• Accueil
  • > Recherche : estime soi miroir

Résultats de votre recherche

CHAQUE EXCES EST SIGNE DE MANQUE

Posté par othoharmonie le 22 février 2016

 

Qu’est-ce que la jalousie ? Voici donc quelqu’un qui possède quelque chose que je ne possède pas. Voici donc quelqu’un qui sait faire quelque chose que je ne sais pas faire. Voici donc quelqu’un qui ose effectivement quelque chose que je n’ose pas.

Posséder, savoir faire, oser. C’est ainsi que l’on fabrique des dieux. C’est ainsi que nous donnons du pouvoir aux autres. C’est ainsi que nous nous rendons esclaves ou pour le formuler en termes modernes, c’est ainsi que nous critiquons. Or, cette critique diffère-t-elle d’une tristesse déguisée ou d’un adieu à nos capacités personnelles, aux moyens qui nous sont donnés personnellement ?

vague

Lorsque nous critiquons certaines caractéristique sou un certain comportement ; ne nous rendons-nous donc pas compte que nous souhaitons en fait nous comporter exactement de la même manière que l’autre, ou que nous venons de sortir de cette phase il n’y a pas encore longtemps ? Est-ce que nous ne trouvons pas que l’autre a ceci ou cela de trop, pour la simple raison que ceci ou cela nous manque ?

Toute critique d’un excès chez autrui nous indique nos seuils de vulnérabilité, d’inachèvement. Acceptez donc tout simplement ce que réalise ou possède l’autre : pour quelles raisons en a-t-il besoin. En supposant que vous soyez dans la même situation ou dans une situation comparable, vous en auriez également besoin. Mais demandez-vous surtout si vous en auriez véritablement besoin.

Si vous trouvez excessif que quelqu’un d’autre conduise une voiture de luxe, demandez-vous si vous avez suffisamment conscience de vous-même ; et si vous n’avez pas en fait le même besoin que l’autre.

Si vous trouvez excessif que quelqu’un parte cinq fois par an en vacances, demandez-vous ce que représente pour vous, votre intérieur ; et pour l’autre, le sien.

Ensuite regardez de près ce dont l’autre n’a pas assez. Chaque excès chez une personne est le signe d’un manque ; d’un trop peu ; cela se reconnaît toujours à son contraire. Trop d’affairement – trop peu de temps livre. Trop de sexe – trop peu d’amour. Trop de fête – trop peu de calme et de repos.

Vu sous cet angle, ne pensez-vous pas que vous pouvez vous estimer satisfait avec le soi-disant peu que vous avez ?

Chacun de nous a certainement joué un jour à ce jeu de devinette quelque peu éprouvant qui consiste à trouver ce que telle situation signifie pour moi.

Il n’est pas difficile de pousser la question jusqu’au fatalisme, de voir dans chaque mirage un message personnel de l’univers, sans remarquer que notre propre vis à vis « a quelque chose à nous dire » (qu’il le veuille ou non).

Nous nous entourons tous de personnes qui d’une manière ou d’une autre nous communiquent des messages. « Le comportement de l’autre est toujours une expérience pour moi. Mon comportement est une expérience pour lui. Je te vois et tu me vois. Je fais l’expérience de toi et tu fais l’expérience de moi. Je vois ton comportement et tu vois mon comportement. Mais je ne vois pas quelle expérience tu fais de moi ; de même que tu ne vois pas l’expérience que je fais de toi », L’expérience que nous faisons en général et que l’autre, notre miroir, nous confirme, est la suivante :

Ce que j’aime chez l’autre, c’est moi-même ; ce que je rejette chez l’autre, c’est moi-même.

Il est étonnant de voir avec quelle rapidité nous pouvons nous défaire de certains de nos « défauts » du seul fait que nous les reconnaissions chez l’autre. Bien sûr, nous pouvons de la même manière apprendre à aimer des faiblesses en nous parce qu’elles nous rendent si semblables à l’autre. Citons Laing : « Mais je ne vois pas l’expérience que tu fais de moi, et de même, tu ne vois pas l’expérience que je fais de toi ».

Lorsque cela est nécessaire pour l’exploration de nous-mêmes, le reflet de notre miroir change ; nous changeons d’ami, de travail, d’appartement et, après vingt ans de vacances au même endroit, peut-être aussi de lieu de villégiature. Chaque changement nous conduit un peu plus loin, nous rapproche un peu plus de nous-mêmes. Les miroirs ne deviennent aveugles que lorsqu’ils sont vieux.

Francesca du blog http://othoharmonie.unblog.fr/

Publié dans APPRENDS-MOI, TRANSFORMATION INTERIEURE, Travail sur soi ! | 1 Commentaire »

Et si Dieu était une femme

Posté par othoharmonie le 18 novembre 2015

 

Selon la Genèse, Dieu a créé l’homme et la femme à son image. Pourtant c’est une image très largement masculine de la divinité qui s’est imposée pendant des siècles. C’est une des questions fondamentales que pose Othmar Keel, professeur émérite de théologie de l’Ancien Testament, passionné d’archéologie et qui a rassemblé de nombreux textes, iconographies, et objets soulignant  des  traits  féminins  dans  le  dieu  biblique. 

 Dieu une femme

Et  si  par  cela  la  Femme ouvrait la porte du ciel à l’Homme ?

C‘est une question que je me pose à mon tour. Et si c’était une des questions primordiales de notre temps ? 

Un moment d’éveil de notre conscience  vers  la  réconciliation des principes masculins  et  féminins,  vers  une unification,  un  mariage, une  alchimie  de  la  rencontre  de l’homme et de la femme ?

En  ces  temps  d’urgence  où s’élèvent des quatre coins de la planète des cris de désespoir, de souffrance, une demande immense de transformation  se  fait  entendre. 

L’humanité  cherche  des  réponses qui  lui  apporteront  une  paix durable.  Une  de  ces  réponses  est l‘éveil  à  la  conscience  du  Sacré, incluant l’énergie féminine sacrée, afin que notre terre soit notre paradis et non notre enfer. 

L’énergie féminine, apparentée à la Mère Divine, à la Déesse en tant que force primordiale, est créatrice de  vie  dans  son  émanation d’Amour.  Elle  était  célébrée  du fond  des  âges  par  des  rituels  qui généraient  l’harmonie,  l’équilibre et  la  paix  avec  toutes  les  dimensions,  tous  les  règnes  et  tous  les êtres. 

En  d’autres  temps,  en  d’autres lieux, les femmes se rassemblaient les  soirs  de  pleine  lune  pour  se reconnecter  à  la  source  de  leur féminin sacré, pour se souvenir que toute vie passe par la matrice originelle et qu’il n’y a rien de plus précieux que la VIE.  Porteuses dans leur ventre de ces messages, les femmes sont de façon naturelle  les  gardiennes  de  la connaissance de cette loi de vie, de la paix sur terre. Ce qui fait dire à de nombreux sages qu’il n’y a rien de  plus  dangereux  qu’une  femme en colère. 

En tissant un lien de conscience, un lien profond de sororité, cette force de l’union des femmes nous replace  dans  notre  pouvoir  créateur. Il nous apporte  le courage et l’estime de soi pour apaiser les blessures infligées à notre petite fille, à l’adolescente, à la jeune femme, à la mère, à l’amante, à la créatrice. En  revisitant  notre  histoire  de femmes,  autour  d’un  cercle d’échange et de parole, nous pouvons faire remonter à la surface ces mémoires douloureuses afin de les transformer. Les chaînes de transmission d’une génération à l’autre sont ainsi rompues, et nos enfants sont préservés. 

Notre  époque,  avec  la  libération des mœurs, nous permet d’unifier tous  les  aspects  du  féminin.  Ils peuvent  prendre  tour  à  tour  la forme de la guérisseuse, la sauvage, la  magicienne,  la  mère,  l’audacieuse, l’amante, la prêtresse. Avec le temps viendra la réconciliation, l’’unité, qui rassemblera toutes ces facettes en une seule : la femme debout. 

Ces aspects du féminin unifié, qui sont à l’image de la déesse Shakti dans la symbolique tantrique,  ne  seraient-elles  pas les qualités du principe féminin de  Dieu ? 

Le  couple  dans  ses aspects  féminins  et  masculins unifiés ne serait-il pas un moyen d’accéder à la reconstitution de l’unité primordiale ? “la pratique tantrique ne s’apprend pas dans les textes. Elle repose sur la grâce  accordée  ou  reçue  et  le  lien sacré qui unit maitre et disciple, un lien  d’exigences  mutuelles  et  de risque pris en commun” – par Milarepa. 

Il  nous  faut  retrouver  d’urgence l’innocence  de  nos  sexes,  de  nos cœurs, de nos esprits, afin d’équilibrer  et  d’harmoniser  nos  propres roues de vie, nos portes du ciel, les chakras principaux et secondaires. Comme  nous  l’enseigne l’Ayurvéda, la mise en mouvement de ces roues nous relie au rythme des saisons, et aux cinq éléments, la terre, l’eau, le feu, l’air, l’éther, qui nous composent et qui constituent l’univers. Par ce travail nous émettons une fréquence d’harmonie, de guérison  pour  nous  et  notre  planète.  Nous  réapprenons  à  vivre pleinement  nos  émotions,  puis  à les  transmuter  pour  accéder  à  la vision  dans  le  non  jugement  :  la claire  voyance.  Quand  la  femme atteint  cet  état  de  grâce,  elle oriente  alors  son  regard  au  plus profond  d’elle-même. 

Par  cette porte du féminin sacré, qui active un  circuit  énergétique,  elle  développe ce sixième sens qu’est l’intuition, et accède à la connaissance. Son  corps  devient  l’écho  des rythmes de la nature, le reflet de son temple intérieur. Le temps de ses Lunes, de ses menstruations, est un  temps  d’écoute  propice  à  la capacité de retrouver ses fonctions sacrées : l’initiatrice, la guérisseuse et  la  prêtresse.  Son  rythme  est alors en harmonie originelle avec l’Univers et la destinée profonde de  sa  féminité,  sa  Déesse Intérieure. 

Les épreuves de la vie sont des messages de l’Univers, des miroirs qui nous renvoient à ce qui doit être changé en nous. Cela nous conduit à  retrouver  notre  authenticité  la plus juste, et façonner notre vie en harmonie avec nos véritables dons et  possibilités.  En  acceptant  les défis et les obstacles sur notre parcours de vie, en acceptant ce qui se présente  comme  une  source  de connaissance et de croissance, nous cheminons  intérieurement  vers  la liberté. L’Autre devient le messager du Divin. 

Le Sentier Sacré, chemin de rencontre entre notre être divin et terrestre,  nous  amène  à  courir  de grands  risques,  inconnus  et  solitaires. En choisissant cette voie, il nous conduira à l´abandon et à la fluidité  de  ce  que  nous  sommes dans  notre  Essence  Originelle. Pour que coule l’Amrita, ou Amrit, qui selon les religions dharmiques est un nectar. Il est la boisson des Devas, qui leur donne l’immortalité.  En  sanskrit,  le  mot  Amrita signifie littéralement “sans mort”. 

Dans la philosophie yogi, l’Amrita est  un  fluide  qui  s’écoule  de  la glande pinéale vers la gorge, dans les  états  de  méditation  profonde. Que ces femmes, qui ont transmis cet enseignement du Féminin Sacré à leurs enfants, depuis des générations,  soient  vénérées.  Aujourd’hui, plus que   jamais, Il devient important  de  reconnaître,  de remercier et d’honorer cette énergie féminine sacrée en chacun de nous,  afin  qu’elle  soit  réhabilitée en notre cœur. Pour que se fasse la rencontre alchimique de l’homme et de la femme, et ainsi retrouver notre  place  et  raison  d’  être  en toute noblesse au sein de l’humanité. 

DANSEZ DANS LA LUMIERE

Et si Dieu était une Femme ?

Marie Madeleine ne serait-elle pas, comme  de  nombreux  historiens  le disent aujourd’hui, une femme-déesse à l’origine du culte de la Femme Sacrée, et la principale détentrice de l’enseignement du Christ ? 

Marie-Madeleine de Francesco Hayez, (1825)

 Etre  dans  l’écoute  profonde  de  ce  «  SACREE » en moi, m’éveiller totalement à la vie en reliant mon corps, mon cœur et mon esprit dans une complète harmonie du masculin et du féminin. 

par Marie Jésus Sandoval-Amrita - http://www.esprittantra.org

 

Publié dans DIEU | 1 Commentaire »

L’Univers est le terrain de jeu de nos croyances

Posté par othoharmonie le 21 septembre 2015

 

croyanceNos croyances nous gouvernent mais il est extraordinaire de voir à quel point cette évidence est ignorée. Peu de gens, en effet, réalisent l’intérêt primordial de maîtriser leurs croyances.La plupart du temps, c’est l’inverse qui se produit, ils sont dirigés par leurs croyances avec tous les risques que cela peut impliquer. En fait, cela fait d’eux des créateurs inconscients.

Que l’on considère la vie comme un allié ou un adversaire dans les deux cas les circonstances viendront nous donner raison.

En prenant le soin d’examiner l’influence de nos croyances, il est tout à fait possible de transformer profondément la qualité de notre existence. Certaines croyances stimulent…et nous donnent de l’énergie, « J’ai de la chance… Je suis toujours en forme », d’autres font régresser et nous privent d’énergie « Je ne suis jamais au bon endroit … Je ne peux faire confiance à personne… ».

C’est ainsi que nos croyances nous manipulent et créent notre réalité car à travers elles nous entrons en relation avec l’Énergie fondamentale de l’Univers.

L’Énergie Source se comporte comme un miroir de notre état intérieur. Plus un être humain va rayonner l’Amour, la joie, la paix plus il en attirera l’équivalent dans sa vie.

NOUS POUVONS ÊTRE NOTRE PIRE ADVERSAIRE EN ENTRETENANT

LA CROYANCE QUE NOUS SOMMES VICTIMES OU COUPABLES.

Quand nous pensons ne pas mériter le meilleur de la vie il a peu de chance de se manifester dans notre quotidien. Il est facile d’imaginer combien peut-être difficile le quotidien de la personne dont les principales croyances sont dictées par le manque d’estime de soi et la culpabilité.

 

Aller au-delà de la loi d’attraction

La loi d’attraction selon laquelle nous attirons ce à quoi nous donnons notre attention est une illustration évidente de notre capacité à créer. Il est essentiel de se rappeler que ce principe d’attraction agit en permanence, à notre insu, que l’on en soit conscient ou non.

Dès que les gens sont persuadés être des victimes, ils s’engagent dans un processus destructeur. En se concentrant sur ce que l’on ne veut pas, on obtient ce que l’on ne veut pas.

Ce qu’il faut impérativement comprendre, c’est que l’énergie émise soit de nature positive ou négative, la loi de l’attraction réagit de manière impersonnelle et attirera toujours davantage de cette énergie vers vous.

NOUS NE DEVRIONS JAMAIS VALIDER LES SENTIMENTS

DE « VICTIMISATION » DE QUICONQUE

CELA N’A JAMAIS AIDE PERSONNE A SE RÉALISER.

Chacun peut remarquer qu’en cessant de parler d’un problème, il lui donne déjà l’occasion de disparaître. À l’inverse, la personne qui passe son temps à raconter ses malheurs, à rester critique, tout en négligeant d’apporter des améliorations à sa situation, n’a pas beaucoup de chance d’évoluer positivement.

Là où certains un destin cruel, il faut aussi voir la réponse à un certain niveau vibratoire. Nous créons en permanence nos vies avec nos pensées, nos paroles, nos attitudes… et notre vision.

Les riches s’enrichissent et les pauvres s’appauvrissent parce qu’ils n’ont pas les mêmes croyances, les mêmes visions de leur avenir. Les personnes qui tournent leur esprit vers l’abondance voient facilement l’argent venir à elles. L’inverse est tout aussi vrai : la personne qui s’attarde sur ses manques ne fait qu’attirer à elle plus de privations et se coupe littéralement de l’abondance infinie qui caractérise l’univers.

LA PERSONNE QUI REND LE PASSE

RESPONSABLE DE SES DIFFICULTÉS

S’EXPOSE A REVIVRE LES MÊMES SITUATIONS.

Pour retrouver la liberté, une « victime » doit s’ouvrir non seulement à une certaine responsabilité dans l’origine de ses difficultés, mais aussi à la nécessité de s’engager concrètement à améliorer sa condition.

La loi d’attraction ne dispense pas de prendre en compte la loi de cause à effet. Seule l’action permet le changement, la compréhension est indispensable, mais elle ne suffit pas.

Dans le domaine de la santé, par exemple, une personne pourra très bien admettre qu’elle ne fait pas assez d’activité physique, mais si elle continue à ne rien faire, il ne se passera pas grand-chose.

La nécessité de choisir

Certains hésitent à faire des choix sans doute par peur d’être déçus. Soyons conscients que si nous ne choisissons pas, c’est l’esprit de masse, l’inconscient collectif de sept milliards de personnes en ce monde, qui gouvernera à notre place.

Le trait dominant de l’esprit de masse est la négativité. Il est en effet encombré de superstitions, de peurs et quand nous négligeons de penser pas par nous-mêmes, nous sommes soumis à son influence. Dans ce cas nous créons toujours mais « par défaut » sans rien maîtriser. Il est fondamental que nous soyons constamment aux commandes en entretenant un état d’esprit tourné vers notre idéal.

Nous sommes des émetteurs-récepteurs et de ce fait nos sentiments peuvent bel et bien changer la nature de notre relation électromagnétique avec l’Univers, vu sous un angle quantique et par là même influer sur la réalité matérielle. Chaque pensée ayant une fréquence, il faut commencer par s’assurer que notre esprit est toujours orienté vers ce que nous voulons et non le contraire pour induire positivement la loi d’attraction.

Tous ceux qui ont le courage de renoncer aux émotions négatives et destructrices pour se concentrer exclusivement sur ce qui les rend heureuses se dirigent spontanément vers des circonstances plus épanouissantes. Il existe cependant une condition : vous ne pouvez pas amener dans votre réalité quelque chose que vous ne pensez pas mériter.

Une personne qui renonce trop vite à ses aspirations a tout intérêt à se poser les questions suivantes :
•  Est-ce que je vois une quelconque vertu dans la souffrance ?
•  Existe-t-il une peur dissimulée derrière la réalisation de mon désir ?

Extrait du magazine Energie.Santé

Publié dans APPRENDS-MOI, Chemin spirituel, LECTURES Inspirantes, Philosophie de la VIE | Pas de Commentaires »

L’ETRE QUANTIQUE en devenir

Posté par othoharmonie le 1 juillet 2015

b3e7b4cd_ws

Les premiers physiciens divisaient le monde en deux ; la matière et la pensée ; plus tard : la matière et l’énergie. Ils considéraient chaque élément de la paire comme entièrement séparé de l’autre, mais c’était là une erreur. Néanmoins, cette dualité esprit/matière a conditionné notre première vision du monde, celle d’une réalité prédéterminée où les gens ne pouvaient pas modifier leurs propres actions et encore moins leurs pensées.

Notre vision actuelle, selon laquelle nous faisons partie d’un vaste champ d’énergie invisible contenant toutes les réalités possibles et réagissant à nos pensées et à nos sentiments. A l’instar des scientifiques d’aujourd’hui qui étudient les relations entre la pensée et la matière, nous désirons faire de même dans notre vie. C’est pourquoi nous nous demandons si nous pouvons utiliser notre esprit pour créer notre propre réalité. Si c’est le cas, pouvons-nous acquérir cette aptitude et l’employer pour devenir ce que nous voulons être et obtenir l’existence que nous désirons ?

Personne n’est parfait. Si nous voulons effectuer un changement quelconque dans notre être physique, émotionnel ou spirituel, nous avons tous le même désir : vivre une version idéale de ce que nous pensons et croyons pouvoir être. Quand nous regardons notre embonpoint dans le miroir, nous ne voyons pas uniquement l’image qui s’y réfléchit, mais aussi, selon notre humeur du jour, une version plus mince de nous-mêmes ou bien une version plus lourde encore. Laquelle des deux images est réelle.

Quand, avant de nous endormir le soir, nous passons en revue notre journée et nos efforts pour devenir moins susceptibles et plus tolérants, nous ne voyons pas seulement le parent qui s’est emporté contre l’enfant qui n’a pas obéi simplement et rapidement à une simple demande notre part. Nous voyons soit un ange dont la patience est épuisée comme celle d’une victime innocente, soit un ogre hideux souillant l’estime de soi d’un enfant. Laquelle de ces deux images est réelle ?

La réponse : elles le sont toutes. Non seulement ces deux extrêmes, mais aussi une série infinie d’images allant du positif au négatif. Pourquoi ? Afin que vous saisissiez mieux la raison pour laquelle aucune de ces versions n’est plus ou moins réelle que les autres, écartons la vieille vision désuète de la nature fondamentale de la réalité et remplaçons là par une nouvelle. Il s’agit là d’une grande entreprise, mais nous devons savoir ceci : si vous lisez ceci c’est parce que vos efforts pour effectuer des changements durables dans votre existence que ce soit sur le plan physique, émotionnel ou spirituel, ont échoué en regard de l’idéal que vous entretenez de vous-même. La raison pour laquelle vos efforts ont échoué relève davantage deo vos croyances que d’autre chose, y compris un prétendu manque de volonté, de temps, de courage ou d’imagination.

Pour changer, nous devons toujours avoir une vision neuve de nous-mêmes et du monde afin d’acquérir de nouvelles connaissances et de vivre d’autres expériences.

Il nous est possible de remonter à la source de nos faiblesses passées, qui est une seule grande bévue. C’est que nous ne nous sommes pas engagés à vivre selon cette vérité : Nos pensées ont des conséquences telles, qu’elles créent notre réalité.

En fait, nous sommes tous privilégiés. Nous pouvons tous récolter les fruits  de nos efforts constructif. Nous n’avons pas à nous soumettre à notre réalité présente, car nous pouvons en créer une nouvelle si nous choisissons de le faire. Nous avons cette capacité, car nos pensées influencent notre vie, pour le meilleur et pour le pire. Si nous adhérions vraiment à l’idée que nos pensées exercent des effets tangibles sur notre existence, pourquoi ne nous efforcerions-nous pas de ne jamais entretenir une pensée que nous ne voulons pas vivre ?

Pourquoi ne pas concentrer notre attention sur ce que nous voulons au lieu d’être continuellement obsédés par ce que nous ne voulons pas. si nous étions convaincus que ce principe est vrai, perdrions-nous une seule journée dans la création intentionnelle du destin désiré ?

Pour changer sa vie, il faut changer ses croyances sur la nature de la réalité.

Un livre peut vous y aider  : « Rompre avec soi-même » du Docteur Joe Dispenza

Par Francesca sur le blog http://othoharmonie.unblog.fr/

Publié dans En 2012-2013 et après 2016, Etat d'être, UNE TERRE D'ALLIANCE | Pas de Commentaires »

COMMENT PROCEDER POUR SE CHANGER SOI-MEME

Posté par othoharmonie le 7 juin 2015

 

tout-est-psyNous faisons partie d’un vaste champ d’énergie invisible contenant toutes les réalités possibles et réagissant à nos pensées et à nos sentiments. A l’instar des scientifiques d’aujourd’hui qui étudient les relations entre la pensée et la matière, nous désirons faire de même dans notre vie. C’est pourquoi nous nous demandons si nous pouvons utiliser notre esprit pour créer notre propre réalité. Si c’est le cas, pouvons-nous acquérir cette aptitude et l’employer pour devenir ce que nous voulons être et obtenir l’existence que nous désirons ?

Soyons francs ; personne n’est parfait. Si nous voulons effectuer un changement quelconque dans notre être physique, émotionnel ou spirituel, nous avons tous le même désir : vivre une version idéale de ce que nous pensons et croyons pouvoir être. Quand nous regardons notre embonpoint dans le miroir, nous ne voyons pas uniquement l’image qui s’y réfléchir, mais aussi selon notre humeur du jour, une version plus mince de nous-mêmes ou bien une version plus lourde encore. Laquelle des deux images est réelle ?

Quand, avant de nous endormir le soir, nous passons en revue notre journée et nos efforts pour devenir moins susceptibles et plus tolérants, nous ne voyons pas seulement le parent qui s’est emporté contre l’enfant qui n’a pas obéi simplement et rapidement à une simple demande de notre part.  Nous voyons soit un ange dont la patience est épuisée comme celle d’une victime innocente, soit un ogre hideux souillant l’estime de soi d’un enfant. Laquelle de ces deux images est réelle ?

La réponse : elles le sont toutes. Non seulement ces deux extrêmes, mais aussi une série infinie d’images allant du positif au négatif. Pourquoi ? Afin que vous saisissiez mieux la raison pour laquelle aucune de ces versions n’est plus ou moins réelle que les autres, je devrais écarter la vieille vision désuète de la nature fondamentale de la réalité et la remplacer par une nouvelle.

Il s’agit là d’une grande entreprise, mais vous devez savoir ceci : vous avez sans doute été attiré par cette lecture parce que vos efforts pour effectuer des changements durables dans votre existence, que ce soit sur le plan physique, émotionnel ou spirituel, ont échoué en regard de l’idéal que vous entretenez de vous-même. La raison pour laquelle ces efforts ont échoué relève davantage de vos croyances que d’autre chose, y compris un prétendu manque de volonté, de temps, de courage ou d’imagination.

Pour changer, nous devons toujours avoir une vision neuve de nous-mêmes et du monde afin d’acquérir de nouvelles connaissances et de vivre d’autres expériences.

C’est ce vers quoi nous devons tendre…. Il  nous est possible de remonter à la source de nos faiblesses passées qui est une seule grande bévue. C’est que nous ne nous sommes pas engagés à vivre selon cette vérité : nos pensées ont des conséquences telles, qu’elles créent notre réalité.

En fait, nous sommes tous privilégiés. Nous pouvons tous récolter les fruits de nos efforts constructif. Nous n’avons pas à nous soumettre à notre réalité présente, car nous pouvons en créer une nouvelle si nous choisissons de le faire. Nous avons cette capacité, car nos pensées influencent notre vie, pour le meilleur et pour le pire.

Je suis convaincu que vous avez déjà entendu cela auparavant, mais je me demande combien de gens y croient réellement. Si nous adhérions vraiment à l’idée que nos pensées exercent des effets tangibles sur notre existence, pourquoi ne nous efforcerions-nous pas de ne jamais entretenir une pensée que nous ne voulons pas vivre ? Pourquoi ne pas concentrer notre attention sur ce que nous voulons au lieu d’être continuellement obsédés par nos problèmes ?

Pensez-y un peu : si vous étiez convaincus que ce principe est vrai, perdriez-vous une seule journée dans la création intentionnelle du destin désiré ?

Pour changer sa vie, il faut changer ses croyances sur la nature de la réalité.

Tant que vous n’aurez pas modifié la vision de votre réalité présente, tout changement que vous apporterez à votre existence sera arbitraire et transitoire. Il vous faut repenser comment les choses se produisent afin d’obtenir des résultats désirés et durables. Pour ce faire, vous aurez besoin d’être ouverts à une nouvelle interprétation de la réalité et de la vérité.

Publié dans TRANSFORMATION INTERIEURE, UNE TERRE D'ALLIANCE, Zones erronées | Pas de Commentaires »

LE MEILLEUR SYSTEME IMMUNITAIRE de la psyché

Posté par othoharmonie le 14 février 2015

 

 

renforcer-système-immunitaire-dien-chan2-300x232L’estime de soi est au cœur de la construction individuelle. Elle permet de s’inscrire dans un projet de vie dont on est acteur et se constitue, ou pas, au gré des expériences vécues par l’individu. De fait, sa carence induite par des échecs psycho-affectifs ou des épisodes traumatiques se place en amont des altérations psychiques.

L’estime de soi, haute ou basse, ne doit pas seulement être considérée comme une caractéristique de l’individu. Elle est un outil, voire une arme permettant de s’adapter efficacement à son environnement. Un instrument intelligent et protecteur, indispensable pour faire face à la vie, s’aimer et s’aider dans un premier temps, aimer et aider les autres dans un second temps.

 

Inadaptabilité

Il existe un lien fort entre estime de soi et résultats scolaires. On observe qu’elle permet à l’enfant confronté à des difficultés d’adopter des stratégies de résolution de problèmes les plus adaptées : recherche de soutien social auprès des proches, remise en question des comportements inadéquats, confrontation à la réalité. A contrario, une estime de soi faible est souvent associée à des stratégies inverses : repli sur soi, réticence à parler de ses soucis, autocritique excessive… Un lien étroit a pu être observé entre estime de soi et capacité d’autocontrôle, une stratégie qui fait défaut aux personnes qui s’estiment peu.

Dans cette même optique a pu être souligné un lien avec l’optimisme : les sujets optimistes sont capables, face à l’incertitude, d’imaginer qu’ils auront les ressources nécessaires pour faire face, au niveau comportemental (si l’événement est contrôlable) ou émotionnel (si l’événement ne dépend pas de la personne) aux aléas de l’existence. On voit donc combien l’estime de soi va influencer les capacités adaptatives.

Elle a également d’autres fonctions importantes. La première d’entre elles, et la plus facilement observable, concerne la capacité à s’engager dans l’action. La notion de confiance en soi, composante partielle de l’estime de soi, désigne le sentiment subjectif d’être ou non capable de réussir ce que l’on entreprend. La plupart des études soulignent que les sujets à basse estime d’eux-mêmes s’engagent avec beaucoup de réticences dans l’action. Ils renoncent plus vite en cas de difficultés et souffrent plus souvent de procrastination.

Miroir déformant

À côté des manifestations comportementales, il existe également des phénomènes cognitifs d’autoévaluation. En psychiatrie, des études ont démontré le lien entre basse estime de soi et un risque dépressif évolutif au fil des ans. Des travaux sur la stabilité de l’estime de soi, autre paramètre important, ont montré que les sujets à estime d’eux-mêmes instable sont très dépendants des événements extérieurs (opinion ou fait) et sont plus souvent victimes d’états émotionnels à polarité négative (peur, colère) que ceux dont l’estime d’eux-mêmes est stable et résistante.

Sans une solide estime de soi, il est compli­qué de ressentir le plaisir de vivre, de se sentir le droit de prendre sa place, de faire entendre sa voix… C’est aussi se croire inférieur aux autres et se maltraiter, ou se laisser maltraiter. Mais quand la dotation en estime de soi a été très réduite, comment peut-on s’en sortir ? Se constituer un « patrimoine psycho-affectif » tardivement est-il possible, alors que les coups du sort nous ont conduits à nous mésestimer ?
 

images (1)

S’estimer au bénéfice d’autrui

« Nous abritons un ange que nous choquons sans cesse. Nous devons être les gardiens de cet ange », écrivait Jean Cocteau. S’estimer, c’est prendre conscience de cela. Mais tout d’abord, il convient de se débarrasser de l’idée fausse qui consiste à assimiler la bonne estime de soi à de l’égoïsme. S’accorder de la valeur ne se pratique pas au détriment des autres, mais au contraire à leur bénéfice. En effet, être en paix, en grande camaraderie avec son être profond (corps et esprit) est le meilleur moyen d’être en paix avec les autres et en capacité de développer l’altruisme. Ensuite, il convient d’apprendre à adopter un regard positif, sur soi-même comme sur les autres, ce qui permet de voir le réel différemment, d’apercevoir de nouveaux horizons et d’envisager d’autres options pour son projet de vie, en construisant des relations positives avec soi-même et avec autrui. C’est aussi s’octroyer la juste dose d’enthousiasme et d’optimisme nécessaire à une vie harmonieuse, avec son soi profond et avec les autres. Enfin, reconnaître qu’il est parfois nécessaire de se faire aider par un psychothérapeute, c’est aussi faire un pas décisif dans l’acceptation de son mal-être et surtout dans la volonté de se faire du bien, celui que l’on mérite.

S’aimer tel que l’on est, s’accepter pleinement, et de là s’estimer profondément, constitue un projet non seulement légitime mais libérateur. Car, à ne pas s’accepter, la vie devient un combat épuisant, où s’engouffre et se perd notre énergie qui n’est alors plus mobilisable pour des actions positives.

De la pulsion au désir

Pour construire son estime de soi, il faut quitter le schéma pulsionnel qui consiste à se faire aimer pour s’autoriser à s’aimer soi-même. Il est indispensable de s’aimer pour que l’amour que nous voue autrui ne devienne pas suspect : pourquoi m’aime-t-on puisque je ne m’aime pas ? De même qu’il est salutaire de sortir des loyautés contraignantes. La découverte de « la fidélité à soi-même » est une rencontre fondamentale, qui devient possible après une maturation psychique, une meilleure connaissance de soi, une élucidation de ses peurs profondes, une réappropriation de sa parole propre et la détermination à ne plus se laisser définir par l’autre, à ne plus s’inscrire dans le désir de l’autre, mais à se couler dans son propre désir.

Dernier point, les psychothérapeutes comportementalistes (des thérapies cognitivo-comportementales, TCC) écoutent les mots qui disent la souffrance, mais ils s’attachent surtout à repérer les comportements qui nous font mal et nous enferment et proposer des schémas comportementaux alternatifs. La finalité étant bien sûr de les sortir de ce mauvais amour de soi qui interdit tout accès au plaisir.

L’estime de soi peut être vue comme un véritable système immunitaire du psychisme qui nous protège de l’adversité, des croyances contraignantes et contre-productives qui ne nous appartiennent pas. Elle agit même comme un amortisseur qui nous maintient en état de stabilité psychique, protégés des troubles occasionnés par les aléas extérieurs. Elle constituenotre plus grande richesse intérieure, que nous devons protéger et faire fructifier tout au long de notre vie, car elle nous assure une vie équilibrée, riche, entre autres bienfaits, d’une maturité psychique et d’une sexualité épanouie, où nous accueillons l’autre dans sa dimension de sujet, où nous louons sa différence, où enfin, nous acceptons qu’il soit partiellement insatisfaisant.

La TCC au secours de l’estime de soi

La thérapie cognitivo comportementale (TCC) permet de créer des cercles vertueux liés à la dynamique d’apprentissage, dont voici quelques étapes :

  • apprentissage d’un comportement nouveau
  • mise en marche d’une dynamique de changement comportemental
  • passage à l’action, avec l’aide du thérapeute
  • encouragements/renforcements par les premiers signes de réussite
  • validation/ajustement du nouveau comportement pour une efficacité maximale.

Nathalie Queyrel du site  http://www.principes-de-sante.com/

Publié dans Guérir en douceur, Travail sur soi !, Zones erronées | Pas de Commentaires »

Celui qui rêve est un petit peu chamane

Posté par othoharmonie le 6 décembre 2014

 

Proverbe des Indiens kagwahiv

Le chamanisme repose sur la croyance en un monde et un individu doubles. D’un côté nous avons la réalité ordinaire et profane, nos corps solides et tangibles, les structures démontrables par la science. De l’autre, nous trouvons des concepts canstockphoto7803217incertains – «brumeux» entendra-t-on, voire «fumeux» – d’une réalité non ordinaire, qui parfois correspond à notre univers et qui est le lieu de résidence et d’action des esprits, des divinités, de forces ressenties – et par là même «vraies» – bien que leur existence soit invérifiable. L’homme renferme en lui cette dualité, ou bipolarité, puisqu’à son corps se rattache une autre forme immatérielle que nous nommons de façon générique : «âme». Parfois, cette âme est multiple : ainsi la croyance que la petite âme s’en va lors du sommeil et visite les rêves pour revenir au réveil, et que la grande âme nous quitte à notre mort. Ce concept s’avère un pré-requis à la pratique du chamanisme. Comme il est très souvent accepté par les communautés païennes et, plus largement, par les personnes qui vivent une spiritualité, nous ne nous étendrons pas plus longtemps dessus. Mais il faut garder à l’esprit que la raison d’être du chamane réside dans cet autre monde, jumeau du nôtre, inaccessible aux profanes : seul le chamane peut passer les frontières, chevaucher le tambour et marcher sur la piste du Rêve… 

Le passage d’un monde à l’autre

L’ethnologue Michel Perrin constate que l’une des plus importantes caractéristiques du chamane réside dans son statut de passe-muraille : «Le chamanisme suppose que certains humains savent établir à volonté une communication avec l’invisible»1. Les événements qui annoncent et valident l’accession d’un homme profane au rôle de chamane sont des marqueurs de cette ouverture à la réalité non ordinaire. 

Il existe deux façons d’interférer vis-à-vis de cet autre monde : on peut construire une relation privilégiée avec des «esprits auxiliaires» (l’image d’Épinal nous les présentera en tant qu’animaux de pouvoir, mais il peut aussi s’agir de défunts, d’esprits des plantes, d’esprits vaincus et soumis à la volonté du chamane-guerrier…) ou envoyer (une partie de) son âme dans la réalité non ordinaire. Pour cette dernière, les métaphores du voyage sont couramment employées : on «chevauche le tambour», et le merveilleux cheval Sleipnir, monture d’Odin, serait une représentation du savoir chamanique de ce dieu connu pour pratiquer la magie. Souvent, les deux méthodes d’interaction sont employées. 

En tant qu’interlocuteur privilégié de cet univers inaccessible et qui, pourtant, pèse de son poids et des actes de ses habitants sur le nôtre, le chamane a un rôle social de premier ordre. Il agit pour le bien de la communauté dans son entier (bonnes chasses, récoltes abondantes, pluies, guerres, protection contre les épidémies…), mais aussi à la demande de particuliers. Dans ce cas, son office consiste à guérir, libérer du mauvais sort, accompagner un défunt ou protéger une naissance. De façon plus générale, à ces deux échelles, sa responsabilité est de trouver et d’expliquer la raison des malheurs ainsi que le cheminement qui les a rendus effectifs afin de les dénouer et de les éviter. Le chamane «veille à l’équilibre du monde et au bien-être des hommes». 

Les pétales de la marguerite

Les signes qui indiquent l’intérêt des esprits pour un humain en particulier peuvent prendre diverses formes. 

Néanmoins, toutes sont reliées à la même cause : l’ouverture à la réalité non ordinaire. Il est aussi important de souligner qu’on n’est chamane qu’une fois que les esprits (esprits animistes, âmes des défunts, divinités…) ont reconnu et accepté l’aspirant. De plus, l’importance sociale du chamane, l’envie et la défiance qu’il suscite rendent l’épreuve nécessaire afin que la communauté admette le nouveau statut du prétendant. Trois voies mènent au titre de chamane : la génération spontanée, provoquée par une divinité ou non ; la quête de savoir, la recherche active de ces connaissances ; la transmission familiale. Parfois, elles se cumulent. Et quelle(s) qu’elle(s) soi(en)t, elle(s) doi(ven)t être validée(s) par les esprits. On peut susciter ce choix par des actes, des pratiques, des comportements, le mot de la fin reste indépendant de notre volonté et de nos efforts. La sensibilité d’un homme ou d’une femme à l’autre monde pourrait être représentée comme le coeur d’une marguerite : ouvert, vibrant et entouré de pétales. Chacun de ces pétales naît du coeur et chacun est un symptôme, distinct des autres. Les signes d’élection peuvent se manifester sous la forme de : 

– rêves particulièrement forts et de visions ;

– maladies qui sortent de l’ordinaire, particulièrement longues ou dont on ne peut se débarrasser (maux de gorge à répétition…). Les syncopes et les crises d’agitation intenses ont une place privilégiée dans le creux de ce pétale-ci. Les premières seraient provoquées par le passage instantané de l’âme dans la réalité non ordinaire, les secondes par la rencontre brutale de l’âme avec l’esprit qui s’associera bientôt au futur chamane. La nature de la maladie et la zone touchée (gorge, oreilles…) présageraient de pouvoirs spécifiques que le malade acquerra par la suite ; 

– intolérance à certains aliments (dans ce cas, les aliments en question appartiennent à un système symbolique propre à la société de la personne) ;

– une presque mort (noyade, hypothermie…) ou un évanouissement prolongé. Ce signe représente une apothéose dans la ronde des symptômes puisqu’il signifie, chez certains peuples, que les esprits réclament l’initiation de la personne. 

Plus un individu accumule de ces preuves d’une sensibilité exacerbée vis-à-vis de la réalité non ordinaire, plus la

probabilité est grande qu’il devienne chamane. 

images (2)L’apprentissage

En théorie, le savoir essentiel est le savoir transmis par les esprits. La communication avec les habitants de la réalité non ordinaire ouvre les portes à un apprentissage distillé par l’autre monde. La légitimité du chamane ne repose-t-elle pas sur son respect et sa compréhension de leurs coutumes, de leurs modes de fonctionnement ? Toutefois, dans la pratique, un apprentissage a lieu. Il peut durer très longtemps, jusqu’à plusieurs années, parfois à l’écart du monde des hommes (d’ailleurs, le jeûne et l’abstinence auxquels se soumettent certains disciples dénotent une volonté de rompre avec la réalité ordinaire). Le passeur de frontière doit en effet assimiler rites et pratiques, mais aussi développer une grande connaissance des mythes de son peuple, qui l’aideront dans ses interprétations et qu’il mettra en actes vis-à-vis des siens afin d’apporter une nouvelle optique à tel ou tel événement, dans l’éclairage de la logique des esprits. 

Des artifices permettent à l’apprenti de voyager plus facilement. Les rythmes joués par des hochets ou des instruments de percussion – les fameux tambours chamaniques – sont les montures les plus fréquentes dans nos contrées. Des tribus et des peuples utilisent de manière traditionnelle certaines substances qui modifient l’état de conscience : les Huichol du Mexique consomment le peyotl ; les Yagua du Pérou une décoction à bases de lianes d’ayahuasca, dont les effets sont combinés aux propriétés du tabac ; les Guajiro utilisent le tabac et les Desana, en Colombie, le vixó et le yajé. Il existe d’ailleurs des plantes interdites, comme le kieri chez les Indiens huichol : si un chamane est soupçonné d’en prendre, on en déduit qu’il s’est engagé sur la voie de la sorcellerie. Il ne met alors plus ses connaissances en oeuvre pour le bien de la communauté et l’équilibre du monde, mais selon ses propres désirs. 

Dès que le chamane atteint un certain niveau de maîtrise, il abandonne ces truchements végétaux et déclenche les passages par sa propre volonté. De même, on remarquera que l’une des différences entre un candidat potentiel et un impétrant, indépendamment des terreaux culturels, réside dans le contrôle par le chamane de la communication, qui se fait alors de façon «volontaire et actif5». Le chamane est donc caractérisé par son rôle de pont entre deux mondes, y compris entre celui des hommes et celui des femmes. Afin d’obtenir une connaissance totale, il expérimente et vit les deux genres : on prête souvent au chamane des attitudes et/ou des accoutrements ambivalents, voire une pratique du travestisme. La nature mixte ou bisexuelle des esprits auxiliaires ou des chamanes mythiques des origines renforce et légitime cette vision traditionnelle. En outre, une telle complémentarité lui permet de représenter le genre humain dans son entier face au monde des esprits. La compréhension et la réunion de cette distinction si profonde entraînent un savoir global, «une totalité autrement impossible». 

Parler aux esprits, parler aux hommes

Afin de communiquer avec les esprits, les chamanes doivent se rendre dans la réalité non ordinaire. Dans le même temps, ils inscrivent leur voyage dans notre propre monde grâce à des sons, des attitudes, voire à de véritables mises en scène de leurs péripéties. Les ethnologues voient là une façon de guérir par le théâtre, dans la continuité des catharsis provoquées par les représentations antiques. À l’opposé, nous nous rappellerons une pratique commune dans le néochamanisme qui consiste à danser avec son animal de pouvoir afin de l’incarner dans cette réalité, ce qui permet au chamane de se rapprocher de lui tout en faisant plaisir à l’animal, et donc de raffermir leur lien. 

Il existe aussi des chants chamaniques qui se divisent en deux types, chacun ayant son utilité. Le premier correspond à des chants structurés, parfois très longs, et enseignés à l’identique de génération en génération. Il éclaire les chemins qui mènent à l’autre monde. Le second type ne s’apprend pas, il consiste en une  improvisation qui véhicule la parole des esprits. Souvent, les deux s’entrecroisent dans une même séance. Ces chants s’adressent à la fois aux esprits, aux puissances de l’autre monde, et aux humains qui assistent à la cérémonie et participent ainsi par leur simple présence à la transcription des volontés issues de la réalité non ordinaire dans le profane. 

La communication dirigée vers les hommes peut passer par des formes extrêmes qui correspondent à la transe et à l’extase ou, plus discrètement, par une modification corporelle, par un changement de langage, du rythme du chant ou des instruments, par l’imitation d’un animal, par des mouvements spécifiques… Bien sûr, il ne s’agit pas là d’une communication claire, mais qui participe plutôt d’un langage symbolique (tant par le corps que par les sons). 

Homme-médecine : traquer et chasser

Comme nous l’avons vu, les rôles du chamane auprès de la collectivité sont nombreux : aider à la bonne chasse et aux récoltes abondantes, à la guerre et, en temps de paix, à la protection des siens (certaines pratiques consistent à échanger l’âme des animaux tués avec des âmes humaines, que le chamane va chercher dans un village lointain, ou encore à extirper les maladies et à les envoyer sur une autre tribu afin de l’affaiblir et de purifier son propre village). Il veille à ce que les esprits soient satisfaits, tant ceux des plantes et des bêtes que ceux des défunts. Enfin, il oeuvre à un niveau individuel en soignant les maladies et les troubles mentaux. L’un comme l’autre ont deux causes possibles : le départ de l’âme ou l’introduction dans une personne d’un esprit pathogène.

L’âme est amenée à se scinder lors d’événements ressentis comme choquants. Il peut s’agir d’un traumatisme de guerre, d’un viol, de harcèlement moral, d’une humiliation, d’une douleur importante (se casser la jambe) ou de la première expérience infantile du «non». La partie de l’âme qui est porteuse de la violence de cette expérience s’en va alors dans une des strates de la réalité non ordinaire. La scission peut aussi se produire sous le coup d’un vol, un rapt psychique commis dans le but de s’approprier la force vitale d’un autre. Dans notre société, ce méfait est souvent commis en toute inconscience par des personnes pour qui le concept d’âme est étranger et qui ne réfléchissent pas sur les fluctuations d’énergie qu’elles peuvent ressentir. Dans ce cas, le chamane devient traqueur, il suit la piste du morceau d’âme disparu et la ramène au malade. Il s’agit d’une technique d’«endorcisme» (terme utilisé par M. Perrin) que l’on nomme couramment le recouvrement d’âme. 

Un esprit peut entrer dans notre corps, souvent pour combler un vide créé par le départ d’un morceau d’âme ou par un affaiblissement de notre condition, comme ceux provoqués par le stress. Il faut alors le chasser, l’exorciser,soit en se rendant dans la réalité non ordinaire, soit en retirant le mal par une technique comme la succion, laquelle aspire l’intrus qui doit ensuite être neutralisé. Les questions que pose le néo-chamanisme par rapport à ces pratiques se concentrent sur les méthodes à utiliser. Chez les peuples pour qui chasser est une question de survie et l’astuce le meilleur moyen de s’adapter aux aléas de la nature, la fin justifie souvent les moyens. Les chamanes ne se préoccupent pas de considérations morales comme nous avons pu en développer et utilisent volontiers la ruse et la force pour obtenir le rétablissement de leur patient. Les néo-chamanes préféreront la  patience et la négociation. Ils ne chercheront pas à détruire l’esprit pathogène mais à l’éloigner, au moins le temps de consolider le trou dans l’âme qui constituait sa niche. 

Animal totem ou animal de pouvoir ?

images (3)Sans oublier les autres époux non ordinaires…

Maintenant, penchons-nous sur les esprits auxiliaires, et dans un premier temps, sur les animaux. Tout le monde connaît l’expression «animal totem». Cependant, ce terme renferme de nombreux sens, parfois accordés à tort.

L’animal totem est l’animal qui nous correspond. Il résume nos qualités, nos défauts, nos capacités et les dons que nous possédons dans tel ou tel domaine. Il demeure le même tout au long de notre vie, puisqu’il est nous. 

Le néo-chamanisme parlera plus facilement d’animal de pouvoir. Il s’agit cette fois-ci d’esprits qui nous aident tant qu’on a besoin d’eux, dans un domaine et pour des tâches auxquels ils sont liés symboliquement. Un chamane en aura plusieurs, attachés à des capacités différentes (untel pour les interactions avec les hommes, un autre pour la magie, encore un pour approcher les défunts…) et avec des caractères distincts. Ils n’existent pas nécessairement dans notre réalité, mais habitent au moins l’imaginaire collectif, tels les licornes et les sphinx. Un animal de pouvoir, comme son nom l’indique, apporte conseil, secours et puissance dans la réalité non ordinaire. 

Il ne reste en principe qu’une partie de l’existence, mais certains peuvent se tenir à nos côtés jusqu’à la fin.

L’esprit auxiliaire peut s’avérer unique – ou, du moins, un esprit principal et incontournable. Celui qui exige qu’un homme ou une femme soit initié(e) en l’accablant de malheurs et/ou d’une maladie, qui le réclame, deviendra l’époux(se) de cet élu(e). Souvent, un tel guide appartiendra à l’autre sexe, même s’il s’agit d’un animal ou d’une plante. Et on les dit jaloux… Le pendant de cette exclusivité accorde un lien plus fort entre le chamane et son esprit auxiliaire grâce à cette intimité. Une intimité qui peut être provoquée, dans le cas d’esprits adjuvants multiples, par des pratiques telles que la danse d’incarnation, dont nous avons déjà parlé. Les esprits auxiliaires se présentent aussi comme des éléments (pluie, soleil, arc-en-ciel…), de simples voix ou des petits hommes vivant dans une montagne. Certaines traditions chamaniques où l’on consomme des substances afin de faciliter les voyages auront des plantes comme interlocuteurs. Ainsi, l’absorption d’ayahuasca a pour but la rencontre avec l’esprit de cette plante. Une fois que l’aspirant a montré patte blanche, il va pouvoir interagir avec l’ensemble des esprits végétaux et apprendre leurs propriétés. Dans d’autres régions, l’aide va apparaître sous l’identité d’un aïeul, ancien chamane lui-même. Ailleurs encore, le chamane devra conquérir des esprits qui seront alors ses subordonnés, à moins qu’ils ne l’approchent et ne demandent à se mettre à son service une fois que preuves auront été données de ses compétences ! 

De très nombreuses possibilités existent et il serait fastidieux de toutes les énumérer. Nous terminerons avec un dernier cas intéressant : les chamanes huichol ont tous pour auxiliaire principal le dieu cerf Kauyumari. Je ne peux m’empêcher de comparer cette approche avec l’hégémonie de la figure du loup en France. Beaucoup de personnes qui s’intéressent à une spiritualité liée à la nature rapportent leur amour du loup, l’affection qu’elles portent pour diverses raisons à cet animal qui parcourt davantage notre paysage culturel que l’humus de nos forêts. Il existe une tradition très forte de l’homme-loup en Europe, qu’on parle de bisclavret, du roi Lycaon ou d’úlfhedhnar (l’un des aspects du berserkr), et particulièrement dans notre pays. De là à prétendre que le loup serait une sorte d’esprit auxiliaire constitutif de notre coin de continent, il y a un grand pas que je ne franchirai point, mais qui me donne envie d’enfiler mes bottes ! 

Le rôle social dans le néo-chamanisme

Nous avons vu que la légitimité du chamane en ce monde-ci se fonde sur sa reconnaissance par sa communauté.

Mais qu’en est-il au sein du néo-chamanisme, quand l’essentiel de la fonction sociale se résume à la participation à des stages et à des réunions, qui tournent parfois à une vingtaine de participants reclus dans une salle peu éclairée d’un immeuble parisien ? Vous me direz que vingt, c’est déjà une petite communauté. Alors, quand les sessions se déroulent à six ou sept personnes, ou quand on «chamanise» pour soi-même ? D’autant que le chamane, dans son acceptation traditionnelle, n’est pas censé exercer au milieu de ses confrères (bien qu’il existe des rassemblements – les chamanes mongols en profitent même pour se lancer des défis et décider lors de concours qui est le plus puissant d’entre eux), mais être une exception au coeur des siens, qu’il aide par son ouverture singulière à la réalité non ordinaire. 

«On a constaté que dans certaines sociétés soumises au changement naissait un chamanisme pour soi : chacun exprime son désir d’être chamane ou chacun se prétend chamane sans avoir été reconnu par un chaman confirmé3.» Comment comprendre cette génération spontanée massive ? La perte de la spiritualité explique-t- elle à elle seule cette ruée vers le chamanisme ? Ne pourrait-il pas s’agir plutôt d’immenses semailles dont l’autre monde espère que naîtront quelques grands chamanes, qui pourront guider leur communauté ? Une hypothèse improbable, qui laisse néanmoins rêveur… 

Quoiqu’il en soit, le néo-chamanisme diffère profondément du chamanisme par cette coupure sociale. Les adeptes du premier ont une approche individuelle des pratiques, centrée sur un mieux-être personnel. S’ils viennent à en parler autour d’eux, une réaction de rejet peut se produire car les gens percevront ces idées comme quelque chose d’étranger à leur société, une menace. Alors que les gardiens du second se trouvent au coeur de leur communauté et assurent la continuité des rites et des croyances. Dès lors, comment ceux qui soutiennent un chamanisme occidental peuvent-ils se positionner ? Doivent-ils se revendiquer d’une tradition du terroir – même à moitié inventée sur des bases reconstituées – de concepts chamaniques encore vivaces tels ceux des Mongols ou des Amérindiens, ou ne vaudrait-il pas mieux qu’ils jettent aux orties ces miroirs de fumée pour en revenir aux conseils et aux révélations des esprits auxiliaires propres à nos régions ? D’ailleurs, peuvent-ils se permettre, tout simplement, de revendiquer quoi que ce soit et de briguer une place dans notre société ? D’un autre côté, cela ne constituerait-il pas une sorte de devoir, de passage obligé pour valider son statut de chamane ? 

Cheminer sur les sentiers de l’autre monde

Quoiqu’il en soit, le simple apprentissage d’arpenter la réalité non ordinaire ne fera pas de nous des chamanes, au sens où l’entendent les ethnologues et ces peuples qui ont su garder leur tradition vivante. Par contre, nous expérimentons l’autre monde et affinons notre sensibilité à celui-ci, qui peut alors nous toucher même lorsque nous nous croyons entièrement revenus dans la réalité ordinaire. Cela s’avère souvent perturbant… Mais si vous avez le bonheur de vous lier à un (ou plusieurs) esprit auxiliaire, alors vous vous sentirez soutenu, plus fort et plus sûr de vous. 

S’initier au néo-chamanisme est un merveilleux voyage, plein de surprises et de rencontres pas toujours agréables ; toutefois, il ne faut pas hésiter à prendre la route si les paysages décrits dans ce modeste guide vous ont interpellé ! Que vos guides soient perspicaces et votre périple extraordinaire ! 

L’origine du mot «chaman»

Le terme de «chaman» provient de «çaman», un mot issu de la langue des Toungouses, ou Evenk, une ethnie du peuple mongol. Une étymologie possible, bien que fort contestée, se réfère au mot «ça» qui signifie «connaître», le çaman étant alors «celui qui sait». Une autre possibilité serait la dérivation à partir d’une racine verbale signifiant «s’agiter, bondir, danser». On estime encore qu’il s’agirait d’une corruption du mot sanscrit «sramanas» («ascète»), qui désigne des prêtres bouddhistes qui oeuvrent dans des tribus au Nord de la Chine. De nos jours, le terme s’est répandu au point de représenter un générique pour des pratiquants qui portaient des noms traditionnels, notamment en Amérique latine et du Nord (les fameux medecine men). 

Texte issu du Magazine « Païens d’aujourd’hui » 

Publié dans L'Esprit Guérisseur, Nouvelle conscience, Rêves | Pas de Commentaires »

La Voie de la Sagesse

Posté par othoharmonie le 26 janvier 2014


(Version PDF) 

images (13)

        Après des années et des années passées à prier, jeûner et vivre dans l’indigence, un disciple se présenta humblement devant son guru : 

- Maître, affirma-t-il, je suis prêt à connaître l’Illumination. 

- Ah oui? répondit le vieux sage sans même ouvrir les yeux pour regarder celui qui se tenait devant lui. Eh bien, racontez-moi donc ce qui vous arrive. 

- Maître, dans un premier temps, j’ai appris à maîtriser mon corps. Par le yoga et la relaxation, je suis parvenu à espacer mes respirations et ralentir les battements de mon cœur, pour obtenir un état de paix intérieure et de calme infini. La faim et le besoin de sommeil n’ont plus de prise sur moi. Je peux méditer des jours durant sans bouger un seul muscle. 

- C’est très bien, répondit le saint homme sans broncher, mais encore? 

- J’ai aussi appris à maîtriser mes pulsions et mes émotions. La vue d’une belle femme ne me tourmente plus, la misère du monde ne m’affecte plus et les pleurs d’un enfant me laissent complètement froid. Je me contente d’être témoin de tout ce qui m’entoure et de prier avec ferveur afin que tout ceux qui vivent sur cette terre soient enfin soustraits à la souffrance ou aux illusions du manque. 

- Voilà qui a dû exiger beaucoup de renoncement de votre part, mon fils, renchérit le vieil homme avec un léger sourire dans la voix. Y a-t-il autre chose que vous aimeriez ajouter? 

- Oui, bien sûr, Maître. Je me suis longuement appliqué à faire taire toutes mes pensées, à annihiler tous mes désirs et à ne plus avoir d’opinion personnelle sur quelque sujet que ce soit. Sincèrement, je crois avoir réussi à me débarrasser de mon Ego et à vider mon esprit de toute forme de réflexion aliénante une fois pour toute. 

- Vous avez consacré toute votre vie à vous améliorer sans relâche, mon enfant, mais croyez-vous avoir accompli tout ce qui était en votre pouvoir pour mériter de devenir guru à votre tour? 

- Tout à fait, Maître. J’ai suivi tous vos enseignements à la lettre, pratiqué religieusement tous les exercices que vous m’avez appris, observé toutes vos règles de conduite et ce, sans défaut, depuis de longues années. Je suis prêt à parcourir les routes à mon tour pour prêcher la voie de l’accomplissement, telle que vous et vos prédécesseurs nous l’ont transmise… 

Le sage des sages poussa alors un long soupir. Ses paupières s’entrouvrirent et un flot de Lumière étincelante s’échappa de ses yeux. Muet de stupeur, le disciple tomba à genoux et se sentit tout à coup enveloppé d’un halo chatoyant pénétrant en lui par chaque parcelle de son être. Le guru se leva dignement et s’approcha de son élève. Il mit la main sur son épaule et, tandis que le jeune homme fût parcouru d’un chaud courant électrique, il lui murmura à l’oreille : 

- Si tu avais accompli tout ce que tu affirmes candidement devant moi, tu ne serais aucunement surpris par cette Lumière qui cherche à s’infiltrer jusqu’à ton cœur. Tu as oublié que tu n’es pas seul dans l’Univers et que tu vis, croît et respire avec tout ce qui EST. L’Illumination ne s’obtient pas par l’effort ou le mérite, mais bien par la Grâce divine qui te relie en Conscience avec toute la Création. Quand tu auras connu cela, alors toi aussi tu seras un Maître. 

Le disciple repartit tout penaud en se disant, bien humblement, qu’il lui restait encore une longue route à parcourir. Et le grand sage s’attrista encore plus, car il vit que son élève n’avait rien compris et qu’il cherchait encore à l’extérieur, dans les apparences et les illusions de ce monde ce qui, en fait, avait toujours été et serait toujours là, au plus profond de lui-même. »

 Et vous, parvenez-vous à entrevoir la Lumière qui brille derrière vos yeux? Ressentez-vous en vous la présence de cette Flamme divine qui aspire à embraser tout votre Être? Votre cœur danse-t-il de Joie en communion avec tout ce qui vit?                       

De plus en plus de thérapeutes et de Maîtres spirituels incitent les gens qu’ils côtoient à prendre le temps de se regarder dans le miroir chaque matin. Dans le but de mieux se connaître et d’apprivoiser qui nous sommes, quoi de mieux que de se regarder « dans le blanc des yeux »? 

Certaines personnes apprennent même à entrer en relation avec cette image d’eux-mêmes, là, dans la glace. Elles se disent bonjour, à quel point elles se trouvent belles, quelles sont les qualités qu’elles reconnaissent en elles-mêmes, etc. 

C’est un très bon exercice servant à la fois à surmonter sa peur du ridicule (oser se parler à soi-même à voix haute!) et à développer son estime de soi (se faire des compliments à soi-même rehausse la perception de l’on a de soi). 

L’ultime défi demeure cependant de parvenir à soutenir son propre regard, en silence, pendant plusieurs minutes. Il est facile de se contenter de s’accorder un regard bref et fuyant, de se sourire en ajustant son maquillage ou en se rasant de près. Mais c’est toute une autre histoire de fixer les yeux d’un autre… tout en sachant que ce sont les siens.

 On dit que les yeux sont le miroir de l’âme. Vous êtes-vous déjà demandé de quoi avait l’air votre âme, votre Essence divine? Serait-il possible de percevoir sa propre Lumière intérieure à travers son double, ce pâle reflet de soi-même emprisonné derrière cette surface polie? 

Oserez-vous tenter l’expérience? C’est très facile : il vous suffit de vous imaginer que Dieu lui-même pose sur vous son regard rempli d’Amour. Il vous contemple à travers vos propres yeux et vous percevez sa présence aimante à travers les vôtres. Une rencontre en toute intimité avec votre propre parcelle divine, pour découvrir la Lumière qui brille dans vos yeux lorsque vous vous sentez pleinement aimé, accepté et accueilli. 

Vos proches, les personnes que vous aimez le plus au monde, connaissent ce regard empreint de tendresse et de plénitude. Mais vous, vous êtes-vous déjà permis de vous aimer de cette façon? D’apercevoir ce nuage de bonté qui vous caractérise au fond de vos pupilles illuminées par un éclair de Joie et une Étincelle de Bonheur indescriptible… 

Un regard d’Amour sincère et durable envers soi-même est une excellente manière de goûter à la Plénitude en soi-même, d’accéder à l’Illumination de tout son Être : lorsque l’on découvre la présence de Dieu en soi, on ne peut plus jamais se percevoir de la même façon! 

Essayez-le, vous verrez bien!

 images (8)

Extrait du livre « Bienvenue dans la 5e dimension »

par Bianca Gaïa/Diane LeBlanc, Éditions des 3 Monts, 2007, pages 235 à 237.
 « La Voie de la Sagesse » est aussi disponible sur www.biancagaia.com 
Vous êtes invité à faire circuler ce texte
 à condition d’en respecter l’intégralité,y compris ces quelques lignes.
Pour vous inscrire/désinscrire sur notre liste d’envoi,
 vous informer sur nos services personnalisés
 ou tout simplement communiquer avec nous :
 par courriel info@biancagaia.com

Publié dans SAGESSE | Pas de Commentaires »

Valeurs et Parcours de femmes

Posté par othoharmonie le 14 novembre 2013


Annie Lévy m’a confié ressentir une véritable vibration intérieure quand la femme qu’elle accompagne est dans un état d’esprit de guérison. Elle a su créer une relation tout à fait unique avec ces femmes, « rescapées » du cancer du sein, qui va bien au-delà d’une restauration de leur féminité. Voici son expérience.

Article de Annie Lévy

Valeurs et Parcours de femmes dans TRANSFORMATION INTERIEURE mexique

Parcours d’une femme – Au premier jouir de sa vie, chaque petite fille naît avec des richesses de beauté et de féminité qui lui sont propres. Jour après jour, ces valeurs grandissent et s’épanouissent car c’est un jardin que la femme cultive au quotidien, consciemment ou non.

Je fais partie de ces êtres qui ressentent que cette nature féminine s’exprimera, au fil du temps, toujours plus vite, plus fort et plus profondément que tout autre trait de son tempérament. En effet, depuis l’enfance, les valeurs de la beauté et de la féminité coulent dans mes veines. A l’école déjà, je voulais transformer ma maîtresse pour la rendre plus jolie ! Plus tard, je remarquais toujours spontanément les points forts d’un visage ou d’une anatomie et je savais de quelle manière les mettre en valeur. Puis, de plus en plus régulièrement, mes proches me demandèrent des conseils en esthétisme et c’est ainsi que cette vocation m’a amenée à créer ma première boutique de lingerie fine. Mon destin professionnel prit un autre tournant en 1995 lorsque j’ai souhaité exercer ce don empathique dans le domaine médical et plus précisément pour les femmes opérées d’un cancer du sein. J’ai ainsi enseigné en école d’infirmières durant sept ans et animé des ateliers et conférences en milieu hospitalier.

Depuis 2008, j’accompagne les femmes, opérées du sein, par un coaching thérapeutique personnalisé afin de les aider lors de cette épreuve. Il faut savoir qu’une femme sur neuf la traversera au cours de sa vie. Cela concerne donc un grand nombre d’entre nous.

La beauté intérieure

Si depuis plusieurs années, les progrès de la science et de la médecine ont pu abaisser le taux de mortalité, cela ne peut faire oublier que le cancer du sein est une maladie traumatisante, et ce à plus d’un titre, car elle induit non seulement une souffrance physique, mais également une souffrance psychique. Même lorsque son pronostic vital n’est pas engagé, une femme ne sort pas indemne d’une intervention chirurgicale telle qu’une mastectomie ou une tumorectomie. A cela s’ajoutent des traitements comme la chimiothérapie, la radiothérapie ou l’hormonothérapie. En dernier lieu vient la reconstruction, lorsque celle-ci est possible. Ce sont ces femmes rescapées, mais blessées au plus profond de leur corps, que je rencontre depuis de nombreuses années. Je les aide dans la restauration de leur image corporelle et des valeurs de leur féminité, par des solutions et conseils adaptés.

Lorsqu’elles sont atteintes du cancer du sein, les femmes ressentent une violente attaque envers ce que l’on pourrait appeler leur ADN de beauté et de féminité. Devant ce corps qui les a trahies et les fait souffrir, elles se sentent désemparées, impuissantes. Certaines sont dans le déni, d’autres sont en colère et en pleurs face à ce sentiment d’injustice. D’autres encore ressentent même du dégoût devant leur miroir et les signes visibles de la maladie comme la fatigue, l’amaigrissement, la perte des cheveux et bien sûr la perte d’un sein. L’ablation d’un sein est un véritable cataclysme tant il est vrai que le sien est un symbole très fort pour la femme. Le sein représente la sexualité, la maternité, une partie intime purement féminine. Beaucoup de femmes vivent alors sa perte comme une négation de leur féminité.

Le processus d’acceptation

Cette épreuve individuelle de la féminité est un combat au quotidien que ces femmes doivent également mener dans leur sphère amoureuse, intime, familiale, amicale, sociale et professionnelle. Pour en sortir victorieuses, il leur est nécessaire d’effectuer un travail sur elles-mêmes. « A quelque chose malheur est bon » dit le proverbe. Quand on est au plus mal, il est difficile de l’entendre et de le croire, mais cela n’en reste pas moins une réalité. L’adversité permet de devenir plus fort pour la surmonter, en développant de nouvelles capacités. Il faut d’abord comprendre et accepter que la blessure physique et psychologique est légitime. Il ne s’agit pas ici de se poser en victime mais d’accepter ses limites sans culpabiliser. Oui, la vie peut et doit continuer pendant la maladies : travailler, s’occuper des enfants, de son couple, de sa maison… Non, cela ne doit pas mener à l’épuisement parce que l’on a oublié un sujet essentiel : soi.

Pour cicatriser, au sens propre comme au figuré, la femme doit se repositionner dans son existence, dans sa relation aux autres, mais aussi face à elle-même. Sur le chemin vers l’acceptation, il est nécessaire qu’elle se donne du temps pour faire le deuil de son sien, mais aussi pour la reconquête de sa féminité.

Une grâce qui vient de l’âme

Car une femme, bien heureusement, n’est pas qu’un sein. Tout comme un homme n’est pas qu’un corps ou une partie de corps. L’être humain s’envisage dans son entièreté. La notion et le ressenti de féminité recouvrent d’innombrables aspects. Les valeurs de la beauté et de la féminité peuvent se traduire par une attitude, une grâce naturelle, un sourire, une autre partie du corps mise en valeur, un parfum, un vêtement soyeux, un maquillage, une coiffure mais aussi par la générosité, la flamme de vie, l’attrait, la sérénité qui émanent d’une femme qui a retrouvé confiance en elle et rétabli son estime perdue. C’est en continuant de prendre soin d’elle qu’elle peut réapprivoiser son image corporelle et se réapproprier sa féminité. En rétablissent le contact avec elle-même, elle communique alors mieux avec son entourage, son conjoint, ses enfants et sa famille lesquels sont également affectés par l’épreuve de la maladie. Ce rapprochement est salutaire pour combattre le sentiment d’isolement et les malentendus qui s’installent parfois quand on n’ose pas exprimer ses souffrances et ses craintes. Cette communication permet ainsi de ne pas rompre le lien avec son conjoint et de réinventer une sexualité harmonieuse.

Cocréation

Renaître à soi après la maladie, c’est aller chercher courage, force et détermination au plus profond de son être pour renouer avec son corps, faire la paix avec lui et avec son esprit, se tenir debout pour aller de l’avant et marcher vers une lumière plus forte que l’ombre. C’est en regagnant le respect de soi que les femmes atteintes d’un cancer du sein changent leur propre regard sur elle-même et celui des autres à leur égard. C’est en se réconciliant avec leur féminité qu’elles reprennent goût à la vie.

Depuis plus de 20 ans j’accompagne de nombreuses femmes lors de coaching thérapeutique en féminité et leur propose des conseils et solutions afin qu’elles retrouvent la certitude que dans chacune d’elles, quelque soient la physionomie, ses origines sa personnalité ou ses atouts, les valeurs de la beauté et de la féminité ne meurent jamais. Elles peuvent évoluer ou changer d’aspect avec l’âge, le vécu, les épreuves comme la maladie mais aussi les joies et les bonheurs comme la grossesse. Ainsi, lorsqu’une femme se regarde et s’envisage avec respect et dignité, elle ne perd jamais ce qui fait l’essence de sa beauté.

Pour dépasser la maladie et le handicap, le parcours de soins est essentiel. Le parcours de soi l’est tout autant. Renaître à sa féminité, c’est renaître à soi et à la vie. C’est être une femme plus forte que l’épreuve et une femme plus fort après l’épreuve.

ARTICLE DE ANNIE LEVY – coach thérapeutique en féminin.

Publié dans TRANSFORMATION INTERIEURE | Pas de Commentaires »

Créer des liens pour exister

Posté par othoharmonie le 16 octobre 2013


 

Créer des liens pour exister dans Bonjour d'amitiés telechargement-6L’erreur est douloureuse quand nous faisons de notre histoire familiale notre seule histoire personnelle, sans comprendre les traumatismes qu’elle nous a légués, les enseignements sains qu’elle nous a transmis, et les compétences qu’elle a omis de nous transmettre.

Conséquence: la quiétude interne, qui mériterait d’être construite et étanchéifiée, est ébranlée et le système émotionnel fortement perturbé.

Les heures de travail sont des heures de notre vie. Nous venons de comprendre que nous vivons professionnellement à partir de notre personnalité. Cette personnalité possède des compétences à entretenir et des incompétences à identifier pour les combler.

La souffrance au travail est un symptôme, une plainte. Décrire ce que l’on vit, en identifier les conséquences, trouver des mots pour mieux préciser et classifier tout ce que l’on observe est fondamental pour s’alerter soi-même et alerter les autres, mais peut laisser aussi se développer une passivité observationnelle toxique. Il est certes utile d’avoir des mots pour se plaindre, mais construisons-nous une démarche résolutive en se limitant à cet exercice? Non.

Exemple de définition observationnelle médicale de la souffrance au travail: «La souffrance au travail peut aller du simple malaise (remise en question de son orientation professionnelle) à la mise en danger de sa santé morale (harcèlement). Face à cela, le médecin du travail joue le rôle de médiateur entre l’entreprise et le salarié. Il peut, à la demande du salarié, et si la situation le justifie, établir un arrêt de travail.»

C’est comme dire: «J’ai le pneu avant droit qui s’use sur ma voiture. Il faut que je le change», et oublier d’en décrire la cause: «C’est un défaut de parallélisme». A mes yeux donc, il est préférable de décrire les causes, d’énoncer les faits par des éléments décrivant l’origine des troubles.

Un autre exemple: «Un chef me harcèle, il me dévalorise, je n’en dors plus, je me sens mal à mon poste» devient: «A six reprises sur ces derniers quinze jours, le chef du second service comptable m’a dit «Un escargot déshydraté avancerait plus vite que vous, je n’ai pas choisi de vous avoir comme secrétaire, vous êtes mollasse, quand allez-vous bouger? Faut-il que je vous dé-mollasse?» car il exige que je lui fournisse les tableaux d’amortissement que ma collègue, actuellement en congé maternité, n’avait pas eu le temps d’élaborer. Or, je suis toujours confrontée à la charge de travail de mon service, et je consacre l’intégralité de mon temps restant à la découverte des dossiers de ma collègue. Ces tableaux lui sont nécessaires pour la clôture de l’exercice comptable dans deux mois. J’estime pouvoir les produire dans un délai de deux à trois semaines.

 Ce chef, ne connaissant pas mon sérieux et ma capacité de travail, est probablement inquiet, il pense qu’en les exigeant il les obtiendra plus vite.

Il se sentira alors en sécurité.»Mais aujourd’hui la communication qu’il mène avec moi comporte de sa part des exigences irréalistes et improductives. A notre prochain entretien, je pourrai lui témoigner deux choses: d’une part ma compréhension de sa nécessité et de sa crainte, et d’autre part mon besoin de sérénité et de confiance pour être performante.

Accueillir et nommer avec bienveillance sa vulnérabilité me permettront de créer du lien entre nous ce qui favorisera de sa part l’écoute de mes besoins. Nous pourrons alors développer une stratégie commune.»

Commentaire: Évidemment, c’est très idyllique comme propos, mais pas irréaliste ni irréalisable. Professionnellement, on serait en droit d’attendre cela du manager plus que de l’employée. Idéalement, des deux. Certains chefs d’entreprise ont réalisé ce challenge. Ils ont ouvert leur conscience et ont compris que l’homme n’est pas une ressource mais une finalité. Des formations de Communication Non-Violente ont été suivies par le personnel et la hiérarchie, aboutissant à un épanouissement de tous.

Identifier l’agression…La souffrance au travail est une réalité, mais toute souffrance provient d’une agression. Je raisonnerai dès lors à partir de cette nouvelle vision: l’agression au travail. Selon ma classification personnelle, l’agression au travail provient de trois domaines qui peuvent se cumuler et interagir entre eux par la voie de leurs conséquences: domaine physique, domaine physiologique, domaine psychologique.

J’entends par causes physiques d’agression: les charges matérielles manipulées (le poids), la sédentarité, l’ergonomie défaillante, la cadence de travail excessive, les objets contondants, l’exposition au froid, à la chaleur, à l’humidité, à la sécheresse, au vent, aux radiations, aux rayonnements lumineux, au bruit, aux allergènes, aux bactéries, aux virus, aux parasites, aux champignons, aux toxiques. Tous ces éléments agissent sur notre corps, directement, d’autant plus qu’il est inadapté à ces fonctions professionnelles (constitution insuffisante ou corps mal entretenu). J’entends par causes physiologiques d’agression: les amplitudes horaires (longues), les décalages horaires (travail constant de nuit), les variations d’horaires (les trois huit), les rythmes alimentaires bouleversés (sources d’hypoglycémies avec leur cortège secondaire de troubles d’humeur ou de concentration et de troubles physiques), les erreurs alimentaires (excès et insuffisances), les carences en micronutriments, le manque de sommeil, l’excès de repos, le manque de luminosité, le tabac, l’alcool, les autres drogues ou dépendances.

J’entends par causes psychologiques d’agression: le manque de sens ou d’utilité du travail, les harcèlements moraux ou sexuels, le manque de valorisation, le manque de reconnaissance verbale ou pécuniaire, le manque de communication de qualité, le manque de capacité à gérer sa motivation ou ses émotions ou son estime personnelle, le manque de capacité à communiquer de manière constructive.

Pour en traiter les conséquences. Ces diverses causes s’entremêlent. Un manque de sommeil peut créer une compensation alimentaire sucrée qui provoque dans les deux heures une hypoglycémie réactionnelle qui ensuite diminue la tolérance au stress et laisse émerger une agressivité, orientant vers de mauvais choix alimentaires et perturbant le sommeil. La boucle est bouclée. Et la qualité de ce que j’offre au travail est faussée. Donc, on peut soi-même se mettre en mauvaise condition physique, physiologique ou psychologique pour travailler.

Nos collègues ou supérieurs peuvent faire les mêmes erreurs. L’effet miroir fonctionne alors en amplificateur. Quel que soit le point de départ, moi ou le/les autres, les réactions maladroites se succèdent. Un cumul d’incompétences crée rarement la vertu, plus facilement la médiocrité. Petit mode d’emploi de la vie. Pour Christophe Dejours «Les stratégies collectives de défense contribuent de façon décisive à la cohésion du collectif de travail, car travailler n’est pas seulement avoir une activité c’est aussi vivre: vivre le rapport à la contrainte, vivre ensemble, affronter la résistance au réel, construire ensemble le sens du travail, de la situation et de la souffrance».

L’origine de tout cela est encore antérieure: c’est le manque d’éducation à vivre. Le système d’éducation nationale est défaillant actuellement. Les familles le sont parfois aussi. Les médias le sont pleinement. A mes yeux, l’éducation d’un être humain (d’un enfant par des adultes, d’un adulte par d’autres adultes ou par lui-même) se définit ainsi : Eduquer un être humain, c’est l’aider à:

– devenir autonome dans la gestion de son estime personnelle,

– percevoir sa zone de quiétude émotionnelle intérieure inébranlable (la sérénité spirituelle),

– comprendre comment communiquer avec les autres de manière constructive et bienveillante (à partir de cette zone de quiétude),

– connaître ses besoins nutritionnels et corporels et en même temps, l’aider à:

– acquérir les capacités d’exploiter son environnement à son profit sans que cela ne se fasse au détriment d’autrui ou de la Nature.

L’éducation nationale enseigne et n’éduque pas. Elle enseigne des matières souvent stériles et provenant d’une perception archaïque de l’existence humaine à travers notre historique, sans laisser de place à un futur. Le passé est le chemin de l’expérience. Nos erreurs nous indiquent d’agir autrement. Cet autrement, à nous de l’imaginer. C’est pour cela que notre origine est notre futur.

Ainsi, voici une liste de compétences contenues dans ce que je considère être «le petit mode d’emploi de la vie»:

Compétences physiques: assouplissements, activité cardio-pulmonaire d’endurance, activité pour développer la tonicité des muscles posturaux et des muscles moteurs, hygiène corporelle, ergonomie fonctionnelle. Compétences physiologiques: suppression des irritants (agents infectieux, allergisants, rayonnements (son, lumière, radiation), équilibre alimentaire (le bon aliment, en bonne quantité, au bon moment et de bonne humeur), entretien du système immunitaire, régularité des horaires de vie, bonne gestion du repos et du sommeil, utilisation de la lumino-thérapie, comblement des carences micro nutritionnelles (Fer, Vitamine D, Iode, Magnésium, Acides Gras Essentiels, Acides Aminés Essentiels, …).

Compétences psychologiques: connaissance et pratique de la gestion de la motivation, des émotions et de l’estime personnelle, compréhension de l’origine des blocages dans l’enfance et connaissance des étapes pour s’en libérer, connaissance et pratique de la communication autour des sentiments et des besoins (avec les autres, en couple et avec soi -même), connaissance et pratique des cinq langages de l’amour, perception de la sérénité par la libération du conditionnement négatif des acteurs médiatiques.

Il est évidemment nécessaire d’associer à ces compétences personnelles des compétences techniques professionnelles spécifiques. Ainsi, on pourra exercer son métier en pleine conscience, en tant qu’individu fonctionnel en rapport avec des individus eux aussi fonctionnels, en communion autour d’une activité productive, créatrice pour le genre humain.

Je suis ce que je pense

En résumé, le travail étant en fait inclus dans notre vie, nous y projetons nos maladresses qui deviennent des agressions envers nous-mêmes ou envers les autres, et nous recevons des agressions par les maladresses des autres. Nous souffrons de nos incompétences à vivre sur le plan personnel (physiquement, physiologiquement, psychiquement) et nous y subissons les incompétences des autres à vivre leur personnalité, et aussi l’effet miroir de nos incompétences que nous exerçons sur eux.

On ne vit pas ce que l’on fait, on vit la manière dont on le fait. On le fait en fonction de ce que l’on est. Je suis ce que je pense! Penser, dans sa forme de raisonnement philosophique et spirituel, me fait «être». «Etre» a des besoins. Il est fondamental de déterminer ce que l’on veut «avoir» (en restant vigilant au contentement de ce que l’on a déjà et en quoi le nouveau participera à notre bonheur).

Puis de «faire» pour l’obtenir. Donc, en partant de la qualité d’ «être», on peut définir quoi «avoir» et quoi «faire» pour l’obtenir, dans le contentement et la qualité de vie.

Le malheur provient du ressenti de la frustration de possession. On regarde le vide de ce que l’on n’a pas et on fait pour «avoir» en oubliant l’utilité à l’«être». Alors c’est «avoir» qui détermine ce que nous sommes et qui nous fait paraître (=«pas être»). Nos pensées (philosophiques ou spirituelles), devenues inutiles par l’éloignement de nos préoccupations et par l’oubli, nous déshabitent. Ainsi, nous appauvrissons l’esprit et nous souffrons. La souffrance de vie se retrouve alors au travail. Pour aider quelqu’un en souffrance, nul besoin d’écouter l’intégralité de son discours. Son besoin d’expression est chronophage et une vidange totale est improductive. Il peut en ressentir un soulagement réel et cela s’impose souvent en première étape d’écoute. Mais il reste dans son manque d’habileté à se comprendre et à se soulager. En décryptant le récit, on repère les outils dont la personne a besoin pour avancer. Et à la première opportunité, après avoir validé son autorisation, on lui enseigne. J’appelle cela: partir du factuel pour monter au niveau éducatif conceptuel, puis redescendre analyser le factuel grâce au nouvel outil.

Le factuel est mal vécu par manque de connaissance conceptuelle. De suite, le soulagement se produit. Pour finir, j’observe que le pire dans la souffrance, c’est de l’évaluer en terme d’injustice. En psychologie, l’injustice se définit comme un mécanisme mental d’interprétation empêchant le processus de résolution personnel. La justesse des habiletés remplace favorablement l’évaluation prenant forme d’injustice.

Apportons-nous plus de douceur, ne serait-ce que pour montrer l’exemple. Identifions nos manques et mettons en œuvre les compétences personnelles et relationnelles en pleine conscience de nos responsabilités. C’est un chemin de bonheur.

Laurent Delachery – Médecin – La REVUE de l’U.L.V. www.universite-libre-des-valeurs.com

Publié dans Bonjour d'amitiés, Etat d'être, LECTURES Inspirantes | Pas de Commentaires »

Les bébés comme les animaux ont une morale

Posté par othoharmonie le 10 octobre 2013

Les bébés comme les animaux ont une morale dans APPRENDS-MOI telechargement-12

Sommes-nous naturellement moraux ou le devenons-nous? Est-ce l’empathie ou le devoir qui dicte notre conduite? La philosophe cherche à comprendre la genèse de notre éthique pour nous aider à vivre mieux.

Son calme apparent, sa façon de parler à voix presque basse, sa prédilection pour les conclusions modérées pourraient laisser croire que Vanessa Nurock n’aime pas prendre de risques. C’est tout le contraire. Voilà une intellectuelle passionnément impliquée dans la vie de ses concitoyens, et pas seulement dans celle de ses étudiants à l’université. L’engouement général de la population pour la philosophie la comble. Bien au-delà des “Cafés philo”, elle participe à des événements hors normes, comme cette exposition lilloise sur l’étrange et le monstrueux (“Anatomie de l’étrange”, jusqu’en mars 2013, au musée d’Histoire naturelle). Et elle scanne les séries télé, découvrant que certaines ouvrent les esprits mieux que tous les catéchismes. Elle défend une “voie du milieu” qui fait dialoguer des disciplines aussi différentes que la neurologie et la philosophie morale. Un dialogue qu’on ne qualifie plus de cuistre mais de révolutionnaire : si l’étude des neurones miroirs permet de découvrir la genèse d’une morale chez les animaux ou les bébés, beaucoup de nos convictions doivent être révisées. Les jeunes philosophes d’aujourd’hui retrouvent la polyvalence de leurs ancêtres des Lumières, voire de la Renaissance. 

Votre livre « Sommes-nous naturellement moraux ? » débute par une histoire horrible, dans l’Angleterre des années 1990, où deux garçons de 10 ans enlèvent un bambin dans un centre commercial et le torturent à mort. On en déduit que l’humain n’est pas « naturellement bon » et qu’il ne saurait vivre sans éducation morale… 

  C’est une histoire terrible qui illustre nos propres ambiguïtés sur les capacités morales des enfants. La question qui s’est posée pendant le procès des deux garçons, c’était de savoir si l’on pouvait ou non « éduquer le sens moral ». Pour bien poser cette question, il ne faut pas confondre deux choses : d’un côté, le fait d’inculquer de l’extérieur des valeurs, des principes aux enfants ; de l’autre, le fait de les aider à développer leurs capacités naturelles. L’éthique ne s’apprend pas comme une leçon, un cours de morale. L’histoire nous montre que des gens très bien éduqués peuvent commettre les pires atrocités. De plus, même s’il est important de lui transmettre des valeurs, l’enfant a aussi le droit de les rejeter. L’éducation morale imposée n’est donc pas forcément la forme la plus adéquate. Je crois qu’on aide le sens moral des enfants à se développer surtout par l’exemple, et en pratiquant l’empathie, en accueillant l’autre, en lui accordant de l’importance.  

Mais vous cherchez quand même à savoir si la morale n’aurait pas des origines « naturelles »… 

  C’est une question philosophique ancienne qui rebondit de façon spectaculaire depuis peu, du fait des découvertes en neurosciences et en éthologie. Il y a notamment cet engouement pour l’empathie qui s’expliquerait par l’action des fameux « neurones miroirs » que nous avons vraisemblablement en commun avec certains animaux. La découverte de cette fonction, en 1996, par des physiologistes italiens, a bouleversé la neuropsychologie : dès la naissance, notre appareil psychique se forme en « photocopiant », par mimétisme, celui des personnes qui s’occupent de nous. Cela redonne du poids à une approche « naturaliste » de la morale (ou de l’éthique, ce qui est synonyme pour moi), à laquelle s’oppose une approche « spiritualiste » selon laquelle la morale est le niveau supérieur de la conscience humaine, détachée  de toute explication bassement physiologique. Ces deux camps ne se parlent pas. C’est dommage : chacun apporte des éléments intéressants. J’ai moi-même une formation de philosophe classique ; travailler sur la morale selon Kant eût été plus simple ! Mais au-delà des modes, il m’aurait semblé restrictif d’ignorer ce que les découvertes neurocognitives peuvent apporter à la réflexion – même si je sais les risques de l’enthousiasme scientiste.  

Concrètement, y a-t-il des germes de morale chez l’animal ? 

  Oui. On trouve chez certains animaux une forme d’éthique primitive, une façon de savoir, non pas ce qui différencie le bien du mal, mais ce qui est bien pour autrui – avec la possibilité de le mettre en pratique. Les éthologues rapportent des démonstrations de solidarité animale vis-à-vis des individus faibles ou malades de la même espèce. On connaît l’attitude altruiste de certains grands singes, en particulier des bonobos (lire la revue CLES n° 77). Il arrive que cette solidarité concerne d’autres espèces, par exemple quand des dauphins sauvent des humains de la noyade.  

Si une « morale animale » rudimentaire existe… 

… se pose aussitôt la question de la réciprocité ! Or, l’éthique que nous appliquons aux animaux n’est pas celle qu’ils mettent en œuvre à notre égard. Ils nous servent, nous nous servons d’eux. C’est toute la définition de notre communauté morale avec eux qui se trouve interpelée. Y toucher changerait beaucoup de choses – dans notre façon de traiter les autres espèces, mais aussi nos propres bébés. Bien avant de développer la capacité de se mettre à la place d’autrui – qui fonde la morale adulte – les petits humains semblent avoir une « morale naïve » qu’il faut comprendre avant de leur reprocher de ne pas appliquer des règles éthiques qu’ils ne sont pas en mesure d’appréhender. C’est le principe « devoir implique pouvoir » : vous ne pouvez exiger d’autrui que ce qu’il est capable de faire et de comprendre. 

A quoi ressemble la « morale naïve » des bébés ?  

  Elle s’appuie sur l’empathie. Mais il y a plusieurs formes d’empathie. J’en distingue trois :

– La première, l’empathie motrice, est un « réflexe relationnel » qui fait que les muscles de votre bras se contractent si vous voyez quelqu’un se taper sur la main avec un marteau, ou vous fait donner un coup de pied involontaire quand, à la télé, un footballeur s’apprête à shooter. Cette motricité mimétique fait que le bébé imite les expressions des personnes autour de lui : il sourit, grimace, fronce les sourcils, bâille, etc. S’ouvrent ainsi en lui les voies neuronales d’une communication possible avec quiconque lui apparaîtra plus tard comme un semblable.

– La seconde forme est l’empathie émotionnelle. Si un bébé se met à pleurer dans une crèche, les autres ne tardent pas à faire pareil. Communiquer avec quelqu’un, c’est entrer en résonnance avec ses émotions, quelles qu’elles soient.

– La troisième forme d’empathie n’émerge que plus tard. Je l’appelle « empathie situationnelle ». Elle fait que je peux me mettre à la place de quelqu’un et imaginer ses sentiments, même s’il n’est pas en

train de les vivre. Si je sais que Pierre trompe Nathalie, je peux imaginer que Nathalie serait triste si elle l’apprenait, alors même qu’à l’instant, elle rit.  

Faire de l’empathie la base de la morale est une idée nouvelle ? 

  Non, c’était déjà celle des philosophes et économistes écossais David Hume et Adam Smith, au XVIIIe siècle. C’était alors révolutionnaire. Jusque-là, la morale était une conséquence de la révélation religieuse. Dieu dicte les dix commandements à Moïse qui doit ensuite les inculquer aux Hébreux. Quasiment toutes les religions ont fonctionné ainsi. En philosophie, Kant a contesté l’approche empirique de Hume et Smith. Sa morale, la plus fameuse d’Occident, se fonde sur un a priori métaphysique. Mais aujourd’hui, notamment avec les neurones miroirs, l’approche expérimentale donne de nouveaux arguments au modèle naturaliste.

Cela dit, Hume et Smith avaient eux-mêmes constaté les limites de leur modèle et inventé, pour le dépasser, le concept de « sens du devoir » : on peut agir moralement sans empathie, mais par devoir. Par ailleurs, si le besoin de justice est essentiel pour expliquer la genèse de notre sens moral, il ne suffit pas. Un autre pilier de démarche éthique est le care. Ce mot anglais désigne une notion relativement ancienne, dont l’application à la philosophie est récente, portée par des chercheuses féministes, en particulier la psychologue Carol Gilligan

Comment définit-on le care ? 

  C’est une façon subtile de considérer la place que nous accordons au « souci pour autrui » dans nos relations (soin, attention, prévenance, sollicitude, responsabilité). Le care se nourrit de l’empathie dans certaines situations, alors que d’autres mettent plutôt en jeu notre « sens de la justice ». Les trois formes d’empathie alimentent ainsi deux niveaux de care : 

– Les deux premières empathies (la motricielle et l’émotionnelle) donnent le careélémentaire : c’est par exemple le petit enfant qui veut en consoler un autre en lui apportant son doudou. Il comprend que quelque chose ne va pas et se met en partie à sa place, mais pas complètement, par manque de compréhension intellectuelle.

– L’empathie situationnelle, elle, donne le care de niveau supérieur : l’altruisme qui fait que je peux réellement me mettre à la place de l’autre. Mais il faut immédiatement préciser que l’altruisme du care n’est pas synonyme d’abnégation.  

C’est-à-dire ? 

  Contrairement à ce qu’une certaine mentalité Bisounours véhicule, se soucier d’autrui ne suppose pas nécessairement que l’on s’efface soi-même. Au contraire : si je me nie, je ne peux me soucier correctement du monde. Si je m’estime moi-même, je peux valoriser les autres. Inversement, accorder une place au care, c’est se demander ce que l’on valorise réellement dans sa vie. En politique, c’est par exemple se demander quels métiers sont d’utilité publique et combien on les paye : décider du salaire d’une infirmière, d’un éducateur, d’une puéricultrice, d’un enseignant, est une question éminemment morale. A ce besoin d’éthique, hommes et femmes politiques ne répondent pas toujours de façon pertinente et sont souvent, de ce fait, incapables de freiner le délitement des liens, la déshumanisation des relations. 

du sens moral d’un enfant ? 

  Comme on accompagne l’éveil de son intelligence, de son imagination et de sa vie affective ? C’est une vraie question, rarement posée. Il faut bien distinguer, d’une part, l’aide à cet éveil intérieur qui doit se faire notamment par l’exemplarité empathique, et d’autre part, l’éducation aux normes que la société impose de l’extérieur – ces dernières pouvant être acceptées, même si elles ne correspondent pas à un ressenti intime. J’ai participé, comme commissaire scientifique, au montage de l’exposition « Anatomie de l’étrange », au musée d’Histoire naturelle de Lille, où nous avons cherché à décortiquer les limites de ce qui nous paraît étrange, fascinant, monstrueux. Nous avons voulu montrer de quelle façon le « normal » et les normes s’établissent, pour chaque société, dans un compromis toujours changeant entre le biologique, le culturel et le social. La polygamie relève-t-elle de la morale ? Pour moi, oui, à partir du moment où il n’y a pas réciprocité. Mais on est en zone limite : d’autres diront que la question relève de la culture…

  L’un des nouveaux outils passionnants dans l’accompagnement du sens moral est le feuilleton et, aujourd’hui, la série télévisée, comme « 24 heures chrono », « Firefly » ou « Buffy contre les vampires ». Pourquoi ? Parce que s’y jouent des dilemmes moraux du genre « sacrifier ma famille ou mon pays », mais surtout parce que les mêmes questions se posent à des personnages très différents qui y répondent chacun dans sa logique, démontrant que la réponse morale peut s’avérer multiforme. C’est un formidable vecteur d’éducation éthique. S’éveiller à la morale, pour un enfant, un jeune (ou un moins jeune d’ailleurs), c’est certes intégrer des normes, mais c’est aussi ne pas en devenir dupe et comprendre qu’il y a une multiplicité de points de vue. C’est un ressort classique de la littérature. Il est intéressant de le voir utilisé dans les séries télé.

Vos théories vous aident-elles personnellement à mieux vivre ?

   Je ne suis pas maso ! Je travaille sur ce qui m’intéresse et cela m’aide évidemment à mieux vivre. Mais l’important est surtout que nos recherches aident la collectivité à vivre mieux. Aujourd’hui, le public est en demande de philosophie. Non pas de réponses – et surtout pas de cours de morale – mais d’aide à se poser des questions. C’est un signe de maturation et d’ouverture au caractère incertain de toute éthique. L’humanité ne cesse pas pour autant de réclamer des certitudes. Nous avons tous à naviguer entre les récifs de cette ambiguïté.

 

Publié dans APPRENDS-MOI, Chemin spirituel | Pas de Commentaires »

Le Tirage des Runes

Posté par othoharmonie le 19 septembre 2013

Le Tirage des Runes  dans Astrologie et Esotérisme images-121

Le tirage de runes gratuit sert de miroir de l’âme, et elles permettent d’entrer en contact avec votre inconscient. Il ouvre les yeux sur les comportements et les attitudes envers les autres et l’univers; en l’invitant à dialoguer avec votre « moi » intérieur.

Le tirage de runes gratuit est simple, mais efficace.

Cette lecture peut vous illuminer sur la sortie d’une situation, et vous donner une perspective spécifique sur ce qui vous importe vraiment à cet instant.

Le tirage de runes gratuit est utilisé pour beaucoup de choses : savoir comment votre rendez-vous ira, pour savoir comment ira votre journée, deviner la manière de voir les choses de l’être aimé, de mettre à jour et de découvrir ce qui vous empêche d’avancer ou de progresser plus rapidement vers vos objectifs, etc…

Pour interroger les augures à travers le tirage de runes gratuit, vous devez tout simplement vous détendre un moment et ensuite réfléchir sur le sujet, à la situation qui vous préoccupe, et choisir les Runes.

Une réponse imprégnée de la sagesse légendaire des vieux peuples nordiques éclairera le chemin à celui qui le cherche…

Votre destin vous appartient, donnez lui un petit coup de pouce …

Les arts divinatoires contribuent à illuminer le chemin à suivre, pour orienter et pour mieux contrôler votre vie.

Avant d’effectuer votre tirage de runes gratuit, concentrez-vous sur ce qui vous préoccupe, notez-le même sur un papier.

N’hésitez pas à appeler nos professionnels du tirage de runes gratuit pour en savoir plus sur votre destin, prenez les rênes de votre vie et laissez les doutes de côté …

Appelez-nous et consultez notre tirage de runes gratuit le plus complet!!

Les Runes

Les runes gratuites, aussi considérées comme l’alphabet des Dieux, ont leur origine dans le nord de l’Europe.

Bien qu’il soit très compliqué de définir quand le système runique est apparu, on a constaté qu’il s’est développé et étendu à partir du IIe siècle av. J.-C. grâce aux contacts des peuples germaniques avec les peuples méditerranéens.

Runes gratuites en vieux nordique signifie un mystère, un secret, un murmurèrent. La liste des caractères s’appelle FUTHARK selon les 6 premiers signes.

Les runes gratuites ont été et sont une écriture magique et secrète, avec un aspect religieux parce qu’elles ouvrent une dimension magique avec les forces de l’univers, de la nature, du visible et de l’invisible.

Comme raconte la légende, Odin, le Dieu de la Guerre, est resté en suspend, durant neuf jours et neuf nuits, des branches de l’Arbre de la Vie et il reçu, à travers cette méditation et cette souffrance, le savoir sacré des runes gratuites.

On peut constater le lien avec la carte du Tarot de Marseille « Le pendu».

La tradition a fait des runes gratuites un objet magique utilisé pour la prédiction de la voyance, comme les cartes ou le Tarot.

Les runes gratuites sont normalement de petites pierres sur lesquelles sont gravés les caractères de l’alphabet runique utilisé par les peuples germaniques du nord de l’Europe.

Il comporte 24 runes. Les caractères sont composés uniquement par de petits traits sans arrondis.

Les runes gratuites vous permettront de vous anticiper, elles vous aideront à prendre des décisions importantes grâce à la précision et la clarté des révélations qu’elles vous feront.

Les runes gratuites font passer leur message en transmettant l’opinion des forces divines en ce qui concerne une question humaine.

Le tirage des runes gratuites nous offre la possibilité de connaître les tendances de l’avenir soufflées par les divinités telles que le Dieu Odin, par exemple.

L’ordre du tirage est important et il déterminera le sens du message expédié par les runes gratuites.

Posez votre question en étant détendu, ne pensez pas à autre chose, vous devez être très concentré pour que le tirage de runes gratuites soit révélateur et vous informe de manière constructive.

À toute question, une réponse immédiate.

Demandez aux runes gratuites. Elles vous aideront tout de suite en vous conduisant vers l’un des 25 symboles runiques!!

Signification des Runes

Ces pierres étranges ont une signification concrète. Ici vous trouverez la signification des runes. Chaque pierre peut avoir une signification de runes différente selon le sens dans lequel elle sort. Une rune de face et à l’endroit n’a pas la même signification que lorsqu’elle sort face cachée et à l’envers.

Dans cette partie, vous trouverez, le guide complet de la signification des runes.

N’y réfléchissez pas à deux fois pour savoir ce que les Dieux vous préparent !

images-131 dans Runes1. Signification des runes : LA RUNE FEHU (LA RICHESSE) 
Elle concerne le succès social et tout ce qui concerne les personnes, les biens et les idées. Elle montre un mouvement, un changement de situation, une nouvelle vie. Dans le domaine professionnel, elle montre un succès, une entrée d’argent. Dans le domaine sentimental, elle montre des sentiments réciproques et la possibilité de former un couple.

2. Signification des runes : LA RUNE URUZ (LE BUFFLE)
Imaginez une masse de muscles en mouvement, un fauve indomptable. Elle signifie une force primordiale, qui ne dévie jamais de son chemin. C’est une énergie vitale et explosive. Dans le domaine professionnel elle indique une promotion et un succès relatif à l’effort. Dans le domaine sentimental, elle indique une relation tendre et torride.

3. Signification des runes : LA RUNE THURISAZ (l’ÉPINE)
C’est une rune qui pique mais qui prévient à temps d’un danger ignoré ou sous-estimé. Elle indique ce qui s’oppose à vous, les difficultés rencontrées, bien qu’à long terme cette rune soit bénéfique. Dans le domaine professionnel, elle indique qu’il faut être prudent, réfléchir avant de se compromettre. Dans le domaine sentimental, elle indique une relation progressive où chacun définit un peu son territoire.

4. Signification des runes : LA RUNE ANZUS (LA BOUCHE, LE MOT)
Rune du verbe, de la pensée, de l’inspiration et de l’enthousiasme. Avec elle vous avez la parole. Rattachée au savoir, la sagesse, elle anticipe une épreuve dont vous tirerez profit. C’est une rune d’espérance. Dans le domaine professionnel elle indique que tout se mélange quand il y a des disputes, le côté relationnel est très important dans votre situation professionnelle. Dans le domaine sentimental, elle indique que les sentiments doivent passer avant tout par la communication.

5. Signification des runes : LA RUNE RAIDO (LA ROUE DE LA CHARRETTE)
Un véhicule, une chevauchée, des déplacements : c’est le rune du voyage. Un voyage intérieur ou voyage sur la terre, elle signifie avant tout une évolution dynamique, de l’énergie en mouvement, de la maturité, une croissance et des changements. Dans le domaine professionnel, elle indique des changements de postes, une mutation. Dans le domaine sentimental, elle indique une nouvelle histoire d’amour, un tournant inattendu.

6. Signification des runes : LA RUNE KANO (LE FLAMBEAU)
Rune très positive. Elle représente le mouvement, l’impulsion, la lumière qui se propage autour de sa source. C’est l’énergie du feu domestique, technique qui permet de contrôler les forces vitales. Dans le domaine professionnel, elle indique une nouvelle idée qui peut apparaitre, un avancement social. Si vous êtes àa la recherche d’un emploi, elle symbolise le travail. Dans le domaine sentimental, elle indique un coup de foudre, un amour fougueux mais qui peut être aussi provisoire…

7. Signification des runes : LA RUNE GEBO (LE CADEAU)
Elle symbolise une rencontre inspirée, un don du ciel, un coup de chance, le présent. C’est une rune d’échange, de soutien, rune de l’affection désintéressée, avec un don total et gratuit. Dans le domaine professionnel, elle peut indiquer une association, une aide … Dans le domaine sentimental, c’est la rune de l’amour, elle parle des liens importants, une union par exemple.

8. Signification des runes : LA RUNE WUNJO (LA JOIE)
Rune de l’harmonie, de la joie, de la douceur dans les relations humaines (au travail et dans l’amour). Cette rune exalte les sentiments, aussi dans les relations sociales. Pour ponctuer, cette rune indique une époque durable. Dans le domaine professionnel, elle indique des nouvelles, un emploi très agréable. Dans le domaine sentimental elle indique la fin d’une période de solitude ou de tristesse.

9. Signification des runes: LA RUNE HAGALAZ (LA GRÊLE)
Pour les Nordiques anciens, la grêle représentait le danger venu du froid, des hauteurs du ciel où les Dieux vivent. C’est une rune ambigue, elle annonce une victoire, c’est une leçon de vie.

10. Signification des runes : LA RUNE NAUTHES (LA NÉCESSITÉ)
Cette rune révèle ce qui vous résiste, un problème profond caché. C’est la contrariété, une difficile situation qui échappe à l’individu, c’est un avertissement. Dans le domaine professionnel elle indique une époque d’arrêt. Dans le domaine sentimental.

11. Signification des runes : LE RUNE ISA (LA GLACE, LA GELÉE)
Cette rune est celle d’une situation bloquée. La situation est paralysée et elle vous oblige à faire demi-tour, à chercher une solution. Dans le domaine professionnel, les formalités n’arrivent à rien. Vous devez mettre cette époque à profit pour faire un bilan de tout. N’oubliez pas que la glace est un état passager, vous devez le chauffer pour vous libérer de cette situation. Dans le domaine sentimental, les relations de couple peuvent être froides. Cela peut aussi être une manière de débloquer une situation.

12. Signification des runes : LA RUNE JERA (LA RÉCOLTE)
Rune des récompenses attendues et méritées. C’est l’espérance enfin réalisée, matérialisée. Très positive, elle annonce un succès, des joies, du bonheur, de l’abondance. C’est la plénitude bénéfique. Dans le domaine professionnel, vous pourrez enfin reprendre les fruits de vos efforts. Si vous cherchez du travail, les portes ne tarderont pas à être ouvertes. Dans le domaine sentimental, le temps des réconciliations est arrivé pour les couples en difficulté. Pour d’autres, l’amour pourrait finir par une noce ou l’arrivée d’un enfant.

13. Signification des runes : LA RUNE EIHWAZ (LE BOIS d’IF)
Ce sont les influences cachées, domaine mystérieux de l’occulte. C’est une rune protectrice. Des changements imminents, qui finiront par vous apporter quelque chose de bénéfique, approchent. L’avenir proche sera tout à fait positif. Dans le domaine professionnel, vous aviez stagné, tout prendra un meilleur visage, en prenant un virage de cent quatre-vingts degrés. Vous vous trouverez dans une situation vraiment positive.

Consultez le site référence

Publié dans Astrologie et Esotérisme, Runes | Pas de Commentaires »

Une nouvelle conscience

Posté par othoharmonie le 18 août 2013


17 raisons d’appeler à son émergence. Ils sont astrophysiciens, biologistes, psychiatres, philosophes, enseignants, artistes, maîtres zen ou pionniers de l’écologie. Tous estiment qu’il est temps d’évoluer vers une nouvelle conscience, de soi et du monde. L’INREES leur donne la parole dans le hors-série n°1 d’Inexploré.

Et si vous oubliez tout ce que vous pensiez savoir des lois qui régissent le vivant ? XVIIe siècle, Newton décrit le monde comme un ensemble d’objets mécaniques et délimités, Descartes réduit le réel à ce qui est observable et mesurable – l’homme y compris. Emerge alors en Occident la représentation d’un univers fragmenté, déterministe, quantifiable. Tout devient maîtrisable, exploitable, consommable.

Une nouvelle conscience dans Nouvelle conscience images-131Au nom de quoi faire voler en éclat ces conceptions ? De la science elle-même. Depuis cent ans, des physiciens lèvent le voile sur de nouvelles dimensions. Trinh Xuan Thuan, astrophysicien : « Après avoir dominé la pensée occidentale pendant trois cents ans, la vision newtonienne a fait place à celle d’un monde holistique, indéterminé et débordant de créativité. L’avènement de la physique quantique et de la théorie du chaos a introduit les principes d’incertitude, d’imprévisibilité, d’influence entre l’observateur et le réel observé. Les atomes forment un monde de potentialités ou de possibilités, plutôt que de choses et de faits. Des phénomènes de mécanique quantique ne peuvent se comprendre avec les références classiques. Pourquoi par exemple, quand on sépare de plusieurs kilomètres deux photons qui étaient associés, l’un continue de savoir ce que fait l’autre, sans aucune communication ? Cela pose problème si on suppose que la réalité est morcelée et localisée sur chacune des particules. Le paradoxe n’a plus cours si on admet que les deux photons font partie d’une réalité globale, quelle que soit la distance qui les sépare. Ils sont interdépendants : chaque partie porte en elle la totalité, et de chaque partie dépend tout le reste. »

La réalité de cette nouvelle physique est multidimensionnelle, son univers constitué de matière, de flux d’énergie et d’information. Et si c’était le cas à tous les niveaux du vivant ? 

En biologie du cerveau, par exemple. Jean Becchio, médecin généraliste, président de l’Association française d’hypnose : « Dans les années 50-60, on pensait tout connaître du cerveau. Quarante ans plus tard, on est perdu ! La matière grise n’est plus considérée comme aussi primordiale : elle ne serait que le récepteur d’informations captées depuis l’extérieur, puis envoyées dans la substance blanche, où elles rencontrent d’autres informations issues du monde intérieur, de la mémoire, des émotions, des apprentissages… On vient aussi de trouver qu’il y a des neurones miroirs partout dans le cerveau, qui jouent un rôle important dans les phénomènes de sympathie, d’empathie et de compassion. Cette découverte fait évoluer la conception très robotique de l’humain ; il est d’abord un être relié aux autres. Le cerveau n’est plus étudié comme une boîte isolée, mais dans sa relation avec son entourage. »

Autre découverte de taille : le cerveau ne produirait pas la conscience. Pim Van Lommel, cardiologue, spécialiste des expériences de mort imminente : « Dans l’étude que j’ai menée sur des patients ayant survécu à un arrêt cardiaque, 18% rapportent une expérience d’expansion de conscience au moment où ils étaient en mort cérébrale. Ils ont perçu leur réanimation, peuvent avoir vu des souvenirs de leur vie entière, interagi avec des proches décédés… Des millions de gens dans le monde ont vécu ces phénomènes – 9 millions aux USA, 20 millions en Europe. Notre étude (la plus importante à ce jour) met en échec les explications matérialistes – manque d’oxygène, hallucinations, rêves, etc. Elle prouve que le cerveau ne crée pas la conscience ; il n’est que le catalyseur qui rend possible son expérience – comme le poste de télévision n’est qu’une interface pour accéder aux émissions. La véritable conscience est non locale, plus vaste que ce que nous percevons dans la vie quotidienne, et capable de survivre au corps physique. » 

Il existerait donc une conscience supérieure à la conscience ordinaire… Une hypothèse en voie de validation scientifique. Roger Nelson, directeur du Global Consciousness Project, chercheur en parapsychologie à l’Université de Princeton : « Nos expérimentations ont montré que les gens étaient capables, par la pensée, d’influer sur le contenu d’une séquence de nombres aléatoire. L’effet est ténu, pas suffisant pour ouvrir une porte de garage à distance, mais assez pour comprendre que l’esprit n’est pas confiné à la boîte crânienne et peut entrer en relation directe avec différents aspects du monde. Nos capteurs détectent aussi un changement lorsque les gens se retrouvent en communion, à l’occasion d’un événement fort. L’interaction des consciences individuelles induit un échange d’information et la création d’une cohérence de champ, qui n’existait pas auparavant, qu’on appelle la conscience de groupe. Nous avons plus de 400 enregistrements de ce type ; à partir de ce seuil, les critères scientifiques admettent la réalité d’un phénomène. »

Il serait même possible, par cette conscience non locale, d’accéder à des informations affranchies de l’espace et du temps. Stephan A. Schwartz, chercheur principal sur le cerveau, l’esprit et la guérison à l’Institut Samueli (USA) : « Les expériences que nous avons menées prouvent, protocoles scientifiques et données statistiques à l’appui, que nous avons la capacité de décrire des choses, des lieux ou des gens éloignés, comme s’ils étaient sous nos yeux. Nous pouvons également décrire un événement qui ne s’est pas encore produit. Les données recueillies sont de deux types : des impressions de sens – par le goût, le toucher, les odeurs – et une impression de connaissance : je ne sais pas comment, mais je sais que c’est vrai. Il n’y a rien de surnaturel là-dedans : vous vous ouvrez simplement à cette part non locale de votre conscience qui n’est pas limitée par le temps et l’espace. Cette compétence se développe, à condition d’en avoir la volonté. L’intention est un point clé. »

De quoi chambouler profondément nos visions du monde et de nous-mêmes. Comme l’ont pressenti nombre de sagesses traditionnelles, notre identité profonde ne serait pas nos corps ni nos esprits individuels, mais cette conscience connectée à un grand tout. Lynne McTaggart, journaliste scientifique : « Lorsque les particules subatomiques conversent, elles échangent de l’énergie. Quand vous multipliez cette infime quantité par tous les échanges entre toutes les particules de l’univers, vous obtenez une incroyable quantité d’énergie dans un espace vide. Ce champ permet de comprendre qu’il n’y aurait pas des objets séparés, mais un lien, c’est-à-dire une connexion si intriquée, si essentielle et si profonde qu’il est impossible de dire où une chose s’arrête et où l’autre commence. Notre environnement nous crée autant que nous le créons. C’est un processus coopératif, qui doit nous inciter à dépasser la polarisation terrible que nous observons aujourd’hui, et vivre selon une image plus organique et plus holistique. » 

Sortir du sentiment de maîtrise absolue, retrouver le sens de la globalité, de l’humilité et des responsabilités…
Dans le rapport à soi, d’abord, la manière dont on s’envisage et dont on se soigne. Thierry Janssen, médecin psychothérapeute : « En parallèle d’une médecine de plus en plus technologique, émerge un paradigme de santé issu de cultures traditionnelles, qui insistent davantage sur la prévention et, lorsqu’il s’agit de soigner, le font de manière globale, en ne réduisant pas la personne à un corps-machine. Il me paraît absolument pertinent de considérer l’humain comme un être indivisible, dont les pensées influencent le fonctionnement biologique et dont le fonctionnement biologique influence la pensée, sans tomber dans l’idée que toutes les pathologies sont causées par des conflits psychologiques et que la résolution de ceux-ci suffiraient à guérir. Dans une perspective intégrative, l’idéal serait de soigner les patients avec empathie, en développant des relations de respect, en les considérant comme des individus multidimensionnels, tout en profitant des merveilleux outils que la technologie nous offre. » 

Evolution, aussi, dans notre rapport aux autres, ce que l’on inculque et ce que l’on transmet. Antonella Verdiani, docteure en sciences de l’éducation, à l’initiative du Printemps de l’éducation : « Aujourd’hui, l’école est source d’inégalités car basée sur la compétition et non sur la coopération. Elle ne table pas sur l’échange et le partage des connaissances, mais sur un rapport autoritaire, qui n’autorise pas les enfants (et ils ne se l’autorisent pas eux-mêmes) à devenir auteurs de leurs propres vies. Notre époque n’a plus besoin des petits soldats de l’ère industrielle. Lorsque l’enseignant se positionne avec ouverture, en tant que guide et accompagnant, cela change totalement la donne. L’éducation intégrale, fondée sur le libre progrès de l’enfant, dans un cadre bienveillant, part du principe qu’il existe chez l’enfant une connaissance quasi-innée. Si on lui fait confiance, il sait très vite où il doit aller. Il faut stimuler le questionnement, les éveiller à leurs propres réponses. Y compris en matière existentielle, une dimension qui existe bel et bien chez les enfants. » 

Autres aspect fondamental : notre rapport à la nature. Pierre Rabhi, pionnier de l’agro-écologie, fondateur du mouvement Colibris : « Au lieu de prendre conscience de la beauté infinie de la planète et de considérer la Terre comme une oasis perdue dans un désert sidéral dont nous sommes totalement dépendants, nous continuons de la sinistrer, en agissant comme si ses ressources étaient inépuisables, comme si nous pouvions nous affranchir de cette nature que nous appelons “environnement”, comme si nous n’en faisions pas partie. Si des extraterrestres nous observaient, ils concluraient que nous avons des aptitudes mais que nous sommes inintelligents ! Tant que nous ne modifierons pas notre regard, nous serons dans cette dichotomie, dans ce dualisme totalement artificiel. A partir du moment où je suis à l’école de la nature, je ne cherche plus à m’imposer à elle, à la dominer ni à l’empoisonner, je suis à son écoute, j’observe son processus et je le respecte. Etymologiquement, humus, humanité, humilité, c’est la même chose. »

Jusqu’à notre rapport à l’univers, en prenant la mesure que nous n’en sommes qu’un des composants. Morvan Salez, chercheur en astrophysique : « Grâce à l’amélioration de la technologie, on trouve de plus en plus de systèmes planétaires très semblables au nôtre. Environ 780 exoplanètes ont été détectées de manière certaine, plus de 2000 sont en attente de confirmation. Les très importants progrès effectués dans la compréhension de notre propre écosystème ont aussi permis de découvrir que les bactéries sont absolument partout, dans des régions où l’on pensait que c’était impossible. Pour arriver à la biosphère actuelle à partir de molécules organiques inertes, il a fallu des mécanismes incroyablement subtils. Face à ce constat, on peut considérer que les paramètres de l’univers sont tels que si on laisse le temps agir à partir de bons ingrédients de départ, des formes de vie sont vouées à apparaître, peut-être très différentes de la nôtre. Nous dire que nous ne sommes pas seuls, c’est un électrochoc, qui peut remodeler en profondeur notre conception de nous-mêmes et de notre place au sein du cosmos. »

Cette évolution n’est pas un luxe : si on ne change rien, la planète court à sa perte, et nous avec. La crise actuelle n’est-elle pas révélatrice d’un besoin criant de retrouver un supplément d’âme, un sens et une cohérence ? Frédéric Lenoir, philosophe : « Les derniers grands succès de la littérature et du cinéma, tels que l’Alchimiste, le Seigneur des Anneaux, Harry Potter ou Avatar, réhabilitent les mythes, la magie, l’imaginaire. Preuve qu’on crève dans un rationalisme desséchant et que les gens ont besoin de rêver, de se relier au monde à travers des symboles, des archétypes. L’âme n’a pas suivi la croissance du corps matériel de l’humanité. Pourquoi ? Parce que nous ne la cultivons pas. On a aujourd’hui de plus en plus d’outils qui nous permettent de comprendre, de discerner, mais on ne sait pas bien s’en servir. Nous avons besoin de rééquilibrer notre cerveau. De plus en plus d’individus sont en quête d’une expérience intérieure qui touche leur cœur, leur vie. Ils sont à la recherche d’un éveil, d’un changement de conscience. Je crois que l’existence a un sens et que chacun peut le trouver, s’il le veut. » 

Pas seulement en acceptant un nouveau paradigme scientifique – qui ne serait alors qu’une idéologie de plus. Au-delà des théories, certaines expériences sensibles ouvrent sur une perception, intime, d’un autre réel : une musique que l’on écoute, un film que l’on regarde, une poésie que l’on lit, un paysage que l’on contemple… Jean François Clervoy, astronaute : « La Terre vue de l’espace, c’est très beau ! On en a les larmes aux yeux, on en tombe amoureux. Et on s’aperçoit que la couche d’atmosphère est fine comme du papier à cigarettes ; notre vie ne tient qu’à ce filet ! Tous les astronautes reviennent des vols spatiaux bien plus sensibles au fait que la Terre est un vaisseau spatial en soi, aux ressources limitées. L’espace enrichit : sur le plan sensoriel, émotionnel, spirituel, existentiel. Quand on voit la beauté de l’univers, on se demande pourquoi c’est aussi beau, pourquoi on est si ému. Lorsqu’on regarde la Terre par le hublot, en apesanteur, on oublie qu’on a un corps, on a l’impression qu’on est simplement une conscience qui flotte, qui a le pouvoir de voir. Je crois que l’univers n’est pas limité à la matière, aux couleurs que je vois, aux émotions que je perçois. Il y a quelque chose de supérieur. »

Un quelque chose qu’il est possible d’explorer en lâchant la raison individuelle – et les postures sociales – pour laisser vibrer cette justesse d’intuition qui sommeille en nous. Jan Kounen, cinéaste : « Créer est un processus très intuitif. Tout à coup, une histoire résonne en moi et ne me quitte plus. Cette intuition compte beaucoup dans mes choix. Avant de prendre une décision, je surveille les signaux qui m’indiquent, physiquement et psychiquement, que je ne suis pas dans la peur, dans la détresse artistique. Sinon, la décision restera liée à l’énergie qui l’a fait naître. La pensée est créatrice, elle est liée à un monde énergétique que l’on nourrit, et qui nous alimente en retour. Je pense qu’il existe à l’intérieur de nous une intelligence plus efficace que notre seule intelligence mentale, laquelle est limitée par notre culture, notre vocabulaire, nos modèles, etc. Dans le monde indigène, l’imaginaire est un outil, qui permet d’accéder à des réalités différentes, qui toutes peuvent donner des informations importantes. »

Y compris en psychothérapie, où de nouvelles méthodes explorent l’invisible, au-delà de l’ego. Olivier Chambon, psychiatre : « Focusing, cohérence cardiaque, hypnose, TIPI… Ces techniques travaillent sur le monde de l’âme, du rêve, de l’imaginal, qui amène des compréhensions dépassant les connaissances habituelles. Lorsque la conscience est attirée vers l’ego, celui-ci la rétrécit, la ratatine et la conditionne. C’est en allant chercher des choses extérieures à lui qu’on permet à l’ego de trouver des voies de transformation qu’il ne trouve pas en lui-même. On apprend à faire attention à des choses inconnues, irrationnelles, éphémères, imprévues, incontrôlées. En voyage chamanique sous hypnose ou en EMDR, on accède à des parties du soi oubliées, des souvenirs qu’on ignorait avoir, des énergies nouvelles, ainsi qu’à un espace de pardon, de compréhension et de confiance, où l’on peut se voir et voir les autres sans juger ni blâmer. On obtient alors un rééquilibrage à tous les niveaux : physique, émotionnel, mental et spirituel. » 

higgs-event dans PenserieMais la prise de conscience ne suffit pas. Elle doit se cultiver au quotidien. Thich Nhat Hanh, maître zen : « Pour que la paix, la joie de vivre, l’amour et l’espoir puissent émerger, il faut prendre soin de l’instant présent, être conscient d’être vivant, qu’on est en train de marcher sur la planète Terre, d’entrer en contact avec les merveilles de la vie. Cela s’acquiert par une pleine conscience nourrie à chaque instant, de la concentration sur le présent, et une bonne gestion de ce moment. Réorganiser sa vie quotidienne, sa manière de travailler, de manger, de dormir, de respirer… Etre capable de préserver la paix, la compréhension et la compassion dans n’importe quelle situation, est une pratique spirituelle. Une fois qu’on est habité par cette vision juste, on existe en tant qu’être véritable, solide, libre et joyeux, et on peut avoir une influence sur le monde. Il n’y a pas de cloison étanche entre le soi et le non-soi. Chaque énergie que vous émettez en termes de pensée, de parole et d’acte, a un effet sur tout le cosmos. » 

Exemple très concret avec la MBSR, une méthode de réduction du stress par la pleine conscience, implantée dans 550 hôpitaux aux Etats-Unis (et 200 ailleurs dans le monde). Jon Kabat-Zinn, professeur de médecine, concepteur du programme : « Le MBSR met de l’énergie sous forme d’attention dans ce qui va en nous, plutôt que dans ce qui ne va pas. Le patient devient acteur de sa santé, en entrant en contact avec le paysage de son être. En habitant le moment présent, qu’il soit plaisant ou non, sans rien prendre personnellement, sans créer une narration sur sa douleur, on finit par voir les idées et les opinions pour ce qu’elles sont : des habitudes de l’esprit, qui ne sont pas la vérité. Je ne suis pas ma douleur, je ne suis pas mes pensées, je ne suis pas mon cancer. Sans médicament ni chirurgie, juste avec la pleine conscience cultivée comme un muscle, la MBSR permet de réduire durablement les symptômes. Ce type de pratique change non seulement l’activité cérébrale, mais la structure du cerveau. Et il n’est pas le seul à être plastique : vos chromosomes, vos cellules, tout en vous est capable de changer en fonction de la façon dont vous mangez, dont vous aimez, dont vous faites de l’exercice, du temps que vous prenez pour le calme et l’attention méditative. »

Direction le pays des Bisounours et de l’amour rose bonbon ? Non. Le but n’est pas de vivre perché bien au chaud sur un petit nuage, mais au contraire de trouver en soi la lucidité et la force de cerner la réalité sous toutes ces facettes, même les plus sombres, et passer à l’action contre tout ce qui nous désincarne, faute de sens et d’âme. Fabrice Midal, fondateur de l’Ecole occidentale de méditation : « On n’a jamais rendu les hommes heureux en les gavant de sucreries ! Seule la vérité apaise réellement le cœur humain. Si nous ne l’affrontons pas, nous ferons de la spiritualité un rêve de plus. Impossible de s’asseoir et de méditer un moment sans rencontrer la souffrance. Mais à mesure qu’on s’y engage, la conscience s’ouvre et devient assez vaste pour soutenir les défis et les difficultés. L’important n’est pas d’avoir les solutions toutes faites, mais d’ouvrir notre champ de vision et notre capacité à faire face. La spiritualité doit chercher à comprendre le pire, afin de trouver des manières justes d’y répondre. La méditation donne le courage de revenir à l’essentiel. Elle montre un autre rapport à tout, fondé sur l’attention et la bienveillance. Partout où il y a l’être humain, il y a la possibilité d’un acte gratuit qu’on ne peut commander, instrumentaliser ni pronostiquer. C’est cela qu’il nous faut reconnaître, préserver et cultiver. »

parution : http://www.inrees.com/articles

Publié dans Nouvelle conscience, Penserie, Zones erronées | Pas de Commentaires »

L’estime de soi ou la technique du miroir

Posté par othoharmonie le 8 juillet 2013

 

Ne vous laissez pas distraire par la simplicité de cette technique. Les techniques les plus simples sont d’après moi les plus efficaces. La technique du miroir si pratiquer tout les jour ou de manière très régulière permet des changements étonnants pour le meilleur.

Cette technique du miroir permet de retrouver ou d’augmenter votre estime de soi, confiance et amour propre.

Vous remarquerez que si vous pratiquez cette technique longtemps vous commencerez par attirer des personnes qui résonnent avec votre nouvelle vibration.

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans APPRENDS-MOI, Etat d'être, Travail sur soi ! | Pas de Commentaires »

Exercices d’estime de soi

Posté par othoharmonie le 23 mai 2013

Venez me rejoindre sur le forum  http://devantsoi.forumgratuit.org/ 

 

Inapte au bonheur, vous portez votre malaise en bandoulière. D’ailleurs, vous en êtes persuadé, la vie ne vous aime pas. Pour (re)conquérir votre estime, les conseils de Maryse Vaillant, psychologue.

Maryse Vaillant

Exercices d’estime de soi dans APPRENDS-MOI a

On les reconnaît à leur façon de raser les murs, de tout faire pour passer inaperçu, de mettre en avant leurs défauts ou les échecs qui ont jalonné leur vie. Ils s’enlisent même parfois dans d’étranges répétitions qui les font souffrir, et manifestent une incroyable aptitude à se rendre insupportables et à se faire rejeter… Ceux qui manquent d’estime de soi ne s’aiment pas.

Toujours prêts à mettre en cause leurs compétences, ils sont persuadés que s’aimer soi-même est un signe d’orgueil ou d’égoïsme dont ils sont heureusement dépourvus. La lucidité est la seule qualité qu’ils se reconnaissent. Peut-on s’estimer, même si on ne s’aime pas ?

Voici quelques-unes des pistes qui permettent de reconquérir l’estime de soi, sans passer par la case amour.

Je suis nulle

Laure n’a pas mené à bien sa scolarité ; elle en souffre, et n’ose jamais donner son avis ou prendre la parole en public. Pourtant, ses enseignants la trouvaient intelligente et avisée. Mais Laure n’entendait que le verdict d’une mère peu aimante : « Tu es nulle, tu ne feras jamais rien. » Depuis, aucun succès ne parvient à la détromper. Ce qui compte, c’est quand elle échoue.

Tout le monde connaît des virtuoses de l’échec. Lorsque tout semble aller bien, ils prennent peur et abandonnent la partie par crainte d’une réussite qui les plongerait dans l’inconnu. Ils ne semblent rassurés que par le ratage de leurs entreprises.
Derrière les répétitions amères de leurs fiascos, on peut souvent débusquer la quête éperdue d’une autre mission : ils sont enfermés dans une injonction à échouer qui vient du plus loin de leur enfance. Réussir serait rompre un pacte…

==> Se guérir par la création
Pour sortir de l’enfermement dans l’échec, il faut accepter de donner torts à ses parents. On commence par de petites choses, et l’on avance doucement vers une version de soi qu’ils n’avaient pas prévue. Il s’agit de se prouver à soi-même ce dont on est capable. On peint, on dessine, on cuisine, on jardine. Et, surtout, on fait l’effort d’écouter les compliments et remarques de ceux qui apprécient. Rien de tel que de créer du beau, du bon, pour se restaurer intimement. Une condition toutefois : s’efforcer de tenir un journal de bord de toutes ces petites merveilles.

Je suis un vaurien

C’est souvent à l’adolescence que les choses se fixent : une identité négative est venue répondre aux doutes et aux incertitudes. A cet âge difficile, on ne sait plus trop qui l’on est. On se cherche dans tous les miroirs, on se laisse capter par tous les discours. Celui qui, pour avoir raté un examen, commis un délit ou fumé un joint, verra son entourage le considérer comme un raté, un toxicomane ou un délinquant, trouvera dans cet étiquetage un modèle rassurant. Il vaut mieux être reconnu comme un vaurien que se perdre dans l’anonymat, avec la crainte d’y disparaître.

Cela reste vrai plus tard. Celui que tout le monde regarde comme un perdant à répétition ne gagnera jamais rien. Le regard des autres le condamne à l’échec. Leur donner raison devient sa raison de vivre. Telle une étiquette, son identité négative lui sert de carte de visite et lui épargne l’effort de se faire reconnaître.

==>Retrouver la dignité
Plutôt que d’aller en prison, le jeune délinquant peut faire une mesure de réparation chez les pompiers ou dans une association d’entraide. Il fait ainsi quelque chose pour compenser les torts qu’il a causés, et retrouve souvent suffisamment d’estime de soi pour ne pas récidiver. Celui qui a raté un examen peut réussir dans une autre branche. Quant à tous ceux qui ont fumé des joints et l’ont oublié, ils sont légions…

Faites comme eux : si vous pensez ne pas valoir grand-chose, allez aux Restos du cœur ou à la SPA, vous verrez que l’on a besoin de vous. Cela fait du bien au moral. A force de voir que les autres peuvent compter sur vous, vous finirez par en faire autant.

Je ne suis pas aimable

Léa est si crispée qu’elle en devient laide. Chacun connaît des gens comme elle : les chipies et les jamais satisfaits ; les moroses et les anxieux, qui cherchent toujours le côté négatif de la vie ; les victimes et les martyrs, qui gâchent les cadeaux qu’ils reçoivent comme ceux qu’ils font. Ils sont malheureux. La vie ne les aime pas. Leurs moments de paix sont de courte durée. Ils sont persuadés de n’être pas aimables, parce qu’ils n’ont pas été aimés.

Longtemps, on a pensé qu’il fallait avoir reçu de l’amour pour en donner. On a même cru que la répétition du pire était toujours assurée : l’enfant battu battrait ses enfants. Ainsi, persuadé de son inaptitude au bonheur, celui qui a souffert de carences affectives ne pouvait que se faire mal à la vie.

==>Apprendre à recevoir
Les cliniciens et les professionnels de l’enfance commencent pourtant à montrer que l’on peut donner ce que l’on n’a pas reçu, et que l’on peut réussir sa vie malgré l’échec de son enfance. Donner, faire plaisir : chacun sait le faire. Accepter les cadeaux de la vie, c’est l’étape suivante. Faites donc la liste de vos petites joies et des gens qui ont compté pour vous. Vous verrez que, même si vous ne vous aimez pas, la vie vous a souri plusieurs fois. Pensez à ce qu’elle serait devenue si vous n’aviez pas rencontré Untel à un moment crucial. Dites-vous que tous les moments sont importants et que l’on s’enrichit des autres.

 

Publié dans APPRENDS-MOI, Auto-Guérison, Exercices simples | Pas de Commentaires »

Et si Dieu était une femme

Posté par othoharmonie le 6 décembre 2012

 

par Marie Jésus Sandoval-Amrita

Selon la Genèse, Dieu a créé l’homme et la femme à son image. Pourtant c’est une image très largement masculine de la divinité qui s’est imposée pendant des siècles…

C’est une des questions fondamentales que pose Othmar Keel, professeur émérite de théologie de l’Ancien Testament, passionné d’archéologie et qui a rassemblé de nombreux textes, iconographies, et objets soulignant des traits féminins dans le dieu biblique. Et si par cela la Femme ouvrait la porte du ciel à l’Homme ? C‘est une question que je me pose à mon tour. Et si c’était une des questions primordiales de notre temps ? 

Un moment d’éveil de notre conscience vers la réconciliation des principes masculins et féminins, vers une unification, un mariage, une alchimie de la rencontre de l’homme et de la femme ? En ces temps d’urgence où s’élèvent des quatre coins de la planète des cris de désespoir, de souffrance, une demande immense de transformation se fait entendre. L’humanité cherche des réponses qui lui apporteront une paix durable. Une de ces réponses est l‘éveil à la conscience du Sacré, incluant l’énergie féminine sacrée, afin que notre terre soit notre paradis et non notre enfer. 

Et si Dieu était une femme dans DIEU papillon-236x300L’énergie féminine, apparentée à la Mère Divine, à la Déesse en tant que force primordiale, est créatrice de vie dans son émanation d’Amour. Elle était célébrée du fond des âges par des rituels qui généraient l’harmonie, l’équilibre et la paix avec toutes les dimensions, tous les règnes et tous les êtres. En d’autres temps, en d’autres lieux, les femmes se rassemblaient les soirs de pleine lune pour se reconnecter à la source de leur féminin sacré, pour se souvenir que toute vie passe par la matrice originelle et qu’il n’y a rien de plus précieux que la VIE. 

Porteuses dans leur ventre de ces messages, les femmes sont de façon naturelle les gardiennes de la connaissance de cette loi de vie, de la paix sur terre. Ce qui fait dire à de nombreux sages qu’il n’y a rien de plus dangereux qu’une femme en colère. 

En tissant un lien de conscience, un lien profond de sororité, cette force de l’union des femmes nous replace dans notre pouvoir créateur. Il nous apporte le courage et l’estime de soi pour apaiser les blessures infligées à notre petite fille, à l’adolescente, à la jeune femme, à la mère, à l’amante, à la créatrice. 

En revisitant notre histoire de femmes, autour d’un cercle d’échange et de parole, nous pouvons faire remonter à la surface ces mémoires douloureuses afin de les transformer. Les chaînes de transmission d’une génération à l’autre sont ainsi rompues, et nos enfants sont préservés. 

Notre époque, avec la libération des moeurs, nous permet d’unifier tous les aspects du féminin. Ils peuvent prendre tour à tour la forme de la guérisseuse, la sauvage, la magicienne, la mère, l’audacieuse, l’amante, la prêtresse. Avec le temps viendra la réconciliation, l’’unité, qui rassemblera toutes ces facettes en une seule : la femme debout. Ces aspects du féminin unifié, qui sont à l’image de la déesse Shakti dans la symbolique tantrique, ne seraient elles pas les qualités du principe féminin de Dieu ? Le couple dans ses aspects féminins et masculins unifiés ne serait-il pas un moyen d’accéder à la reconstitution de l’unité primordiale ? 
  “la pratique tantrique ne s’apprend pas dans les textes. Elle repose sur la grâce accordée ou reçue et le lien sacré qui unit maitre et disciple, un lien d’exigences mutuelles et de risque pris en commun” Milarepa 

Il nous faut retrouver d’urgence l’innocence de nos sexes, de nos coeurs, de nos esprits, afin d’équilibrer et d’harmoniser nos propres roues de vie, nos portes du ciel, les chakras principaux et secondaires
Comme nous l’enseigne l’Ayurvéda, la mise en mouvement de ces roues nous relie au rythme des saisons, et aux cinq éléments, la terre, l’eau, le feu, l’air, l’éther, qui nous composent et qui constituent l’univers. 
Par ce travail nous émettons une fréquence d’harmonie, de guérison pour nous et notre planète. Nous réapprenons à vivre pleinement nos émotions, puis à les transmuter pour accéder à la vision dans le non jugement : la claire voyance. 

Quand la femme atteint cet état de grâce, elle oriente alors son regard au plus profond d’elle-même. Par cette porte du féminin sacré, qui active un circuit énergétique, elle développe ce sixième sens qu’est l’intuition, et accède à la connaissance. 
Son corps devient l’écho des rythmes de la nature, le reflet de son temple intérieur. Le temps de ses Lunes, de ses menstruations, est un temps d’écoute propice à la capacité de retrouver ses fonctions sacrées : l’initiatrice, la guérisseuse et la prêtresse. 

Son rythme est alors en harmonie originelle avec l’ Univers et la destinée profonde de sa féminité, sa Déesse Intérieure. 
Les épreuves de la vie sont des messages de l’Univers, des miroirs qui nous renvoient à ce qui doit être changé en nous. Cela nous conduit à retrouver notre authenticité la plus juste, et façonner notre vie en harmonie avec nos véritables dons et possibilités. 
En acceptant les défis et les obstacles sur notre parcours de vie, en acceptant ce qui se présente comme une source de connaissance et de croissance, nous cheminons intérieurement vers la liberté. 

L’Autre devient le messager du Divin. 

Le Sentier Sacré, chemin de rencontre entre notre être divin et terrestre, nous amène à courir de grands risques, inconnus et solitaires. 

En choisissant cette voie, il nous conduira à l’abandon et à la fluidité de ce que nous sommes dans notre Essence Originelle.Pour que coule l’Amrita, ou Amrit, qui selon les religions dharmiques est un nectar. Il est la boisson des Devas, qui leur donne l’immortalité . 
En sanskrit, le mot Amrita signifie littéralement “sans mort”. Dans la philosophie yogi, l ’Amrita est un fluide qui s’écoule de la glande pinéale vers la gorge, dans les états de méditation profonde. 

Que ces femmes, qui ont transmis cet enseignement du Féminin Sacré à leurs enfants, depuis des générations, soient vénérées. Aujourd’hui, plus que jamais, Il devient important de reconnaître, de remercier et d’honorer cette énergie féminine sacrée en chacun de nous, afin qu’elle soit réhabilitée en notre coeur. Pour que se fasse la rencontre alchimique de l’homme et de la femme, et ainsi retrouver notre place et raison d’ être en toute noblesse au sein de l’humanité. 

  Et si Dieu était une Femme ? 
« Marie Madeleine ne serait elle pas, comme de nombreux historiens le disent aujourd’hui, une femme-déesse à l’origine du culte de la Femme Sacrée, et la principale détentrice de l’enseignement du Christ ? » Marie-Madeleine de Francesco Hayez, (1825) 

Etre dans l’écoute profonde de ce « SACREE » en moi, m’éveiller totalement à la vie en reliant mon corps, mon coeur et mon esprit dans une complète harmonie du masculin et du féminin.

  Cycle 1 L’INITIATRICE 7-9 octobre 2011 
  Cycle 2 LA GUERISSEUSE 28-30 octobre 2011 
  Cycle 3 LA PRETRESSE 25-27 novembre 2011

 

Publié dans DIEU, SPIRITUALITE c'est quoi ? | Pas de Commentaires »

L’échange et le Don

Posté par othoharmonie le 2 décembre 2012

Réflexion sur l’échange et le don que vous pouvez suivre en cliquant ici

Conversation intuitive avec ERENA

« Nous, Lumière, apportons sur la Terre des enseignements qui vous aident à monter vos vibrations, à élargir vos points de vue, à relativiser l’importance donnée aux valeurs matérielles, et nous vous prions de recevoir nos engagements à vous mobiliser pour élever le taux de chacun, puisque certains êtres sont « formés » pour l’aide à autrui… Nul ne peut dire qu’il est moins bien ou meilleur que l’autre… Nul ne peut se vanter d’être le maître sans être aussi l’élève… Et si cela était, il aurait tôt ou tard à changer sa manière de penser son service à la Vie… Car il s’agit bien d’un service rendu à la vie de tous, soyez-en conscients…

L'échange et le Don dans En 2012-2013 et après 2016 jardin_japonais_-200x300Plus vous évoluez, en votre âme, en votre conscience, plus vous donnez d’importance à l’amour qui se manifeste spontanément entre vous… Soyez clairs et ouverts, et dites-vous tout simplement que chacun vit le chemin qu’il a souhaité, prédéfini, construit, validé, et chacun va à ses rythmes et possibles… Nous vous voyons fonctionner ; Nous sommes en vous et ressentons vos attentes, vos besoins, vos campagnes, vos sollicitations, chacun étant à sa juste place, dans les progrès qu’il peut réaliser… N’oublions pas d’être « ensemble » sur ce chemin de la transformation, et n’oubliez pas, vous, de comprendre que vous êtes guidés, conseillés de l’intérieur, à l’écoute intuitive de votre conscience… Vous ne pouvez demander le don gratuit de vos oeuvres si vous n’avez aucune contrepartie financière vous permettant d’aller de l’avant… Comment pourriez-vous survivre ?… Cela démontre simplement que les systèmes encore en place ne se démobilisent pas rapidement pour laisser la place à d’autres concepts réalisables ici-bas…

Prenez l’exemple d’un thérapeute… Il a, lui aussi, besoin de l’aide de ses consultants, et vice-versa, le consultant a besoin de ses soutiens… ce qui engendre un échange vibratoire… Pourquoi ne pas considérer que le temps consacré à cet échange est également vibratoire, un concept de l’idée même de juste retour des temps que l’être humain vit ici-bas, ce qui lui donne la possibilité d’utiliser une énergie reconnaissant son oeuvre, donc l’argent, comme un moyen de réaliser d’autres oeuvres, encore d’autres, et encore d’autres…

L’argent est bien une énergie, une loyauté servant deux personnes quand chacun est consciente de cette énergie, un pouvoir sur autrui si l’être utilise l’argent comme moyen de pression, ce qui ne peut être le cas de l’être qui aide avec amour… Nous proposons que l’amour circule naturellement et simplement entre vous, mais une personne en difficulté n’est pas à même de s’aimer vraiment, et donc peut avoir besoin de consulter, du moins encore en ces temps… Elle est donc prête à donner une somme, nul ne la manipule, elle choisit de demander l’aide, donc l’énergie du thérapeute, elle choisit aussi de donner la somme demandée… Ce qui revient à dire que lorsqu’elle va mieux, tout le monde va mieux autour d’elle et partout sur la terre… L’argent a donc servi cette élévation du concept de l’amour, et s’il est lui aussi une énergie comme l’amour, fusionnons les deux, et laissons le temps vous apprendre que vous êtes des êtres de paix, de lumière, et donc d’amour… Mais tant qu’existe la dualité sur la Terre, le concept d’unification n’est pas atteint ; et donc l’argent n’est pas porté vibratoirement parlant, à la somme des fréquences que l’amour distribue dans l’unification des mondes et des modes de pensées…

Ami(e)s de la Terre, pour lier argent, capacités, aide à l’autre, et échanges, il est nécessaire que l’unité soit rendue possible par un grand nombre de personnes de votre planète… Ce qui demande une unification de la pensée, par la tendresse que l’on se doit, l’amour et l’estime de soi… Une personne en difficultés financières, malgré son bon vouloir, son coeur, son énergie, peut avoir encore à admettre son immensité, sa lumière, sa puissance créatrice, et donc cela l’oblige à fonctionner dans un mode de pensée séparée, bien qu’elle ne le souhaite pas du tout… Cela dépend des paramètres de sa conscience, sur lesquels elle ne peut agir avec le conscient ou la seule pensée… Celle-ci, dit-on, est créatrice, mais elle ne l’est que si l’intime conviction, donc la croyance utilisée, est totalement unifiée au concept qu’elle prend comme vrai ou utilisable… Si elle doute d’elle-même, autant d’ailleurs les thérapeutes que d’autres personnes, elle ne peut attirer que des personnes qui lui correspondent, et sont donc prêtes à faire un bout de chemin avec elle, telle qu’elle est, là où elle en est, telles qu’elles sont toutes les deux…

Ainsi, tout a son sens, tout est réel, par le mode de fonctionnement inconscient utilisé, l’inconscient étant composé de paramétrages codés, qui s’entremêlent et sont connectés entre eux, mais aussi aux croyances ancestrales, et aux nouvelles croyances… Ce qui crée actuellement une somme d’énergies confuses et non encore unifiées… Vous en êtes là !…

Nous vous prions de ne pas « rêver » votre ascension, mais de la concrétiser réellement, en développant vos dons intuitifs, vos capacités, vos perceptions, vos conceptions, en ouvrant vos portes et vos coeurs… Donneront de leur temps, de leurs moyens ceux qui le peuvent ou le pourront… Les autres essaieront de suivre le mouvement, et parfois, seront surpris de ce qu’ils seront, de ce qu’ils recevront, ou échangeront… Nous vous prions d’aimer ce que vous êtes, c’est déjà votre don généreux à la Terre et à l’ensemble humain…

L’argent, les capacités, l’aide, l’échange, seront possibles quand vous aurez franchi le 4e niveau vibratoire, dont peu parlent… Certains semblent vouloir passer de la 3eDimension à la 5e, en omettant la 4e !… Que cela signifie-t-il pour vous ?… alors que le 4e niveau de votre être demande la ré-harmonisation de vos énergies, la guérison de vos émotions, l’intégration de la responsabilité à part entière de votre parcours !… Donc, sortir de la victimisation, de la culpabilité, des peurs, des manques… Vous n’en êtes pas encore là !…

Soyez bénis, bénissez-vous les uns les autres, vous entrez seulement dans la 4eDimension, et cela, déjà, demande une belle concentration sur l’instant présent !…

L’impulsion sera donnée au moment juste, aux justes personnes, pour cette alliance entre les mondes intérieurs et les modes de pensées, afin de favoriser les passages en vibrations plus hautes… Chacun est co-responsable… Un thérapeute qui demande de l’argent contre son oeuvre d’aide est en toutes les personnes ; les plaignants, ceux qui ont besoin sont également en tous… Vous êtes miroirs et reflets les uns des autres en permanence, et cette notion est également à intégrer dans les processus d’évolution de la conscience globale… 

Puissiez-vous, mes ami(e)s bien-aimé(e)s, vous rendre compte que chacun peut aider autour de lui, avec les moyens qu’ils possèdent, avec ses sentiments, avec ses modes de fonctionnements, et vous aurez tous à intégrer le vrai sens de la fraternité, le vrai partage des biens, des possessions, des objets, disons de tout ce qui est sur la Terre, puisque rien ne vous appartient vraiment ; et donc, tout sera mis en exergue, afin que vous vous rendiez compte de la pensée que vous véhiculez, globalement et individuellement…

Internet est un moyen de communication, tout évolue, vous vous en rendrez compte… L’Unification ne peut être réfléchie, elle sera spontanée, suite à vos prises de conscience… Que cela soit !…
En ne jugeant de rien, vous ne clivez rien, et vous permettez l’évolution… Que cela soit !…

En vous aimant davantage, vous aimerez mieux les autres, et vous permettrez les prises de conscience… Que cela soit !…

Commençons par ce chemin, ensemble, vous et nous la Lumière en vous, vous et nous l’Amour en vous !…  Vous n’aurez pas de regrets, et vous serez de vrais « maîtres » les uns pour les autres, car vous serez de vrais « élèves » de l’Amour, porteurs de Vie… Que cela soit !…

Ici et maintenant, nous vous bénissons, vous prions de rester neutres de tout ce qui se passe autour de vous, car en n’étant ni juge ni partie, vous serez à même d’aimer le monde et vous-mêmes sans restriction, et dans cet aspect de vos sentiments, l’argent sera effectivement amour… Les systèmes bancaires s’effondrent progressivement, les manques s’effondreront de la même façon… Soyez ouverts à cela, et laissez la Vie se charger de vous apprendre Qui est Qui, et Qui fait Quoi en Qui…

Nous vous remercions de l’attention que vous portez à nos guidances et enseignements, et vous remercions de faire du mieux que vous le pouvez, d’être ce que vous pouvez être, dans l’instant de votre respiration et de votre présence ici, en tant que vérité inspirant autrui…

Que la Paix soit votre seul but !…

Amour et Joie ne seront qu’une seule énergie que si vous êtes totalement réalisés….papillon-2 dans Nouvelle conscience

Paix en vous tous et sur la Terre !…

Avec amour…

ERENA »

Reproduction autorisée à condition d’en respecter l’intégralité et de citer le blog ci-après :
http://centregalactique.blogspot.ca/p/erena.html
michelerena@orange.fr

 

Venez nous rejoindre sur le forum http://devantsoi.forumgratuit.org/

 

Publié dans En 2012-2013 et après 2016, Nouvelle conscience | Pas de Commentaires »

La Bataille pour Votre Esprit

Posté par othoharmonie le 30 juillet 2012

Un message urgent de Saint Germain

La Bataille pour Votre Esprit – 19 juillet 2010

Canalisé par Alicia A. Rammel

La Bataille pour Votre Esprit dans Channeling saintgermain_violetflame-193x300

Je suis le Bien-aimé Maître Saint Germain, et je viens à vous aujourd’hui avec un message d’Eveil.

 C’est un moment important sur la Terre, car elle se trouve dans sa phase finale de travail … Elle se prépare à « pousser » et en poussant, arrivera la mort de l’ancien monde et la naissance du nouveau Monde. Nous souhaitons que vous regardiez ce qui se passe de cette façon, car si vous le faites, peut-être que cela ne paraîtra pas si dramatique. Donner naissance à une nouvelle vie peut être douloureux, en fait, c’est ce à quoi vous vous attendez sur Terre. Vous ne croyez pas qu’un accouchement puisse être facile, mais nous vous assurons que cela peut l’être … et il fut un temps, il y a de nombreux siècles, où cela le fut, toutefois ces jours sont révolus et vous êtes toujours convaincus qu’une naissance doit s’accompagner de grandes douleurs. C’est pour cette raison que vous vivez cette transition vers les Dimensions Supérieures avec de telles douleurs physiques dans votre propre corps. Il y a toujours une autre façon de faire et de lâcher prise à ce qui n’a plus d’utilité, de sorte vous n’ayez pas besoin de souffrir. Toutefois, vous ne croyez pas que les choses puissent être faciles. Vous demeurez convaincus que la vie est difficile. Vraiment, c’est votre croyance en la souffrance qui vous accompagne le long de votre périple, ici sur Terre. Nous venons maintenant avec un Message, et c’est que chacun et chacune d’entre vous a un rôle de sage-femme pour la naissance du Nouveau Monde. Savez-vous « comment ? » « Comment pouvons-nous faire telle chose ? » Nous vous avons dit cela pendant plusieurs centaines d’années, et nous venons à vous maintenant avec le même message aujourd’hui …

 

AIMES TOI TOI-MEME … REGARDES EN TOI ET GUERIS-TOI. LORSQUE TU DÉCOUVRIRAS QUI TU ES  TA VIBRATION SE DÉPLACERA ET S’ÉLÈVERA À UN NIVEAU DE CONSCIENCE PLUS ÉLEVÉ. LORSQUE TU ÉLÈVES TES PROPRES VIBRATIONS PERSONNELLES, TU ÉLÈVES LES VIBRATIONS DU TOUT, CE QUI INCLUT LA TERRE- MÈRE, LA BIEN- AIMÉE DAME GAIA !

 

Le temps de la masse critique approche, Mes Chers, et bien qu’il semble que vous deviez porter toute votre attention sur le monde et tous ses problèmes, CE N’EST PAS CE QUE VOUS DEVEZ FAIRE.

 Nous savons que cela en soi entraînera certains d’entre vous à frémir et à s’interroger sur la validité de ce message. Mais, si vous comprenez vraiment le monde dans lequel vous vivez et la puissance que vous détenez, vous SAUREZ que c’est VRAI.

Le monde que vous voyez de vos propres yeux n’est pas réel. Il est une illusion !!! VOUS DEVREZ BIENTÔT COMPRENDRE CELA, Mes Chers, le moment est critique de tirer cette leçon.

 Le monde que vous voyez est une projection de votre propre esprit et les pensées qui vous préoccupent, sont ce que vous VOYEZ dans votre monde. LE POUVOIR QUE VOUS POSSÈDEZ EST EN VOTRE ESPRIT. La guerre que vous combattez n’est pas physique, elle n’est pas pour des possessions matérielles ou de nature terrestre … la guerre est en VOTRE ESPRIT. Votre esprit est le champ de bataille et vos émotions en sont les munitions ! S’IL VOUS PLAÎT COMPRENEZ CECI. Ce message est vital pour faire pencher la balance en faveur de l’AMOUR et la LUMIERE. Vous êtes attaqués au niveau mental, par des pensées et des images projetées à vous comme esprit par des bombes de PEUR.

 Votre esprit et vos émotions sont ce qui est en jeu ici, et ils utilisent vos propres pensées et émotions comme munitions pour vous détruire.

 Votre monde naîtra à nouveau et il existera pour vous sur un autre plan de Conscience Supérieure, mais à moins que VOUS N’ÉLEVIEZ PERSONNELLEMENT VOS PENSÉES ET ÉMOTIONS POUR LA RENCONTRER, VOUS RESTEREZ ICI.

 Ce n’est pas pour vous effrayer, c’est pour vous faire savoir que vous ne luttez pas contre la BP (Ndt. Nous nous trouvons là au moment de la tragédie du Golfe de Mexique). Vous ne vous battez pas pour sauver le Golfe.

 CE N’EST PAS LÀ QUE VOUS DEVEZ CONCENTRER VOTRE ATTENTION, Bien-Aimés … c’est la confusion qu’ils créent et ils font tout pour distraire votre attention !

Le centre de votre attention doit TOUJOURS ÊTRE SUR VOTRE COEUR … VOTRE POUVOIR EST EN VOTRE COEUR. Vos « bombes » sont faites d’AMOUR… Votre terre sainte est en votre propre esprit.

 Vous devez protéger votre esprit des images et pensées projetées sur vous de tous les azimuts.

 Nous sommes là pour vous aider, afin que vous sachiez ce que vous devez faire, vous devez savoir ce pour quoi vous vous « battez » et quelles sont vos « munitions ». Vous vous battez pour la liberté de penser et d’utiliser votre esprit comme vous le souhaitez et vous vous battez avec une Energie Vibrationnelle plus Elevée qu’eux, l’AMOUR.

 Du fait que le monde que vous voyez est juste un reflet de votre esprit et de l’esprit collectif, afin de changer ce que vous voyez, vous DEVEZ CHANGER VOTRE ESPRIT.

 Cela requiert que vous usiez de votre pouvoir de dire NON à tout ce qui n’est pas en accord avec votre Soi Supérieur, votre MOI DIVIN, votre COEUR.

 Vous n’avez pas à faire ce qu’on vous dit de faire. Vous êtes plus puissant que vous le croyez, mais vous ne trouverez pas votre pouvoir tant que vous ne commencerez pas à exercer une certaine Volonté Divine dans vos décisions.

Si vous RESSENTEZ UN MALAISE au niveau du Cœur et de l’Âme, alors NE LE FAITES PAS ! C’est le début.

 Vous devez comprendre que vous avez le choix. Vous devez comprendre que vous avez le pouvoir de vivre votre monde tel que vous voulez le voir. Vous avez tous été endoctrinés à croire que vous n’avez aucun pouvoir. VOUS AVEZ TOUT LE POUVOIR ! Ce n’est pas un message que nous avons donné auparavant. Nous accentuons notre message pour contrebalancer l’intensité qui s’élève de l’autre côté. Alors qu’il est vrai qu’il n’existe pas d’ « autre » côté dans la Réalité Ultime, car dans un état de Conscience d’Unité, la dualité n’existe plus ; cependant nous nous adressons à vous au niveau auquel vous êtes actuellement, à moins que vous ayez dépassé l’illusion de la dualité.

 Dans votre réalité 3D, où « le bon et le mauvais » existent toujours dans l’esprit, il y a ceux qui font tout pour contrôler votre esprit, vos émotions et votre force de vie. Et ceux qui croient en cette dualité sont les plus vulnérables à être contrôlés et dominés. Ces contrôleurs inconscients sont dénués d’Amour et sont alimentés par toutes les émotions négatives mises à leur disposition par l’esprit de masse. Nous voulons que vous compreniez que vous êtes continuellement à les alimenter par vos peurs. Ces gens détiennent le pouvoir, parce que vous leurs donnez du pouvoir sur vous, et que vous avez décidé n’avoir aucune issue hors de cet enfer sur Terre.

 VOUS EN AVEZ LE POUVOIR ! Votre esprit est votre issue. Votre Cœur est la voie vers les Hautes Sphères d’Amour, de Joie, de Compassion et de Beauté. Si vous prenez la décision de vous concentrer sur votre propre cœur et déterminez votre intention d’harmoniser votre esprit avec l’Esprit du Christ, vous verrez que vous recevrez immédiatement de l’aide. Mes Chers, Vous avez le libre arbitre ! Nous ne pouvons pas intervenir là où on nous ne le demande pas et nous ne pouvons faire pour vous ce que vous devez apprendre à faire par vous-même. C’EST VOTRE LEÇON ici … Nous allons vous aider de toutes les manières possibles, mais ne pouvons pas interférer avec les leçons de votre âme.

 Vous ne nous appelez presque pas aussi souvent ou autant que nous le souhaiterions. Nous ne pouvons pas intervenir tant qu’on nous ne le demande pas et vous devez renoncer à toute idée nous concernant, d’être « dérangés » par vos demandes incessantes. Cela n’existe pas à ce point dans le temps.

 Plusieurs fois, nous avons utilisé cette analogie, mais elle est simple et ne peut pas être plus simple pour que chacun puisse comprendre. Imaginez que vous vous regardiez dans le miroir. Vous y voyez votre propre reflet. La réflexion montre un bouton sur votre visage. Maintenant, en voyant ce bouton, est-ce que vous tendez votre main vers le miroir pour essayer de l’enlever ? Non, vous mettez votre main sur le bouton où il existe sur votre visage !

La réflexion vous indique tout simplement ce qui provient de vous. La même chose est vraie pour le monde où vous vivez et que vous voyez autour de vous.

 Certaines choses sont tout à fait personnelles pour vous, parce qu’elles sont une expression animée ou la réflexion de votre propre esprit, ou bien il y a quelque chose de traumatique et de catastrophiques qui se passe à l’échelle mondiale, tel que le déversement de pétrole du Golfe. Vous pouvez dire: « Je ne crée pas ça ! Je n’ai pas eu de telles pensées au sujet de la fuite du pétrole dans le Golfe avant que cela se soit passé. »

 La vérité, c’est que l’esprit collectif est le « fourre-tout »" pour toutes les pensées et émotions négatives que vous émettez… et si l’esprit de masse est collectivement négatif et est impuissant face aux magnats du pétrole, alors Oui ! Vous avez contribué à manifester cette catastrophe !

 La première étape de la guérison est de prendre la responsabilité de votre part à vous, que ce soit que vous vous soyez sans cesse plaint chaque fois que vous avez fait votre plein d’essence, ou que vous avez eu à sacrifier un peu de loisirs, parce que le prix de l’essence vous a appauvri.

 Tout cela se développe dans votre réalité, plus vous mettez l’accent sur l’illusion. L’énergie va où l’attention va. C’est une loi assez simple à comprendre et à vivre, n’est-ce pas ?

Oui, cela exige de la discipline de l’esprit et un ardent désir de vivre une vie que vous avez cocréé avec la Source d’Energie … mais, Très Chers, c’est en votre Pouvoir.

 Si vous devez être confronté aux effets, il ne faut pas mettre toute votre attention sur ceux-ci.

Le nettoyage du Golfe est bien différent que de se concentrer sur les quantités préjudiciables d’énergie négative dans l’esprit collectif, en haïssant la BP et ceux qui sont axés sur la destruction de la Terre. Vous estimez être un actif pour le changement en haïssant ce qui est en face de vous … mais la Loi d’Attraction est là pour vous enseigner que ce que vous détestez ou là où vous envoyez de l’énergie, peu importe la vibration, vous l’appelez à entrer dans votre expérience de vie.

 Vous n’aidez pas la bien-aimée Gaia en envoyant des pensées haineuses et des émotions aux gens que vous croyez être les méchants ! Vous n’êtes pas les victimes, Chers enfants, Vous êtes les cocréateurs !

Dès que vous réalisez ceci, vous aurez fait un énorme changement dans votre conscience. Vous devez contrôler vos pensées et émotions ! La Loi de l’Attraction n’a pas été introduite dans votre courant de pensées pour que vous puissiez l’utiliser à manifester davantage de biens matériels et mettre en œuvre vos procédés avides et égoïstes.

 La Loi de l’Attraction a été introduite dans votre flux de conscience pour que vous puissiez exploiter la puissance de celle-ci à changer votre monde et l’utiliser, non pour un gain personnel, mais pour l’ABONDANCE GLOBALE et L’ASCENSION.

 Le matérialisme est ce que l’ancien programme voudrait que vous en fassiez usage. Votre Soi supérieur a un programme totalement différent pour l’utilisation de la Loi d’Attraction.

Si les semblables s’attirent, par la puissance de l’intention, la pensée et l’émotion positives, comment pouvez-vous appliquer cette loi pour défaire ce que vous avez fait ?

Quelle intention pourriez-vous émettre afin d’attirer ce qui bénéficierait au monde et à GAIA, en qualité de sage-femme ???

 C’est votre outil pour l’aider à donner naissance au nouveau monde, et vous l’utilisez à vos fins égoïstes. Réveillez-vous, Chers habitants de la Terre et réalisez que VOUS N’ÊTES PAS DES ÊTRES HUMAINS … Vous ne saurez jamais qui vous êtes si vous cherchez continuellement la chair comme preuve de votre réalité et identité. Ce Que et Qui vous êtes ANIME la chairSachant cela vous permettra de vous sauver.

 Vous devez commencer à lâcher votre emprise sur la peur de la mort. C’est le pouvoir qu’ils détiennent sur vous. Vous avez tous peur de mourir, parce que vous ignorez que la mort n’est pas réelle. Ils savent que si vous saviez que vous n’êtes pas votre corps, alors vous deviendriez puissants ! Ils détiennent ceci sur vous et l’utilisent encore et encore, empoisonnant votre esprit de pensées de peur, qui se manifestent en vous comme de « réelles » maladies dans le corps.

 Votre pouvoir est vôtre et vous l’avez délégué en totalité à ceux qui souhaitent vous contrôler.

LE TEMPS EST MAINTENANT, et le temps est venu pour VOUS TOUS de vous souvenir de Qui Vous Êtes et d’où Vous êtes VRAIMENT venus. Car, nous vous assurons, que lorsque vous vous réveillerez à la VÉRITE de votre être, ils n’auront PAS LE MOINDRE POUVOIR sur vous ! Votre esprit est votre atout le plus précieux, et VOUS LE POSSÉDEZ, mais vous avez permis au diable d’y dresser son camp. Il est temps de reprendre ce qui vous est dû légitimement. Il est temps d’expulser les démons de votre esprit et de vous mettre à genoux devant le Saint-Esprit afin qu’il pénètre votre esprit et vous libère. Nous attendons, mais nous ne pouvons pas vous aider dans votre salut aussi longtemps que vous ne désirez pas, par votre esprit, être libéré de l’emprise de la peur et de l’illusion. À l’heure actuelle, si vous en avez le courage, mettez-vous à genoux et adressez-vous à nous, les Maîtres Ascensionnés et Êtres de Lumière, de libérer votre esprit de ses attaches à ce monde illusoire, de libérer votre cœur des émotions de dépression, de tristesse, de culpabilité et de peur. Nous sommes prêts à vous aider. Cela ne demande qu’un moment de prière sincère et authentique du cœur, pour réveiller les Semis Divins à l’intérieur de la coque obscure et de les faire éclater et commencer à germer et s’épanouir vers la lumière du soleil. Le Soi Réel n’attend que d’être entrouvert … Vous qui sommeillez, vous êtes l’enveloppe obscure et enfouie au plus profond de votre cœur, se trouve la Semence qui porte la connaissance réelle de votre Essence Divine. Elle n’attend qu’à éclater pour devenir une Fleur Divine dans Le Jardin de l’Amour de Dieu. Nous vous arroserons et nous nous occuperons de votre nouvelle innocence et de votre Être … Vous devez croire à quelque chose de plus Grand que votre moi et que quelque chose de plus Grand est en VOUS… mourant d’envie de naître. Vous êtes puissant au-delà de toute mesure et il y a longtemps que vous savez cela … certains d’entre vous se réveillent juste à l’idée que vous n’êtes pas seulement chair et os, mais quelque chose de plus. Ce quelque chose de plus est là où vous devez diriger toutes votre attention en ce moment.

 Vous devez aller en votre intérieur, méditer tous les jours et vous orienter sur le choix de vous aimer et d’aimer les autres. Chaque fois que vous faites un choix qui ne vous honore pas, vous déshonorez également le Tout. Faites le bon choix.

 Chers Enfants de la planète Terre, vous devez vous réveiller. Le temps est arrivé maintenant. Votre esprit est ce que vous devez protéger. Votre Cœur est le lieu où vous devez vous rendre quand vous vous sentez dans l’insécurité ou la peur.

 Votre sécurité est dans le sanctuaire de votre Cœur. Eteignez votre téléviseur. Cessez de lire les nouvelles qui ne vous font pas de bien. Ils ne peuvent plus vous contrôler si vous n’utilisez pas ces médiums qu’ILS exploitent dans ce but. Demandez à votre internet d’être ouvert pour la liberté d’expression et de parole ! Ne vous focalisez pas sur la possibilité qu’ils puissent l’arrêter … PENSEZ ! Utilisez la Loi d’Attraction. METTEZ TOUJOURS L’ACCENT SUR L’ASPECT POSITIF.

 Qu’est-ce que vous voulez ? Orientez-vous sur cette question, non pas sur l’aspect négatif. Vous avez le pouvoir, mais vous devez être prudent de la manière dont vous l’utilisez. Vous ne souhaitez pas devenir semblable à ce qui est hostile et négatif, car dans ce cas vous feriez exactement ce qu’ils veulent que vous fassiez. Ils veulent s’emparer de votre esprit. – CELA VOUS DEVEZ LE SAVOIR. Ils veulent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour vous maintenir dans un état constant de peur … COMMENT POUVEZ-VOUS RESTER POSITIF ? Ne les laissez pas pénétrer en votre esprit ! Si vous priez et méditez et vous concentrez sur l’Amour et le Ciel sur Terre, et la Mère Gaia Ascensionnant … Vous allez attirer cette expérience et la vivre… c’est le but Ultime de la Loi d’Attraction.

 Nous vous laissons aujourd’hui avec toutes nos Bénédictions d’Amour et une porte ouverte à l’Esprit du Christ. Nous ne pouvons pas vous y faire entrer, mais nous pouvons vous inviter dans Notre Esprit Divin, où vous serez toujours en sécurité.

 Vos pensées sont vos armes, Chers Enfants, quel genre de bombes voulez-vous faire tomber ? Des bombes d’Amour ou des bombes de peur ? Et êtes-vous prêt d’assumer la responsabilité de l’endroit où Vous les laisserez tomber ? Vous pouvez créer ou détruire votre Terre avec votre esprit, car Elle est esprit … Que voulez-vous voir ? Qui voulez-vous être ? Avec des pensées du Ciel pour remplir votre Esprit, je suis Saint Germain et Nous Sommes Vos Maîtres Ascensionnés.

 

Maître Saint Germain - Traducteur: Alain Bonet –  Email : alainbonet@nana.co.il

http://acinfrench.blogspot.com/2011/01/francais-un-message-urgent-de-saint.html

Publié dans Channeling | Pas de Commentaires »

Travailler le 1er rayon Cosmique

Posté par othoharmonie le 11 janvier 2012

 

 

Travailler le 1er rayon Cosmique dans ADN Démystifiée 220px-Star-SaphireLe premier rayon d’un bleu saphir est porteur de l’énergie lumineuse ; ce dernier est relié à votre cinquième chakra, qui représente les ambitions, la productivité et sert de canal de communication avec les autres. Tout comme vos chakras sont les véhicules d’expression de vos émotions, les rayons cosmiques sont les transporteurs des codes vibratoires, magnétiques et colorés de la Présence universelle. En soulignant que ce rayon émet des charges énergétiques de pouvoir, de protection et de volonté divine, je fais référence aux facultés envoyées par le Créateur aux différentes parties de la  Création. En utilisant consciemment le pouvoir vibratoire du rayon bleu saphir, vous générez une ceinture de force vibratoire et magnétique qui produit la force intérieure de l’élévation spirituelle. Lorsque vous vous accordez à sa fréquence de couleur, vous créez une spirale de pouvoir spirituel qui vous permet de focaliser votre attention sur les dimensions supérieures de la lumière cosmique. Si vous avez recours à sa facette énergétique, elle formera un anneau de protection christique dans votre vie. Et lorsque vous faites appel à sa fréquence sonore, vous invoquez la descente de la Volonté divine, ce qui se manifeste sous forme de situations e vie et des circonstances idéales menant à la catharsis et à l’ascension spirituelle.

 Les rayons cosmiques servent de convertisseurs d’énergies négatives, et chacun agit dans un domaine précis de votre programme d’évolution. Ils offrent également une technologie thérapeutique qui agit sur des aspects de la personnalité humaine en laissant place à une séquence de guérison intégrale dans votre structure évolutive et vos corps inférieurs. Lorsque vos archétypes évolutifs sont déformés, cela crée neuf types fondamentaux de peurs devant être harmonisées et transmutées, rétablissant ainsi l’équilibre normal des archétypes de lumière. Ces neuf peurs sont : la peur du rejet, de l’imperfection, de la manipulation, de l’incompréhension, de l’insécurité, de la critique, de l’humiliation, de la frustration, et celle de ne pas se sentir aimé.

 Par cette pathologie évolutive, il vous est possible de comprendre pourquoi vous êtes chacun si vulnérable à ces expressions de votre corps émotionnel et psychique atteintes par les champs électromagnétiques et vibratoires de votre environnement et de vos semblables humains. Comment transmuter ces archétypes obscurs en archétypes de lumière ? En usant du pouvoir catalytique de la métamorphose spirituelle du rayon bleu saphir. Voici, par exemple une façon de vous guérir de la peur du rejet :

 Tout d’abord, invoquez la présence de l’archange Michaël et de ses légions angéliques afin d’engendrer une métamorphose du point culminant de la conscience.Image illustrative de l'article Tétraèdre

 Ensuite visualiser un tétraèdre et placez-vous à l’intérieur de celui-ci. Puis, tenez entre vos mains un gobelet bleu dans lequel vous aurez déposé l’archétype sombre de la peur du rejet.

Enfin, invoquez le pouvoir vibratoire du rayon bleu tout en demandant à l’énergie de l’archange Michaël de descendre sur le gobelet sous la forme d’une flamme aux pointes bleues. Cela prendra une quinzaine de minutes.

 Répétez ce processus jusqu’à ce qu’émerge l’archétype lumineux, qui est l’harmonie avec tout et chacun, et ce, pour chaque archétype obscure. Les archétypes lumineux correspondant aux archétypes obscurs sont :

 -       L’estime de soi, opposée à l’imperfection et au rejet

-       La coopération de groupe, opposée à la manipulation

-       La capacité impartiale, opposée à l’incompréhension

-       Le fait de savoir ce qu’on veut et comment l’obtenir, opposé à l’insécurité

-       La paix, l’action affectueuse et compréhensive, opposée à la critique

-       La loyauté et l’engagement, opposés à l’humiliation

-       Le fait de savoir ce qu’on veut et comment l’obtenir, opposé à la frustration

-       L’accomplissement de soi et la stabilité spirituelle intérieure, dans la conscience de votre lien éternel avec tous les courants de vie et la relation amoureuse avec Dieu, opposés au fait de ne  pas se sentir aimé.

 Comment maximiser l’effet d’équilibration constructive et d’harmonisation des rayons dans votre vie ? En devenant conscient de l’importance de vous libérer des agglomérats énergétiques négatifs afin d’insérer la couleur, le son géométrique et les codes vibratoires des rayons cosmiques. Cela se fait d’ailleurs en trois phases : l’invocation, l’activation et la manifestation. Cependant, avant d’expliquer ces phases, j’aimerais décrire la figure géométrique et la fréquence sonore qui correspondent au premier rayon.

 Sa structure géométrique est un tétraèdre bleu et sa fréquence sonore est SAARH. Si vous voulez transformer des circonstances, des situations de vie ou des aspects de votre évolution, vous devez utiliser ces structures. Bien sûr, ces circonstances et autres doivent se trouver à l’intérieur des caractéristiques de chaque rayon. Si, par exemple, vous souhaitez que les potentiels divins de la perfection spirituelle, de la conviction et de la foi apparaissent dans votre vie, il vous faut les visualiser dans le tétraèdre bleu. Puis, voyez ce tétraèdre commencer à tournoyer vers la gauche. Une spirale de points de lumière bleue en surgira, qui aura pour but d’agir sur vos sphères mentales ; pendant que vous maintenez cette visualisation, récitez la fréquence sonore Saarh en décrétant mentalement :

 Au nom de la Grande Flamme éternelle de Transmutation, je décrète que la volonté divine guide mon parcours vers l’ascension et l’intégration des valeurs cosmiques dont j’ai besoin pour ce faire.

 Reprenez la même formule pour les autres aspects du rayon que vous désirez potentialiser dans votre vie. Avant d’amorcer le processus d’interaction avec les rayons, vous devez procéder à une cérémonie visant à purger, harmoniser et équilibrer vos corps inférieurs. En voici les étapes :

 La première consiste à calmer vos corps inférieurs, surtout le mental et l’émotionnel, en écoutant une musique douce et relaxante. Ce faisant, sollicitez simultanément la présence des légions angéliques, tels les Chérubins et les Séraphins qui sont sous le mentorat du premier rayon. Ils vous prépareront intérieurement à travailler avec le rayon bleu saphir en élevant votre fréquence vibratoire jusqu’à son potentiel maximal. Ainsi, vous pourrez vous relier à l’Intelligence angélique maîtresse qui assiste au processus.

 La deuxième étape est l’invocation des pouvoirs du Feu sacré en vue de nettoyer les champs électromagnétiques. A cette fin, déclarez :

 Par le pouvoir de la Flamme maîtresse et Purification, je transmute et j’élimine tout noyau énergétique chaotique.

 La troisième étape consiste à demander la protection en vous visualisant dans une pyramide de cristal blanc argenté dont les faces sont des miroirs. Et ne l’oubliez pas, vos sentiments et vos pensées doivent vibrer dans la Divine Octave maîtresse d’harmonie et d’amour qui émane du Créateur.

 La quatrième et dernière étape repose sur le fait d’être conscient du pouvoir créatif divin qui circule dans votre cœur, en créant un puissant cercle magnétique doré autour de vous. Soyez convaincu que les légions de lumière angélique et les entités cosmiques sont présentes pour irradier leurs fluides de lumière de transmutation et vous aider. 

Saphir à l'état brut

Le but de cette cérémonie est d’être présent tout au long du travail que vous allez effectuer avec une totale concentration, conscience et solennité, des facteurs importants. Cet état intérieur dans lequel vous ferez face aux choses est le moyen qui assurera une efficacité et une intensité majeure lorsqu’il sera question d’obtenir des résultats tangibles dans votre vie. L’univers entier réagit à des impulsions conscientes là où les particules électromagnétiques obéissent à la pensée harmonieuse, pure et unifiée de l’émetteur. Maintenant. Invoquer le premier rayon en visualisant la couleur bleue dans une sphère de cristal contenant un tétraèdre bleu à l’intérieur duquel vous vous trouvez. Répétez pendant cinq minutes la vibration sonore Saaaaarrrrrrhhhh … puis visualisez ce que vous désirez transmuter, harmoniser ou équilibrer au sein des caractéristiques du rayon bleu, sur votre cinquième chakra. Par exemple, cela peut être la Terre. Dans ce cas, visualisez autour d’elle un anneau bleu de force électronique, tout en décrétant :

 J’invoque les énergies de puissance, de force et de protection divines. Qu’elles descendent sur la Terre pour créer une Ceinture de force vibratoire de transmutation.

 Récitez cette déclaration lentement, pendant cinq minutes, puis passez à la phase d’activation en visualisant le rayon bleu saphir descendant sur terre, sous la forme d’une spirale tournant rapidement vers la droite et la pénétrant par son axe nord. A ce moment, vous verrez des points de lumière bleue vibrant  l’infini, couvrant lentement et complètement votre planète. Pendant ce temps, déclarez :

 Que tous les noyaux d’énergie chaotique soient absorbés par l’effet de transmutation et d’équilibration des sphères angéliques activant leur potentiel alchimique dans mes corps inférieurs et les structures de la planète.

 En dernier lieu, vous parviendrez à la phase de la manifestation en visualisant ce que vous souhaitez modifier dans votre vie ou transformer quant à la situation planétaire. Visualisez la Terre, ou toute autre situation importante à vos yeux, dans un cylindre bleu céleste qui tourne vers la gauche pendant que, de vos sixième et troisième chakras, des rubans d’un rubis doré sortent en se reliant aux pôles Nord et Sud. Au même moment, projetez des particules roses à partir de ces rubans ; elles sont l’expression de votre amour, de votre solidarité et de votre attitude fraternelle envers la Terre. Pendant ce temps, déclarez lentement, pendant cinq minutes :

 Que l’archétype d’harmonisation et d’équilibration de la lumière s’installe en créant une structure d’harmonisation, de synergie et de cohésion dans tout l’ordre cosmique, pendant que le Fluide sacré de la Création divine circule en moi.

 Le temps total d’interaction avec l’un ou l’autre des rayons doit être d’environ 45 minutes. Faites cette cérémonie jusqu’à ce que tous les aspects discordants de votre vie soient corrigés. Le dénouement, la persévérance et le grand désir de vous transformer sont les facteurs qui induiront une alchimie cosmique dans votre évolution.

 Fichier:Thailand-1.PNGLà-dessus, chers activistes spirituels, Maître El Morya Directeur du 1er Rayon vous dit au revoir dans l’espoir que ces techniques d’ascension spirituelle vous permettront d’améliorer votre vie. Nous sommes toujours unis là où vous vous accordez à la dynamique spirituelle de l’élévation spirituelle, sachant que nous vibrons tous à la fréquence d’amour divin, d’harmonie et de cohésion répandue par le Créateur dans l’ensemble de la Création.

 

 

 

Publié dans ADN Démystifiée | Pas de Commentaires »

Cancer

Posté par othoharmonie le 16 mars 2011

Le signe Cancer

Cancer dans Astrologie et Esotérisme 2522541939_1

du 22 juin au 21 juillet 

 

pointeur dans Astrologie et EsotérismeLes cancer en général 

 

 A un certain niveau, l’égocentrisme du cancer, c’est de privilégier son clan, sa famille, son cocon rassurant. Il vit dans sa bulle protectrice, sans trop s’occuper du monde extérieur. Il peut refuser de rendre un service sous prétexte que cela pourrait priver l’un des siens. Il n’aime pas l’inconnu, et dans certains cas extrêmes, les étrangers, ce qui peut le rendre xénophobe, chauvin, nationaliste. 


Ce qui compte avant tout c’est sa sécurité et celle de sa famille. Si son partenaire l’insécurise, il préférera refermer sa coquille et souffrir en silence de son ressentiment. Une parole malencontreuse peut l’amener à se fermer définitivement. 

 

Si le cancer arrive à dépasser son besoin de sécurité à tout prix, le cancer peut devenir très volontaire, mais toujours avec objectif de soutenir son clan, c’est la raison pour laquelle on retrouve pas mal de cancer chez les militaires ou les hommes politiques. Cependant le cancer reste très sensible aux ambiances, et les « qu’en-dira-t-on » excitent sa susceptibilité.
Son besoin inconscient de materner peut l’orienter vers les métiers de l’éducation et de l’enfance. 

 

Le natif du cancer dans sa plus haute vibration est aussi un créatif hors pair, l’imagination chez eux est un moteur intérieur. Ils peuvent ainsi devenir cinéaste, acteur, écrivain, poète…. 


Parfois à tort, ils ont tendance à se faire leur cinéma intérieur….imaginant et s’inventer des réalités qui n’en sont unes que pour eux. 


Très sensibles aux changements d’environnements, aux vibrations extérieures, ils manquent parfois de stabilité et de centre. Ils peuvent ainsi apparaître lunatiques et versatiles pour leur entourage. 


Le cancer peut être ainsi dispersé, ne sachant se retrouver, balloté entre toutes ces vibrations et sensations qui le submergent. A son paroxysme cela peut bloquer son sens de l’action, ayant ainsi l’impression de se retrouver en plein milieu d’un carrefour par temps de brouillard.

Ils sont souvent pris de mélancolie rêveuse et sont des adeptes du romantisme. 


Le natif du cancer, toujours dans sa plus haute vibration lunaire est rarement méchant, il a un don indéniable pour se rendre populaire et se faire aimer. Il aime rire et s’amuser et garde longtemps une âme d’enfant

 

pointeurles cancer et l’amour 

 

Le cancer a tendance à être excessivement sentimental, ils peuvent être sensuels à condition que leur affectivité soit impliquée. Ils ont essentiellement besoin de sécurité affective et souvent aimerait être pris en charge affectivement comme le ferait une mère. Si le cancer est sur d’être aimé il peut déployer à l’égard de son partenaire, beaucoup de tendresse, de compréhension et d’amour. Le cancer a constamment besoin de preuves d’amour sinon il se sent dépérir. 

 

Si dans le thème du natif il y existe des influences hostiles sur vénus, le natif peut devenir capricieux, boudeur avec une sentimentalité larmoyante. 


En cas de déception, le cancer se repli sur lui même augmentant ainsi la sensation d’être mal aimée et incompris.

Le cancer a une tendance à materner ceux qu’il aime, cherche à fonder une famille et à la garder. De manière négative une attitude hyper protectrice, trop amoureuse aurait par contre pour effet de faire fuir le partenaire qui pourrait se sentir contrôlé, étouffé. 

Le côté instable et lunatique du cancer l’inciterait à chercher à l’extérieur une stabilité, sous forme de sécurité matérielle, familiale et domestique, cherchant des preuves tangibles d’affection. Le mariage vous donne ainsi l’impression d’être à l’abri des tempêtes. 

Mais le besoin immense de sécurité risque de fatiguer le partenaire du cancer, car il n’en pourra plus de passer son temps à rassurer son partenaire sur ses sentiments.

Les sentiments du cancer sont trop aisément blessés, et dans ce cas là le cancer n’est ni généreux ni gentil, mais peut soit se montrer hargneux, paranoïaque, jaloux et pathétiquement désespéré manipulant au besoin ses proches afin de mieux les persuader du drame qu’ils sont en train de vivre. Soit s’enfermer dans une tour d’ivoire parée de leur dignité de femme ou d’homme blessé(e) aggravant ainsi ce qui n’était peut être qu’au départ une simple brouille ou désaccord et non pas un acte de non amour de la part de l’autre.

Bref, de quoi rendre fou n’importe quel partenaire pourtant amoureux au départ. 

Le cancer ou le type lunaire ou le natif vénus-lune a besoin de fusion émotionnelle, de toucher, de sensations tactiles, de faire l’amour de sentir l’autre près de lui. Il a besoin que l’autre puisse apaiser ses angoisses, le rassurer à tout instant. Il a besoin de lire l’amour dans le regard de l’autre en permanence sinon il se sent déstabilisé. Le cancer ou le type vénus-lune ne cherche pas un partenaire parfait mais juste un partenaire qui vit dans l’émotionnel et qui aime la profondeur intime et passionnée d’une relation amoureuse. 

pointeurLa morphologie du cancer : 

 

- il a un charme attendrissant
- un corps rond pulpeux et appétissant
- peu de muscle
- taille supérieure à la moyenne
- quand il y a laisser-aller il y a rétention d’eau et graisse.
- visage rond
- peau blanche et/ou laiteuse
- lèvres charnues
- cheveux soyeux. 

 

pointeurLe look vestimentaire 

 

- Madame aime les couleurs pastels, le gris, le bleu, le mauve, l’habillement contrasté (noir et bleu). Elle aime les vêtements à la fois confortables et seyants. Elle peut adopter un habillement très pratique (jeans, baskets) mais sait aussi se transformer en reine de la nuit, et portera des tissus légers et vaporeux. Elle portera des robes du soir bleu marines ou noires, agrémentées de mousseline ou de tulle. 


Question coiffure : on remarque souvent des cheveux longs ou mi-longs remontés par des barrettes ou au contraire accentuant un visage poupin, presque de petite fille. 


En ce qui concerne le maquillage : les pastels sont ses couleurs de prédilection ainsi que les orangés. 


Elle aime les bijoux délicats couleurs perle de lait, de bleu nuit, de nacres et d’argent.
Son sac ressemble souvent à un fourre-tout désordonné avec un agenda gonflé de papiers.
Son parfum est souvent sensuel, légèrement oriental. 

 

- Monsieur aime les vêtements beiges, écrus, portent des vêtements intemporels faits de flanelle ou de cachemire. Ils aiment assez les pulls bleus ou noirs. Porte volontiers des écharpes. 


Sa coiffure est rarement originale mais toujours soignée.
Mis à part sa montre, un anneau au doigt ne le dérange pas

 

pointeurLe cancer et son habitat : 

 

Le cancer aime les blancs, les gris, les bleus nacrés, les miroirs, des antiquités, des meubles et objets anciens et raffinés, des photos de famille et tout ce qui peut donner une ambiance feutrée et portant à la délicatesse et à la rêverie. Mais ce qui frappe souvent c’est le désordre chez un cancer, car ils n’aiment pas jeter et souvent entassent. Les cancer ont horreur que l’on touche à leurs affaires. 

 

Le lunaire étant gourmand il aime une cuisine fonctionnelle, vaste et pratique. 

 

 

Angélique Deprets contact [Le Non-Audiotel]

 

 

relax1

Publié dans Astrologie et Esotérisme | Pas de Commentaires »

La chance n’existe pas

Posté par othoharmonie le 26 janvier 2011

 

La chance n'existe pas dans Zones erronées j_addington

 

 « La chance n’existe pas. Rien ne se produit par hasard. Toutes les choses, bonnes ou mauvaises, sont le résultat d’une loi invariable et inévitable. Et c’est vous-même qui appliquez la loi. Personne ne vous a jamais fait le moindre mal, malgré toutes les apparences.

Consciemment ou inconsciemment, vous avez vous-même mis en place toutes les conditions qui ont mené à la vie que vous avez actuellement. Vous et vous seul avez demandé ce que vous recevez aujourd’hui. Tant que penserez du mal de vous et de la vie, les mêmes ennuis viendront vous harceler. Car chaque semence porte ses propres fruits et les pensées sont les semences du destin. »

pxhtywk3 dans Zones erronées

Réfléchissons à cela quelques instants. Que pensez-vous vraiment des problèmes que vous avez ? Pourquoi tel homme est-il malade alors que tel autre est en bonne santé ? Pourquoi tel homme vit-il dans une belle maison alors que tel autre se trouve dans un taudis ? Certains attribuent ces différences à la discrimination raciale, mais je connais plusieurs représentants des minorités qui gagnent de très bons salaires et qui vivent dans le luxe. Si certains réussissent, pourquoi pas les autres ?

Pourquoi tel homme devient-il très populaire alors que tel autre, qui a les mêmes origines et les mêmes avantages, est totalement ignoré ? Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi tant de personnes valables sont malheureuses et frustrées ? Pourquoi certains intellectuels brillants ont-ils une vie familiale malheureuse et des problèmes à communiquer avec les autres ? Si l’instruction est la clé de la réussite, pourquoi les diplômés universitaires ne sont-ils pas tous heureux et comblés ?

De nos jours, on a tendance à déifier l’éducation. On croit qu’elle peut apporter la réponse à tous les maux. Pourtant, un très grand nombre de personnes peu instruites réussissent très bien alors que de nombreux diplômés contestent le système qui ne leur donne pas une meilleure chance.

Y a-t-il un secret ? Oui! La loi de la vie fait en sorte que tout ce qu’on place devant son miroir nous est retourné. Chaque cause a un effet et chaque action entraîne une réaction. Chaque semence mise dans le sol de la vie portera ses propres fruits. Toute chose reproduit sa propre nature. Tout comme une semence de carotte ne donnera pas des radis, la pensée de l’échec ne peut entraîner le succès.

Ce que vous pensez de vous-même détermine votre destin. Le monde vous considère tel que vous vous estimez vous-même. Bien plus, la vie vous apportera exactement ce que vous croyez pouvoir obtenir, ce que votre esprit peut accepter, ni plus ni moins. « Très bien, penserez-vous. En admettant que ce soit vrai, que puis-je faire? J’ai vécu d’une manière pessimiste en croyant que la vie et les gens étaient contre moi. J’ai peut-être semé les mauvaises graines? Mais comment les arracher et tout recommencer ?

notes%20musique

Rares sont ceux qui se connaissent vraiment eux-mêmes et qui savent à quel point ils peuvent façonner leur destinée. Le moment le plus important dans une vie, c’est lorsqu’on réalise que le destin n’est pas le maître, mais que les pensées fournissent le modèle à la substance de la Vie.

La vérité, c’est que ce que nous croyons, ce que nous acceptons et ce que nous attendons avec confiance se réalisera. C’est le modèle que nous imposons à la Vie. C’est là un défi formidable! On peut expliquer cette grande loi de la vie de plusieurs façons. On peut l’appeler la loi des semences et des récoltes, la loi des causes et des effets ou la loi de la gravitation.

Edison refusait l’échec. Quand on lui disait qu’il avait échoué cinq mille fois dans la mise au point d’une ampoule électrique, il répondait: « J’ai découvert 5000 types d’ampoules qui ne fonctionnent pas. » Comme chacun sait, il a fini par réussir. Edison avait une image mentale de la réussite. Il refusait l’idée d’accepter l’échec. De telles images mentales permettent de créer une atmosphère. Comme le disait le grand William James: « Chaque pensée est le moteur de ses conséquences. » Les images mentales entraînent les actions qui leur permettent de prendre forme.

notes%20musique

Si vous avez des images mentales de maladie, de désespoir, d’échec ou de pauvreté, il vous faut renverser la vapeur. Il faut vous donner des images mentales positives qui se matérialiseront dans votre vie. Nous faisons tous notre propre vie, mais il arrive que les images mentales que nous avons ne correspondent pas à ce que nous désirons vraiment.

Comment remplacer les images négatives que vous entretenez ? C’est très simple. Il suffit d’un peu de persévérance pour effacer les vieilles images et les remplacer par d’autres. C’est aussi facile que de changer une diapositive dans un projecteur. Nous sommes tous capables de remplacer les vieilles images par de nouvelles. Par exemple, si vous avez une image mentale de peur et d’anxiété, vous pouvez la neutraliser en adoptant une attitude positive.

La peur se fonde sur l’ignorance et l’ignorance conduit toujours vers la lumière. L’obscurité ne peut résister à la lumière. La lumière n’a pas à se battre contre l’obscurité. Lorsque la lumière s’allume, l’obscurité disparaît. L’ignorance n’a pas plus de pouvoir que l’obscurité. Dès que nous adoptons une image mentale positive de nous-mêmes, la vie commence immédiatement à travailler à sa réalisation. Si vous n’aimez pas l’image que vous avez de vous-même, c’est le moment d’en changer.

Il est important de comprendre que l’auto-orientation est un mode de vie. Dès qu’on peut visualiser mentalement le nouveau concept, dès que l’on accepte et qu’on y croit, l’expérience se transforme et les vieilles images d’échec restent en arrière.

Toute cette théorie repose sur le postulat que le monde visible et le monde invisible ne font qu’un. Einstein, dans le langage scientifique, a affirmé que l’énergie et la matière étaient interchangeables. Les pensées correspondent à l’énergie tandis que leur réalisation correspond à la matière. Spinoza voulait dire la même chose lorsqu’il soutenait qu’il n’y a pas de distinction entre l’esprit et la matière. Phineas Parkhurst Quimby disait: « L’Esprit est de la matière en puissance et la matière est l’Esprit qui a pris forme. »

En d’autres mots, il est question ici de l’unité de la vie. L’Esprit et la matière ne font qu’un. Tout ne fait qu’un: le visible et l’invisible, l’image intérieure et l’image extérieure. L’extérieur reflète l’intérieur. L’extérieur est la partie visible de l’intérieur. « L’intérieur est comme l’extérieur » disait Hermes. Et quelqu’un d’autre a dit: « Le corps est la partie visible de l’âme. » En changeant l’image intérieure, l’image extérieure doit aussi se transformer. La vieille image extérieure n’a plus aucune source d’énergie.

Le monde extérieur ne peut y résister, car il n’est qu’une réflexion de l’intérieur. Tout comme la diapositive détermine l’image qu’on voit sur l’écran, les pensées déterminent les expériences vécues. Le monde extérieur n’est qu’un reflet des pensées qui le déterminent. Voyez-vous ce que cela signifie ? Nous avons tous le pouvoir de changer nos pensées et, par conséquent, de transformer nos expériences. En changeant nos pensées, nous donnons un nouveau modèle à la vie. La réalisation extérieure suivra, car elle doit se conformer aux pensées.

Comme le disait le poète, nous sommes les maîtres de notre destin. À vous d’utiliser ce magnifique cadeau. La puissance rendue disponible par l’auto-orientation existe déjà en vous. Si vous croyez que vous recevrez peu de la vie, c’est ce qui se produira, car vos expériences sont déterminées par ce que vous êtes prêts à accepter.

C’est un peu comme aller chercher de l’eau au lac. Prendrez-vous une tasse ou un seau ? Le lac ne s’en soucie pas ; il est à votre disposition. De la même façon, si vous croyez disposer de ressources en abondance, vous connaîtrez l’opulence dans tous les domaines. Il faut cesser de se plaindre de la vie et de se priver des biens infinis qu’elle offre à tous.

notes%20musique

Seul un sentiment de distinction par rapport au bien que vous désirez peut vous en tenir à l’écart. En entretenant l’image mentale de la distinction, vous deviendrez vraiment distinct du bien recherché. Voyons comment cela fonctionne. Lorsqu’on envie les succès de quelqu’un, on établit dans son esprit une distinction, comme si on disait: « Il a réussi et j’ai échoué. » On bâtit ainsi une image mentale d’échec.

Supposons que nous convoitions les biens de quelqu’un. N’est-ce pas encore une fois une image mentale de besoin ? Vous vous dites en effet : « Il a tout et je n’ai rien. » En enviant le succès des autres, on amplifie le sentiment de besoin et on cultive l’image mentale de l’échec. La Source Infinie est à notre disposition, tout comme le lac à qui il importe peu que nous nous présentions avec une tasse, un seau ou un baril. Elle est prête à nous combler au-delà de ce que nous pouvons désirer. C’est nous qui restons à l’écart de toute cette abondance.

En insistant trop sur les images négatives, on ne fait qu’entraîner plus de conséquences négatives dans l’expérience vécue. Il faut se débarrasser de ces images d’échec et de besoin et les remplacer par des images mentales de réussite et d’abondance.

Acceptons dès à présent de laisser derrière nous toute négation, toute pensée d’échec. Acceptons notre héritage divin en sachant que nous sommes les enfants du Très-Haut et que nous vivons dans une atmosphère d’amour où rien n’est contre nous. 

 

Toute la Vie est avec nous et rien ne nous est impossible. Rien n’est trop beau pour être vrai

 

 

Extraits tirés du livre «  LA FORCE INTÉRIEURE  » de « Jack Ensign Addington « 

i_logo10

Publié dans Zones erronées | 4 Commentaires »

Morpho-visage

Posté par othoharmonie le 10 juillet 2010

 Morpho-psychologie : personnalité selon la forme du visage 

 Le décryptage de Christophe Drouet, morpho-psychologue

Morpho-visage dans Tests de personnalité morpho2

 

Votre visage : 

Il est rond, vos joues sont pleines et rebondies. On vous dit souvent que vous avez une frimousse de poupée ou poupon. Les lignes de votre visage lui donnent une certaine douceur, pareille à celle d’un enfant. 

> Vos qualités : Ouverture et souplesse, vous savez vous adapter. Vous êtes une personne gentille, chaleureuse, spontanée, optimiste, et parfois un peu naïve et sans défense. Au travail, avec vos amis ou en couple, vous prenez les choses du bon côté, cherchez la conciliation plutôt que l’affrontement. 

> Vos points faibles : Attention, vous vous exprimez très facilement au risque de regretter vos paroles. Votre optimisme peut vous conduire à surestimer vos forces ou à survaloriser celles des autres. 

> Vos valeurs : le matérialisme, le pragmatisme et l’épicurisme. Pour vous, la vie est une sorte de grand jeu avec de nombreuses possibilités de se faire plaisir. D’une grande vitalité, vous aimez en profiter. 

fleur

Votre visage : il n’est ni rond ni creusé, plutôt ovale et équilibré. C’est la forme de visage la plus courante. 

> Vos qualités :  Calme, objectivité, vous savez résoudre les conflits avec diplomatie. Discrétion quand il le faut, vous vous montrez aussi ouvert avec les gens que vous appréciez. 


> Vos points faibles : Votre carapace ! Très réservée, vous cachez votre sensibilité, vos sentiments et vos émotions. 

> Vos valeurs : la vérité et l’objectivité. Vous trouvez le monde et les gens complexes, c’est pourquoi vous prenez le temps d’y voir clair avant de prendre position, car vous avez peur de vous tromper. D’une manière générale, vous vous méfiez de tout ce qui est définitif et catégorique : les dogmes, les opinions tranchées, les décisions irréversibles. 

fleur

Votre visage : Les traits du visage sont « creusés », les joues ne sont pas pleines, au contraire. Cela donne à la figure une forme triangulaire. 

> Vos qualités : Indépendance, hypersensible, sélective. Rigoureuse, vous aimez contrôler les choses. Dotée d’une grande capacité d’analyse, vous préférez observer et écouter avant d’agir. 

> Vos points faibles : Au premier abord, vous êtes froide et distante, mais les relations se réchauffent lorsqu’on apprend à vous connaître. Au quotidien, vous êtes plutôt critique, pessimiste et susceptible. Vous trouvez la vie compliquée, dangereuse et difficile. 

> Vos valeurs : L’authenticité, la sincérité. En toute chose et notamment dans vos relations, vous recherchez ce qui est rare et profond, intense ou subtil, fort ou durable. Vous préférez la solitude à l’abondance de relations superficielles. 

fleur

Votre front : Le front est haut et dégagé, assez prépondérant. Les cheveux sont implantés sur le sommet du crâne. 

> Votre intellect : Vous avez une grande capacité à digérer l’information. Vous aimez apprendre et vous êtes capable d’étudier des sujets ardus ou complexes. Maths, physique, philosophie…, votre intelligence a besoin d’un domaine pour s’exprimer.   


> Votre tempérament : Très prudente, vous repérez facilement les dangers et savez les évaluer. Vous n’aimez pas les risques et tout ce qui s’y rapporte : l’inconnu, le désordre, le flou, l’ambiguïté et l’irrationnel. Ce que vous recherchez, c’est la clarté, la sécurité, l’ordre et la « normalité ». Vous avancez lentement mais sûrement et toujours à l’intérieur d’un cadre défini à l’avance. 

fleur

Votre front : Le front est de taille moyenne, ni trop haut ni trop étroit. 

> Votre intellect : Vous avez une intelligence de bon niveau, apte à capter une diversité de situations. Votre devise : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement« . Vous aimez les idées claires, les conceptions évidentes et imagées. Ce qui fait de vous une personne très pédagogue et organisée. 

> Votre tempérament : Le mental est un aspect de votre personnalité, mais vous misez également beaucoup sur les sentiments et l’intuition. Ce mélange de rigueur et d’imagination fait de vous une personne équilibrée, capable de dénouer les situations les plus difficiles. 

fleur

Votre front : Le front est étroit, les cheveux sont implantés assez bas sur la tête, le visage n’est pas très allongé. 

> Votre intellect : Les problèmes et les casse-têtes, très peu pour vous ! Pour appréhender la réalité, le mental n’est pas votre outil de prédilection. Très indépendante, vous n’aimez pas perdre votre temps à examiner les choses, à les décortiquer de manière tenace et rigoureuse. 


> Votre tempérament : Vous êtes une fonceuse. D’abord on fait, après on réfléchit ! 

Vous préférez apprendre en agissant, et tirer les leçons de vos erreurs. Vos idées et vos principes proviennent de votre expérience. 

fleur

Vos yeux : Ils sont grands et illuminent le visage. 

> Vos atouts : Qui dit grands yeux, dit grands récepteurs. D’autant plus s’ils sont clairs ! Vous avez une ouverture d’esprit incroyable et une curiosité intellectuelle insatiable. Au quotidien, vous fuyez l’ennui et votre imagination très développée vous porte vers les domaines créatifs. 

> Vos points faibles : Vous avez tendance à  »absorber » la réalité. Le hic : s’il y a trop d’informations, vous n’arrivez pas à vous concentrer, vous vous montrez distraite. Attention également à votre hypersensibilité, car vous pouvez réagir très fortement à certaines situations. 

fleur

Vos yeux : Vos yeux sont petits et enfoncés. 

> Vos atouts : Qui dit petits yeux, dit petits récepteurs. Vous avez une intelligence thématique et sélectionnée. Rigoureuse et organisée, vous aimez réfléchir sur un problème à la fois et le résoudre avant de passer à autre chose. Car vous ne supportez pas de vous disperser. Mais quand quelque chose vous intéresse, vous vous donnez cœur et âme. 

> Vos points faibles : Vous vous montrez parfois un peu obtuse et bornée. Essayez de vous ouvrir davantage aux choses qui, a priori, ne vous passionnent pas. Elles vous seront forcément utiles un jour. 

fleur

Votre nez : Le nez est petit et court

> Vos atouts : Idéaliste et profondément gentille, vous êtes une grande sensible. Votre émotivité à fleur de peau et votre douceur enfantine font de vous une personne attachante. 
> Vos points faibles : Parce que vous êtes souvent sur la défensive, il est difficile d’entrer dans votre intimité. Vous vous méfiez de ce qui vous est étranger, vous vous repliez sur vous-même face à une difficulté, alors que le problème est bien souvent dans votre tête ! 

fleur

Votre nez : Le nez est allongé et plutôt fin. 

> Vos atouts : Vous êtes dans l’action et dans la décision. Vous vous intéressez à tout ce qui bouge, change, apparaît, évolue, se transforme : le sport, les voyages, les découvertes culturelles. Dynamique, vous avez sans cesse besoin de mouvement, de liberté, d’espace et de projets.  


> Vos points faibles : Vous avez tendance à fonctionner comme une adolescente, vous essayez tout sans réellement vous engager, vous courez après un idéal « inaccessible »…  d’où une certaine insatisfaction chronique. Vous aimez prendre des décisions, des initiatives. Ce côté « petit chef » vous handicape dans vos relations aux autres. Car vous aimez faire les choses rapidement et à votre manière, et tant pis pour ceux qui ne sont pas d’accord ! 

fleur

Votre nez : Le nez est aquilin, replié sur lui même, avec une petite bosse.

> Vos atouts : Entière, vous avez horreur de toutes les qualités intermédiaires : la tempérance, la mesure, la douceur, la lenteur, l’objectivité. Soit vous aimez, soit vous détestez. Vous, vous avez besoin d’admirer, de vous passionner et de vous investir à fond dans quelque chose qui en vaille la peine. Cette fougue vous confère un certain charisme et un enthousiasme contagieux. 


> Vos points faibles : Vous êtes trop sensible aux apparences, qui sont parfois trompeuses. A trop vouloir ressembler aux « grands » de ce monde et à multiplier les folies, vous risquez de vous fatiguer. Attention également à ne pas vous marginaliser à cause de vos principes, apprenez plutôt à faire des concessions. 

fleur

Votre bouche : La bouche est fine, les lèvres sont bien dessinées. 


> Votre sensualité :
Vous avez une sensualité mesurée et sélective, vous recherchez la qualité et non la quantité. Vous privilégiez certains sens et avez tendance à négliger les autres. 


> Ce que vous appréciez : Le raffinement, les choses bien faites, la belle langue, les jolies présentations, la subtilité. Votre goût vous pousse vers les extrêmes et vous appréciez de tout connaître d’un domaine.  

fleur

Votre bouche : La bouche est grande, les lèvres sont épaisses, pulpeuses.

> Votre sensualité : Vous avez une sensualité ouverte et épanouie. A la recherche du plaisir, vous êtes une épicurienne, une vraie. Vous dégagez ainsi une confiance en vous et une aura très attractive pour les autres
> Ce que vous appréciez : L’échange ! Vous aimez profiter des choses d’ici bas, goûter à la nouveauté et surtout les partager avec d’autres, donner et recevoir. 

fleur

Ma mâchoire : La mâchoire est large, prononcée. 

> Mes atouts : La mâchoire large est généralement signe de force, de résistance physique. Elle indique un réel sens pratique au quotidien. En amour, vous êtes entreprenante. Faire le premier pas ne fait pas peur, au contraire, vous aimez diriger vos relations affectives comme professionnelles. Active et combattive, vous savez défendre votre territoire. 


> Mes points faibles : L’impatience ! Vos besoins doivent être assouvis, vous supportez difficilement la frustration. 

fleur

Ma mâchoire : La mâchoire est peu développée, le bas du visage est ovale.

> Mes atouts : Raffinée, exigeante, vous aimez profiter des plaisirs de la vie tout en privilégiant la qualité de vos relations. Vous êtes une personne profonde, en quête de valeur et d’authenticité. Avec les autres, vous aimez les ambiances de communion, l’intimité harmonieuse. Vous vous imposez tout en finesse

> Mes faiblesses : Vous êtes très attachée aux traditions, ce côté conventionnel vous bloque parfois. Très exigeante, vous manquez de tolérance à l’égard de vos proches que vous n’épargnez pas au moindre faux pas.  

fleur

LES MAINS 

La signification des mains à un rapport indirect avec la chiromancie, nous pouvons les interpréter de manière différente car pour la chiromancie, c’est les lignes de la main que l’on interprète. 


Voici donc les significations des mains ci-dessous

- Si vous possédez des mains grosses et courtes, cela signifiera que vous êtes une personne d’un tempérament plutôt vaniteux, travailleurs mais vous aurez plutôt tendance à vivre dans le mensonge. 

- Si vous possédez des grandes mains, cela signifiera que vous êtes une personne d’un tempérament pacifiste et plutôt serviable. 
 


- Si vous possédez des mains velues avec des doigts boudinés, cela signifiera que vous avez un tempérament plutôt luxurieux et que vous possédez un esprit peu subtil. 

- Si vous possédez des mains fines avec des proportions agréables, cela signifiera que vous êtes une personne de bon sens et que vous êtes prudents dans toutes les circonstances. 
 


La signification des mains ne se fait pas qu’a l’apparence, elle se fait aussi en fonction de la teinte de celles-ci : 

- vous avez des mains blanches où jaune pâle, cela indiquera que vous êtes un individu instinctif et tranquille. 


- Vous avez les mains rouges, cela signifiera que vous êtes une personne plutôt active. 

- Vos mains sont d’un jaune accentué, cela signifiera que vous êtes mélancolique et pessimiste. 


- Vos mains sont de couleur sombre, cela signifiera que vous êtes une personne volontaire. 

fleur

LES PIEDS Moins remarqué et pourtant peut-être beaucoup plus significatif car ignoré, le langage de nos pieds serait un miroir de l’âme quasi-indéfectible… 

Car si l’on a tous plus ou moins idée des signaux envoyés par certaines mimiques de notre visage   ou bien encore du maintien de notre corps, peu nombreux sont ceux qui savent déchiffrer ce que racontent nos pieds. Et pourtant attention! Ils en disent bien plus qu’il n’y paraît… 

Il existe trois formes de pieds : le pied grec, le pied égyptien et le pied carré.
Le pied grec possède le deuxième orteil (en partant du gros orteil) qui dépasse des autres. Lorsqu’on a le pied grec il faut se baser sur cet orteil plus grand que les autres pour choisir la longueur de ses chaussures. Le pied grec est en forme de triangle. On dit que 25 % de la population aurait le pied grec. 

Le pied carré dit également auvergnat possède les trois premiers orteils de même longueur, puis les 4ème et 5ème orteils régressent. Le pied carré est également appelé pied romain. On dit que le pied carré est le plus facile à chausser. 6 % de la population aurait le pied carré.

Le pied égyptien possède le gros orteil plus long que tous les autres orteils qui vont en diminuant, c’est le plus propice à l’Hallux Valgus (déformation sur le côté). On dit que le pied égyptien est le plus difficile à chausser car la chaussure est soit trop petite pour le pouce du pied, soit trop grande pour les orteils. 65 % de la population aurait le pied égyptien.

simulationdecoiffureStylOR-50205 dans Tests de personnalité

Publié dans Tests de personnalité | Pas de Commentaires »

LIVRE IV – page 60….

Posté par othoharmonie le 13 juin 2010

LIVRE IV – page 60…. 20070730011824_big   

KRYEON  - aux éditions ARIANE par Lee Caroll

Partenaire avec le divin 

EN SUIVANT DIEU 

Depuis fort longtemps, vous utilisez une métaphore afin de décrie les relations entre l’Esprit et les humains : Celle du berger et de son troupeau de moutons. Dans cette image, les humains sont assimilés aux moutons et Dieu est le berger. Permettez-moi de vous dire, mes amis, que la dernière chose que nous vous souhaitons, c’est d’être des moutons. 

Vous avez été investis des pleins pouvoirs ! Le partenariat avec Dieu n’a rien à voir avec les relations berger/troupeau. Certains d’entre vous ont assimilé Dieu à un parent, à un père ou une mère divins dont ils seraient les enfants. Une belle image, peut-être, mais rejetez-la, car nous ne voulons pas parler de ce genre de relation. Les partenaires sincères n’entretiennent pas de telles relations et aucun ne cherche à dominer l’autre de cette manière, même par amour. 

Certains ont dit : « Je vais lâcher prise et laisser Dieu diriger ma vie ! » Ce n’est pas ce que nous vous demandons de faire, chers amis. Nous souhaitons que vous ne lâchiez pas prise. Nous souhaitons, au contraire vous voir affronter chaque situation avec toue la puissance que vous avez héritée de ce Nouvel Age et maîtriser les événements avec un partenaire qui ait une vue d’ensemble de la situation. Voilà ce qu’est le partenariat avec le divin. Certains se sont dit : « Je vais renoncer à lutter et laisser Dieu diriger ma vie » Et nous disons NON ! Ne renoncez pas ! Au contraire, engagez-vous ! Ne baissez pas les bras. S’engager, c’est diriger sa vie avec Dieu comme partenaire. Utilisons une métaphore qui vous permettra de mieux comprendre cette notion de partenariat avec les êtres humains. Ce genre de partenariat vous est déjà familier. 

 animaux

  SE DEBARRASSER DE L’ANCIEN   

Le but du partenariat c’est de progresser et, si vous voulez progresser, la tâche qui vous incombe dans cette association (au divin) c’est de tout faire pour parvenir à une fusion avec Dieu. La première chose que nous souhaitons vous voir faire, c’est nettoyer votre vieux karma et l’écarter de votre chemin. Vous êtes nombreux à connaître les dons nouveaux qui vous sont offerts dans ce but, car nous en avons parlé souvent. Beaucoup parmi vous sont venus ici parce qu’ils ont lu quelque chose à ce sujet et nous disons qu’en effet, cela est nécessaire. C’est une priorité. Et votre rôle dans ce nettoyage, sera d’en exprimer l’intention, et notre rôle sera de le réaliser pour vous. Ainsi, ceux qui accepteront ce don et qui s’en serviront seront récompensés par des résultats spectaculaires ! 

Comme dans les associations humaines, les habitudes désuètes doivent être abandonnées et doivent céder la place aux nouvelles. Alors les choses commenceront à bouger autour de vous et vous permettront de mener à bien l’une de vos prochaines tâches au sein de votre partenariat, la co-création. Petit à petit, vous commencerez à co-créer avec votre nouveau partenaire de la même façon que dans une relation humaine, lorsque vous co-créez de nouvelles habitudes, acquérez des biens nouveaux en commun et développez une conscience commune entre vous.

  

 animaux

 LA VIE QUOTIDIENNE 

Parlons tout d’abord de la vie quotidienne. Certains d’entre vous ont compris qu’émettre des vibrations à une fréquence différente est une expérience inhabituelle. Nous vous avons indiqué, par le passé, quelles étaient les qualités à rechercher, et, sur le plan pratique, certains d’entre vous éprouvent quelques difficultés à avoir un pied dans le « ici et maintenant » du schéma temporel de l’Esprit et l’autre pied, dans le schéma temporel de l’humanisme, plutôt inscrit dans la durée. C’est pourtant ce que nous vous demandons de faire. 

Sur le plan concret, nous vous disons ceci : Nous comprenons votre impatience à certains moments. Cette impatience vient du fait que, en qualité d’être humain, votre schéma temporel est linéaire et que vous ne comprenez pas le schéma temporel circulaire du « ici et maintenant« . Laissez-moi vous l’expliquer à nouveau, à l’intention surtout de ceux qui n’en ont pas encore entendu parler : Avant que vous ayez demandé à vibrer à un niveau différent, avant même que vous ayez manifesté une telle intention, le processus était en marche afin de vous permettre d’y parvenir. Vous pourriez vous demander comment une telle chose fut possible, comment nous avons pu anticiper votre demande. C’est parce que l’énergie potentielle est présente, parce que notre dimension temporelle ne comprend ni passé, ni présent, ni futur. 

Elle ne sait que « l’instant présent » de toutes les époques. Et voici pourquoi nous sommes prêts lorsque vous faites votre demande. Voici pourquoi des préparatifs ont été réalisés, des années avant même que vous ne demandiez quoi que ce soit. Ceci n’a rien à voir avec la prédestination ou la voyance. Il s’agit du potentiel d’énergie de votre contrat à votre disposition, si vous en manifestez l’intention. 

Certains, parmi vous, sont las de devoir ignorer ce qu’il faut faire jusqu’au tout dernier moment. Cependant, chaque fois que cela se produit, réjouissez-vous ! Car il s’agit du schéma temporel de l’Esprit. C’est « l’instant présent », où tout ce qui a existé, existe, et où tout ce qui a un potentiel de vie, est. Souvenez-vous-en la prochaine fois que vous vous assiérez pour vous tourmenter et vous faire du souci à propos de quelque chose qui se prépare. D’un point de vue pratique, nous disons : Prenez chaque jour comme il vient. Calmez-vous et ne considérez pas l’avenir comme les humains le font habituellement. Lorsque vous devez prendre une décision ou que vous voyez surgir un carrefour au loin et que vous ne savez pas quelle direction prendre, vous appréhendez souvent cet événement. Vous vous dites : « cela arrive trop rapidement ! » 

Nous vous affirmons que ce problème a pourtant existé et qu’il a été résolu. La solution est à porte de la main. Par conséquent, l’énergie de la solution et la paix qui l’entoure sont à votre disposition avant même que le problème ne surgisse. La réalité n’est pas toujours ce qu’elle paraît être à vos yeux

Au lieu de vous asseoir et de vous inquiétez au sujet de votre avenir ou d’un futur problème, réjouissez-vous du fait que la solution a d’ores et déjà été trouvée ! Ceux qui ont des problèmes matériels, écoutez-vous ? La solution est disponible, maintenant ! Comme preuve de ceci, un jour viendra où vous regarderez en arrière et où vous direz : « Quelle bêtise de m’être fait tellement de soucis ! Car tout s’est déroulé normalement ». Combien de fois devrez-vous agir ainsi avant de comprendre entièrement la situation ? Imaginez le jour où vous n’aurez plus jamais à dire cela. Au contraire, vous regarderez en arrière et direz : « Je suis tellement reconnaissant d’avoir compris le « ici et maintenant » et de ne plus m’inquiéter ». Célébrez la paix du « ici et maintenant ». Il s’agit du don qui vous est destiné en ces temps nouveaux. L’énergie négative de l’inquiétude dérobe la paix de l’amour aux humains.

  

animaux

 LA PORTE CRITIQUE 

Si vous ouvrez une porte par laquelle surgit une situation de crise, ce n’est probablement pas la porte que vous devriez franchir ! les cris sont une création typiquement humaine et certains en provoquent régulièrement dans leur vie. Vous baignez dans les crises, vous vous en délectez et, d’une certaine façon, elles vous deviennent familières. La crise devient une véritable drogue pour l’être humain, et certains parmi vous savent de quoi je parle.

Ecoutez : Le seul endroit qui vous conviendra sera celui de la sérénité et non celui des cris. Voici un nouvel attribut que vous devriez avoir présent à l’esprit lorsque nous vous disons que les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être : Oh, très chers, revoyez vos leçons. Vous êtes habitués à une situation humaine dans laquelle seuls les forts agissent. Nous sommes ici pour vous dire de rejeter tous ces préceptes. C’est souvent l’ennemi de Dieu qui deviendra prophète. C’est souvent le désespéré qui sera guéri et qui donnera de l’espoir aux autres ! C’est souvent l’hésitant qui transformera la vie de dizaines de milliers de personnes. 

Ne rejetez jamais une opportunité sous prétexte qu’elle semble être sans intérêt. Recherchez la synchronicité dans chaque événement. Lorsque surgit une situation que vous avez toujours estimée sans intérêt, faites très attention. C’est le genre de situation qui recèle un potentiel de puissance incroyable. Lorsque certaines situations qui se sont déjà présentées à diverses reprises, sans résultat apparent, se présentent à nouveau, c’est le moment d’essayez une nouvelle fois. Cette fois-ci, cela pourrait être différent. Oh, vous les guérisseurs, entendez-vous ? Ceux qui semblent les moins préparés à bénéficier des changements vibratoires provoqués par l’énergie que vous déversez en eux seront ceux qui se lèveront et deviendront guérisseurs eux-mêmes ! N’ayez pas d’a priori ! Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. La façon concrète de procéder est la suivante : Poussez les portes et ouvrez-les. Ne craignez pas le ridicule lorsque vous agissez. Levez-vous et n’attendez pas que Dieu fasse quelque chose pour vous. Soyez notre partenaire et ouvrez les portes avec nous. 

 animaux

  

  LE CONCEPT DIMENSIONNEL 

Imaginez votre vie sur cette planète comme un match que vous disputez sur un terrain. Vous êtes nombreux à connaître les sports pratiqués sur ces terrains et vous savez qu’il y a une largeur, une longueur, une zone de jeu et un chronométreur. Si vous additionnez tous ces éléments, vous constaterez qu’ils sont au nombre de quatre. Ces quatre éléments correspondent aux quatre dimensions dans lesquelles vous vivez et que nous appellerons, pour illustrer notre exemple, un niveau – le niveau de l’homme en apprentissage

Le visionnaire, celui qui a le privilège de passer par la déchirure du voile et qui voit les choses situées de l’autre côté, se trouve brusquement confronté à de multiples dimensions. Il provient d’un niveau à quatre dimensions et soudain se trouve apparemment face à un nombre infini de nivaux. Chaque niveau possède sa dimension cosmique complexes, mais certains d’entre eux sont tellement différents de son propre niveau, tellement étrangers à son processus de pensée, qu’il ne peut même pas les reconnaître  ! En effet, il est habitué à son univers à quatre dimensions et, maintenant, il en voit plein d’autres. Soudain, son terrain de jeu devient multidimensionnel, alors que lui ne l’est pas. Un peu comme si les terrains de jeux étaient empilés les uns sur les autres. Comme si chaque match se jouait d’après des règles et des paramètres différents, mais que, malgré cela, une seule partie se déroulait. Aussi haut qu’il puisse lever les yeux, ce ne sont que terrains de jeux après terrains de jeux, comme une partie d’échecs multidimensionnelle avec des échiquiers qui atteignent le ciel, mais avec les mêmes joueurs. Et le visionnaire s’interroge : « Comment une partie d’une telle complexité peut-elle se dérouler ? » 

N’ayant aucune idée, désormais, des règles du jeu ni des conditions dans lesquelles se déroule cette partie, le visionnaire doit prendre des décisions afin de replacer ce qu’il voit dans son univers à quatre dimensions. Cet individu, avec son intelligence à quatre dimensions est, en sa qualité d’être humain, supposé contempler ce spectacle et, d’une façon ou d’une autre, percevoir l’avenir de votre planète. Cela n’est que l’un des problèmes qu’il rencontre, et il faut que cet humain soit vraiment sage pour passer par cette petite déchirure, observer ces diverses dimensions d’une telle complexité et qui dépassent son entendement et, cependant, pouvoir parfois percevoir certains éléments susceptibles de s’appliquer à l’univers auquel il appartient. 

animaux

  

 LES ENFANTS 

Nous allons maintenant aborder un sujet qui pourrait paraître étrange. Vous pourriez vous dire : « Ce sujet n’a rien à voir avec la paix. » Nous pensons que si, pour beaucoup d’entre vous. Nous arrimerions, pendant quelques instants, parler de vos enfants. Nous ne parlerons pas des petits. Nous parlerons de ceux qui sont grands ou adultes. Parmi vous dans cette salle, certains ont eu du mal à se séparer de leurs enfants et sont préoccupés par leur existence. Cette attitude est fréquente et normale chez les êtres humains. Ainsi, vous vous réveillez parfois au milieu de la nuit et vous vous dites : « Le moment est venu de me faire du souci à leur sujet ».

Que font-ils de leur vie ? Que va-t-il leur arriver ? Et nous disons que le moment est venu de couper les ponts et de prendre soin de vous-mêmes ! Ils ont atteint l’âge des responsabilités et seront ce qu’ils doivent devenir. Très chers, le mieux que vous pourriez faire pour eux, c’est de ne plus vous faire de souci. Lorsque vous les regardez ou que vous les imaginez, aimez-les tout simplement et enveloppez-les d’une lumière blanche, puis libérez-les. Voilà tout. Vous savez à qui je m’adresse ce soir. Vous demandez-vous parfois s’ils vous aiment ? Ils vous aiment, mais sachez ceci, ils savent aussi que vous les aimez, et c’est cela la clé. Libérez-les. En agissant ainsi, vous les aiderez vraiment et vous aussi par la même occasion… en vous apportant la paix.

animaux

   L’ILLUMINATION 

Parlons maintenant de l’illumination. Certains parmi vous ce soir craignent l’illumination et ressentent de l’appréhension à son sujet. Nous avons déjà parlé de cela auparavant, mais nous en reparlerons encore aujourd’hui. Chacun de vous porte, en germe, la crainte de l’illumination, et cela est normal. Cela fait partie de l’épreuve. Certains ont peur de franchir ce nouveau pas, car cela pourrait transformer leur vie. Et vous savez tous, intuitivement, que ce sera le cas. Nous ne sommes pas ici pour vous annoncer que vous n’aurez pas d’efforts à fournir, car ce serait faux. C’est pour cela que vous êtes ici, et nous allons, plus tard, vous regarder en face et vous poser une question sur la raison de votre présence ici. Soyez sereins au sujet de l’illumination. Toute crainte n’est aucunement justifiée. 

Lorsque vous vous retirez dans votre havre de paix et commencez à prêter attention à vos guides, tout s’éclaircit peu à peu dans votre vie. Et l’un des premiers bienfaits dont vous bénéficiez, c ‘est la sérénité. Quand bien même les choses tourbillonneraient autour de vous sans que vous compreniez ce qui se passe, vous trouverez la sérénité. Nous vous le promettons et nous l’avons dit à plusieurs reprises : l’Esprit ne vous offrira jamais un serpent lorsque vous aurez demandé une pomme. Nous vous aimons trop pour vous abuser. Tout ceci est sérieux et peut transformer votre vie.

 animaux

VOTRE ETRE REEL 

Voici une caractéristique spirituelle, mais elle a trait aussi à votre corps physique et à votre paix intérieure. Lorsque vous vous observez devant un miroir, êtes-vous satisfaits de ce que vous voyez ? Ceci peut sembler être une question de rhétorique. Plusieurs répondront : « Bien sûr que non. J’aurais souhaité être comme ceci ou comme cela ». Très chers, ce que vous voyez dans votre miroir est exactement ce que vous avez voulu et planifié. C’est l’esprit de Dieu qui vous habitait lorsque vous avez tout préparé. C’est l’esprit de Dieu qui vous habitait et qui vous a insufflé la sagesse nécessaire pour concevoir le plan d’ensemble qui vous concernait. 

Etes-vous satisfaits de votre sexe ? Etes-vous contents de votre apparence ? Que pensez-vous de votre corps ou de toutes ces caractéristiques que vous avez soigneusement définies et dont vous êtes responsables ? La prochaine fois que vous vous considérerez en disant : « J’aurais aimé que ceci soit différent » ou « Je ne suis pas satisfait de ceci ou de  cela », sachez que ces remarques vont à l’encontre de ce que l’esprit de Dieu, en vous, a prévu. Ce n’est pas lui faire honneur. Au lieu de cela, regardez-vous dans le miroir et dites-vous : »Je suis heureux et satisfait ainsi, car c’est ce que j’ai décidé. Voici mon vaisseau divin. Tout est exactement tel qu’il a été prévu« . Et nous sommes en train de parler de l’apparence, de l’âge et de toutes ces choses qui se rattachent en ce moment à votre corps.

Nous n’avons abordé ce sujet qu’une seule fois auparavant, mais nous allons en reparler ici ce soir pour que tous puissent l’entendre (et le lire). Que ce qui suivra soit enregistré et que l’on sache que Kryeon l’a déclaré en ce continent ; certains d’entre vous s’interrogent sur la possibilité de posséder les caractéristiques physiques d’un sexe et les caractéristiques spirituelles d’un autre sexe. Permettez-moi de vous dire que vous êtes honorés comme n’importe quel autre être humain, car vous êtes arrivés ici sous la forme que vous aviez vous-mêmes choisie, une forme que les humains qui se prétendent les plus développés spirituellement dans votre culture montreront du doigt et dénonceront comme étant le mal et comme incorrecte aux yeux de Dieu. Ils diront que ce que vous faites est mal et que vous êtes le fléau de leur société.

C’est vous qui avez choisi d’être ainsi. Vous êtes aimés de la même façon que n’importe quel autre humain vivant  ! C’est l’épreuve que vous avez réclamée et que vous subissez maintenant. Cela est juste à nos yeux et vous êtes honorés pour cette raison. Ne laissez aucun autre être humain vous dire que vous valez moins que les autres, même si celui qui vous dit cela est respecté, revêtu d’une robe de cérémonie, dispose de l’autorité ou porte un titre particulier ! Il n’en est rien ! Vous êtes autant aimés que les autres. 

 

lire la suite ici : http://othoharmonie.unblog.fr/kryeon-livre-4/

 

 

 

haylight-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans | Pas de Commentaires »

Index

Posté par othoharmonie le 3 juin 2010

 Index dans LIVRES de Travail 0002043BVoilà, comme promis, j’ai reconstitué ici un panel de mes lectures à caractère spirituel et de développement personnel.

 Cela pourra peut-être vous guider pour un choix dans vos futures lectures. C’est ce que je vous souhaite de tout coeur ! 

barre-separation-4615172fc9 dans LIVRES de Travail

 

 00020490 

Abrezol           Dr. Raymond  Tout savoir sur la sophrologie 
Abelar  Taïsha  Le passage des sorciers 
Aird  kishori  l’ADN démystifiée 
Aïvanhov  Omraam M.  Pensées quotidiennes Vous êtes des Dieux Cherchez le royaume de Dieu et sa justice Et il me montra un fleuve d’eau de la vie 
Albert  Laurence  Les grands Saints 
Albom  Mitch  Les cinq personnes que j’ai rencontrées là-haut 
Allemann  Daniel  La puissance secrète de votre personnalité 
Altea  Rosemary  Une longue échelle vers le ciel 
André  Christophe  L’estime de soi 
Anderson  Marie-Noëlle  Nous les Celtes du Verseau 
Arcan  Pascale  Le temps des Maîtres 2012 Au cœur de l’amour 2012 Adonaï 2012 

 

 ——-->     n’oubliez pas de lire aussi Les Extraits : sous l’en-tête du blog 

+   la collection de Conversation avec Dieu et celle de Kryeon dans la marge de droite     —————>

mais également rendez-vous sur le lien de Diane Leblanc : Bianca Gaia

 00020491 

 

Barbarin 

Georges  Comment on soulève les montagnes 
Bardet  Solenn  Pieds nus sur la terre rouge 
Basset Chercot  Pascal  Toine 
Becker  Gavin de  La peur qui vous sauve 
Bellotto  Henri  La porte du silence 
Bennett  J.G  Sexualité et développement spirituel 
Benoit  Pierre  L’Atlantide 
Bercholz et Chödzin Kohn  Samuel Sherab                                Little Bouddha 
Bernoux  Philippe  La sociologie des organisations 
Bernstein  M.  A la recherche de Bridey Murphy 
Bertolino  Jean 

Chaman

Bettelheim  Bruno 

L’amour ne suffit pas

Beyala  Calixthe 

La plantation

Billon  Pierre 

Un bâillement du diable

Bloom  Howard 

Le principe de Lucifer – Tome I

Le principe de Lucifer – Tome II

Blunt  Gilles 

Le témoin privilégié

Boissière  Bernard de 

Maurice Zundel

Bottéro              et Ouaknin                   et  Moingt 

Jean  

                          Marc Alain                              Joseph

 La plus belle histoire de Dieu 
Bouchard   Nicolas 

L’hymne des démons

Bourdin  Jeanne 

Très sage Héloïse

Braibant  Daniel 

Les vérités interdites

Braudeau  Michel 

L’interprétation des singes

Bro  Bernard 

Thérèse de Lisieux, sa famille son Dieu, son message

Bromberg            et Trognon 

Marcel     

Alain  

Psychologie sociale et communication

Bromfield  Louis 

La mousson

Brown  Dan 

Anges et démons

Brown  Frédric 

Martiens, go home

Browne  Sylvia 

Aller – retour dans l’au-delà

Brunel  Henri  Guide de relaxation pour ceux qui n’ont pas le  temps 

barre de séparation

 00020492 

Cameron 

J.  La veine d’or 
Camus  Dominique  Voyage au pays du magique 
Camut               et   Hug  Jérôme                                  Nathalie  Les éveillés 
Caradeau  Jean-Luc  L’aventure spirituelle des sociétés initiatiques 
Cardinal  Marie  Les grands désordres 
le Carré  John  Une amitié absolue 
Cauwelaert  Didier Van  L’évangile de Jimmy 
Cesbron  Gilbert  Les Saints vont en enfer 
Chandra  Vikram  Le seigneur de Bombay 
Chattam  Maxime  Les Arcanes du chaos 
Chercot  Richard  Ma vie parmi les ombres 
Chia                          et  A.Arava  Mantak                                          Douglas  L’énergie sexuelle masculine 
Chia                             et  Chia  Mantak                Maneewan        L’énergie sexuelle féminine 
Chouraqui  André  La Bible Entête 
Clément  Catherine  Le voyage de Théo 
Coe  Jonathan  La maison du sommeil 
Comby  Bruno  Stress contrôle 
Condé  Bernard-Georges  Utilisation des énergies secrètes 
Corraze  Ghislaine  Eric  la voie intérieure 
Coulonges  Georges  La fête des écoles 
Crozier                    et Friedberg  Michel                                 Erhard  L’acteur et le système 

barre de séparation

 00020493 

 

Dalaï lama 

Le  La voie de la lumière 
    La grande Paix de l’esprit 
      L’art du bonheur 
Dahlquist  Gordon  Les mangeurs de rêves 
Dalke  Rüdiger  Mandalas 
d’Ansembourg  Thomas  Cessez d’être gentil, soyez vrai 
Declerck  Michèle  Le schéma corporel en sophrologie et ses applications thérapeutiques 
Denryck  Christiane  Comment développer votre puissance mentale 
Desarzens        et Humbert   Claude                  Jenny  Les thérapeutes de l’invisible 
Delaroche  Dr Patrick  Adolescence à problème 
Donner  Cécil  Le choc en retour 
Doty  Betty  Colère et agressivité 
Dubois  Geneviève  La radiesthésie 

barre de séparation

 00020494 

 

Egan 

Jennifer  L’envers du miroir 
Eliacheff           et Heinich  Caroline                      Nathalie  Mères-filles, une relation à trois 
Encausse  Gérard Dr  La Cabbale 

barre de séparation

 00020495 

 

 Frèches 

José  L’impératrice de la soie. Tome I : Le toit du monde 
     L’impératrice de la soie. Tome II : Les yeux de Bouddha 
     L’impératrice de la soie. Tome III : L’usurpatrice 
      Moi, Bouddha 
Fiore  Edith  Les esprits possessifs 
Follett  Ken  Les piliers de la Terre 
Fontana  David  Apprenez à mieux rêver 

barre de séparation

 

  00020496 

Gaarder 

Jostein  Le Monde de Sophie 
Gange  Françoise  Jésus et les femmes 
G.Dantec  Maurice  Villa vortex 
Genel  Jean Claude  Les jardins d’Anahmhr 
Gray  John  Mars et Vénus se rencontrent 
Gros  Patrick  L’art et la pratique spirituelle du Reiki 
Guitton                  et Antier  Jean                          J.Jacques  Le livre de la sagesse et des vertus retrouvées 

barre de séparation

  00020497 

Haaland 

Matlary  Quand raison et foi se rencontrent 
Hicks  Esther et Jerry  La loi de l’attraction 
Hoefler  Angelika  Karma, la chance de la vie 
Houel  Alain  Comment faire face aux gens difficiles 
Houellebecq  Michel  La possibilité d’une île 
Hubbard  L.Ron  La dianétique 
Hutin  S.  Hommes et civilisations fantastiques 
Huvet  Michel  Les années Decourtray 

 

 barre de séparation

 00020499 

 

Jagot 

P.Clément  L’influence à distance 
      Le pouvoir de la volonté 
Jampolsky  dr. Gérald  N’enseigner que l’amour 
Japrisot  Sébastien  Un long dimanche de fiançailles 
Jeury  Michel  Les yeux géants 
Jones  Aurélia Louis  Révélatons de la nouvelle Lémurie -Télos 
    Messages pour l’épanouissement d’une humanité en transformation 
    Protocoles pour la cinquième dimension -Télos 

 

barre de séparation

 0002049A 

  

Kahn                          et Jacquard 

Axel                              Albert  L’avenir n’est pas écrit 
Kahn  Axel  L’homme, le bien, le mal 
Kardec  Allan  Le livre des médiums 
      Le livre des esprits 
Kastenbaum     La réincarnation est-elle possible ? 
Kenyon                  et Sion  Tom                          Judi  Le manuscrit de Marie Madeleine 
Klein  Jean  Transmettre la lumière 
Kramer  Edward L.  Chemins vers la puissance 
Krishnamurti  Jiddu  Le sens du bonheur 
Kübler-Ross  Elisabeth  Mémoires de vie, mémoires d’éternité 
Kurth  Hans  Connaîs-toi toi-même pour connaître les autres 

barre de séparation

 0002049B 

Laborit 

Emmanuelle  Le cri de la mouette 
Lapierre  Dominique  La cité de la joie 
Laporte  Muriel  Les écrits de Lumière 
     Vers un nouveau regard 
      Le Pont d’Or 
Lefevre  Clémence  Chakras 
Lenoir                     et Cabesos  Frédéric                          Violette  La promesse de l’ange 
Linn  Denise  L’âme se nourrit de Vérité 
Linssen  Amour, sexe et spiritualité 
Loevenbruck  Henri  Le testament des siècles 
Loussouarn  Thierry  Initiation au yoga 
Louvigny  Philippe de  Les nombres, reflet de l’âme, clé du devenir 
Lowenstein  Tom  L’éveil du Bouddha 

barre de séparation

 0002049C 

Mam 

Ramathis  Les cités de lumières intraterrestres 
Marciniak  Barbara  Terre 
     Messagers de l’Aube 
     Famille de Lumière 
      Sagesse des pléiades 
Marquis  S.  Guide pratique des vies antérieures 
Martel  Jacques  Le grand dictionnaire des malaises et des maladies 
Maurer  Martine  Comment choisir son psychothérapeute 
Mc Gowan  Kathleen  Marie Madeleine 
Meurois              et Givaudan  Daniel                      Anne  De mémoire d’Essénien - tome I 
      De mémoire d’Essénien  - tome II 
Meyer  Catherine  Le livre noir de la psychanalyse 
Michel                          et  Thirion  Michel                     J.François  Des jeux et des ressources 
Millard  Josèph  L’homme du mystère 
Moody                    et Carroll  Harry                                David  Les chemins de l’harmonie 
Mora  Eveil du 3ème œil 
Morchain  Patrice  Mieux voir, mieux vivre 
Morse  Dr Melvin  La divine connexion 
Moryason  Alexandre  La lumière sur le Royaume 
Mosse  Kate  Labyrinthe 
Myss  Caroline  Contrats Sacrés 

 

barre de séparation

  0002049D 

Ndiaye 

Marie  La sorcière 
Neville  Katherine  Le cercle magique 
Nicole  Michel  Initiation au magnétisme curatif 
Nisargadatta  Maharaj  Je Suis 
Niffenegger  Audray  De toute éternité 

barre de séparation

 0002049E 

 

Ottenheimer        et Lecadre 

Ghislaine                       Renaud  Les frères invisibles 

 

barre de séparation

   0002049F

Paillardy 

Pierre            Mon code de vie 
Péan                                 et Cohen  Pierre                                Philippe  La face cachée du « monde » 
Peck  Scott  Le chemin le moins fréquenté 
Perrin                           et Jacob  Jean             M.Madeleine  Vers un monde d’amour 
Petit  jean-Pierre  Le mystère des ummites 
      L’année du contact 
      On a perdu la moitié de l’univers 
Pisani  Isola  Mourir n’est pas mourir 
Portelance  Colette  La guérison intérieure 
Pullman  Philip  A La croisée des mondes 

  

barre de séparation

  000204A1 

Rabanne 

Pacco  Le temps présent – les chemins des grands initiés 
Rampa  T.Lobsang  La caverne des anciens 
      Le troisième œil 
Ramtha     Une réflexion du maître sur l’histoire de l’humanité 
      Découverte de la perle de Sagesse ancienne 
Raquin  Bernard  Vous pouvez sortie de votre corps 
Ravalec  Vincent  L’effacement progressif des consignes de sécurité 
Redfield  James  La prophétie des Andes 
Reeves               et De Rosnay            et  Coppens          et Simonnet  Hubert                   Joël                       Yves                             Dominique  La plus belle histoire du monde 
Reynaud  Michel  L’amour est une drogue douce… en général 
Rosenfeld  Dr.Frédéric  Méditer, c’est se soigner 
Rother  Steve et le Groupe  R-appelez-vous 
Rouet  Marcel  La maîtrise de votre subconscient 
Rougier  Stan  Les rendez-vous de Dieu 
     Dieu écrit droit avec des lignes courbes 
      Dieu était là et je ne le savais pas 
Rubinstein  Jacques  Le grand livre de la Wica 
     Un sorcier vous parle 

 

 barre de séparation

  000204A2 

Sahebjam 

Freidoune  Je n’ai plus de larmes pour pleurer 
Salaün  Françoise  Message d’espoir 
Sapienza  Goliarda  L’art de la joie 
Sardou  Romain  L’éclat de Dieu 
Saura  Denis  La religion des Géants 
Secondé  J.Claude  Guide initiatique de la radiesthésie 
Stora  Philippe  Les douleurs du dos 

barre de séparation

  000204A3

Talec 

Pierre  La sérénité 
      La solitude douce Amère 
Tansley  David  L’aura le corps de lumière 
Tartt  Donna  Le maître des illusions 
Theobald       Saugier         Leroy                    Le Maire      Grésillon  Christophe                         Bernard                              Jean                                   Marc                      Dominique  L’univers n’est pas sourd 
Tipping Thorton Colin C. Betty Le pouvoir du pardon total Les douze lois cosmiques
Twist  Lynne  L’âme de l’argent 

 

 barre de séparation

  000204A6

Watson 

Lyall  Histoire naturelle du surnaturel 
W.Dyer  Dr Wayne  Vos zones erronées 
      Inspiration 
Werber  Bernard  Le papillon des étoiles 
      L’ultime secret 
      Nous les Dieux 
      Le souffle des Dieux 
      Le mystère des Dieux 
      Les Fourmis 
Wood  Barbara  La dernière chamane 

barre de séparation

  0002060B

Zimmer Bradley 

Marion  Les ancêtres d’Avalon 
Zundel  Maurice  Je parlerai à ton cœur 
      Quel homme et quel Dieu 
      Le problème que nous sommes 

 

 

 

 00020437 barre de séparation 00020437 

Publié dans LIVRES de Travail | 3 Commentaires »

 

katoueluv |
jeanneundertheworld |
darkangelusmag |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | debbyka
| nouvelles du front ... en a...
| Les ateliers d'Anissina Tur...