est enfin venue de transformer les vieux paradigmes sur lesquels se fondent nos programmes génétiques humains. Je suis persuadée que nous vivons à une époque où nous devons nous réapproprier l’héritage collectif qui réside au coeur de chacune des cellules de notre corps, et tout indique que les circonstances planétaires actuelles sont propices à cela. Notre changement de fréquence actuel se traduit par un changement d’amplitude vibratoire

 

 

nibiru dans ADN Démystifiée

Publié dans ADN Démystifiée | Pas de Commentaires »

Oracle Gé – langage

Posté par othoharmonie le 2 janvier 2011

L’Oracle Gé : son langage 

 

Lecture des cartes de l’Oracle Gé 

 

Oracle Gé - langage dans Oracle GE 51-77-large

 

 

LES CARTES 

Sur le plan affectif : 

Sur le plan professionnel : 

Sur le plan santé : 

Le soleil 

aboutissement dans tous les projets amoureux 

liaison stable et durable,  sincérité des sentiments 

amour fort et constructif 

bonheur assuré dans le couple 

réussite dans sa carrière 

professionnelle- salaire 

conséquent ou promotions 

aboutissement positif 

pour la recherche 

d’emploi 

Guérison 

 

fin d’un 

traitement 

médical 

Le printemps 

hésitations, indécisions  

et doutes début de liaison hésitante on ne sait pas si l’on veut vraiment avoir un  suivi dans une  relation crainte d’un engagement plus sérieux on hésite dans le choix du partenaire on n’exprime pas ses sentiments 

souvent travail saisonnier ou temporaire 

un nouveau travail ou poste ; un renouvellement de contrat pour les cdd 

Nouveau traitement 

léger ou bien 

à base de plantes 

 

Le feu 

désir de construire un foyer, une famille, liaison stable, chaleureuse, liens resserrés vis à vis de la famille 

travail d’équipe 

ou entreprise familiale 

métiers liés au feu (pompiers…) 

forte 

énergie 

nervosité, 

surmenage 

brûlures 

domestiques 

 

Les tours 

 

relation basée sur des bases saines et constructives 

être enfermé dans sa tour d’ivoire 

 

métiers liés à 

l’immobilier 

ou à la construction 

Travail qui amène 

à beaucoup de contacts 

humains 

 

Bonne forme 

physique et 

morale 

 

Les deux coeurs 

rencontre sentimentale importante dans la vie du consultant rencontre de l’âme sœur en cas de conflit rapprochement des partenaires 

amour sincère et réciproque 

Emploi satisfaisant 

rencontre de 

l’amour sur le lieu du travail ; travail lié 

à l’affectif 

Excellente 

Santé dans le 

cas d’une maladie, 

guérison 

complète 

 

Les chiffres 

rencontre fortuite, inattendue 

 

Métiers liés aux jeux 

de hasard, 

casinos, loteries… 

Changement inattendu 

dans le cadre du travail 

nervosité, 

colère, 

impulsivité 

 

L’araignée  

Vie sentimentale irrégulière, en dents de scie – Amour jalousif, possessif, morbide 

Amour dévorant, étouffant 

Amour qui n’est pas désintéressé 

En positif : bon 

espoirs de réussir 

sa carrière, on a pris la 

bonne voie .En négatif : 

déboires dans le travail, 

les efforts ne sont pas 

récompensés 

Surmenage 

Mental et nervosité 

Humeur 

changeante 

Tendance 

dépressive 

 

L’escargot  

Retard dans la vie amoureuse 

Les choses évoluent lentement 

les partenaires sont trop renfermés sur eux-mêmes, manque d’échanges 

Retard dans tous 

les projets professionnels 

faiblesse 

générale 

et fatigue 

sans gravité 

 

10 

Le bateau 

voyage en amoureux ou Lune de miel – couple qui a une vie très remplie 

professions liées au tourisme, interprétariat, aviation… pratique des langues étrangères 

Déplacements profession… 

Fatigue et lassitude besoin de calme et d’évasion 

 

11 

Le lion 

relation forte, passionnée 

rapports de force entre les partenaires. 

Les partenaires se réconfortent mutuellement 

Les métiers qui ont 

un rôle de protection : 

garde du corps, agent de sécurité, assureur… 

poste de direction, 

à fortes responsabilités 

on est à l’aise dans son 

travail 

Bonne vitalité et bonne santé 

risque de 

surmenage 

en cas de 

problème, 

amélioration 

rapide 

 

12 

Le poignard 

relation qui n’apporte que des soucis et contrariétés 

colère ou violence conjugale 

 

Mauvaise ambiance 

dans le travail emploi qui ne convient pas et ne plaît pas. On ne se sent plus à sa place dans l’entreprise 

 

blessures 

domestiques 

troubles 

nerveux, 

excitation, troubles du sommeil 

 

13 

Le papillon 

Renouveau dans la vie sentimentale. 

Pour les célibataires, nouvelle rencontre. On repart sur de nouvelles bases dans le couple 

Si conflits dans le couple c’est 

la fin de la crise Redécouverte du partenaire et de soi-même 

Changement positif 

au niveau social 

Nouveau travail 

ou nouveau poste 

 

Bonne santé 

Pour les malades 

fin des soucis 

 

14 

La pensée 

une personne pense au consultant 

Complicité dans le couple 

Entente spirituelle 

 

Métiers liés à la 

psychologie 

Travail mental et 

intellectuel 

 

Bonne santé et sérénité. Si accompagné 

De cartes 

négatives : 

déprime, crise morale 

 

 

15 

Les symboles sexuels 

A l’endroit : 

(flèche rose en haut ): 

aventures sexuelles  sans lendemain le consultant a une activité sexuelle importante 

le sexe a beaucoup d’importance dans la vie du consultant 

Proposition amoureuse peu sentimentale 

A l’envers

 (flèche bleue en haut) : 

infidélité sexuelle, bisexualité, 

sexualité marginale, 

ou  avec plusieurs partenaires 

vie sexuelle trop abondante 

 

Métiers liés 

à la sexualité : 

gynéco, sexologue… 

Il peut s’agir d’une 

aventure sexuelle dans 

le milieu professionnel 

Soucis au plan sexuel, 

frigidité, 

impuissance, 

Problèmes gynécologiq.   

MST 

Troubles 

Psychologiqu. 

 

16 

La route  

Relation non stable, bancale, pas régulière 

Vie sentimentale difficile avec beaucoup d’obstacles, de revirement de situation 

Relations tendues, conflits 

Métiers liés à la Route (autoroute, voirie, 

gendarmes…)-  déplacements 

professionnels 

Bouleversements 

perturbants dans 

le travail 

Santé 

irrégulière 

des hauts et 

des bas dans le moral 

chutes de 

tension, 

problèmes 

d’articulation 

risque de chute, 

blessure, coupure 

17 

L’étoile 

Vie sentimentale sereine et heureuse. Liens forts dans le couple qui les protège de toute agression extérieure 

Travail satisfaisant, 

Plaisant. Réussite 

professionnelle 

Métiers liés à l’astrologie 

et à l’ésotérisme (voyants, 

désenvoûteur…). Métiers en rapport avec la sécurité, 

la protection rapprochée 

(gardien, agent de sécurité, garde du corps…) 

Bon 

capital santé 

Bonne vitalité 

18 

La cigogne 

Nouvelle rencontre 

Nouveau départ dans le couple 

Métiers liés à l’enfance 

et qui s’y rattache : 

puéricultrice, assistance 

maternelle, sage-femme 

Changements au niveau 

du travail : nouvelles fonctions, nouveau poste 

Pour les sans emploi 

Aboutissement dans 

les recherches 

Grossesse 

Soucis 

Gynécologiq. 

si cartes voisines 

négatives 

19 

L’argent 

liaison basée sur un intérêt financier partenaire très matérialiste 

Professions comme banquier, transporteur 

de fonds, bijoutier, 

tout ce qui touche 

aux métaux précieux 

problèmes de 

santé qui 

engendrent 

des dépenses 

Traitement 

par homéo- 

et ostéopathie 

 

20 

les deux flûtes 

Possibilité de rencontrer l’âme sœur  - Liaison amoureuse sérieuse – Concrétisation du couple, union ou vie en commun – Compréhension et harmonie dans le couple – Réunion familiale 

Métiers liés à la fête et à la 

communication 

Professions liées à l’union des êtres comme agence 

matrimoniale. Egalement métiers de bouche : restaurateur, traiteur … 

Attention aux excès alimentaires, 

à l’alcool, 

au tabac 

 

21 

Les trois lunes 

relation basée sur le romantisme ; on se dévoile, on avoue ses sentiments 

Travail de nuit (discothèque, 

Gardien de nuit, infirmière) emploi avec des horaires 

tournants 

Troubles du 

sommeil 

 

22 

La bougie 

tous les espoirs sont permis 

relation affective sereine, stable et régulière liaison bénéfique 

Personne qui travaille dans 

le domaine de l’occulte : 

voyant, astrologue, radiesthésiste, magnétiseur 

Guérison avec l’aide de l’homéop. La phytothér ;  magnétiseur 

 

23 

Les outils 

Union construite sur de bonne bases ; relation amoureuse en rapport avec son travail 

 

Les métiers manuels liés 

 A l’artisanat , la construction, le dépannage : 

menuisier, charpentier, 

plombier… travail en équipe 

les sans emploi trouvent un travail 

santé saine 

et sans 

problème 

Avec des cartes négatives, 

accident du travail ou 

maladie 

professionnelle 

 

24 

L’été 

rencontres enrichissantes 

amour passionné 

exaltation des sentiments 

Réalisation professionnelle 

Evolution financière 

dans son emploi 

Bonne santé et vitalité 

 

25 

Le point d’exclamation 

 

Grand attachement entre les partenaires. On prend la relation un peu trop comme 

une chose bien acquise 

 

On a ou on trouve un emploi stable et durable travail cartésien 

 

tout va bien mais cette certitude ne 

doit pas pour 

autant amener à se négliger 

 

26 

Le désert 

les célibataires hélas le resteront la relation n’aboutira sur rien de concret effritement des sentiments – blessures concernant d’anciennes relations 

emploi déplaisant et non 

enrichissant Période difficile dans les affaires 

problèmes 

gynéco- 

logiques, de 

stérilité, ou lors d’une 

grossesse 

 

27 

L’oiseau 

relation basée sur le dialogue, la communication 

affinités pour les sujets de conversation et les échanges de vues on fait une rencontre par le biais d’une annonce, 

d’internet 

Métiers liés à la communication, les échanges, 

les médias… annonce 

d’un contrat à signer 

Examens 

médicaux 

en vue ou en 

attente de résultats 

 

28 

Le cadeau 

partenaire généreux, qui fait des petits cadeaux et attentions de toutes sortes 

Se donner physiquement à l’autre 

emploi gratifiant, prime ou promotion inattendue 

pour les sans-emploi 

proposition de travail 

Santé sans 

Nuages et c’est un cadeau du ciel 

 

29 

La poignée 

de mains 

complicité dans la relation 

les partenaires se soutiennent mutuellement 

les partenaires sont inséparables, 

soudés l’un à l’autre les célibataires trouvent un soutien affectif auprès d’un ami ou d’un nouveau partenaire 

Entreprise familiale ou association caritative 

Travail d’équipe : les métiers liés à l’aide sociale : assistance sociale… 

tout va bien 

 

30 

La 

balance 

 

relation affective équilibrée 

 

le commerce et tout ce qui 

s’y rattache ; petit commerçant à son compte 

ou grande distribution 

 

bonne santé 

équilibrée – en cas de maladie, la guérison est proche 

 

31 

Le chien 

amitié sincère, véritable 

et durable sur les années 

amour sincère – fidélité réciproque 

Métiers liés à l’animalerie, 

vétérinaires… emploi trouvé 

par le biais d’un ami ou 

d’une relation – métier plaisant 

Santé saine - 

problèmes 

d’allergies 

 

 

32 

Le serpent 

on se méfie de son partenaire par manque de confiance – on éprouve de la jalousie le partenaire est dévalorisé par critiques de l’autre 

Ambiance malsaine dans 

le travail, jalousie des 

collègues, médisances, 

hypocrisie on est sur 

le qui-vive d’une réflexion 

problèmes 

circulatoires 

troubles nerveux 

empoison- 

nement 

 

33 

Le Stéthoscope 

petites contrariétés passagères dans le couple 

Profession libérale comme 

infirmière, pharmacien, 

dentiste 

Consultation 

Auprès d’un 

médecin 

traitement 

en cours ou à venir 

 

34 

L’écureuil 

liaison stable et harmonieuse 

qui évolue lentement mais 

sûrement ; partenaires ayant des intérêts financiers en commun 

Métiers en rapport avec les 

Placements financiers, 

les assurances, la bourse… 

petite augmentation 

de salaire ou petite prime 

bonne ambiance au travail 

bon capital 

santé 

 

35 

L’hôpital 

Relation amoureuse tendue 

Remise en question du couple 

Métiers liés à la santé 

travail dans un  hôpital, 

clinique, laboratoire, radiologie… comme 

secrétaire par exemple - 

travail qui rend malade 

Hospitalisation pour 

examens ou 

intervention 

chirurgicale 

 

36 

Le coeur partage 

 

les célibataires souffrent de solitude et cherchent l’âme sœur – personne en couple et qui se sent pourtant seule 

 

travail ennuyeux, sans intérêt 

emploi stagnant sans possibilité d’évolution 

tendance 

dépressive et crises d’angoisses 

 

 

 

37 

Le coquillage 

 

liaison passionnée 

liaison enrichissante en sorties, en loisirs partenaire 

de culture différente ou   métissé 

Métiers en rapport avec le tourisme, les transports, 

l’import-export… travail à 

l’étranger – voyages ou 

déplacements pour son travail 

période de repos et de 

recul pour fatigue et 

surmenage 

soins par 

hydrothéra., 

thalasso- manque d’iode dans 

l’organisme 

 

38 

L’éléphant 

Chance et bonheur dans sa vie affective Relation fiable et durable – les célibataires font l’opportunité d’une rencontre 

 

travail qui convient 

opportunités à saisir 

Très bonne santé – si maladie, 

Guérison rapide et totale 

 

 

39 

Le rat 

relation affective qui procure un mal être échanges basés sur la fausseté 

Maladie professionnelle 

très mauvaise ambiance 

Métiers liés à la santé 

ennuis de santé plus ou moins graves selon sens de la carte troubles nerveux et 

circulatoires 

 

40 

Les papiers 

publication des bancs 

signature contrat de mariage 

ou papiers de divorce, 

pension alimentaire 

testament 

Professions en rapport avec l’administration, 

l’enseignement 

demande d’emploi, 

contrat d ‘embauche 

stage, formation, 

concours, titularisation 

Petits examens 

à effectuer 

renouveler une 

d’ordonnance 

-          démarches 

à faire auprès 

des organismes 

de santé 

 

41 

L’hiver 

les rapports dans le couple sont froids et distants 

période de solitude pour les célibataires 

aucune évolution possible 

les projets sont retardés 

personne qui travaille 

dans les sports d’hiver, 

le tourisme en montagne 

rhume, grippe 

problèmes de 

circulation 

 

42 

Les flèches 

Doutes et hésitations dans le suivi d’une relation – choix à faire entre deux partenaires 

Hésitation pour la voie 

Professionnelle à suivre 

Plusieurs opportunités 

d’emplois 

Stress, 

surmenage 

 

43 

La harpe 

rencontre sentimentale lors d’une sortie, d’un spectacle 

rencontre avec un artiste 

couple qui sait se distraire, 

faire la fête personne romantique 

Métiers en rapport 

avec  l’art et le monde du 

spectacle 

Rien de particulier - 

utilisation des 

médecines 

parallèles 

44 

La justice 

avec des cartes positives 

couple stable et équilibré 

démarches de divorce 

Métiers liés à la loi : avocats, huissier, policiers, gardien de prison… aller aux prud’hommes avec son employeur 

Santé stable – côté psycholo- 

gique fragile suite à un choc 

émotionnel 

 

 

45 

La jeune fille 

ou femme de –  de 30 ans….. 

A l’endroit 

:  brune 

A l’envers

blonde 

 

on est sentimentale et romantique on est prête à fondre face aux compliments et flatteries pour un homme peut signifier une liaison avec personne plus jeune 

 

Manque de maturité et 

d’expérience – Métiers 

liés à l’enfance 

Bonne énergie 

 

46 

Le jeune homme 

ou un homme de – de 30 ans 

A l’endroit : brun 

A l’envers : blond 

 

Pour une femme rencontre 

avec une personne plus  jeune. Personne instable, 

qui collectionne les  aventures 

 

Manque de maturité 

et d’expérience. Métiers 

liés à l’enfance 

 

Bonne 

vitalité 

 

47 

La femme 

De + de 30 ans et de – de 65 ans 

A l’endroit : brune 

A l’envers : blonde 

 

 

Une amie, une femme de 

son entourage proche, mère, soeur, autre … pour la consultante une rivale 

 

 

femme à 

forte ambition 

professionnelle possédant le sens des affaires 

 

 

Rien 

de particulier 

 

48 

L’homme 

+ de 30 ans et – de 65 ans 

A l’endroit : brun 

A l’envers : blond 

Un ami, un homme de son entourage proche, père, frère, autre … pour le consultant, un rival 

 

Personne pleine de vitalité dans son travail mais 

au détriment parfois 

de son humeur. Personne 

qui mélange vie professionnelle et vie privée 

 

il faut savoir 

décompresser 

pour éviter les 

problèmes 

nerveux 

 

 

49 

La consultante 

Ou pour le consultant il s’agit d’une femme proche 

Amitié sincère avec une femme pour le consultant 

Responsabilités et initiatives approuvées 

dans son travail 

rien de particulier 

50 

Le consultant 

Pour la consultante il s’agit d’un homme  proche 

Amitié sincère avec un homme pour la consultante 

travail à responsabilités, 

équipe sous ses ordres 

rien de 

particulier 

52 

L’homme âgé

Homme + de 65 ans 

A l’endroit : brun 

A l’envers : blond 

H. âgé, père, grand-père… 

Peut désigner aussi une protection occulte 

 

peut annoncer une différence d’âge entre les deux partenaires 

 

départ à la retraite 

fin de carrière – travail avec des personnes âgées 

 

problème 

d’arthrose 

manque 

d’équilibre, 

risque de 

chutes 

 

53 

La flûte brisée 

dispute dans le couple, 

séparation si cartes très négatives 

dispute avec personne de son entourage professionnel – fin ou rupture de contrat 

licenciement 

risque de 

blessures et coupures 

déséquilibre 

nerveux 

57 

Le lynx 

personne trop 

indépendante qui a du mal à supporter un conjoint 

« a temps complet » 

infidélité du partenaire 

Travail indépendant, 

pour son propre compte 

-          liberté  d’action dans 

les démarches professionnelles 

on évite les 

médicaments 

car on craint une dépendance 

 

58 

La croix 

grand changement 

bénéfique dans la vie amoureuse du consultant avec cartes positives 

-          rupture amoureuse, 

fin d’une liaison si cartes négatives – décès d’une 

personne proche si  assemblage des cartes vraiment très significatif 

Métiers en rapport 

avec la mort : pompes 

funèbres, morgue, 

crématoire… Changement 

important et imprévu 

dans son travail – fin de contrat, licenciement 

Changement 

radical de 

traitement 

Guérison 

Radicale et 

Inattendue - 

décès 

 

59 

La chauve souris 

brouilles affectives avec amis ou la famille Perte d’amitié 

abus de confiance de la part du conjoint 

perte d’emploi – abus de confiance lors de la signature d’un contrat 

pertes  de mémoire 

déprime troubles 

psychologique- crise de nerfs 

 

60 

La colombe 

 

Relation sereine – amour apaisant – harmonie dans le couple 

travail dans une association caritative 

humanitaire – emploi plaisant correspondant à ses aspirations 

Santé protégée 

Guérison proche 

 

61 

Le parchemin 

légalisation d’une union par le mariage – achat en commun dans le couple 

études littéraires et culturelles – Les métiers comme notaire, écrivain 

achat d’un fond de commerce 

ordonnance 

médicale – troubles 

dyslexiques 

chez un jeune 

 

 

 

 


 

 

Oracle_Ge_Tarot dans Oracle GE

Publié dans Oracle GE | 2 Commentaires »

Le Chiffre 1

Posté par othoharmonie le 18 octobre 2010

Nombre Le Chiffre 1 dans Numérologie chiffre-1

Le nombre 1 est utilisé comme base de référence à mathématiques, dans les valeurs matérielles ainsi que spirituel, le nombre un représente avant tout le symbole de Dieu, en effet celui-ci signifie le commencement.

Sur le plan caractériel, le nombre un correspond à la solitude, l’égocentrisme ainsi que l’égoïsme, tout individu rencontrant le nombre 1 sera appelé à se trouver parmi les premières places, cela aux sacrifices de désintéressement envers les autres.


Le nombre 1 aura tendance à créer certaines tendances paranoïaques pour les individus le rencontrant trop souvent. 

 

Chemin de vie chiffre%201%2003 dans Numérologie….. 

 

C’est le chemin de vie des postes à responsabilités. Ces personnes auront à prendre des grandes responsabilités, de nombreuses initiatives pour eux et pour leur entourage.  Ces hommes seront persévérants et courageux, et ne s’associent qu’à partir du moment ou ils dirigent 

Indépendant, autoritaire 

Il faut développer leur confiance en eux, leur indépendance, l’ambition et la tolérance 

Mais faire attention à leur égoïsme, leur agressivité et leur manque d’initiative, parfois ce sont des êtres arrogants 

C’est un être passionné,  et généreux dans le couple en dépit de sa froideur apparente. Mais attention, ne jamais le tromper, il ne pardonnerait pas, et demande une grande disponibilité 

Dans le travail, il commande il dirige et surtout croit que tout le monde a les mêmes capacités que lui. Il devient très intolérant.  C’est un être exigeant avec lui-même et demande la même chose aux autres. Franc; loyal 

Pour la santé c’est un être sujet aux migraines, et à tout ce qui touches la tête en général, et le système lombaire et cardio vasculaire. Attention au stress 

 

Le Chemin de Vie permet d’appréhender les lignes directrices de l’existence d’un individu en fonction de sa date de naissance. Quelles sont celles de celui ou de celle qui a comme Chemin de Vie le nombre 1 ? 

Le Chemin de Vie, issu de la date de naissance, est peut être le nombre le plus important de la numérologie. Il correspond à l’influence dominante de votre existence, à vos caractéristiques majeures et à votre construction personnelle. 

chiffre%201%2003

Construction personnelle 

Vous aurez tout au long de votre existence un puissant désir d’autonomie et de construction personnelle. Vous aurez à cœur de vous construire par vous même, et pourrez pour cela faire preuve d’un grand esprit d’initiative. Vous prendrez la direction des opérations dès que ce sera possible. 

Professionnellement parlant, les personnes ayant un Chemin de Vie 1 ont ainsi au cours de leur existence souvent des postes à haute responsabilité et exercent dans des domaines tels que la politique ou les grandes entreprises. 

La force est une autre caractéristique du Chemin de Vie 1 : vous ferez preuve d’un courage et d’une belle capacité à affronter les difficultés de la vie. Ce qui vous permettra de mettre en œuvre de grandes choses et de parvenir à les mener jusqu’au bout. 

Ceux qui parcourront le Chemin de Vie 1 en ayant une vision claire de leur situation et la volonté constante de bien faire pourront espérer le succès et la réussite sur le long terme.

 

 Vibrations négatives 

L’esprit d’équipe ne sera pas votre qualité première. Vous aurez parfois du mal à partager avec votre entourage, que ce soit d’un point de vue professionnel ou personnel. Votre individualisme pourra par ailleurs vous pousser à faire preuve d’égoïsme ou d’égocentrisme. Vous aurez parfois du mal à faire preuve de compassion ou d’empathie. 

Votre volonté de diriger pourra être mal placée si vos objectifs sont uniquement tournés vers vous-même. Dans ce cas, vous pourrez faire preuve de tyrannie à l’égard de vos proches. Et vous vivrez très mal le fait d’être dépendant des autres si cela vous arrive à un moment de votre existence.

 

 

Comment suivre le Chemin de Vie gd_numero1

Il est nécessaire, pour s’épanouir pleinement avec un Chemin de Vie 1, d’apprendre à gérer son indépendance en prenant en compte les aspirations de ceux qui l’entourent. Il ne doit jamais perdre de vue que le bien commun est plus important que sa propre réussite et que celle-ci n’aura d’intérêt que si elle est partagée dans l’amour et le respect mutuel.

chiffres

Publié dans Numérologie | Pas de Commentaires »

Le Chiffre 6

Posté par othoharmonie le 16 octobre 2010

Le Chiffre 6 dans Numérologie Chiffres

Nombre  0002056E dans Numérologie 


Le nombre 6 symbolise la beauté, l’amour l’harmonie ainsi que la perfection (Dieu créa le monde en 6 jours), contrairement aux autres nombres, le nombre 6 s’effectuera par l’addition du 3+3 ce qui représente l’addition d’un triangle spirituel au triangle matériel ce qui aboutit à la perfection dans quelque domaine que ce soit, en en rappelant que le triangle spirituel se trouve vers le haut et le triangle matériel vers le bas. 


Le nombre 6 est aussi utilisé en morphologie, si l’on doit interpréter le visage d’un individu, si celui-ci se retrouve avec le bas du visage plus large que le haut cela signifiera qu’il soit plus matérialiste, dans le cas contraire il sera plutôt spirituel. 


L’addition du 3 au 3 correspondant au 6, ceci généralement représenté par des triangles, mais si vous poser un triangle sur un autre en le faisant pivoter de 45°, vous pourrez vous rendre compte de la présence de l’hexagone qui est lui aussi un autre signe spirituel plus généralement appelé pantacle. 


Petite particularité du nombre 6 : 1+2+3=6 qui correspond à l’addition de trois premiers nombres 

Votre chemin de vie est  0002056E  … 

  

Le natif du 6 devra faire des choix difficiles car il a un grand sens des responsabilités. Il veut avant tout l’équilibre et l’harmonie.  Sensible et charmant, il est capable de diplomatie et d’écoute ; son lieu de vie devra être harmonieux et chaleureux 

Il aime la famille, l’harmonie, la chaleur 

Il doit faire attention à un goût du luxe un peu trop prononcé parfois 

Pour le cœur, les natifs du 6 fondent une famille pour la vie. Il leur est difficile de s’épanouir  si le cadre familial n’est plus. C’est l’élément vital pour leur équilibre 

Dans le travail, cet homme sera très recherché pour ses qualités de diplomatie, de responsabilités et son coté très conciliant 

Tout ce qui a trait à l’immobilier, aux relations humaines et à l’art en général sera favorisé 

Attention à son cœur pour le domaine de la santé 

  

0002056E

 

Votre date de naissance permet de déterminer que votre nombre de Chemin de Vie est le 6. A l’aide de ce chiffre, le plus important de toute la numérologie, vous allez pouvoir découvrir qui vous êtes. Et les vibrations positives et négatives qui vont environner votre cheminement personnel tout au long de votre existence. 

Construction personnelle 

Les êtres qui ont comme Chemin de Vie le 6 se définissent en premier lieu par un grand sens des responsabilités et une morale élevée vis à vis d’eux-mêmes mais aussi vis à vis des autres. Ils sont toujours disponibles pour écouter, comprendre, aider et soutenir ceux qu’ils aiment. 

La construction d’un réseau social solide, d’un couple et d’une famille sont au centre de leurs priorités. Ils ne sont pleinement heureux que lorsque leur entourage l’est aussi. Ils s’épanouissent pleinement dans les professions où la diplomatie, la médiation et la conciliation sont des qualités essentielles. 

Ils ont constamment à cœur de bien faire – il leur faudra faire attention à ne pas établir une pression trop forte sur eux même s’ils n’atteignent pas les objectifs qu’ils se sont fixés. 

Une grande psychologie leur permet en général d’appréhender au mieux les êtres et les situations et de donner le meilleur d’eux-mêmes, en particulier s’ils écoutent leur intuition et suivent ce qu’elle leur dicte.

 

000206CD

 

Vibrations négatives 

Il faut faire attention – pour ceux qui ont le nombre de Chemin de Vie 6 – à ne pas intervenir de manière intempestive dans la vie de leurs proches. Cela partira toujours d’un bon sentiment mais pourra parfois être mal perçu, en particulier s’ils se mêlent de ce qui ne les regarde pas en pensant détenir la vérité. 

D’autre part, certains pourront parfois abuser de leur générosité et de leur altruisme. Dans ce cas, ceux qui ont un Chemin de Vie 6 auront le sentiment de se « faire avoir ». Ils auront alors beaucoup de mal à pardonner et pourront couper les ponts de manière très brusque avec ceux qui les auront blessés. 

Par ailleurs, il leur faudra faire attention à ne pas réagir de manière trop violente lorsque leur sensibilité sera mise à mal. Car ils pourront être très entêtés lorsqu’ils auront le sentiment d’être dans le vrai, et avoir des périodes de profond découragement si on ne suit pas leurs préceptes.

Comment suivre le Chemin de Vie 6 

Le grand défi des ceux qui ont comme Chemin de Vie le nombre 6 est de parvenir à un équilibre satisfaisant entre leur altruisme inné et leur personnalité propre. Il y a un risque qu’ils s’oublient dans leur implication envers les autres, et perdent de vue leurs propres objectifs. 

Il faudra qu’ils se forcent à établir un égoïsme bienvenu dans leur relation avec leur entourage. Par ailleurs, ils devront laisser une marge de liberté suffisante à leurs proches pour que ceux-ci ne se sentent pas étouffés par ces attentions constantes, surtout s’ils ne les ont pas demandées. 

C’est à ce prix que ceux qui ont comme Chemin de Vie le nombre 6 pourront évoluer sereinement et atteindre la plénitude dans leurs rapports aux autres.

6

 

Publié dans Numérologie | 2 Commentaires »

12
 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...